Skip to navigation – Site map
2014

Le projet pénitentiaire de Théodore Charpentier

« Voi ch’intrate conservate ogni speranza »
Claire Illi

Abstracts

This article intend to analyse a project for a prison realized in 1838, during the July Monarchy in France by the french architect Théodore Charpentier (1797-1867). Contributing to the european quest of an ideal prison, Charpentier observes the foreign architecture and proposes to the french society a model of prison which tries to satisfy the new penitentiary program : surveillance, isolation, work and amendment. The architect is convinced by the pennsylvanian regime of absolute reclusion which consequently determines the intern design of the prison. Full of philanthropic spirit and concerned about the well-being of his prisoners, Charpentier tries to make the reclusion of the delinquent comfortable and human in order to change the criminal so that he can return « reborn » to the society.

Top of page

Full text

À mon directeur de mémoire, Mme Leila El-Wakil, architecte, historienne de l’art et professeur associée au Département d’histoire de l’art à l’Université de Genève ; pour la découverte de cette source exceptionnelle je remercie particulièrement Mr. Michel Porret, historien et professeur ordinaire au Département d’histoire générale à l’Université de Genève. Pour leur aide et précieux conseils, je remercie Mr. Marc Le Coeur, historien de l’art, ainsi que Mme Caroline Soppelsa chargée d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris. Merci à Loraine Chapuis pour la relecture minutieuse.

L’Architecture au service de la justice

  • 1 Sébastien Jost, « La prison ne sert à rien », site du journal Le Matin, article mis en ligne le 30. (...)
  • 2 Cécile Bertrand-Dagenbach, Alain Chauvot, Michel Matter et Jean-Marie Salamito, Carcer : prison et (...)
  • 3 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1975. Si les travaux de (...)
  • 4 Fabienne Doulat, « La prison et son architecture de la France rurale à celle des grands ensembles » (...)
  • 5 Charles-Louis de Secondat Montesquieu, Lettres Persanes, 1721 et Cesare Beccaria, Dei delitti e del (...)
  • 6 Robert Roth, Pratiques pénitentiaires et théorie sociale : l’exemple de la prison de Genève (1825-1 (...)
  • 7 Catherine Duprat, « Punir et guérir. En 1819, la prison des philanthropes » in Michelle Perrot (dir (...)
  • 8 Idem, p. 27.
  • 9 Dominique Kalifa, « Imaginaires carcéraux », in Musée Carnavalet - Histoire de Paris, L’Impossible (...)

1« La prison ne sert à rien […] elle n’a aucun effet préventif ou de resocialisation1 ». C’est un vaste débat que relève le professeur de droit Christian Nils Robert lors des 45e rencontres internationales de Genève en 2012. Aussi loin que remontent l’histoire et la mémoire, l’enfermement est une pratique ancienne. Toutes les époques y ont recouru dans l’espoir de changer l’homme2. Suscitant dans l’historiographie la notion de « Grand Renfermement3 », le XVIIe siècle voit s’intensifier cette pratique commune dans différents lieux et sous différentes formes. En France dès 1656, à Lyon, le premier Hôpital Général est mis en place pour assister et aider les indigents. Dans les quartiers de force annexes de l’Hôpital sont envoyés les plus récalcitrants, comme en témoigne la Maison de Discipline à Genève dès 1631. À partir de 1764, pour contrer l’oisiveté, « mère de tous les vices », mendiants et vagabonds valides sont envoyés dans les dépôts de mendicité où ils sont mis au travail, valeur sur laquelle se fonde la société d’Ancien Régime. Ceux qui portent atteinte au pouvoir ou qui « dérangent », tels les pamphlétaires, sont quant à eux accueillis dans les Prisons d’État comme la Bastille ou Vincennes. Les autorités n’épargnent pas non plus les jeunes « indisciplinés » et « irrespectueux » en milieu familial qui sont envoyés dans les Maisons de force, libérant ainsi la famille d’un élément perturbateur qui échappe à tout contrôle4. Réclusion, claustration, emprisonnement, incarcération, détention, internement, isolement. Les mots pour décrire la chose sont nombreux et renvoient à autant de réalités différentes qu’elle suggère. Cependant, si jusque-là l’enfermement ne constitue qu’un moyen de détention provisoire, un lieu de passage pour les accusés en attente de jugement, les siècles suivants l’envisagent davantage comme une peine en soi. Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, en effet, une vague de réformisme pénal secoue l’ensemble du territoire européen. La voix modératrice de Montesquieu dénonçant les « lois furieuses » en Europe ou le ton réformateur et abolitionniste de Cesare Beccaria n’en sont que des échos5. Philosophes des Lumières et praticiens du droit cherchent à réformer la justice afin de mettre un terme à la justice arbitraire, inégale et suppliciaire d’Ancien Régime qui brutalise le corps du délinquant. C’est donc une justice utile, sécularisée, et réformatrice que revendique le Siècle des Lumières6. Désormais, il ne s’agit plus de punir par le supplice mais de changer l’âme. La peine doit réformer l’homme criminel : le punir, certes, mais aussi le guérir7. Ainsi, face à la justice suppliciaire infâmante d’Ancien Régime dont l’effet préventif se voit manqué, les réformateurs du pénal proposent la prison, envisagée alors comme seule défense sociale contre le crime. Dès les années septante, notamment avec l’enquête du philanthrope anglais John Howard, la prison fait l’objet d’une intense réflexion dans toute l’Europe apparaissant comme condition nécessaire à la mise en place du nouveau droit8. Si le Code pénal de 1791 n’abolit pas la peine de mort, celle du supplice est supprimée et remplacée par la peine privative de liberté9. Par l’enfermement, la société souhaite non seulement dissuader le criminel mais aussi le corriger permettant ainsi sa réinsertion dans le tissu social.

  • 10 Fabienne Doulat, op.cit., p.1. 
  • 11 Robert Roth, Christian-Nills Robert, To build or not to build ? : matériaux pour une histoire de l’ (...)
  • 12 Odile Foucaud, « Iconographie de l’architecture. La prison française du XIXe siècle, dernier avatar (...)
  • 13 Nikolaus Pevsner, A History of building types, London, Thames and Hudson, 1976, p. 9.
  • 14 Odile Foucaud, op.cit., p. 195.
  • 15 Cité par Ibidem.
  • 16 De la réforme des prisons en France, 1838, p.378, cité dans Jacques-Guy Petit, « L'amendement ou l' (...)
  • 17 Bruno Foucart, « Architecture carcérale et architectes fonctionnalistes en France au XIXe siècle », (...)

2Punir, dissuader, corriger, prévenir. Comment réaliser concrètement ce programme établi à la fin du XVIIIe siècle ? C’est alors que justice et architecture se rencontrent. Si le Siècle des Lumières a formulé la réforme pénale, c’est le XIXe siècle qui la met en pratique, notamment avec les architectes. Sous l’Ancien Régime, alors que les prisons ne présentent généralement aucune architecture spécifique10, avec la prison pionnière de Gand dès 1775 il est possible de parler d’« architecture pénitentiaire »11. Celle-ci ne constitue cependant qu’une prémisse. En effet, contrairement aux pays anglo-saxons où la réflexion en termes d’architecture carcérale arrive très tôt, en France il faut attendre la Restauration et la Monarchie de Juillet pour que les discours théoriques aboutissent à des « solutions novatrices »12. Ces années représentent une période de changement considérable dans l’histoire de l’architecture. Jusqu’en 1750 domine la construction d’églises, de châteaux et de palais. Tout change au cours du XIXe siècle13. La société a désormais de nouvelles exigences et nécessite des structures jusqu’alors inconnues : hôtels, librairies publiques, structures marchandes, écoles, universités, théâtres, bâtiments d’exposition, casino etc. Avec les gares, les grands magasins et les hôpitaux, la prison représente un des thèmes majeurs de l’architecture fonctionnaliste. Les hygiénistes comme les pénalistes découvrent « la puissance de l’architecture », voyant en elle un « instrument de guérison pour le crime et la maladie »14. En 1838, le médecin Esquirol définit d’ailleurs l’architecture comme l’agent thérapeutique le plus puissant15. C’est ainsi qu’au XIXe siècle les architectes sont chargés de traduire, à travers leurs plans, les idées des pénalistes. Selon Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Inspecteur général des prisons en France depuis 1837, l’architecte de la prison devient, « le premier exécuteur de la peine […], le premier fabricateur de l’instrument de supplice […], le précurseur du geôlier16 ». La conception et l’aménagement de l’espace punitif s’avèrent ainsi déterminants pour l’application de la peine et son impact sur le détenu. En d’autres termes, la réussite du programme pénal dépend du programme architectural ; un programme qui « […] met en jeu l’essentiel, soit le statut de l’homme dans la société17 ».

  • 18 Théodore Charpentier, Projet de Prison Pénitentiaire, Paris, Firmin Didot Frères, 1838, 14 p.
  • 19 Bruno Foucart, op.cit., p. 37.
  • 20 Odile Foucaud, op.cit., p. 196.

3Sous la Monarchie de Juillet, un architecte parisien relève le défi. Très intéressé par la question pénitentiaire ainsi que par le sort des détenus, Théodore Charpentier (1797-1867) réalise en 1838 un Projet de Prison Pénitentiaire, long d’une douzaine de pages18. Comme beaucoup d’autres à cette époque, le travail de l’architecte reste à l’état de projet19. Il représente, néanmoins, une source importante pour comprendre l’évolution architecturale20 et l’esprit philanthropique du XIXe siècle.

Un architecte de cafés et de théâtres

  • 21 Charles Bauchal, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, And (...)
  • 22 Marc Le Coeur, « Théodore Charpentier, architecte éclectique », in Béatrice De Andia (dir.), Hameau (...)
  • 23 Ibidem.

4Né à Paris le 22 septembre 1797, Louis-Charles-Théodore Charpentier n’a pas fréquenté l’École des Beaux Arts. Vraisemblablement élève d’un certain Turmeau21, le jeune architecte est formé sur le tas loin des écoles académiques22. Sa carrière débute par un voyage en Russie. Dans les premières années de sa carrière, Charpentier bénéficie de la protection du premier ministre de Louis XVIII, le duc de Richelieu. C’est d’ailleurs ce dernier qui l’envoie, en 1818, à Odessa, dans le cadre de la construction d’un lycée. Charpentier participe plus largement au développement de cette ville puisque, pendant cinq ans, il intègre le corps de génie civil. Son séjour à Odessa dure huit ans et semble être déterminant pour le déroulement de sa carrière. En effet, dès son retour en France, l’architecte est impliqué dans le lotissement du Quartier Saint-Georges23. Les premières œuvres de l’architecte datent ainsi de la fin des années vingt et au début des années trente, notamment avec la construction en 1833 d’un hôtel pour Alexis Alexandre Dosne, réalisé dans un langage très sobre et caractéristique du néo-classicisme.

  • 24 Marc Le Cœur, « Théodore Charpentier, ou l’enchantement de l’architecture », in Anne Dion Tenebaum (...)
  • 25 Marc Le Cœur, op.cit., 1998, p. 78.
  • 26 Marc Le Cœur, op.cit., 2008, p. 172.
  • 27 Ibidem.
  • 28 Cité par Idem, p. 177.
  • 29 Idem, p. 178.
  • 30 L’orléanisme est un courant politique de la droite française qui apparaît au XIXe siècle. Les orléa (...)

5Progressivement, néanmoins, cette tranquillité classique tend à disparaître pour faire place à l’exagération des proportions et l’accentuation des contrastes24. À partir du milieu des années 1830, l’architecte se détache du répertoire traditionnel et manifeste à travers ses œuvres le début de son épanouissement artistique, exprimant un goût pour le décor et le pittoresque25. Lieu de rencontre pour les personnalités importantes, le manoir construit à Neuilly, en 1834, reflète bien ce nouveau style néo-renaissant qui plaira beaucoup à Marie d’Orléans. Peu de temps après, cette dernière charge d’ailleurs l’architecte de réaliser le décor de son salon au palais des Tuileries. Le « cabinet » de la princesse est déterminant pour sa carrière26. Dès lors, Charpentier devient « l’artiste […] qui comprend le mieux l’architecture et la sculpture du XVIe siècle27 ». Affirmant la réputation de l’architecte, cette commande donne à celui-ci l’opportunité de montrer son goût néo-renaissant au public parisien, notamment dans les cafés et dans les restaurants. Avec la maison du Pont-de-fer, sur le boulevard Poissonnière, le Café Pierron ou encore le restaurant des Trois frères Provençaux, Charpentier amène l’univers princier de la Renaissance dans les espaces publics. Le succès est immédiat et son style décoratif devient rapidement à la mode dans la ville de Paris. Un auteur anonyme de L’Illustration dira, en 1847, qu’entre les « mains habiles et hardies » de l’architecte, le café devenait un « palais magique, où tout l’art de la Renaissance fut mis en œuvre […] Là, véritablement, tout le monde pouvait se croire chez un prince et tout le monde était chez soi28 ». L’architecte a ainsi peu à peu formulé une « réinterprétation moderne » du XVIe siècle dans l’architecture et la décoration d’intérieur29. Désormais décorateur célèbre et recherché, Charpentier jouit de la protection des milieux d’affaires, des riches banquiers et des cercles orléanistes parmi lesquels figure le ministre Adolphe Thiers, nouveau propriétaire de l’hôtel Dosne30.

  • 31 Marc Le Cœur, op. cit., 1998, p. 79.
  • 32 Marc Le Cœur, op. cit., 2008, p. 178.
  • 33 Marc Le Cœur, « Les salles lyriques de Charpentier », in Béatrice De Andia et Géraldine Rideau (dir (...)
  • 34 Charles Bauchal, op. cit., p. 623
  • 35 Fiche en ligne in Site du CTHS (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques), créée le 20.10. 2 (...)
  • 36 Charles Bauchal, op. cit., p. 623.
  • 37 Marc Le Cœur, op. cit., 2008, p. 178.
  • 38 Émile Bellier De la Chavignerie, continué par Louis Auvray, Dictionnaire général des architectes de (...)

