Navigation – Plan du site
Communications

Le chemin des « mauvaises filles »

Une exposition thématique afin de valoriser la recherche sur la déviance et la délinquance des mineures
Véronique Blanchard et Hélène Duffuler-Vialle

Résumés

Les questions méthodologiques ont été nombreuses autour de l’élaboration de l’exposition « Mauvaises filles » par une équipe de chercheur.e.s pluridisciplinaires et de praticien.ne.s de l’éducation spécialisée. Il s’agissait tout d’abord de concilier, d’articuler les différentes disciplines autour d’une scénographie spécifique, afin de réussir à rendre accessibles les recherches scientifiques, dans leurs nuances et leur complexité, sans les galvauder. Il a également été question de donner corps aux recherches, de les nourrir charnellement en créant des portraits « de mauvaises filles » dont l’histoire de vie problématisait lesdites recherches.

Après deux ans de travail, l’exposition « Mauvaises filles » était présentée sous la forme pédagogique et ludique d’un « jeu de l’oie blanche ». Les pions, trois jeunes filles à des époques différentes, amorcent la dimension diachronique de cette exposition. Le chemin social tracé à la jeune fille par son éducation et par les rouages juridiques et institutionnels laisse largement place à tous les éléments qui perturbent cette voie déterminée. La déviance, qui, saisie par le droit pénal, devient délinquance, est au cœur de l’exposition et entraîne le public vers les stands d’une fête foraine, lieu symbolique de dangerosité sociale par le rassemblement momentané d’individus de classes, de “races” et de sexes différents. Les différents stands montrent le caractère contextuel, évolutif et différencié selon les sexes, les normes. Le traitement institutionnel de cette déviance, qu’il soit judiciaire, médical ou social, est également abordé du XIXe siècle à nos jours. La jeune oie blanche, qui, quel que soit son parcours, a nécessairement dévié d’une manière ou d’une autre, gagne sa liberté ou tombe dans la clôture selon le hasard des dés et les choix réalisés par les visiteurs/joueurs, qui se voit régulièrement proposer des options. La seconde partie de l’exposition conduit le public dans un espace d’enfermement, de grandes photographies et des paroles d’anciennes pensionnaires retranscrites qui laissent percevoir les effets de la claustration à travers le temps.

Le questionnement citoyen de cette exposition appelle à la tolérance et à l’humanisme. Cette exposition a été présentée à Savigny-sur-Orge, à Roubaix et à Lille. Le public de futur.e.s éducateurs et éducatrices spécialisé.e.s, d’étudiant.e.s, lycéen.ne.s et même collégien.ne.s, ainsi que des particulier.e.s, dans le cadre des visites-conférences organisées, a eu des réactions particulièrement intéressantes : prise de conscience autour de la question du genre, vives polémiques sur les violences sexuelles et l’altérité. Ces réactions méritent d’être relatées et analysées, en tant que témoignages vivants des effets de la diffusion de recherches scientifiques portant sur un thème délicat et méconnu : la violence – commise et subie – et la rébellion des jeunes filles.
Cet article est présenté avec des photographies de l’exposition (jeu de l’oie, stands et panneaux), ainsi que des photographies de visites.

Haut de page

Texte intégral

1

  • 1 Service de la direction de la Protection judiciaire de la jeunesse au sein de l’École Nationale de (...)
  • 2 Lire Véronique Blanchard, « D’un centre d’observation à un lieu d’exposition. Histoire et mémoire d (...)
  • 3 Exposition intitulée « Blousons noirs : mythes et réalités, 1959-1962 » présentée en 2007 au centre (...)
  • 4 Voir l’article fondateur sur le sujet de Michelle Perrot, « Dans le Paris de la Belle Époque, les “ (...)
  • 5 Voir également l’article fondateur de Françoise Tétard, « Le phénomène "blouson noir" en France, fi (...)
  • 6 Exposition intitulée « Les professionnel.le.s de la justice des enfants XIXe-XXIe siècles » présent (...)

2Il n’est pas rare pour tous les chercheur.se.s d’écrire des articles dans des revues spécialisées, de présenter des contributions à des journées d’études, ou de publier des ouvrages afin de diffuser les résultats de leurs recherches. Il est en revanche moins fréquent d’exposer ces travaux scientifiques sous un format muséographique. C’est, néanmoins, le pari tenu depuis maintenant dix ans au centre d’exposition historique « Enfants en justice »1 (Savigny-sur-Orge, Essonne). Ce lieu, unique en son genre, est le seul espace en France consacré à l’histoire de la justice des enfants et ce au sein même d’une institution judiciaire encore en activité. Ce lieu de mémoire et d’histoire dédié à l’enfance en justice répond à la volonté de se pencher scientifiquement, avec des outils scénographiques et pédagogiques, sur les principaux thèmes de la déviance et de la délinquance juvéniles depuis le XIXe siècle. Si la collection permanente propose et présente aux visiteurs une approche diachronique2, les expositions temporaires insistent, elles, sur des aspects plus thématiques. Ainsi ce sont six thèmes qui ont été interrogés depuis 2006, dont par exemple l’historicité des « bandes de jeunes »3 de la panoplie de l’Apache4, à celles des Blousons noirs 5 ou quelques années plus tard , la mise en scène d’une réflexion consacrée à la construction des identités professionnelles dans le champ de la Protection de l’enfance6. Le décor permet de retracer l’histoire des assistantes sociales à travers les évolutions de l’habitat populaire, les changements du métier de policier dans les méandres des rues de la ville, ou les contextes particuliers de naissance des juges des enfants dans l’intimité de leur cabinet et des éducateur.trice.s au sein des internats de l’Éducation surveillée. Le thème de la dernière exposition thématique a porté sur les « Mauvaises filles ».

3La démarche ici est non seulement de tenter de réfléchir aux questions et aux enjeux scientifiques qui ont précédé et fait émerger le format spécifique de cette exposition. Mais également de retranscrire les réactions du public face à cet outil de diffusion de recherches pluridisciplinaires tout en pointant les apports d’une telle expérience scientifiques et pédagogiques.

4Le thème de l’exposition « Mauvaises filles. Déviantes et délinquantes (XIXe/XXIe siècles » a été décidé en 2013, il est le résultat de plusieurs facteurs : intérêt pour un sujet neuf, possibilité de convoquer à la fois les soutiens scientifiques pluridisciplinaires mais également les connaissances de praticien.ne.s de l’éducation spécialisée, sentiment que le sujet autorise une présentation scénographique et pédagogique, accessible tant à un public de jeunes qu’à un public d’adultes (I). Cette exposition a été inaugurée en juin 2015 au centre d’exposition « enfants en justice ». Elle a été ensuite présentée à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix (mars 2016), puis aux Archives départementales de Lille (de septembre à décembre 2016) et également à l’Université d’Angers (mars 2017) et à l’IUT de Tours (avril 2017). Le public de futur.e.s éducateurs et éducatrices spécialisé.e.s, d’étudiant.e.s, lycéen.ne.s et même collégien.ne.s, ainsi que des particuliers, dans le cadre des visites-conférences organisées, a eu des réactions particulièrement intéressantes : prise de conscience autour de la question du genre, vives polémiques sur les violences sexuelles et l’altérité. Ces réactions méritent d’être relatées et analysées, en tant que témoignages vivants des effets de la diffusion de recherches scientifiques portant sur un thème délicat et méconnu : la souffrance, la violence et la rébellion des jeunes filles (II).

