Navigation – Plan du site
2014

Les dérives d’un système : Le scandale de Clairvaux en 1847

Dominique Fey et Lydie Herbelot

Résumés

À compter du 13 juin 1847, un journal républicain local, Le Propagateur de l’Aube, publie une série d’articles qui n’ont pas fini de faire parler d’eux. Ils concernent la maison centrale de Clairvaux et son fonctionnement pour le moins trouble. Le propos n’a rien d’anecdotique, car le quotidien souligne ainsi des pratiques et une réalité qui sortent rarement des enceintes carcérales. De fait, il y est question de détenus faméliques, hagards, qui mourraient par centaines depuis 1845, soit peu après l’installation des nouveaux entrepreneurs.

C’est sans doute la première fois que des représentants de l’entreprise générale des services, chargée de l’entretien et du travail des prisonniers dans les prisons, se trouvent ainsi mis en cause aussi clairement. Des journaux nationaux, puis des députés de l’Assemblée nationale ayant pris le relais, l’affaire va donner lieu à un procès sans précédent. Même si son ampleur et ses conclusions demeureront somme toute limitées, ce sera cependant l’occasion de mettre en pleine lumière des agissements indignes, fort éloignés des grands principes des philanthropes en matière d’enfermement…

Haut de page

Texte intégral

Vue actuelle du grand cloître de Clairvaux

Vue actuelle du grand cloître de Clairvaux

Photographie de Géraldine Fasentieux

1L’abbaye de Clairvaux, née en 1115 sous l’impulsion de la figure tutélaire qu’est devenu Bernard de Fontaine, s’impose très vite en France comme l’un des grands centres de l’ordre cistercien. Quand elle en fait un bien national le 2 novembre 1789, la Révolution française met donc un terme définitif à près de sept siècles d’histoire religieuse.

  • 1 Il s’agit alors des départements suivants : les Ardennes, l’Aube, la Côte d’Or, la Haute-Marne, la (...)
  • 2 Celles provoquées par les guerres napoléoniennes, dont de grandes batailles se livrent alors dans l (...)

2Passant alors de mains en mains pour abriter différentes activités et industries, l’abbaye est finalement rachetée en 1808 par le gouvernement français : en effet, le décret impérial de cette même année a décidé d’en faire, à l’instar d’un certain nombre de ses consœurs, une maison centrale d’arrondissement destinée à recevoir des détenus de neuf départements alentour1. Mais il y a beaucoup à faire, car il s’agit de mettre en place, d’une part, le dépôt de mendicité également réclamé par Napoléon Ier – qui a fait de la lutte contre le vagabondage une de ses priorités –, et d’autre part, des locaux destinés à des prisonniers des deux sexes, dont les peines s’avèrent en outre de natures très diverses. Et c’est peu à peu, de retards en ajournements variés, que les choses se précisent : le dépôt de mendicité est opérationnel en avril 1809, mais il faudra attendre la fin des désordres causés par les invasions de 1814-152 pour que l’on puisse finalement installer dans les murs les prisonniers qui vont bientôt affluer en masse.

3Tandis que l’on réalise des travaux conséquents dans le cloître de 52 mètres de côté pour y placer les détenus criminels, les correctionnels des deux sexes sont répartis dans l’ancien bâtiment des convers. Et en 1817, l’ancienne demeure des moines du XVIIIe siècle est finalement prête : on a décidé, au bout du compte, que « la grande détention » accueillerait les hommes correctionnels et criminels dans deux quartiers séparés, tandis que le lieu autrefois réservé aux convers serait dévolu aux femmes et fillettes. Les garçons mineurs de moins de 16 ans, quant à eux, auront à leur disposition un lieu approprié à compter de 1825.

Plan de l’abbaye de Clairvaux en 1826

Plan de l’abbaye de Clairvaux en 1826

ADA 2 Y 7

4Reste dès lors à se demander comment s’organise la prise en charge de tous ces prisonniers, dont le nombre s’élève déjà à 1500 en novembre 1819. Il s’agit en effet de loger, vêtir et nourrir toute cette population carcérale ; il s’agit surtout de la faire travailler, car chacun, au ministère ou ailleurs, ne cesse de rappeler le caractère indispensable du travail pour l’amendement du détenu.

  • 3 Jacques-Guy Petit, Ces Peines obscures, la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990, (...)

5Jacques-Guy Petit, dans un ouvrage qui fait référence3, rappelle les différents systèmes qui ont pu exister dans les prisons du XIXe siècle :

« Pour faire travailler et entretenir les condamnés à moindre coût, l’État avait le choix entre plusieurs possibilités déjà connues avant le développement des centrales : la régie, l’entreprise générale, les types mixtes ».

6Dans le cas de la régie économique, l’État lui-même doit se charger de contrôler la production et d’entretenir la main-d’œuvre carcérale : c’est la façon de faire qui se généralisera dans toutes les maisons centrales à partir des années 1890. Pour le régime de l’entreprise générale, en revanche, on abandonne toutes ces tâches à un acteur privé : l’État établit un cahier des charges concernant la nourriture, l’habillement, l’entretien des détenus, et il lance une adjudication publique de façon à faire jouer la concurrence. L’entrepreneur qui offre le montant du prix de journée le plus intéressant remporte le marché, tout en étant tenu de fournir un travail, si possible rémunérateur, à tous les prisonniers valides. En adoptant ce dernier système, l’État, s’il se décharge de toutes les difficultés liées à la fourniture du « gîte et du couvert » ainsi que du travail pour les détenus, perd en même temps la mainmise sur l’organisation de la production et abandonne peu ou prou tout contrôle sur la vie de la centrale. Et dès lors que le quotidien carcéral sera lié à des questions d’économie(s) et de profits, des abus ne manqueront pas de survenir.

7En 1817, lorsque la maison centrale se met réellement en place à Clairvaux sous l’égide de son second directeur, Gaide, c’est le système de la régie économique qui prévaut, non sans difficultés ; et c’est pourquoi très vite, dès 1819, les frères Michon – entrepreneurs privés qui avaient déjà été chargés de l’entretien des mendiants, puis des premiers prisonniers – sont appelés à proposer une soumission pour l’ensemble du service général, travail compris. C’est le début du système de l’entreprise qui va régner en maître absolu dans la prison auboise jusqu’au milieu du siècle : Les Michon s’imposent jusqu’en 1828, avant de céder la place à d’autres qui se succèderont avec plus ou moins de réussite. Mais il est certain que l’État optant pour ce genre d’appel lancé à la concurrence afin d’obtenir le prix le plus bas possible, le risque était grand d’ouvrir la porte à des entrepreneurs privés peu scrupuleux. C’est précisément ce qui va se passer quand l’adjudication de 1844 est remportée par les sieurs de Singly, Petit et Ardit, à l’origine du scandale dont il convient d’évoquer à présent les prémices…

Détails de l’adjudication de 1844 pour une durée de neuf ans

Détails de l’adjudication de 1844 pour une durée de neuf ans

ADA, 36 Y 6

Quand l’affaire éclate par voie de presse…

Premières révélations

  • 4 Tous les articles du Propagateur de l’Aube ici mentionnés sont consultables à la Médiathèque de Tro (...)