6Si dans ces années-là, cependant, le style néo-renaissant connaît un grand succès, l’architecte s’en éloigne progressivement. À l’aube des années quarante Charpentier réalise deux hameaux dans la périphérie de Paris, Boulainvilliers et Boileau, laissant libre cours à son imagination et sa fantaisie : les constructions sont variées et l’allure des maisons semblable au cottage anglais31. Pourtant, dans le courant des années suivantes la carrière de l’architecte prend un tournant décisif dans le monde du théâtre32. En 1840, alors que le gouvernement choisit Felix Duban pour la reconstruction de la « Salle Favart » qui avait pris feu en 1838, c’est Théodore Charpentier, contacté officieusement par le directeur de l’Opéra-Comique, qui est chargé du projet33. Suite à ce succès, il réalise des travaux de même nature à la « salle Ventadour » du théâtre italien en 184134. À cette liste s’ajoutent le théâtre du Havre, celui de Toulon35 et, enfin, Charpentier participe aussi à la reconstruction du théâtre d’Avignon avec Léon Feuchère36. Ainsi, à la fin de sa carrière Charpentier se spécialise dans l’architecture et la décoration de théâtres, lieux privilégiés pour l’expression de son talent artistique : « C’était un magicien qui savait exaucer les rêves de faste ou de dépaysement de ses contemporains de toutes conditions. Un enchanteur dont les pouvoirs s’exerçaient avec le même bonheur dans l’immensité d’un café ou d’une salle de spectacle, et dans l’intimité d’un salon37 ». « Enchanteur », artiste de la joie et de la bonne humeur, Charpentier est nommé en 1848 architecte des Fêtes publiques. Pendant quatre ans, il est chargé de la décoration dans les divers lieux de cérémonie : place de la Concorde, Champs-Élysées et Champs-de-Mars38.

  • 39 Victor Lacaine et H.-Charles Laurent, Biographies et nécrologies des hommes marquants du XIXe siècl (...)
  • 40 Marc Le Cœur, op. cit., 1998, p. 78.
  • 41 Théodore Charpentier, Projet d’assainissement […], Paris, 1832, p. 2.
  • 42 Fiche en ligne sur le Site du CTHS (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques), créée le 20.1 (...)

7Reconnu comme l’un des « hommes marquants du XIXe siècle »39, Théodore Charpentier fut ainsi architecte de villas, de salons, de cafés et restaurants, mais il fut surtout un architecte de théâtres. Comment donc envisager les deux projets non réalisés dont il fut l’auteur et qui diffèrent totalement de sa production artistique ? En 1832, l’architecte publie en effet son projet d’assainissement du quartier de la Cité, démolition de l’Hôtel Dieu […] au profit des indigents atteints du Choléra. Fruit de sa propre initiative40, ce projet manifeste un intérêt pour les questions sociales et les préoccupations d’ordre sanitaire très caractéristiques du XIXe siècle : « il est du devoir des citoyens de venir offrir leurs concours au gouvernement pour apporter remède à la misère commune […] C’est dans ces vues que je me suis occupé d’une amélioration que je crois utile, et que je l’espère, méritera l’approbation de mes concitoyens41 ». Le projet est envoyé au Salon de 183342. Quelques années plus tard, juste avant de se lancer dans la construction de théâtres, l’architecte réfléchit à une autre problématique qui occupe alors une place centrale dans la société : la question pénitentiaire.

Une initiative personnelle ?

8En 1838, Charpentier publie son Projet de maison pénitentiaire. Tout comme le projet d’assainissement, celui-ci semble être le fruit d’une initiative personnelle et non d’une commande. Si les raisons précises ayant poussé l’architecte à réaliser ce projet sont pour le moment inconnues, il est néanmoins possible de suggérer quelques hypothèses.

  • 43 Cité par Marc Le Cœur, op.cit., 1998, p. 78.
  • 44 Idem, p. 77.

9Parmi celles-ci, la proximité d’une figure importante sur la scène artistique parisienne : Auguste Constantin (1790-1842). Cousin de Théodore Charpentier, ce dernier semble en effet être pour l’architecte une source d’inspiration non négligeable. D’ailleurs, lorsque Charpentier prépare son projet d’assainissement pour l’Hôtel Dieu en 1832, c’est à son cousin qu’il demande conseil, cet « architecte habile », auteur à Paris de nombreuses « communications utiles et de quartiers nouveaux et salubres43 ». De plus, ce n’est que deux ans après la villa des ouvriers de Constantin, que Charpentier réalise son projet de prison pénitentiaire44. Constantin n’est vraisemblablement pas la seule personnalité de renommée à influencer l’architecte. Sous la protection de Richelieu au début de sa carrière, l’architecte entre par la suite dans l’entourage de Marie d’Orléans, bénéficiant ainsi d’un certain contact avec les politiciens français. Il n’est donc pas impossible de supposer que la suggestion d’un tel projet vienne de ce milieu qu’il a côtoyé, voire même du pouvoir central.

  • 45 Nikolaus Pevsner, op.cit., p. 166.
  • 46 Théodore Charpentier, Projet de prison pénitentiaire, Paris, Firmin Didot, 1838, p. 3-4.
  • 47 Ibidem.
  • 48 Catherine Dhaussy, « La réforme pénitentiaire sous la Monarchie de Juillet ou l’indépassable “génie (...)

10Ce premier quart du XIXe siècle constitue en outre une période d’intenses réflexions sur la question pénitentiaire. Soucieux de fournir le meilleur modèle pénitentiaire à son pays, le gouvernement français envoie deux équipes aux États-Unis, leaders de l’époque en termes d’architecture et de fonctionnalité45. Les magistrats Alexis de Tocqueville et Gustave de Beaumont sont les premiers à partir en 1831 pour visiter les prisons américaines qui constituent à l’époque un modèle. À leur retour, Le Système pénitentiaire aux États Unis et son application en France publié en 1833 fait un compte rendu de la mission. Peu de temps après, en 1836, le magistrat Frédéric Demetz et l’architecte Abel Blouet sont chargés d’y retourner afin de relever les plans des prisons visitées. À l’échelle européenne les gouvernements échangent entre eux des mémoires et rapports sur les prisons respectives ; des documents bien connus, tant par les gouvernements que par les architectes. Le rôle de la presse contribue en plus considérablement à la diffusion de ces documents en publiant quotidiennement des comptes rendus, comme celui de Demetz et Blouet (1837). Présentant les planches des différentes prisons visitées par Tocqueville et Beaumont, celui-ci constitue l’une des premières sources sur le sujet et est, par conséquent, bien connue des architectes comme Théodore Charpentier. Avec le modèle Panoptique de Bentham, les modèles américains constituent en effet, à cette époque, le point de départ de tous les architectes. À partir de là, différentes solutions sont proposées. Charpentier, architecte de cafés et de théâtres, contribue à cette recherche en réfléchissant sur « […] la forme qu’il convient de donner à une prison-modèle à établir en France »46. L’architecte ne prétend pas appliquer tel quel le modèle américain. Il s’agit en effet de le « perfectionner » pour « introduire le système cellulaire en France »47. L’idée de « perfectionnement » reflète une société française qui, dans ces années-là, essaie de se détacher de l’empreinte américaine en trouvant une solution nationale, française, de l’emprisonnement individuel48, soulignant ainsi le caractère national que revêt le problème pénitentiaire sous la Monarchie de Juillet.

  • 49 Théodore Charpentier, op. cit., p. 3-4.
  • 50 Walter Zurbuchen, Prisons de Genève, Genève, État de Genève, 1977, p. 118.
  • 51 Idem, p. 125.
  • 52 Christophe Aubanel et Samuel Vaucher-Crémieux, Mémoire sur le système pénitentiaire, adressé en jan (...)
  • 53 Marc Le Cœur, op. cit., 1998, p. 78.

11Outre les modèles américains, l’architecte dit également avoir « examiné avec attention49 » la prison de Genève. Construite entre 1822 et 1825 par l’architecte genevois Samuel Vaucher-Crémieux, la Tour Maîtresse constitue en effet, à l’époque, « la prison la plus moderne du continent50 ». La prison recevait fréquemment des visites, non seulement de spécialistes mais aussi d’étrangers éminents lors de leur passage à Genève51. Tout comme le rapport de Demetz et Blouet, il est fort probable que Charpentier connaisse le mémoire écrit en 1837 sur la prison de Genève à l’intention du ministre de l’Intérieur français. L’auteur de ce rapport, directeur de l’établissement genevois, présente d’ailleurs la prison comme la « seule existante sur le modèle pur de Bentham52 ». Enfin, il n’est pas non plus impossible d’émettre l’hypothèse selon laquelle Théodore Charpentier ait rencontré personnellement l’architecte genevois au début de sa carrière, lors de son voyage à Odessa, « carrefour cosmopolite où se croisaient des architectes venus de nombreux pays53 […] ».

Un projet philanthropique

  • 54 Théodore Charpentier, op. cit., p.3.
  • 55 Annie Duprat, « Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la Monarchie (...)
  • 56 Robert Roth, op.cit., p. 37.
  • 57 Louis-Pierre Baltard, Architectonographie des prisons, ou parallèle des divers systèmes de distribu (...)
  • 58 Idem, p. 2.
  • 59 Théodore Charpentier, op. cit., p. 11-12.
  • 60 Louis-Pierre Baltard, op.cit., p. 5.
  • 61 Fabienne Doulat, op.cit., p. 3.
  • 62 Théodore Charpentier, op.cit., p. 4.

12Dès les premières lignes, les motivations de Charpentier sont évidentes. L’architecte dénonce d’emblée les « vices » de l’emprisonnement qui sont « depuis longtemps reconnus par les amis de l’humanité54 ». Humanité, bienfaisance ou philanthropie, ces termes désignent la première des vertus sociales : « La bienfaisance n’est pas que sentiment ou émotion, elle est exigence d’action efficace, une action soucieuse de l’intérêt d’autrui, de l’utilité sociale, du progrès social55 ». Évoquant les « amis de l’humanité », l’architecte se rallie ainsi au courant philanthropique français. Né à la fin du XVIIIe siècle, le courant refait surface au début de la Restauration face à l’état critique des prisons56. Améliorer les conditions de vie à l’intérieur de ces établissements occupe dès lors la première place parmi les réformes. Cette tâche revient à la Société royale pour l’amélioration des prisons. Créée en 1819, celle-ci est chargée de l’inspection ainsi que de la surveillance des prisons. Parmi les réformes qu’elle prévoit, la séparation des catégories pénales, l’amendement moral du détenu ainsi que l’humanisation des conditions de vie (salubrité et luminosité) apparaissent en priorité. Les propos de Charpentier évoquent l’œuvre de Louis-Pierre Baltard, professeur à l’École des Beaux-Arts et architecte des prisons de la Seine depuis 1813. Auteur du premier ouvrage français traitant d’architecture carcérale57, Baltard dénonce l’« humiliation », le « mépris », les « rigueurs inutiles » ainsi que les « travaux sédentaires et affaiblissants ». Il faut les supprimer pour « ranimer » le moral des condamnés58. À cette fin, il faudrait donner au détenu une activité stimulante ainsi que des ressources qui lui redonneraient courage. L’auteur insiste sur la question de la séparation entre petits délinquants et criminels pour éviter toute « contagion » et ainsi prévenir le crime. Dans la pensée de l’architecte, en effet, l’homme criminel peut devenir un homme bon et la prison peut être un véritable lieu de transition vers le bien59. Cependant, selon Baltard les mesures prises jusque-là sont insuffisantes et n’ont pas empêché la « dépravation profonde » qui touche constamment les hommes subissant une première condamnation. Arrivés au terme de leur peine, ceux-ci sont davantage marginalisés qu’à leur arrivée et retombent inévitablement dans le crime dès leur retour en société60. La réforme ne doit donc pas se limiter à l’administration mais doit s’étendre à la discipline interne qui doit être favorisée par la disposition des bâtiments, tâche qui revient aux « gens de l’art »61. Charpentier s’inscrit dans cette lignée philanthropique comme en témoignent les objectifs qu’expose l’architecte dans son projet afin de contrer les « vices » du système pénitentiaire : l’établissement doit offrir au délinquant une rééducation pour prouver à celui-ci que « le travail lui assurera le bien-être, tandis que le vol le mène à la misère » ; la prison doit en outre être un lieu qui empêche toute marginalisation du détenu et ainsi éviter que ce dernier « ne se regarde comme à jamais rejeté du sein de la société par une flétrissure publique » ; enfin, le dernier point résume, selon Charpentier, « le but des méditations des philanthropes » : la prison doit « rendre à la société le plus grand nombre possible des hommes que les passions, la paresse ou la misère ont entraînés à une première faute62 ». Rééducation, travail, réinsertion sociale. Tels sont les objectifs visés par l’architecte dans ce projet.

« La cellule solitaire »

13Outre la rééducation, le travail, et la réinsertion sociale, Charpentier place en premier lieu l’isolement absolu du détenu. Isoler afin de « soustraire le coupable au contact d’autres hommes aussi criminels, ou plus criminels que lui, qui l’encouragent dans le vice, le rendent plus vicieux encore, et l’empêchent de faire un retour salutaire vers le bien, en l’étourdissant sur les conséquences du crime63 ». L’isolement cellulaire ne connait pas beaucoup de partisans parmi les philanthropes de l’époque qui le considèrent comme le « renouvellement de l’ancienne torture64 ». Le Duc François de La Rochefoucauld-Liancourt qui pendant la Révolution fut l’un des plus importants diffuseurs du modèle américain adopté à Philadelphie, valorise en réalité un système inspiré par la philosophie quaker dont l’isolement cellulaire de jour comme de nuit était interdit65. Le solitary confinment était envisagé par les philanthropes uniquement comme sanction disciplinaire temporaire66.

  • 67 Jacques-Guy Petit, « L'amendement ou l'entreprise de réforme morale des prisonniers en France au XI (...)
  • 68 Jean-Claude Vimont, La Prison. À l’ombre des hauts murs, Paris, Découvertes Gallimard, collection « (...)
  • 69 Ibidem.
  • 70 Fabienne Doulat, op.cit., p. 2.
  • 71 Jean-Claude Vimont, op.cit., p. 35.
  • 72 Hinda Hedhili, « L’influence de la doctrine française sur la politique de construction des prisons (...)
  • 73 Bruno Foucart, op. cit., p. 39.
  • 74 Ibidem, p. 38
  • 75 Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 168.
  • 76 Robert Roth, op. cit., p. 160.
  • 77 Bruno Foucart, op. cit., p. 38.
  • 78 Théodore Charpentier, op. cit., p. 4.

