Navigation – Plan du site
Communications

Le suicide selon François-Emmanuel Fodéré

Les ambiguïtés du discours entre crime et folie
Eva Yampolsky

Résumés

Au tournant du xixe siècle, l’intérêt pour le suicide se déplace du contexte juridique au cadre médical, et il devient un problème à la fois de santé mentale, de santé publique et de médecine légale. Une de premières figures qui a beaucoup développé la question du suicide depuis ces trois perspectives médicales est François-Emmanuel Fodéré (1764-1835). Considéré comme l’un des fondateurs de la médecine légale moderne, il fut un des premiers à définir tout suicide comme un « acte de folie ». Cette position sera partagée par la plupart des aliénistes du début du xixe siècle. Or, après avoir développé ces premières théories psychiatriques sur le suicide, Fodéré reviendra plus tard sur cette position et plaidera pour une nouvelle criminalisation de certains suicides dit « volontaires ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Dominique Godineau, S’abréger les jours. Le suicide en France au xviiie siècle, Paris, Armand (...)
  • 2 Voir Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. L’apport des manuels de Foderé (...)
  • 3 François-Emmanuel Fodéré, Les lois éclairées par les sciences physiques, Paris, Croullebois/Detervi (...)
  • 4 Voir l’article de René Semelaigne sur Fodéré dans son ouvrage Les pionniers de la psychiatrie franç (...)

Dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle, en France, le statut criminel du suicide commence à se transformer, jusqu’à devenir une pathologie. Suite à une critique virulente des philosophes et des juristes comme Beccaria, on constate un abandon progressif des peines contre le suicide à partir des années 1770, jusqu’à sa dépénalisation en 1791. Bien qu’au xviiie siècle le suicide soit de plus en plus souvent expliqué par la folie, notamment par Hufeland, Auenbrugger et Boissier de Sauvages1, ce lien est renforcé par les nouvelles approches théoriques des premiers aliénistes du tournant du xixe siècle, comme Joseph Daquin, Philippe Pinel, puis Jean-Étienne-Dominique Esquirol. En effet, l’intérêt pour le suicide se déplace du contexte juridique au cadre médical, et il devient un problème à la fois de santé mentale, de santé publique et de médecine légale. Une des premières figures qui a beaucoup développé la question du suicide depuis ces trois perspectives médicales est François-Emmanuel Fodéré (1764-1835). Considéré comme l’un des fondateurs de la médecine légale moderne2, il occupe dès 1814 la première chaire de médecine légale à Strasbourg, ainsi que la chaire d’hygiène publique à l’École de santé de Strasbourg, la deuxième en France à cette époque. En 1798, il publie en trois volumes le premier ouvrage français sur l’hygiène publique3, qu’il rééditera en six volumes quinze ans plus tard. Le traitement des malades mentaux aura aussi occupé une place importante dans sa pratique médicale et dans la plupart de ses écrits4. Les travaux de Fodéré vont non seulement rapporter le suicide à la folie, mais surtout faire du suicide l’objet de la médecine mentale et, par là, influencer les grandes théories médicales sur la mort volontaire, qui vont naître dès les années 1820. En effet, Fodéré est parmi les premiers à définir tout suicide comme une « preuve de folie » ou un « acte de folie ». Son ouvrage Les lois éclairées par les sciences physiques de 1798, dans lequel il affirme que le suicide est toujours la preuve de la folie, a permis aux aliénistes de repenser le statut du suicide et de l’établir sur de nouvelles bases. À partir de là, il ne s’agira plus de « flétrir » le suicide, mais de le traiter comme une maladie et de le prévenir.

Or, dès son Traité du délire de 1816, la position de Fodéré sur le suicide va changer et il plaidera pour un retour vers la criminalisation de certains types de suicide, et cela au nom de l’ordre public. Autrement dit, bien que le suicide entre progressivement dans le champ de la médecine mentale, jusqu’à faire l’objet d’un consensus médical, Fodéré reste partagé entre deux positions, l’une juridique, l’autre médicale. Ce changement de position, qu’il adopte au moment même où la médecine mentale commence à acquérir plus de légitimité et de pouvoir, va à l’encontre des théories des aliénistes, qui cherchent à inscrire tout suicide dans leur champ d’expertise. À partir de là, j’aimerais retracer la contribution de Fodéré – cette figure charnière entre deux traditions philosophiques et politiques – à la définition et la classification du suicide. Cette étude tentera de montrer comment le changement de position de Fodéré sur les lois répressives contre le suicide dès 1816 marque une « rupture » avec ses contemporains aliénistes.

  • 5 Les lois éclairées par les sciences physiques ; ou traité de médecine-légale et d’hygiène publique, (...)

