Navigation – Plan du site
Articles

Le crime de la place Maubert

Ou l’invention d’une légende urbaine…
Jean-François “Maxou” Heintzen

Texte intégral

1L’appellation de « canard criminel » est réservée à un certain type de publication occasionnelle – ou ephemera –, traitant de faits divers sanglants à travers un texte narratif, une illustration parfois sommaire, et une complainte. Ce media a toujours eu mauvaise réputation auprès des historiens et des littérateurs – On paie cinq centimes et on est volé1 ! –, car il lui est reproché de diffuser de fausses nouvelles, à mi-chemin entre l’épouvante et le mélodrame. Pour apprécier la réalité de ce préjugé, un travail d’investigation de longue haleine a porté sur plusieurs centaines de complaintes criminelles entre 1870 et 1940. La récente mise en ligne de la base de données2 associée à ce corpus vient nuancer les réticences quant à considérer ces textes chantés comme de véritables sources sur l’histoire des délits et des peines sur le territoire français.

2Près de 450 faits divers avérés sur la période considérée ont eu les honneurs d’une complainte ou chanson. Cependant, pour élaborer cette base de données, il a fallu auparavant traquer les éventuelles « fleurs artificielles » dans l’abondante production des canardiers. En effet, la découverte, dans un ordre aléatoire, de canards criminels d’époques variables pose différents problèmes d’interprétation. L’identification du fait divers concerné, sa validation, sa datation, est la première étape. Nous étudions ici le cas d’une complainte, abondamment diffusée semble-t-il, à propos d’un crime qui se révèle ultérieurement être parfaitement imaginaire : Le crime de la place Maubert.

3Le(s) contexte(s) de publication de ce texte mérite(nt) une étude détaillée, car tour à tour un aspect romanesque ou réaliste est mis en avant. Et pour peu que la découverte des canards ne suive pas l’ordre chronologique de leur publication, il est facile d’être abusé, à l’image des lecteurs de l’époque.

Les crimes et drames, un canard parmi d’autres ?

4Le canard étant pas essence un occasionnel, il est donc déjà paradoxal de rencontrer plusieurs éditions successives d’un placard sous le même titre, et avec un contenu différent, comme si cette publication entendait lorgner vers la catégorie des périodiques.

5L’exemple analysé ici est celui d’un ensemble de feuilles de chansons, toutes intitulées Les crimes et drames, publiées par la « Maison J. Ferrand, éditeur-imprimeur, 38 rue Tiquetonne, Paris 2e », et comportant le même sous-titre : « La vie des malfaiteurs. – Leur crime. – Les horribles détails. – Leur fuite. – L’arrestation. – Le jugement. – Le verdict. – L’exécution. ». On ne peut imaginer meilleure chronologie pour le récit d’un fait divers, propre à horrifier, émouvoir, et finalement rassurer son auditoire, via la guillotine. Cet énoncé circonstancié, à l’image de ceux des canards du XIXe siècle, servait sans doute de boniment aux vendeurs.

Le bandeau-titre, réutilisé dans trois éditions successives

Le bandeau-titre, réutilisé dans trois éditions successives

Coll. particulière

6Trois « numéros » de cette publication ont pu être localisés dans diverses collections, toujours au même large format (environ 570 × 400 mm), recto imprimé en couleur, verso en noir, le titre Les crimes et drames étant rappelé en une du verso. Le prix de vente est de 1 franc. Les feuilles sont imprimées à Sceaux, par l’entreprise Charaire, qui date parfois sa production.

  • 3 BnF, GR FOL WZ 90 ; France, Bibliothèque municipale de Lyon, Chomarat Est 6612.

7Version 13 : Ce canard est imprimé en rouge au recto, verso en noir. Une illustration figure un criminel se regardant dans le miroir d’une porte d’armoire avec sur un lit une femme tuée, et à terre trois cadavres d’enfants. Au verso figure la mention « Imp. Charaire, à Sceaux. 7-28 », et le dépôt légal indique la date du 10 septembre 1928 sur l’exemplaire de la Bibliothèque nationale de France. Une seconde édition a été réalisée en décembre 1928, avec un recto bleu. Ce canard contient les textes suivants :
- Le Crime de Nancy. Complainte d'actualité. Paroles de Léon Bonnenfant. Air : “Mon Paris”. Jean Vermandé étrangle le 13 mars 1927 à Nancy sa femme Angèle Schibi, et fait brûler le corps dans un calorifère de l'imprimerie où il travaille pour faire disparaître toute trace de son crime. Condamné à mort le 15 octobre 1927, il est gracié le 5 janvier 1928.
- Le Crime Du Perreux. L'Assassinat de l'encaisseur Desprès. Complainte d'actualité. Paroles de Léon Bonnenfant. Air : “Mon Paris”. Le lundi 28 février 1927, au cours d'une tournée au Perreux, l'encaisseur Desprès, porteur de 50 000 F, disparait. Mi-avril, on retrouve son cadavre ligoté, bâillonné et flottant sur la Seine à hauteur du quai de Bercy. La chanson nomme l’une des prévenues, la femme Nourric.
- L'Assassinat du Courtier en bijouterie Truphème par le bijoutier Charles Mestorino. Complainte d'actualité. Paroles de Léon Bonnenfant. Air : “La Paimpolaise”. Charles Mestorino, grand joaillier parisien assassine son courtier en diamants, Gaston Truphème, en février 1928, et le fait brûler dans une couverture aspergée d'essence sur le bord d'une route, aux alentours de Provins. Il est condamné au bagne en août 1928.
- Le Crime de la Place Maubert. Grande complainte sur le sujet. Paroles de Léo Lelièvre. Air de : “Fualdès”.
- La Cambrioleuse. Étude réaliste / Léo Lelièvre. Créée par Brunois, au Parisien.
- Le Parricide. Récit dramatique / Léo Lelièvre. Créé par Taillade, de la Porte Saint-Martin.
- Une Crapule ou Le Cambrioleur repentant. Monologue réaliste. / Jean Tranchant. Créé par Fernande, à la Gaîté-Rochechouart.

