Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes-rendus2024Enora Peronneau Saint-Jalmes, Cri...

2024

Enora Peronneau Saint-Jalmes, Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime

Paris, Perrin, 2021, 361 p.
Sabrina Michel
Référence(s) :

Enora Peronneau Saint-Jalmes, Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 2021, 361 p.

Texte intégral

1Il est des livres réjouissants, quand bien même leur sujet ne l’est pas. « Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime » d’Enora Perroneau Saint-Jalmes entre indubitablement dans cette catégorie. À partir de 31 affaires criminelles dont les dossiers sont conservés aux Archives départementales de l’Yonne et tirées des fonds des justices royales et seigneuriales de Sens et d’Auxerre, l’auteure nous livre une étude juridique, sociale et culturelle du crime de viol qui, jusqu’à maintenant, a peu mobilisé les chercheurs.

2Rendant hommage à l’éminent précédent de George Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècles, paru en 1998, Enora Peronneau Saint-Jalmes explique avec pertinence que cet ouvrage majeur et pionnier n’a en rien épuisé le sujet dans la mesure où l’Ancien Régime pour y être abordé n’a pas concentré toute l’attention de l’auteur qui s’est davantage attardé sur l’époque contemporaine. C’est donc un manque historiographique que la présente étude comble avec brio.

  • 1 De l’aveu même de l’auteur, le corpus ainsi constitué s’il dépasse les objectifs de la microhistoir (...)
  • 2 Pour la période 1668-1715, la base de données Parleflandre, livre 6 occurrences de dossier de procé (...)

3Le lecteur, peu familier, des archives judiciaires de l’époque couverte par l’étude (1695-1780) pourrait s’étonner du faible nombre d’affaires réunies1. Au contraire, notre longue fréquentation des archives du parlement de Flandre, nous permet de confirmer, si cela était nécessaire la rareté de la source2. Qui plus est, l’auteure a d’emblée opté pour une étude non pas quantitative mais exhaustive des dossiers étudiés et le choix de juridictions locales est justifié par la volonté d’ancrer le crime dans son environnement quotidien et d’éviter le biais déformant des fonds parlementaires qui renvoient à une vision centralisée de la justice.

4Ces arbitrages méthodologiques s’avèrent judicieux puisqu’ils permettent à l’auteure non seulement de mener une étude juridique de la répression du crime sexuel mais aussi de s’attacher aux dimensions culturelles et sociales en restant au plus proche des protagonistes de l’époque et en intégrant les apports des recherches les plus récentes sur le genre.

5Dans une première partie, Enora Peronneau Saint-Jalmes s’arrête sur la qualification du crime sexuel. Avec pédagogie et clarté, elle livre tout à la fois la définition juridique du viol et décrit le déroulement processuel de sa répression. Elle insiste sur la différence d’approche entre notre société actuelle et le XVIIIe siècle qui voit dans le crime sexuel non pas une violence mais un désordre moral, une déviance qui bouleverse gravement l’ordonnancement social et qu’il s’agit de réprimer à cette juste mesure.

6Si le terme viol est utilisé dans les dossiers, le crime sexuel peut prendre le nom de rapt de violence, d’inceste spirituel (l’abuseur est un curé) ou de sodomie (la victime masculine ne pouvant en théorie être violé) mais l’auteure ajoute une catégorie inexistante dans les archives : la séduction avec violence suivie de grossesse. Il s’agit de faire entrer dans le corpus des affaires de séduction où la « victime » cherche à obtenir un dédommagement pour une grossesse non désirée et hors mariage. Pour retenir ces affaires dans le champ de l’étude, l’auteure a dû se pencher sur les circonstances de l’espèce et précisément sur l’existence du consentement de la femme à l’acte sexuel. À cette approche juridique très maîtrisée, elle ajoute un chapitre passionnant sur les justiciables. Ainsi elle replace la demanderesse –éventuellement le demandeur, si la plainte n’émane pas directement de la victime ou s’il s’agit de sodomie, un cas non détaillé dans le corpus – le défendeur et les témoins dans le cadre de l’information qui est menée. Se mêlent dans ce développement des considérations juridiques : la différence entre plaignantes et parties civiles par exemple mais aussi les considérations sociales : les profils des protagonistes.

