Navigation – Plan du site
Présentation de la journée d'étude

“Mauvaises filles”. Déviantes et délinquantes XIXe-XXIe siècles

Hélène Duffuler-Vialle

Texte intégral

1La journée d’étude « Mauvaises filles. Déviantes et délinquantes XIXe-XXIe siècles » s’inscrit dans le cadre d’un projet de long terme. En effet, depuis quelques années des chercheur.e.s et des professionnell.e.s de l’éducation, que ce soit dans leur travail de recherche ou dans leur pratique professionnelle, se sont intéressés à cette catégorie dites de « mauvaises filles » tant d’un point de vue historique, que sociologique ou éducatif.

2À travers une multitude de prismes différents, des questions communes surgissent : Qu’est-ce qu’une mauvaise fille à travers les époques ? Pourquoi la violence des filles est-elle perçue différemment de celle des garçons ? Comment l’appréhension spécifique de celle-ci résulte-t-elle des stéréotypes de genre et/ou les conforte-t-elle ?

3Véronique Blanchard, historienne de formation, éducatrice à la Protection Judiciaire de la Jeunesse devenue responsable du Centre d’exposition historique « Enfants en Justice » à Savigny-sur-Orge (service de l’École de protection judiciaire de la jeunesse), est à l’initiative de la création d’une exposition historique sur cette thématique. En effet, le Centre d’exposition, organise tous les deux ans des expositions temporaires. En 2014, dans la continuité de ses recherches (un doctorat sur les figures de la déviance féminine juvénile dans le Paris des années 1950) elle propose à l’ENPJJ que les « mauvaises filles » deviennent le sujet d’une future exposition. Un large comité scientifique est alors constitué avec des chercheurs et chercheuses spécialisées sur cette thématique, ainsi que certains professionnel.le.s du secteur.

4Les réunions de travail du comité permettent de développer les idées de tou.te.s qui fusent, s’entremêlent, voire s’opposent parfois. La recherche sort du cadre individuel, se confronte au collectif, se fait pédagogique, voire scénographique.

5Le vernissage de l’exposition « Mauvaises filles. Déviantes et délinquantes du XIXe au XXIe siècle » a lieu le 4 juin 2015, en présence de Madame Rosemonde Doignies, directrice de l’ENPJJ. Il est accompagné d’une création théâtrale « Mauvaises filles », présentée par la compagnie-école du Théâtre du fil. Pendant presque un an, l’exposition est visitée par des centaines de personnes dans les locaux de l’ancien Centre d’Observation Public de l’Éducation Surveillée devenu musée. À partir de mars 2016, elle devient itinérante. Une première étape l’installe à Roubaix au sein de l’École Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse, dans le cadre de la formation des éducatrices et éducateurs stagiaires.. Le vernissage a lieu le 8 mars 2016 pour un « après-midi des mauvaises filles ». Deux tables-rondes sont proposées, animées par Gisèle Fiche et Mathias Gardet autour de : « Mauvaises filles et sexualité » où j’interviens avec Régis Révenin, Antoine Rivière, et « Mauvaises filles : les protéger ou s’en protéger ? » avec Véronique Blanchard, Stéphanie Rubi, David Niget et Jean-Jacques Yvorel. L’écrivaine Tania de Montaigne est invitée à intervenir pendant l’après-midi. Son livre Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin, résonne particulièrement avec les différents thèmes abordés par l’exposition. Il souligne même une dimension présente au sein des débats du comité scientifique sur le croisement des rapports de domination, mais sans doute moins visible dans l’exposition. En effet, ce roman montre au croisement des rapports de domination de race, de classe et de genre, la frontière parfois poreuse qui existe entre la « mauvaise fille » et la femme libre.