  • 4 BnF, GR FOL WZ 90.

8Version 24 : Ce canard est imprimé en vert au recto, en noir au verso. Une illustration rectangulaire avec médaillon vert incrusté figure différentes scènes de crimes ; elle est peu lisible, son impression est très pâteuse. Sur l’exemplaire de la Bibliothèque Nationale de France, une mention manuscrite indique la date « 1929 ». Ce canard contient les textes suivants :
- Le Crime de Nancy. Complainte d'actualité. Paroles de Léon Bonnenfant. Air : “Mon Paris”. voir supra.
- Le Crime Du Perreux. L'Assassinat de l'encaisseur Desprès. Complainte d'actualité. Paroles de Léon Bonnenfant. Air : “Mon Paris”. voir supra.
- Le quintuple assassinat des fermiers de Valensole par deux gamins étrangers. Complainte d'actualité. Paroles de Léon Bonnenfant. Air : “Sous les ponts de Paris”. Alexandre Ughetto, journalier de 19 ans à Valensole, tue à coups de revolver, de pieds de chaise et de briques la famille Richaud, ses anciens patrons le 4 décembre 1928 pour les voler. Il est guillotiné le 24 janvier 1930. Son complice et amant, le Polonais Szczepan Mucha, dit “Jozef Witkowski”, 16 ans, est condamné à vingt ans de travaux forcés.
- Les bandits étrangers. Il n’en faut plus chez nous. Monologue réaliste. Monologue réaliste de Léon Bonnenfant.
- Le Crime de la Place Maubert. Grande complainte sur le sujet. Paroles de Léo Lelièvre. Air de : “Fualdès”.
- La Cambrioleuse. Étude réaliste / Léo Lelièvre. Créée par Brunois, au Parisien.
- L’horrible crime du bois de Boulogne, une fillette étranglée par la femme serbe, Junka Kures paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air Sous les ponts de Paris.
Il s’agit de l’assassinat de la petite Carmen Burniaux en juillet 1927 par Junka Kures, jeune femme serbe, durant un vol.
- Le triple assassinat de Riom, commis par Beauvilliers paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air Tu m’avais dit : Je t’aime. À Roche-d’Agoux (Puy-de-Dôme), le 14 octobre 1928, Jules Beauvilliers tue trois membres de sa famille par alliance. Arrêté à Paris, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité le 3 mai 1929 par la cour d'assises du Puy-de-Dôme.
- Une Crapule ou Le Cambrioleur repentant. Monologue réaliste. / Jean Tranchant. Créé par Fernande, à la Gaîté-Rochechouart.

  • 5 Coll. particulière.

9Version 35 : Ce canard est imprimé en rouge au recto; en noir au verso. Le propos de ce placard est explicité par une composition de cinq illustrations, signées H. Ferran, où l’on peut découvrir un assassinat dans un milieu bourgeois, des bandits en automobile, un intérieur modeste dévasté, un drame passionnel et, au centre, une agression de rue. D’après certaines affaires évoquées, la publication daterait de l’année 1930. Ce canard contient les textes suivants :
- Crimes et Drames, Complainte d'actualité, paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air La Paimpolaise.
- L’assassinat du chauffeur Ulrich par un couple allemand, paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air Les papillons de nuit
. Rudolf Fulle et Léonie Scheibel abattent en février 1930, entre Entzheim et Innenheim, le chauffeur de taxi Albert Ulrich d'une balle dans la nuque pour lui voler sa voiture, faute de trouver de l'argent. Condamnés à mort en novembre 1930 par la cour d’Assises de Strasbourg, ils sont graciés le 31 mars 1931.
- Les crimes du docteur Laget, l’empoisonneur de femmes, paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air Sous les ponts de Paris. Pierre Laget, chirurgien-dentiste biterrois, empoisonne à l'arsenic sa première femme, en 1922, parce qu'elle voulait le quitter, et également pour pouvoir hériter d’elle. Il récidive en 1929 sur sa seconde épouse, sœur de sa première femme, pour toucher l’assurance-vie. Enfin il tente d'empoisonner sa sœur durant l’hiver 1930. Condamnés à mort en juin 1931, il est gracié 29 septembre 1931.
- L’horrible crime du bois de Boulogne, une fillette étranglée par la femme serbe, Junka Kures paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air Sous les ponts de Paris. Voir supra.
- Le triple assassinat de Riom, commis par Beauvilliers paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air Tu m’avais dit : Je t’aime. voir supra.
- Le Crime de la Place Maubert. Grande complainte sur le sujet. Paroles de Léo Lelièvre. Air de : “Fualdès”.
- La Cambrioleuse. Étude réaliste / Léo Lelièvre. Créée par Brunois, au Parisien.
- Une Crapule ou Le Cambrioleur repentant. Monologue réaliste. / Jean Tranchant. Créé par Fernande, à la Gaîté-Rochechouart.

