Navigation – Plan du site
Communications

De la morphinée à la junkie : les visages de la droguée

Jean-Jacques Yvorel

Résumés

Dans les dernières décennies du XIXe siècle, les intoxications à la morphine se multiplient. La morphinomanie, nom donné à cette nouvelle « maladie » par un médecin allemand, Edouard Levinstein, touche principalement des hommes bien souvent médecins ou proches des milieux médicaux. Pourtant c’est une autre figure d’intoxiqué qui va s’imposer comme véritable archétype, et cette autre figure est de sexe féminin : c’est la « Morphinée ».

Le 29 août 1969, Martine, une jeune fille de 17 ans, meurt d’une overdose d’héroïne dans les toilettes du casino de Bandol. Cet événement immédiatement médiatisé, va déclencher une véritable panique morale qui persuade les responsables politiques de la nécessité de légiférer. C’est donc sous les traits d’une « junkie » que les problèmes de drogue pour reprendre le titre d’un rapport officiel, refont leur apparition en France.

Quels sont les liens de parenté et les points de divergence entre la « Morphinée » Fin de Siècle et la « junkie » de années soixante-dix ? Qu’est-ce qui unit et qu’est-ce qui sépare, à près d’un siècle de distance ces deux figures de « mauvaises filles ».

Haut de page

Texte intégral

1Dans les premières décennies du XIXe siècle, chimistes et pharmaciens s’efforcent d’isoler les « principes actifs » des plantes utilisées dans la pharmacopée traditionnelle. Cette recherche des alcaloïdes et des hétérosides permet d’isoler de nombreuses substances, notamment un puissant alcaloïde contenu dans l’opium : la morphine. Dans un premier temps cette découverte n’a guère d’impact sur l’exercice de la médecine car la morphine est émétique et il est quasi impossible de l’utiliser per os. Une seconde invention est donc nécessaire, celle de l’injection moderne pratiquée à l’aide d’une aiguille creuse et d’une seringue. La paternité de cette découverte est généralement attribuée au médecin lyonnais Charles Pravaz, mais c’est le médecin anglais Alexander Wood qui pratique à Londres, vers 1855, la première injection d’acétate de morphine. Le docteur Béhier, ex médecin de Louis Philippe, « importe » la nouvelle thérapeutique en France. Alors, que d’une part la médecine reste très impuissante devant la plupart des pathologies, et que d’autre part le rapport à la douleur connaît une importante évolution – la lutte contre la douleur jusque-là médicalement très secondaire (on opérait sans anesthésie) devient une priorité – le nouveau remède se généralise rapidement. La morphine va bientôt être prescrite pour toute affection algique voire en cas de douleur morale. Dès 1871, les premiers cas de tolérances particulières sont décrits et en 1875, le docteur Levinstein fait de la morphinomanie une nouvelle entité nosographique. Pour autant, le rythme des prescriptions ne faiblit pas. Aux intoxications iatrogènes s’ajoutent bientôt des morphinomanies dites passionnelles où la « fée grise » est injectée d’emblé sans but thérapeutique.

2Sociologiquement, la morphinomanie va d’abord toucher les élites qui seules ont accès aux dernières innovations de la science médicale, puis, elle va se « démocratiser » et nous trouverons des morphinomanes dans toutes les catégories sociales avec cependant des phénomène de sur et de sous représentation. Les classes populaires rurales sont fortement sous-représentées et les professions médicales fortement surreprésentées. On peut dresser le profil du morphinomane modale : c’est un homme dans la force de l’âge (30-40 ans) qui exerce une profession médicale. Pourtant c’est une autre figure d’intoxiqué qui va s’imposer comme véritable archétype, et cette autre figure est de sexe féminin.

La Morphinée : un archétype inter-médiatique

3Bien que dans toutes les statistiques on compte sept hommes pour trois femmes parmi les consommateurs chroniques de morphine, journalistes, essayistes et écrivains soutiennent avec persistance la thèse d’une intoxication principalement féminine. « Les morphinomanes appartiennent en général au sexe féminin. Il y a peu de morphinomane mâle, parce que l’homme se défend mieux, travaille et fume. », lit-on, par exemple, dans le Figaro du 1er juin 1886. On finit même par donner un nom à cette consommatrice de morphine, par la substantiver : c’est la Morphinée.