Entre 1798 et 1832, Fodéré aborde la question du suicide dans quatre traités : Les lois éclairées par les sciences physiques ; ou traité de médecine-légale et d’hygiène publique, publié en 1798 en 3 volumes, le Traité de médecine légale et d’hygiène publique, publié en 1813, le Traité du délire, publié en 1816, et enfin l’Essai médico-légal sur les diverses espèces de folie vraie, simulée et raisonnée, paru en 18325. Dans ces textes, Fodéré aborde le suicide non seulement du point de vue médico-légal, par lequel il propose des méthodes pour distinguer le suicide de l’homicide, mais aussi psychiatrique et hygiéniste, selon lesquelles le suicide est abordé en termes de maladie mentale, dont il faut protéger la population. Je me concentrerai ici essentiellement sur ces deux dernières perspectives.

  • 6 Journal général de médecine, de chirurgie et de pharmacie ; ou Recueil de la Société de Médecine de (...)
  • 7 Journal général de médecine, vol. 49, 1813, p. 340.
  • 8 Voir par exemple l’analyse que Jean-Pierre Falret fait du Traité du délire (1816) de Fodéré, paru d (...)

L’impact de Fodéré sur l’étude médicale du suicide est non seulement théorique, mais aussi stratégique. J’évoquerai deux exemples. En 1811, la Société de médecine de Marseille, dont il a été membre, propose un prix pour des mémoires consacrés à l’étude de l’aliénation mentale, et « du suicide qui en résulte »6. En rapportant le suicide à la folie, ce concours induit les médecins à poser ce lien comme un postulat de base. Lors du concours à la Faculté de Médecine de Strasbourg pour une chaire de médecine légale, qu’il a obtenu en 1814, Fodéré donne une leçon sur le suicide7. À cette date, Fodéré pose déjà un cadre méthodologique qui permet de définir cet acte et d’entreprendre une étude systématique de l’étiologie, mais aussi du traitement et de la prévention du suicide. Sa position pathologique sur la mort volontaire est partagée et saluée par ses contemporains8, pour qui le suicide est un « mal moral » qui relève de l’expertise psychiatrique et hygiéniste.

  • 9 François-Emmanuel Fodéré, Les lois éclairées par les sciences physiques ; ou Traité de médecine-lég (...)
  • 10 Philippe Pinel, « Observations sur une espèce particulière de mélancolie qui conduit au suicide », (...)
  • 11 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine-légale et d’hygiène publique, t. 1, 1e éd., 1798, op. (...)
  • 12 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale et d’hygiène publique, t. 1, 2nd éd., 1813, op. (...)

Fodéré ouvre sa réflexion sur le suicide dans son Traité de 1798 en posant la question suivante : « Le suicide est-il toujours une preuve de folie9 ? » Cette question sera reprise par de nombreux aliénistes du XIXe siècle, signalant une incertitude, ou du moins une ambiguïté sur le statut de la mort volontaire. À la différence de Pinel qui, en 179110, affirme que le suicide ne provient de la folie que dans des cas très rares, Fodéré conclut sept ans plus tard que « le suicide est toujours une preuve de folie11 ». Dans l’édition de 1813 de ce même Traité, cette « preuve de folie » deviendra un « acte de folie »12. Cette nouvelle considération permet d’aborder le suicide en termes non seulement médicaux mais aussi légaux. En effet, publié trois ans après la première loi sur la démence, avec l’article 64 du Code pénal de 1810, cette seconde édition du Traité efface les doutes sur la pathologie du suicide, tout en soulignant les enjeux juridiques qui le concernent toujours :

  • 13 Ibid.

Si j’ai réussi à prouver […] que le suicide est généralement un acte de folie, il doit en résulter la conséquence de nullité de tous actes passés peu de temps avant cet attentat […] ; et plus les actes, tels que testaments, donations, et autres, se trouveraient rapprochés de ce dénouement de la folie, moins ils devraient être considérés comme légaux13.

  • 14 Ibid., p. 282.

En devenant un acte de folie, la tentative de suicide justifie l’interdiction du suicidaire et l’annulation de tout acte entrepris par le suicidé avant sa mort. Ainsi, dans le texte de 1813, pour Fodéré il ne s’agit plus d’une espèce pathologique parmi d’autres, mais de tout suicide, « de quelque manière qu’il soit envisagé14 ». Cette conception absolue et exclusive se répandra parmi les médecins et les aliénistes des premières décennies du XIXe siècle qui, eux, produiront tout un savoir sur le suicide, soutenu par de nombreuses observations, des statistiques et des théories. Et ce n’est qu’à partir des années 1840 que cette position radicale sera contestée et débattue.