14Par le choix de la solitude absolue, cependant, Charpentier tente de répondre au problème de la récidive que pose la Monarchie de Juillet. Les années 1830 sont en effet marquées par un net durcissement du régime disciplinaire en prison67. La société française voit augmenter la criminalité et en 1827 la publication des premières statistiques judiciaires met en évidence la « persistance de la récidive68 ». La générosité des philanthropes est alors critiquée et jugée « excessive » ne parvenant pas à rejoindre l’objectif de rééducation des délinquants.69 Devant faire face aux problèmes que pose la prison comme « école du crime »70, la réponse des autorités est l’enfermement cellulaire : « À l’obsession de la récidive, répond l’obsession de l’enfermement individuel71 ». Commence ainsi la période de l’expérimentation cellulaire. Après les voyages pénitentiaires réalisés au début des années 1830, la diffusion des modèles étrangers et surtout américains est à l’origine de la polémique parmi les spécialistes. Si en 1836 le gouvernement français décide de séparer les détenus les uns des autres en adoptant la réforme cellulaire, pour ce qui est du régime interne, en revanche, les experts ne sont pas d’accord : auburnien ou pennsylvanien72 ? À l’école de Auburn, prison de l’État de New York, l’isolement prévu pour le détenu est partiel, tandis qu’en Pennsylvanie les Western Penitentiary (Pittsburg, 1826) et Eastern Penitentiary (Philadelphie, 1829) adoptent le régime de l’isolement absolu. À partir des années 1830, toutefois, c’est le modèle pennsylvanien qui se généralise progressivement dans les débats et les projets en France73. Fortement critiquée par les partisans de Auburn pour le désespoir et la démence qu’elle provoquerait chez le détenu, cette dernière école est néanmoins considérée comme étant la seule solution pour éviter la promiscuité et la contagion du crime74. Par ailleurs, dans l’État protestant de Pennsylvanie, la solitude est considérée comme le meilleur moyen d’introspection et de progrès personnel75. Croyant au repentir et à la pénitence des délinquants, ce sont d’ailleurs les pennsylvaniens qui choisissent le terme de prison « pénitentiaire ». Dérivé de pénitence, le terme suggère l’espoir et l’amendement76. Véritables « laboratoire de la réforme pénitentiaire », les deux édifices de Pennsylvanie offrent aux architectes de la première moitié du XIXe siècle une source essentielle de réflexion et ont été à l’origine de ce que l’on peut considérer comme la plus grande période de l’architecture pénitentiaire77, période dans laquelle s’inscrit le projet de Charpentier et qui semble parfaitement adhérer à cette école : « on a reconnu aux États-Unis, où le système pénitentiaire est établi, que les criminels isolés par le système cellulaire, livrés à leurs propres réflexions, s’améliorent progressivement, que souvent, ils sortent corrigés de cette rude épreuve, et que la récidive est plus rare78 ». C’est donc en fonction du régime pennsylvanien de l’isolement absolu que Charpentier aménage l’espace punitif pour répondre au programme pénitentiaire tel qu’il s’annonce à l’époque : dissuasion, surveillance, solitude, travail et amendement.

Une architecture dissuasive

15Outre les plans, Théodore Charpentier joint à son projet une élévation de l’établissement (Fig.1). Représentée loin de la ville, dans un décor de campagne, la prison se trouve au centre de la représentation. En bas à gauche, une voiture transportant le futur détenu à l’entrée de l’établissement. Deux tourelles et deux ailes latérales viennent encadrer le corps central de la façade où se trouve l’entrée. Celui-ci se détache considérablement du reste de la façade, créant ainsi un effet de saillie, ce qui permet de souligner l’importance de l’entrée. Pour renforcer l’effet d’encadrement, de cet avant-corps se détachent à nouveau, de part et d’autre de l’entrée, deux corps de bâtiment. En répétant les effets de saillie et d’encadrement vers le centre, l’architecte focalise ainsi le regard vers la porte d’entrée.

Fig.1. Théodore Charpentier, Projet pour prison pénitentiaire. Élévation (1838)

Fig.1. Théodore Charpentier, Projet pour prison pénitentiaire. Élévation (1838)

Lithographie imprimée par Lemercier, Bernard et Cie, 1838 (source : BGE – Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314).

  • 79 Le chaînage d’angle est la partie en appareil formant l’angle saillant de la jonction de deux murs.
  • 80 Théodore Charpentier, op. cit., p. 6.

16Pour l’ensemble de la façade, l’architecte prévoit un appareil en bossage. Le décor est limité voire inexistant. De par les reliefs, le matériau utilisé semble se rapprocher de la pierre meulière. Cette dernière permet d’obtenir une surface uniforme, favorisant ainsi une grande sobriété. Néanmoins, sur l’avant-corps, la façade alterne la pierre meulière avec une pierre plus grosse qui constitue le chaînage d’angle79, et qui semble vraisemblablement être une pierre de taille. Cette dernière est posée sur les côtés des deux avant-corps ainsi que sur le pourtour de l’entrée. L’utilisation de cette pierre à l’entrée, non seulement augmente la monumentalité de l’avant-corps, mais contribue aussi à focaliser notre regard sur l’entrée où se trouve une porte en demi-cercle. De par l’utilisation d’un arc en plein cintre, posé au sol, la porte est en effet conçue à la manière d’un tunnel. De plus, les verticales de chaque pierre située non seulement sur le pourtour en demi-cercle, mais aussi à l’intérieur, accentuent l’effet de profondeur créé par le tunnel. Ainsi, la composition générale de la façade contribue à focaliser le regard sur l’entrée et plus particulièrement sur la porte ; une porte que l’architecte ferme d’une « grille » puisque l’entrée de la prison doit avoir un style « triste et sévère »80.

  • 81 Emil Kaufmann, Trois architectes révolutionnaires : Boullée, Ledoux, Lequeu, Paris, Éditions de la (...)
  • 82 Citation originale : « tristi in ragione del loro destino… la malinconia si mostrerà nelle prigioni (...)
  • 83 Bruno Foucart, op. cit., p. 45.

17La prison de Charpentier doit donc inspirer austérité et sévérité. Le recours aux éléments évoquant la forteresse tels les tourelles, les corniches à modillons, les fenêtres à barreaux, l’appareil en bossage, les bastions ainsi que le chemin de ronde qui entoure l’ensemble de l’établissement, intimide fortement. L’édifice projeté par Charpentier s’inscrit ainsi dans la perspective d’une architecture dissuasive dont la tradition remonte au XVIIIe siècle. À la veille de la Révolution française, fatigués du pittoresque, les architectes visent l’expression dans la forme faisant de l’architecture une « architecture parlante »81 : le bâtiment doit exprimer sa fonction. Pour le théoricien italien du néo-classicisme, Francesco Milizia, le niveau de l’expression doit varier en fonction des actes commis : « la mélancolie se dévoilera dans les prisons civiles et l’horreur se montrera dans les plus criminelles82 ». La « prison-prédicante » de Jacques-François Blondel, architecte et théoricien français, se situe dans la même lignée. À chaque type de détenu correspondrait un type d’architecture : plus celui-ci est mauvais, plus celle-ci doit le tourmenter83. Ainsi, l’architecture des prisons s’adresse à la fois aux citoyens et aux détenus. Pour les premiers, celle-ci doit inspirer frayeur, tandis que, pour les seconds, elle doit châtier et susciter l’amendement.

18Réalisé en 1776 pour la prison de Aix-en-Provence, le projet de Ledoux illustre bien cette tradition de « prison-parlante » qui évoque à la fois un tombeau et une forteresse (Fig. 2 et 3).

Fig.2. Claude-Nicolas Ledoux Projet de prison pour Aix-en-Provence. Vue en perspective (1776)

Fig.2. Claude-Nicolas Ledoux Projet de prison pour Aix-en-Provence. Vue en perspective (1776)

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 45.

Fig.3. Claude-Nicolas Ledoux, Projet de prison pour Aix-en-Provence. Plan (1776)

Fig.3. Claude-Nicolas Ledoux, Projet de prison pour Aix-en-Provence. Plan (1776)

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 45.

19Plusieurs autres prisons de l’époque adoptent ces éléments de forteresse et soignent aussi particulièrement l’entrée, comme en témoigne la Petite Roquette de Paris. Construite par Hippolyte Lebas entre 1826 et 1836, la prison remporte le concours de 1825 (Fig. 4, 5 et 6).

Fig.4. Hippolyte Lebas, Prison de la Petite Roquette, Paris, 1826-1836 (détruite en 1974). Photo de la façade extérieure

Fig.4. Hippolyte Lebas, Prison de la Petite Roquette, Paris, 1826-1836 (détruite en 1974). Photo de la façade extérieure

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 49.

Fig.5. Hyppolite Lebas, Petite Roquette. Tour d’angle

Fig.5. Hyppolite Lebas, Petite Roquette. Tour d’angle

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 49.

Fig.6. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Porte d’entrée

Fig.6. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Porte d’entrée

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 49.

20L’établissement affiche une allure défensive dans les mêmes éléments. Non seulement par ses tourelles d’angles, mais aussi par l’appareil en bossage et les corniches à modillons. Comme chez Charpentier, la décoration est minime de par l’utilisation de la pierre meulière qui donne une unité visuelle, privilégiant ainsi la sobriété et la gravité de l’édifice. Soulignons aussi la porte d’entrée qui utilise le même arc en plein cintre et présente le même effet de profondeur. Enfin, la typologie du chemin de ronde ressemble très fortement à celui de Charpentier.

21Contemporaine au projet de l’architecte parisien, la prison pénitentiaire de Genève s’inscrit dans la même lignée. Même si, finalement, la façade principale de la prison est réalisée dans une grande sobriété, les dessins préparatoires montrent que le niveau de l’entrée devait être couvert d’un appareil en bossage valorisant l’entrée (Fig. 6, 7 et 8).

Fig.7. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire, Genève. Façade extérieure du corps central, et la partie rectiligne du double mur d’enceinte (1825)

Fig.7. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire, Genève. Façade extérieure du corps central, et la partie rectiligne du double mur d’enceinte (1825)

Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 121.

Fig.8. Prison pénitentiaire, Genève. Lithographie (1825)

Fig.8. Prison pénitentiaire, Genève. Lithographie (1825)

Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 130.

22Dépourvue de tout ornement, la façade présente ainsi une grande sobriété comme la prison de Charpentier ou la Petite Roquette. À Genève, c’est surtout l’emplacement de la prison qui contribue à construire l’image de la prison-forteresse. Cette dernière est en effet élevée proche du fossé de Rive, sur la deuxième enceinte entourant la ville de Genève, soit sur l’enceinte dite de Marcossey où se trouve la Tour Maîtresse (Fig. 9). Contre cette tour aux mâchicoulis imposants est venue s’appliquer une des ailes de la prison pénitentiaire abritant deux cellules sombres. Construite sur un bastion qui défend la ville, visible de tous, la prison est véritablement assimilée à un rempart, symbole de la Défense sociale. C’est d’ailleurs cette tour qui donnera son nom à l’établissement.

Fig.9. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire, Genève. Photographie de la prison assise sur le bastion de la Hesse, à côté de la Porte de Rive (1855)

Fig.9. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire, Genève. Photographie de la prison assise sur le bastion de la Hesse, à côté de la Porte de Rive (1855)

Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 132.

23Enfin, il faut aussi citer parmi ces exemples le pénitencier de Beaulieu, près de Caen, réalisé par les architectes Harou-Romain, père et fils (Fig. 10 et 11).

Fig.10. Samuel Vaucher Crémieux, La Tour Maîtresse de la prison pénitentiaire, sur l’enceinte dite de Marcossey. Photographie (1862)

Fig.10. Samuel Vaucher Crémieux, La Tour Maîtresse de la prison pénitentiaire, sur l’enceinte dite de Marcossey. Photographie (1862)

Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 133.

Fig.11. Harou-Romain père (et fils ?), Maison centrale de Beaulieu, Caen. Elévation du projet conçu entre 1780 et 1820

Fig.11. Harou-Romain père (et fils ?), Maison centrale de Beaulieu, Caen. Elévation du projet conçu entre 1780 et 1820

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 46.

24Celui-ci présente en effet non seulement un système de fortifications avec fossé, bastions et tourelles, mais aussi le même type de chaînages qui marquent les angles chez Charpentier sur l’avant-corps. Enfin, la porte de Caen affiche les mêmes typologies que la Petite Roquette et la prison de Charpentier (Fig. 12).

Fig.12. Harou-Romain père et fils, Maison centrale de Beaulieu, Caen, 1828-1844. Pavillon d’entrée

Fig.12. Harou-Romain père et fils, Maison centrale de Beaulieu, Caen, 1828-1844. Pavillon d’entrée

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 47.

  • 84 Odile Foucaud, op. cit., p. 204.

25À l’image des établissements contemporains, la prison de Charpentier relève donc de l’architecture parlante héritée des architectes révolutionnaires comme Ledoux. Si au XIXe siècle l’image terrible et édifiante de l’architecture parlante des prisons tombeaux ou forteresses carcérales s’atténue progressivement, « les bossages s’aplatissent, et avant de disparaître les tours deviennent tourelles, plus symboliques qu’effrayantes84 », chez Charpentier l’héritage du XVIIIe siècle est encore bien présent et s’inscrit dans cette perspective de dissuasion, point théorisé par Blondel, et sur lequel insiste Bentham.

Surveillance

26L’exigence de surveillance répond aux besoins de sécurité inhérents à l’établissement pénitentiaire, un impératif ayant fait l’objet de nombreuses réflexions dans ce premier XIXe siècle. Pour son projet, Théodore Charpentier choisit un plan en demi-cercle (Fig. 13).

Fig.13. Théodore Charpentier, Projet de prison pénitentiaire. Plan et détails (1838)

Fig.13. Théodore Charpentier, Projet de prison pénitentiaire. Plan et détails (1838)

Source : BGE – Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314

  • 85 L’« écrou » est défini comme l’acte d’incarcération. Le verbe « écrouer » signifie donc enregistrer (...)

