Navigation – Plan du site
Communications

Le suicide, une pathologie carcérale ?

Laurence Guignard

Résumés

Cet article veut montrer que la prévention du suicide dans les prisons françaises de la seconde moitié du xixe siècle achoppe sur la logique disciplinaire qui se met alors en place dans les lieux de détention. Celle-ci privilégie l’action sur le corps par rapport à des méthodes de resocialisation ou de soutien moral des détenus mélancoliques qui sont pourtant promues par des réformateurs et philanthropes comme Béranger. L’échec de la prévention attestée par les chiffres de la statistique pénitentiaire paraît donc inhérent aux méthodes employées : la camisole de force, la cellule de sûreté, l’apprentissage aussi des techniques de réanimation par les gardiens. Le régime disciplinaire instauré et surtout la dépersonalisation des détenus dont elle est porteuse est cependant également conforme à leur situation juridique, puisqu’en prison, ils ne sont plus considérés comme des sujets de plein droit, et se voient atteints dans leur identité subjective par le caractère infamant de la peine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte doit beaucoup au travail mené dans le cadre du projet Enfermements. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux (XIIe-XIXe siècles) [http://enfermements.fr/], publié : « Enfermement et suicide sous la IIIe République : le paradigme de la discipline », in Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset (dir.), Enfermements. Règles et dérèglements, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 375-393.

Texte intégral

1Ce texte se propose de réfléchir à la question du suicide dans les prisons françaises entre 1840 et la fin du xixe siècle, c’est-à-dire à partir du moment où la prison pénale instituée par le code de 1810 se met réellement en place, sous le Second Empire et de manière encore plus systématique sous la iiie République. Sous l’influence des courants philanthropiques, la prison pénale se structure autour d’une notion, l’amendement des condamnés, et d’une méthode, l’enfermement cellulaire fondé sur un régime disciplinaire dont l’organisation vise à la correction des détenus.

2Le suicide carcéral apparaît d’emblée comme le symptôme d’un grippage de ce système. Il est aussi susceptible d’en permettre une lecture différente. Une première archive tirée de l’un de ces dossiers administratifs faisant suite à un suicide permet d’en prendre une première mesure exploratoire :

En ouvrant la porte, le gardien s’aperçut que cet homme s’étranglait au moyen d’une petite cravate en foulard de soie passée autour du cou et dans l’interstice d’environ 1mm ½ d’une agrafe en fer scellée dans le mur à 50 cm du sol, fixant à la muraille une tablette en bois.

  • 1 France, Lyon, Archives départementales du Rhône, 1Y192, rapport suicide par strangulation, qui ajou (...)

Denis a dû s’étrangler en tirant sur le foulard fixé au clou, le lit de camp sur lequel portaient les deux coudes lui servant de point d’appui1.

  • 2 Dominique Godineau, S’abréger les jours. Le suicide en France au xviiie siècle, Paris, Armand Colin (...)
  • 3 Géraldine Duthé, Angélique Hazard, Annie Kensey, « Suicide des personnes écrouées en France : évolu (...)
  • 4 Jean-Claude Chesnais, « Le suicide dans les prisons », Population, 1976, 31 (1), p. 73-85 ; Jean Fa (...)
  • 5 La France est aujourd’hui dotée du taux de suicide carcéral le plus élevé de l’Union Européenne, sp (...)

3Cette archive permet de mettre en évidence plusieurs éléments. D’une part, elle fait apparaître des objets très spécifiques aux prisons de la iiie République : la cellule de sûreté, la pratique de la surveillance systématique et le rapport administratif, d’autre part, elle met en lumière un geste suicidaire particulièrement radical. Le fait n’est pas nouveau puisqu’on connaît l’existence antérieure de tels suicides, attestés par exemple dans les prisons du xviiie siècle par le travail Dominique Godineau2. La situation ne paraît cependant pas relever d’un invariant mais au contraire de contextes qui déterminent de fortes variations dans l’intensité et dans le nombre des suicides. Les analyses statistiques établissent ainsi des variations fortes du nombre des suicides depuis le milieu du xixe siècle avec un maximum en 1996 de 26/10 000 et un minimum en 1946 (1,4/10 000)3. De même, les travaux de Jean-Claude Chesnais avaient montré la forte croissance statistique du chiffre absolu de suicides en prison au cours de notre période, alors même que le nombre de détenus diminue4. Même si les chiffres de l’administration pénitentiaire doivent être soumis à la critique car la hiérarchie administrative tend dans son ensemble à masquer de tels phénomènes, l’évolution à la hausse des chiffres peut néanmoins être interprétée. Il est possible également de rapprocher ce chiffre de la sinistre première place actuelle de la France en Europe de l’Ouest, caractéristique des lieux de détention puisque la population libre ne connaît pas du tout la même situation5. À partir de ces données, on peut ainsi légitimement évoquer une sursuicidité carcérale dans les prisons françaises dont la gravité s’est accentuée depuis la fin du xixe siècle. Celle-ci invite à interroger la spécificité des lieux d’enfermement régis par l’État français et la culture de l’enfermement qui y préside.