Les crimes et drames, illustration de la version 3

Les crimes et drames, illustration de la version 3

Coll. particulière

10Dans ces trois documents, nous rencontrons des « complaintes d’actualité », exemples de la forme ultime de la complainte criminelle : présence d’un refrain – l’excluant de fait de la catégorie des complaintes –, nombre réduit de couplets, usage de mélodies contemporaines des crimes. Les détails sont nombreux, les criminels sont nommés ; la localisation des crimes est moins précise que dans les complaintes d’avant 1914, et l’usuel « appel » initial – dressant la litanie des communes voisines du drame – a disparu. Il en est de même de la morale finale, implicite ou explicite, qui désormais constitue le refrain.

11Deux des trois « monologues réalistes » – respectivement La Cambrioleuse, étude réaliste de Léo Lelièvre et Une crapule, ou le cambrioleur repentant, monologue réaliste de Jean Tranchant – sont nettement des pièces de genre exploitant le type « voyou ». Pour Les bandits étrangers, il n’en faut plus chez nous, il s’agit d’un texte polémique à caractère xénophobe, préconisant de fermer les frontières :

[...] Mais les grands criminels ne sont pas des français [...] Rebuts de l’étranger, de tous les pays du monde / Pour vivre à nos dépens venant tous à la ronde [...] Cette source qu’il faut enrayer et tarir / Si nous ne voulons pas en souffrir et mourir.

12Le ton est voisin pour Crimes et Drames, paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air La Paimpolaise : cette complainte ne porte pas sur un crime précis. Elle évoque de façon elliptique une multitude de faits divers, dressant par là un tableau des horreurs du temps, et servant in fine d’éditorial à la feuille, quasi éponyme. Quelques extraits choisis :

C’est chaque jour de nouveaux crimes / Que nous avons à déplorer, / Et c’est partout tant de victimes / Qu’on ne peut plus même les compter [...] / On assassine par jalousie / On assassine après l’amour / On assassine après l’orgie / Mais le vol a souvent son tour [...] / Il faut enfin que l’on punisse / Sévèrement les assassins, / Et que les bois de justice / Fonctionnent tous les matins / Car l’on comprend bien / Que le seul moyen / D’en finir avec la vermine / De bandits, jeunes comme vieux, / C’est la peur de la guillotine, / Que l’on trouve encore de mieux.

13Il nous reste alors Le crime de la Place Maubert, grande complainte sur le sujet, paroles de Léo Lelièvre, sur l’air de Fualdès. Cette complainte étonne par son caractère archaïque, à commencer par son usage d’une mélodie plus que centenaire, dont le titre même signe sa gloire – l’évocation de la célèbre affaire de 1817. Le texte lui-même suit les canons du genre : pas de refrain (c’est bien une complainte), incipit proche des appels du XIXe siècle (« Écoutez l’horrible drame… »), nombre conséquent de couplets (dix-sept), et présence explicite d’une « Morale ». En dépit du soin apporté à sa rédaction – on précise le nom de l’assassin, Lalusse, et de la victime, Madame Virmont – force est de conclure qu’elle relève de la fiction la plus pure.

Le crime de la Place Maubert : info ou intox ?

14Donnons en préalable, le texte complet de cette complainte :

1.

Écoutez l’horrible drame,

Qu’un assassin, très pervers,

Fit naitre, place Maubert,

En égorgeant une femme

Et ses cinq petits enfants,

Pauvres bébés innocents.

5.

En véritable crapule,

Le monstre se fit nourrir,

Habiller, entretenir,

Sans avoir aucun scrupulez.

Car le cynique bandit

Rognait le pain des petits.

9.

« À moi ! » cria la victime.

Et ses appels terrifiants

Réveillèrent les enfants

Qui, devant l’auteur du crime,

À ses genoux se trainant

Dirent : « Pitié pour maman ! »

13.

Près d’elle il fit le bellâtre

Prodiguant des noms très doux.

Plus tard, devenant jaloux,

Il la frappa comme plâtre.

« J’ai, fit-elle, son secret,

Et bien, je me vengerai. »

2.

L’assassin, nommé Lalusse,

Était un hardi voleur :

Redoutable malfaiteur

Rempli de vice et d’astuce.

C’est en sortant de prison

Qu’il vit madame Virmont.

6.

D’une audace peu commune,

Il voulait depuis longtemps

De celle qui l’aimait tant

La bien modeste fortune.

Pour en être possesseur,

D’un crime il commit l’horreur.

10.

Mais loin de calmer sa rage,

De ces innocents les pleurs

Augmentèrent les fureurs

De cette bête sauvage.

Craignant qu’ils pussent parler

Il finit par les tuer !...

14.

Dans un bouge de barrière,

Un soir Lalusse dansait.

La Sûreté s’y trouvait :

C’était une souricière.

Or, l’assassin l’ignorait,

Car avec elle il buvait.

3.

La pauvre femme était veuve,

Ses enfants étaient heureux

Mais son cœur, trop amoureux,

Trouvait bien dure l’épreuve.

Sous le prétexte d’amour,

Lalusse lui fit la cour.

7.