6Afin de prolonger les échanges scientifiques, la journée d’étude intitulée « “Mauvaises filles”. Déviantes et délinquantes. XIXe-XXIe siècles » est co-organisée le 29 avril 2016 au Centre d’Histoire Judiciaire de Lille 2 avec Véronique Blanchard et Virginie Lefebvre, doctorante du CHJ ayant réalisé une exposition intitulée « Femmes devant la Justice dans la presse illustrée 1880-1930 » en 2015. Cette journée, présidée par le magistrat et président de l’Association française pour l’Histoire de la Justice, Denis Salas, est pensée dans la continuité des débats sur les constructions juridiques et sociales de la déviance et la délinquance des mineures d’un point de vue diachronique. Elle s’articule autour de deux thèmes. Le premier concerne la « définition des “Mauvaises filles” » et le second la « (Dé)construction » de cette notion. Quatre panels déclinent ces deux thématiques. Le premier panel, présidé par l’enseignante-chercheure en droit à l’ENPJJ Nadia Beddiar, s’intéresse au contrôle de la sexualité des mineures. Sylvain Cid, archiviste, présente une communication sur l’éducation sexuelle et son évolution du XIXe au XXIe siècles. Antoine Rivière, historien, intervient sur le thème de la maternité en particulier en étudiant les relations de protection et de contrôle mises en place par l’Assistance publique auprès des filles-mères entre 1880 et 1920. Dans le second panel, présidé par la chercheure en histoire du droit Annie Deperchin, Jean-Jacques Yvorel traite de la question de la drogue avec une perspective diachronique et je présente la manière dont la doctrine juridique et le législateur appréhendent les jeunes mineures reconnues comme « prostituées » . Le troisième panel, présenté par l’historienne du droit Sabrina Michel, s’intitule « Mythe et réalités des “mauvaises filles” ». Sidonie Verhaeghe présente les discours produits autour de la jeunesse de Louise Michel, véhiculés par ses soutiens et par ses détracteurs, et Claire Dumas évoque des témoignages de « mauvaises filles » reconnues comme telles socialement et enfermées à ce titre. Elle livre ainsi la parole précieuse tant de personnes ayant vécues l’enfermement que de celles des témoins ayant travaillé dans ces institutions. Enfin le dernier panel, dirigé par l’enseignante-chercheure en sociologie à l’ENPJJ, Hélène Cheronnet, s’intéresse à la question du genre. Véronique Blanchard et Régis Révenin y livrent une intervention à deux voix sur les modalités genrées de la régulation de la sexualité des mineur.e.s dans l’après-guerre. Cette journée d’étude pluridisciplinaire, mélangeant la sphère académique et non académique, est l’occasion de nombreux échanges et de débats.

7L’itinérance de l’exposition « Mauvaises filles » se poursuit, pour s’installer aux Archives départementales du Nord de septembre à décembre 2016, dans le cadre du sujet plus large de l’enfermement des femmes. Pendant plusieurs mois un public varié, dont des collégien.ne.s, des lycéen.ne.s se succède. Le 12 et 13 décembre 2016, une journée d’étude est également proposée, intitulée « Incarcérée. Femmes en prison. Histoire(s). Parcours. Regard » où sont réunis des chercheur.e.s de différentes disciplines, ainsi que des institutionnels et des artistes.

8Les « mauvaises filles » reprennent la route et sont présentées en 2017 à l’Université d’Angers, à l’IUT Carrières sociales de l’Université de Tours, à l’espace Simone de Beauvoir de Nantes et également dans une service de la protection judiciaire de Toulouse. D’autres dates suivront en 2018.

9Suite à ces étapes, un beau livre est né, « Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles », fruit du travail du comité scientifique de l’exposition, réalisé par Véronique Blanchard et David Niget, publié aux Éditions Textuel en septembre 2016, préfacé par Michelle Perrot et postfacé par Coline Cardi,

10La publication des actes de la journée d’étude « Mauvaises filles » s’inscrit donc dans une aventure qui a commencé il y a quatre ans et qui a vocation à se poursuivre. Aux différentes contributions rédigées par certain.e.s des intervenant.e.s du 29 avril, nous joignons un article inédit, co-écrit avec Véronique Blanchard, sur l’histoire de cette exposition, et sur sa réception par le public.

11Cette publication intervient dans le cadre d’une actualité brûlante où le grand public s’interroge violemment sur la question des rapports femmes/hommes. Or l’ensemble de ces contributions montre que la « Mauvaise filles » est avant tout celle qui est perçue comme telle par une société dont l’approche évolutive et contextuelle est transcendée par de violents rapports de domination, que beaucoup refusaient et refusent encore de lire.

Haut de page

Bibliographie

Publications des membres du comité scientifique :

Bard Christine, avec la collaboration de Frédérique El Amrani et Bibia Pavard, Histoire des femmes dans la France des XIXe et XXe siècles, Paris, Ellipses, 2013.

Bard Christine, Les insoumises. La révolution féministe, Paris, Le Monde, coll. « Les rebelles », 2013.

Bard Christine, Le féminisme au-delà des idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, coll. Idées reçues, 2012.

Bard Christine, Une histoire politique du pantalon, Paris, Seuil, 2010, édition augmentée d’un post-scriptum en Points Seuil, 2014.

Bard Christine, Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistances, Paris, Autrement, 2010.

Bard Christine, Les Femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Armand Colin, coll. U, 2001, 285 p, 2e édition revue, 2003.

Bard Christine, Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998.

Bard Christine, Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes. 1914-1940, Paris, Fayard, 1995.