De la genèse de l’exposition à sa réalisation, en tant qu’outil de diffusion du savoir

  • 7 Voir l’ouvrage collectif dirigé par Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy (...)
  • 8 Voir la bibliographie parue dans l’ouvrage de Véronique Blanchard, David Niget, Mauvaises filles. I (...)
  • 9 David Niget, « “Bad Girls”. La violence des filles : généalogie d’une panique morale », in Coline C (...)
  • 10 Voir l’ouvrage éponyme de Stéphanie Rubi (2005)

5Dans la suite des travaux sur l’histoire des femmes et de la justice7 initiée au début des années 2000, il est apparu que la question de la délinquance juvénile féminine et son approche genrée restaient un sujet d’étude rare8. Il a semblé important de réunir des spécialistes tant en histoire, qu’en sociologie, sciences de l’éducation ou en histoire du droit afin de répondre à quelques questions récurrentes posées par la délinquance des filles et son évolution depuis le XIXe siècle. Il fallait s’interroger, par exemple, sur la pertinence des alertes médiatiques annonçant une « nouvelle violence au féminin », s’alarmant de l’apparition « de gangs de filles » et autres « petites terreurs »9. Assiste-t-on réellement à l’apparition d’un phénomène, à la naissance de nouvelles figures de la dangerosité féminine ? Comment analyser ces perceptions qui tendent à transformer les « diablesses » des années 1950 en « crapuleuses »10dans les années 2000 ?

  • 11 Ce comité constitué de personnes actives, s’est réuni plus de dix fois en 18 mois a réuni des histo (...)

6Ce sont ces premières questions qui ont présidé à la constitution d’un large comité scientifique pluridisciplinaire11et à l’élaboration d’un argumentaire intitulé « Mauvaises filles, portraits de la déviance et de la délinquance juvénile féminine depuis les années 1800 ». Ce canevas a servi d’outil de réflexion permettant de concilier les différentes disciplines autour d’une étude genrée et diachronique du phénomène. Toute la complexité du projet étant de diffuser des recherches scientifiques, dans leurs nuances et leur complexité, tout en les rendant visuelles et ludiques.

  • 12 Par exemple sur le thème de la prostitution, le réglementarisme relève du droit public, voir Hélène (...)
  • 13 Un important projet de recherche a été mené sur le droit et le genre ces dernières années : le proj (...)

7L’objectif devait être tout autant de définir et de décrire ces « mauvaises filles » : leur statut social et juridique, leur quotidien, leur famille ; que de comprendre les évolutions du regard de la justice les concernant. Il s’agissait de construire une scénographie s’intéressant aux formes spécifiques de la déviance féminine mais également de présenter les modes de traitement de cette délinquance particulière : intervention de la justice et organisation des institutions. Le droit a été au cœur des réflexions. En effet, chaque thématique abordée s’est intéressée à la loi pénale qui fixe la limite entre le permis et l’interdit, entre le bon et le mauvais comportement, et à la loi civile, et parfois administrative12, qui révèle le fonctionnement de la société tant au niveau de son organisation familiale, que de la vie en société13. L’un des enjeux était de montrer toute la complexité du contrôle social relayé ou non de manière institutionnelle. La norme sociale suppléant, relayant, voire s’opposant à la norme juridique. Ces aller-retour constants entre un cadre légal, évolutif et contextuel, et un contrôle social parfois en décalage ont été scénographiés de manière à susciter une réflexion accessible à tou.te.s sur le sens des normes et leur portée.

  • 14 Comme l’ont démontré entre autres Christine Bard, Les femmes dans la société française au XXe siècl (...)

8Il était nécessaire, dans un premier temps, de réfléchir aux modalités d’explicitation des mécanismes qui conduisent certaines jeunes filles à être désignées comme des « mauvaises filles ». Parce qu’être une « mauvaise fille », c’est d’abord être perçue comme telle, être qualifiée comme telle, être « étiquetée » comme telle. Quels actes a-t-elle commis ? Quelles règles – civiles ou pénales, morales ou légales – a-t-elle enfreintes ? Quels comportements a-t-elle eus pour être regardée comme une « mauvaise fille » ? La « mauvaise fille » est l’adolescente jugée comme ne répondant pas aux critères de la « bonne fille ». L’assignation forte au futur rôle d’épouse et de mère est une réalité jusqu’aux années 197014. Il fallait pouvoir représenter ce qui était attendu des jeunes filles, et ce qui était interdit ; L’enjeu était également de révéler l’importance des normes, légales et sociales, qui leur étaient imposées au XIXe siècle et susciter des réflexions sur la permanence ou la relativité de ces normes et sur la continuité ou la rupture qu’elles constituent avec celles du XXIe siècle.

  • 15 Voir la thèse de Véronique Blanchard, « Mauvaises filles ». Portraits de la déviance féminine juvén (...)

9Les discussions du comité scientifique ont fait émerger, dans un second temps, un outil pédagogique et ludique qui répondait aux objectifs définis : la création d’« un jeu de l’oie blanche », dont le titre renvoyait directement à la question des représentations. Ainsi le plateau de jeu présente les chemins sociaux imposés aux jeunes filles tant par leur éducation que par les rouages juridiques et institutionnels, tout en figurant les nombreux éléments qui perturbent cette voie déterminée, et transforment le bon chemin en mauvaises routes. Les pions, trois jeunes filles à des époques différentes, illustrent la dimension diachronique de l’exposition. En effet, le contexte historique ne peut-être oublié ; la France du Second Empire, n’est pas celle de 1918, ni celle de la Libération, encore moins celle des années contestataires d’après mai 1968. Un découpage chronologique permet de repérer trois grands temps dans l’histoire des « mauvaises filles ». Celui des « filles perdues » qui débute au XIXe siècle pour s’achever dans les lendemains de la Première Guerre mondiale. Puis vient le temps des « filles modernes » de l’entre-deux guerres aux années 1960. Enfin le temps des « filles rebelles » à partir des années 1970 jusqu’aux années 200015.

Le jeu de l’oie blanche

Le jeu de l’oie blanche

@ENPJJ

10Des thèmes ont été définis qui regroupent toutes les formes de la déviance dite féminine : la frivolité, la maternité précoce, l’errance, la folie, la rébellion, la prostitution… Le droit est appréhendé à la fois comme révélateur renforcé de la norme sociale, mais fait également l’objet d’une réflexion sui generis, avec la case « crimes et délits », support à un questionnement genré du droit. Autant de cases qui entraînent le public vers les stands d’une fête foraine, lieu symbolique de dangerosité sociale pour les jeunes filles : avec le chamboule-tout des rebelles, la roue de la prostitution, la confiserie des jeunes mères ou la buvette. Autant d’éléments qui montrent le caractère contextuel, évolutif et différencié selon les sexes, des normes et des réactions sociales.