4L’accroissement du nombre des suicides carcéraux n’est pas lié cependant à une négligence des pouvoirs publics et l’intérêt pour cette question est en effet attesté tant du côté des mouvements philanthropiques que de l’administration ou des savants. C’est à cette concomitance entre une politique volontariste de prévention du suicide et un accroissement du nombre et une radicalisation des moyens que ce texte propose de s’intéresser. Il s’agit de saisir les liens éventuels entre ces évolutions, et de tenter de cerner les causes de l’aggravation du problème du suicide carcéral. L’évolution des formes de suicide intervient comme un fait susceptible d’éclairer, en retour, à la manière d’un symptôme, les pathologies du système carcéral des débuts de la iiie République.

5L’enquête a été menée à partir des archives de la série Y – archives pénitentiaires conservées dans les fonds départementaux, qui comportent des « dossiers faisant suite à des suicides » –, quatre-vingt-cinq dossiers qui donnent à lire les gestes, les procédures, les préoccupations des acteurs de l’institution et des détenus, et éclairent une facette mal connue des formes d’exercice du pouvoir dans ce cadre de l’enfermement pénal. On y distingue l’émergence d’une politique de prévention, la formalisation des responsabilités administratives, et les dispositifs de pouvoir mis en œuvre face au suicide, du côté du personnel de surveillance tout autant que de celui des détenus. À côté de ces archives, les sources administratives normatives – circulaires notamment – et statistiques permettent de mettre en évidence un mouvement opposé, à côté de l’émergence de cette politique de prévention, l’évidence de son échec sanctionné par un accroissement du nombre de morts par suicides.

Ce n’est pas en effet que l’administration s’en désintéresse

  • 6 Prosper Pietra Santa, Mazas. Études sur l’emprisonnement cellulaire et la folie pénitentiaire, Pari (...)

6L’intérêt administratif pour la santé des détenus en prison est attesté très tôt. Pour la période contemporaine, le Code d’instruction criminelle de 1808 affirme ainsi déjà que « Les préfets veilleront à ce que la santé des prisonniers ne puisse être aucunement altérée ». C’est ainsi la généralisation de la peine d’enfermement, et surtout la forme qui s’affirme au cours du xixe siècle – la détention cellulaire – qui semble stimuler à partir des années 1840 l’intérêt pour la question du suicide. Sous l’impulsion des médecins et du personnel pénitentiaire qui portent la loi de 1843, puis de 1875 généralisant la détention cellulaire, le suicide des détenus apparaît comme une difficulté, déjà connue, voire dénoncée à propos du dépôt du Palais de justice de Paris, et confirmée avec des expériences désastreuses, notamment celle de la prison de Mazas, perceptibles dès 1858 dont témoigne la publication de Prosper Pietra Santa6.

7De plus, la réflexion est renouvelée par l’évolution de la représentation du suicide. On voit refluer les conceptions spiritualistes qui faisaient du suicide un acte libre, peut-être une « tentation » à laquelle on cède, en tout cas fondamentalement marquées par l’immoralité voire par le péché. La Révolution française, en réactivant les conceptions antiques valorisant cette forme ultime de liberté (« La liberté ou la mort »), a contribué à la laïcisation des représentations qui a permis la dépénalisation du suicide dès 1791. La notion est cependant à atténuer en prison car le suicide y apparaît de manière constante comme un moyen d’évasion, une forme ultime d’indiscipline permettant d’échapper à sa peine. Le cadre pénitentiaire induit ainsi une particularité majeure dans l’appréciation du geste.

8Dans les années 1840, cette évolution se conjugue avec un intérêt neuf des médecins aliénistes qui tendent dans un premier temps à lier suicide et maladie mentale, puis enfermement et maladie mentale, et enfin suicide et enfermement, suivant des analyses qui concernent à la fois le cadre asilaire et les prisons. Falret, Cazauvieilh, Etoc Demazy écrivent sur le suicide. Esquirol (rapport pour l’Académie des sciences dès 1839), Moreau-Christophe Baillarger, Lélut sur le suicide en prison. Il importe cependant d’entrer dans le détail de ces analyses car elles restent nuancées : s’ils constatent tous la sursuicidité carcérale, ces médecins affirment qu’il n’est pas possible d’affirmer avec certitude que la détention cellulaire en soit la cause. Ils suggèrent une maladie mentale préexistante à la condamnation, un effet du crime. Ils admettent en revanche que la cellule favorise la réalisation du geste suicidaire. Du point de vue de ces médecins des prisons, comme des administrateurs, la question est donc finalement de contenir les effets des velléités suicidaires plus que d’en dissiper les causes.