8Ce que l’on a pris l’habitude de nommer « le scandale de Clairvaux », ou encore « l’affaire des entrepreneurs » se voit en effet révélé au grand jour par Le Propagateur de l’Aube4. Dans un premier article publié le 13 juin 1847, le journal local, connu pour ses opinions républicaines, évoque de graves dysfonctionnements qui auraient conduit à « une mortalité effrayante » parmi les prisonniers, et ce durant un laps de temps fort long, puisqu’il est question des trente derniers mois : les problèmes remonteraient donc à l’année 1844, celle-là même où de nouveaux entrepreneurs sont entrés en fonction à la maison centrale qui est alors dirigée par Félix Marie Leblanc. L’article, soucieux de donner une dimension dramatique aux faits rapportés, décrit avec compassion « ces longues bandes de malheureux » qui se rendent au travail dans un état physique déplorable, le visage pâle et défait, « la bouche ulcérée » et tenant à peine debout, ce pitoyable tableau ne pouvant que susciter « un sentiment de tristesse indicible ».

9Compte tenu d’une telle réalité, le journaliste de manque pas de s’interroger : il existe pourtant bel et bien, à Clairvaux, une administration, du personnel de surveillance, des médecins, et pour s’enquérir de la santé des détenus, et pour veiller au respect du cahier des charges accepté par l’entreprise ! Et le rédacteur en vient dès lors à se demander s’il ne faut pas tout simplement « supposer un concert frauduleux entre les entrepreneurs et l’administration » pour expliquer que des faits aussi graves aient pu ainsi perdurer. Il ajoute cependant que dix-sept plaintes ont été adressées au ministre à ce sujet – sans préciser leurs origines –, et qu’une seule d’entre elles serait arrivée jusqu’à lui.

  • 5 Journal du 23 juin 1847.

10Les accusations portées par le journal d’opposition s’avèrent donc d’une extrême gravité, mais il ne va pas s’en tenir là. Dans les jours et semaines qui suivent, il pointe ses cibles plus précisément, revenant en particulier sur ce qui avait été rapidement suggéré dans la première charge à propos des entrepreneurs5 en posant par exemple la question suivante : « Est-il vrai que les intéressés aient pour appui un chef de division au ministère de l’Intérieur, qui a eu le talent de placer quatorze personnes de sa famille dans les différentes maisons de détention de France ? »

11Face à des insinuations qui le visent personnellement, Jean-Marie Étienne Ardit – l’un des trois actionnaires concernés – répond directement au rédacteur du Propagateur de l’Aube : il nie avec force toutes ces allégations qui portent un inacceptable préjudice au service de l’entreprise, à son frère en effet en poste à Paris et à lui-même, bien entendu. Mais ce démenti intervient sans doute un peu tard, car les informations divulguées dans l’Aube se sont répandues comme une traînée de poudre au plan national, notamment relayées par des journaux aussi variés que Le National, La Réforme, Le Commerce, Le Constitutionnel, L’Union monarchique, La Gazette de France ou La Démocratie ; et plusieurs d’entre eux vont rapporter dans leurs colonnes une séance mémorable qui se déroule peu après à l’Assemblée, preuve que les événements ont alors pris un tour véritablement politique et qu’il sera désormais difficile de continuer à vouloir étouffer le scandale.

Séance houleuse à l’Assemblée nationale

  • 6 On sait quel travail il a mené avec Tocqueville concernant les prisons américaines.

12De fait, le mercredi 30 juin 1847, la Chambre des Députés résonne des interventions très polémiques de l’opposition parlementaire, notamment menée par M. de La Rochejaquelein. Fort des informations accumulées par la campagne de presse, ce dernier interpelle directement le ministre de l’Intérieur, M. Duchâtel, pour exiger que toute la lumière soit faite sur cette pénible affaire. Il demande en outre des comptes sur l’indifférence apparemment générale et les négligences odieuses qui ont conduit un nombre effarant de détenus à la tombe en aussi peu de temps : il serait question de plus de 500 morts sur une population moyenne de 2000 détenus, et ce en moins de trois ans ! Épaulé par M. de Beaumont, excellent connaisseur de l’univers des prisons6, le député réclame avec force une enquête judiciaire qui permettra de poursuivre les coupables.

13Devant l’Assemblée, le ministre refuse de s’engager sur ce dernier point et parle de « faits inexacts » dénoncés par les journaux. Pour défendre son administration, Duchâtel précise en outre que l’honorable Charles Lucas, en visite d’inspection à Clairvaux en 1845 et 1846, se montrait plutôt confiant pour l’avenir, et le ministre dément en tout cas totalement les chiffres avancés quant au nombre de morts, qui lui semblent très exagérés. En réalité, il ne nie pas qu’il ait pu y avoir des manquements puisqu’il reconnaît qu’une enquête administrative a été diligentée sur place par ses soins : en mai 1847 – tout récemment donc –, deux inspecteurs nommés Ferrus et Boilay se sont en effet rendus à la maison centrale et selon lui, leur visite aurait suffi pour que cessent certains dysfonctionnements et que tout rentre dans l’ordre.

  • 7 Lignes rapportées dans Le Propagateur de l’Aube du 8 juillet 1847.
  • 8 Ce terme désigne, dans le cadre de l’industrie textile, les ouvriers chargés de fabriquer de la toi (...)

14Dans les jours qui suivent ce débat particulièrement vif, les journaux refusent de battre en retraite : si les rédacteurs du Propagateur de l’Aube, en s’adressant directement à Duchâtel, reviennent sur le total des décès, c’est pour le revoir à la hausse – soit plus de 700 morts –, tandis que Le National apporte nombre de détails insupportables quant aux conditions de vie des prisonniers7. Il se raconte effectivement de véritables horreurs sur la vie quotidienne à la prison, et notamment que « les détenus, poussés par la faim, mangeaient la colle de l’atelier des calicotiers8, qu’ils buvaient l’huile des quinquets, et qu’il a fallu prendre des mesures pour empêcher l’absorption de ces matières ». Autrement dit, il aurait été nécessaire d’ajouter des substances âcres et nocives à l’huile des lampes ainsi qu’à la colle utilisée dans les ateliers, pour éviter que les détenus affamés ne les ingèrent !

  • 9 Citation rapportée par Le Propagateur de l’Aube du 8 août 1847.
  • 10 Citation rapportée par Le Propagateur de l’Aube du 18 septembre 1847.

