Navigation – Plan du site
Violence et politique

Festivals pop 70 en France ou « le souci de tous ceux qui voient un lanceur de bombe dans un amateur de Rock’n’Roll »

Johanna Amar

Résumés

S’inscrivant dans un élan de création de festivals de musique pop à l’échelle internationale, les premiers festivals pop voient le jour en France en 1970 au Bourget, à Valbonne, à Aix-en-Provence et à Biot. Les autorités craignent que ces manifestations soient accompagnées de violences à l’image du festival d’Altamont (1969), mais aussi de contestations politiques orchestrées par des maoïstes – deux de ces festivals sont d’ailleurs interdits (Valbonne et Aix). Au moyen d’archives officielles, d’entretiens et de sources médiatiques, cet article cherche à étudier le rôle que ces festivals ont pu jouer comme révélateurs d’un choc générationnel entre une nouvelle culture jeune et celle des adultes. C’est pourquoi nous étudierons les représentations de la jeunesse et du rock à travers le regard des autorités et des médias. Nous nous intéresserons également aux formes de cultures contestataires qui se manifestent au sein des festivals pop et des répercutions sur la société.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rock & Folk, septembre 1970, numéro spécial « festivals ».

1Août 1969, le festival de Woodstock débute dans les champs de Bethel dans l’État de New York aux États-Unis. Pour la première fois dans l’histoire du rock, 500 000 spectateurs se sont rassemblés pour écouter de la pop music et pour protester contre la guerre du Vietnam et les inégalités de la société américaine. La France regarde fascinée Woodstock, mais surtout le film documentaire de Michael Wadleigh sorti en 1970. Suite à ce succès festivalier sans précédent, les premiers festivals de musique pop voient le jour en France en 1970. La première tentative est celle du Bourget du 29 au 31 mars, puis durant « l’été pop 701 » avec trois festivals organisés dans le Sud de la France : le « festival pop » de Valbonne (Alpes-Maritimes) du 23 au 25 juillet, le « festival de musique progressive » d’Aix-en-Provence du 1er au 3 août et « Popanalia » à Biot (Alpes-Maritimes) du 5 au 6 août.

  • 2 François Jouffa, « Les vraies raisons du bide de Saint-Pons », Pop Music, 6 août 1970, p. 3. Franço (...)
  • 3 Bertrand Lemonnier, « La musique des années 70 : le triomphe du rock », texte de son intervention t (...)
  • 4 Michka Assayas (dir.), Le nouveau dictionnaire du rock, 2 vol., Paris, Robert Laffont, 2014. Propos (...)

2Marquées par l’expérience récente du festival d’Amougies, les autorités locales n’auront qu’un objectif en tête : les interdire. Même si les débordements ne sont pas au rendez-vous en Belgique, les hippies ont toutefois très mauvaise presse, tout comme les resquilleurs qui réclament, dans l’esprit des situationnistes, la libéralisation de la pop music. Mai 68 n’est pas si loin, et ces grands rassemblements de jeunes interrogent et soulèvent quelques craintes. Pour parler de cette période d’interdictions et de doutes, le journaliste François Jouffa s’exclame ironiquement dans Pop Music : « Ah ! Le souci de tous ceux qui voient un lanceur de bombe dans un amateur de Rock’n’Roll2 ». L’expression suggère en elle-même la violence, supposée intentionnelle du rockeur, mais également un discours ou une action qui suscite une forte réaction. La violence peut être à la fois physique et matérielle à l’image des casseurs ou par l’intermédiaire de discours pouvant fédérer une foule autour de revendications politiques ou contestataires. C’est aussi la violence produite par le choc générationnel entre jeunes et adultes qu’il faut interroger, la violence associée à la musique elle-même, qu’elle soit réelle ou non, faisant partie d’un imaginaire collectif. L’organisation de festivals pop semble ainsi être associée à la violence par les autorités politiques ou l’opinion publique. Pourtant, la pop est avant tout reliée à l’imaginaire hippie et au slogan du « peace and love ». On peut expliquer la raison d’un tel amalgame par la confusion sémantique existant en France à cette époque, entre le terme « rock » et le terme « pop ». Pour Bertrand Lemonnier3 et Michka Assayas4, la définition de la musique pop en France reste floue, difficile à fixer et reliée à celle du rock progressif. Elle part notamment d’une confusion puisque dans les années 1960, le terme « pop » est utilisé outre-manche pour désigner les musiques populaires qui sont considérées comme un sous-genre du rock’n’roll. Cette confusion se révèle intéressante puisque du rock, on retient la violence matérielle et physique des casseurs de la Nuit de la Nation, et de la pop, la violence politique des discours de la contre-culture. Dans cette affaire, le rôle des médias est primordial puisque ce sont les récits médiatiques qui nourrissent les imaginaires collectifs des autorités, et réciproquement.