27Outre le chemin de ronde qui enceinte complètement la prison, cette dernière est également munie de deux tourelles destinées à surveiller les tentatives d’évasion (O). L’entrée de l’établissement se situe sur l’horizontale constituant l’avant-corps du bâtiment. Dans cette partie de la prison, soit le corps central de la façade principale, se situent non seulement les corps de garde et cabinet d’officier (C) mais aussi le logement du concierge (D). À gauche et à droite du corps central se trouvent les locaux de service. Au rez-de-chaussée (P), se trouvent les cuisines, office et buanderie, ainsi qu’une lingerie et une bibliothèque à l’étage. De l’autre côté, l’espace est exclusivement dédié à l’infirmerie et ses dépendances (Q). Entre ces deux zones, dans le bâtiment central faisant face à l’entrée, la chambre de l’écrou. Là, le condamné devient détenu (E, greffe)85 non seulement par l’écrit mais aussi par l’habit en revêtant le costume de prisonnier (F, vestiaire).

28À l’étage du bâtiment central l’architecte place la salle de l’inspecteur général (G). Surélevée par rapport aux autres bâtiments, celle-ci représente le point central de l’établissement vers lequel convergent toutes les cellules de la prison. Contrairement à l’avant-corps du bâtiment, cette zone de contrôle s’inscrit dans l’espace du demi-cercle où sont disposées les cellules de la prison (M). Ces dernières sont réparties sur les cercles concentriques du demi-cercle, constitué par quatre triangles. Chacun de ces triangles est séparé par l’une des quatre grandes rues (H, I, J, K, L) partant du siège central de l’administration, à la manière d’un éventail. Chaque triangle contient quatre rangées de cellules : trois cellules pour la première rangée, cinq pour la deuxième et sept pour les deux dernières.

29La prison de Charpentier est donc conçue sur un plan semi-circulaire dont les parties en éventail s’articulent autour d’un point central, siège de la surveillance. La majorité des prisons de cette époque ont recours au même type de dispositif central, en utilisant un plan radial, circulaire ou semi-circulaire. En témoigne le Eastern Penitentiary aux États-Unis, construit en 1829 (Fig.14), qui symbolise à l’époque le modèle philadelphien.

Fig.14. John Haviland, The Eastern Penitentiary, Cherry-Hill, Philadelphia, 1823-1829. Plan

Fig.14. John Haviland, The Eastern Penitentiary, Cherry-Hill, Philadelphia, 1823-1829. Plan

30Celui-ci est en effet constitué de sept corps de bâtiments qui rayonnent à partir du bâtiment central. À Paris, la Petite Roquette (1826-1836) est aussi construite sur plan radial mais, à la différence du Eastern Penitentiary, sur un plan circulaire (Fig.15).

Fig.15. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Plan

Fig.15. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Plan

Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., 1998, p. 197.

31Les six corps de bâtiments à trois étages contenant les cellules, séparés les uns des autres par une cour, convergent en effet vers un bâtiment central, où se trouvent les cuisines, la salle de surveillance et la chapelle. Il faut aussi mentionner le modèle genevois (1822-1825) évoqué par l’architecte qui présente également un dispositif central de surveillance sur plan radial en demi-cercle. Comme les autres prisons, les cellules sont réparties sur deux ailes de bâtiment à trois niveaux qui rayonnent autour d’un bâtiment central. Au rez-de-chaussée, se trouvent les ateliers et les réfectoires, tandis que le premier et le second étage abritent deux rangées de sept cellules chacune. Le modèle genevois en demi-cercle est très proche de Charpentier dans la mesure où l’on peut observer la même division en quatre parties mais avec une fonction différente cependant (Fig.16, 17 et 18). En effet, si à Genève l’espace des triangles fait office de cour pour séparer les corps de bâtiments, chez l’architecte parisien celui-ci contient les cellules.

Fig.16. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du Rez-de-chaussée

Fig.16. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du Rez-de-chaussée

Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 122.

Fig.17. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du premier étage

Fig.17. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du premier étage

Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 122.

Fig.18. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du Second étage

Fig.18. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du Second étage

Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 122.

32Le modèle exploité par Charpentier néanmoins ne correspond pas au plan radial à l’image des prisons citées plus haut. Certes, les quatre triangles du demi-cercle rayonnent à partir d’un point central. Néanmoins, les cellules ne sont pas placées sur des corps de bâtiments et, par conséquent, ne sont pas disposées de la même manière. Sur ce point, le plan de Charpentier semble en effet davantage se rapprocher au modèle panoptique élaboré à la fin du XVIIIe siècle par les frères Bentham. Le juriste, Jeremy, et Samuel, l’ingénieur, conçurent le panoptique. Source d’inspiration à l’origine d’une multitude de projets et d’expérimentations, ce système de surveillance centralisé présente un schéma géométrique très simple : un cercle et un point (Fig. 19).

Fig.19. Jeremy et Samuel Bentham, Projet pour une prison Panoptique (1791)

Fig.19. Jeremy et Samuel Bentham, Projet pour une prison Panoptique (1791)

Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 163.

  • 86 Jeremy Bentham, Panoptique, précédé de L’œil du pouvoir : entretien de Jean Pierre Barou et Michell (...)
  • 87 Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 163.

33Le bâtiment circulaire contient les cellules, placées les unes à côté des autres, tandis qu’au centre l’auteur conçoit une tour d’observation permettant aux gardiens de surveiller sans être vus. Bentham met ainsi en place un modèle d’inspection invisible, « l’œil du pouvoir », selon la célèbre expression de Michel Foucault86. En effet, n’ayant pas la possibilité de voir s’il est observé, le détenu a l’impression d’être l’objet d’une surveillance permanente. Le panoptique inaugure ainsi la politique de la « transparence » : au profit du surveillant mais au détriment des surveillés. Selon Jeremy Bentham, l’idée de la « Inspection House » peut être utilisé pour les écoles, les manufactures et les hôpitaux. Néanmoins, le juriste convient que celle-ci doit être spécialement appliquée à la prison87. Comme le panoptique, le projet de Charpentier place les cellules sur la circonférence d’un bâtiment circulaire. Si les cellules sont disposées de cette manière, l’architecte se singularise néanmoins sur un point. En effet, non seulement celles-ci sont disposées sur la circonférence du demi-cercle, mais également à l’intérieur de ce dernier, sur les trois autres demi-cercles concentriques, remplissant ainsi tout l’espace. En cela, le projet de Charpentier s’éloigne des autres modèles. Citons parmi les exemples anglo-saxons, The Edinburg Bridewell (Écosse, 1791-1795), projet pénitentiaire en demi-cercle. Comme le Panoptique benthamien, les cellules sont situées côte à côte sur la périphérie du demi-cercle (Fig. 20).

Fig.20. Robert et James Adam, The Edinburg Bridewell, 1791-1795. Plan

Fig.20. Robert et James Adam, The Edinburg Bridewell, 1791-1795. Plan

Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 165.

34Aux États-Unis, le Western Penitentiary (1826) présente la même organisation des cellules mais sur plan circulaire (Fig. 21).

Fig.21. Strickland, The Western Penitentiary, Pittsburg, 1826. Plan

Fig.21. Strickland, The Western Penitentiary, Pittsburg, 1826. Plan

Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 164.

35Entre 1808 et 1817, est construite par Richard Ingleman la prison de Devizes dont le plan général est circulaire mais dont les cellules sont disposées dans des bâtiments sur la moitié du cercle (Fig. 22).

Fig.22. Richard Ingleman, prison de Devizes, 1808-1817

Fig.22. Richard Ingleman, prison de Devizes, 1808-1817

Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 165.

  • 88 Bruno Foucart, op. cit., p. 39.

36Enfin, pour la France, il est intéressant d’évoquer les projets de Guillaume-Abel Blouet et Harou-Romain (fils). Lorsqu’en 1841, le modèle philadelphien est rendu obligatoire, l’Instruction qui est adressée au préfet comprend des propositions de plans qui constituerait « le plus complet recueil panoptiques88 ». Certes, ces plans sont publiés trois ans après le projet de Théodore Charpentier. Néanmoins, leur préparation remonte probablement aux années de l’architecte et manifestent ainsi le même effort d’interprétation du panoptique de Bentham. Les plans de l’architecte Blouet pour une prison départementale de 38 cellules (Fig. 23), ainsi que ceux de Harou-Romain (fils) pour une prison de 48 cellules (Fig. 24) se rapprochent de celui de Charpentier. Non seulement dans l’utilisation d’un plan semi-panoptique, mais aussi dans la manière « benthamienne » de disposer les cellules. Aucun projet cependant ne multiplie les rangées à la manière de l’architecte parisien.

Fig.23. Guillaume-Abel Blouet, 4è projet de prison cellulaire départementale pour 38 cellules. Plan rez-de-chaussée. Extrait de l’Instruction et programmes pour la construction de maisons d’arrêts et de justice, Paris, 1841, Planche 7

Fig.23. Guillaume-Abel Blouet, 4è projet de prison cellulaire départementale pour 38 cellules. Plan rez-de-chaussée. Extrait de l’Instruction et programmes pour la construction de maisons d’arrêts et de justice, Paris, 1841, Planche 7

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 40.

Fig.24. Harou-Romain fils, Projet pour 48 cellules. Plan de rez-de-chaussée. Extrait de l’Instruction, 1841, Planche 14

Fig.24. Harou-Romain fils, Projet pour 48 cellules. Plan de rez-de-chaussée. Extrait de l’Instruction, 1841, Planche 14

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 41.

37Le plan dessiné par Charpentier représente ainsi un compromis entre le plan radial, dont le modèle visuel semble être celui de Genève, et le plan panoptique de Bentham. Ce constat pose la question de la surveillance. Chez Charpentier celle-ci ne s’exerce pas à la manière du modèle benthamien. Ce dernier permet en effet au gardien, à partir d’une tour d’observation centrale, d’exercer une surveillance générale et permanente sur l’ensemble de la prison (tant sur les cellules que sur les ateliers de travail, que le régime soit auburnien ou pennsylvanien). De ce point de vue, le système de surveillance mis en place par Charpentier se rapproche davantage du modèle radial, où la surveillance ne s’effectue pas directement sur les cellules depuis un point central. Comme il est représenté sur le plan, les cellules (M) sont élevées sur des galeries circulaires (N). La partie gauche du demi-cercle montre les cellules, tandis que la partie droite rend visible les galeries qui sont construites en dessous de celles-ci. Ainsi, c’est par le moyen de galeries souterraines que les détenus sont surveillés. Comme le dit l’architecte, celles-ci doivent être parcourues jour et nuit par les inspecteurs particuliers qui « surveillent continuellement les prisonniers », grâce aux petites ouvertures pratiquées dans les murs et les portes (Fig. 25). La surveillance permanente des détenus est ainsi assurée.

Fig.25. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Coupe des cellules et galeries souterraines

Fig.25. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Coupe des cellules et galeries souterraines

Sources : BGE – Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314

  • 89 Robert Roth, op. cit., p. 164.
  • 90 Ibidem.

38Pour répondre à l’impératif de contrôle, l’architecte fait aussi en sorte que les inspecteurs particuliers fassent l’objet d’une surveillance. En effet, depuis son bureau, l’inspecteur général peut observer le mouvement de ces derniers, notamment lorsqu’ils traversent l’une des cinq rues principales, et peut de cette manière contrôler s’ils effectuent leur travail. Ainsi, comme dans le modèle radial, l’inspecteur général de Charpentier se trouve au centre mais ne peut surveiller directement les cellules. Ce sont les gardiens qui exercent cette surveillance de manière individuelle dans les galeries. Le système est très proche de celui mis en place à la Tour Maîtresse de Genève. Construite sur plan radial, la surveillance générale et permanente y est, en effet, impossible89. Certes, les ateliers situés au rez-de-chaussée qui reçoivent les prisonniers la journée, peuvent être surveillés par une seule personne à partir de la pièce centrale, notamment à travers un guichet (Fig. 26). Les détenus ont ainsi l’impression d’être constamment sous surveillance. Néanmoins, de nuit, sur les deux étages où se trouvent les cellules, seule une surveillance personnelle est possible grâce aux judas disposés sur la porte de chaque détenu90. Ainsi, comme dans le projet de Charpentier, les détenus sont surveillés par les gardiens particuliers.

Fig.26. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Dessin des guichets de la galerie centrale d’inspection permettant d’observer le réfectoire correspondant à ce guichet

Fig.26. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Dessin des guichets de la galerie centrale d’inspection permettant d’observer le réfectoire correspondant à ce guichet

Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., p. 124.

  • 91 Théodore Charpentier, op. cit., p. 5.

39Il faut noter cependant une faille dans ce système de surveillance. En effet, comme à Genève où les gardiens ne peuvent être totalement surveillés par le bureau central, la prison de Charpentier présente le même problème. Si, comme le précise l’architecte, l’inspecteur général peut surveiller ceux-ci lorsqu’ils traversent l’une des cinq grandes rues pendant leur tour de garde, il ne peut cependant les contrôler à l’intérieur des galeries. Certes, l’architecte insiste sur l’interdiction de communiquer avec le détenu : « Ils ne peuvent en être aperçus, et ne doivent, sous aucun prétexte entrer en conversation avec eux91 ». Dans la pratique, néanmoins, ceci ne peut être garanti.

  • 92 Ibidem, p. 8.

40Notons aussi que, si à Genève et dans les prisons construites sur plan radial la surveillance suit un mouvement de l’intérieur vers l’extérieur (d’abord sur la cellule, puis sur l’espace de promenade), dans le projet de Charpentier celle-ci s’exerce de l’extérieur vers l’intérieur (d’abord sur l’espace de promenade, c’est à dire le jardin, et après sur la cellule). Il s’agit donc d’un mode de surveillance périphérique qui se fait depuis l’extérieur. Enfin, à Genève, la surveillance dans les cellules se fait au moyen des judas dont la vue, pendant la nuit, est probablement assez limitée. Plus efficace, le projet de Charpentier envisage un autre dispositif. Celui-ci prévoit en effet un système d’éclairage nocturne puisque « la surveillance, même de nuit,  exerce une influence salutaire sur l’esprit du prisonnier92 ». Le dispositif est placé hors de portée du prisonnier, le dissuadant ainsi de vouloir cacher ses activités nocturnes.