15Finalement, face à une telle adversité et devant des faits de plus en plus difficiles à cacher à l’opinion publique, l’opposition obtient gain de cause et une enquête judiciaire est enfin décidée. Dans le même temps, à Paris, M. Ardit se voit d’office mis à la retraite : le frère du mis en cause de Clairvaux occupait bien un poste de chef de division au bureau des prisons, au cœur même du ministère de l’Intérieur. De réelles suspicions ont donc pu se faire jour quant à la probité des deux hommes, qui pouvaient trouver à cette domination conjointe sur le monde de la prison des intérêts mercantiles majeurs. C’est du moins ce qu’affirme, entre autres, L’Union monarchique qui présente l’entrepreneur comme protégeant, en France, « de son prestige ou de sa puissance réelle huit maisons centrales sur vingt-et-une, sans compter les neuf prisons de la Seine9 ». Le même journal ira jusqu’à le placer parmi les « hauts barons de la féodalité pénitentiaire10 » : c’est dire quelle collusion est sous-entendue entre le système de l’entreprise et les plus hauts rouages de l’État.

16Quoi qu’il en soit, dans ses colonnes des 16 et 17 juillet 1847, Le Propagateur de l’Aube n’échappe pas à une certaine forme de triomphalisme lorsqu’il rend compte du succès enfin avéré de la campagne de presse entreprise plusieurs semaines auparavant. Il est vrai que l’ouverture d’une porte vers la recherche de la vérité ne constitue pas un fait anodin dans l’univers obscurément clos des prisons.

Article publié dans Le Propagateur de l’Aube (16 et 17 juillet 1847)

Article publié dans Le Propagateur de l’Aube (16 et 17 juillet 1847)

Ouverture de deux instructions conjointes à Clairvaux

17Il convient effectivement de parler de deux enquêtes simultanées, sur lesquelles un certain nombre d’observateurs trouveront d’ailleurs assez vite à redire.

L’instruction administrative

  • 11 Archives Départementales de l’Aube (ADA) : les références qui suivent concernant l’enquête de Morea (...)

18Elle doit durer un mois : le ministre de l’Intérieur envoie à Clairvaux l’inspecteur général Moreau-Christophe11, chargé d’observer les choses in situ et de mener un certain nombre d’interrogatoires pour établir un rapport en bonne et due forme. Mais beaucoup s’interrogent sur la réelle objectivité de sa démarche, tant sont nombreux les griefs bientôt formulés contre lui. Marquet-Vasselot, le directeur en place depuis août 1846, explique ainsi au préfet que le jour même de son arrivée – le 18 juillet – l’inspecteur a vivement condamné les accusations faites à l’encontre du précédent directeur, tout en précisant que la mortalité des détenus était totalement étrangère à la gestion de l’entreprise, tandis qu’Aller, le sous-directeur, et le préfet étaient soupçonnés d’avoir tout fait pour déclencher un scandale : on perçoit d’emblée de quel côté semble pencher la balance de l’inspecteur.

  • 12 Propos cités dans Le Propagateur de l’Aube du 4 août 1847.

19Ces suspicions semblent d’ailleurs confirmées par le dénommé Hélie – greffier de la maison centrale qui n’hésite pas à consigner ses points de vue dans de multiples lettres adressées à la préfecture –, qui précise dans celle du 23 juillet que « l’enquête administrative semble faite contre lui seul (le directeur Marquet-Vasselot) et n’avoir d’autre but que d’assurer le triomphe de l’entreprise par sa chute ». Il ajoute le 2 août l’impression partagée par beaucoup de vivre « vraiment sous le régime de l’Inquisition » tandis que de son côté, le sous-directeur traite Moreau-Christophe de véritable « Fouquier-Tinville » ; mais cet accusateur public-là présente un problème majeur aux yeux d’Aller : il vit en excellents termes avec les entrepreneurs toujours en place, lesquels ont d’après lui souvent « payé ses bottes, ses voyages et ses parties de plaisir, même en mauvais lieux ». Clairement accusé de compérage avec les frères Ardit et consort, il l’est en outre de libertinage puisque dans un post-scriptum du 20 juillet, Aller précise que Moreau-Christophe va passer la soirée avec Madame Salaville (épouse d’un ancien directeur de Clairvaux) qui n’a pas craint d’avoir « des relations coupables avec lui du vivant de son mari » et qui n’a pas manqué de s’indigner de la mise à la retraite de M. Ardit, peu auparavant. En revanche, l’inspecteur se montrerait véritablement odieux avec tous ceux qui ont contribué à faire éclater la vérité, et notamment le sous-directeur lui-même, suspecté d’avoir fourni au Propagateur de l’Aube les éléments dénoncés dans ses articles. Au bout du compte, l’enquête menée par Moreau-Christophe soulève beaucoup de questions et L’Union monarchique ne craint pas de voir en elle une « façon hypocrite d’amuser l’opinion publique et d’étouffer les griefs les plus légitimes12 ».

L’enquête judiciaire

  • 13 ADA : toutes les dépositions qui suivent sont à lire en 3U16.

20Elle est diligentée par un juge d’instruction de Bar-sur-Aube – Pierre Pouilly –, qui est amené, en juillet et août 1847, à entendre de nombreux témoins de toutes natures. Parmi eux des détenus, lesquels peuvent enfin faire un peu entendre leur voix, et ce qu’ils ont à dire est effrayant, en particulier pour ce qui concerne la nourriture qui leur était servie lors de leurs deux repas quotidiens13.

21Voici par exemple ce qu’explique Joseph Bressner, détenu condamné à cinq ans d’emprisonnement pour abus de confiance, quand il comparaît au mois d’août. Alors qu’il travaillait comme menuisier au service de l’entrepreneur Charles Petit pour réparer un bureau, il raconte ce dont il a été témoin :

« J’ai vu plusieurs fois Napoléon, son préposé, prendre quelque chose dans un grand tonneau. Je croyais à la couleur que c’était de la moutarde. Il me dit que c’était de la graisse pour les détenus. Comme cette graisse sentait mauvais et était affreuse, je lui dis que cela n’était pas possible ; il me soutint qu’elle était bonne et de première qualité. Elle était presque liquide, d’un vert jaune. Il y avait trois grands tonneaux de cette graisse. À côté était un petit tonneau dans lequel était de la graisse blanche, c’est-à-dire du saindoux, qui paraissait excellente. Je lui dis : “Celle-là n’est pas pour nous, mais pour la montrer comme échantillon aux inspecteurs généraux”. Il n’a rien répondu ».

22Un tel témoignage s’avère à lui seul fort parlant : non seulement il souligne que l’on n’hésite pas à proposer aux détenus des mets avariés, mais il précise en plus comment on s’y prend pour berner les inspecteurs en visite à la maison centrale, a priori fort naïfs !