  • 5 Voir Jean-René Larue, « Rock progressif et violence politique : illustrations en Italie et en Franc (...)
  • 6 Le groupe n’était pas prévu à l’affiche mais il clôture le festival d’Aix. C’est une véritable révé (...)

3Notre étude porte sur deux festivals : le festival d’Aix-en-Provence et le festival de Biot. À Aix-en-Provence, la manifestation est organisée par Claude Clément, plus connu sous le nom du « Général Clément » qui est un ancien militaire de l’OAS (Organisation Armée Secrète). Il ne s’agit pas de sa première expérience puisqu’il est le secrétaire général du festival de musique classique d’Aix-en-Provence. Le Général reçoit l’aide de son Association pour la Défense de la Culture et de la Musique Contemporaine, qui est créée juste avant l’organisation du festival de musique pop pour dénoncer le monopole de la musique classique dans le paysage aixois. La manifestation est sponsorisée par Europe no 1, Radio Monte-Carlo et Pop Music, et est animée par Michel Lancelot, présentateur de Campus sur Europe no 1. La programmation comprend des artistes internationaux comme Leonard Cohen, Johnny Winter ou Mungo Jerry, mais aussi des groupes français comme Komintern5 ou Alpes et sa chanteuse Catherine Ribeiro6. Le festival accueille 7 000 spectateurs le samedi et 15 000 le dimanche, des chiffres finalement décevants.

  • 7 Entretien avec Jean Karakos réalisé par Jean-Rodolphe Zanzotto, Bibliothèque nationale de France, 1 (...)

4À Biot, l’organisateur est Jean Georgakarakos dit Karakos, créateur du label Jazz BYG Actuel et patron du label BYG record fondé en 1967. Il a déjà organisé le festival pop d’Amougies le 25 octobre 1969 qui est un fiasco financier pour son promoteur puisque le festival génère un déficit de trente millions de francs. Malgré cette première déroute, Karakos décide d’organiser un nouveau festival7. D’abord prévu au Mans, puis au Castelet, le choix du lieu se porte finalement sur la ville de Biot après accord du maire communiste Eloi Monod. Jean Karakos est accompagné de Jean-Luc Young et Jean-François Bizot, l’un des fondateurs du label BYG, futur patron du journal underground Actuel qu’il reprend en mai 1970, passionné de rock psychédélique et admirateur du mouvement hippie. Le festival est sponsorisé par RTL qui retransmet les concerts à la radio. La programmation annonce Joan Baez, Pink Floyd et Eric Clapton, mais ces deux derniers ne pourront pas se produire au final, le festival étant écourté suite à des bagarres.

5Il est à souligner que le festival d’Aix-en-Provence, dans le cadre de la recherche que nous avons menée, fait l’objet d’une analyse plus conséquente par rapport aux autres festivals français. Cette disproportion est liée à l’abondance et à la diversité des sources produites autour de ce festival, conséquence notamment du scandale de l’interdiction. Au moyen d’archives officielles, d’entretiens et de sources médiatiques, cet article cherche à étudier le rôle que ces festivals ont pu jouer comme révélateurs d’un choc générationnel entre une nouvelle culture jeune et celle des adultes. C’est pourquoi nous étudierons les représentations de la jeunesse et du rock à travers le regard des autorités et des médias. Nous nous intéresserons également aux formes de cultures contestataires qui se manifestent au sein des festivals pop et des répercussions sur la société.

La peur française de la pop et de son public

  • 8 « L’été chaud (suite) », Rock & Folk, no 43, août 1970, p. 72.
  • 9 Entretien avec Jean Karakos, op. cit.
  • 10 François Jouffa, « Saint-Raphaël Interdit », Pop Music, 6 août 1970, rubrique Actualité pop music, (...)