11Le traitement institutionnel de cette déviance, qu’il soit judiciaire, médical ou social, est également abordé du XIXe siècle à nos jours. La jeune oie blanche, qui, quel que soit son parcours, a nécessairement dévié d’une manière ou d’une autre, gagne sa liberté ou tombe dans la clôture selon le hasard des dés et les choix réalisés par les joueurs qui se voient régulièrement proposer des options.

Quel chemin ?

Quel chemin ?

@Alix Miquel

  • 16 Catherine Maurer, « Un “Modèle” Bon-Pastorien ? Les institutions pour jeunes filles de la congrégat (...)

12Pendant plus de cent vingt ans les « mauvaises filles » ont été nombreuses à être enfermées, dans des institutions à l’atmosphère monacale et carcérale16. La seconde partie de l’exposition conduit le public vers une scénographie oppressante, de grandes images illustrent les questions de l’enfermement et de l’évolution immobile de ces établissements. La retranscription des paroles d’anciennes pensionnaires laisse percevoir les effets de la claustration à travers le temps.

La clôture

La clôture

@ENPJJ

  • 17 Voir l’introduction de Frédéric Chauvaud, dans Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Paul (...)

13Enfin, l’hypothèse est faite qu’il n’existe pas un portrait unique de la « mauvaise fille », mais différentes figures17de la déviante juvénile féminine à travers ces deux derniers siècles. Il était nécessaire de donner des visages et des histoires à ces silhouettes silencieuses. Une écriture romancée et historique a été le défi relevé. Imaginer que les archives, les sources et la méthodologie de l’histoire permettent de présenter des portraits fictionnels, composites mais construits uniquement à partir d’éléments réels et vérifiés. Ne pas retracer la biographie d’Augustine (la patiente du Dr Charcot) ou le parcours d’Albertine Sarrazin (l’écrivaine « enfermée » des années 1950) mais créer une Augustine et une Albertine qui deviennent des personnages représentatifs de l’hystérique au XIXe siècle ou de la rebelle dans les années 1940. C’est ainsi que vingt-sept portraits de mauvaises filles exemplaires complètent l’exposition dont les histoires de vie illustrent les problématiques de l’exposition.

Exposition « Mauvaises filles » à l’Université d’Angers (2017)

Exposition « Mauvaises filles » à l’Université d’Angers (2017)

©ENPJJ

La réception de l’exposition par le public

14Le jeu soumet la visite aux hasards des dés et aux choix des participant.e.s qui peuvent décider, selon diverses options proposées, que leur pion, ignorera l’ordre social ou s’y soumettra. Le format choisi – participatif et collaboratif – contribue à faire de chaque visite un moment unique d’échange dont le scénario n’est pas écrit à l’avance.

  • 18 Françoise Thébaud, Rebecca Rogers, La fabrique des filles : L’éducation des filles de Jules Ferry à (...)

15Dans ce parcours, dans ce chemin de la minorité vers la majorité, le plus intéressant peut sembler être les embûches – matérialisées par des cercles rouges – et donc les espaces de jeu de la fête foraine, mais les bonnes cases, donc les étapes attendues, souhaitées par la société pour la « bonne fille » – cerclées de bleu – sont également l’occasion de débats riches. « Études et travail » permet des échanges sur l’accès progressif des filles à l’instruction et aux études supérieures18.

Détail du jeu de l’oie blanche – Exposition « Mauvaises filles » (2015)

Détail du jeu de l’oie blanche – Exposition « Mauvaises filles » (2015)

©Alix Miquel

  • 19 Stéphanie Rubi, « Le mauvais genre des désordres scolaires : des adolescents “violentes” », in Rémi (...)
  • 20 Jacqueline Laufer, « Entre égalité et inégalités : les droits des femmes dans la sphère professionn (...)

16Ce thème offre l'occasion d’aborder la question du regard porté sur l’enfant – fille et garçon – dès le plus jeune âge et de réfléchir au fait que, dès la prime jeunesse, les attentes ne sont pas les mêmes, ce qui explique les résultats scolaires des un.e.s et des autres et la différence de traitement dans les salles de classe19. Ce constat est rapidement fait par les participant.e.s qui relatent leurs exemples du quotidien, leurs propres expériences, parfois même les anecdotes relatives à leurs enfants. Les réflexions se poursuivent sur le rapport des femmes au travail, l’évolution de la législation les concernant, que ce soit sur le temps de travail ou les règles relatives à la maternité. Enfin la question des discriminations est abordée. Les progrès réalisés depuis le XIXe siècle et le fossé encore existant pour accéder à une réelle égalité (différence de salaires, plafond de verre)20 sont commentés. Si certain.e.s des participant.e.s justifient ces différences au nom d’un discours essentialiste, la plupart ne cautionnent pas ce décalage, qu’ils estiment socialement inacceptable.

17L’une des cases du jeu a une double couleur, à la fois bleue et rouge. Grâce aux débats, le public définit la maternité comme l’injonction sociale par excellence de la femme à toutes les époques, avec comme exemple dans le passé la stérilité, pensée comme une malédiction, et aujourd’hui les difficultés pour les femmes à assumer socialement leur refus d’être mères. Les joueur.se.s reconnaissent que ce choix, pour une femme, est bien plus difficile à revendiquer que pour un homme. Par rapport à la jeune fille, la maternité précoce, hors mariage, transforme de manière rédhibitoire la jeune mère en “mauvaise fille”. Les participant.e.s relèvent que la stigmatisation est encore très importante pour les mêmes raisons (une sexualité visible) mais aussi pour la présomption d'immaturité et d'incapacité à prendre soin d'un nouveau-né. Et, de manière plus récente, pour l'idée qu'elle n'a pas su maîtriser sa fécondité, alors même que les méthodes sont, aujourd'hui, efficaces.

Faire-part de naissance – Stand maternité – Exposition « Mauvaises filles » (2015)

Faire-part de naissance – Stand maternité – Exposition « Mauvaises filles » (2015)

©Tous droits réservés

  • 21 https://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ120700692.html
  • 22 Voir à propos de la journée de la jupe et plus globalement : Christine Bard, Ce que soulève la jupe (...)
  • 23 Christine Delphy, « Antisexisme ou antiracisme ? Un faux dilemme », Nouvelles Questions Féministes, (...)
  • 24 Véronique Le Goaziou, « Les viols aux assises : regard sur un mouvement de judiciarisation », Archi (...)

18La première case rouge du plateau conduit au stand de la frivolité, l’aspect évolutif et contextuel apparaît rapidement. L’habillement de la jeune fille du XIXe siècle mis en parallèle avec celui de la jeune fille du XXIe siècle suscite de prime abord l’amusement. Le décret parisien sur le pantalon abrogé récemment étonne21. Rapidement la question du sens de l’habit, de sa portée sociale, de sa déclinaison en terme de genre laisse place à une réflexion sur les injonctions sociales qui pèsent sur les femmes. La question d’un danger immanent et du contrôle par la peur émerge. Les débats sur la journée de la jupe22 et le voile23 permettent au public de saisir la richesse de l’analyse diachronique dans la mise en perspective de débats contemporains. Les réactions des joueur.se.s sont édifiantes entre la quête de liberté vestimentaire revendiquée et la prise de conscience des freins inconscients à la réalisation de cette liberté. Une mère de famille assume l’idée qu’elle interdit à sa fille de porter une jupe au-dessus du genou en évoquant le risque du viol. Cette remarque permet de déconstruire un certain nombre de stéréotypes, et d’évoquer les études scientifiques concernant les agressions sexuelles et les décalages entre la réalité et les représentations. Pour certain.e.s participant.e.s apprendre que la plupart des viols sont des crimes sexuels commis par des individus du cercle proche de la victime, notamment du cercle familial24, est réellement une surprise, du fait de l’importance dans le discours commun de la figure du prédateur sexuel, pensée comme danger permanent pour la jeune fille dans l’espace public.