  • 1 Sainte-Beuve, « La Littérature industrielle », Revue des Deux Mondes, tome 19, 1839, p. 675-691.
  • 2 Cleretie Jules, Noris, mœurs du jour, Paris, Nelson, 1883.
  • 3 Marcel Mallat de Bassilan, La comtesse morphine, Paris, Frizine et Cie, 1885.
  • 4 Jean-Louis Dubut de Laforest, Morphine, roman contemporain, Paris, Dentu, 1891.
  • 5 Catulle Mendès, Méphistophéla, Paris, Dentu, 1890.
  • 6 Alphonse Daudet, L’évangéliste, Paris, Dentu, 1883.
  • 7 Jules Bois, L’Ève nouvelle, Paris, L. Chailley, 1896.
  • 8 Péladan, Le Panthée, Paris, Dentu, 1892.
  • 9 Sur Yvette Guilbert voir Brécourt-Villars Claudine, Yvette Guilbert l'irrespectueuse, Paris, Plon, (...)
  • 10 Sur cet écrivain très fin de siècle « amateur » d’éther et autres modificateurs de l’état de consci (...)
  • 11 http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/albert-matignon_la-morphine_huile-sur-toile_1905

4Comme tous les archétypes, la Morphinée mobilise pour sa construction toutes les formes de production culturelle. Personnage récurant dans ce que Sainte-Beuve appellera la littérature industrielle1, elle occupe la première place dans les romans de Jules Cleretie, (Noris, mœurs du jour, 18832), de Marcel Mallat de Bassilan (La comtesse morphine, 18853) ou de Jean-Louis Dubut de Laforest (Morphine, roman contemporain, 18914). On la rencontre aussi dans une littérature plus savante soit comme personnage principal comme, par exemple, chez Catulle Mendès (Méphistophéla, 18905) soit comme figure secondaire comme chez Alphonse Daudet (L’évangéliste, 18836), Jules Bois (L’Ève nouvelle, 18967), Péladan (Le Panthée, 18928).
La Morphinée est chantée par la grande Yvette Guilbert9 sur des paroles de Jean Lorrain10.
La Morphinée inspire aussi les arts graphiques. Elle est peinte par le prolifique Albert Matignon. Son tableau est visible au Château-musée de Nemour11.

Albert Matignon, La morphine (1905)

Albert Matignon, La morphine (1905)

5Quant à la toile de George Moreau de Tours, fils de l’aliéniste auteur d’un ouvrage célébrissime sur le haschich, elle fait l’objet d’une diffusion de masse, puisqu’elle illustre un article du Petit Journal du 21 février 189112.

Les morphinées

Les morphinées

Le Petit journal, Supplément du dimanche, 1891.

Gallica/BnF

6Elle aussi lithographiée par Eugène Grasset, auteur du logo du dictionnaire Larousse13, ou gravée par la grand illustrateur affichiste Manuel Orazi pour la couverture de l’enquête romancée de Victorien du Saussais : La morphine. Vices et passions des morphinomanes14.

Eugène Grasset, Morphinomaniac, 1897

Eugène Grasset, Morphinomaniac, 1897

Philadelphia Museum of Art

Victorien du Saussais, La morphine. Vices et passions des morphinomanes (1906)

Victorien du Saussais, La morphine. Vices et passions des morphinomanes (1906)
  • 15 Rodet Paul, Morphinomanie et morphinisme, Paris, 1897, p. 15

7Essayons de dresser le portrait de cette Morphinée. Le docteur Rodet le fait en quelques lignes : « Toute la phalange de Cythère et de Lesbos, femmes du monde, artistes, filles de joie de toutes classes, toutes les névrosées, toutes les déséquilibrées, tout cela sacrifie sur l’autel de la déesse Morphine. Le nombre en est incalculable, elles sont légion15. ». On voit que le discours savant n’échappe pas à la puissance d’attraction de l’archétype et les médecins évoquent fréquemment cette consommatrice typique même s’ils avouent dans la foulée les rencontrer très rarement dans leurs consultations.