Bard Christine (dir.), Les féministes de la première vague, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 2015.

Bard Christine (dir.), Les féministes de la 2e vague, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 2012.

Bard Christine, Mossuz-Lavau Janine., (dir.), Le Planning familial : histoire et mémoire, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 2007, 210 p.

Bard Christine (dir.), Le Genre des territoires, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2004, 348 p.

Bard Christine, Baudelot Christian, Mossuz-Lavau Janine (dir.), Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir, Paris, La Martinière, 2004, 382 p.

Bard Christine, Chauvaud Frédéric, Perrot Michelle, Petit Jacques-Guy (dir.), Femmes et Justice XIXe-XXe siècles, Rennes, PUR, 2002, 375 p.

Bard Christine (dir.), Un siècle d’antiféminisme, préface de Michelle Perrot, Paris, Fayard, 1999, 484 p

Bard Christine (dir.), avec Chaperon Sylvie, Dictionnaire des féministes de la Révolution à nos jours, Paris, PUF, 2016.

Bard Christine, Pavard Bibia (dir.), « Femmes outsiders en politique », Parlements[s], n° 19, 2013.

Bard Christine (dir.), « Femmes et pouvoir », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 1, mai 2007 : http://www.histoire-politique.fr/

Bard Christine, « Femmes nouvelles 1900, entre mythe et réalité », dans Benoît Musset (dir.), Hommes nouveaux et femmes nouvelles de l’Antiquité au XXe siècle, Rennes, PUR, 2015, p. 179-194.

Bard Christine, Paoletti Marion, « La France, féministe ou antiféministe ? », Travail, Genre et sociétés, n° 32, novembre 2014, p. 141-144.

Bard Christine, « La révolution féministe », dans Jean-Noël Jeanneney, Grégoire Kauffmann, (dir.), Les Rebelles. Une anthologie, Paris, Le Monde/CNRS éditions, 2014, p. 497-526.

Bard Christine, Paoletti Marion, « La France, féministe ou antiféministe ? », Travail, genre et sociétés, n° 32, novembre 2014, p. 141-144.

Bard Christine, « “Mon corps est une arme”, des suffragettes aux Femen », Les Temps modernes, n°678, avril-juin 2014, p. 213-240.

Bard Christine, « Le genre en histoire », Arnaud Alessandrin, Brigitte Estève-Bellebeau (dir.), Genre ! L’essentiel pour comprendre, Paris, Des ailes sur un tracteur, 2014, p. 155-157.

Bard Christine, « Biopolitique et révolution sexuelle dans Une vie nouvelle de Madeleine Pelletier », dans Christine Bard, Georges Bertin, Lauric Guillaud (dir.), Figures de l’utopie d’hier et d’aujourd’hui, Rennes, PUR, 2014, p. 117-128.

Bard Christine, « Garçonnes », p. 329-331, « Lingerie », p. 500-502, « Mode », p. 554-558, dans Janine Mossuz-Lavau (dir.), Dictionnaire des sexualités, Paris, Bouquins, Robert Laffont, 2014.

Bard Christine, « Genre, validisme et handicap : une réflexion sur les fonctions du vêtement des femmes », Maudy Piot (dir.), Association Femmes pour le dire, Femmes pour agir, La Citoyenneté au féminin, colloque, Paris, L’Harmattan, 2013.

Bard Christine, « Le pantalon », in Sexing Political Culture in the History of France, (ed.) by Alison M. Moore, Amherst, New York, Cambria Press, 2012, p. 75-95.

Bard Christine, « Genre », dans Claude Gauvard, Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire de l’historien, Paris, PUF, 2012.

Bard Christine, « La virilité au miroir des femmes », dans Alain Corbin, Georges Vigarello, Jean-Jacques Courtine (dir.), Histoire de la virilité, t. 3, sous la direction de Jean-Jacques Courtine, Paris, Seuil, 2011, p. 99-130.

Bard Christine, « L’impact du genre », dans Jean-François Sirinelli, Pascal Cauchy, Claude Gauvard (dir.), Les historiens français à l’œuvre 1995-2010, Paris, PUF, 2010, p. 205- 235.

Bard Christine, « La fin de la condition féminine ? », dans Jean Garrigues, Sylvie Guillaume, Jean-François Sirinelli (dir.), Comprendre la Ve République, Paris, PUF, 2010, p. 67-84.

Bard Christine, « Genre » (p. 319-323), « Féminisme » (p. 360-364), dans Christian Delporte, Jean-François Sirinelli, Jean-Yves Mollier (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010, p. 319-323.