« Frivolité »

« Frivolité »

@ENPJJ

  • 25 Voir notamment Ludivine Bantigny, Yvan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige : histoire des jeunes en Fr (...)
  • 26 Anne-Marie Sohn, « Les “relations filles-garçons” : du chaperonnage à la mixité (1870-1970) », Trav (...)
  • 27 « La mixité garçons-filles dans les établissements et services de la protection judiciaire de la je (...)

19La case « mauvaises fréquentations » suite à la case « bonnes rencontres » (bleue) permet de retracer l’histoire de la sociabilisation des jeunes filles. Le public est surpris de découvrir qu’« être sociable » est une liberté ou une injonction récente25. La fréquentation de l’autre sexe est également abordée en montrant le progressif passage du danger absolu à la tolérance sous contrôle. La fréquentation des personnes du même sexe, permet d’évoquer deux aspects : la peur des « mauvaises influences » et l’homosexualité. La question de la mixité progressive au sein des institutions (école, lieu d’enfermement)26 suscite de nombreux débats, notamment avec les stagiaires de l’École nationale de la protection judiciaire de la jeunesse. La mixité prévue par les textes27 est en pratique peu respectée par les institutions. Nombre de stagiaires se montrent très critiques vis-à-vis de cette obligation. Ils évoquent les difficultés des jeunes filles dans les institutions et les dangers qui pèseraient sur elles, en particulier les risques sexuels. Ils tiennent également ponctuellement des propos essentialistes sur la violence spécifique des filles. Les échanges permettent pour certain.e.s de s’interroger sur leur positionnement. La prise de conscience progressive, par les futur.e.s éducateurs et éducatrices spécialisé.e.s, que le problème n’est pas la mixité en elle-même mais l’absence réelle de mixité à la fois dans la prise en charge de départ (le traitement différencié de la violence des filles et des garçons) et au sein des institutions est un moment fort des visites. Les risques sexuels apparaissent rétrospectivement comme inhérents à la concentration d’individus dans un même lieu. Les réflexions sur l’hétérocentrisme conduisent néanmoins certain.e.s futur.e.s professionnel.le.s à des réactions violemment homophobes, dangereuses dans la perspective d’une prise en charge d’adolescent.e.s en souffrance.

Détail du jeu de l’oie blanche – Exposition « Mauvaises filles » (2015)

Détail du jeu de l’oie blanche – Exposition « Mauvaises filles » (2015)

©Alix Miquel

  • 28 Voir en prélude de la période concernée Véronique Demars-Sion, Femmes séduites et abandonnées au XV (...)
  • 29 Antoine Rivière, La misère et la faute. Mères et abandon d’enfants à Paris sous la Troisième Républ (...)
  • 30 Voir par exemple: Simone Geoffroy-Poisson, « L’infanticide devant la cour d’assises de la Haute-Mar (...)
  • 31 Jean-Yves Le Naour , Catherine Valenti, Histoire de l'avortement (XIXe-XXe siècle), Paris, Le Seuil (...)
  • 32 Bibia Pavard, ‪‪Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française ( (...)
  • 33 Voir par exemple: Simone Geoffroy-Poisson, « L’infanticide devant la cour d’assises de la Haute-Mar (...)

20Le stand « maternité », en retraçant l’histoire de la prise en charge des mères célibataires28, de l’abandon29, de l’infanticide30, de l’avortement31 et de la contraception32 permettent des échanges vifs sur ces différents thèmes, surtout auprès du public adolescent. En effet, la confiserie avec ses couleurs acidulées bleue et rose, fait piocher au hasard des faire-part de naissance, qui présentent des situations variées de contexte de grossesse, entre la fille-mère célibataire du XIXe siècle et l’adolescente enceinte du XXIe siècle. Autant d’éléments qui autorisent à débattre des lois Neuwirth et Veil et à réfléchir sur la plus ou moins grande mansuétude des jurys face aux mères abandonneuses et infanticides33.

« Maternité »

« Maternité »

@ENPJJ

  • 34 Véronique Blanchard, Régis Revenin, Jean-Jacques Yvorel, Les jeunes et la sexualité : initiations, (...)
  • 35 Florence Maillochon, Virginie Ehlinger, Emmanuelle Godeau, « L’âge “normal” au premier rapport sexu (...)
  • 36 Mathias Couturier, « Les évolutions du droit français face aux violences conjugales. De la préserva (...)
  • 37 Voir Virginie De Luca Barrusse, « Le genre de l'éducation à la sexualité des jeunes gens (1900-1940 (...)

21Le cabinet noir de la sexualité suscite un réel intérêt. Les idées reçues sur le sujet sont importantes34. La plupart des visiteurs (scolaires, professionnel.le.s et particulier.e.s) pensent, de manière générale, que depuis une vingtaine d’années les jeunes filles ont des relations sexuelles de plus en plus tôt. Certain.e.s allant jusqu’à évoquer une majorité de relations sexuelles à 12 ans et une moyenne à 14 ans. La déconstruction de ces stéréotypes35 permet une réflexion sur le décalage entre la réalité et les discours médiatiques. Des échanges sur la liberté sexuelle, comprenant le droit d’avoir ou de ne pas avoir de relations sexuelles, et sur l’importance du consensualisme en ce domaine, pourtant au cœur de notre système juridique, s’avèrent nécessaires. Dans le sens où beaucoup d’adolescent.e.s pensent que le devoir conjugal est une obligation et que le fait d’ « être en couple » signifie, se soumettre sexuellement au désir de l’autre. Par le prisme de l’explication doctrinale de l’évolution de la jurisprudence sur le viol conjugal36, les débats permettent une prise de conscience sur le sujet. Ce stand aborde également l’histoire de l’éducation sexuelle37. Les échanges avec le public montrent la disparité des situations. Selon les familles, en fonction des milieux sociaux et culturels, l’accès à l’information varie considérablement allant de discussions libres à un tabou absolu. En outre la question de la pluralité des sexualités complique parfois la parole dans le cercle familial. Les échanges sur le rôle de l’institution scolaire dans cette transmission d’informations, pas seulement sous l’angle du risque mais également sous l’angle du respect de l’autre dans la sexualité, paraissent essentiels. L'approche historique permet de montrer comment la question de l’éducation sexuelle a été partagée entre les médecins, l'école et la famille depuis le XIXe siècle. Aujourd’hui elle permet aux adolescent.e.s de prendre du recul vis-à-vis des informations qui leur sont livrées, de manière prépondérante, par leurs paires et par internet. L’image de Jeanne d’Une vie de Maupassant leur parle beaucoup : la nuit de noces de Jeanne, qui n’a jamais eu d’informations sur la sexualité, est un viol.