6Pour désigner la période estivale rythmée par les festivals pop en France, Rock & Folk choisit de parler d’« été pop », mais surtout « d’été chaud8 ». Le qualificatif ne fait pas référence à la température, mais aux multiples péripéties dont sont victimes les festivals pop français. La première difficulté fut de trouver un lieu capable d’accueillir un tel événement, qui pouvait recevoir un nombre important de personnes et répondre à des normes de sécurité et d’hygiène. Ensuite, il fallait obtenir l’autorisation du propriétaire, de la municipalité et de la région. Trouver un lieu représentait donc une des difficultés principales, comme le montre l’exemple du festival de Biot. Le projet débute par une demande du député maire du Mans, René Cance, qui rencontre Jean Karakos et lui propose d’organiser un festival sur le terrain de formule 1 du Mans dans le cadre des 24 heures du Mans. Le terrain est idéal puisqu’il est conçu pour accueillir des milliers de personnes, mais le festival est finalement interdit. Ayant commencé à démarcher des personnes, Jean Karakos poursuit le projet et cherche un nouvel endroit. Sa préférence se porte sur le Sud de la France où il habite et où il estime que les jeunes seront plus présents l’été. Il prend contact avec Paul Ricard pour tenter de le convaincre d’organiser le festival sur son tout nouveau site automobile du Castelet. Paul Ricard refuse mais après des démarches auprès de son fils Patrick Ricard, le projet est lancé. Cependant, les interdictions du préfet du Var contraignent Jean Karakos à devoir chercher, une fois de plus, un nouveau lieu. Il finit par jeter son dévolu sur un terrain à Biot pour lequel il affirme avoir eu un véritable coup de cœur9, et obtient une autorisation de la municipalité. Faut-il rappeler que les organisateurs de festivals se heurtaient généralement à des interdictions, comme à Saint-Raphaël10 et à Valbonne où le festival fut interdit par la préfecture ? À Aix, il est interdit par la municipalité le 20 juillet, deux semaines avant son lancement, par le maire socialiste Félix Ciccolini qui publie à cette occasion un arrêté municipal en citant le code de l’administration communale lui conférant les pouvoirs d’interdire une manifestation. Le maire met en avant son bon droit juridique en énonçant la réglementation liée aux spectacles de tout genre dans la ville. Il énonce les avis qu’il a mobilisés à différentes échelles pour prendre cette décision : locale (le président du casino municipal), régionale (le préfet) et nationale (le Ministère de l’Intérieur). Aucune raison de l’interdiction n’est précisée.

  • 11 France, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 135 W 492.
  • 12 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, note du maire d’Aix pour Monsieur le sous-préfet, objet : festi (...)
  • 13 Témoignage de Marie-Adeline Hautot, extrait du DVD indépendant par Marie-Claire Rubinstein et Marie (...)

7Cette interdiction du festival d’Aix fait les gros titres dans la presse et devient un feuilleton médiatique entre l’organisateur du festival, le Général Clément, et le maire, qui se répondent dans des interviews par médias interposés alors qu’il existe déjà une correspondance administrative entre eux11. Devant cette mobilisation médiatique et le refus de l’organisateur d’arrêter le festival, le maire décide de rédiger un communiqué maintenant l’interdiction. Publié dans la presse, il donne cette fois-ci les raisons officielles : les risques d’incendie, le maintien de l’ordre, et donc, la sécurité. Pour le maintien de l’ordre, la préfecture ne dispose pas assez d’hommes pour couvrir un événement et garantir la sécurité du public. Une circulaire de police signée par le Ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin le 27 juillet affirme qu’à cause des vacances, les forces de l’ordre ne sont pas assez nombreuses pour encadrer le festival. Cette raison semble suffisante pour le maire de la ville qui se justifie en citant la déclaration du préfet tout en prenant soin, lui aussi, de mentionner qu’il n’a aucun problème avec la musique pop. Les motivations du maire sont présentées comme étant uniquement sécuritaires et applicables à n’importe quelle manifestation. Parmi les papiers de l’édile, figure une demande d’évaluation des risques transmise au directeur du bureau municipal d’hygiène, preuve s’il en est que celle-ci est à l’initiative de la municipalité et non de l’organisateur. Dans la lettre du 1er août 1970 adressée au sous-préfet des Bouches-du-Rhône, le maire d’Aix détaille ainsi le rapport établi par la commission d’hygiène12, qui souligne un problème majeur : l’eau du robinet, des douches et des canons, puisée dans le canal du Verdon et de l’Arc, n’est malheureusement pas potable. Cet argument imparable fait du domaine de Saint-Pons un lieu inapproprié pour recevoir du public. La question de l’eau non potable est d’ailleurs mentionnée dans le témoignage de la fille des propriétaires du domaine, Marie-Adeline Hautot : « C’était pollué ! Il y avait des usines qui se déversaient et on les reconnaissait [les participants du festival] le lendemain et le surlendemain parce qu’on était recouvert de boutons13 ! ». Notons que cet argument n’est pas mentionné dans l’interdiction municipale alors que l’hygiène est une des conditions nécessaires pour pouvoir organiser une manifestation publique. Malgré un recours en justice et une pétition, le festival est annulé, mais en raison de l’arrivée des artistes et des festivaliers sur place, le Général Clément décide finalement de maintenir le festival en le déplaçant à 15 km du centre-ville, dans l’ancien relais de poste du domaine de Saint-Pons à Aix-en-Provence. Il s’agit d’un domaine privé pour lequel le Général Clément obtient l’accord des propriétaires, les Hautot afin d’y organiser des « concerts prolongés » au lieu d’un festival à proprement parler.