Bard Christine, « La féminisation des études et de l’exercice de la médecine à Angers de 1898 à nos jours », dans Jacques-Guy Petit, Jean-Paul Saint-André (dir.), Médecine, pharmacie et hôpitaux en Anjou du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2009, p. 287-305.

Bard Christine, « Jeunesse de la garçonne », dans Ludivine Bantigny, Ivan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France XIXe-XXIe siècle, Paris, PUF, 2009, p. 111-126.

Bard Christine, « La garçonne mise à nu », Les Années Folles 1919-1929, Paris, Paris Musées, 2007, p. 200-208.

Bard Christine, « Les premières femmes au gouvernement (France, 1936-1981) », Histoire@Politique, n° 1, mai 2007.

Bard Christine, « Cent mesures pour les femmes », dans Serge Berstein, Jean-François Sirinelli (dir.), Les Années Giscard. Les réformes de société 1974-1981, Paris, Armand Colin, 2007, p. 203-225.

Bard Christine, « Préface » à Guyonne Leduc (dir.), Travestissement féminin et liberté(s), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 3-22.

Bard Christine, « Changer de genre. Variations sur la virilisation des femmes », Actes de savoirs, revue de l’IUF, n° 1, 2006, p. 83-109.

Bard Christine, « Femmes », dans Claire Andrieu, Philippe Braud, Guillaume Piketty (dir.), Dictionnaire Charles de Gaulle, Paris, Robert Laffont, Bouquins, 2006, p. 479-481.

Bard Christine, « Les usages politiques de l’histoire des femmes », Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006, p. 71-82.

Bard Christine, « La garçonne. Une mode, un mythe, une libération ? », Les Cahiers de la Fonderie, revue d’histoire sociale et industrielle de la Région bruxelloise, n° 3, août 2004, p. 24-27. 52.

Bard Christine, « Amazones », « Androcentrique », « Antiféminisme », « Backlash », « Corset », « Culotte », « Domination masculine », « Efféminement », « Garçonne », « Hétérosexisme », « Homosexualité », « Invertie », « Lesbienne », « Masculinisation », « Masculinisme », « Misogynie », « Pacifisme », « Pantalon », « Phallocratie », « Presse féminine et féministe », « Prostituée », « Saphique », « Sexe », « Sexisme », « Travestissement », « Uranienne », « Violences », « Virilisation », « Virilisme » dans le Collectif Clio, HFS, Les mots de l’Histoire des femmes, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004

Bard Christine, « Le combat pour les droits des femmes en France de 1914 à 1945. Leçon d’histoire et enjeu de mémoire », Actes du colloque Femmes et pouvoir (XIXe-XXe siècles) du 8 mars 2004, Paris, Palais du Luxembourg, Sénat, p. 41-48. 54.

Bard Christine, « Droits de l’Homme et droits des femmes : un hiatus qui a la vie dure », dans Gilles Manceron, Madeleine Rebérioux (dir.), Droits de l’Homme. Combats du siècle, Paris, Seuil / BDIC, 2004, p. 68-89.

Bard Christine, « La réforme du costume à la Belle Epoque », Women in French Studies, Selected Essays from WIF 2000 Conference, december 2003, p. 65-77.

Bard Christine, « Une préférence pour l’histoire des femmes », dans Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey, Claude Zaidman (dir.), Le Genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 99-105.

Bard Christine, « Jalons pour une histoire des études féministes en France (1970-2002) », Nouvelles Questions féministes, vol. 22, n° 1, 2003, p. 14-30.

Bard Christine, « Amazones », « Christine Delphy », « Féminismes », « Françoise Gaspard », « Gouines rouges », « Garçonnes », dans Didier Eribon (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, 2003.

Bard Christine, « Genre et pouvoir à la lumière de l’histoire du féminisme », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 108, n° 2, 2001, p. 71-84.

Bard Christine, « Droit de vote des femmes », dans Pascal Perrineau, Dominique Reynié (dir.), Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 2001, p. 454-459. 71. [traduit dans Encyclopedia of Sex and Gender ed. by Fedwa Malti-Douglas, Detroit, Macmillan Reference USA, 2007] 2000

Bard Christine, « Écrire l'histoire du féminisme », dans Irène Corradin, Jacqueline Martin (dir.), Les femmes, sujets d’histoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1999, p. 33- 47.

Bard Christine, « Les femmes en voie d’intégration (France 1900-1945) », dans Jacques-Guy Petit (dir.), Intégration et exclusion sociale d’hier à aujourd’hui, Paris, Anthropos, 1999, p. 127-142.

Bard Christine, « Marianne and mother rabbits : feminism and natality under the Third Republic », in Maire Cross and Sheila Perry (dir.), Population and Social Policy in France, London, Pinter, 1997, p. 34-48.