7Dans une seconde partie, l’auteure s’éloigne encore davantage de la stricte analyse juridique pour aborder les effets des violences sexuelles sur le corps social. Cela l’amène à intégrer l’historiographie la plus récente sur la place de la violence sous l’Ancien Régime et en particulier sur les limites acceptées par la communauté dans laquelle le crime a été commis. Dans un chapitre intitulé « la société des voisins, délit en huis clos », elle souligne que dans les cas d’agressions individuelles, les violeurs sont quasi systématiquement identifiés, l’anonymat des auteurs ne semble la règle que dans les cas de viols collectifs (3 cas sur 5). Cette proximité entre victimes et agresseurs qui renvoie à la sociabilité d’Ancien Régime explique la réaction de la communauté qui assimile le crime commis à un acte contraire à la confiance publique. Évidemment, la qualité de maître d’école ou de curé aggrave la répression sur la base même de cette confiance trahie. Si finalement, un seul accusé du corpus est bien condamné à mort par pendaison, l’étude montre une volonté ferme de ne pas laisser le viol impuni. Envoi au bagne ou aux galères, amendes au profit du roi et châtiments corporels sont les réponses courantes apportées par la justice à condition que les auteurs n’aient pas trouvé dans la fuite leur salut.

8Enfin la dernière partie de ce travail très fouillé s’arrête sur le devenir des victimes et des accusés après le procès. L’étude montre là toute son originalité. En effet, la plupart du temps l’historien – et davantage encore l’historien du droit – abandonne les protagonistes au moment du prononcé de la décision judiciaire. Soulignons tout de suite notre admiration pour le travail de fourmi qu’il a fallu accomplir pour retrouver les victimes de ces violences dans les registres paroissiaux puis d’état civil après 1792. L’effort fourni ne l’a pas été en vain puisque cela permet à l’auteure de réfuter une idée communément reçue qui voudrait que la victime, atteinte dans son honneur, et par l’acte et bien souvent aussi par le système de défense de l’accusé, subisse ad vitam aeternam l’opprobre de sa communauté.

  • 3 Les hommes sont exclus de la définition du viol sous l’Ancien Régime, le crime serait celui de sodo (...)
  • 4 Robert Muchembled, la violence au village : sociabilité et comportements populaires en Artois du XV(...)
  • 5 La représentation littéraire du crime est juste évoquée et l’auteure y voit, à juste titre, une pis (...)

9Finalement, c’est l’aspect incarné de ce travail de recherche qui le rend très convaincant pour étudier les rapports entre société, violence et sexualité et revenir sur un certain nombre de préjugés dont le premier et pas des moindres serait que dans la société violente du XVIIIe siècle, le viol serait inévitablement banalisé. L’analyse du traitement judiciaire du corpus tend au contraire à montrer que la société de l’époque ne minimise pas la gravité du crime et témoigne ainsi de son attention aux souffrances physiques ou émotionnelles qu’il engendre. Le profil très divers des victimes (vocable contemporain) montre qu’il ne s’agit pas seulement de protéger le prestige social du père et de l’époux mais bien de poursuivre une atteinte aux corps des femmes3. L’auteure s’intéresse par exemple au cas d’une domestique très pauvre à qui il est donné la possibilité d’agir gratuitement. Il n’est sans doute pas anodin non plus de noter que dans 80% des cas la victime est présente lors du dépôt de plainte et qu’elle n’est accompagnée que dans 40% des cas (systématiquement si elle est mineure). La question de l’auteur du crime est aussi intéressante. Sur les explications du passage à l’acte et du profil de l’agresseur, l’auteure, si elle reprend les hypothèses avancées par Robert Muchembled sur la frustration sexuelle des jeunes hommes souvent économiquement pauvres, y ajoute un sujet qui a beaucoup mobilisé les historiens ces dernières années : le règlement infra-judiciaire des conflits4. Par ailleurs, loin des représentations littéraires du seigneur libertin « qui fait son marché » de chair fraiche, l’étude montre la grande diversité du profil social des agresseurs dont l’auteure a aussi cherché à retrouver la trace dans archives postérieures à l’accusation5.