  • 14 France, Paris, Archives nationales de France (AnF), 19870157/12, Dossier no 106/9, Direction centra (...)
  • 15 Ces propos sont diffusés en fond sonore d’une scène de La Michetonneuse de Francis Leroi et Françoi (...)
  • 16 Leonard Cohen est une des têtes d’affiche du festival d’Aix. Voir « Festival pop music à Aix », 3 a (...)
  • 17 Alexandre Marchant met en évidence cet intérêt des médias et des pouvoirs publics pour le thème de (...)
  • 18 Emmanuelle Retaillaud-Bajac, « Drogues », in Christian Delporte, Jean-Yves Mollier, Jean-François S (...)

8Les interdictions entre l’organisateur du festival de music pop d’Aix et le maire sont très médiatisées, ce qui donne une visibilité nationale à la manifestation, même si parallèlement les échanges avec le Ministère de l’Intérieur témoignent déjà d’enjeux nationaux14. Le Président de la République Georges Pompidou s’oppose ainsi au festival d’Aix lors d’une conférence de presse : « Je ne comprends pas pourquoi pour écouter un concert de pop music, il faut se mettre à 25 000 le plus sale possible et en refusant quatre sous pour entendre des musiciens qui se font payer très cher. Ceci étant dit, je n’ai rien contre la pop music15 ». Cette joute médiatique va jusqu’à opposer le Président au Ministre des finances Valéry Giscard d’Estaing qui marque son soutien à la jeunesse et à la musique pop en invitant Leonard Cohen à déjeuner et en déclarant à la presse « J’adore Leonard Cohen16 ». Cependant, pour certains médias, les raisons de l’interdiction apparaissent comme des prétextes qui masqueraient la véritable raison de l’interdiction : la peur du public pop, et plus précisément, la peur de la jeunesse. Le public des festivals draîne la jeunesse des années 1970, alimentée par tous les clichés tirés de faits divers ou par la vogue du mouvement hippie. Pour la presse et les autorités, le public pop est avant tout un public jeune, d’où d’ailleurs la récurrence du terme « jeune » dans les sources, auquel sont fréquemment associés d’autres termes comme « nudistes », « hippies », « cheveux longs » ou « drogués ». L’expression « cheveux longs » n’est pas nouvelle et exprime bien le choc générationnel entre jeunes et adultes. Quant à la drogue, elle est au cœur des débats dans les médias régionaux et nationaux, mais également au centre des craintes des autorités et des populations locales. Dans les années 1960, la consommation de drogues prend de l’ampleur notamment avec la marijuana et le LSD, très liés au mouvement hippie. De plus en plus de reportages télévisuels dénoncent les risques de la drogue et de ses dérives17, en rendant explicite le lien entre drogue et musique pop, même si la drogue est valorisée d’un autre côté par les cultures musicale et cinématographique pop qui prônent l’expérience du trip. Mais comme le montre précisément Alexandre Marchant, c’est un fait divers très médiatisé qui replace la drogue et ses dérives sur le devant de la scène française. Durant l’été 1969, soit un an avant les festivals français, une jeune fille de vingt-quatre ans est retrouvée morte dans les toilettes d’une boîte de nuit des suites d’une overdose. C’est un véritable choc pour la France qui pensait que sa jeunesse échapperait à ce fléau jugé trop « anglo-saxon ». Durant l’été 1970, cette angoisse est à son point culminant puisque quelques mois plus tard, en décembre, les autorités s’en mêlent avec l’adoption d’une « nouvelle loi plus répressive, qui criminalise l’usage simple et oblige les toxicomanes à se soigner en échange d’une remise de peine18 ». La crainte des drogues aux festivals est bien présente, comme en témoigne la présence de la Brigade des stupéfiants à Aix.

  • 19 Par exemple : dans un reportage du journal télévisé sur le festival du Bourget, on aperçoit des enf (...)
  • 20 Voir Johanna Amar, Les premiers festivals de musique pop en France en 1970, mémoire de master en hi (...)
  • 21 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, arrêté pour interdiction du festival le 20 juillet par le maire (...)
  • 22 « Une lettre de M. Ciccolini, maire d’Aix », Le Monde, 1er août 1970, rubrique Correspondance, p. 1 (...)