Héritier d’une « médecine philosophique » ou morale, Fodéré oppose le suicide à l’instinct « naturel » de la conservation, d’un côté, et aux « devoirs » de l’individu devant la société, de l’autre. Dans les deux éditions du Traité de médecine-légale, Fodéré construit son argumentation sur la notion de contrat social et de l’utilité des actions pour l’intérêt général. Motivé par des enjeux hygiénistes, Fodéré s’efforce de relier l’utilité « illusoire » et donc pathologique du suicide et la mise en danger qu’il représente envers les intérêts de la société :

  • 15 François-Emmanuel Fodéré, Les lois éclairées par les sciences physiques ; ou Traité de médecine-lég (...)

Toutes les actions humaines, qui ne sont pas contraires à la raison, ont un but d’utilité, relatif, soit à la personne, soit à la société ; mais on a beaucoup sophistiquer de toutes les manières, on ne peut découvrir aucune trace d’utilité dans l’action d’un homme qui se donne la mort ; elle ne peut être utile à la personne, puisqu’il va cesser d’exister ; elle ne peut l’être à la société, puisqu’au contraire on emploie la violence pour la priver des droits qu’elle a sur un de ses membres. Le suicide n’a donc aucun but réel ; il en a un qui est illusoire : mais l’illusion étant l’opposé de la raison, formant la substance de la folie, il en résulte encore, dans un sens moral, que le suicide est un acte bien formel de démence. Nous avons prouvé qu’il était le résultat d’une maladie ; cette action n’est donc pas libre, elle ne peut donc être l’effet de la volonté d’un homme sensé15.

Selon les termes médico-légaux et l’esprit philosophique des Lumières, les actions commises dans un état de déraison ne seront jamais utiles à la société, car elles la « privent » des droits sur ses membres. En passant de l’inutilité à l’illusion, à la déraison et donc à la folie, Fodéré conclut que le suicide est accompli nécessairement dans la perte de la volonté.

  • 16 Voir Laurence Guignard, Juger la folie, Paris, PUF, 2010, surtout le chapitre 2 (« L’élaboration de (...)
  • 17 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale, et d’hygiène publique, t. 1, 2e éd., op. cit., (...)
  • 18 François-Emmanuel Fodéré, Les lois éclairées par les sciences physiques, t. 1, 1e éd., op. cit., 17 (...)
  • 19 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale et d’hygiène publique, t. 1, 2e éd., 1813, p. 2 (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 278.
  • 22 Les études des premiers aliénistes sur l’étiologie du suicide identifient plusieurs groupes de caus (...)

Cette question de la volonté des suicidés s’inscrit dans un débat juridique plus large sur l’irresponsabilité et la perte du libre arbitre des aliénés, qui aboutit à l’adoption de l’article 64 du Code pénal de 181016. Fodéré soulignera en 1813 la protection que la loi procure à celui qui est incapable de consentir au contrat social : « elle l’excuse, elle le protège, comme elle excuse et protège les insensés17 ». Or, dans le Traité de médecine légale de 1798, il proposait déjà une loi qui « déclarerait insensé celui qui attenterait à ses jours, et qui annulerait tous les actes que le suicide a contractés peu de temps avant sa mort18 ». Cette démarche serait à la fois protectrice et répressive, car elle servirait à protéger les proches, en rendant nuls les contrats et les testaments signés par le suicidé, mais aussi à prévenir le passage à l’acte d’autres suicidaires. Convaincu que l’interdiction des suicidaires donnerait « les plus heureux résultats »19, Fodéré y voit une double fonction ou avantage : protéger le suicidaire-fou, d’un côté, et en faire un exemple pour la société, de l’autre. Cette deuxième fonction, qu’il désigne de « secours moral »20, aurait pour but d’interpeller la morale des individus portés au suicide, d’invoquer leur « sentiment de la honte » et de les rattacher à leurs devoirs devant la société21. Or, on constate une certaine contradiction dans cet argument, qui se retrouve dans les deux éditions du Traité de médecine légale. Comment Fodéré peut-il attendre une réponse raisonnée d’un suicidaire, dès lors qu’il considère tout suicidaire comme fou, et donc comme un malade dépourvu de sa raison et de sa volonté ? Comment peut-on s’adresser à la raison du suicidaire si c’est sa déraison elle-même qui définit son acte ? Et c’est justement pour résoudre cette contradiction que Fodéré propose, en 1816, comme on le verra, de distinguer le suicide volontaire et le suicide involontaire. Cette distinction repose sur une dimension morale, dans laquelle il n’est pas question de délire, de passion, ni de chagrin soudain et violent, mais bien d’un suicide médité, délibéré, et rendu possible par un « relâchement de tous les devoirs de la morale ». Selon Fodéré, il revient à la justice et non à la médecine de combattre ce relâchement et cet acte d’immoralité qui en résulte. Or, en distinguant le suicide fou et le suicide volontaire, donc immoral, Fodéré va à l’encontre des premières théories psychiatriques au tournant du xixe siècle, qui cherchent à assimiler les actes « immoraux » comme le suicide dans le cadre de la folie. En effet, la question de la morale va devenir de plus en plus importante chez les aliénistes, qu’ils considèrent comme un type de causes de l’aliénation mentale et du suicide22.