9À cet intérêt médical, se joint à la fin du siècle un intérêt sociologique. Le suicide devient un fait social capable, selon Durkheim, de fournir un élément de comparaison entre les sociétés, comme le crime.

  • 7 Instruction générale du 20 mars 1868.
  • 8 Émile Durkheim, Le suicide. Étude de sociologie, Paris, Alcan, 1897. Voir aussi Jean-Claude Farcy, (...)

10L’administration pénitentiaire dont le développement suit celui des maisons de détention traduit ces évolutions par une prise de conscience : en 1868, les suicides sont reconnus comme « des faits particulièrement graves, lorsqu’ils s’accomplissent à l’intérieur d’une prison, c’est-à-dire à côté d’agents spécialement chargés de veiller, jour et nuit, sur la population détenue7 ». Un manquement donc à l’impératif de soin qui prétendument incombe à l’administration pénitentiaire. On reconnaît ainsi indirectement à cette dernière une responsabilité, au moins celle d’une non surveillance, dans les actes suicidaires. Cette prise de conscience motive un intérêt dont on peut suivre les évolutions jusqu’à la toute fin du siècle. 1897 marque ainsi un maximum du point de vue de l’intérêt administratif, qui se trouve concomitant avec la publication de Durkheim8. L’intensification des peurs sociales, provoquée par la série des attentats anarchistes, et l’impératif d’une réaction sociale viennent ensuite réduire les velléités d’apaisement et modérer l’intérêt pour la santé psychologique des détenus.

Ce n’est pas non plus qu’on ignore les méthodes de prévention

11La réflexion sur le suicide est ancienne. Des éléments empiriques sont sensibles dès l’Ancien Régime, au xixe siècle la réflexion s’alimente aux efforts des observateurs sociaux, mais aussi des philanthropes de la Monarchie de Juillet. Bérenger, futur auteur de la loi de 1875 sur le cellulaire puis de la loi de 1891 sur le sursis, ou Moreau-Christophe développent des propositions de prévention du suicide carcéral fondées en premier lieu sur la socialisation des détenus.

  • 9 Rapport de Bérenger (de la Drôme), cité par Charles-Jérôme Lecour, « Du suicide et de l’aliénation (...)

12Bérenger par exemple affirme que « la surveillance a des limites, et [qu’]il suffit de la volonté pour sortir de la vie », et évoque la nécessité « de préserver du découragement le prisonnier isolé », en favorisant « les visites de l’aumônier, des médecins, des gardiens, de la famille, des amis ». Le détenu, écrit-il, doit être « isolé seulement de ses compagnons9 ». On encourage le développement de liens affectifs du détenu, surtout lorsqu’il est isolé et sans visites, avec les personnels pénitentiaires.

  • 10 Code pénitentiaire, t. X, Situation du service pénitentiaire 1er mars 1885, p. 45.

13De même, en 1885, l’aumônier de Mazas reconnaît-il l’efficacité de ses visites « qui favorisent le désir d’amendement pour l’avenir », mais il pointe aussitôt les difficultés matérielles d’une telle organisation : « Malheureusement un seul homme ne peut suffire à ce besoin10 ».

14Cet intérêt transparaît même de certains passages des circulaires ministérielles, notamment la circulaire du 12 avril 1866 qui défend l’idée d’une « action morale sur les détenus » incombant aux personnes en contact avec les détenus : gardien chef, directeur, médecine, aumônier.

  • 11 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Code des prisons ou recueil complet des lois, ordonnances, arrêté (...)

« Quand le dégout de l’existence, la crainte du châtiment ou quelque crise morale viennent altérer ou dominer en lui les instincts conservateurs de la vie, il est bon qu’il trouve dans de fréquents entretiens avec les personnes placées près de lui par la vigilance de la loi, la force de se soustraire à de coupables tentations. L’intervention du gardien chef, du directeur, du médecin, de l’aumônier doit être régulière et constante. Rien ne saurait, mieux que leur influence et leurs exhortations, combattre les inspirations de la solitude et du désespoir11 ».

15Là-aussi, la circulaire évoque l’importance des fréquents entretiens avec les personnes. Elle montre bien à quel point la menace du suicide s’immisce dans le quotidien de la prison parmi les tâches ordinaires des personnels. De même, des mesures de suspension de l’isolement sont-elles proposées dans ces cas, ainsi qu’une promenade quotidienne. L’administration pénitentiaire reconnaît donc, semble-t-il, parmi les moyens de prévention du suicide, le nécessaire effort de restauration subjective adressé aux détenus atteint de mélancolie. Celui-ci mobilise très certainement l’ancienne figure du mélancolique suicidaire, ou encore de l’acédie.