Ayant bu beaucoup d’absinthe,

Sur un ton très exigeant

Il demanda de l’argent.

La femme dit avec crainte

« Il me reste quelques francs

Pour nourrir mes cinq enfants. »

11.

Alors Lalusse féroce,

Grisé de sang et d’alcool,

Sans honte commit le vol,

Cause de ce crime atroce.

Et dans un bouge malsain

S’enfuit nocer l’assassin.

15.

Soudain un agent l’arrêt.

« C’est elle qui m’a trahi ! »

S’écria le vil bandit

Apercevant Marinette.

Alors, lui sautant au cou,

Il l’étrangla d’un seul coup !...

4.

Jouant de ruse et d’adresse,

Et faisant le beau parleur,

Il voulait avoir son cœur :

Elle devint sa maîtresse.

Et, bientôt, le triste amant

Partagea son logement.

8.

« J’en aurai, pensa la brute,

Si ce n’est dans ton réveil

Ce sera dans ton sommeil :

Moins longue sera la lutte. »

D’un coup de poignard, la nuit,

Il l’égorgea dans son lit.

12.

Pendant qu’l était en fête,

Il fit connaissance, un soir,

D’une fille de trottoir

Qu’on appelait Marinette.

S’en vantant comme un haut fait

Il lui conta son forfait.

16.

À l’heure où l’aube illumine

À peine le vaste ciel :

Ce monstrueux criminel

Tomba sous la guillotine.

Frappé, dans l’horrible lieu,

Par les hommes et par Dieu !

Mères de famille, veuves !

Étouffez vos sentiments.

Morale

Sinon, des cruels tourments

Vous connaîtrez les épreuves.

À vos enfants, nuit et jour,

Consacrez tout votre amour.

15­­­­­Il serait si facile d’y croire pourtant à ce récit, à la fois par cohérence éditoriale – n’est-il pas enchâssé dans une litanie de crimes avérés ? N’est-il pas réédité à plusieurs reprises ?­­­­ – et pour des raisons formelles, liées aux précisions et détails dont cette complainte est truffée.

16Si nous observons les affaires criminelles évoquées dans Les crimes et drames, elles datent de l’année précédant la parution de la feuille, ou sont plus récentes, comme l’affaire Mestorino, tout juste jugée lorsque paraît la version 1. Nul texte narratif n’accompagne ces complaintes, gage que ces faits divers sont encore présents dans la mémoire. Pour Les crimes du docteur Laget, l’empoisonneur de femmes, il est indiqué « S.R. et d’après les journaux » à la fin du texte de la complainte. Il faut, semble-t-il, interpréter cette abréviation dans le sens de « Service de Renseignement » comme il est d’usage à l’époque. Que voilà une complainte bien informée, auprès des services du contre-espionnage !

  • 6 BnF, Chansons sur des assassinats, GR FOL WZ 90.
  • 7 Affaire Michel Henriot (ou Crime du Loch en Guidel) : le fils du procureur de la République de Lori (...)

17Compte-tenu de cette proximité, on peut donc supposer, à la lecture de Les crimes et drames, que nous avons affaire à un crime avéré. D’autant que cette complainte été largement diffusée : en 1934, une feuille titrée Quelques complaintes du compositeur N. Perès, créées à Port-Louis, le 18 août 19346 contient la complainte Assassin de sa femme, à propos de l’affaire Michel Henriot7, dont l’air indiqué est Le crime de la place Mauberg. Sans surprise, la coupe est celle de la mélodie de Fualdès.

Assassin de sa femme

Assassin de sa femme

BnF, Chansons sur des assassinats, GR FOL WZ 90.

  • 8 Mathieu Hamon – et Marie-Françoise Chauvin –, “Crime de Lalusse (Le)”, Portail du patrimoine oral, (...)

18Une autre preuve de la diffusion de la complainte Le crime de la place Maubert se retrouve dans la collecte par Mathieu Hamon au début des années 1990, de la Complainte de Lalusse auprès de Mme Marie-Françoise Chauvin d’Avessac (Loire-Atlantique)8, qui chante les couplets n°1, 3, 7, 8, 9, 10, 17.

19Venons-en à ce Crime de la place Maubert, et à la suspicion qui entoure la réalité de l’événement. Le récit est détaillé, mélodramatique à souhait : une veuve, avec cinq enfants, est séduite par un voyou qui extermine toute la famille afin de lui voler ses maigres économies. Puis il confie son secret à sa nouvelle maîtresse, qui le dénonce. Néanmoins le fourbe a le temps de l’étrangler avant d’être arrêté, jugé, et de finir sur la guillotine.

20La recherche dans la presse numérisée de l’assassinat de cette dame Virmont et de ces cinq enfants, ou du procès ou exécution de ce Lalusse, reste vaine. Le questionnement est alors le suivant : pourquoi donc imaginer cette sordide histoire et la mettre en chanson, alors qu’il y en a suffisamment de réelles – à en croire Les Crimes et Drames – pour alimenter le répertoire des canardiers, Léon Bonnenfant en tête ? Plus d’une trentaine de complaintes de la plume de ce dernier, portant sur des faits divers avérés, ont été repérées.

  • 9 Inter auteurs, organe de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs, ma (...)
  • 10 Inter auteurs, organe de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs, ju (...)