9Une autre raison explique l’interdiction du festival : la concurrence du festival international de musique classique, installé à Aix-en-Provence depuis 1948, dont le Général Clément était, on l’a vu, également le secrétaire. Tout semble opposer dans les déclarations des uns et des autres les deux publics de ces festivals, les jeunes et les pauvres d’un côté, et les adultes et les riches de l’autre. Idées reçues colportées par les opposants politiques du festival, ces fausses informations trahissent une réalité qui est tout autre : le public d’Aix est en fait socialement très hétérogène comme nous avons pu le constater dans différentes coupures de presse19 ou dans nos entretiens20. Preuve en est les mots lourds de sens de Jean Bernard, directeur général de la Société du Casino Municipal : « les jeunes clochards ne pouvaient cohabiter avec les porteurs de smoking », déclaration que l’avocat du festival, Maître Bitoun, juge comme une discrimination envers les pauvres, même s’il est aussi possible d’y lire un clivage entre jeunes et adultes21. Son opinion est particulièrement importante puisque le maire d’Aix l’utilise pour faire pencher la balance vers l’interdiction. Dans une lettre, Jean Bernard – qui est aussi l’organisateur du festival de musique classique – met en garde Felix Ciccolini contre la mauvaise image que peut donner ce public pop à la ville d’Aix : « cette clientèle qui loge en plein air, risque par son comportement de jeter le discrédit sur la région et de chasser les vrais touristes » ; « Le festival pop aura une interférence sur le Festival International par sa publicité, sa période de location et le déroulement. L’agitation risque de créer un grave préjudice aux recettes du Casino municipal. » Et le maire de conclure : « Il est difficile de faire cohabiter les deux clientèles. Elles ne peuvent pas se trouver au même endroit au même moment22 ».

  • 23 « Le festival pop à Aix », 30 juillet 1970, JT 20h, Deuxième chaîne de l’ORTF, Michel Kops, 2 min.  (...)
  • 24 « Saint-Raphaël arrêté d’interdiction ; Aix-en-Provence : dépôt d’un recours gracieux », Le Monde, (...)
  • 25 « Le maire d’Aix (festival pop interdit) », 26 juillet 1970, JT 20h, Première chaîne de l’ORTF, Mic (...)
  • 26 « Le festival pop à Aix », op. cit.

10Ce clivage social a des répercussions dans les médias comme dans le journal télévisé de 20h de la Deuxième chaîne de l’ORTF le 30 juillet 1970, où alternent des images de spectateurs portant le costume se rendant au festival de musique classique et des jeunes, torse nu, portant le sac à dos pour rejoindre le festival de musique pop23. Bien que les commentaires soient neutres, l’opposition entre les deux publics est soulignée par ces reportages et marque indubitablement les esprits. Elle est aussi mentionnée par l’article du 28 juillet 1970 du Monde qui affirme que le maire ne veut pas du festival de musique pop pour cette raison précise24. L’article répond au journal télévisé de 20h du 26 juillet 1970 de la Première chaîne de l’ORTF répercutant encore les différences culturelles, sociales et générationnelles entre, d’un côté, un « monde de riches » et « habillés », et de l’autre, des « jeunes gens débraillés qui urinent au pied des platanes25 ». La nudité apparaît alors comme une violence visuelle, puisque c’est en partie la population aixoise qui se sent agressée par l’exhibition de cette jeunesse. Les risques de salubrité sont également mentionnés et sont mal vécus par les habitants de la ville d’Aix interrogés par les journaux télévisés pour rendre compte de la situation. Pour certains, « une jeunesse comme ça, c’est une honte ; moi je les raserais à double zéro » pour conclure par une formule choc : « honte pour Aix » ; d’autres en revanche estiment que « les jeunes ont besoin de ça pour s’exprimer » : « je vois pas pourquoi les plus fauchés n’iraient pas à leur festival26 ».

  • 27 Entretien avec François Jouffa, 16 mars 2015, chez lui.
  • 28 Le Journal Officiel de la République Française, Loi no 70-480 du 8 juin 1970 tendant à réprimer cer (...)
  • 29 Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France xixe-xxi(...)
  • 30 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, le 27 juin 1970, circulaire de police du Ministère de l’Intérie (...)
  • 31 Florence Tamagne, « “C’mon everybody” Rock’n’roll et identités juvéniles en France (1956-1966) », i (...)
  • 32 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, arrêté pour interdiction du festival le 20 juillet par le maire (...)
  • 33 Claude Chastagnet, De la culture rock, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