41Ainsi, pour remplir la fonction de surveillance au sein de la prison, Théodore Charpentier propose un plan en éventail, compromis entre le modèle panoptique de Bentham et le modèle radial de Genève ; certains éléments se rapprochent effectivement de la Tour Maîtresse notamment dans la forme du plan et le système de surveillance. Néanmoins, l’architecte fait preuve d’une grande imagination et propose un modèle totalement original, notamment dans la disposition des cellules sur plusieurs cercles et dans le dispositif de surveillance souterrain qui est totalement inhabituel et inédit.

Isolement et travail

42Comme énoncé dans la présentation du projet, le premier objectif de Théodore Charpentier est l’isolement total du prisonnier, selon le modèle pennsylvanien. Isolé de jour comme de nuit, chaque prisonnier dispose donc de sa propre cellule (Fig. 27).

Fig.27. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Détail de la cellule

Fig.27. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Détail de la cellule

Source : BGE - Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314.

  • 93 Idem, p. 5.

43Comme le montre le dessin de la coupe (Fig. 25), le détenu est amené à sa cellule par le moyen des galeries circulaires (b) où se trouve l’entrée (m). « Enceinte de murs hauts et épais » pour rendre toute évasion impossible, l’habitation destinée à chaque prisonnier comprend, non seulement une cellule (a), mais aussi un jardin (c) par lequel entre le détenu. Chaque cellule est en effet munie d’un petit espace, à ciel ouvert, où le prisonnier peut « soit cultiver quelques fleurs, s’il en a le goût, soit y transporter ses outils pour un travail qui exige un espace plus vaste que celui de la cellule93 ». En outre, probablement pour une question de confort et de salubrité, Charpentier prévoit d’installer les lieux d’aisance dans un angle du jardin (f) plutôt qu’à l’intérieur de la cellule. Dans l’angle opposé, se trouvent des robinets fournissant l’eau nécessaire au prisonnier. Enfin, à l’autre bout du jardin, se trouve la cellule à laquelle le prisonnier accède par le perron (l). À l’intérieur de la cellule, l’architecte place le lit en hauteur (g) ce qui lui permet de gagner de la place. La cellule est aussi équipée d’une commode, placée en dessous du lit (h), ainsi que d’un « micro-atelier ». Dans chaque habitation, en effet, l’architecte met à disposition, soit un établi de menuisier (i), soit de serrurier (j), soit de bijouterie (k), pour que le détenu puisse travailler à l’extérieur comme à l’intérieur. La cellule, voûtée, est fermée dans toute sa largeur par un vitrage. Cette mesure permet au gardien de voir ce que le détenu fait dans sa cellule reprenant ainsi le concept de transparence du modèle panoptique. Pendant la journée, la cellule est fortement éclairée par un rayon de lumière arrivant d’en haut, tandis que, pendant la nuit, celle-ci est illuminée par un bec de gaz (e) placé hors de portée du prisonnier, participant également au système de surveillance.

  • 94 Théodore Charpentier, op. cit., p. 5.
  • 95 Fabienne Doulat, op. cit., p. 3.
  • 96 Bruno Foucart, op. cit., p. 52.
  • 97 Ibidem.
  • 98 Cité par Ibidem.

44Pourvu de tous les éléments nécessaires à la vie quotidienne, le logement de chaque détenu présente ainsi un vaste espace. Théodore Charpentier souhaite, en effet, donner au prisonnier « une habitation saine aérée et même agréable »94. Dans cette perspective, l’architecte met en place un système de continuité entre la cellule et l’espace de promenade, montrant ainsi une forte adhésion aux modèles américains. En effet, les Western et Eastern Penitentiary dotent chaque cellule d’une cour individuelle à ciel ouvert95. Cette volonté de continuité est manifeste aussi chez l’architecte français Harou-Romain (fils). Fortement inspiré par Bentham et « pennsylvanien acharné »96, ce dernier divise, comme Charpentier, la portion de cercle impartie à chaque cellule en compartiments. De l’intérieur à l’extérieur : la chambre, puis l’atelier et enfin le promenoir (Fig. 28). Le jeune architecte cherche à concevoir des cellules qui soient le plus vaste et le plus salubre possible97. L’idée d’air pur semble d’ailleurs aussi être le leitmotiv de Harou-Romain : « je me suis obligé de rendre leurs habitations tellement ouvertes que les prisonniers s’y trouvassent au milieu d’un océan d’air comme les cultivateurs dans les champs98 ». Notons au passage que, comme les cellules de Charpentier, celles de Harou-Romain sont aussi fermées par une vitre et ouvertes sur la galerie, afin de ne pas échapper à la surveillance du gardien.

Fig.28. Harou-Romain fils. Coupe et plan des cellules avec chambre, ateliers et promenoirs à l’air libre. Extrait de l’Instruction (1841)

Fig.28. Harou-Romain fils. Coupe et plan des cellules avec chambre, ateliers et promenoirs à l’air libre. Extrait de l’Instruction (1841)

Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 53.

  • 99 Cité par Marc Le Cœur, op. cit., 1998, p. 79.

45En regardant le plan dans son ensemble, l’établissement de l’architecte ressemble en effet davantage à un vaste jardin qu’à une prison. Placées les unes à côté des autres, les cellules apparaissent en premier lieu comme des petits jardins et non des lieux d’enfermement. La vue globale de cet établissement évoque d’ailleurs la description du hameau de Boulainvilliers à Paris que l’architecte réalise la même année : « Des arbres variés, des arbustes odorans, des fleurs en abondance, réjouissent la vue en répandant de douces émanations. Là il n’y aura qu’une vingtaine de petites propriétés qui auront l’air de n’en former qu’une ; le tout semblera un vaste jardin, rempli de fabriques pittoresques99 ».

  • 100 Théodore Charpentier, op. cit., p. 4.

46Ainsi, Théodore Charpentier projette la réhabilitation des délinquants dans un cadre spacieux et aéré, imitant la campagne. Le choix du jardin est très inhabituel pour l’époque. En effet, que ce soit dans les établissements américains ou dans les projets de Harou-Romain et Blouet, il s’agit d’un espace de promenade ou de cour individuelle. Le projet de Charpentier mélange les deux puisque le jardin est sillonné par des petits chemins, alternant ainsi les espaces de terre et ceux de promenade. Le choix d’un jardin à ciel ouvert peut exprimer un retour à la nature, un environnement favorisant davantage la réhabilitation du délinquant. Le jardin pourrait donc être envisagé comme un lieu de recueillement et de méditation. Outre le retour à la nature, ce choix donne également la possibilité au détenu de jardiner, soulignant ainsi l’importance du travail de la terre. L’architecte ne manque pas d’ailleurs d’illustrer cela dans son projet (Fig. 25). Le détenu y est en effet représenté en train de travailler la terre ou le bois. De plus, les messages que l’architecte prévoit d’inscrire sur les murs ont pour objectif d’encourager le prisonnier à s’engager sur le droit chemin : par le travail, le détenu se libère des vices et parvient au bonheur, à la richesse. Par ce dispositif l’architecte contribue ainsi à remplir le deuxième objectif de son projet : détourner le détenu du vol par la mise au travail100. Outre le travail de menuisier, l’architecte offre au détenu le travail de la terre qui doit être envisagé dans cette perspective régénératrice. Dans ce sens, le choix de Charpentier évoque un autre exemple de prison pénitentiaire. Conçue par Blouet et construite en 1839, la Colonie agricole de Mettray destinée aux jeunes délinquants est, en effet, aussi pourvue de jardins. Comme Charpentier, c’est par le travail de la terre que cet établissement espère réhabiliter ses jeunes détenus.

47Les cellules de Charpentier sont donc conçues de manière spacieuse selon les exigences du modèle pennsylvanien avec, néanmoins, une variante originale : le jardin. Dans les prisons qui sont sous régime auburnien, les cellules sont petites et peu illuminées (Fig. 29).

Fig.29. Prison de Auburn, New York, 1816-1825. Photo

Fig.29. Prison de Auburn, New York, 1816-1825. Photo

Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 166.

  • 101 Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 166.
  • 102 Cité par Bruno Foucart, op. cit., p. 52.

48À Auburn par exemple, les cellules n’ont pas de fenêtres sur l’extérieur. Elles reçoivent la lumière par la galerie qui dessert les cellules, elle-même illuminée par la lumière extérieure101. Étant donné que le prisonnier passe la majorité de son temps à l’extérieur de sa cellule, cette dernière n’exige pas beaucoup d’espace. Ainsi, le projet de Charpentier remplit les exigences philanthropiques qui seront explicitées trois ans plus tard dans la circulaire du 9 août 1841 de Duchâtel (luminosité, salubrité et aération, chauffage et vastitude de la cellule) selon laquelle « chaque cellule n’est autre chose qu’une prison particulière102 ». Le détenu doit pouvoir mener une vie normale mais solitaire.

  • 103 Théodore Charpentier, op. cit., p. 9.
  • 104 Théodore Charpentier, op.cit., p. 11.

49Mais l’architecte ne se contente pas de cet aménagement spatial. Soucieux de rendre l’expérience pénitentiaire la plus positive possible, l’architecte propose à l’institution carcérale une aide humaine. Certes, le conseil que l’architecte met par écrit et ajoute au projet relève plus d’un aspect idéologique que technique. Celui-ci permet néanmoins de mieux comprendre les choix opérés par l’architecte et surtout l’importance que celui-ci attribue à la réhabilitation du délinquant. En effet, selon Charpentier le régime de la réclusion absolue, punition souvent jugée par l’opinion publique comme étant « la plus sévère » et « la plus cruelle »103, doit être complétée par une institution. Une institution qu’il a probablement du observer à la prison de Genève : le patronage. Certains citoyens, désignés pour être les patrons des détenus, visiteraient ces derniers une fois par semaine. Non seulement, ceux-ci donneraient aux prisonniers des nouvelles de leur famille, mais aideraient également les détenus à vendre le produit de leur travail réalisé en prison. Ce système a donc pour but d’encourager le détenu et le soutenir dans son travail, pour le reconduire sur la bonne voie. Dans la même perspective, ces patrons contribueraient aussi à « combattre leurs mauvais penchants par des conseils pratiques, les entretiendraient de leurs ressources présentes et futures et leur serviraient, à leur sortie de prison, de protecteurs actifs104 ». Envisagé par l’architecte comme corollaire de l’isolement absolu, le patronage est non seulement censé adoucir la détention par des rencontres ponctuelles, mais doit aussi permettre la progressive réinsertion du délinquant dans la société.

Amendement

  • 105 Robert Roth, Christian-Nills Robert, op. cit., p. 4.
  • 106 Jean-Claude Vimont, op. cit., p.25.
  • 107 Louis-Pierre Baltard, op. cit., p.24

50L’architecture carcérale du XIXe siècle place au centre de son programme l’amendement du prisonnier. Pièce-maîtresse de l’édifice pénitentiaire, la cellule est d’ailleurs un héritage direct de l’Église : « entre la cellule monastique et la cellule, seule la condition de l’occupant change105 ». Considérée comme la relève du confessionnal, la cellule implique de fait les mêmes conditions de recueillement et de réflexion sur soi. L’impératif du repentir marque non seulement les premiers établissements « pénitentiers » du XVIIIe siècle, mais aussi les prisons du siècle suivant. En effet, hormis les conditions de luminosité et de salubrité, les réformes de la Société royale pour l’amélioration des prisons ont pour priorité l’amendement moral du détenu106. Selon Louis Pierre Baltard « les chapelles doivent, autant que les localités le permettent, être placées au centre de l’établissement107 ». Mettre au centre l’autel ou la chapelle, c’est mettre en avant l’impératif d’amendement du détenu. Le discours sur le condamné est avant tout celui de sa rédemption.

  • 108 Odile Foucaud, op. cit., p. 196 : ces chiffres constituent la base d’étude réalisée par Odile Fouca (...)
  • 109 Odile Foucaud, op. cit., p. 200.
  • 110 Idem, p. 199.

51Dans le projet de Charpentier, la chapelle est située sur l’axe principal (lettre J sur le plan), à l’opposé du corps central (Fig. 13). Cette disposition est souvent mise en pratique à l’époque. En effet, selon une étude menée sur les prisons françaises du XIXe siècle, dans 52 cas sur 110, la chapelle (ou l’autel) est établie sur l’axe majeur, soit sur le même axe que le bâtiment de l’administration à l’entrée108. Dans 46 cas, celle-ci constitue le centre de l’ensemble carcéral. C’est le cas, par exemple, de la Petite Roquette. Le plan centré rayonnant de la prison s’articule et se structure en effet à partir de la chapelle. Sur elle converge la perspective de tous les couloirs des bâtiments de détention. Notons d’ailleurs que le choix d’une rotonde pour le bâtiment central de la surveillance, au rez-de-chaussée, et de la chapelle, à l’étage, n’est pas neutre. Celle-ci évoque en effet l’édifice cultuel109. À Philadelphie, dans la prison de Cherry-Hill, la chapelle aussi est placée au centre du plan. La Tour Maîtresse de Genève ne fait pas exception et installe sa chapelle au centre, au dessus du bureau central de surveillance. Ceci, néanmoins, semble concerner les grandes prisons disposant de plusieurs bâtiments de détention. Pour les petits établissements, comme celui Charpentier, la chapelle est généralement placée à l’opposé de l’entrée et se signale sur la cour par son abside semi-circulaire ou polygonale110.

  • 111 Idem, p. 201-202.
  • 112 Idem, p. 205.

52Chez Charpentier, l’importance de la religion se manifeste non seulement par le choix du plan, mais aussi par son élévation. Comme le montre son dessin, la chapelle domine le reste de l’établissement et est visible depuis l’extérieur. En effet, au loin, sur le chemin qui mène le détenu à la prison, celui-ci est averti de sa punition certes, mais aussi de son amendement. Surplombant l’ensemble de la prison, l’élévation de la chapelle apparaît comme la raison d’être de l’institution. Ce n’est pas un choix novateur puisque, à partir de la Restauration jusqu’à la fin du siècle, à l’intérieur de la prison, la chapelle (ou l’autel) est généralement dans une position de domination évidente, située « à l’étage au dessus de toute hiérarchie humaine111. » La prison de la Petite Roquette présente ainsi le même type d’élévation et semble être d’ailleurs à l’origine de cette caractéristique dans l’architecture pénitentiaire112. Couronnée par une coupole, la chapelle domine en élévation tous les autres bâtiments de l’ensemble carcéral comme de l’administration (Fig. 30).