21Cependant, un détail de la complainte qui nous occupe pose question : il s’agit de la mention de l’absinthe dans le 7e couplet. Or cette boisson n’est plus consommée à la fin des années 1920. Il faut en conclure que le texte est antérieur à sa prohibition. Une autre raison vient étayer cette hypothèse : au tournant des années 1930, Léo Lelièvre s’est éloigné de sa carrière d’auteur à succès, et s’est déjà impliqué dans l’administration de la Société des Auteurs. Il en devient le secrétaire général en mai 19309, puis le président en juin 193310. On l’imagine mal se livrer à l’écriture d’une « fausse complainte d’actualité » avec ce statut.

Le crime de la Place Maubert, grand roman d’aventures

  • 11 Il est crédité comme auteur dans plus de 1 000 notices de la Bibliothèque nationale de France.
  • 12 Par exemple : Le Héros du Transvaal, ou Krüger en France, paroles de Briollet et Léo Lelièvre, Gloi (...)
  • 13 Le sans patrie, chanson patriotique, paroles de Léo Lelièvre, musique de E. Spencer, E. Repos Édite (...)
  • 14 Toutes ses complaintes sont référencées dans la base de données en ligne : https://complaintes.crim (...)

22C’est en observant la production de Léo Lelièvre (1872-1956) que l’histoire du Crime de la place Maubert s’éclaire. Compositeur, revuiste à succès, nous lui devons de grands succès des années 1890-1910, immortalisés par Mayol, Fragson ou Paulus, au premier rang desquels La Mattchiche (1905). Parmi son importante production11 on peut retrouver des thèmes d’actualité – dont la guerre des Boërs12, ou l’affaire Dreyfus13 –, et en particulier l’évocation de faits divers criminels. Ainsi Léo Lelièvre a-t-il écrit à propos de14 :
- L’assassinat de Sadi Carnot (1894) : La mort de Mr Carnot, ou La France en deuil (musique E. Spencer), Caserio Santo ou le crime de Lyon, complainte (sur l’air de Fualdès, avec musique alternative de Léo Lelièvre lui-même), Un an après, ou le souvenir à Carnot, chanson patriotique (musique E. Spencer) ;
- L’affaire du curé d’Entrammes (1894) : La complainte de Bruneau, (musique E. Spencer) ;
- L’enfant martyr de la rue Vaneau (1896) : Le bébé martyr, ou le crime de la rue Vaneau (sur l’air de Fualdès, musique alternative E. Spencer), Le drame de la rue Vaneau, ou le martyre d'un ange (musique E. Spencer) ;
- L’affaire Aubert (1896) : La Malle sanglante, ou le Crime de l'avenue de Versailles (sur l’air de Fualdès) ;
- Le crime de Nassandres (1898) : Le nouveau Troppmann, ou le sextuple assassinat de Nassandres (musique E. Spencer) ;
- L’affaire Brierre (1901) : Le crime de Corancez, un père assassin de ses cinq enfants (sur l’air de La Paimpolaise) ;
- La séquestrée de Poitiers (1901) : La recluse de Poitiers, ou 25 années de captivité, chanson vraie (musique E. Spencer) ;

La complainte de Bruneau, 1894

La complainte de Bruneau, 1894

Coll. particulière

23Léo Lelièvre reste fidèle à la même maison d’édition : tout d’abord Albert-Antonin Repos, 26 rue de Tiquetonne, dont l’affaire est reprise par MM. Pascal & Uffler, puis par L.M. Pascal seul en 1898, toujours à la même adresse. Ces productions sont accompagnées régulièrement d’un paratexte qualifiant la nature de la chanson qui suit : « Histoire vraie mise en complainte », « Histoire vraie mise en chanson » « chanson vraie », « chanson-complainte ». L’insistance sur la véracité des faits rapportés semble être un souci fort chez cet auteur.

  • 15 Le crime de la place Maubert : grande complainte à ce sujet, paroles de Léo Lelièvre ; [sur l'] air (...)
  • 16 Le petit crucifié (René Esse / Gaston Maquis) et Les enfants martyrs (René Esse / Gaston Maquis).

24Une recherche spécifique entreprise sur le Crime de la place Maubert fait alors apparaître une première publication contemporaine des productions évoquées ci-dessus. La complainte figure sur une feuille15 dont le titre annonce : Le crime de la place Maubert, une femme assassinée avec ses cinq enfants (Grand Roman d’Aventures). Un surtitre précise : « Les drames passionnels, par Léo Lelièvre ». Sous l’illustration signée Punch, les épisodes sont annoncés : « La rencontre. – La vie d’un malfaiteur. – Les amours fatales. – Le crime. – Horribles détails. – La fuite. – L’arrestation. – Encore un crime. – Le jugement. – Le verdict. – L’exécution ». S’ensuit un long texte narratif, reprenant tous les épisodes précités avec quelques développements absents de la complainte (dialogues, descriptions, personnages annexes), et termes d’argot en italique. La victime se nomme Madame Vhirmont, demeure rue des Carmes, et elle rencontre son assassin un soir, sur le boulevard Saint-Germain. Le portrait d’Émile Lalusse, et de son complice La Fouine, est outrageusement chargé. Nul détail, même le plus mélodramatique, ne nous est épargné, mais la morale est sauve car Lalusse « pleurait comme un enfant » en montant à la guillotine. La feuille est complétée par diverses chansons, dont seulement deux sont relatives à des faits d’actualité criminelle avérés16.