  • 38 La qualité de victime est alors ambivalente à la fois stigmatisante et productrice de normes sécuri (...)
  • 39 Voir Amélie Maugère, Les politiques de la prostitution. Du Moyen Âge au XXIe siècle, Paris, Dalloz, (...)
  • 40 Gayle Rubin, Judith Butler, Marché au sexe, Paris, Epel, 2002 ; Paola Tabet, La grande arnaque : Se (...)

22La prostitution est un sujet délicat à aborder, tout un chacun semble avoir un avis affirmé sur le sujet. La stigmatisation des personnes prostituées apparait rapidement dans les échanges. Bon nombre de personnes n’hésitant pas à affirmer que certaines femmes « aiment ça », qu’elles sont des « nymphomanes ». D’autres n’envisagent la prostitution que sous un angle victimaire essentialiste38. Si l’exposition permet d’expliquer l’histoire des différents régimes juridiques de régulation de la prostitution, et ponctuellement de déconstruire certains stéréotypes39, il est peu évident d’aborder les notions plus complexes d’empowerment ou de recontextualiser la prostitution dans le cadre plus global des relations hommes-femmes et homosexuelles, ainsi que dans la perspective d’échanges économico-sexuels mondiaux et généralisés40. Il est particulièrement intéressant de voir que si la plupart des joueurs et joueuses assument fictivement, par amusement, être des « mauvaises filles » pour ce qui est de la frivolité, de la maternité et même de la sexualité, il n’en est pas de même pour la prostitution. Au moment de l’option laissée entre bon et mauvais chemin (en sachant que les conséquences du choix ne seront pas nécessairement celles attendues), aucun.e visiteur ou visiteuse n’a choisi d'assumer le parcours de son personnage. La prostitution, dans la déviance, apparaît ainsi comme la limite entre l’acceptable et l’inacceptable social.

« Prostitution »

« Prostitution »

@ENPJJ

  • 41 Véronique Blanchard, Régis Revenin, « Justice des mineurs, travail social et sexualité juvénile dan (...)

23Ce cheminement réflexif, cette route de la déconstruction des stéréotypes permettent à tout un chacun de se rendre compte du carcan spécifique qui pèse sur les jeunes filles. L’acceptation des normes leur permet de devenir de bonnes épouses et de futures mères de famille accomplies au XIXe siècle et de bonnes épouses ou compagnes et mères de famille ayant des ambitions professionnelles mesurées au XXIe siècle. Ces rôles sont dictés par des injonctions sociales, parfois légales et par la valorisation de qualités dites « féminines ». À ce moment du jeu de l’oie blanche, les cases « crime et délit » et « folie » montrent la manière dont l’autorité publique « règle » le problème de la déviance des filles. La mise en parallèle de ces deux thématiques offre une réflexion et une mise en perspective des statistiques pénales selon le genre. Le public comprend ou s’interroge sur le fait que, sans doute, les femmes ne sont pas moins violentes que les hommes par « nature », mais qu’un ensemble de facteurs explique ces données chiffrées. D’autant que le prisme médical invisibilise une grande partie de la violence des femmes, violence que la société invite la femme à tourner davantage contre elle-même que dans l’espace public, davantage réservé à l’expression de la virilité41.

« Crimes et délits »

« Crimes et délits »

@ENPJJ

24La rébellion, connotée péjorativement surtout pour les jeunes filles, apparaît, à ce moment du jeu, pour les participant.e.s comme une aspiration légitime à refuser le cadre. Le regard vis-à-vis de ces « mauvaises filles » qui refusent de se soumettre à l’autorité et donc, par corollaire, à ce carcan de normes, devient bienveillant, voire compréhensif.

« Folie »

« Folie »

@ENPJJ

25C’est ici que le jeu de l’oie blanche se termine. Les pions, les jeunes filles, se retrouvent, selon les scénarii, libres ou enfermées (prison, hôpital, institutions de placement). Les débats et les échanges cessent. Le dernier temps se fait dans le silence. Les panneaux exposés ne présentent plus des fictions mais livrent des images et reproduisent des paroles réelles, vibrantes et saisissantes. Les mots et les images sont glaçants. Même les adolescent.e.s les plus dissipé.e.s lors de la visite, notamment à l’évocation des sexualités, se taisent. Au-delà de la potentielle violence de ces jeunes filles, il est surtout question ici de la violence institutionnelle subie.

La clôture – Exposition « Mauvaises filles » - Archives départementales de Lille (2016)

La clôture – Exposition « Mauvaises filles » - Archives départementales de Lille (2016)

©ENPJJ

Vernissage de l’exposition Mauvaises filles, juin 2015

Vernissage de l’exposition Mauvaises filles, juin 2015

@ENPJJ

  • 42 Voir également : Michelle-Marie Bodin Bougelot, Enfances volées, « Le Bon Pasteur » nous y étions, (...)

26À la sortie, la plupart remercient, jeunes, moins jeunes, professionnel.le.s, profanes : « Nous n’avions jamais vraiment réfléchi à ça », « Je crois que je viens de comprendre l’importance du féminisme », « je comprends maintenant à quoi sert le travail des chercheurs en sciences humaines et sociales : à mieux comprendre notre société. En fait, c’est vraiment indispensable ». L’échange n’est pas unilatéral. Tel visiteur relate le témoignage de sa grand-mère, qui a fait un passage au Bon-Pasteur « j’en ai bavé, disait-elle, mais ça m’a sauvée car j’étais vraiment sur la mauvaise pente42 ». Un homme âgé, lors des visites ouvertes à l’occasion des journées du patrimoine, les larmes aux yeux, explique que sa fille a été une « mauvaise fille », hospitalisée et emprisonnée, et que l’exposition lui fait du bien, qu’il comprend mieux ce qui est arrivé, qu’il n’arrive pas à mettre son émotion en mots, mais qu’il va y réfléchir chez lui, au calme.

27Évidemment, ce serait idyllique de penser que l’ensemble des particiant.e.s intègre les concepts et les résultats de recherche présentés. Certain.e.s restent impassibles, voire indifférent.e.s. Pendant les portes ouvertes, des personnes ont manifesté leur désaccord persuadés que les hommes et les femmes étaient, par nature, différents et que chacun.e devait rester à sa place. L’égalité des genres et des sexualités ferait, d’après certain.e.s, courir un risque anthropologique à la société. Parmi les réactions les plus violentes, il faut mentionner un jeune adulte, qui à l’évocation de la plus grande liberté sexuelle des femmes du XXIe siècle, a manifesté sa réprobation de manière ostensible. Il a déclaré textuellement : « ma fille je la tuerais » si elle se comportait ainsi. Il a également expliqué que les filles qui portaient des jupes au-dessus du genou étaient des « touilles » (mot qui désigne des personnes prostituées). La place prise par ce jeune homme dans le groupe a perturbé le déroulement de la visite, illustrant involontairement les violences de genre qui peuvent exister dans notre société.