  • 12 Le texte du réformateur se révèle attentif à la situation des détenus : « La surveillance a des lim (...)
  • 13 En 1885, l’aumônier de Mazas reconnaît ainsi l’efficacité de ses visites « qui favorisent le désir (...)

16Et plus encore, cette politique de restauration des liens sociaux paraît contrôlée puisque la visite hebdomadaire du médecin de la prison doit être consignée sur le registre destiné aux prescriptions médicales. Ces marques d’attention à la psychologie des détenus témoignent de l’existence de propositions fondées sur la socialisation des détenus qui affleurent de Moreau-Christophe à Bérenger12, et qui se traduisent dans la circulaire de 1866, mais qui trouvent finalement fort peu de place dans la réalité carcérale, ne serait-ce que par manque d’interlocuteur13.

C’est que s’impose une logique disciplinaire

17L’action morale sur les détenus mélancoliques n’apparaît cependant que très rarement dans les archives car ces principes relevant d’un humanitarisme pénal sont concurrencés par des séries de mesures qui visent uniquement corps des détenus. Les circulaires des années 1860 en témoignent qui s’attachent principalement à faire connaître les gestes suicidaires par l’obligation de déclaration de tout suicide à toute la hiérarchie, jusqu’au ministre, et même par après 1875 par des télégrammes que l’on retrouve dans les archives.

Télégramme du médecin des prisons avertissant le ministère de la justice et la préfecture du suicide d’un détenu

Télégramme du médecin des prisons avertissant le ministère de la justice et la préfecture du suicide d’un détenu

Archives départementales de la Sarthe, 1Y144

  • 14 Circulaire ministère de l’intérieur, Ibid., p. 160, circulaire du 7 avril 1864, signé le conseiller (...)
  • 15 Circulaires ministérielles des 12 avril et 25 octobre 1866.

18Le second volet qui vise à prévenir les suicides s’en tient uniquement à des mesures matérielles, ainsi que l’indique, dès 1864, une vaste enquête administrative destinée à « enlever aux détenus tout moyen matériel de suicide par suspension14 […], les pointes ou parties de construction en saillie, les tablettes, les lits de fer ou hamacs seront remplacés par des lits de camp fixés aux murs et au sol, les tables et escabeaux seront éloignés des barreaux de la fenêtre, les bouches de chaleur ou ventilation devront être recouvertes d’une légère toile métallique et ne seront mis en mouvement que par le gardien, les fenêtres seront à porte fixe15 ».

  • 16 Instruction générale du 20 mars 1869, Code pénitentiaire, t. IV, Situation du service pénitentiaire (...)
  • 17 Ibid., p. 443.

19Cette politique trouve son aboutissement avec l’amélioration des techniques de contention corporelle, jusqu’à l’absurdité. Comme à l’asile, l’instruction de 1869 autorise à utiliser en prison, pour prévenir le suicide, « les fers aux pieds, les menottes, la camisole de force, les liens ou entraves »16, réservés jusque-là aux détenus menaçants ou violents. À partir de 1869, ces possibilités administratives concernent aussi les suicidaires : l’instruction générale du 20 mars 1869 préconise de mettre en œuvre l’ensemble de ces recommandations, « si l’on juge qu’un détenu a des projets d’évasion, de suicide ou de violence17 ». C’est donc un régime disciplinaire renforcé, celui qui était au départ destiné aux détenus violents, qui est désormais appliqué à « ceux dont on craint le suicide », ainsi que le précisent les circulaires.

Le maillot de contention

Le maillot de contention

Magnan, « Camisole », Dictionnaire encyclopédique Dechambre des sciences médicales, Paris, 1864-1885.

20Le risque suicidaire se trouve ainsi assimilé à la dangerosité ou au risque d’évasion et renvoie au vieux concept de fureur qui, depuis le droit romain impérial, mêle indissociablement colère et folie. C’est ce terme qui est utilisé dans le Code d’instruction criminelle en 1808 pour autoriser la séquestration et la contention, de même qu’il viendra justifier l’internement asilaire, et, au sein même des asiles, l’enfermement dans les cabanons.

21Parallèlement, le repérage des risques de suicide s’améliore et s’affine. C’est un véritable savoir pénitentiaire du suicide qui émerge au cours des premières décennies d’existence des maisons cellulaires. Les personnels deviennent ainsi de fins observateurs des comportements, et la maîtrise des risques permet de surveiller avec plus d’intensité les détenus à risque, non pour soulager leur état mélancolique, mais pour prévenir un passage à l’acte éventuel.

  • 18 Idem.
  • 19 Pour le cas parisien voir Laurence Guignard, « Les supplices publics à Paris au xixe siècle : l’abs (...)