Fig.30. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Coupe sur la rotonde centrale

Fig.30. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Coupe sur la rotonde centrale

Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., p. 198.

53Le même constat peut également s’observer dans le projet de Louvier pour une maison d’arrêt à Lyon (Fig. 31).

Fig.31. Louvier, maison d’arrêt de Lyon. Elévation principale (1867)

Fig.31. Louvier, maison d’arrêt de Lyon. Elévation principale (1867)

Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., p. 206.

54Contrairement à la majorité des projets, Charpentier n’utilise pas de coupole mais accentue d’avantage l’effet d’élévation de la chapelle : non seulement par le pignon, mais aussi par les anges de profil qui l’encadrent et finalement la présence de la croix au sommet qui culmine. De cette manière, l’édifice prend d’avantage l’aspect d’une église, comme c’est le cas à Cognac ou dans les colonies agricoles à Mettray (Fig. 32 et 33).

Fig.32. Brazier, Prison de Cognac. Élévation sur rue (Carte postale ancienne)

Fig.32. Brazier, Prison de Cognac. Élévation sur rue (Carte postale ancienne)

Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., p. 208.

Fig.33. Guillaume Abel Blouet, Colonie agricole de Mettray, 1839

Fig.33. Guillaume Abel Blouet, Colonie agricole de Mettray, 1839

55Cependant, contrairement aux exigences de l’époque, la chapelle de Charpentier s’avère plus symbolique que véritablement fonctionnelle. Dans l’idéal, en effet, la chapelle doit être positionnée de manière à ce que les prisonniers puissent assister ensemble aux offices sans toutefois se voir à l’image du dessin réalisé par l’architecte Harou-Romain (Fig. 34).

Fig.34. Harou-Romain fils. Prière du détenu agenouillé dans sa cellule face à la tourelle de l’inspection dominée par la chapelle

Fig.34. Harou-Romain fils. Prière du détenu agenouillé dans sa cellule face à la tourelle de l’inspection dominée par la chapelle

Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., p. 1.

56Certes, perchée en haut d’un grand escalier, l’élévation de Charpentier est monumentale. Cependant, celle-ci ne peut assurer la participation de l’ensemble des détenus au culte. En effet, les cellules s’ouvrent vers l’extérieur, mais elles ne convergent pas en direction de la chapelle. Par conséquent, les cellules situées sur les côtés gauche et droit du demi-cercle semblent difficilement pouvoir participer au culte que le prêtre célèbre depuis la chapelle. De plus, comme le précise l’architecte, la hauteur des murs limite considérablement la visibilité et l’audition depuis la cellule. Enfin, le choix d’une chapelle ouverte sur l’extérieur semble être problématique au niveau de la température ambiante. Ainsi, bien que Charpentier satisfasse intellectuellement le projet pénitentiaire de par la position centrale et dominante de la chapelle, cette dernière est privée de sa fonctionnalité. La chapelle de la Petite Roquette présente le même caractère symbolique. En effet, les bâtiments de détention n’ayant pas de connexion avec le corps central où se trouve la chapelle, les détenus ne peuvent voir, ni entendre la célébration quotidienne du culte. Ce n’est pas le cas à la prison de Mazas. Certes, la construction de cet établissement date de 1850, mais les premiers projets préparatoires sont contemporains aux années de Charpentier. Dans cette prison, grâce à un entrebâillement des portes de chaque cellule et une connexion directe avec le corps central, la participation au culte est possible.

  • 113 Odile Foucaud, op.cit., p. 200.

57Avec l’avènement du programme cellulaire, la question de la chapelle est un véritable « casse-tête » pour les architectes puisqu’il faut, à la fois, séparer les détenus les uns des autres et leur permettre d’assister au culte, mais sans se voir. Pour satisfaire aux exigences du projet pénitentiaire, les chapelles sont donc souvent placées au centre sans toutefois avoir une utilité réelle. De surcroît, dans de nombreux cas celles-ci bénéficient de la position centrale au détriment du dispositif de surveillance113.

58Si la chapelle de Charpentier semble ainsi manquer sa fonctionnalité, elle ne manque pas en revanche sa fonction symbolique. En inscrivant le mot « Avenir » au-dessus de la chapelle, l’architecte transmet au détenu un message : la prison est un lieu de transition permettant de réintégrer la société. C’est donc à travers une détention purificatrice et rédemptrice que le détenu peut recouvrer sa liberté et mener à nouveau une vie normale, loin du « péché ».

59Plusieurs autres éléments du projet contribuent à transmettre ce message. Soulignons, en effet, l’emplacement des portes de sorties. Celles-ci sont placées à gauche et à droite du grand escalier qui mène à la chapelle (S), telles des sorties de coulisse sur une scène de théâtre. En montant vers la chapelle, le « chemin de Dieu », le détenu trouve la sortie. Il faut aussi mettre en évidence la structure générale du plan en demi-cercle (Fig. 35).

Fig.35. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Plan

Fig.35. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Plan

Source : BGE – Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314

60En effet, le dessin de la coupe montre que chaque rangée de cellules est plus haute que la précédente, créant ainsi un effet d’élévation à l’image d’un escalier. Dépourvu de toit, l’établissement en demi-cercle semble rempli de gradins, tel un théâtre grec antique. Héritage de la civilisation occidentale, le théâtre constitue le lieu de la catharsis. À travers la tragédie qui met en scène les passions, l’homme se purifie et s’en libère. Ainsi, dans sa prison, théâtre de la tragédie humaine, l’architecte parisien semble mettre en scène le spectacle de la rédemption. S’élevant vers la chapelle, les cellules s’éloignent progressivement du bureau de l’inspecteur général pour se rapprocher toujours plus de l’extérieur. Le message est évident : un retour à la vie normale ne peut s’effectuer que si l’on élève son âme vers Dieu.

61L’architecture exprime ainsi la régénération morale offerte par le passage en prison. Le délinquant doit donc garder espoir, point sur lequel Charpentier insiste beaucoup. En effet, celui-ci ouvre et clos son discours par une citation de la Divina Commedia, la célèbre œuvre littéraire écrite par Dante Alighieri. Celle-ci est divisée en trois cantiques : l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis. C’est dans le premier cantique que l’architecte empreinte la citation. Notons d’ailleurs au passage que le concept de l’enfer dantesque est très proche du projet de l’architecte comme le montre la peinture de Sandro Botticelli (Fig. 36).

Fig.36. La Carte de l’enfer, Frontispice de l’œuvre de Dante par Sandro Botticelli, 1495

Fig.36. La Carte de l’enfer, Frontispice de l’œuvre de Dante par Sandro Botticelli, 1495
  • 114 Dante Alighieri, La Divina Commedia, commentée et annotée par Aristide Brunello, Rome, Cusimano, 19 (...)

62L’enfer y est représenté comme un abîme en forme d’entonnoir, composé d’une série de neuf anneaux qui se rétrécissent au fur et à mesure que l’on descend et que l’on se rapproche du centre où se trouve Lucifer. La prison de Charpentier est aussi constituée de demi-cercles concentriques. Étroits à proximité du bureau de l’inspecteur général exerçant la surveillance et le contrôle sur les détenus, ceux-ci s’agrandissent et s’élèvent au fur et à mesure qu’ils s’en éloignent. Le mouvement, néanmoins, est inversé. Dans l’Enfer de Dante, le mouvement est descendant ; chez Charpentier, il est ascendant. Le chemin du bonheur est l’élévation, celui du malheur la déchéance. Au début du chant III qui marque le véritable commencement du voyage de Dante en Enfer, celui-ci écrit : « Lasciate ogni speranza, voi ch’intrate » (« Abandonnez tout espoir, vous qui entrez »)114. Écrits sur la porte d’entrée de l’enfer, ces vers sèment le doute et la peur dans le cœur de Dante. Cependant, si l’Enfer dantesque ne laisse aucune chance au « pécheur » pour racheter sa faute, la prison de Charpentier, au contraire, veut lui donner espoir. C’est pourquoi l’architecte modifie le vers du poète, en substituant le verbe « abandonner » par le verbe « conserver » : 

  • 115 Théodore Charpentier, op. cit., p. 1 et 12.

« Voi ch’intrate conservate ogni speranza115 ».

Réception

  • 116 Marc Le Cœur, op. cit, 1998, p. 80.

63Ne répondant pas à une commande précise pour un lieu donné, Théodore Charpentier souhaitait avant tout proposer un modèle de prison. Le travail n’a donc pas vu le jour concrètement et est resté à l’état de projet. Celui-ci, néanmoins, n’est pas passé inaperçu. Présenté au Salon de 1839116, le projet de l’architecte est en effet accueilli avec enthousiasme. En témoigne la Revue administrative, parue la même année, qui cite le travail de Charpentier comme projet exemplaire se distinguant des travaux contemporains sur le sujet :

  • 117 Revue administrative : journal des administrations …, vol. 1, Paris, 1839, p. 390.

L’architecte d’un pénitentiaire se trouve […] investi […] de la faculté d’appliquer la loi. C’est là une mission grave et délicate. Espacer un peu plus ou moins cette fenêtre ; donner plus ou moins d’accès à l’air, à l’aspect du ciel dans cette cellule ; l’élever plus ou moins au-dessus du sol ; ménager au reclus un petit coin de terre où il puisse cultiver quelques fleurs, voilà tout de suite des dispositions qui peuvent modérer ou aggraver la rigueur de tel article du Code pénal. Sous ce rapport, M. Théodore Charpentier nous semble avoir fait preuve d’un talent réel, en même temps que d’une philanthropie éclairée, dans le plan panoptique qu’il a joint à sa brochure, d’une maison pénitentiaire où se trouvent heureusement combinées toutes les conditions désirables de salubrité, d’ordre et de sécurité117.

  • 118 Ibidem.
  • 119 Ibid.

64Cité surtout comme exemple de recours au patronage, « intervention toute volontaire et philanthropique », le projet de Théodore Charpentier assure selon la Revue le « bien-être matériel du prisonnier et en même temps son amélioration morale118 ». Cette Revue constitue vraisemblablement la seule trace de la réception de ce projet. Certes, pour la revue philanthropique, mettre en évidence un projet intégrant le patronage sert probablement de propagande à leur cause. Néanmoins, celle-ci affirme n’être que l’« écho de la presse et de l’opinion publique, qui avaient rendu pleine justice au plan de M. Charpentier, à la dernière exposition119 ».

  • 120 Robert Roth, Christian-Nills Robert, op. cit., p. 2.
  • 121 Kaufmann (Emil), op.cit., p.56.

65Nouveau rempart de la défense sociale, la prison occupe dès 1791 une place centrale dans les débats. Le XIXe siècle s’efforce en effet de donner aux délinquants et futurs détenus des établissements adaptés. Inscrit dans ce contexte réformateur, le projet de Théodore Charpentier veut rendre la prison non seulement plus efficace, mais surtout plus humaine. Dans cette perspective, les trente premières années du XIXe siècle représentent une période intense de réflexion et d’expérimentation. Le modèle panoptique de Bentham est très présent dans les esprits et, après le voyage de Tocqueville et Beaumont, la circulaire du 2 octobre 1836 confirme l’Amérique comme source principale d’inspiration en France. Il s’agit d’une période qui essaie de donner forme à ces idées sans néanmoins copier exactement les modèles. Avant la circulaire du 9 août 1841 qui impose une modalité de construction, l’esprit des architectes n’est pas encore formaté. Le projet de Théodore Charpentier manifeste d’ailleurs clairement cette liberté d’esprit qui regarde l’étranger, réfléchit et essaie de proposer un modèle idéal de prison à la société française. Il prend le parti de l’isolement absolu, se rattachant ainsi à l’école de Philadelphie qui se généralise en France dans les années trente. Comme les autres prisons et projets de l’époque, l’établissement projeté par l’architecte parisien transmet un message et s’impose comme monument dont le but est de rappeler et d’avertir120. À l’image des établissements du XVIIIe siècle, la prison s’inscrit ainsi dans la tradition de « prison-parlante » : le bâtiment avertit le public par son apparence externe qu’il s’agit d’un lieu de punition. Si sur la façade principale, l’architecte semble s’inscrire dans une certaine norme, à l’intérieur en revanche, l’architecte fait preuve d’une grande imagination. En dessinant un plan en éventail, solution à mi-chemin entre le Panoptique de Bentham et le plan radial de Genève, l’architecte met en place un dispositif de surveillance original et inédit, notamment par la conception de galeries souterraines exprimant l’impératif de contrôle et d’ordre dans la prison. De plus, en créant une continuité entre la cellule et le jardin à ciel ouvert, l’architecte fournit à chaque détenu une habitation spacieuse, assurant son isolement permanent dans des conditions de salubrité, d’aération et de luminosité. En accord avec les modèles de Pennsylvanie, Charpentier crée en outre un lieu de vie agréable privilégiant un retour à la nature notamment par le travail de la terre qui est envisagé par l’architecte comme pouvoir régénérateur. La mission réhabilitatrice de la prison est ainsi intégrée au projet. L’impératif religieux trouve également sa place dans le projet. L’effet général d’élévation en direction de la chapelle reflète la volonté d’élévation de l’âme du délinquant vers Dieu, exprimant ainsi la fonction d’amendement de l’institution pénitentiaire. L’aspect théâtral de cette réalisation semble, là aussi, présenter un caractère original par rapport aux prisons contemporaines. En élevant progressivement les cellules du sol, Charpentier met en scène le spectacle de la rédemption, faisant de la prison un véritable lieu de transition vers la société. Dans l’ensemble, néanmoins, l’architecte semble s’être principalement focalisé sur l’aménagement général et particulier des cellules, au détriment des autres aspects du projet. En effet, les gardiens particuliers échappent au contrôle visuel exercé depuis la salle centrale de surveillance. En outre, le rôle de la chapelle s’avère d’avantage symbolique que fonctionnel. Celle-ci est en effet censée assurer la participation de chaque détenu à la messe. Néanmoins, par ce choix, l’architecte dévoile être avant tout un philanthrope, « ami de l’humanité », qui s’est préoccupé en premier lieu du bien être de l’homme reclus. Un effort qui semble d’ailleurs avoir été vivement applaudi par l’opinion philanthropique au Salon de 1839. En rendant la détention du délinquant la plus agréable possible, avec l’aide du patronage, l’architecte souhaite donner espoir aux détenus coupables d’une première faute et empêcher cette « dépravation profonde », dénoncée par Baltard, qui touche constamment les hommes subissant une première condamnation. Si l’époque de Théodore Charpentier comptait des pessimistes ne croyant pas à la réhabilitation des délinquants, celle-ci a néanmoins connu de grands philanthropes, parfois architectes. Certes, ces derniers étaient des exécutants, mais avant tout des penseurs. En proposant leurs idées et leurs visions des choses, ceux-ci participèrent à « cette double de tâche » de l’époque : « détruire l’ancien, bâtir le nouveau »121.