23Un autre prisonnier, Armand Lenormand, confirme les affirmations de Bressner en se rappelant les « mauvaises odeurs » dégagées par la fameuse graisse à la cuisson. Il déclare aussi contre la qualité du pain, convaincu, avec d’autres camarades, « qu’il se composait de farines échauffées, gâtées, et de farines de haricots, pois et autres légumes », sans parler des « parcelles d’écorces » qu’il dit avoir remarquées à plusieurs reprises. À ce sujet, un collège de médecins, convoqué pour les besoins de l’expertise judiciaire, spécifiera dans son rapport du 15 novembre 1847 que ce pain privé de gluten était en effet confectionné à partir de farine de légumes secs, ajoutée à de la farine de froment. Peut-être aussi à d’autres choses, si l’on en croit la déposition du détenu Jean-Louis Arcelin :

« Dans le courant de l’hiver dernier, sous la direction de M. Marquet, le pain paraissait bien plus blanc qu’auparavant, et cependant il était au moins aussi mauvais et peut-être davantage. En le mangeant, j’ai senti plusieurs fois craquer sous mes dents comme des grains de sable. Je n’ai rien pu découvrir, mais je crois qu’on avait introduit quelque chose dans ce pain pour lui donner une plus belle apparence de blanc. Ce pain nous brûlait la gorge et l’estomac et nous donnait une soif ardente ».

24En plus de la graisse et du pain, il semble que les légumes ajoutés à la pitance des détenus n’aient pas été d’une meilleure qualité : un autre condamné mentionne leur capacité à mettre « le feu dans le corps » et à faire gonfler le ventre. L’homme précise également que ceux qui osaient proférer des plaintes se voyaient immédiatement mis au cachot, où certains, très affaiblis, seraient morts. Chacun se serait donc efforcé de survivre en s’alimentant comme il le pouvait, et c’est ainsi que des détenus n’ont pas hésité à manger leurs chaussures, contraints ensuite d’aller pieds nus ! Cela n’est pas sans rappeler les allégations du National au sujet de l’huile de lampe et de la colle possiblement avalées par les malheureux…

25On pourrait ainsi multiplier les témoignages des principaux concernés, mais ce qui les rend d’autant plus recevables – outre leur nombre —, c’est qu’ils sont corroborés par ceux d’autres acteurs de la maison centrale. Le 12 août 1847, l’aumônier Médard Durand dépose devant le juge et mentionne à son tour les fameux légumes secs, « très pernicieux » et occasionnant des maux d’estomac terribles chez les détenus.

26Parallèlement, c’est bien leur nourriture de base – en principe la plus roborative – qui se trouve effectivement mise en cause. Pierre Claude Perrin, inspecteur en poste à Clairvaux et de ce fait, second en grade dans l’administration de la prison à partir de 1831, fournit des précisions tout à fait intéressantes au sujet du pain. Il incrimine clairement l’entreprise en expliquant la piètre qualité de l’aliment par le non-respect du cahier des charges, et surtout par une utilisation bien trop importante de seigle. Il met aussi en avant un autre élément : le renvoi du boulanger Moreau, qui a officié à Clairvaux durant 25 ans, et dont le pain était tout à fait convenable. Perrin explique que « l’entreprise a donné comme prétexte de ce changement que Moreau les trompait ». En réalité, l’homme aurait été renvoyé parce qu’on lui reprochait de ne pas fournir assez de pain avec la farine utilisée… sans doute parce qu’il ne l’allongeait pas avec d’autres substances illicites ! En revanche, avec l’arrivée d’un nouvel artisan venu de Nîmes, les choses ont changé du tout au tout. D’ailleurs, le sous-directeur Aller présente au juge le 17 août un échantillon de cet aliment – mis de côté par ses soins peu après son arrivée à Clairvaux – « que l’on disait de meilleure qualité », mais selon lui tout à fait mauvais et contraire aux exigences du cahier des charges de l’entreprise.

27Enfin, on confine à l’horreur avec la description de la viande. Compte tenu de son prix, il s’agit là d’un produit que l’on sert avec une extrême parcimonie dans les prisons d’alors, mais il semblerait que l’on n’ait reculé devant rien pour en diminuer encore le coût. Des rumeurs persistantes sur la provenance des bêtes amènent la convocation par le juge du boucher Joseph Toussaint. Ce dernier a passé un marché avec l’entreprise en août 1844 pour la livraison de toute la viande nécessaire, à raison de 80 centimes le kilo. Or, s’il peut proposer de la marchandise à un prix aussi bas, c’est qu’il aurait pour habitude de se fournir chez des fermiers dont le cheptel est malade, et qui acceptent de s’en débarrasser pour des sommes très modiques. L’inspecteur Perrin fait partie de ceux qui incriminent les bêtes abattues par le boucher, selon lui chétives et malades en effet, d’où les « abcès », voire les vers, dont leur chair était infestée. Adolphe Duchêne, un apprenti de 19 ans qui a travaillé deux mois chez le boucher durant l’été 1845, parle de son côté d’animaux qui ne pouvaient pas tenir sur leurs pieds tant ils étaient souffrants. Il décrit par exemple un bœuf jetant « par le nez des matières blanches, épaisses, comme s’il était morveux », en prenant soin d’ajouter que Toussaint s’arrangeait souvent pour amener le bétail de nuit, à Clairvaux. Pourquoi l’aurait-il fait, si ce n’est pour tenter de dissimuler la « qualité » de cette viande, pourtant jugée suffisamment convenable pour être servie aux détenus ?

28Ce tableau infernal est couronné par l’état du vestiaire et des soins d’hygiène, tout aussi négligé par Achille Marcet, représentant des entrepreneurs à Clairvaux. On ne compte plus, chez les déposants, les mentions de la vermine, voire des « cuisses entamées par les poux ». L’abbé Durand, déjà cité, explique qu’au printemps 1847, l’indigence est telle au niveau des vêtements qu’on ne dispose que d’un pantalon et d’un manteau pour deux détenus ! Certains se voient donc contraints de rester au lit pour ne pas aller tout nus.

Échantillons de droguet

Échantillons de droguet

ADA, 25 Y 1

29À l’hôpital, l’affluence des malades amène là encore une situation catastrophique : Jeanne Bouchez et Marie Rodoteau, toutes deux détenues infirmières, soulignent un manque de linge criant au point que celui proposé est dans un état lamentable, mal lavé, des taches de sang des précédents patients y étant encore visibles. Il n’y a plus de layettes pour les bébés nés en prison, encore moins de linceuls pour ensevelir décemment les morts. Pas de chauffage non plus, faute de bois, ni de bains possibles pour les patients, car une seule baignoire est encore en état de fonctionner pour toute la centrale...