11À ces qualificatifs, il faut ajouter celui de « révolutionnaire » qui décrit cette jeunesse et ce public pop. Dans notre entretien, François Jouffa rappelle qu’en 1970, « un petit jeune à cheveux longs c’était : un casseur, donc un gauchiste, donc un opposant à la politique réactionnaire, on peut le dire, gaullienne, et trois, un drogué27 ». Les lois « anticasseurs » mises en place le 8 juin 1970 par le ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin, condamnent toutes personnes qui participent à une manifestation ou à un groupe suspect dans le but de « commettre des violences contre les personnes ou des dégradations de biens28 ». Ces lois visent avant tout cette jeunesse assimilée à Mai 68, porteuse de nouvelles revendications contre le gouvernement. Pour Ludivine Bantigny, Mai 68 fait naître une sorte « d’intolérance à la jeunesse » voire même un « racisme anti-jeune29 ». De plus, pour les pouvoirs en place, on craint que cette jeunesse soit engagée politiquement et plus particulièrement qu’elle soit de « gauche » ou maoïste. Dans la circulaire de police envoyée par le Ministère de l’Intérieur le 27 juin 1970 au maire d’Aix, le ministre Raymond Marcellin désigne en effet les festivaliers comme des « Gauchistes30 ». Quant au maire d’Aix, socialiste, il craint que le festival fasse l’objet du soulèvement d’un groupe d’étudiants très à gauche qui fit déjà parler de lui à Aix en organisant une manifestation au CROUS d’Aix-en-Provence suite à une hausse des prix qui entraîna d’ailleurs sa fermeture. Depuis la fameuse Nuit de la Nation (22 juin 1963), les médias entretiennent le lien entre rock et violence, en diabolisant les événements, en prévenant des émeutes, des bagarres voire des viols pendant le concert31. Les autorités veulent à tout prix éviter les violences des festivals passés, dont font allusion dans leur correspondance le maire et le ministre de l’Intérieur32 – de la bagarre générale à Amougies à un décès à Altamont – qui s’enclenchent souvent par le mimétisme décrit par Claude Chastagnet, dans lequel le rock est une musique qui s’écoute collectivement et peut fédérer la foule33.

Les contestations du public : le mauvais mariage de la pop et de l’argent

  • 34 « Saint-Raphaël arrêté d’interdiction ; Aix-en-Provence : dépôt d’un recours gracieux », op. cit.
  • 35 Jacqueline Chabridon, « Joan Baez avait récusé le Général Clément six mois avant le maire d’Aix », (...)
  • 36 Philippe Bouvard, « Le Cambronne du pop récidive avec un Baron belge et des fabricants de biscuits  (...)
  • 37 « Le pop qui fait Pschitt », Le Canard enchaîné, 6 août 1970.
  • 38 Françoise Berger, « Avatar au festival “pop music” : son échec a changé le général Clément en Génér (...)
  • 39 Patrick d’Elme, « Festivals “pop” et conscience politique », Études, rubrique art, formes et signes (...)
  • 40 Claude Clément, Faites l’amour et plus la guerre, Paris, Fayard, 1971.
  • 41 Bernard Pradinaud, « Le festival de pop music d’Aix-en-Provence », 3 août 1970, Rhône Alpes Actuali (...)
  • 42 Dans le film Woodstock (Michael Wadleigh, 1970), les deux organisateurs insistent par exemple sur l (...)
  • 43 Bertrand Lemonnier, op. cit.