8Les grands traits du personnage qui va symboliser l’usager de morphine en cette fin de XIXe siècle sont bien tracés. Comme toute femme sortant de son rôle d’épouse, de maîtresse de maison et d’éducatrice des enfants la Morphinée est affublée d’une pathologie, – les littérateurs autant que les médecins, la qualifient de névrosée ou  hystérique – ; qu’elle soit mondaine ou demi-mondaine, de vraie ou de fausse noblesse, voire fille publique de basse extraction, la Morphinée est toujours d’un naturel concupiscent ; le plus souvent elle fréquente cette île « mère des jeux latin et des volupté grecques » que chante Baudelaire et s’adonne donc au saphisme. Figure élevée au rang de « type idéal », femme fatale d’un genre nouveau, la Morphinée, avec sa sexualité supposée débridée, hante et fait fantasmer la fin de siècle.

9Ce modèle est transposable et sera transposé à d’autre intoxication et par exemple la fumeuse d’opium d’Albert Matignon16 et tout aussi sensuelle et sulfureuse que sa Morphinée.

Albert de Matignon, Le vampire de l’opium (1911)

Albert de Matignon, Le vampire de l’opium (1911)
  • 17 Sur Renée Vivien voir : Jean-Paul Goujon, Tes blessures sont plus douces que leurs caresses : vie d (...)

10La Morphinée n’est pas entièrement imaginaire. Des mondaines se faisant fabriquer à l’instar de Blanche de Montreux, l’intoxiquée de Dubut de Laforêt, « des seringues d’argent, de vermeil et d’or… » ont laissé quelques pièces de collection signées de grands joailliers. La poétesse et écrivaine Renée Vivien est homosexuelle et intoxiquée17. Les liens prostitution drogues ne relèvent pas du seul fantasme ou du seul processus de disqualification. Reste que si le nombre de ces femmes est au sens propre incalculable, elles ne sont pas légion.

La junkie

  • 18 Monique Pelletier, Mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, Rapport à Monsieur le (...)

11Le 29 août 1969, Martine, une jeune fille de 17 ans, mœurs d’une overdose d’héroïne dans les toilettes du casino de Bandol. Ses bras portent de nombreuses traces de piqûres. Cet événement immédiatement médiatisé, va déclencher une véritable panique morale qui persuade les responsables politiques de la nécessité de légiférer : la Loi no 70-1320 du 31 décembre 1970 relative aux mesures sanitaires de lutte contre la toxicomanie et à la répression du trafic et de l'usage illicite de substances vénéneuses est en route. C’est donc sous les traits d’une junkie que les problèmes de la drogue pour reprendre le titre d’un rapport officiel18, refont leur apparition en France. Quels sont les liens de parenté et les points de divergence entre la Morphinée Fin de Siècle et la junkie de années soixante-dix ?

Présence médiatique et présence réelle

12Comme le remarque Vincent Benso19, cette overdose n’est pas la première de l’été 1969 mais les autres, passées sous silence, concernaient des garçons. Une overdose touchant une jeune fille, qui plus est de bonne famille, est-elle plus propre à susciter l’émotion, plus médiatiquement rentable que la mort d’un beatnik ? La médiatisation relativement plus forte des overdoses féminines semble perdurer. Un rapide sondage dans la presse via internet, qui ne prétend pas à la rigueur statistique, nous donne autant de comptes-rendus d’overdose concernant des femmes, surtout des jeunes filles, que d’overdose concernant des hommes, essentiellement des artistes (surtout musiciens) alors que les statistiques sanitaires donnent un sexe-ratio d’une femme pour quatre hommes. La presse continue à rendre plus facilement compte des overdoses féminines que des overdoses masculines.

La junkie aussi multi-médiatique que la morphinée

  • 20 Donald Goines, L’accro, Paris, Gallimard, 1995 (pour la traduction française).
  • 21 Emmanuel Grand, Les salauds devront payer, Paris, Liana Levi, 2016.

13Comme la Morphinée la junkie est une créature multi-médiatique. On la trouve dans les littératures de grande diffusion. Depuis Terry le personnage central du livre de Donald Goines L’accro, rédigé en 197120, jusqu’au récent personnage de Pauline dans Les salauds devront payer d’Emmanuel Grand21, la junkie se rencontre dans bien des romans policiers.