30Au bout du compte, on ne s’étonnera pas de la déposition de Jean-Baptiste Thomain, sous-traitant à Clairvaux pour la fabrication de laine, qui décrit des ouvriers mal nourris et de plus en plus souffrants dans son atelier : alors que ce dernier en employait 220, seuls 80 sont encore en place ! D’après lui, outre l’alimentation pernicieuse, ce sont les soins des médecins qui posent problème, surtout ceux du docteur Leber qui tarde à faire hospitaliser les malades. Le patron ajoute que présent à Clairvaux depuis sept ans lors de l’installation de l’entreprise mise en cause, il n’avait jamais rien vu de tel auparavant.

31L’attitude du docteur Leber mérite qu’on s’y arrête un instant : elle symbolise à elle seule les dérives observées dans les grands établissements pénitentiaires. Les entreprises privées qui les exploitent n’hésitent pas à s’entourer d’un personnel prêt à fermer les yeux si nécessaires, moyennant quelques avantages pécuniaires. Le praticien de Clairvaux entre dans cette catégorie, car l’entreprise générale le paie 500 francs par mois pour qu’il s’occupe des détenus employés et de son personnel. Leber, mal payé comme beaucoup d’autres employés de la prison, ne bénéficiera d’aucune retraite pour ses vieux jours : c’est pourquoi cette gratification est si importante pour lui. En même temps, on comprend qu’elle le lie aux entrepreneurs qui peuvent lui demander de n’hospitaliser les détenus qu’avec une grande modération. De nombreux témoignages dénoncent les multiples refus du médecin d’admettre dans son service des prisonniers pourtant visiblement atteints de pathologies très inquiétantes au point d’entraîner la mort de certains d’entre eux juste après leur renvoi. Leber se défend de ces accusations, mais son collègue, le chirurgien Pontoire, a accueilli en urgence nombre de malades renvoyés sans ménagement par Leber et qui nécessitaient une prise en charge immédiate sous peine de trépas !

32À lire tous les témoignages dont le juge Pouilly a été le destinataire, on ne peut être qu’accablé par l’absence manifeste d’humanité qui a pu conduire à de tels forfaits. On est surtout amené à se demander quelles vont bien pouvoir être les réponses proposées, et par les mis en cause, et par l’institution judiciaire.

Un verdict à la hauteur du désastre ?

La riposte des entrepreneurs

Les entrepreneurs du service de la maison centrale avaient affiché une certaine décontraction lors des révélations du Propagateur, forts sans doute d’une impunité manifeste qui durait depuis l’adjudication de 1844. Mais une fois lancées les instructions précédemment évoquées, l’heure n’est plus à afficher des sourires de façade et autres molles dénégations. Désormais, il faut combattre pied à pied les arguments avancés. Ardit et Petit s’y emploient en envoyant des lettres au Propagateur de l’Aube pour répondre aux multiples attaques qui pleuvent sur eux. Leurs réponses portent essentiellement sur l’administration de la prison qu’ils chargent de tous les maux, mais également sur certaines lois jugées responsables de l’état sanitaire et moral de la centrale.

Dans un mémoire remis au conseil de préfecture de l’Aube en décembre 1847 pour tenter d’empêcher une demande de résiliation de leur marché avec la prison, ils entendent apporter une réponse à chaque grief retenu contre eux. Le but est de démontrer qu’il était tout bonnement impossible que de tels errements puissent se commettre sans que l’administration de la maison centrale ne s’y oppose. Ce sont donc les directeurs successifs de Clairvaux qui sont d’abord montrés du doigt, mais l’on comprend très vite que les attaques vont se focaliser sur le seul Marquet-Vasselot.

Quand les entrepreneurs évoquent les trois directeurs avec lesquels ils ont travaillé, ils se montrent en effet plutôt mesurés sur les deux premiers, Salaville et Leblanc. Le premier a quitté son poste pour celui de Nîmes cinq mois seulement après leur arrivée, en 1844, et d’après eux, il n’y a eu aucun problème sanitaire particulier puisqu’il n’est mort « qu’un détenu sur 17 ». De même, selon les affirmations prêtées à son successeur Leblanc, le service aurait également été fait pendant 18 mois d’une manière globalement satisfaisante et quand il ne l’était pas, à de rares occasions, il suffisait de réclamer pour obtenir immédiatement une amélioration de la qualité du pain notamment.

Le ton change radicalement quand est évoqué Marquet-Vasselot, directeur à partir d’août 1846. Ce dernier est clairement accusé de minimiser sa responsabilité dans les désordres de la prison en invoquant la présence de l’inspecteur général Dugat, en résidence à Clairvaux pendant trois mois, de décembre à mars. Le directeur, pour expliquer son absence de réaction devant des abus criants, affirme avoir été contraint de rester en retrait puisque Dugat avait la main sur toutes les parties du service, l’empêchant ainsi de remettre de l’ordre dans les errements de l’entreprise. Les gestionnaires du service tentent de discréditer la défense de Marquet-Vasselot qu’ils prétendent basée sur le mensonge ; elle est aussi rejetée par l’inspecteur Dugat qui nie en bloc les insinuations perfides proférées par le directeur. Il ne fait aucun doute pour les entrepreneurs que tout a été conforme aux articles du cahier des charges signé par les deux parties.

Première page du cahier des charges établi lors de l’adjudication de 1844

Première page du cahier des charges établi lors de l’adjudication de 1844

ADA, 36 Y 6

Ils insistent également sur le fait que l’absence de réaction de la part des directeurs successifs est une preuve évidente que le service se faisait avec exactitude, car dans le cas contraire, la procédure à suivre était très simple. En effet, si une fourniture n’avait pas été jugée satisfaisante par l’administration de la centrale, il lui aurait suffi de la refuser et de demander son remplacement immédiat. La quasi-absence de mentions de ce type – qui auraient pourtant dû être très nombreuses étant donné les multiples reproches contre le service – est pour la défense une preuve irréfutable de la non-responsabilité de l’Entreprise dans la mortalité de la prison, que personne ne remet en cause.

Toutefois, les entrepreneurs mettent en avant la mortalité qui règne dans les autres maisons centrales, au moins aussi importante qu’à Clairvaux, pour mieux en souligner le caractère, certes désolant, mais fréquent. Ils s’appuient pour ce faire sur les statistiques de Bérenger de la Drôme qui donnent, par ailleurs, une vision assez glaçante de ces établissements mortifères. On meurt beaucoup en prison, mais est-ce pour autant de la responsabilité des entrepreneurs de service ? C’est en substance la question rhétorique que posent ceux de Clairvaux. En effet, d’autres prisons comme Fontevrault, Eysses ou Limoges, connaissent des taux de mortalité importants, mais nul – selon eux – ne songerait à incriminer une quelconque responsabilité des fournisseurs de ces prisons. C’est donc un procès d’intention que l’on instruit contre d’honnêtes hommes qui paient une faute qui ne leur incombe pas. En même temps, avancer un tel argument peut s’avérer dangereux quand on sait que de Singly est partie prenante dans certaines de ces maisons comme Eysses et Limoges, au même titre qu’Ardit l’est ou l’a été à Loos, Nîmes ou encore Embrun. Ils pourraient forcément devenir suspects d’y avoir appliqué les mêmes méthodes qu’à Clairvaux.