Bard Christine, « Lectures de La Garçonne », Les Temps modernes, n° 593, avril-mai 1997, p. 76-93.

Barré Marinette, « Brodeuse, blanchisseuse, coiffeuse ou dactylo » , V.S.T , n°101, 2009, p. 105-111.

Barré Marinette, « le Bon Pasteur du Mans : lieu de pénitence, d'éducation, de détention et d'apprentissage de la vie religieuse », dans Hervé Guillemain, Stéphane Tison, Nadine Vivier (dir.), La foi dans le siècle, 2009, p 219-228.

Bessin M., Bory S., Cardi C., Hermann E., Murard N., Steinauer O., Le genre de l’autonomie : une recherche sur la sexuation des interventions sociales, 2009, recherche menée en réponse à l’appel d’offre « Genre et politiques sociales » lancé par la Drees-MiRe.

Blanchard Véronique, Mauvaises filles : portraits de la déviance féminine juvénile (1945-1958), thèse d’histoire, université de Poitiers, 2016, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01497424/document

Blanchard Véronique, « Qui sont les filles violentes dans le Paris des trente glorieuses ? », Champ pénal, vol. VIII., 2011.

Blanchard Véronique, Révenin Régis, Yvorel Jean-Jacques, (dir.) Les jeunes et la sexualité, Initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle), Paris, Mutations, Autrement, 2010.

Bourquin Jacques, « Une histoire qui se répète les centres fermés pour mineurs délinquants », Adolescence, 2005/4 (n° 54), p. 877-897.

Cardi Coline, Pruvost Geneviève (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012.

Cardi Coline, Odier Lorraine, Villani Michela et Vozari Anne-Sophie (dir.), « Maternités », Genre, Sexualité et société, 2016.

Cardi Coline, Latte Abdallah S. (dir.), « Maternités, paternités enfermées », Champ Pénal, 2014.

Cardi Coline, Pruvost G. (dir.), « Le contrôle social des femmes violentes », Champ Pénal, VIII, 2011.

Cardi Coline, Pruvost G., « La violence des femmes : occultation et mises en récit », Champ Pénal/Penal Field, Nouvelle revue internationale de criminologie, VIII, 2011.

Cardi Coline, « La construction sexuée des risques familiaux », Politiques sociales et familiales, 101, p. 35-45, 2010.

Cardi Coline, « Le féminin maternel ou la question du traitement pénal des femmes », Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°128, "La pénalisation", p. 75-86, 2009.

Cardi Coline, « La déviance des femmes : entre prison, justice et travail social », Déviance et société, vol. 31, n°1, p. 3-24, 2007.

Cardi Coline, « Trajectoires de femmes détenues : prison, ordre social et ordre sexué, Cahiers de la sécurité, n°30 « Violence(s) au féminin. Femmes délinquantes, femmes violentes, femmes déviantes », p. 41-68, 2006.

Cardi Coline, « Le genre du contrôle social : penser les inégalités de sexe en matière de déviance. », dans Raphaëlle Guidée, Patrick Savidian (dir.), Dire les inégalités. Représentations, figures, savoirs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017.

Cardi Coline, Quagliariello Chiara, « Corps maternel », dans Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux. Paris, La Découverte, « Hors collection Sciences Humaines », p. 170-182, 2017.

Cardi Coline, « Les mauvaises mères : entre prison, justice et travail social », dans E. Dorlin et E. Fassin (dir), Reproduire le genre, BPI, Centre Georges Pompidou, 2010.

Cardi Coline, « La figure de la « mauvaise mère » dans la justice des mineurs », dans Y. Knibiehler, G. Neyrand (dir.), Maternité et parentalité, Rennes, ENSP, 2004, p. 69-82.

Cardi Coline, « La production du genre au sein de la justice des mineurs », dans S. Denèfle (dir.), Femmes et villes, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, MSH, 2004.

Cardi Coline, Pruvost Geneviève, « Les mises en récit de la violence des femmes. Ordre social et ordre du genre », Idées économiques et sociales, n° 181, p. 22-31, 2015.

Cardi Coline, « Les habits neufs du familialisme. Ordre social, ordre familial et ordre du genre dans les dispositifs de soutien à la parentalité », Mouvements, 2 (n° 82), p. 11-19, 2015.

Cardi Coline, « La “mauvaise mère” : figure féminine du danger », Mouvements, n°49, « Le gouvernement des enfants », p. 27-37, 2007.

