Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2024Vincent Milliot (dir.), Emmanuel ...

2024

Vincent Milliot (dir.), Emmanuel Blanchard, Vincent Denis et Arnaud Houte, Histoire des polices en France. Des guerres de Religion à nos jours

Paris, Belin, 2020, 679 p.
Émeraude Castilloux
Référence(s) :

Vincent Milliot (dir.), Emmanuel Blanchard, Vincent Denis et Arnaud Houte, Histoire des polices en France. Des guerres de Religion à nos jours, Paris, Belin, 2020, 679 p.

Texte intégral

1Faire la synthèse des savoirs sur les polices en France depuis le XVIe siècle, et rendre compte des problèmes complexes qui en ont réglé le fonctionnement à travers le temps, constituent le défi relevé par Vincent Milliot, Emmanuel Blanchard, Vincent Denis et Arnaud Houte dans cette très belle Histoire des polices en France. Les auteurs expliquent comment s’est construit l’objet « police » sur un temps long, dans l’historiographie comme dans la pratique. L’approche a l’avantage de démontrer avec précision que la construction de l’ordre public en France n’est pas un processus linéaire et sans résistance, tant s’en faut : au contraire, la lente professionnalisation des polices à partir de l’époque moderne oscille sans cesse entre force répressive et force protectrice.

2Vincent Milliot assure la première partie de l’ouvrage, « Les polices entre villes et État ». Il aborde la mise en place progressive de l’administration urbaine et des forces de l’ordre en France, de la fin du XVIe siècle à 1789 (chapitres 1 à 4). Le portrait de la naissance des polices est brossé sans privilégier outre mesure l’expérience de la police parisienne qui, selon Vincent Milliot, fait exception dans le royaume (p. 71) : la tension entre police bienfaisante et police répressive prend diverses formes en fonction des espaces géographiques abordés. Le modèle des régulations sociales prises en charge par les communautés et les notables s’affaiblit progressivement au profit d’une multiplication croissante des pratiques administratives et réglementaires, pilotées par l’institution, pour « faire le bonheur des hommes en société » (p. 134). À cette lente conquête de l’État sur la gestion des villes, répondit un certain mécontentement des populations, prises en étau entre les promesses d’un maintien de l’ordre, et une réglementation envahissante. Les idées des libéralismes économique et politique, mises de l’avant à la fin du XVIIIe siècle, bousculèrent en partie le pacte nourricier entre le souverain et les populations, déséquilibrant les attentes et fragilisant la confiance envers le roi. Le désordre et les soulèvements populaires furent l’un des enjeux les plus brûlants de la nouvelle organisation policière.

3Dans la seconde partie, « Le temps des révolutions », Vincent Denis aborde les nouveaux défis soulevés par les événements de 1789 (chapitres 5 à 7). L’ordre public s’était désintégré et durant les premières années de troubles de la Révolution française, les groupes politiques qui se succédèrent cherchent à le rétablir. Cette fois-ci, l’oscillation entre les pratiques d’une « police citoyenne » et celle d’une police professionnelle – et en théorie non partisane – exacerba les tensions sociales (p. 207). Au nom de la sûreté publique, les forces de l’ordre se militarisèrent et se multiplièrent à l’instar des pratiques d’espionnage et de surveillance des populations, déjà mises en œuvre depuis le milieu du XVIIIe siècle. Si le contrôle social se fit plus pressant, cela n’empêcha pas les grands soulèvements populaires du milieu du XIXe siècle. À l’évidence, l’action de l’institution policière ne fut pas l’unique motif de mécontentement des populations puisque le rythme soutenu des revirements politiques et économiques avait exigé de la police qu’elle put répondre aux demandes de maintien de l’ordre de plus en plus urgentes et nécessaires.

4C’est pourquoi, dans la troisième partie, « Un siècle d’affirmation policière (1830-1930) », Arnaud Houte démontre que les forces policières, sous le coup de réformes et d’ajustements constants, gagnèrent une « reconnaissance institutionnelle et publique, qui illustre l’intégration croissante de la police et de la gendarmerie dans la “nation de France” » (p. 341, chapitres 8 à 10). Bien que pacifiées, les tensions entre police et société subsistèrent. Malgré l’apparition de nouvelles méthodes d’identification et le développement de la police scientifique, l’insertion des forces de l’ordre dans la société est difficile. Tandis que dans les colonies, la militarisation de la police ne faiblit pas, commande une répression souvent brutale et s’accompagne d’un contrôle administratif accru (p. 414), les polices et la gendarmerie de la métropole adaptent à nouveau leurs politiques. Cette nouvelle réforme de l’institution policière arrive enfin, et dans une certaine mesure, à transformer la méfiance du public envers les polices en une acceptation encore prudente (p. 467).