  • 23 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale et d’hygiène publique, 2e éd., t. 1, 1813, op. (...)
  • 24 Ce n’est qu’en 1816 que J. Chevrey soutiendra la première thèse de médecine en France sur la psycho (...)
  • 25 François-Emmanuel Fodéré, Traité du délire, t. 2, op. cit., 1816, p. 475.
  • 26 Jean-Pierre Falret, analyse du Traité du délire (1816) de Fodéré, parue dans Bibliothèque médicale, (...)

Dans chacun de ses quatre traités, mentionnés plus haut, Fodéré propose une division du suicide en classes distinctes, une typologie qui évolue d’un texte à l’autre. Dans les traités de 1798 et de 1813, Fodéré affirme que le suicide constitue toujours « un acte formel d’aliénation mentale »23, avant même que les premiers aliénistes établissent ce lien direct et exclusif entre suicide et folie24. Or, dans le texte de 1816, puis dans celui de 1832, Fodéré distingue deux types de suicide : l’involontaire ou pathologique et le volontaire ou criminel. Le suicide involontaire, ou « l’homicide involontaire », donnerait lieu à l’interdiction du sujet « malade », alors que le suicide volontaire compterait à nouveau parmi les délits et serait flétri par la loi. Dans « homicide volontaire », il faut encore entendre un reste de criminalisation du suicide. Les termes juridiques et incriminants abondent non seulement dans cette période charnière, mais aussi au travers des études médicales du xixe siècle sur le suicide. Dans le cas du suicide involontaire, le suicidaire subit un délire, des passions, ou se trouve victime d’un malheur soudain et violent. Quant au suicide volontaire, ce type est subdivisé encore en deux groupes : l’homicide spontané, caractérisé par un « froid calcul », sans folie « proprement dite », et qui provient de l’ennui de la vie, d’un côté, et l’homicide par imitation, défini par un certain abandon des valeurs et par un « relâchement de tous les devoirs de la morale25 », de l’autre. En plaidant pour une nouvelle pénalisation du suicide « volontaire », il pose la question du statut de la raison et du libre arbitre chez le suicidé. Cette position rencontre une critique de la part de certains aliénistes de cette époque. En effet, dans son analyse élogieuse du Traité du délire (1816) de Fodéré, Jean-Pierre Falret commence par affirmer que le suicide est un sujet « sur lequel M. Fodéré revient si souvent et avec tant de raison26 ». Cependant, Falret s’oppose à son projet de criminalisation du « suicide volontaire », en soulignant les causes psychopathologiques de cet acte :

  • 27 Ibid., p. 322.

Dans tous les suicides, n’y a-t-il point une lésion profonde de la volonté, une subversion de cette faculté qui entraîne nécessairement les actions les plus déraisonnables, quoique souvent les mieux raisonnées ? Ainsi ces infortunés cessent d’être coupables, puisqu’ils sont atteints d’une maladie, d’un véritable délire27.

  • 28 François-Emmanuel Fodéré, Traité du délire (1816), t. 2, op. cit., p. 475.
  • 29  Ibid., p. 476.
  • 30 Ibid.

Le changement de position de Fodéré, dès 1816, est motivé par le désir d’agir sur les causes sociales du suicide. En effet, Fodéré admet la difficulté de changer les mœurs, les habitudes et les opinions des habitants pour parvenir à une baisse du taux de suicide. Devant le long processus d’une telle entreprise, il affirme l’efficacité préventive que pourrait avoir dans certains cas le rétablissement des lois répressives, en redéfinissant à nouveau le suicide comme un délit. Abordée en termes médico-légaux, le suicide involontaire est dû à la perte de la volonté et aux accès de délire, et devrait par conséquent entrainer l’interdiction des individus suicidaires, toujours selon l’article 64. Le « malade n’ayant pas été libre dans sa pensée, n’a pu non plus l’être dans ses actions28 ». Cependant, dans le cas du suicide volontaire, celui qui cherche sa mort « avait toujours joui de sa raison, n’avait eu aucun sujet réel de chagrin, excepté d’avoir épuisé toutes les jouissances d’un cœur anti-social » et a donc agi « avec connaissance de cause »29. Ce type de suicide, volontaire selon lui, doit être puni par la loi, car « libre dans sa volonté, [le suicidaire] l’a été pareillement dans son action30 ».