22Les mesures visent à réduire l’emprisonnement individuel lequel fait l’objet d’une surveillance en continu : « tenir la cellule constamment éclairée », la faire surveiller « d’heure en heure », retirer chaque soir les vêtements et autres objets propres à faciliter l’évasion ou un suicide, les faire visiter au moins une fois par semaine par le médecin de la prison — la visite devant être consignée sur le registre destiné aux prescriptions médicales —, faire cesser l’isolement18. Si la connaissance des moments critiques est plus fine (arrivée en prison – ce que l’on appellera le choc carcéral –, phases décisives de la procédure comme l’arrêt de renvoi, les interrogatoires, la mise en accusation ou la condamnation), les méthodes sont éprouvées. Elles évoquent le régime de détention de ceux dont la vie est paradoxalement la plus surveillée : les condamnés à mort. C’est en effet pour empêcher l’évasion des condamnés à mort, y compris par le suicide, que l’on crée les premières cellules spéciales et que l’on applique une surveillance permanente, un système de contention spécifique – la bricole –, qui empêche les mouvements amples tout en permettant de manger et de boire de manière autonome19.

23Les mesures s’attachent aussi à la prise en charge médicale des suicidés. En l’absence d’infirmerie et de personnels médicaux à demeure, ce sont les gardiens qui sont mis à contribution et à qui on enseigne les méthodes de réanimations qui existent depuis le xviiie siècle : massages cardiaques et bouche-à-bouche, ainsi que l’indique l’instruction du ministère de l’Intérieur de 1877 « pour essayer de rappeler à la vie » les pendus (1877).

Instruction du ministère de l’intérieur, à afficher (1877)

Instruction du ministère de l’intérieur, à afficher (1877)

Archives départementales des Yvelines, 1 Y 40

  • 20 France, Nancy, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 1Y73, 1869, lettre du ministre au Pr (...)

24À côté de ces mesures réglementaires on voit parallèlement émerger une notion de responsabilité administrative, laquelle explique la présence des « rapports administratifs qui font suite à des suicides ». Ceux-ci sont parfois des enquêtes extrêmement poussées, une « investigation sévère », selon un courrier du ministre de la justice20. Ils traduisent dans l’administration pénitentiaire la surveillance plus serrée que connaissent plus globalement l’ensemble des personnels administratifs de la période.

  • 21 Robert Badinter (dir.), La prison républicaine, Paris, Fayard, 1992.

25Comme pour tout corpus normatif, il est difficile de mesurer le degré d’application de ces règles. Quelques indications laissent cependant supposer que l’effort de prévention n’est pas resté de pure forme. Les dossiers d’enquête par exemple tendent à s’étoffer jusqu’à un moment d’inflexion, en 1797-98. Ensuite, la France bascule dans l’affaire Dreyfus et les attentats anarchistes, et se désintéresse de la prison. S’ouvre alors, ce que Robert Badinter a nommé « le temps de l’indifférence21 », qui retentit aussi sur la prévention des suicides.

  • 22 France, Nancy, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 1Y73, 1898, affaire Seramour, Rappor (...)

26Ces rapports, strictement administratifs – la police n’entre pas en prison comme c’était le cas sous l’Ancien Régime –, portent de manière systématique sur une succession de points : ils évaluent d’abord la détermination des détenus à se suicider, dans le but de déceler d’éventuels simulateurs qui voudraient bénéficier d’aménagements de peine. À partir des années 1890, il s’agit en plus d’évaluer le comportement des gardiens : s’assurer du respect des règles et de l’application de la circulaire de 1877 en matière de surveillance, de précaution et d’intervention. Les sanctions administratives demeurent cependant exceptionnelles : le corpus ne recèle qu’une seule suspension de service de quinze jours car, le plus souvent, c’est l’idée de l’inéluctabilité du suicide qui domine : « On ne peut empêcher un détenu de se détruire s’il en a l’intention22 ».

27Les dossiers révèlent d’autre part la précision des savoirs empiriques qui se constituent et qui permettent de raffiner la surveillance : des signes précurseurs (plus que des causes) et des moments critiques plus qu’une étiologie. Les rapports révèlent parfois une véritable « traque » au détenu suicidaire. Dans le cas de Denis évoqué au début de ce texte, le rapport mentionne une enquête auprès des co-détenus qui a révélé des velléités suicidaires. Denis est soumis à la « bricole », pour cette raison, jusqu’à ce qu’il promette qu’il ne se suicidera pas. On lui enlève alors la camisole de force et c’est à ce moment-là qu’il passe à l’acte. L’enquête qui porte sur les causes possibles de son suicide permet d’établir qu’il était morphinomane, mais aussi qu’il a attendu vainement une visite de ses parents, ce qui est considéré comme un déclencheur possible. Le rapport conclut à « un procédé dénotant une volonté si déterminée, une ténacité telle que rien n’aurait pu empêcher la réalisation de ce funeste projet ». Pas d’erreur administrative donc concernant le suicide de Denis.