5Finalement, dans la quatrième partie, Emmanuel Blanchard aborde les crises et les transformations des forces de l’ordre des années 1930 à nos jours (chapitre 10 à 14). L’auteur interroge sans ménagement le « malaise des polices ». Les chapitres qui divisent cette partie exposent avec aplomb les pratiques d’une police réactionnaire qui, selon les contextes sociopolitiques, agit avec une profonde fermeté. Durant les années 1930, corruption et scandales exposèrent publiquement les abus des forces de l’ordre. La France était prête pour une police modernisée mais les transformations furent de courte durée (p. 483) car à partir de 1939, les pratiques de « répression raciale » firent partie intégrante de l’activité policière. En revanche, les cellules de résistance au sein de la police marquèrent du même coup une « rupture dans la culture de l’obéissance » (p. 537). Les effets de cette résistance se firent sentir longtemps après la fin de l’Occupation. Surtout après 1950, une relation de codépendance se développa entre le gouvernement et l’institution policière. La police cessa d’être l’instrument aveugle du pouvoir de l’État : l’institution policière était loyale certes, mais seulement envers un gouvernement dont elle pouvait approuver les politiques (p. 473). Au-delà des tensions « classiques » entre polices et société – celles-là mêmes qui disparaissent et réapparaissent tout au long du livre – Emmanuel Blanchard ajoute une dimension humaine aux forces de l’ordre. L’attention qu’il porte à certains groupes d’individus lui permet de mesurer les forces complices et contradictoires qui s’opposent au sein même de l’institution policière durant la période et nous rappelle que sous les uniformes se cachent souvent des individus chargés d’enrayer le crime en société, tout en étant trop peu formés aux questions sociales (p. 631).

6L’histoire est une discipline socialement utile ; ce livre en incarne l’évidence. Les auteurs réfléchissent et présentent les polices françaises avec finesse et clarté, sans agenda idéologique, au meilleur de la critique historique tout en évitant une écriture académique trop absconse. C’est aussi à travers les encarts explicatifs qui ponctuent le texte que les auteurs abordent les thématiques les plus polémiques de la police, notamment l’adoption du « Code noir » (p. 64), le maintien des « libres de couleurs » dans des positions subalternes au sein de l’institution de la police (p.174), l’évidente partialité des pratiques d’espionnage après les événements de l’affaire Dreyfus (p. 383), les abus à l’encontre des Juifs emprisonnés à Drancy sous l’Occupation (p. 538), ou encore la normalisation d’une culture martiale, dans l’ensemble des groupes de maintien de l’ordre, depuis les années 1970 (p. 621). Ces encarts, tout comme la très riche iconographie, permettent différentes appropriations du livre – différentes pratiques de lecture – capables d’offrir aux lecteurs une navigation plurielle dans le contenu. Les papiers de police, les gouaches, les croquis et les placards, jusqu’aux coupures de presse et aux photographies nouent une démonstration éloquente et convaincante et permet avec aisance d’opérer des comparaisons dans le long terme.

7On pourra regretter que la question des femmes paraisse relativement peu abordée pour l’ensemble du projet. Certes, la trop lente et surtout trop récente féminisation des corps de police (p. 595) explique en partie ce silence, mais peut-être pouvait-on espérer davantage qu’une simple rubrique sur les « femmes flics » (p. 655) dans un ouvrage d’histoire sociale des polices.

8En somme, Une histoire des polices en France constitue une lecture essentielle tant pour les curieux que pour les spécialistes : c’est, en effet, une autre histoire de France qui est ici exposée avec la rigueur et l’exactitude des plus efficaces enquêteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émeraude Castilloux, « Vincent Milliot (dir.), Emmanuel Blanchard, Vincent Denis et Arnaud Houte, Histoire des polices en France. Des guerres de Religion à nos jours »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 12 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/14895 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.14895

Haut de page

Auteur

Émeraude Castilloux

Université du Québec à Montréal (UQAM)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search