  • 31 François-Emmanuel Fodéré, Essai médico-légal sur les diverses espèces de folie vraie, simulée et ra (...)

Entre 1816 et 1832, date de la publication de l’Essai médico-légal, la division entre Fodéré et les aliénistes sur le statut du suicide s’approfondit. En effet, durant cette période, de nombreux aliénistes s’engagent dans l’étude du suicide et publient leurs observations et théories sur ce nouvel objet médical. On peut citer, entre autres, le long article d’Esquirol de 1821 pour le Dictionnaire des sciences médicales de Panckoucke et le traité sur le suicide de Falret de 1822, qui, l’un et l’autre, affirment que tout suicide est le produit d’un délire ou un symptôme de l’aliénation mentale. Bien que Fodéré suive ces développements des aliénistes, en intégrant la notion de monomanie suicide et en modifiant sa terminologie (notamment en appelant le suicide non plus une maladie mais un symptôme), il maintient néanmoins sa position sur la nécessité de flétrir certains suicides par la loi. Dans son ouvrage de 1832, il attribue le suicide volontaire à la folie raisonnée ou folie volontaire, qui relève d’abord et avant tout de la morale et de l’« égarement de jugement »31.

  • 32 Ibid., p. 178-179.

En effet, le suicide volontaire que je nomme folie raisonnée, outre d’être un acte de lâcheté […], un signe d’indifférence pour sa famille, de haine envers l’humanité, part le plus ordinairement, d’après mes observations, de l’une des deux sources suivantes : ou de l’impossibilité à laquelle on se croit réduit de supporter plus longtemps un mal physique ou un mal moral dont l’idée nous tourmente sans cesse ; ou bien d’une sorte de fanatisme qui porte certains hommes à se venger à tort ou à raison, d’après ce dilemme : ou je réussirai, ou je ne réussirai pas ; si je réussis, j’aurai des jouissances ; si je ne réussis pas, que m’importe ! je ne crains rien, je me donnerai la mort. Or, avec de tels hommes il n’y a plus de sécurité, et si ce mépris de la vie devenait épidémique, comme la chose n’est pas impossible, il n’y aurait plus moyen de gouverner, d’administrer, de rendre la justice, car on serait sans cesse en butte à la vengeance de ceux dont les opinions et les intérêts auraient été froissés, contrariés : donc, lors même qu’on ne croirait à aucune filiation du ciel à la terre, pensée qui dans bien des occasions est la seule qui puisse nous rattacher à la vie, les législateurs sont intéressés à flétrir le suicide, et à mettre en usage tous les moyens propres à le prévenir32.

On peut souligner dans ce texte le tiraillement de Fodéré entre deux positions : l’une médicale, qui veut inscrire le suicide dans le cadre de la pathologie, et l’autre juridique ou morale, qui s’efforce d’imposer à certains cas de suicide une responsabilité et donc de les redéfinir comme des « délits ». Une position ambigüe qui cherche à assimiler des points de vue incompatibles ou contraires, et qui finalement compromet le bien-fondé de sa théorie sur le suicide. Or, dans ce texte de Fodéré de 1832, le suicide volontaire est avant tout un crime moral, un vice pour l’individu, mais aussi pour les institutions sociales : la famille, la religion, l’État, l’administration, la justice et l’humanité toute entière. L’honneur et le courage cèdent à la lâcheté, les valeurs de la famille à l’indifférence, la responsabilité envers l’humanité à la haine ou au mépris, le courage devant les adversités à la faiblesse et à la résignation. Sans valeurs ni attaches sociales, cet homme suicidaire constitue une menace pour la sécurité des institutions sociales et donc pour la société toute entière. « Il n’y aurait plus moyen de gouverner, d’administrer, de rendre la justice » dans une société d’individus qui ne vivent que pour satisfaire leurs intérêts, au détriment des intérêts de la société.

L’évolution dans les théories de Fodéré sur le suicide met en évidence deux points : la difficulté de cerner ce phénomène dans son ensemble et de le réduire à l’expertise d’un seul savoir, d’un côté, et l’intégration des mœurs, de la morale et des comportements dans le cadre médical, de l’autre. En effet, la médecine mentale et l’hygiène publique redéfinissent les causes morales et sociales du suicide en termes de pathologie, ce qui ancre tout suicide, quel que soit sa cause, dans le domaine médical. En d’autres termes, il s’agit là non seulement d’une redéfinition du suicide, mais aussi et surtout d’une restructuration de toute une discipline médicale, selon des enjeux hygiénistes, et donc socio-politiques.