Les responsabilités sont pour eux à chercher ailleurs et notamment dans les mauvais traitements infligés aux détenus par le directeur de Clairvaux, c’est-à-dire le seul Marquet-Vasselot, coupable à leurs yeux d’avoir donné de « nombreuses et cruelles punitions […] qui ont fréquemment déterminé des incapacités de travail, des maladies graves, et plusieurs fois la mort ». Ils dénoncent « ces cachots glacés exposés pour quelques-uns, même aux intempéries de l’air » et « ces peines barbares du cachot, du piquet, des menottes, du piton, auxquels s’ajoutait encore la cruauté des exécuteurs et que tant de témoins sont venus révéler à l’indignation de l’audience14 ». Le directeur aurait donc accusé les entrepreneurs pour mieux se dédouaner de ses fautes. Or, une recension générale des punitions infligées au prétoire sous Marquet-Vasselot ne confirme pas ces propos, car les peines de cachot, par exemple, sont en net recul sous sa direction. Mais les rapports administratifs, base de ces statistiques, sont-ils vraiment complets et fiables ?

Le mémoire laisse entendre par ailleurs que le directeur aurait voulu régler des comptes avec ceux qui n’entendaient pas céder à ses exigences, notamment financières. En effet, Marquet aurait insisté pour obtenir des entrepreneurs une « petite » gratification – on parle de 8 000 francs par an – pour des raisons que les accusateurs – dont le commis aux écritures Issartier – n’expliquent pas vraiment. Le directeur de Clairvaux crie à la diffamation, mais ses détracteurs, loin de se contenter de cette seule assertion, dressent une liste des multiples avantages en nature dont Marquet aurait bénéficié grâce à eux ou qu’il se serait octroyés à leur insu : ce dernier est par exemple accusé de se servir à sa guise en pain, en céréales ou en paille dans les magasins de l’entreprise.

  • 15 Voir l’article très complet de Christian Carlier sur les prisons du Nord au XIXe siècle, Histoire p (...)

Il est difficile d’adhérer sans réserve à ce qu’affirment les entrepreneurs, car les preuves manquent, mais certains exemples circonstanciés tendent à le faire accroire. Ainsi, le témoignage de l’instituteur agricole Challemaison, en charge de la colonie de la Bretonnière, accrédite-t-il l’idée d’un Marquet-Vasselot prompt à se faire livrer certaines victuailles telles que du lait, du beurre et des œufs produits par les jeunes colons, sans les payer bien sûr. Au-delà du seul cas aubois, ces pratiques ne semblent pas isolées et l’on pourrait multiplier les exemples de collusion entre les différents rouages de l’administration des prisons et des acteurs privés15. Cependant, étaler au grand jour de tels « accommodements » peut également desservir les entrepreneurs, car leur responsabilité n’en serait en rien dégagée, bien au contraire. Ces derniers n’insistent donc pas outrageusement sur ce point pour avancer d’autres explications comme le climat, l’insalubrité des locaux ou le rôle du législateur dans la dégradation de la santé des détenus.

Les gérants du service de la prison mettent en avant la situation particulière de Clairvaux – des températures comme des locaux de la maison centrale –, pour mieux en montrer l’impact sur la population carcérale. Ils ne sont pas les premiers à faire état de la rigueur du climat de la région, car dès l’ouverture de la prison, on se plaint déjà de ce vallon froid et humide en hiver et étouffant en été. On pointe également du doigt la distribution de ces vastes bâtiments, souvent mal chauffés, desquels les détenus entrent et sortent en s’exposant aux changements de températures, comme l’a exposé le récent rapport des médecins diligentés pour l’enquête.

  • 16 Voir Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Code des prisons, Paris, 1845, Tome 1, p. 426.

À cela se sont ajoutées, dès 1840, certaines réformes du régime pénitentiaire qui ont concouru à l’augmentation de la mortalité dans les centrales. La circulaire du 10 mai 1839 qui impose le silence et des restrictions au niveau de la cantine et celle du 27 décembre 184316 qui prive le détenu d’une partie importante de son argent sont à l’origine d’une dégradation du sort des prisonniers. Pour les entrepreneurs, le rapport entre l’imposition de ces nouvelles règles et la hausse très nette de la mortalité est éclatant. La preuve en est que dès l’abandon temporaire de ces mesures à la fin de 1847, conjointement avec l’autorisation des rations supplémentaires, les morts ont été moins nombreux dans la centrale. Tous, inspecteurs généraux, directeurs, médecins et autres employés ont constaté dans leurs rapports ces mêmes effets. La démonstration est selon eux imparable et souligne, une fois de plus, leur bonne foi et leur innocence complète.

Enfin, s’il existait encore un doute, comment interpréter alors le silence de tout le monde sur les méfaits qui auraient été commis depuis l’adjudication de 1844 ? Les entrepreneurs passent en revue tous ceux qui auraient dû s’élever contre une telle injustice :

  • 17 ADA, 3 U 16, s.d. (mais sans doute 1849).

« Ce ne sont pas seulement les directeurs et les sous-directeurs qui pendant trois années auraient sciemment et volontairement laissé les prisonniers sous le coup d’une alimentation mortelle, et cela sans dire un mot, sans formuler une plainte, sans dresser un procès-verbal ; ce seraient encore tous ces agents secondaires, ce seraient les détenus eux-mêmes, car pendant trois ans eux aussi sont restés calmes, froids, disciplinés, pleins de sagesse et de prudence, quand ils voyaient chaque jour leur existence livrée à la merci d’une honteuse spéculation, mais ils ont gardé le silence auprès des inspecteurs, auprès des visiteurs, auprès des médecins17 ».

Ils n’oublient pas non plus d’incriminer les aumôniers et les sœurs de la Charité qui auraient vu sans réagir s’étioler et mourir une population par la faute d’une entreprise cupide et dénuée de toute humanité.

Un procès pour l’exemple ?