  • 17 Fondation de la maison « Pascal et Uffler, édit. De musique, 26 rue Tiquetonne » annoncée dans le B (...)
  • 18 Voir La Lanterne, 9 juin 1898.

25Dans ce contexte éditorial, Le crime de la place Maubert apparaît alors pour ce qu’il est : une fiction convenue et morale, opposant le voyou et la veuve honnête, déclinée en brève nouvelle et en complainte « à l’ancienne ». Cette feuille peut être datée de l’année 1898, eut égard à la brève existence des éditions Pascal & Uffler17. La date est confirmée par le tampon du dépôt légal sur l’exemplaire de la BnF. Cette année-là Léo Lelièvre écrit, nous l’avons vu, Le nouveau Troppmann, ou le sextuple assassinat de Nassandres avec un sous-titre détaillé « Une famille de 6 personnes assassinée – Férocité et cynisme du meurtrier – La fuite – L’arrestation du coupable » dans un style canardier affirmé. Peu après ce crime, survenu fin mars, un autre fait la une de la presse : Albert Peugnez assassine une femme et son enfant en juin 1898, et sa maîtresse contribue à son arrestation18. Sans doute faut-il voir dans la concomitance de ces deux affaires l’inspiration de Léo Lelièvre ?

  • 19 Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Perrin, 2005, en particulier le premier chapitre (...)

26L’identification d’un crime par le biais du lieu où il s’est commis est une figure récurrente – « le crime de la rue X », « l’affaire du boulevard Y » –, autant dire que Léo Lelièvre n’a pas eu à chercher longtemps son titre. Ensuite, la localisation de ce crime imaginaire correspond à l’un des quartiers repérés du « Paris criminel » de la Belle Époque19. Émile Chautard, observateur attentif des bas-fonds parisiens et de leurs goualantes à la fin du XIXe siècle, évoque ainsi le quartier de La Mocobo – la place Maubert en argot :

  • 20 Émile Chautard, Goualantes de la Villette et d’ailleurs, Paris, 1929 [Rééd. L’insomniaque, 2017], p (...)

Nous n'avons rien de particulier à signaler quant aux nombreux malfaiteurs de ce quartier, dont la criminalité fut la même que celle des autres bandits de Paris. Deux d'entre eux furent condamnés à mort pour assassinat ; une douzaine à perpétuité et une quarantaine pour meurtres, attaques nocturnes avec violences, vols avec effraction, fausse monnaie, etc20.

  • 21 De place en place ou Ballade des places de Paris ou encore Les places de Paris, 1905, Lucien Boyer/ (...)

27Néanmoins la « place Maube » n’a pas le beau rôle dans les chansons, car c’est elle qui clôt De place en place21, où l’on suit l’ascension et la déchéance de l’héroïne, qui finit misérablement : « Dans les fumées glacées de l'aube / Comme on ramasse un chien crevé, / On l'a r'trouvée sur le pavé, / D'la place Maube. »

28Ensuite, il suffit de broder autour des personnages, et de compléter avec une illustration où la scène de crime est coiffée par une tresse de chardon et de houx – symbolisant sans doute par leurs piquants les douleurs endurées par les victimes – et deux vignettes montrant la préparation du crime, dans un débit de boissons glauque, et la cour d’Assises lors du prononcé de la peine. D’ailleurs cette illustration, signée Punch, largement tronquée, se retrouve sur Les crimes et drames (version 1).

Le crime de la place Maubert, 1898

Le crime de la place Maubert, 1898

France, Paris, Bilipo, PAR CRI

  • 22 Le catalogue de la BnF signale également une édition en 1904 – BnF GR FOL-WZ-132 –, puis en 1913 – (...)
  • 23 Voir par exemple le recueil Almanach des romances, valses et mélodies, BnF, 4-YE pièce 1824, visibl (...)

29L’aventure éditoriale de ce Crime de la place Maubert s’éclaire alors : ses diverses éditions22, de 1898 à 1928, sont toutes liées à un même fonds d’éditeur. En 1927, la publicité de J. Ferrand, qui publie peu après Les crimes et les drames est explicite : « Au grands succès parisiens, Ancienne Maison Albert Repos et Henri Pascal, J. Ferrand, éditeur, successeur, Paris, 38 rue Tiquetonne23 ». Et l’on réutilise même en 1928 l’illustration ayant servi trente ans plus tôt.

Le canard, entre actualité et immobilisme

30Au bout de cette recherche nous pouvons pointer deux mouvements contradictoires à l’œuvre dans l’édition des divers canards cités dans ces lignes. D’une part, on y lit une volonté affirmée de « coller à l’actualité », présente dans certains textes de Léo Lelièvre à ses débuts, ou dans les éditions successives de Les crimes et drames, traitant d’affaires récentes. D’autre part, la réédition à l’identique d’une même complainte durant trente ans, dont le contenu est des plus imaginaire, et la forme de plus en plus éloignée des goûts de l’époque.

31En ce qui concerne le premier point, concernant la frénésie éditoriale des Crimes et drames en 1928, revenons tout d’abord sur le contexte de leur parution. Nul n’ignore que l’automne 1928, date de publication de la version 1, correspond à l’arrivée de Détective. Faut-il voir dans cette série de canards une tentative de l’éditeur Ferrand pour lui aussi proposer à sa clientèle une publication « moderne », régulière, à grand tirage, mettant en scène les crimes les plus récents par le biais de complaintes ?