Top of page

Bibliography

Sources

Principale

Charpentier Théodore, Projet de prison pénitentaire, Paris, Firmin Didot, 1838, BGE - Bibliothèque de Genève (cote : Br 1314).

Complémentaires

Revue administrative : journal des administrations centrales et départementales par une société d’administrateurs et de jurisconsultes, volume 1, Paris, 1839.

Aubanel M. C. et Vaucher-Crémieux Samuel, Mémoire sur le système pénitentiaire, adressé en janvier 1837 à M. le ministre de l'intérieur de France, par M.C. Aubanel, Directeur de la prison pénitentiaire de Genève. Accompagné de plans et de devis de prisons d'après le système panoptique, P.A Bonnant, 1837.

Baltard Louis-Pierre, Architectonographie des prisons, ou parallèle des divers systèmes de distribution dont les prisons sont susceptibles, selon le nombre et la nature de leur population, l’étendue et la forme des terrains, Paris, 1829.

Charpentier Théodore, Projet d’assainissement […], Paris, 1832.

Outils de travail

Bauchal Charles, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, Librairie générale des de l’architecture des travaux publics, 1887.

Bellier de la Chavignerie E., continué par L. Auvray, Dictionnaire général des architectes de l’école française … 2 tomes, Supplément, 1882-1887.

Lacaine A.V. et Laurent H.C, Biographies et nécrologies des hommes marquants du XIXe siècle, 7 tomes, 1844-1866.

Travaux

Ouvrages généraux, monographies

Bertrand-Dagenbach Cécile, Chauvot Alain, Matter Michel et Salamito Jean-Marie (dir.), Carcer : prison et privation de liberté dans l’antiquité, Paris, Éditions de Boccard, 1999.

Bertrand-Dagenbach Cécile, Chauvot Alain et Salamito Jean-Marie (dir.), Carcer II : prison et privation de liberté dans l’antiquité, Paris, Éditions de Boccard, 2004.

Bentham Jeremy, Panoptique, précédé de L’œil du pouvoir : entretien avec Michel Foucault, Jean Pierre Baron et Michelle Perrot, Paris, Belfond, 1977.

Carlier Christian, Histoire de Fresnes, prison « moderne ». De la genèse aux premières années, Paris, Syros, 1998.

Deyon Pierre, Le temps des prisons. Essai sur l’histoire de la délinquance et les origines du système pénitentiaire, Université de Lille III, Paris, Éditions Universitaires, 1975.

Dieu François et Mbanzoulou Paul (dir), L’architecture carcérale : des mots et des murs, Toulouse, Privat, 2011.

Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, (1976) 2010.

Foucault Michel, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972.

Heullant-Donat Isabelle, Claustre Julie et Lusset Élisabeth (dir.), Enfermements : le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Kaufmann Emil, Trois architectes révolutionnaires : Boullée, Ledoux, Lequeu, Paris, éditions de la SADG, 1978.

Perrot Michelle, L’impossible prison : recherches sur le système pénitentaire au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1980.

Petit Jacques-Guy, Ces peines obscures : la prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990.

Pevsner Nikolaus, A History of building types, London, Thames and Hudson, 1976, p. 159-169.

Roth Robert, Robert Christian-Nills, To build or not to build ? : matériaux pour une histoire de l’architecture pénitentaire, Genève, CETEL Faculté de droit Université de Genève, 1980.

Roth Robert, Pratiques pénitentiaires et théorie sociale : l’exemple de la prison de Genève (1825-1862), Genève, Librairie Droz, 1981.

Vimont Jean-Claude, La Prison. À l’ombre des hauts murs, France, Découvertes Gallimard, collection « Histoire », 2004.

Vimont Jean-Claude, La prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Anthropos-Economica, 1993.

Zurbuchen Walter, Prisons de Genève, Genève, État de Genève, 1977.

Articles

Bourquin Jacques, « La Rochefoucault-Liancourt et le projet de prison d’essai pour jeunes détenus », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série, 2007, mis en ligne le 1er février 2010, consulté le 31 juillet 2014.

Carlier Christian, « La construction des prisons en France au XIXe siècle : de longues hésitations », Criminocorpus, mis en ligne en 2009, consulté le 5 octobre 2012.

Dhaussy Catherine, « La réforme pénitentiaire sous la Monarchie de Juillet ou l’indépassable « génie national » français », Romantisme, 2004, n°126, Prisons, p.7-16.

Doulat Fabienne, « La prison et son architecture de la France rurale à celle des grands ensembles », in Archi Créé, n°295, 2000, pp.1-9.

Doulat Fabienne, « La photographie de prisons, image d’une réalité architecturale », Musée Carnavalet - Histoire de Paris, L’impossible photographie - prisons parisiennes, 1851-2010, 10 février - 4 juillet 2010, Paris, Paris Musées, 2010, p. 149-155.

Duprat Annie, « Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la Monarchie de Juillet », Annales historiques de la Révolution française, n°285, 1991, p. 387-393.

Duprat Catherine, « Punir et guérir. En 1819, la prison des philanthropes » in Perrot (Michelle) (dir.), L'impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire, Paris, Le Seuil, 1980, p. 99.

Fiori Ruth, notice publiée sur le site du CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques), consulté le 20 septembre 2012.

Foucart Bruno, « Architecture carcérale et architectes fonctionnalistes en France au XIXe siècle », Revue de l’art, 1976, n°32, p. 37-56.

Foucaud Odile, « Iconographie de l’architecture. La prison française du XIXe siècle, dernier avatar du couvent », Gazette des Beaux Arts, Paris, 6, tome 124, 1994, p.195-214.

Hedhili Hinda, « L’influence de la doctrine française sur la politique de construction des prisons au XIXe siècle », in François Dieu et Paul Mbanzoulou (dir), L’architecture carcérale : des mots et des murs, Toulouse, Privat, 2011, p. 35-43.

Kalifa Dominique, « Imaginaires carcéraux », Musée Carnavalet - Histoire de Paris, L’impossible photographie - prisons parisiennes, 1851-2010, 10 février - 4 juillet 2010, Paris, Paris Musées, 2010, p. 144-147.

Le Cœur Marc, « Théodore Charpentier, ou l’enchantement de l’architecture », in Anne Dion-Tenenbaum (dir.), Marie d'Orléans. 1813-1839. Princesse et artiste romantique, Paris / Chantilly, Musée du Louvre / Musée Condé / Somogy, 2008, p. 171-183 (catalogue des expositions présentées simultanément au musée du Louvre, du 18 avril au 31 juillet 2008, et au musée Condé, château de Chantilly, du 9 avril au 31 juillet 2008).

Le Cœur Marc, « Les salles lyriques de Charpentier », in Béatrice De Andia et Géraldine Rideau (dir.), Paris et ses théâtres. Architecture et décor, Paris, Action Artistique de la Ville de Paris, 1998, p. 97-102.

Le Cœur Marc, « Théodore Charpentier, architecte éclectique », in Béatrice De Andia (dir.), Hameaux, villas et cités de Paris, Paris, ville de Paris, 1998, pp.77-80.

Le Cœur Marc, « L’Opéra-Comique et sa reconstruction », in Béatrice De Andia et Géraldine Rideau (dir.), Paris et ses théâtres. Architecture et décor, Paris, Action Artistique de la Ville de Paris, 1998, p. 103-110.

Leterrier Sophie, « Prison et Pénitence au XIXe siècle », Romantisme, 2008/4 n°142, p. 41-52.

Perrot Michèle, « Délinquance et système pénitentaire en France au XIXe siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 30e année, n°1, 1975, p. 67-91.

Perrot Michèle, « Criminalité et système pénitentiaire au XIXe siècle : une histoire en développement », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 1/1988, mis en ligne le 13 avril 2009, consulté le 5 octobre 2012.

Petit Jacques-Guy, « Le système pénitentiaire au XIXe siècle : problématique et recherches », in Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, Tome 88, numéro 3, 1981, Criminalité et répression (XIVe-XIXe siècles), p. 363-368.

Petit Jacques-Guy, « L'amendement ou l'entreprise de réforme morale des prisonniers en France au XIXe siècle », Déviance et société, 1982, vol. 6, n°4, p. 331-351.

Petit Jacques-Guy, « Obscurité des Lumières : Les prisons de l’Europe, d’après John Howard, autour de 1780 », Criminologie, volume 28, n°1, 1995, p.5-22.

Roth Robert, « Prison-modèle et prison symbole : l’exemple de Genève au XIXe siècle », Déviance et Société, 1977, volume 1, n° 4, p. 389-410.

Soppelsa Caroline, « Photographie et sauvegarde du patrimoine : les prisons de Paris, objets d’architecture et d’histoire », Musée Carnavalet - Histoire de Paris, L’impossible photographie - prisons parisiennes, 1851-2010, 10 février - 4 juillet 2010, Paris, Paris Musées, 2010, p. 156-163.

Soppelsa Caroline, « Les prisons du Palais de justice de Paris au XIXe siècle : casse tête pour architectes », in François Dieu et Paul Mbanzoulou (dir.), L’architecture carcérale : des mots et des murs, Toulouse, Privat, 2011, p. 93-102.

Jost Sébastien, « La prison ne sert à rien », article mis en ligne le 30 octobre 2012, site du journal Le Matin, consulté le 1er novembre 2012.

Site du PSS, Site collaboratif francophone sur l’architecture contemporaine, l’urbanisme et l’aménagement du territoire en France et dans le monde, consulté le 20 septembre 2012.

Top of page

Notes

1 Sébastien Jost, « La prison ne sert à rien », site du journal Le Matin, article mis en ligne le 30.10.2012, (consulté le 01.11.2012).

2 Cécile Bertrand-Dagenbach, Alain Chauvot, Michel Matter et Jean-Marie Salamito, Carcer : prison et privation de liberté dans l’antiquité, Paris, Éditions de Boccard, 1999 ; Cécile Bertrand-Dagenbach, Alain Chauvot et Jean-Marie Salamito (dir.), Carcer II : prison et privation de liberté dans l’antiquité, Paris, Éditions de Boccard, 2004 ; Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset (dir.), Enfermements : le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

3 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1975. Si les travaux de Michel Foucault provoquèrent à l’époque (et encore aujourd’hui) une forte polémique parmi les historiens, le rapprochement de pratiques communes dans des lieux et des institutions diverses permit néanmoins l’ouverture de pistes et perspectives qui ont été explorées différemment selon les périodes et les écoles historiques.

4 Fabienne Doulat, « La prison et son architecture de la France rurale à celle des grands ensembles », Archi Créé, n°295, 2000, p.1.

5 Charles-Louis de Secondat Montesquieu, Lettres Persanes, 1721 et Cesare Beccaria, Dei delitti e delle pene, 1764.

6 Robert Roth, Pratiques pénitentiaires et théorie sociale : l’exemple de la prison de Genève (1825-1862), Genève, Librairie Droz, 1981, p. 26.

7 Catherine Duprat, « Punir et guérir. En 1819, la prison des philanthropes » in Michelle Perrot (dir.), L'impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire, Paris, Le Seuil, 1980.

8 Idem, p. 27.

9 Dominique Kalifa, « Imaginaires carcéraux », in Musée Carnavalet - Histoire de Paris, L’Impossible photographie - prisons parisiennes, 1851-2010, 10 février - 4 juillet 2010, Paris, Paris Musées, 2010, p. 144.

10 Fabienne Doulat, op.cit., p.1. 

11 Robert Roth, Christian-Nills Robert, To build or not to build ? : matériaux pour une histoire de l’architecture pénitentaire, 1980, p. 4.

12 Odile Foucaud, « Iconographie de l’architecture. La prison française du XIXe siècle, dernier avatar du couvent », 1994, 6, tome 124, p.195.

13 Nikolaus Pevsner, A History of building types, London, Thames and Hudson, 1976, p. 9.

14 Odile Foucaud, op.cit., p. 195.

15 Cité par Ibidem.

16 De la réforme des prisons en France, 1838, p.378, cité dans Jacques-Guy Petit, « L'amendement ou l'entreprise de réforme morale des prisonniers en France au XIXe siècle », 1982, p. 331-351.

17 Bruno Foucart, « Architecture carcérale et architectes fonctionnalistes en France au XIXe siècle », Revue de l’art, 1976, n°32, p. 37.

18 Théodore Charpentier, Projet de Prison Pénitentiaire, Paris, Firmin Didot Frères, 1838, 14 p.

19 Bruno Foucart, op.cit., p. 37.

20 Odile Foucaud, op.cit., p. 196.

21 Charles Bauchal, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, André, Daly fils et cie, 1887, p. 623

22 Marc Le Coeur, « Théodore Charpentier, architecte éclectique », in Béatrice De Andia (dir.), Hameaux, villas et cités de Paris, Paris, Ville de Paris, 1998, p. 77.

23 Ibidem.

24 Marc Le Cœur, « Théodore Charpentier, ou l’enchantement de l’architecture », in Anne Dion Tenebaum (dir.), Marie d'Orléans. 1813-1839. Princesse et artiste romantique, Paris / Chantilly, Musée du Louvre / Musée Condé / Somogy, 2008, p. 172.