Cardi Coline, « La figure de la mauvaise mère, de l’archive judiciaire au récit de vie », Cahiers de l’ARS, « Genre et identités », n°4, p. 63-80. 2006 ; « Familles et professionnels face à l’écrit, l’exemple de l’assistance éducative », Informations sociales, CNAF, n°133, p. 82-83, 2007.

Cardi Coline, Femmes, intégration et prison : analyse des processus d’intégration socioprofessionnelle des femmes sortant de prison en Europe, 2005, remis à la Commission Européenne, 5ème PCRD.

Chauvaud Frédéric, Bodiou Lydie, Soria Myriam (dir.), Les Vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours, Rennes, PUR, série « Justice et déviance », 2015, 425 p.

Chauvaud Frédéric, L’effroyable crime des sœurs Papin, Paris, Larousse, 2010, 239 p.

Chauvaud Frédéric, avec Loïc Cadiet, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel et Myriam Tsikounas (dir.), Figures de femmes criminelles, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, 352 p.

Connan-Pintado Christiane, Behoteguy, Gilles, Laso y Léon Esther, Rubi Stéphanie, « Les mauvaises filles en littérature de jeunesse. Éducation et ré-éducation en question », Éducation Comparée, n° 20, 2018.

Demars-Sion Véronique, Duffuler-Vialle Hélène (dir.), « Regards croisés sur la prostitution et la prostituée aux XIXe et XXe siècles », dans Les Episodiques, CHJ Édition électronique, en ligne le 5 mars 2013 : http://isalillewebspip.free.fr/spip/spip.php?article499

Duffuler-Vialle Hélène, L'évolution de la réglementation de la prostitution durant l'entre-deux guerres, Paris, Mare et Martin, 2018.

Duffuler-Vialle Hélène, « L’approche de la prostitution en histoire du droit sous le prisme des rapports sociaux de sexe », Actes du colloque La loi pénale et le sexe, Nancy, Presse Universitaire de Nancy, 2015.

Dumas Claire, « Christiane Pécriaux, Le couvent à sabots. Témoignage autobiographique », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 19, novembre 2017, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 205-210.

Dumas Claire, Tétard Françoise, Filles de Justice. Du Bon-Pasteur à l’éducation surveillée (XIXe-XXe siècle), Paris, Beauchesne/ENPJJ, 2009.

Fiche Gisèle, Dumas Claire, « Passer la main, la laïcisation de trois établissements congréganistes (les Bon-Pasteur de Bourges et de Saint-Omer, le Refuge de Versailles) », VST, 106, Édition Ers-Céméa, 2010, p. 38-48.

François Aurore, “From Street Walking To The Convent: Child Prostitution Cases Judged By The Juvenile Court Of Brussels During World War One”, in Christine Schmidt-Supprian, J. O’Brien, & H. Jones (Eds.), Untold War. New perspectives in First World War Studies (pp. 151–178), Brill, 2008, http://booksandjournals.brillonline.com/content/books/10.1163/ej.9789004166592.i-449.50

François Aurore, « “Une véritable frénésie de jouissance…”. Prostitution juvénile et armées d’occupation en Belgique (1940-1945) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » Le Temps de l’histoire, 9, 2008, p. 17–34.

François Aurore, « Filles et garçons de Justice : parcours comparés », VST - Vie sociale et traitements, 106, p. 49–56.

François Aurore, Guerres et délinquance juvénile. Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté (1912-1950), La Charte - Die Keure, Bruges – Bruxelles, 2011.

François Aurore, « Réhabiliter “la jeune fille déchue”. Les institutions privées pour jeunes délinquantes à Bruxelles (1912-1950) », Les Cahiers de La Fonderie : Revue D’histoire Sociale et Industrielle de La Région Bruxelloise, 39, 2011.

François Aurore, « Le cas des “madeleines aux petits pieds”. Les juges pour enfants face à la prostitution (1912-1950) », dans  Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels, (dir), Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches, Bruxelles, 1880-1881, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2009, p. 181–202, Retrieved from https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/en/object/boreal%3A84903

François Aurore, Machiels Christine, “From Philanthropists to Juvenile Judges: Women dealing with Juvenile Delinquency. International Debates and Practices (1890-1960)”, in E. Schandevyl (dir.), Women in Law and Law-making in the Nineteenth and Twentieth Century Europe,London: Ashgate, 2014, Retrieved from Handle: http://hdl.handle.net/2078.1/154226

François Aurore, Massin Veerle, “Pratiques judiciaires et institutionnelles autour d’une nouvelle population dangereuse  : les jeunes filles atteintes de maladie vénérienne (Belgique, 1912-1945) », in P. M. H. B. O. R. J. A. (dir), Les nouvelles figures de la dangerosité, Paris, L’Harmattan, 2008, Retrieved from Handle: http://hdl.handle.net/2078.1/84924

François Aurore, Massin Veerle, “Ces “virus ambulants”. Discours et pratiques à l’égard des filles de justice atteintes de maladies vénériennes (Belgique, 1912-1950) », Revue Belge d’Histoire Contemporaine, 38(3-4), 2008, p. 379–405.