  • 22 L’ouvrage continue d’être édité sans mention de son origine réelle.
  • 23 Sébastien Goethals, Damien Marie, Dans mes veines, Charnay-lès-Mâcon, Bamboo éd., tome 1, 2011, tom (...)

14Elle est à l’origine d’un faux célèbre : la pseudo autobiographie publié en anglais sous le titre de Go Ask Alice et en français sous celui de L’herbe bleue. Journal d’une jeune fille de quinze ans. Ce soi-disant témoignage est en fait rédigé par Beatrice Sparks, une psychologue, membre très active de l’église mormone22.
Le cinéma ne cesse de la mettre en scène depuis Panique à Needle Parc (1971) le film de Jerry Schotzberg où Helen (Kitty Winn) est initiée à l’héroïne par Bobby (Al Pacino) jusqu’à Requiem for a dream (2001) de Darren Aronofsky, adapté du roman éponyme de Hubert Selby où Marianne (Marion dans la VO) jouée par Jennifer Connelly finit par ce prostituer pour payer ses doses en passant par l’adaptation Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… (1981) par Uli Edel.
Les bandes dessinées ne l’oublient pas. Il suffit de parcourir Dans mes veines de Sébastien Goethals et Damien Marie, avec son héroïne, junkie et lesbienne23 ou encore l’album Fight food story de Tristan Josse pour s’en persuader.
Elle est probablement présente dans les jeux vidéo mais nous n’avons pas enquêté sur ce point.

Junkie et sexualité

15Si la junkie peut, comme la Morphinée, être dotée d’une sexualité, voire d’une bisexualité parfois très active, le modèle dominant s’éloigne quelque peu du type initial.

16En 1979, deux journalistes allemands publient dans le Stern de Hambourg, un reportage issu de deux mois d’entretiens quasi quotidiens avec une jeune adolescente Christiane Felscherinow. L’article se transforme en livre sous le titre Wir Kinder Vom Bahnhof Zoo (Nous, les enfants de la gare du zoo). Il sera numéro un des ventes en Allemagne en 1979 et 1980. Il va être traduit en Français sous le titre plus accrocheur de Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… où, selon le catalogue de la BnF il connaît six éditions et de nombreuses rééditions… ce livre est toujours disponible. Christiane F, avec ses centaines de milliers d’exemplaires vendus et alors que nous sommes face pour l’essentiel, à une histoire véritable va constituer un nouveau modèle idéal typique qui s’éloigne de son ancêtre.

17Le premier facteur de différence est l’âge. La Morphinée n’est jamais une mineure alors que Christiane F. (comme Martine), n’a pas atteint l’âge de la majorité. Ensuite, avec l’ouvrage de Kai Hermann et Horst Rieck, le rapport prostitution drogue est inversé.

  • 24 Laurent Tailhade, Les commérages de Tybalt, Paris, 1914, p. 263-264.

18Si l’on en croit Laurent Tailhade « les filles de joie et marchandes économiques de sourires, avant d’exercer leur pénible commerce, de s’agenouiller sur les divans pour l’ébattement de la bourgeoisie en fleur, se donnent du cœur à l’ouvrage par l’absorption cutanée ou stomacale de poisons divers24 ». Les prostituées de rues ont notamment recours à l’éther, drogue très bon marché, pour remplacer la morphine.

  • 25 À l’inverse dans Tokyo decadence (1991) film peu connu de Ryu Murakami, Ai, jeune prostituée spécia (...)

19Avec Christiane F., ou avec la Marianne de Requiem for a dream, on ne se drogue pas parce qu’on se prostitue, on se prostitue pour payer sa drogue25. Reste que les jeunes droguées deviennent sexuellement disponibles et par là nourrissent les phantasmes des hommes de la fin du XXe siècle comme la « Morphinée » avait nourrit les phantasmes des hommes de la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Sainte-Beuve, « La Littérature industrielle », Revue des Deux Mondes, tome 19, 1839, p. 675-691.