  • 23 Notamment dans « Le pouvoir, une bête magnifique », Entretien avec M. Osorio, nov. 1977, Dits et éc (...)

28L’étude des archives confirme le paradoxe suggéré en introduction : des efforts de prévention qui produisent l’accroissement du nombre de suicides et la radicalisation des modes opératoires. Il faut pour conclure se pencher sur la nature de cette prévention. Celle-ci paraît s’inscrire parfaitement dans la logique du régime disciplinaire de la prison qui relève de la microphysique du pouvoir décrite par Foucault : une pratique de normalisation qui s’applique à l’échelle des corps individuels et qui en occulte la dimension dolosive23. Il s’agit plutôt d’une forme de neutralisation qui réalise la « simple privation de liberté », évoquée par le code pénal. La violence se révèle cependant face aux résistants lorsque s’impose l’usage de la camisole de force dans une cellule de sûreté de force, neutralisant purement et simplement toute autonomie des gestes.

  • 24 Code pénal de 1810 : Article 28. Quiconque aura été condamné à la peine des travaux forcés à temps, (...)

29Au-delà, ce traitement administratif des détenus correspond également à un travail de désubjectivation qui est aussi une réalité légale. Rarement évoquée la situation juridique des détenus donne pourtant sens à ces séries de mesures administratives. En effet, selon le droit pénal le détenu est interdit judiciaire, comme les malades mentaux internés, il perd sa capacité à contracter et est frappé de certaines incapacités perpétuelles : il ne peut être juré, expert, soldat, témoin, élu, ni tuteur. De plus, certaines décisions spécifiques peuvent le frapper d’incapacités supplémentaires, par exemple la perte des droits civiques fréquemment requise24.

  • 25 Voir Colin Dayan, The Law Is a White Dog. How Legal Rituals Make and Unmake Persons, Princeton, Pri (...)

30Ces pratiques désubjectivantes, propres aux micropouvoirs décrits par Michel Foucault, correspondent ainsi à une situation juridique réelle des condamnés détenus en prison : ils disparaissent juridiquement de la communauté des sujets de droit25. Au xixe siècle et jusqu’à la réforme du Code pénal de 1994, les peines mobilisent un concept juridique qui qualifie très précisément cette situation : elles sont « infamantes », c’est-à-dire qu’elles font disparaître l’honneur, la fama, cœur de l’identité subjective des individus. Autant d’éléments qui expliquent et donnent sens à la violence exercée contre-soi dans les lieux de punition pénale, qui expliquent leur radicalisation tout autant que l’échec des politiques de prévention.

Haut de page

Bibliographie

Badinter Robert (dir.), La prison républicaine, Paris, Fayard, 1992.

Chesnais Jean-Claude, « Le suicide dans les prisons », Population, 1976, 31 (1), p. 73-85.

Dayan Colin, The Law Is a White Dog. How Legal Rituals Make and Unmake Persons, Princeton, Princeton University Press, 2011.

Durkheim Émile, Le suicide. Étude de sociologie, Paris, Alcan, 1897.

Duthé Géraldine, Hazard Angélique, Kensey Annie, « Suicide des personnes écrouées en France : évolution et facteurs de risque », Populations, 2014, 69 (4), p. 519-549.

Duthé Géraldine, Hazard Angélique, Kensey Annie, Shon Jean-Louis Pan Ké, « Suicide en prison : la France comparée à ses voisins européens », Populations et Sociétés, 2009, 462, p. 1-4.

Farcy Jean-Claude, « Notes pour une enquête sur le suicide dans la France des 19e et 20e siècles », Recherches contemporaines, 1995-1996, p. 265-276.

Farcy Jean-Claude, Guignard Laurence, « Marques, signes, tatouages : archives de la répression. Le registre des détenus administratifs de Bicêtre (1813-1851) », Revue d’histoire du 19e siècle, 2015, 1, p. 119-136.

Favard Jean, « Les suicides en prison au xixe siècle », in Jacques-Guy Petit (dir.), La prison, le bagne et l'histoire, Paris/Genève, Librairie des Méridiens, 1984, p. 171-177.

Foucault Michel, « Prisons et asiles dans le mécanisme du pouvoir », entretien avec M. D’Eramo, 1974, Dits et écrits, I, Paris, Gallimard, Quarto, 2001, p. 1389-1393.

Godineau Dominique, S’abréger les jours. Le suicide en France au xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 2012.

Guignard Laurence, « Les supplices publics à Paris au xixe siècle : l’abstraction du corps », Michel Porret (dir.), Le corps violenté, du geste à la parole, Droz, Genève, 1998, p. 157-184.

Guignard Laurence, « Enfermement et suicide sous la IIIe République : le paradigme de la discipline », in Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Élisabeth Lusset (dir.), Enfermements. Règles et dérèglements, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 375-393.