Gardet Mathias, « De la prévention au dépistage ou l'affirmation des médecins scolaires (1879-1939) », Informations sociales, 161,(5), p. 14-21 : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2010-5-page-14.htm

Huerre Patrice, Rubi Stéphanie, et Lanchon Anne, Adolescentes, les nouvelles rebelles, Paris, Bayard, 2013.

Niget David, Denéchère Yves, Droits des Enfants au XXe siècle. Pour une histoire transnationale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Niget David, Machiels Christine, Protection de l’enfance et paniques morales, Bruxelles; Fabert, 2013. 

Niget David, La naissance du tribunal pour enfants. Une comparaison France-Québec, 1912-1945, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009. 

Niget David, « La jeunesse déviante entre ordre moral et raison expertale. Production du droit et politiques publiques de protection de la jeunesse sous le régime de Vichy », Droit et société, 79, 3, 2011, p. 573-590. 

Niget David, « From criminal justice to the social clinic. The role of magistrates in the circulation of transnational models of juvenile justice in the 20th Century », in W. Bush, D. Tanenhaus, Ages of Anxiety. Juvenile Delinquency in Global Perspective, NYU Press, 2017. 

Nuq Amélie, « “Combattre les perversions morales qui les ont poussées au mal” » : la prise en charge de la déviance féminine par le tribunal pour mineurs de Valence (Espagne, 1939-1958), Les Cahiers de Framespa : Nouveaux champs de l'histoire sociale, UMR 5136 FRAMESPA, 2011, Travail, pouvoir, justice : questions de genre, http://journals.openedition.org/framespa/710

Nuq Amélie, « Justice des mineurs, Église, contrôle social et croisade morale dans l’Espagne de Franco (années 1940 et 1950) », Quelle régulation ? Normes, justice et violence du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Rives méditerranéennes, n°40-2011, p. 107-132.

Nuq Amélie, « Le contrôle de la sexualité des jeunes Valenciennes sous le franquisme (années 1940 et 1950) », Vingtième siècle, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2015, Histoire et conflits de mémoire en Espagne, p.165-178

Nuq Amélie, « Rééduquer les “mauvaises filles”. Essai d’analyse comparée dans l'Espagne franquiste, en France et en RDA (années 1940-1950) », dans Françoise Berger, Anne Kwaschik, La condition féminine. Feminismus und Frauenbewegung im 19. und 20. Jahrhundert, Franz Steiner Verlag, 2016.

Revenin Régis, « La sexualité adolescente dans la France des Trente Glorieuses, entre "âge", "classe", "genre" et "race" », dans Christophe Gauthier, Laurent Martin, Julie Verlaine, Dimitri Vezyroglou (dir.), Histoires d’O. Mélanges d’histoire culturelle offerts à Pascal Ory, Paris, Publications de la Sorbonne, collection "Histoire contemporaine", 2017, p. 343-351.

Revenin Régis, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre, Paris, éditions Vendémiaire, collection "Chroniques", 2015, 347 p.

Revenin Régis, « La révélation de l’homosexualité des garçons à leur famille dans la France d’après-guerre », Dialogue. Familles & couples, 2014, 203, p. 65-76.

Revenin Régis, « De l’éducation sexuelle. Le rapport de 1948 », in Jean-Paul Martin, Nicolas Palluau (dir.), Louis François et les frontières scolaires. Itinéraire pédagogique d'un inspecteur général, 1904-2002, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection "Histoire", , 2014, p. 125-131.

Rivière Antoine, « Mères sans mari. Filles-mères et abandon d’enfants (Paris, 1870-1920) », Genre & Histoire, n° 16, automne 2015, mis en ligne en février 2016 : https://genrehistoire.revues.org/2292

Rivière Antoine, Dossier « Abandon d’enfants et parents abandonneurs (XIXe-XXIe siècles) », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 19, novembre 2017, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 15-23.

Rogers Rebecca, Molinier Pascale, Les femmes dans le monde académique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 226 p.

Rogers Rebecca, Thébaud Françoise, La Fabrique des filles. L’éducation des filles de Jules Ferry à la pilule, Paris, éditions Textuel, 2010, 160 p., 2e édition en 2014.