2 Cleretie Jules, Noris, mœurs du jour, Paris, Nelson, 1883.

3 Marcel Mallat de Bassilan, La comtesse morphine, Paris, Frizine et Cie, 1885.

4 Jean-Louis Dubut de Laforest, Morphine, roman contemporain, Paris, Dentu, 1891.

5 Catulle Mendès, Méphistophéla, Paris, Dentu, 1890.

6 Alphonse Daudet, L’évangéliste, Paris, Dentu, 1883.

7 Jules Bois, L’Ève nouvelle, Paris, L. Chailley, 1896.

8 Péladan, Le Panthée, Paris, Dentu, 1892.

9 Sur Yvette Guilbert voir Brécourt-Villars Claudine, Yvette Guilbert l'irrespectueuse, Paris, Plon, 1997.

10 Sur cet écrivain très fin de siècle « amateur » d’éther et autres modificateurs de l’état de conscience voir Pierre Kyria, Jean Lorrain, Paris, Seghers, 1973.

11 http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/albert-matignon_la-morphine_huile-sur-toile_1905

12 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k715900t

13 https://www.hastac.org/groups/fsdw-feminist-pedagogygender-art

14 https://www.pinterest.fr/pin/369928556868538292/

15 Rodet Paul, Morphinomanie et morphinisme, Paris, 1897, p. 15

16 https://theartstack.com/artworks/le-vampire-de-l-opium

17 Sur Renée Vivien voir : Jean-Paul Goujon, Tes blessures sont plus douces que leurs caresses : vie de Renée Vivien, Paris, R. Deforges, 1986 ; Karla Jay, The Amazon and the page: Natalie Clifford Barney and Renée Vivien, Bloomington, Indiana university press, 1988.

18 Monique Pelletier, Mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, Rapport à Monsieur le président de la République, Paris, La documentation française, 1978, 284 p.

19 Vincent Benso, « Le paysage médiatique des drogues à la fin des années 60 », Swaps, Santé, Réduction des risques, Usages de drogues, [en ligne], consulté le 16 juin 2017 : http://www.pistes.fr/swaps/60_247.htm

20 Donald Goines, L’accro, Paris, Gallimard, 1995 (pour la traduction française).

21 Emmanuel Grand, Les salauds devront payer, Paris, Liana Levi, 2016.

22 L’ouvrage continue d’être édité sans mention de son origine réelle.

23 Sébastien Goethals, Damien Marie, Dans mes veines, Charnay-lès-Mâcon, Bamboo éd., tome 1, 2011, tome 2, 2014.

24 Laurent Tailhade, Les commérages de Tybalt, Paris, 1914, p. 263-264.

25 À l’inverse dans Tokyo decadence (1991) film peu connu de Ryu Murakami, Ai, jeune prostituée spécialisée dans le SM, consomme de l’héroïne pour supporter sa condition. L’inversion de rapport n’est donc pas absolue, d’autant que déjà au XIXe siècle, on trouve quelques occurrences où le lien se fait de la drogue à la prostitution et pas de la prostitution à la drogue.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albert Matignon, La morphine (1905)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Les morphinées
Légende Le Petit journal, Supplément du dimanche, 1891.
Crédits Gallica/BnF
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3696/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Eugène Grasset, Morphinomaniac, 1897
Crédits Philadelphia Museum of Art
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3696/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Victorien du Saussais, La morphine. Vices et passions des morphinomanes (1906)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3696/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Albert de Matignon, Le vampire de l’opium (1911)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3696/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « De la morphinée à la junkie : les visages de la droguée », Criminocorpus [En ligne], “Mauvaises filles”. Déviantes et délinquantes XIXe-XXIe siècles, Communications, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3696

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel est historien. Chercheur associé au CRH19 et au CESDIP. Ces travaux portent sur l'histoire de la déviance et de la délinquance, des discours savants ou profanes qu'elles suscitent, des dispositifs législatifs (fabrique du droit) et institutionnels qu'elles génèrent. C'est en suivant ce fil conducteur qu’il travaille sur l'histoire de la justice, de la médecine, de la sociabilité populaire, de l'enfance " irrégulière ". Parmi ses dernières publications : « De la révolution thérapeutique au péril médico-social », Après-demain, n° 44, octobre 2017, p. 19-21.« Placement et travail avec les familles à l’Éducation surveillée de 1945 aux année soixante-dix. », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 19, novembre 2017, p. 169-184.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page