  • 24 Coll. particulière.
  • 25 La chute du dirigeable « Dixmude » eut lieu fin décembre 1923, à proximité de la Sicile.

32D’autres publications similaires, des « canards quasi périodiques » ont été également rencontrés, hors de l’actualité criminelle, toutes issues des presses de J. Ferrand. Tout d’abord, nous connaissons deux placards24 titrés France-Actualité complaintes – titre ambigu, relevant à la fois de la presse et du canard –, traitant de deux épisodes d’inondations en France : l’un en 1924, avec deux complaintes d’actualité de Léon Bonnenfant « Les inondations en France » et « la catastrophe du Dixmude25 », le second en mars 1930, avec encore quatre textes de Léon Bonnenfant.

France-Actualité complaintes, mars 1930

France-Actualité complaintes, mars 1930

Coll. particulière

33Deux autres placards de « complaintes d’actualité » publiés par J. Ferrand tentèrent d’initier une série de publications, sous le titre Gloire aux ailes françaises. Deux éditions eurent lieu, l’une en octobre 1928, l’autre peu après juin 1929. Nous retrouvons encore la même période des débuts de Détective. Une recherche autour de l’éditeur J. Ferrand – ainsi qu’au sujet de sa « plume », le prolixe Léon Bonnenfant – mériterait d’être entreprise, pour mieux cerner cet éditeur entreprenant dont les nombreuses parutions empruntent à la forme multiséculaire du canard (placards de grand format, illustrés, centrés sur des complaintes titrées comme telles) au service de l’actualité, tant criminelle que météorologique ou aérienne.

  • 26 Fernand Chauvet, Une cause bourbonnaise célèbre, l’affaire Madeleine Albert, Moulins, Crépin-Leblon (...)
  • 27 Louis Audiat, « Une complainte bourbonnaise de 1811 », Annales Bourbonnaises, 1890, p. 33-40.
  • 28 Canard s.d. [1845 Ca], Imprimerie de H. Cotard, Issoudun, Coll. part.

34Venons-en au second point, cette longue période durant laquelle Le crime de la place Maubert – bien qu’imaginaire – fut commercialisé : nous ne possédons pas les chiffres de ses tirages cumulés, mais il est incontestable que son succès, au moins avant la Grande Guerre, a dû être des plus considérables, pour justifier toutes ces rééditions. Qu’appréciaient donc les acheteurs de ces canards dans cette complainte ? Assurément, le schéma narratif a fait couler bien des pleurs. La chose n’est pas nouvelle, car la réédition durant une longue période de complaintes portant sur un même fait divers est attestée au XIXe siècle. Par exemple l’affaire Madeleine Albert26 – une jeune parricide de 23 ans qui massacre ses parents et ses deux sœurs suite à un différend familial –, survenue en Bourbonnais début 1811, suscite des éditions de canards jusqu’en 187027. Le plus étrange est que le récit de l’affaire est à chaque fois conservé dans ses grandes lignes, mais déplacé dans le temps : un canard fait naître Madeleine Albert en 1820 (au lieu de 1788) et place l’exécution en 1844, au lieu de 181128.

  • 29 Dominique Kalifa, « Usages du faux. Faits divers et romans criminels au XIXe siècle », Annales Hist (...)

35De nombreuses études se sont penchées sur la véracité des faits divers29, incitant à lire dans ces faux l’élaboration à l’œuvre d’une « culture du crime ». Nous sommes alors surpris que cette construction sociale présente dans les diverses publications à grand tirage (presse populaire, livraisons à bon marché, canards) puisse connaître un tel immobilisme : un même « beau crime » – pour reprendre le mot de Dominique Kalifa – comme celui de la place Maubert serait donc autant en écho avec l’actualité en 1898 qu’en 1928 ? Ou bien faut-il comprendre qu’en 1928 le lectorat sait faire la part des choses entre les « vrais crimes chantés » et les autres ? Alors Le crime de la place Maubert, et son archaïsme assumé, ne serait qu’un exemple de la foklorisation en marche des complaintes criminelles, devant aboutir peu après à ce qu’on nomme désormais la « chanson réaliste » ?

36Le canard criminel connaît au tournant des années 1930 ses ultimes soubresauts. L’éditeur J. Ferrand est l’un des derniers à proposer de très grands formats à la vente. L’aspect anachronique de ce media d’un autre temps est illustré par les publications rencontrées ici : Léon Bonnenfant écrit sur les crimes du jour, mais on continue de publier ce texte factice de Léo Lelièvre, vieux de trente ans, comme pour mieux relier les « complaintes d’actualité » de l’entre-deux-guerres (trois couplets et un refrain) à leurs interminables aïeules des siècles passés.

Haut de page

Notes

1 Gérard de Nerval, Histoire véridique du canard, 1844.

2 https://complaintes.criminocorpus.org/

3 BnF, GR FOL WZ 90 ; France, Bibliothèque municipale de Lyon, Chomarat Est 6612.

4 BnF, GR FOL WZ 90.

5 Coll. particulière.

6 BnF, Chansons sur des assassinats, GR FOL WZ 90.

7 Affaire Michel Henriot (ou Crime du Loch en Guidel) : le fils du procureur de la République de Lorient assassine son épouse le 8 mai 1934 pour toucher l'assurance-vie. Il est condamné à 20 ans de réclusion en juin 1935.

