Navigation – Plan du site

David Pichonnaz, Devenirs policiers. Une socialisation professionnelle en contrastes

Lausanne, Ed. Antipodes, coll. Crapul – Le livre politique, 2017, 244 p.
Laurent López

Notes de l’auteur

Les idées exprimées n'engagent pas la responsabilité du SHD et du ministère des armées.

Texte intégral

1

  • 1 Anonyme, « Les aventures d’un détective amateur », Le Matin, 17 octobre 1908.
  • 2 Mentionnons la synthèse autant que la réflexion très stimulante à ce sujet de Christian Chevandier, (...)

2« Je m’ennuyais terriblement. Je songeais à la morphine ou au suicide et tout à coup je me dis : je vais me faire policier1 ». À quoi tient une vocation tout de même… pourrions-nous ajouter avec quelque malice. Le sociologue David Pichonnaz explore cette question délicate de la « vocation » (notion éminemment problématique) policière2 mais aussi et principalement les effets sur la carrière professionnelle des éléments biographiques antérieurs des individus, les « dispositions sociales importées », pour le citer.

3Insistons d’emblée sur un intérêt scientifique qui dépasse la seule sociologie. Les historiens des forces de l’ordre contemporaines, et peut-être même modernes, auront le plus grand avantage à reprendre à leur compte les interrogations et hypothèses développées dans cet ouvrage aussi indispensable à nos yeux que le fut et le reste le livre de Dominique Monjardet, Ce que fait la police : sociologie de la force publique, paru en 1996. Rappelons à ce propos que la question de la professionnalisation a été diversement explorée par les historiens de la police3 et ceux de la gendarmerie4, voire ces deux groupes professionnels réunis et comparés5. Socialisation corporative et professionnalisation sont aussi au cœur des interrogations des politistes et des sociologues de la res militaris également puisqu’une partie du colloque de l’Association des études sur la guerre et la stratégie (AEGES) leur était dédiée en décembre 20176.

4L’étude du sociologue suisse est le fruit d’entretiens menés avec les recrues de l’Académie de police de Savatan, dans le canton de Vaud. David Pichonnaz montre qu’une réforme récente de la formation initiale des policiers suisses, désormais uniformisée à l’échelle confédérale, a produit des lignes de fractures. En effet, ce moment de reconfiguration a stimulé l’affrontement, au moins symbolique, de deux archétypes : les « orthodoxes », ainsi appelés par l’auteur, promeuvent une police principalement coercitive et répressive ; les « hétérodoxes », quant à eux, sont attachés à une police de la prévention, de relations apaisées avec une population d’abord vue comme partenaire plutôt qu’adversaire, contrairement à la catégorie des « orthodoxes ». On voit qu’on pourrait facilement employer les termes de « conservateurs » et « réformateurs » comme synonymes de ces termes que l’auteur a sans doute préféré pour leur valeur a priori plus neutre. Ces débats, objets d’enjeux internes structurants, s’inscrivent sur un arrière-fond de féminisation et d’élévation du niveau de diplôme des individus recrutés, ce qui a aussi des conséquences sur les attentes et pratiques de ce groupe professionnel. À ce titre, le mode de sélection et le contenu de la formation des recrues sont des ressources stratégiques fondamentales pour qui veut conserver/changer la police par ses hommes et ses femmes.

5La réflexion de l’auteur se développe sur cinq chapitres. Le premier s’attache à dévoiler les enjeux attachés à la définition du « bon » policier et donc aux pratiques qui en découlent, ces pratiques induisant elles-mêmes une relation à la population. Le deuxième volet détaille les aspects de la formation initiale des recrues, une formation durant laquelle les tenants des deux visions de la police évoquées précédemment s’affrontent. Ces mois d’inculcation de savoirs, savoir-faire et savoir-être se caractérisent par l’empreinte de la dimension militaire et du dressage des corps par les épreuves physiques. Le troisième chapitre décrit le processus par lequel les futurs policiers s’approprient les fonctions qui leur seront ensuite attribuées. En se concevant comme des gardiens de la société des « gentils » face aux « méchants » (cette dichotomie manichéenne est ainsi exprimée par les policiers), certains investissent un contenu moral que d’autres, en revanche, mettent à distance autant que faire se peut. Futurs dépositaires de la force publique, l’avant-dernier chapitre explore précisément le rapport des recrues au pouvoir de coercition qui sera ensuite le leur. Une différenciation s’opère ainsi selon le genre des policiers-ères et leur socialisation préalable. David Pichonnaz termine son ouvrage en essayant de traduire les perceptions sociales de ce groupe socioprofessionnel peut-être pas si différent du reste de la population, comme il le souligne, en dépit des représentations dominantes.

6 On le voit, alors qu’en France la question de la (re)création d’une police du quotidien alimente les débats depuis l’automne 2017, l’ouvrage de David Pichonnaz propose une exploration transversale qui livre des clés de compréhension non pas de ce que fait la police ou de ce qu’est la police, mais de ceux qui sont la police et lui donnent corps. En amont de l’imagination et des mises en œuvre des politiques publiques de sécurité, on peut ainsi saisir certains des éléments humains internes qui les conditionnent, en stimulent l’appropriation ou, au contraire, en favorisent le rejet par ceux-là même chargés de les appliquer. Ce constat paraît confiner au truisme, il est pourtant essentiel et pose la question fondamentale de savoir si ce sont les hommes qui font les institutions ou si celles-ci déterminent essentiellement les hommes et femmes qui les composent sans leur laisser beaucoup de latitude. Le sociologue suisse mène une enquête des plus stimulantes sur cette question philosophico-politique cardinale.

Haut de page

Notes

1 Anonyme, « Les aventures d’un détective amateur », Le Matin, 17 octobre 1908.

2 Mentionnons la synthèse autant que la réflexion très stimulante à ce sujet de Christian Chevandier, « Vocation professionnelle : un concept efficient pour le XXe siècle ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 116-3 | 2009, mis en ligne le 30 octobre 2011, consulté le 08 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/499 ; DOI : 10.4000/abpo.499

3 Vincent Milliot (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850. Écriture et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2006, 415 p. ; Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris (1854‑1914), Paris, Publication de la Sorbonne, 2012, 408 p.

4 Arnaud-Dominique Houte, Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2010, 319 p.

5 Nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage, La Guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, co-acteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. Mondes contemporains, 2014, en particulier les p. 115 à 142 qui se demandent qui devient gendarme et pourquoi plutôt que policier (municipal ou d’État), et réciproquement.

6 URL : http://www.aeges.fr/2017/11/21/colloque-annuel-aeges-annonce-programme/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Pichonnaz, Devenirs policiers. Une socialisation professionnelle en contrastes, Lausanne, Ed. Antipodes, coll. Crapul – Le livre politique, 2017, 244 p.

Référence électronique

Laurent López, « David Pichonnaz, Devenirs policiers. Une socialisation professionnelle en contrastes », Criminocorpus [En ligne], 2018, mis en ligne le 17 janvier 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3681

Haut de page

Auteur

Laurent López

Laurent López est chargé de recherche et d’enseignement au Service historique de la Défense (Bureau Gendarmerie), docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au Centre d’Histoire du XIXe siècle (Universités Paris-I et Paris-IV) et au Centre d’études sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP/CNRS/UVSQ), chargé de cours à la Classe préparatoire intégrée de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale et aux Universités Paris – Panthéon-Assas et Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page