12« Il ne faudrait pas transformer la cour de l’archevêché en nouvelle “Bastille” » ironise Le Monde, suite aux interdictions du festival pop d’Aix34. Le maire fait interdire le festival d’Aix car il craint un soulèvement politique et des débordements, mais le festival pop devient-il pour autant le lieu de la révolution et de la casse ? On relève avant même le commencement du festival des revendications de la part des participants, qui concernent davantage une idéologie pop et contre-culturelle, plutôt qu’une revendication ouvertement politique. La question est d’une grande simplicité : « le festival d’Aix est-il véritablement un festival pop ? » Pour y répondre on doit se pencher sur la personnalité de son organisateur Claude Clément, rapidement au centre des débats. Le « Général » dérange et son passé sème le doute. Ancien général de l’OAS, on lui prête des convictions d’extrême droite. Ses valeurs semblent très éloignées de celles pronées par les jeunes consommateurs de musique pop. Ainsi, Joan Baez refuse de chanter à Aix alors que le cachet y est pourtant conséquent, car elle doute des motivations du Général35. Cette personnalité assez atypique dans le monde de la musique pop a rapidement passionné les médias. Claude Clément s’est fait connaître grâce à son face à face tendu avec le maire d’Aix la télévision ayant servi de relais à leurs différends. Il bénéficie alors d’une campagne médiatique autour de sa personne que les autres organisateurs n’obtiendront jamais. Si la télévision s’intéresse à lui et l’invite à s’exprimer avant le début du festival, elle lui demande aussi régulièrement son avis lors du déroulement de celui-ci. Mais, de manière générale, les médias essaient de cerner la personnalité du Général qui semble si éloignée de l’univers pop. La presse lui donne des surnoms plus ou moins ironiques, comme « le Papa Pop » ou « le Général Pop ». Le Figaro s’amuse de son côté de l’image du faux militaire en le rapprochant du Général « Cambronne », comparant la défaite de Waterloo à l’échec programmé du festival d’Aix tout en évoquant le mot célèbre prononcé par le Général napoléonien devant l’ennemi anglais. Le journal rend aussi compte de ses doutes concernant son attachement réel à la musique et dont témoignerait uniquement son collier de fleurs et ses « I love You » déclarés aux passants36. Le Canard enchaîné se moque quant à lui du Général, présenté comme défenseur de la musique pop à travers deux caricatures ; l’une d’elle le représente en short fleuri, portant un képi, tenant une guitare à la main et s’exclamant : « feu37 ! ». Ce personnage atypique fait beaucoup parler de lui dans les médias et donne ainsi une véritable exposition publicitaire à son festival. Dans son article du 3 août 1970, Le Figaro affirme même que la « vraie vedette, c’était lui38 ». Mais pour les spectateurs et les médias, le Général Clément n’est pas un organisateur d’une grande sincérité. Pour la revue jésuite Études, le personnage est même carrément douteux : « Général Clément, ancien “para” en Algérie, qui se découvre une passion pour les jeunes et la pop musique mais songea un moment à faire encadrer son festival par quelques trois cents harkis fidèles : curieuse manière de susciter l’amour et la paix39 ». Suite à ces accusations, il essaie de se justifier en 1971 dans son autobiographie au titre évocateur, Faites l’amour et plus la guerre40. Il y déclare son profond amour pour la pop music, mais aussi pour les jeunes et les « hippies », évoquant la naissance du projet lors d’un covoiturage avec deux étudiants hippies à Aix. Le contact avec cette jeunesse dite incomprise et pointée du doigt lui donne l’envie de créer cette manifestation pop. Il se présente comme le défenseur d’une jeunesse dont il est le seul à pouvoir comprendre idéaux et aspirations. Toutefois, ces déclarations d’intention ultérieures ne sont pas partagées par les participants du festival. Dans le reportage du journal télévisé d’actualité de la région Rhône-Alpes du 3 août 1970, le journaliste interroge une spectatrice sur les motivations de l’organisateur, qui répond franchement : « c’est pour le fric qu’il fait ça41 ». Si notre Général a pu affirmer que la recette du festival allait être versée à des associations caritatives, ses motivations semblent plus financières que philanthopiques, doublées d’une passion personnelle pour la musique pop. Certes les festivals de musique pop ne sont pas connus comme étant des entreprises financières rentables42. Jean Karakos, l’organisateur du festival de Biot, le sait bien puisqu’il sort du désastre financier du festival d’Amougies. Cependant, malgré l’échec budgétaire des précédents festivals, les organisateurs savent pourtant que cette musique peut être potentiellement lucrative. En effet, la pop suscite un intérêt grandissant à la fin des années 60 ; Bertrand Lemonnier n’affirme-t-il pas que l’industrie musicale a bien compris son intérêt commercial et son caractère mondialisé43. Le festival est par ailleurs un moyen de promotion pour les artistes et pour les maisons de disques. Comme à Woodstock, Jean Karakos se sert du festival pour promouvoir son label mais aussi pour lancer, avec Jean-François Bizot, une nouvelle version de son magazine Actuel. C’est le succès de la pop music et l’intérêt autour de Woodstock qui poussent à la fois professionnels et amateurs à investir dans ce nouveau style musical, mais aussi à se lancer dans ce qu’ils considèrent, peut-être à tort, comme un investissement à haut rendement.

  • 44 « Aix-en-Provence “le concert de pop de Saint-Pons”. Les hippies “55fr l’entrée, c’est trop cher !” (...)
  • 45 AnF, 19870157/12, Dossier no 106/9, op. cit.
  • 46 Florence Tamagne, « Les festivals “pop” et rock en Europe : débats et enjeux (fin des années 1970-d (...)