10Pour terminer, notons le choix iconographique avisé du tableau ayant appartenu à la comtesse du Barry : la cruche cassé de Jean Baptiste Greuze comme illustration de couverture. Derrière le doux visage, un peu mièvre de la jeune fille, la joliesse des fleurs de sa coiffure, le négligé de la tenue, la symbolique de la cruche cassée renvoie à une réalité plus crue : la perte de la virginité. Dans les affaires décrites, c’est bien la signification cachée du crime qu’Enora Peronneau Saint-Jalmes met en lumière.

Haut de page

Notes

1 De l’aveu même de l’auteur, le corpus ainsi constitué s’il dépasse les objectifs de la microhistoire, reste assez réduit en raison même du chiffre noir qui entoure ce type de criminalité. Finalement, « la surprise » est d’avoir réuni autant d’affaires.

2 Pour la période 1668-1715, la base de données Parleflandre, livre 6 occurrences de dossier de procédure où le viol est directement ou indirectement évoqué, les registres aux dictums font état d’une douzaine de poursuites sous cette qualification. Sébastien Dhalluin., L'application de la législation royale dans des territoires nouvellement conquis : l'exemple de la jurisprudence criminelle du parlement de Flandre (1668-1720), Thèse d’histoire du droit, Lille 2, 2015.

3 Les hommes sont exclus de la définition du viol sous l’Ancien Régime, le crime serait celui de sodomie et ne distinguerait d’ailleurs pas s’il y a eu ou non consentement à l’acte. En ce sens, le viol masculin reste un impensé.

4 Robert Muchembled, la violence au village : sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Paris, Brepols, 1989. Sur l’infrajudiciaire voir par exemple, Benoît Garnot, L’infrajudiciaire du Moyen Age à l’époque contemporaine, Dijon, Édition universitaire de Dijon, 1996.

5 La représentation littéraire du crime est juste évoquée et l’auteure y voit, à juste titre, une piste de prolongation de son travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Michel, « Enora Peronneau Saint-Jalmes, Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime »Criminocorpus [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 27 mai 2024, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/15387 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11q1k

Haut de page

Auteur

Sabrina Michel

Sabrina Michel est juriste, ingénieure d’étude, en fonction au Centre d’Histoire Judiciaire (UMR 8025) de l’Université de Lille. Responsable du programme numérique http://parleflandre.univ-lille2.fr/, elle s’attache depuis des années à valoriser le fonds des dossiers de procédure du Parlement de Flandre (1668-1790) conservé aux Archives départementales du Nord. Sur cette thématique, elle a notamment publié : En collaboration avec Hervé Leuwers, Serge Dauchy et Véronique Demars-Sion (dir.). Les parlementaires, acteurs de la vie locale et provinciale aux XVIIe et XVIIIe siècles, PUR, 2013. https://books.openedition.org/pur/133353En collaboration avec Véronique Demars, Numéro spécial de la Revue du Nord, Le parlement de Flandre à travers ses archives, t. 91, n° 382 octobre-décembre 2009. https://www.cairn.info/revue-du-nord-2009-4.htm« Procéder devant la cour souveraine de Flandre au XVIIe siècle. L’affaire Péri contre Varennes », dans Revue Historique de Droit Français et Etranger, t. 94 (4), octobre-décembre 2016, p. 549-567.« La jurisprudence de la cour souveraine de Flandre en matière de responsabilité médicale (1668-1715) », in Farid Lekéal et Alain Wiffels (dir.), Gouvernance et santé, CHJ ed, 2020, p.71-85.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search