La défense des entrepreneurs, étayée par des exemples nombreux, soutenue par leurs trois avocats dans un mémoire explicatif, cherche à éviter une possible condamnation. En effet, les nombreux témoignages retenus contre eux ont amené le tribunal en charge du dossier à prononcer un mandat de dépôt contre Ardit, Petit et Toussaint en décembre 1847. Ils sont temporairement incarcérés à la prison de Bar-sur-Aube le 14 de ce mois, mais ils font immédiatement appel et sont relâchés sous caution, au motif que le titre de l’inculpation retenu contre eux – à savoir « tromperie sur la nature de fournitures livrées et de mort par imprudence » – n’emporte pas une peine afflictive et infamante, mais seulement une peine correctionnelle. La qualification des faits est, en soi, déjà un indice très clair que le verdict ne pourra pas être proportionné aux dimensions irréelles des méfaits commis.

En janvier 1848, alors que la date du procès n’est toujours pas connue, les entrepreneurs s’opposent à la demande en résiliation de leur marché par la préfecture de l’Aube. À aucun moment, ils ne semblent vouloir endosser une quelconque parcelle de responsabilité dans l’effroyable mortalité qui s’est abattue sur Clairvaux. Seule la poursuite du service au sein de la prison revêt à leurs yeux une véritable importance. Or, et c’est là un premier revers, leur marché est finalement résilié par la préfecture. Le procès en correctionnelle, commencé en juillet 1848, est lui repoussé suite à la requête en suspicion légitime déposée par les avocats des prévenus. Le but est de faire juger l’affaire devant un autre tribunal de première instance moins proche de Clairvaux et peut-être plus favorable à une issue « heureuse » pour eux. En janvier 1849, cette requête est finalement rejetée et les accusés comparaissent le 19 mai de la même année à Bar-sur-Aube.

En dépit de toutes les tentatives visant à éluder leur responsabilité, de tous les recours utilisés pour reporter ou déplacer les audiences, les entrepreneurs et leurs défenseurs n’arrivent pas à contrebalancer les nombreux témoignages et autres preuves matérielles qui les désignent comme les principaux fautifs dans cette terrible affaire. Reste alors au tribunal à décider des sanctions à infliger.

  • 18 ADA, 3 U 16, 19 mai 1849.

Comme cela a été signalé précédemment, les chefs d’accusation ne pouvaient pas réellement mener à de lourdes peines, et le verdict de le démontrer. Si les prévenus sont tous convaincus d’homicides involontaires par « imprudence, inattention, négligence et inobservation des règlements18 » durant les années 1845, 1846 et les huit premiers mois de 1847, le tribunal en revanche prononce des peines différentes selon le degré supposé de l’implication de chacun.

Ainsi, Achille Marcet est-il le plus « lourdement » sanctionné – quatre mois de prison et 50 francs d’amende ! –, car sa qualité de gérant de l’entreprise le mettait au cœur de toutes les décisions quotidiennes. C’est lui qui recevait les plaintes et les fréquentes réclamations sur les entorses au cahier des charges ; c’est encore lui qui trop souvent les balayaient d’un revers de main quand il n’en plaisantait pas tout bonnement pendant que des centaines de détenus agonisaient, faute de soins.

Les actionnaires de l’entreprise, pourtant seuls décideurs de la politique à suivre dans la gestion de leur affaire, sont là encore séparés dans les responsabilités. Ardit écope de trois mois de prison et de 600 francs d’amende car lui seul avait la haute direction de toutes les affaires concernant Clairvaux et, selon son aveu même, il n’était étranger à aucun des services journaliers qui se faisaient dans la maison centrale. Tout comme Petit, condamné à un mois de prison – souvent présent sur place mais qui n’interférait pas dans les décisions –, Ardit ne pouvait ignorer le drame qui se jouait sous ses yeux ; il aurait pu changer le cours des choses en améliorant la qualité des services de l’entreprise. Enfin, pour de Singly qui habite Paris et qui ne venait que très rarement à Clairvaux, les juges font preuve de mansuétude en lui infligeant 600 francs d’amende mais pas de peine de prison, contrairement au boucher Toussaint condamné à un mois d’emprisonnement pour fourniture de viandes avariées.

Le jugement peut paraître doux à bien des égards, si l’on met en parallèle les 700 détenus qui ont achevé leur vie dans les conditions que l’on sait et les quelques mois d’emprisonnement infligés. Pourtant, les condamnés font tous appel du jugement, mais le tribunal correctionnel de Troyes, le 5 mars 1850, confirme les peines prononcées à Bar-sur-Aube, sauf pour Petit qui évite la prison ! Loin de s’avouer vaincus, les condamnés – hormis Petit et de Singly qui y renoncent – se pourvoient en cassation sur une supposée composition illégale du tribunal en ce que deux juges suppléants ont assisté aux audiences de la cour avec voix consultative. La Cour de cassation rejette définitivement leur pourvoi le 27 juin 1850. Le jugement est désormais définitif.

Rejet du pourvoi en cassation du jugement rendu à Troyes le 5 mars 1850

Rejet du pourvoi en cassation du jugement rendu à Troyes le 5 mars 1850

ADA, 3 U 16

Quels enseignements tirer de cette affaire ?

33Tout d’abord, il est loisible de constater le peu de cas qui est fait du sort des victimes. La mort, omniprésente dans les prisons de ce premier XIXe siècle, n’est considérée comme anormale que lorsqu’elle franchit des seuils incroyablement élevés. Et encore faut-il qu’elle émeuve quelques personnes pour que sa fréquence soit dénoncée et sorte des murs des établissements pénitentiaires.

  • 19 Cité par Jacques-Guy Petit dans « L’amendement ou l’entreprise de réforme morale des prisonniers en (...)

34Le grand oublié de cette sordide histoire, c’est donc le détenu, celui dont on fait peu de cas et qui ne peut exprimer que très rarement sa souffrance quand il est confronté à une telle exploitation. Le procès de Clairvaux est une des très rares occasions d’entendre quelques témoignages de personnes que l’on a privées de leur humanité. Il faut tout de même avoir à l’esprit que nombre d’entre elles purgent des peines que l’on peut qualifier de courtes, à savoir moins de cinq ans, puisqu’un an suffisait pour être envoyé en maison centrale. Mais, comme le souligne Moreau-Christophe, « la fin essentielle de la peine est le châtiment, et non la moralisation du condamné19 ». Le moins que l’on puisse dire c’est que ce précepte est parfaitement respecté à Clairvaux dans les années 1840 !

35Dès l’arrivée dans son lieu de détention, le condamné se voit dépossédé de tout, et ce quelle que soit la peine qu’il doit purger. Il devient un numéro et surtout une force de travail dans ces prisons-manufactures, car l’État lui impose, d’une certaine manière, d’amortir le coût de son incarcération, tout en s’amendant bien sûr. C’est là qu’interviennent le plus souvent les acteurs de l’entreprise et les dérives que cette affaire a révélées.