28Malgré ces difficultés, le fruit de ce travail, la diffusion de ces travaux de recherche, a le mérite de semer des graines, de permettre à des éducateurs et éducatrices spécialisé.e.s de prendre du recul par rapport à leur futur métier, de développer un sens critique vis-à-vis de la mixité et de la prise en charge institutionnelle des jeunes filles, et de réfléchir à la production des normes de genre dans notre société afin de déconstruire un certain nombre de stéréotypes. Le questionnement citoyen de cette exposition appelle à la tolérance et à l’humanisme.

Haut de page

Bibliographie

Bantigny Ludivine, Jablonka Yvan (dir.), Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France (XIXe-XXIe siècles), Paris, Presses Universitaires de France, 2009

Bard Christine, Les femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Colin, 2000.

Bard Christine, Chauvaud Frédéric, Perrot Michelle, Petit Jacques-Guy, Femmes et justice pénale : XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Bard Christine, Ce que soulève la jupe, Identités, transgressions, résistances, Paris, Autrement, 2010.

Blanchard Véronique, Niget David, Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles, Paris, Textuel, 2016.

Blanchard Véronique, « Mauvaises filles ». Portraits de la déviance féminine juvénile (1945-1958), doctorat d’histoire sous la direction de Frédéric Chauvaud, université de Poitiers, juin 2016.

Blanchard Véronique, « D’un centre d’observation à un lieu d’exposition. Histoire et mémoire dans les murs de la justice des enfants », Déviance&Société, à paraître 2018.

Bodin Bougelot Michelle-Marie, Enfances volées, « Le Bon Pasteur » nous y étions, Ste-Thorette, 2009.

Cadiet Loïc, Chauvaud Frédéric, Gauvard Claude, Schmitt Pantel Pauline, Tsikounas Myriam (dir.) Figures de femmes criminelles. De l'Antiquité à nos jours, Paris Publications de la Sorbonne, 2010.

Chaperon Sylvie, Les années Beauvoir, 1945-70, Paris, Fayard, 2000.

Chaumont Jean-Michel, Machiels Christine, Du sordide au mythe. L'affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2009.

Couturier Mathias, « Les évolutions du droit français face aux violences conjugales. De la préservation de l'institution familiale à la protection des membres de la famille », Dialogue, 2011/1, n° 191, p. 67-78. 

Delphy Christine, « Antisexisme ou antiracisme ? Un faux dilemme », Nouvelles Questions Féministes, 2006/1, vol. 25, p. 59-83.

De Luca Barrusse Virginie, « Le genre de l'éducation à la sexualité des jeunes gens (1900-1940) », Cahiers du Genre, 2010/2, n° 49, p. 155-182.

Demars-Sion Véronique, Femmes séduites et abandonnées au XVIIIe siècle : l'exemple du Cambrésis, Hellemmes, Ester, 1991.

Duffuler-Vialle Hélène, L'évolution de la réglementation durant l'entre-deux guerres. L'exemple du Nord de la France, Paris, Mare et Martin, 2018.

Geoffroy-Poisson Simone , « L’infanticide devant la cour d’assises de la Haute-Marne au XIXe siècle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 35 | 2005.

Hennette-Vauchez Stéphanie, Roman Diane (dir.), Ce que le genre fait au droit, Paris, Dalloz, 2013.

Hennette-Vauchez Stéphanie, Pichard Marc, Roman Diane, (dir.), La loi et le Genre, Etudes critiques de droit français, Paris, CNRS éditions, 2014.

Hennette-Vauchez Stéphanie, Pichard Marc (dir.), Genre et droit de la famille, Paris, Dalloz, 2016.

Iacub Marcela , « Naître sous X », Savoirs et clinique, 2004/1, no4, p. 41-57.

Jaksik Milena, De la victime-idéale à la victime-coupable. Traite des êtres humains et sociologie des politiques de la pitié, thèse de sociologie, EHESS, 2011.

Lambert Karine, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850, Marseille, PUP, 2012.

Laufer Jacqueline, « Entre égalité et inégalités : les droits des femmes dans la sphère professionnelle », L'Année sociologique, 2003/1, vol. 53, p. 143-173. 

Le Goaziou Véronique, « Les viols aux assises : regard sur un mouvement de judiciarisation », Archives de politique criminelle, 2012/1, n° 34, p. 93-101.

Le Naour Jean-Yves, Valenti Catherine, Histoire de l'avortement (XIXe-XXe siècle), Paris, Le Seuil, 2003.

Maillochon Florence, Ehlinger Virginie, Godeau Emmanuelle, « L’âge “normal” au premier rapport sexuel. Perceptions et pratiques des adolescents en 2014 », Agora débats/jeunesses, 2016/4, n° Hors série, p. 37-56. DOI : 10.3917/agora.hs01.0037.

Mathieu Lilian, Mainsant Gwenaëlle, Jaksik Miléna, et al., « Prostitution : L’appropriation sécuritaire d’une cause victimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 2013/3, n°198.

Maugère Amélie, Les politiques de la prostitution. Du Moyen Âge au XXIe siècle, Dalloz, Paris, 2009.

Maurer Catherine, « Un “Modèle” Bon-Pastorien ? Les institutions pour jeunes filles de la congrégation du Bon-Pasteur en France et en Allemagne entre la première moitié du XIXe et la seconde moitié du XXe siècle », Canadian Bulletin of Medical History / Bulletin canadien d’histoire de la médecine, 32, 1, 2014.

Mendelsohn Sophie, Vagabondes : Les écoles de préservation pour les jeunes filles de Cadillac, Doullens et Clermont, Paris, L’Arachnéen, 2015.

Niget David, « “Bad Girls”. La violence des filles : généalogie d’une panique morale », in Coline Cardi et Geneviève Pruvost éd(s), Penser la violence des femmes, Paris, la Découverte, 2012, p. 300‑313.

Pavard Bibia, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979)‪, ‪Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Archives du féminisme, 2012‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Perrot Michelle, « Dans le Paris de la Belle Époque, les “Apaches”, premières bandes de jeunes », in Bernard Vincent (dir.), Les Marginaux et les exclus dans l’histoire, Paris, UGE, 1979.

Rauch André, « Des bancs de l'école au courrier du cœur. Une histoire du corps ragaillardie », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2008/2, n° 98, p. 71-88.

Rivière Antoine , La misère et la faute. Mères et abandon d’enfants à Paris sous la Troisième République, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître.

Rubi Stéphanie, Les crapuleuses, ces adolescentes déviantes, Paris, PUF, 2005.

Rubi Stéphanie, « Le mauvais genre des désordres scolaires : des adolescents “violentes” », dans Casanovz Rémi, Pesce Sébastien, La violence en institution. Situations critiques et significations, Rennes, PUR, 2015, p. 151-167.

Rubin Gayle, Butler Judith, Marché au sexe, Paris, Epel, 2002.

Sohn Anne-Marie, « Les “relations filles-garçons” : du chaperonnage à la mixité (1870-1970) », Travail, genre et sociétés, 2003/1, n° 9, p. 91-109.

Tabet Paola, La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2005.