Rogers Rebecca, Albisetti James C. et Goodman Joyce, Girls’ Secondary Education in the Western World, XVIIIth-XXth centuries, New York, Palgrave Macmillan, 2010, 223 p.

Rogers Rebecca, From the Salon to the Schoolroom: Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-Century France, University Park, Penn State University Press, 2005, 335 p. [Best Book prize de la History of Education Society, Grande-Bretagne, 2007]. Traduit en français par Céline Grasser sous le titre : Les bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 390 p.

Rubi Stéphanie, Les « crapuleuses », ces adolescentes déviantes. Paris, PUF, 2005.

Rubi Stéphanie, « Des filles et des quartiers. Regard sociologique sur les conduites déviantes des adolescentes des territoires marginalisés », dans Guérandel C., Marlière, E. (dir.), Jeunes filles et jeunes garçons dans les quartiers populaires urbains, Villeneuve d’Ascq, PUS, 2017.

Rubi Stéphanie, « Le mauvais genre des désordres scolaires : des adolescentes « violentes », dans Casanova, R. et Pesce, S. (dir.), La violence en institution. Situations critiques et significations, RennesPUR, 2015, p. 151-167.

Rubi Stéphanie, Les « crapuleuses : Figures émancipatrices ou révélateur des archétypes sexués de l’adolescence ? », dans Bodiou, L., Cacouault-Bitaud, M., Gaussot, L. (dir.), Le Genre entre transmission et transgression, Rennes, PUR, 2013.

Rubi Stéphanie,, « Des filles pires que les garçons ? Répartition sexuée des faits de violence et des réponses institutionnelles », International Journal of Violence and School, 16, 2015, p.6-38.

Tsikounas Myriam (dir), Imaginaires urbains. Du Paris romantique à nos jours, Paris, Le Manuscrit, 2011. 363 p.

Tsikounas Myriam (dir), Éternelles coupables. Femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Autrement, mars 2008, 205 p.

Tsikounas Myriam, « La jeunesse irrégulière sur le grand écran (1955-2000) », in Images de l’enfance et de la jeunesse irrégulières, Le Temps de l’histoire, n° 4, juin 2002, p. 87-110.

Tsikounas Myriam , « Vive la vie. La lente transformation de la famille », in 1967 au petit écran. Une semaine ordinaire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, janv. 2014, p. 139-145.

Tsikounas Myriam , « L’enfance maltraitée », L’Histoire par l’image, RMN, sept. 2007, http://www.histoire-image.org/fr/etudes/enfance-maltraitee

Tsikounas Myriam , « Le travail en atelier et en manufacture des enfants », L’Histoire par l’image, août 2007, http://www.histoire-image.org/fr/etudes/travail-atelier-manufacture

Tsikounas Myriam , « Les métiers de rue des enfants pauvres », L’Histoire par l’image, RMN, août 2007, http://www.histoire-image.org/fr/etudes/metiers-rue-enfants-pauvres

Yvorel Jean-Jacques, « Légiférer sur la sexualité de la jeunesse. La loi de 1908 sur la prostitution des mineurs », dans Annie Stora-Lamarre, (dir.), La cité charnelle du droit, Besançon, Presse Universitaire de Besançon, 2002, p. 109-127.

Yvorel Jean-Jacques, « L'enfant des halles », dans Jean-Louis Robert, Myriam Tsikounas, Les halles : images d'un quartier, préface A. Corbin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 107-117.

Yvorel Jean-Jacques, « La justice et les mineurs auteurs de crimes et de délits sexuels (1825-1879) » dans Claude Savinaud, Alain Harrault, Les violences sexuelles adolescents, faits de société ou histoire de famille ?, Toulouse, Éres, 2015, p. 27-52.

Zappi Lola, « Jeunes travailleurs, jeunes consommateurs. Les enquêtes sociales et la place des jeunes au sein des familles de milieux populaires », Mil neuf cent. Revue d'histoire intellectuelle, vol. 35, n° 1, 2017, p. 81-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Duffuler-Vialle, « “Mauvaises filles”. Déviantes et délinquantes XIXe-XXIe siècles », Criminocorpus [En ligne], “Mauvaises filles”. Déviantes et délinquantes XIXe-XXIe siècles, Présentation de la journée d'étude, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3694

Haut de page

Auteur

Hélène Duffuler-Vialle

Hélène Duffuler-Vialle est docteure en histoire du droit. Elle a réalisé une thèse sur la réglementation de la prostitution pendant l'entre-deux guerres. Enseignante à l'Université d'Artois, elle est membre du comité scientifique de l'exposition "Mauvaises filles". Elle est également partenaire du projet HUGO patrimoine des lieux de justice sur Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page