36Clairvaux n’est certes pas le seul exemple de l’exploitation criminelle des détenus par des entreprises privées, mais c’est le premier qui soit sorti des murs de la prison et parvenu en justice. Dans ce monde clos, on souffre en silence, car se plaindre, c’est s’exposer à la punition et réduire encore davantage son espace de « liberté » et, dans le cas du Clairvaux de ces années terribles, tout bonnement compromettre ses chances de survie.

37La justice a-t-elle sanctionné sévèrement de telles pratiques et rendu un peu de dignité à ces prisonniers ? Assurément non. Les motifs retenus, les peines prononcées, rien n’est équivalent à l’entreprise criminelle menée par Ardit, Petit et consort. La seule punition véritable est la résiliation du marché passé avec la maison centrale, qui fait passer la prison sous le régime de la régie jusqu’à la fin du siècle.

  • 20 Les auteurs de l’article ignorent la destination immédiate de Marquet-Vasselot après Clairvaux, mai (...)

38Quant à l’administration de la prison, forcément coupable d’immobilisme, voire de complicité, elle n’a pas été poursuivie en justice mais simplement renouvelée. Leblanc a reçu « comme punition » la direction de la maison centrale de Gaillon, le médecin Leber une mutation pour Fontevrault et Aller une mise à la retraite ! En ce qui concerne Marquet-Vasselot20, il a été remplacé par Firmin Bonnet, lui-même très vite remplacé par Théophile Lucas, frère du célèbre inspecteur général dès 1850.

Haut de page

Bibliographie

Carlier Christian, Le personnel des prisons françaises au XIXe siècle, Paris, collection « Archives pénitentiaires », Ministère de la Justice, 1987.

Carlier Christian, La prison aux champs. Les colonies d’enfants délinquants du nord de la France au XIXe siècle, Paris, Éd. de l’Atelier, 1994.

O’Brien Patricia, Correction ou châtiment. Histoire des prisons en France au XIXe siècle, Princeton University Press, 1988.

Perrot Michèle, L’impossible prison : recherches sur le système pénitentiaire au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1980.

Perrot Michèle, Les ombres de l’histoire, crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001.

Petit Jacques-Guy, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990.

Petit Jacques-Guy, Faugeron Claude, Pierre Michel (dir), Histoire des prisons en France (1789-2000), Toulouse, Privat, 2002.

Vimont Jean-Claude, La prison. À l’ombre des hauts murs, Paris, Gallimard, 2004.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit alors des départements suivants : les Ardennes, l’Aube, la Côte d’Or, la Haute-Marne, la Marne, la Nièvre, la Saône-et-Loire et l’Yonne.

2 Celles provoquées par les guerres napoléoniennes, dont de grandes batailles se livrent alors dans l’Aube.

3 Jacques-Guy Petit, Ces Peines obscures, la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990, p. 323.

4 Tous les articles du Propagateur de l’Aube ici mentionnés sont consultables à la Médiathèque de Troyes ; non cotés.

5 Journal du 23 juin 1847.

6 On sait quel travail il a mené avec Tocqueville concernant les prisons américaines.

7 Lignes rapportées dans Le Propagateur de l’Aube du 8 juillet 1847.

8 Ce terme désigne, dans le cadre de l’industrie textile, les ouvriers chargés de fabriquer de la toile de coton.

9 Citation rapportée par Le Propagateur de l’Aube du 8 août 1847.

10 Citation rapportée par Le Propagateur de l’Aube du 18 septembre 1847.

11 Archives Départementales de l’Aube (ADA) : les références qui suivent concernant l’enquête de Moreau-Christophe sont à lire en 9Y1.

12 Propos cités dans Le Propagateur de l’Aube du 4 août 1847.

13 ADA : toutes les dépositions qui suivent sont à lire en 3U16.

14 ADA, 3U16, décembre 1847 (Pour découvrir la loi relative au prétoire de justice disciplinaire, voir Criminocorpus).

15 Voir l’article très complet de Christian Carlier sur les prisons du Nord au XIXe siècle, Histoire pénitentiaire, volume 1, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2004, p. 70-105 (disponible sur Criminocorpus).

16 Voir Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Code des prisons, Paris, 1845, Tome 1, p. 426.

17 ADA, 3 U 16, s.d. (mais sans doute 1849).

18 ADA, 3 U 16, 19 mai 1849.

19 Cité par Jacques-Guy Petit dans « L’amendement ou l’entreprise de réforme morale des prisonniers en France au XIXe siècle », Déviance et société, 1982, Vol 6- n°4, p. 331-351.

20 Les auteurs de l’article ignorent la destination immédiate de Marquet-Vasselot après Clairvaux, mais quand on consulte son dossier pour l’obtention de la Légion d’honneur en 1861 (Base Léonore, LH/1750/33), il est alors directeur de la maison centrale de Beaulieu dans le Calvados ! Cette dernière nomination – qui pose question – est peut-être assez emblématique des réelles retombées de « l’affaire » et des leçons qu’on peut en tirer. En effet, on a beaucoup accusé les entrepreneurs de népotisme, car nombre d’entre eux, apparentés, se partageaient les différents établissements du moment ; mais la place de directeur de Clairvaux occupée ensuite par Théophile Lucas n’est-elle réellement due qu’à la seule qualité de l’élu ? L’éminente position de son célèbre frère n’y serait-elle pas également pour quelque chose ?

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue actuelle du grand cloître de Clairvaux
Crédits Photographie de Géraldine Fasentieux
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2887/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Plan de l’abbaye de Clairvaux en 1826
Crédits ADA 2 Y 7
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2887/img-2.png
Fichier image/png, 408k
Titre Détails de l’adjudication de 1844 pour une durée de neuf ans
Crédits ADA, 36 Y 6
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2887/img-3.png
Fichier image/png, 368k
Titre Article publié dans Le Propagateur de l’Aube (16 et 17 juillet 1847)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2887/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Échantillons de droguet
Crédits ADA, 25 Y 1
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2887/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Première page du cahier des charges établi lors de l’adjudication de 1844
Crédits ADA, 36 Y 6
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2887/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Rejet du pourvoi en cassation du jugement rendu à Troyes le 5 mars 1850
Crédits ADA, 3 U 16
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2887/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Fey et Lydie Herbelot, « Les dérives d’un système : Le scandale de Clairvaux en 1847 », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 05 décembre 2014, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2887

Haut de page

Auteurs

Dominique Fey

Lydie Herbelot

Lydie Herbelot et Dominique Fey enseignent tous deux dans le secondaire à Troyes. Passionnés par la criminalité et ses corollaires, ils ont publié en 2008 un premier ouvrage intitulé Crimes et châtiments dans l’Aube. Ils se sont ensuite intéressés aux archives de la prison de Clairvaux et ont exposé en 2013 le résultat de leurs recherches dans un ouvrage intitulé Clairvaux, Vies emmurées au XIXe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page