25 Marc Le Cœur, op.cit., 1998, p. 78.

26 Marc Le Cœur, op.cit., 2008, p. 172.

27 Ibidem.

28 Cité par Idem, p. 177.

29 Idem, p. 178.

30 L’orléanisme est un courant politique de la droite française qui apparaît au XIXe siècle. Les orléanistes désiraient le rétablissement de la monarchie constitutionnelle avec l’appui de la bourgeoisie riche et éclairée. Le parti orléaniste créé en janvier 1830 réunit Talleyrand, Thiers et l’équipe du National.

31 Marc Le Cœur, op. cit., 1998, p. 79.

32 Marc Le Cœur, op. cit., 2008, p. 178.

33 Marc Le Cœur, « Les salles lyriques de Charpentier », in Béatrice De Andia et Géraldine Rideau (dir.), Paris et ses théâtres. Architecture et décor, Paris, Action Artistique de la Ville de Paris, 1998, p. 97.

34 Charles Bauchal, op. cit., p. 623

35 Fiche en ligne in Site du CTHS (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques), créée le 20.10. 2011, http://cths.fr/an/prosopo.php?id=107069 (consultée le 20.09.2012).

36 Charles Bauchal, op. cit., p. 623.

37 Marc Le Cœur, op. cit., 2008, p. 178.

38 Émile Bellier De la Chavignerie, continué par Louis Auvray, Dictionnaire général des architectes de l’école française… 2 tomes, Supplément, 1882-1887.

39 Victor Lacaine et H.-Charles Laurent, Biographies et nécrologies des hommes marquants du XIXe siècle, 7 tomes, 1844-1866 : « Monsieur Charpentier est un de nos artistes distingués ».

40 Marc Le Cœur, op. cit., 1998, p. 78.

41 Théodore Charpentier, Projet d’assainissement […], Paris, 1832, p. 2.

42 Fiche en ligne sur le Site du CTHS (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques), créée le 20.10. 2011 (consultée le 20.09.2012).

43 Cité par Marc Le Cœur, op.cit., 1998, p. 78.

44 Idem, p. 77.

45 Nikolaus Pevsner, op.cit., p. 166.

46 Théodore Charpentier, Projet de prison pénitentiaire, Paris, Firmin Didot, 1838, p. 3-4.

47 Ibidem.

48 Catherine Dhaussy, « La réforme pénitentiaire sous la Monarchie de Juillet ou l’indépassable “génie national” français », Romantisme, 2004, n°126, Prisons, p. 11.

49 Théodore Charpentier, op. cit., p. 3-4.

50 Walter Zurbuchen, Prisons de Genève, Genève, État de Genève, 1977, p. 118.

51 Idem, p. 125.

52 Christophe Aubanel et Samuel Vaucher-Crémieux, Mémoire sur le système pénitentiaire, adressé en janvier 1837 à M. le ministre de l'intérieur de France, par M. C. Aubanel, Directeur de la prison pénitentiaire de Genève. Accompagné de plans et de devis de prisons d'après le système panoptique, P. A. Bonnant, 1837, p. 5.

53 Marc Le Cœur, op. cit., 1998, p. 78.

54 Théodore Charpentier, op. cit., p.3.

55 Annie Duprat, « Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la Monarchie de Juillet », Annales historiques de la Révolution française, n°285, 1991, p. 387.

56 Robert Roth, op.cit., p. 37.

57 Louis-Pierre Baltard, Architectonographie des prisons, ou parallèle des divers systèmes de distribution dont les prisons sont susceptibles, selon le nombre et la nature de leur population, l’étendue et la forme des terrains, Paris, 1829.

58 Idem, p. 2.

59 Théodore Charpentier, op. cit., p. 11-12.

60 Louis-Pierre Baltard, op.cit., p. 5.

61 Fabienne Doulat, op.cit., p. 3.

62 Théodore Charpentier, op.cit., p. 4.

63 Ibidem.

64 Christian Carlier, Histoire de Fresnes, prison « moderne ». De la genèse aux premières années, Paris, Syros, 1998, p. 52 ; J.-F. T. Ginouvier, Tableau de l’intérieur des prisons en France ou études sur la situation et les souffrances morales… 1824 , p.75, cité par Christian Carlier, op. cit., p. 52.

65 Idem, p. 54.

66 Jacques Bourquin, « La Rochefoucault-Liancourt et le projet de prison d’essai pour jeunes détenus », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série, 2007, p. 201.

67 Jacques-Guy Petit, « L'amendement ou l'entreprise de réforme morale des prisonniers en France au XIXe siècle », Déviance et société, 1982, vol. 6, n°4, p. 347.

68 Jean-Claude Vimont, La Prison. À l’ombre des hauts murs, Paris, Découvertes Gallimard, collection « Histoire », 2004, p. 33.

69 Ibidem.

70 Fabienne Doulat, op.cit., p. 2.

71 Jean-Claude Vimont, op.cit., p. 35.

72 Hinda Hedhili, « L’influence de la doctrine française sur la politique de construction des prisons au XIXe siècle », in François Dieu et Paul Mbanzoulou (dir), L’architecture carcérale : des mots et des murs, Toulouse, Privat, 2011, p. 36.

73 Bruno Foucart, op. cit., p. 39.

74 Ibidem, p. 38

75 Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 168.

76 Robert Roth, op. cit., p. 160.

77 Bruno Foucart, op. cit., p. 38.

78 Théodore Charpentier, op. cit., p. 4.

79 Le chaînage d’angle est la partie en appareil formant l’angle saillant de la jonction de deux murs.

80 Théodore Charpentier, op. cit., p. 6.

81 Emil Kaufmann, Trois architectes révolutionnaires : Boullée, Ledoux, Lequeu, Paris, Éditions de la SADG, 1978, p. 54-55.

82 Citation originale : « tristi in ragione del loro destino… la malinconia si mostrerà nelle prigioni civili e l’orrore si paleserà tutto nelle piu criminali », cité par Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 162.

83 Bruno Foucart, op. cit., p. 45.

84 Odile Foucaud, op. cit., p. 204.

85 L’« écrou » est défini comme l’acte d’incarcération. Le verbe « écrouer » signifie donc enregistrer un individu sur le registre de l’écrou qui garde une trace des entrées et sorties de la prison.

86 Jeremy Bentham, Panoptique, précédé de L’œil du pouvoir : entretien de Jean Pierre Barou et Michelle Perrot avec Michel Foucault, Paris, Belfond, 1977.

87 Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 163.

88 Bruno Foucart, op. cit., p. 39.

89 Robert Roth, op. cit., p. 164.

90 Ibidem.

91 Théodore Charpentier, op. cit., p. 5.

92 Ibidem, p. 8.

93 Idem, p. 5.

94 Théodore Charpentier, op. cit., p. 5.

95 Fabienne Doulat, op. cit., p. 3.

96 Bruno Foucart, op. cit., p. 52.

97 Ibidem.

98 Cité par Ibidem.

99 Cité par Marc Le Cœur, op. cit., 1998, p. 79.

100 Théodore Charpentier, op. cit., p. 4.

101 Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 166.

102 Cité par Bruno Foucart, op. cit., p. 52.

103 Théodore Charpentier, op. cit., p. 9.

104 Théodore Charpentier, op.cit., p. 11.

105 Robert Roth, Christian-Nills Robert, op. cit., p. 4.

106 Jean-Claude Vimont, op. cit., p.25.

107 Louis-Pierre Baltard, op. cit., p.24

108 Odile Foucaud, op. cit., p. 196 : ces chiffres constituent la base d’étude réalisée par Odile Foucaud. Sur ces 110 prisons, 47 sont des constructions attestées et 63 sont des projets. La moitié de ces projets se situent avant 1841.

109 Odile Foucaud, op. cit., p. 200.

110 Idem, p. 199.

111 Idem, p. 201-202.

112 Idem, p. 205.

113 Odile Foucaud, op.cit., p. 200.

114 Dante Alighieri, La Divina Commedia, commentée et annotée par Aristide Brunello, Rome, Cusimano, 1967, p. 13.

115 Théodore Charpentier, op. cit., p. 1 et 12.

116 Marc Le Cœur, op. cit, 1998, p. 80.

117 Revue administrative : journal des administrations …, vol. 1, Paris, 1839, p. 390.

118 Ibidem.

119 Ibid.

120 Robert Roth, Christian-Nills Robert, op. cit., p. 2.

121 Kaufmann (Emil), op.cit., p.56.

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1. Théodore Charpentier, Projet pour prison pénitentiaire. Élévation (1838)
Caption Lithographie imprimée par Lemercier, Bernard et Cie, 1838 (source : BGE – Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314).
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-1.jpg
File image/jpeg, 536k
Title Fig.2. Claude-Nicolas Ledoux Projet de prison pour Aix-en-Provence. Vue en perspective (1776)
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 45.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-2.jpg
File image/jpeg, 20k
Title Fig.3. Claude-Nicolas Ledoux, Projet de prison pour Aix-en-Provence. Plan (1776)
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 45.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-3.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Fig.4. Hippolyte Lebas, Prison de la Petite Roquette, Paris, 1826-1836 (détruite en 1974). Photo de la façade extérieure
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 49.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-4.jpg
File image/jpeg, 324k
Title Fig.5. Hyppolite Lebas, Petite Roquette. Tour d’angle
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 49.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-5.jpg
File image/jpeg, 416k
Title Fig.6. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Porte d’entrée
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 49.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-6.jpg
File image/jpeg, 768k
Title Fig.7. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire, Genève. Façade extérieure du corps central, et la partie rectiligne du double mur d’enceinte (1825)
Caption Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 121.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-7.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig.8. Prison pénitentiaire, Genève. Lithographie (1825)
Caption Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 130.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-8.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Fig.9. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire, Genève. Photographie de la prison assise sur le bastion de la Hesse, à côté de la Porte de Rive (1855)
Caption Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 132.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-9.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig.10. Samuel Vaucher Crémieux, La Tour Maîtresse de la prison pénitentiaire, sur l’enceinte dite de Marcossey. Photographie (1862)
Caption Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 133.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-10.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Fig.11. Harou-Romain père (et fils ?), Maison centrale de Beaulieu, Caen. Elévation du projet conçu entre 1780 et 1820
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 46.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-11.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Fig.12. Harou-Romain père et fils, Maison centrale de Beaulieu, Caen, 1828-1844. Pavillon d’entrée
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 47.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-12.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Fig.13. Théodore Charpentier, Projet de prison pénitentiaire. Plan et détails (1838)
Caption Source : BGE – Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-13.jpg
File image/jpeg, 2.1M
Title Fig.14. John Haviland, The Eastern Penitentiary, Cherry-Hill, Philadelphia, 1823-1829. Plan
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-14.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Fig.15. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Plan
Caption Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., 1998, p. 197.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-15.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Fig.16. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du Rez-de-chaussée
Caption Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 122.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-16.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Fig.17. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du premier étage
Caption Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 122.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-17.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Fig.18. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Plan du Second étage
Caption Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., 1977, p. 122.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-18.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Fig.19. Jeremy et Samuel Bentham, Projet pour une prison Panoptique (1791)
Caption Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 163.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-19.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig.20. Robert et James Adam, The Edinburg Bridewell, 1791-1795. Plan
Caption Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 165.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-20.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Fig.21. Strickland, The Western Penitentiary, Pittsburg, 1826. Plan
Caption Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 164.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-21.jpg
File image/jpeg, 8.0k
Title Fig.22. Richard Ingleman, prison de Devizes, 1808-1817
Caption Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 165.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-22.jpg
File image/jpeg, 352k
Title Fig.23. Guillaume-Abel Blouet, 4è projet de prison cellulaire départementale pour 38 cellules. Plan rez-de-chaussée. Extrait de l’Instruction et programmes pour la construction de maisons d’arrêts et de justice, Paris, 1841, Planche 7
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 40.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-23.jpg
File image/jpeg, 28k
Title Fig.24. Harou-Romain fils, Projet pour 48 cellules. Plan de rez-de-chaussée. Extrait de l’Instruction, 1841, Planche 14
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 41.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-24.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig.25. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Coupe des cellules et galeries souterraines
Caption Sources : BGE – Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-25.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig.26. Samuel Vaucher Crémieux, Prison pénitentiaire de Genève, 1822-1825. Dessin des guichets de la galerie centrale d’inspection permettant d’observer le réfectoire correspondant à ce guichet
Caption Image extraite de Walter Zurbuchen, op. cit., p. 124.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-26.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Fig.27. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Détail de la cellule
Caption Source : BGE - Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-27.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Fig.28. Harou-Romain fils. Coupe et plan des cellules avec chambre, ateliers et promenoirs à l’air libre. Extrait de l’Instruction (1841)
Caption Image extraite de Bruno Foucart, op. cit., p. 53.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-28.jpg
File image/jpeg, 252k
Title Fig.29. Prison de Auburn, New York, 1816-1825. Photo
Caption Image extraite de Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 166.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-29.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Fig.30. Hippolyte Lebas, Petite Roquette. Coupe sur la rotonde centrale
Caption Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., p. 198.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-30.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Fig.31. Louvier, maison d’arrêt de Lyon. Elévation principale (1867)
Caption Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., p. 206.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-31.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Fig.32. Brazier, Prison de Cognac. Élévation sur rue (Carte postale ancienne)
Caption Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., p. 208.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-32.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Fig.33. Guillaume Abel Blouet, Colonie agricole de Mettray, 1839
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-33.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Fig.34. Harou-Romain fils. Prière du détenu agenouillé dans sa cellule face à la tourelle de l’inspection dominée par la chapelle
Caption Image extraite de Odile Foucaud, op. cit., p. 1.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-34.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Fig.35. Théodore Charpentier, Projet de maison pénitentiaire, 1838. Plan
Caption Source : BGE – Bibliothèque de Genève, cote : Br 1314
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-35.jpg
File image/jpeg, 460k
Title Fig.36. La Carte de l’enfer, Frontispice de l’œuvre de Dante par Sandro Botticelli, 1495
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2840/img-36.jpg
File image/jpeg, 325k
Top of page

References

Electronic reference

Claire Illi, « Le projet pénitentiaire de Théodore Charpentier », Criminocorpus [Online], Miscellanies, Online since 07 November 2014, connection on 17 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2840

Top of page

About the author

Claire Illi

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page