Tétard Françoise, « Le phénomène "blouson noir" en France, fin des années 1950-début des années 1960 », in Collectif, Révolte et société, Paris, Publications de La Sorbonne, 1989, p. 205-214.

Tétard Françoise, Dumas Claire, Filles de Justice : Du Bon-Pasteur à l’Éducation surveillée, Paris/Roubaix, Éditions Beauchesne, 2009.

Thébaud Françoise, Rogers Rebecca, La fabrique des filles : L’éducation des filles de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010.

Tillier Annick, Des criminelles au village : Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, PUR, 2015.

Haut de page

Notes

1 Service de la direction de la Protection judiciaire de la jeunesse au sein de l’École Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse (ENPJJ).

2 Lire Véronique Blanchard, « D’un centre d’observation à un lieu d’exposition. Histoire et mémoire dans les murs de la justice des enfants », Déviance&Société, à paraître 2018.

3 Exposition intitulée « Blousons noirs : mythes et réalités, 1959-1962 » présentée en 2007 au centre d’exposition « enfants en justice ».

4 Voir l’article fondateur sur le sujet de Michelle Perrot, « Dans le Paris de la Belle Époque, les “Apaches”, premières bandes de jeunes », in Bernard Vincent (dir.), Les Marginaux et les exclus dans l’histoire, Paris, UGE, 1979

5 Voir également l’article fondateur de Françoise Tétard, « Le phénomène "blouson noir" en France, fin des années 1950-début des années 1960 », in Collectif, Révolte et société, Paris, Publications de La Sorbonne, 1989, p. 205-214.

6 Exposition intitulée « Les professionnel.le.s de la justice des enfants XIXe-XXIe siècles » présentée en 2012 au centre d’exposition « enfants en justice ».

7 Voir l’ouvrage collectif dirigé par Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit, Femmes et justice pénale : XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

8 Voir la bibliographie parue dans l’ouvrage de Véronique Blanchard, David Niget, Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles, Paris, Textuel, 2016.

9 David Niget, « “Bad Girls”. La violence des filles : généalogie d’une panique morale », in Coline Cardi et Geneviève Pruvost (éd.), Penser la violence des femmes, Paris, la Découverte, 2012, p. 300‑313.

10 Voir l’ouvrage éponyme de Stéphanie Rubi (2005)

11 Ce comité constitué de personnes actives, s’est réuni plus de dix fois en 18 mois a réuni des historien.ne.s, sociologues, juristes et professionnel.le.s de terrain. Il faut remercier ici : Christine Bard (Université d’Angers) ; Marinette Barré (Retraitée, éducatrice) ; Bénédicte Billard (Médiathèque ENPJJ) ; Jacques Bourquin (AHPJM) ; Danièle Brière (Centre d’exposition) ; Coline Cardi (Paris 8) ; Frédéric Chauvaud (Université de Poitiers) ; Sylvain Cid (CNAHES) ; Annick Dechâtre (AHPJM) ; Claire Dumas (AHPJM) ; Hélène Duffuler-Vialle (Université de Lille 2) ; Gisèle Fiche (AHPJM) ; Aurore François (Université de Louvain) ; Mathias Gardet (Paris 8) ; David Niget (Université d’Angers) ; Amélie Nuq (Université de Grenoble) ; Régis Revenin (Paris Descartes) ; Antoine Rivière (Paris 8) ; Rebecca Rogers (Paris Descartes) ; Stéphanie Rubi (Université de Bordeaux) ; Myriam Tsikounas (Paris 1) ; Jean-Jacques Yvorel (ENPJJ).

12 Par exemple sur le thème de la prostitution, le réglementarisme relève du droit public, voir Hélène Duffuler-Vialle, L'évolution de la réglementation durant l'entre-deux guerres. L'exemple du Nord de la France, Paris, Mare et Martin, 2018.

13 Un important projet de recherche a été mené sur le droit et le genre ces dernières années : le projet REGINE. Ce projet a été dirigé par Stéphanie Henette-Vauchez, Diane Roman et Marc Pichard, avec de nombreux universitaires travaillant sur le genre et les sexualités comme Daniel Borillo, Danièle Lochak, Marie-Xavière Catto. Dans le cadre de ce programme scientifique, trois ouvrages importants ont été publiés sur le genre et le droit: Stéphanie Hennette-Vauchez, Diane Roman (dir.), Ce que le genre fait au droit, Paris, Dalloz, 2013, Stéphanie Hennette-Vauchez, Marc Pichard, Diane Roman, (dir.), La loi et le Genre, Études critiques de droit français, Paris, CNRS éditions, 2014 et Stéphanie Hennette-Vauchez, Marc Pichard (dir.), Genre et droit de la famille, Paris, Dalloz, 2016.

14 Comme l’ont démontré entre autres Christine Bard, Les femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Colin, 2000, et Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir, 1945-70, Paris, Fayard, 2000, 430 p.

15 Voir la thèse de Véronique Blanchard, « Mauvaises filles ». Portraits de la déviance féminine juvénile (1945-1958), doctorat d’histoire sous la direction de Frédéric Chauvaud, Université de Poitiers, juin 2016.

16 Catherine Maurer, « Un “Modèle” Bon-Pastorien ? Les institutions pour jeunes filles de la congrégation du Bon-Pasteur en France et en Allemagne entre la première moitié du XIXe et la seconde moitié du XXe siècle », in Canadian Bulletin of Medical History / Bulletin canadien d’histoire de la médecine, 32, 1, 2014 ; Sophie Mendelsohn, Vagabondes : Les écoles de préservation pour les jeunes filles de Cadillac, Doullens et Clermont, Paris, L’Arachnéen, 2015 ; Françoise Tétard et Claire Dumas, Filles de Justice : Du Bon-Pasteur à l’éducation surveillée, Paris, Éditions Beauchesne, 2009.

17 Voir l’introduction de Frédéric Chauvaud, dans Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel, Myriam Tsikounas (dir.) Figures de femmes criminelles. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 13-17 et Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850, Marseille, PUP, 2012, p. 15.

18 Françoise Thébaud, Rebecca Rogers, La fabrique des filles : L’éducation des filles de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010.

19 Stéphanie Rubi, « Le mauvais genre des désordres scolaires : des adolescents “violentes” », in Rémi Casanovz, Sébastien Pesce, La violence en institution. Situations critiques et significations, Rennes, PUR, 2015, p. 151-167.

20 Jacqueline Laufer, « Entre égalité et inégalités : les droits des femmes dans la sphère professionnelle », L'Année sociologique, 2003/1, vol. 53, p. 143-173. 

21 https://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ120700692.html

22 Voir à propos de la journée de la jupe et plus globalement : Christine Bard, Ce que soulève la jupe, Identités, transgressions, résistances, Paris, Autrement, 2010.

23 Christine Delphy, « Antisexisme ou antiracisme ? Un faux dilemme », Nouvelles Questions Féministes, 2006/1, vol. 25, p. 59-83.

24 Véronique Le Goaziou, « Les viols aux assises : regard sur un mouvement de judiciarisation », Archives de politique criminelle, 2012/1, n° 34, p. 93-101.

25 Voir notamment Ludivine Bantigny, Yvan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France (XIXe-XXIe siècles), Paris, Presses Universitaires de France, 2009.