En se démarquant de la position qu’il avait lui-même défendue vingt ans auparavant –et que les aliénistes continueront à développer –, Fodéré déplace le suicide dit « volontaire » dans le domaine de la justice et fait appel aux législateurs pour le flétrir et le prévenir. Alors que les aliénistes cherchent à rapporter les divers types de suicide à l’aliénation mentale, Fodéré va les différencier et les rapporter à deux institutions distinctes qui contrôlent les comportements : la justice et la psychiatrie. En somme, la position de Fodéré diverge de celle des aliénistes sur le statut de la morale et des mœurs. Le fait que cet appel à la nouvelle criminalisation du suicide est resté largement ignoré par les aliénistes révèle le pouvoir grandissant qu’exerce le savoir psychiatrique sur le champ de l’hygiène et de l’ordre publics.

Haut de page

Bibliographie

Charland Louis C., « A moral line in the sand : Alexander Crichton and Philippe Pinel on the psychopathology of the passions », in Louis C. Charland et Peter Zachar (dirs.), Facts and Value in Emotions, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 2008, p. 15-33.

Chevrey J., Essai médical sur le suicide, considéré, dans tous les cas, comme le résultat d’une aliénation mentale, thèse de doctorat, Faculté de médecine de Paris, Imprimerie de Didot Jeune, 1816.

Esquirol Étienne, « Suicide », Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, vol. 53, 1821, p. 213-283.

Falret Jean-Pierre, analyse du Traité du délire (1816) de Fodéré, Bibliothèque médicale, ou recueil périodique d’extraits des meilleurs ouvrages de médecine et de chirurgie, t. 63, Paris, Gabon, mars 1819, p. 310-325.

Fodéré François-Emmanuel, Les lois éclairées par les sciences physiques ; ou traité de médecine-légale et d’hygiène publique, 1e éd., 3 vol., Paris, Croullebois/Deterville, an vii (1798).

Fodéré François-Emmanuel, Traité de médecine légale et d’hygiène publique, ou de police de santé, adapté aux codes de l’Empire français et aux connaissances actuelles, à l’usage des gens de l’Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civils, militaires et de marine, 2e éd., 6 vols., Paris, l’Imprimerie de Mame, 1813.

Fodéré François-Emmanuel, Traité du délire, appliqué à la médecine, à la morale et à la législation, 2 vols., Paris, Crapelet, 1816.

Fodéré François-Emmanuel, Essai médico-légal sur les diverses espèces de folie vraie, simulée et raisonnée, sur leurs causes et les moyens de les distinguer ; sur leurs effets excusants ou atténuants devant les tribunaux, et sur leur association avec les penchants au crime et plusieurs maladies physiques et morales, 1 vol., Strasbourg, L. F. Le Roux, 1832.

Giraud Sylvie, Le suicide à Paris à l’époque préromantique (1791-1816), thèse de doctorat en histoire, Paris iv, 2000.

Godineau Dominique, S’abréger les jours. Le suicide en France au xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 2012.

Guignard Laurence, Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au xixe siècle, Paris, PUF, 2010.

Lantéri-Laura Georges, « Introduction historique et critique à la notion de dangerosité dans les délires chroniques », Christiane de Beaurepaire, Michel Bénézech, Christian Kottler (éds.), Les dangerosités : de la criminologie à la psychopathologie, entre justice et psychiatrie, Paris, John Libbey Eurotext, 2004, p. 99-108.

Le Roux Thomas, « L’effacement du corps de l’ouvrier. La santé au travail lors de la première industrialisation de Paris (1770-1840) », Le Mouvement Social, 2011, 1, p. 103-119.

Pinel Philippe, « Observations sur une espèce particulière de mélancolie qui conduit au suicide », paru dans La Médecine éclairée par les sciences physiques en 1791, t. 1, p. 154-159 et 199-201, réédité in Jacques Postel, Genèse de la psychiatrie. Les premiers écrits de Philippe Pinel, Paris, Éditions Le Sycomore, 1981, p. 200-205.

Renneville Marc, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003.

Semelaigne René, Les pionniers de la psychiatrie française avant et après Pinel, vol. 1, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1930.

Yampolsky Eva, « La perversion du suicide, entre la pathologie et la morale »Criminocorpus [En ligne], Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l'autre, Communications, mis en ligne le 15 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/3481

Zuberbuhler Vincent, « Écrire l’histoire de la médecine légale. L’apport des manuels de Foderé à Lacassagne », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2010, 1, p. 61-77.

Haut de page

Notes

1 Voir Dominique Godineau, S’abréger les jours. Le suicide en France au xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 2012 ; Sylvie Giraud, Le suicide à Paris à l’époque préromantique (1791-1816), thèse de doctorat en histoire, Paris iv, 2000.

2 Voir Vincent Zuberbuhler, « Écrire l’histoire de la médecine légale. L’apport des manuels de Foderé à Lacassagne », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2010, 1, p. 61-77.