Lecour Charles-Jérôme, « Du suicide et de l’aliénation mentale dans les prisons cellulaires du département de la Seine », Annales médico-psychologiques, 1875, n° 14, p. 296-315.

Moreau-Christophe Louis-Mathurin, Code des prisons ou recueil complet des lois, ordonnances, arrêtés, règlements, circulaires et instructions ministérielles concernant le régime intérieur, économique et disciplinaire des Maisons d’arrêt, maisons de justice, maisons de correction, maisons de force et autres prisons préventives ou pour peines placées sous l’autorité du ministre de l’intérieur, de 1670 à 1845, Paris, P. Dupont, 1845.

Pietra Santa Prosper, Mazas. Études sur l’emprisonnement cellulaire et la folie pénitentiaire, Paris, V. Masson, 1858.

Haut de page

Notes

1 France, Lyon, Archives départementales du Rhône, 1Y192, rapport suicide par strangulation, qui ajoute aux pièces ordinaires le constat de décès d’un commissaire de police, 1896.

2 Dominique Godineau, S’abréger les jours. Le suicide en France au xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 2012.

3 Géraldine Duthé, Angélique Hazard, Annie Kensey, « Suicide des personnes écrouées en France : évolution et facteurs de risque », Populations, 2014, 69 (4), p. 519-549.

4 Jean-Claude Chesnais, « Le suicide dans les prisons », Population, 1976, 31 (1), p. 73-85 ; Jean Favard, « Les suicides en prison au xixe siècle », in Jacques-Guy Petit (dir.), La prison, le bagne et l'histoire, Paris/Genève, Librairie des Méridiens, 1984, p. 171-177 ; Géraldine Duthé, Angélique Hazard, Annie Kensey, op. cit.; Géraldine Duthé, Angélique Hazard, Annie Kensey, Jean-Louis Pan Ké Shon, « Suicide en prison : la France comparée à ses voisins européens », Populations et Sociétés, 2009, 462, p. 1-4.

5 La France est aujourd’hui dotée du taux de suicide carcéral le plus élevé de l’Union Européenne, spécifique d’ailleurs au milieu pénitentiaire, avec 18/10 000 en 2008 (chiffre publié en 2009 par Populations et Société).

6 Prosper Pietra Santa, Mazas. Études sur l’emprisonnement cellulaire et la folie pénitentiaire, Paris, V. Masson, 1858.

7 Instruction générale du 20 mars 1868.

8 Émile Durkheim, Le suicide. Étude de sociologie, Paris, Alcan, 1897. Voir aussi Jean-Claude Farcy, « Notes pour une enquête sur le suicide dans la France des 19e et 20e siècles », Recherches contemporaines, 1995-1996, p. 265-276.

9 Rapport de Bérenger (de la Drôme), cité par Charles-Jérôme Lecour, « Du suicide et de l’aliénation mentale dans les prisons cellulaires du département de la Seine », Annales médico-psychologiques, 1875, n° 14, p. 296-315.

10 Code pénitentiaire, t. X, Situation du service pénitentiaire 1er mars 1885, p. 45.

11 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Code des prisons ou recueil complet des lois, ordonnances, arrêtés, règlements, circulaires et instructions ministérielles concernant le régime intérieur, économique et disciplinaire des Maisons d’arrêt, maisons de justice, maisons de correction, maisons de force et autres prisons préventives ou pour peines placées sous l’autorité du ministre de l’intérieur, de 1670 à 1845, Paris, P. Dupont, 1845, p. 264 : Circulaire du 12 avril 1866.

12 Le texte du réformateur se révèle attentif à la situation des détenus : « La surveillance a des limites », écrit-il, et « il suffit de la volonté pour sortir de la vie ». Il suggère de « préserver du découragement le prisonnier isolé », en favorisant les visites de l’aumônier, des médecins, des gardiens, de la famille, des amis. Le détenu doit ainsi être « isolé seulement de ses compagnons », Rapport de Bérenger (de la Drôme), cité par Charles-Jérôme Lecour, « Du suicide et de l’aliénation mentale dans les prisons cellulaires du département de la Seine », Annales médico-psychologiques, 1875, n° 14, p. 300.

13 En 1885, l’aumônier de Mazas reconnaît ainsi l’efficacité de ses visites « qui favorisent le désir d’amendement pour l’avenir », mais écrit-il « malheureusement, un seul homme ne peut suffire à ce besoin », Code pénitentiaire, t. x (1885-1886), Situation du service pénitentiaire, 1er mars 1885, p. 45.

14 Circulaire ministère de l’intérieur, Ibid., p. 160, circulaire du 7 avril 1864, signé le conseiller d’État secrétaire général Chamblain, pour le ministre de l’intérieur.