26 Anne-Marie Sohn, « Les “relations filles-garçons” : du chaperonnage à la mixité (1870-1970) », Travail, genre et sociétés, 2003/1, n° 9, p. 91-109.

27 « La mixité garçons-filles dans les établissements et services de la protection judiciaire de la jeunesse », Document thématique à l’appui des pratiques professionnelles, DPJJ, mars 2017. Voir également le décret du 6 novembre 2007 (Décret n°20071573) relatif aux établissements et services du secteur public de la protection judiciaire de la jeunesse et de la note du 15 mai 2015 relative aux lignes directrices relatives à l’élaboration du règlement de fonctionnement des établissements collectifs de placement judiciaire du secteur public et du secteur associatif habilité (BOMJ n°2015)

28 Voir en prélude de la période concernée Véronique Demars-Sion, Femmes séduites et abandonnées au XVIIIe siècle : l'exemple du Cambrésis, Hellemmes, Ester, 1991.

29 Antoine Rivière, La misère et la faute. Mères et abandon d’enfants à Paris sous la Troisième République, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître.

30 Voir par exemple: Simone Geoffroy-Poisson, « L’infanticide devant la cour d’assises de la Haute-Marne au XIXe siècle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 35 | 2005 ; Annick Tillier, Des criminelles au village: Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, PUR, 2015.

31 Jean-Yves Le Naour , Catherine Valenti, Histoire de l'avortement (XIXe-XXe siècle), Paris, Le Seuil, 2003 ; Marcela Iacub , « Naître sous X », Savoirs et clinique, 2004/1, no4, p. 41-57.

32 Bibia Pavard, ‪‪Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979‪‪)‪. ‪Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Archives du féminisme, 2012 ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

33 Voir par exemple: Simone Geoffroy-Poisson, « L’infanticide devant la cour d’assises de la Haute-Marne au XIXe siècle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 35 | 2005 ; Annick Tillier, Des criminelles au village : Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, PUR, 2015.

34 Véronique Blanchard, Régis Revenin, Jean-Jacques Yvorel, Les jeunes et la sexualité : initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle), Paris, Autrement, 2010 ; Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles, Amour, genre, et sexualité, dans la France d’après-guerre, Paris, Vendémiaire, 2015.

35 Florence Maillochon, Virginie Ehlinger, Emmanuelle Godeau, « L’âge “normal” au premier rapport sexuel. Perceptions et pratiques des adolescents en 2014 », Agora débats/jeunesses, 2016/4, n° Hors série, p. 37-56. DOI : 10.3917/agora.hs01.0037.

36 Mathias Couturier, « Les évolutions du droit français face aux violences conjugales. De la préservation de l'institution familiale à la protection des membres de la famille », Dialogue, 2011/1, n° 191, p. 67-78. 

37 Voir Virginie De Luca Barrusse, « Le genre de l'éducation à la sexualité des jeunes gens (1900-1940) », Cahiers du Genre, 2010/2, n° 49, p. 155-182 ; André Rauch, « Des bancs de l'école au courrier du cœur. Une histoire du corps ragaillardie », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2008/2, n° 98, p. 71-88. 

38 La qualité de victime est alors ambivalente à la fois stigmatisante et productrice de normes sécuritaires. Voir à ce sujet Lilian Mathieu, Gwenaëlle Mainsant, Miléna Jaksik, et al., « Prostitution : L’appropriation sécuritaire d’une cause victimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 2013/3, n°198 ; Milena Jaksik, De la victime-idéale à la victime-coupable. Traite des êtres humains et sociologie des politiques de la pitié, thèse de sociologie, EHESS, 2011; Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels, Du sordide au mythe. L'affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2009.

39 Voir Amélie Maugère, Les politiques de la prostitution. Du Moyen Âge au XXIe siècle, Paris, Dalloz, 2009.

40 Gayle Rubin, Judith Butler, Marché au sexe, Paris, Epel, 2002 ; Paola Tabet, La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2005.

41 Véronique Blanchard, Régis Revenin, « Justice des mineurs, travail social et sexualité juvénile dans le Paris des années 1950 : une prise en charge genrée », Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, 7, 2011; Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel , Myriam Tsikounas (dir.), Figures de femmes criminelles. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 ; Coline Cardi Coline, Geneviève Pruvost, Penser la violence des femmes, Paris, la Découverte, 2012 ; Frédéric Chauvaud, Gérard Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables, les femmes devant la justice (XIXe-XXe), Rennes, PUR, 2009 ; Bernard Desaive, Nicole Lanctôt, « La nature de la prise en charge des adolescentes par la justice : jonction des attitudes paternalistes et du profil comportemental des adolescentes », Déviance et Société, avril 2004, n°26, p. 463-478 ; Arlette Farge, Cécile Dauphin, De la violence et des femmes, Paris, A. Michel, 1997 ; Veerle Massin, « Filles et justice : l’ambivalence de la prise en charge institutionnelle des « cas-problèmes » (Belgique, 1922 1965) », Canadian Bulletin of Medical History / Bulletin canadien d’histoire de la médecine, 32, 1, 2014.

42 Voir également : Michelle-Marie Bodin Bougelot, Enfances volées, « Le Bon Pasteur » nous y étions, Ste-Thorette, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le jeu de l’oie blanche
Crédits @ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Quel chemin ?
Crédits @Alix Miquel
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre La clôture
Crédits @ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Exposition « Mauvaises filles » à l’Université d’Angers (2017)
Crédits ©ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Détail du jeu de l’oie blanche – Exposition « Mauvaises filles » (2015)
Crédits ©Alix Miquel
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Faire-part de naissance – Stand maternité – Exposition « Mauvaises filles » (2015)
Crédits ©Tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre « Frivolité »
Crédits @ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Détail du jeu de l’oie blanche – Exposition « Mauvaises filles » (2015)
Crédits ©Alix Miquel
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre « Maternité »
Crédits @ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre « Prostitution »
Crédits @ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre « Crimes et délits »
Crédits @ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre « Folie »
Crédits @ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre La clôture – Exposition « Mauvaises filles » - Archives départementales de Lille (2016)
Crédits ©ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-13.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Vernissage de l’exposition Mauvaises filles, juin 2015
Crédits @ENPJJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3744/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Blanchard et Hélène Duffuler-Vialle, « Le chemin des « mauvaises filles » », Criminocorpus [En ligne], “Mauvaises filles”. Déviantes et délinquantes XIXe-XXIe siècles, Communications, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3744

Haut de page

Auteurs

Véronique Blanchard

Véronique Blanchard est docteure en histoire de l’Université de Poitiers, chercheuse et formatrice à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (Roubaix), responsable du centre d’exposition « Enfants en justice » (Savigny-sur-Orge). Elle codirige également la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ».

Articles du même auteur

Hélène Duffuler-Vialle

Hélène Duffuler-Vialle est docteure en histoire du droit. Elle a réalisé une thèse sur la réglementation de la prostitution pendant l'entre-deux guerres. Enseignante à l'Université d'Artois, elle est membre du comité scientifique de l'exposition "Mauvaises filles". Elle est également partenaire du projet HUGO patrimoine des lieux de justice sur Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page