3 François-Emmanuel Fodéré, Les lois éclairées par les sciences physiques, Paris, Croullebois/Deterville, an VII (1798). Voir Thomas Le Roux, « L’effacement du corps de l’ouvrier. La santé au travail lors de la première industrialisation de Paris (1770-1840) », Le Mouvement Social, 2011, 1, p. 103-119, spéc. p. 112.

4 Voir l’article de René Semelaigne sur Fodéré dans son ouvrage Les pionniers de la psychiatrie française avant et après Pinel, vol. 1, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1930, p. 99-109.

5 Les lois éclairées par les sciences physiques ; ou traité de médecine-légale et d’hygiène publique, 1e éd., 3 vol., Paris, Croullebois/Deterville, an vii (1798) ; Traité de médecine légale et d’hygiène publique, ou de police de santé, adapté aux codes de l’Empire français et aux connaissances actuelles, à l’usage des gens de l’Art, de ceux du Barreau, des Jurés et des Administrateurs de la santé publique, civils, militaires et de marine, 2e éd., 6 vols., Paris, l’Imprimerie de Mame, 1813 ; Traité du délire, appliqué à la médecine, à la morale et à la législation, 2 vols., Paris, Crapelet, 1816 ; Essai médico-légal sur les diverses espèces de folie vraie, simulée et raisonnée, sur leurs causes et les moyens de les distinguer ; sur leurs effets excusants ou atténuants devant les tribunaux, et sur leur association avec les penchants au crime et plusieurs maladies physiques et morales, 1 vol., Strasbourg, L. F. Le Roux, 1832.

6 Journal général de médecine, de chirurgie et de pharmacie ; ou Recueil de la Société de Médecine de Paris, vol. 41, Paris, Croullebois/Barrois/Laurens, janvier 1811, p. 368 : « Prix proposé par la Société de Médecine de Marseille, pour l’an 1813, sur la Manie. Programme. 1. Déterminer le genre et l’espèce des diverses aliénations mentales. 2. En assigner la nature et le siège. 3. Déterminer les constitutions atmosphériques, les saisons, les températures, les lieux, les âges, les sexes, es diverses circonstances physiques et morales, les plus propres à la génération des diverses aliénations mentales. 4. Déterminer les cas de suicide qui appartiennent aux aliénations mentales, et exposer quels sont les temps, les lieux et les circonstances où ce suicide a été le plus fréquent. 5. Assigner le meilleur traitement des diverses espèces d’aliénations mentales, et désigner les cas où le traitement moral doit être préféré au traitement physique, et vice versa, ainsi que les cas où la thérapeutique doit être combinée de ces deux traitements. 6. Exposer les moyens préservatifs des diverses aliénations mentales, et du suicide qui en résulte. »

7 Journal général de médecine, vol. 49, 1813, p. 340.

8 Voir par exemple l’analyse que Jean-Pierre Falret fait du Traité du délire (1816) de Fodéré, paru dans la Bibliothèque médicale, ou recueil périodique d’extraits des meilleurs ouvrages de médecine et de chirurgie, t. 63, Paris, Gabon, mars 1819, p. 310-325, spéc. p. 320-322 ; voir également les analyses des textes de Fodéré dans le Journal général de médecine, en particulier vol. 51 (1814), p. 304 et vol. 74 (1821), p. 243-250.

9 François-Emmanuel Fodéré, Les lois éclairées par les sciences physiques ; ou Traité de médecine-légale et d’hygiène publique, t. 1, 1e éd., 1798, op. cit., p. 115.

10 Philippe Pinel, « Observations sur une espèce particulière de mélancolie qui conduit au suicide », paru dans La Médecine éclairée par les sciences physiques en 1791, t. 1, p. 154-159 et 199-201, in Jacques Postel, Genèse de la psychiatrie. Les premiers écrits de Philippe Pinel, Paris, Éditions Le Sycomore, 1981, p. 200-205, spéc. p. 205.

11 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine-légale et d’hygiène publique, t. 1, 1e éd., 1798, op. cit., p. 123.

12 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale et d’hygiène publique, t. 1, 2nd éd., 1813, op. cit., p. 325.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 282.

15 François-Emmanuel Fodéré, Les lois éclairées par les sciences physiques ; ou Traité de médecine-légale et d’hygiène publique, t. 1, 1e éd., 1798, op. cit., p. 119. Voir aussi Fodéré, Traité de médecine légale et d’hygiène publique, 2e éd., t. 1, 1813, op. cit., p. 278-279.

16 Voir Laurence Guignard, Juger la folie, Paris, PUF, 2010, surtout le chapitre 2 (« L’élaboration de l’article 64 du Code pénal »), p. 36-66.