15 Circulaires ministérielles des 12 avril et 25 octobre 1866.

16 Instruction générale du 20 mars 1869, Code pénitentiaire, t. IV, Situation du service pénitentiaire, 1er mars 1885.

17 Ibid., p. 443.

18 Idem.

19 Pour le cas parisien voir Laurence Guignard, « Les supplices publics à Paris au xixe siècle : l’abstraction du corps », in Michel Porret (dir.), Le corps violenté, du geste à la parole, Droz, Genève, 1998, p. 157-184.

20 France, Nancy, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 1Y73, 1869, lettre du ministre au Préfet.

21 Robert Badinter (dir.), La prison républicaine, Paris, Fayard, 1992.

22 France, Nancy, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 1Y73, 1898, affaire Seramour, Rapport du directeur de la prison au préfet.

23 Notamment dans « Le pouvoir, une bête magnifique », Entretien avec M. Osorio, nov. 1977, Dits et écrits, II, 1977, p. 379. « Un pouvoir politique [qui] avant même d’agir sur l’idéologie, sur la conscience des personnes, s’exerce de façon beaucoup plus physique sur leur corps. La manière dont on leur impose des gestes, des attitudes, des usages, des répartitions dans l’espace, des modalités de logement, cette distribution physique, spatiale des gens appartient, me semble-t-il, à une technologie politique des corps », Michel Foucault, « Prisons et asiles dans le mécanisme du pouvoir », entretien avec M. D’Eramo, 1974, Dits et écrits, I, Paris, Gallimard, Quarto, 2001, p. 1391.

24 Code pénal de 1810 : Article 28. Quiconque aura été condamné à la peine des travaux forcés à temps, du bannissement, de la réclusion ou du carcan, ne pourra jamais [c’est moi qui souligne] être juré, ni expert, ni être employé comme témoin dans les actes, ni déposer en justice autrement que pour y donner de simples renseignements.

Il sera incapable de tutelle et de curatelle, si ce n'est de ses enfants et sur l'avis seulement de sa famille.

Il sera déchu du droit de port d'armes et du droit de servir dans les armées de l'empire.

Article 29. Quiconque aura été condamné à la peine des travaux forcés à temps ou de la réclusion, sera de plus, pendant la durée de sa peine, en état d'interdiction légale ; il lui sera nommé un curateur pour gérer et administrer ses biens, dans les formes prescrites pour la nomination des curateurs aux interdits.

Article 30. Les biens du condamné lui seront remis après qu'il aura subi sa peine, et le curateur lui rendra compte de son administration.

Article 31. Pendant la durée de la peine, il ne pourra lui être remis aucune somme, aucune provision, aucune portion de ses revenus.

25 Voir Colin Dayan, The Law Is a White Dog. How Legal Rituals Make and Unmake Persons, Princeton, Princeton University Press, 2011; Jean-Claude Farcy, Laurence Guignard, « Marques, signes, tatouages: archives de la répression. Le registre des détenus administratifs de Bicêtre (1813-1851) », Revue d’histoire du 19e siècle, 2015, 1, p. 119-136.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Télégramme du médecin des prisons avertissant le ministère de la justice et la préfecture du suicide d’un détenu
Crédits Archives départementales de la Sarthe, 1Y144
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Le maillot de contention
Légende Magnan, « Camisole », Dictionnaire encyclopédique Dechambre des sciences médicales, Paris, 1864-1885.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Instruction du ministère de l’intérieur, à afficher (1877)
Crédits Archives départementales des Yvelines, 1 Y 40
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3813/img-3.png
Fichier image/png, 917k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Guignard, « Le suicide, une pathologie carcérale ? », Criminocorpus [En ligne], La pathologie du suicide, Communications, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3813

Haut de page

Auteur

Laurence Guignard

Laurence Guignard est maître de conférence en histoire contemporaine à Université de Lorraine, CRULH (Centre de recherches universitaires lorrain d’Histoire). Ses recherches portent sur l’histoire de la psychiatrie, l’histoire de la justice et des régulations sociale, l’histoire du corps et l’histoire des savoirs.
Dernières publications :« Antoine Léger le lycanthrope (1824-1903) : une étape dans la genèse des perversions sexuelles », L’évolution psychiatrique, 82 (3), 2017, p. 579-591.
« Genèse de l’article 64 du Code pénal (1795-1810), présentation d’un dossier de sources en ligne », Criminocorpus. Dossier Folie et justice de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Dirigé par Hélène Ménard, Hélène Bellanger, Marc Renneville, 22 avril 2016, http://criminocorpus.revues.org/3215
Avec Jean-Claude Farcy, « Marques signes tatouages : archives de la répression. Le registre des détenus administratifs de Bicêtre (1813-1851) », RH 19, 2015/1, p. 119-136.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page