8 Mathieu Hamon – et Marie-Françoise Chauvin –, “Crime de Lalusse (Le)”, Portail du patrimoine oral, consulté le 21 novembre 2017, http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/81669.

9 Inter auteurs, organe de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs, mai 1930, p. 8. Consulté en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5441437s/f8.image le 26 décembre 2017.

10 Inter auteurs, organe de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs, juin 1933, p. 518. Consulté en ligne sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54433179/f10.image le 26 décembre 2017.

11 Il est crédité comme auteur dans plus de 1 000 notices de la Bibliothèque nationale de France.

12 Par exemple : Le Héros du Transvaal, ou Krüger en France, paroles de Briollet et Léo Lelièvre, Gloire aux Boërs ! Chanson patriotique créée par Dona au concert de la Scala, paroles de Léo Lelièvre, La Marche des Boërs, chanson-marche, dédiée à nos frères de la République Sud-Africaine (Transvaal), paroles de Léo Lelièvre.

13 Le sans patrie, chanson patriotique, paroles de Léo Lelièvre, musique de E. Spencer, E. Repos Éditeur. Consulté en ligne : https://www.mahj.org/fr/decouvrir-collections-betsalel/le-sans-patrie-62364 le 05/01/2018.

14 Toutes ses complaintes sont référencées dans la base de données en ligne : https://complaintes.criminocorpus.org/ .

15 Le crime de la place Maubert : grande complainte à ce sujet, paroles de Léo Lelièvre ; [sur l'] air de Fualdès, Bilipo, PAR CRI et BnF, GR FOL WZ 90.

16 Le petit crucifié (René Esse / Gaston Maquis) et Les enfants martyrs (René Esse / Gaston Maquis).

17 Fondation de la maison « Pascal et Uffler, édit. De musique, 26 rue Tiquetonne » annoncée dans le Bulletin général de la papeterie, janvier 1898, p. 15. Dissolution de la « Grande maison d’édition Albert Repos, Pascal et Uffler successeur », et continuation par L.M. Pascal seul, annoncées dans les Archives commerciales de la France, 19 octobre 1898, p. 1311.

18 Voir La Lanterne, 9 juin 1898.

19 Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe siècle, Perrin, 2005, en particulier le premier chapitre : « Les lieux du crime : topographie et imaginaire social à Paris ».

20 Émile Chautard, Goualantes de la Villette et d’ailleurs, Paris, 1929 [Rééd. L’insomniaque, 2017], p. 91.

21 De place en place ou Ballade des places de Paris ou encore Les places de Paris, 1905, Lucien Boyer/Adolf Stanislas.

22 Le catalogue de la BnF signale également une édition en 1904 – BnF GR FOL-WZ-132 –, puis en 1913 – BnF RES ATLAS-Z-52 (A,1,2,LAL).

23 Voir par exemple le recueil Almanach des romances, valses et mélodies, BnF, 4-YE pièce 1824, visible en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1301922/f8.

24 Coll. particulière.

25 La chute du dirigeable « Dixmude » eut lieu fin décembre 1923, à proximité de la Sicile.

26 Fernand Chauvet, Une cause bourbonnaise célèbre, l’affaire Madeleine Albert, Moulins, Crépin-Leblond, 1913, 87 p.

27 Louis Audiat, « Une complainte bourbonnaise de 1811 », Annales Bourbonnaises, 1890, p. 33-40.

28 Canard s.d. [1845 Ca], Imprimerie de H. Cotard, Issoudun, Coll. part.

29 Dominique Kalifa, « Usages du faux. Faits divers et romans criminels au XIXe siècle », Annales Histoire, Sciences Sociales, 54ᵉ année, n° 6, 1999. p. 1345-1362.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le bandeau-titre, réutilisé dans trois éditions successives
Crédits Coll. particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Les crimes et drames, illustration de la version 3
Crédits Coll. particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Assassin de sa femme
Crédits BnF, Chansons sur des assassinats, GR FOL WZ 90.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3686/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre La complainte de Bruneau, 1894
Crédits Coll. particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3686/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Le crime de la place Maubert, 1898
Crédits France, Paris, Bilipo, PAR CRI
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3686/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre France-Actualité complaintes, mars 1930
Crédits Coll. particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3686/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François “Maxou” Heintzen, « Le crime de la place Maubert », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 20 février 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3686

Haut de page

Auteur

Jean-François “Maxou” Heintzen

Professeur agrégé de mathématiques en lycée, Jean-François « Maxou » Heintzen (La Chavannée, CHEC, Université Clermont-Auvergne, CLAMOR, UMS 3726 CNRS) est titulaire du C.A. de professeur de musique, spécialité musique traditionnelle. Il a soutenu en 2007 une thèse de doctorat d’histoire : Musiques discrètes et société, Les pratiques musicales des milieux populaires à travers le regard de l’autorité dans les provinces du centre de la France, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Bernard Dompnier (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, CHEC) Ses recherches actuelles portent sur diverses formes de musiques populaires aux XIXe et XXe siècles, centrées sur la diffusion des feuilles de chansons par colportage et vente dans la rue. Il intervient dans le cadre du groupe d’arts et traditions populaires « La Chavannée », et interprète avec plaisir les complaintes qu’il étudie. À consulter sur Criminocorpus : La base de données des complaintes criminelles en France (1870-1940).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page