17 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale, et d’hygiène publique, t. 1, 2e éd., op. cit., 1813, p. 3.

18 François-Emmanuel Fodéré, Les lois éclairées par les sciences physiques, t. 1, 1e éd., op. cit., 1798, p. 119.

19 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale et d’hygiène publique, t. 1, 2e éd., 1813, p. 277.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 278.

22 Les études des premiers aliénistes sur l’étiologie du suicide identifient plusieurs groupes de causes, notamment les causes physiques et les causes morales. Or, on constate une certaine ambiguïté conceptuelle entre le moral, ou les fonctions cérébrales, et la morale ou les mœurs. À ce propos, je me permets de renvoyer à mon article « La perversion du suicide, entre la pathologie et la morale », paru dans Criminocorpus [En ligne], Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l’autre, Communications, 2017 : URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3481 Voir encore l’article de Louis C. Charland, « A moral line in the sand : Alexander Crichton and Philippe Pinel on the psychopathology of the passions », in Louis C. Charland et Peter Zachar (dirs.), Facts and Value in Emotions, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 2008, p. 15-33.

23 François-Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale et d’hygiène publique, 2e éd., t. 1, 1813, op. cit., p. 274-275. Une classe d’aliénation « portée au plus haut degré » qui est caractérisée par « des mouvements dangereux pour [le furieux] lui-même et pour les autres ». Dans l’édition de 1798, Fodéré identifie deux types de causes : un délire de longue durée ou la folie antérieure, d’un côté, et les passions violentes ou le délire temporaire, de l’autre. Traité de médecine-légale et d’hygiène publique, t. 1, 1e éd., op. cit., 1798, p. 117. Dans l’édition de 1813, il rajoute un troisième groupe, défini par « une erreur de l’esprit et du jugement ». Traité de médecine légale et d’hygiène publique, 2e éd., t. 1, op. cit., 1813, p. 274-275.

24 Ce n’est qu’en 1816 que J. Chevrey soutiendra la première thèse de médecine en France sur la psychopathologie du suicide : Essai médical sur le suicide, considéré, dans tous les cas, comme le résultat d’une aliénation mentale, Faculté de médecine de Paris, Imprimerie de Didot Jeune, 1816. Or, le premier texte de référence, qui aura entièrement inscrit le suicide dans le cadre de l’aliénation mentale, fut l’article « Suicide » d’Étienne Esquirol pour le Dictionnaire des sciences médicales, Panckoucke, vol. 53, 1821, p. 213-283.

25 François-Emmanuel Fodéré, Traité du délire, t. 2, op. cit., 1816, p. 475.

26 Jean-Pierre Falret, analyse du Traité du délire (1816) de Fodéré, parue dans Bibliothèque médicale, ou recueil périodique d’extraits des meilleurs ouvrages de médecine et de chirurgie, t. 63, Paris, Gabon, mars 1819, p. 320.

27 Ibid., p. 322.

28 François-Emmanuel Fodéré, Traité du délire (1816), t. 2, op. cit., p. 475.

29  Ibid., p. 476.

30 Ibid.

31 François-Emmanuel Fodéré, Essai médico-légal sur les diverses espèces de folie vraie, simulée et raisonnée, op. cit., p. XIII. Peu utilisée avant 1832, l’expression « folie raisonnée » se situe au cœur des débats sur les frontières entre folie et crime, et donc sur le rôle et le degré de la volonté dans un comportement déviant ou criminel. Elle invoque d’autres catégories médicales comme la monomanie et le délire partiel, et plus tard la folie morale ou la moral instanity de James Cowles Prichard (1835), introduite en France en 1843 par Bénédict-Augustin Morel, ou encore la folie lucide d’Ulysse Trélat (1861). Comme Fodéré, Trélat défendra la criminalité des actes commis dans l’état de ce type de folie. Voir G. Lantéri-Laura, « Introduction historique et critique à la notion de dangerosité dans les délires chroniques », in Christiane de Beaurepaire, Michel Bénézech, Christian Kottler (éds.), Les dangerosités : de la criminologie à la psychopathologie, entre justice et psychiatrie, Paris, John Libbey Eurotext, 2004, p. 99-108 ; et Marc Renneville, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003, spéc. p. 139-154 et p. 163-176.

32 Ibid., p. 178-179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Yampolsky, « Le suicide selon François-Emmanuel Fodéré », Criminocorpus [En ligne], La pathologie du suicide, Communications, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3789

Haut de page

Auteur

Eva Yampolsky

PhD en littérature française, Emory University, Atlanta, États-Unis ; doctorante en histoire de la médecine, section d’histoire et IUHMSP, Université de Lausanne, Suisse. Elle prépare actuellement une thèse sur l’histoire de la psychiatrie et la médicalisation du suicide en France au xixe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page