13C’est d’ailleurs surtout et rapidement le prix des billets relativement élevé qui fait débat. À Aix, il faut rappeler que l’entrée pour les trois jours est vendue 55 francs, tarif que les jeunes estiment excessif, ce qui explique les réactions emportées souvent décrites dans la presse. Le Provençal titre ainsi « Pour les hippies 55 F C’est trop cher44 ». Un tract distribué par la Fédération anarchiste française à Aix présente le festival comme un lieu de dépenses élevées où tout est dirigé par l’argent : « Belle société ! On paie pour boire, pour pisser, pour baiser et pour écouter de la musique ! 55 balles pour écouter NOTRE musique45 ! ». Ce système fait du participant un client ce qui entre en contradiction avec les valeurs que les jeunes défendent46, avec une musique en quête d’indépendance notamment vis-à-vis de l’industrie du disque. Pour la festivalière interrogée dans le journal télévisé cité précédemment, l’aspect lucratif du festival pop ne correspond pas à l’idéologie de la musique pop. Celle-ci a pour but de « rassembler le plus de monde » et ces prix tendent à les diviser.

  • 47 « Aix-en-Provence “le concert de pop de Saint-Pons”. […] », op. cit.
  • 48 Françoise Berger, « Valbonne, festival Popanalia : la “longue marche”… vers la musique », Le Figaro(...)

14Aussi, le festival est-il à peine ouvert que les premières resquilles ont lieu. Pour éviter qu’elles se généralisent, l’organisateur propose à certains festivaliers de réaliser quelques menus travaux, en échange d’une entrée gratuite47, arrangement qui ne parvient pas à faire cesser la fraude. Dès le premier jour à 14 heures, une réunion se tient entre les comités d’organisation du festival qui aboutira à un prix fixé à 30 F au lieu de 55 F. Malgré cette réduction, la majorité des festivaliers continuent à escalader les barrières et à entrer sans payer. Si certains y voient un comportement apolitique, entrer sans payer reflète aussi la volonté de profiter et d’écouter gratuitement de la musique. Cette attitude se retrouve notamment dans les propos des festivaliers relevés par la journaliste du Figaro Françoise Berger, chargée de couvrir les festivals. Les participants ne paient pas parce qu’ils veulent, nous dit-elle, « libérer la musique populaire de l’emprise du fric48 ». Le possessif « notre » utilisé dans le tract pour qualifier la musique témoigne de la volonté du public et des musiciens de s’approprier cette musique.

15S’ajoutent aux motivations douteuses et lucratives des organisateurs, les cachets jugés exorbitants de certaines vedettes. Joan Baez, la figure de la chanson contestataire, se fait payer cent mille francs à Biot comme le rappelle Jean Karakos l’organisateur de ce festival :

  • 49 Entretien avec Jean Karakos, op. cit.

Joan Baez était contente, l’équivalent de 100 000 francs, ça fait beaucoup d’argent qui avait déjà été versé avant. Le soir, elle est arrivée, j’étais là pour aller l’accueillir. Elle savait pas que j’étais l’organisateur. Y’a du monde, personne n’a payé et elle disait « c’est génial !! » mais les 100 000 elle les avait pris49.

  • 50 Il s’agit d’anciens francs. Bien que le nouveau franc date de 1960, les anciens francs sont restés (...)

16Le cachet de Leonard Cohen est lui aussi souvent mentionné dans les articles : il s’élèverait à vingt millions de francs d’après Pop Music50. S’ajoutent à ce cachet indécent une arrivée sur scène à cheval, jugée par la presse digne d’une diva, et un discours qui irrite le plus grand nombre. Avant de commencer sa prestation par la chanson « Like a bird on the wire », Leonard Cohen prononce en effet un discours en français sur la philosophie même des festivals :

Je voudrais dire une chose sur le rapport entre les festivals et l’argent. Quand les festivals seront à vous, ils ne seront pas à d’autres. Et si vous m’appelez […], je serai là déjà. Mais une chose ; il n’y a pas une révolution. Quand quelqu’un parle d’une révolution, c’est leur révolution. Laissez la révolution à les [sic] propriétaires de la révolution ; ils sont comme tous les autres propriétaires : ils recherchent un profit51.

  • 52 « Un Woodstock à la française, raté ! », Pop Music, 6 août 1970, reportage de deux articles : J.-N. (...)
  • 53 Cette idée est aussi exprimée dans son autobiographie récente : Sylvie Simmons, I’m Your Man : The (...)

17Ce discours ambigu fragilise la réputation d’un artiste pourtant très attendu et crée le scandale. Pour LHumanité du 4 août 1970, c’est « Une déception ». Pourtant, la presse spécialisée ne partage pas cet avis : Pop Music et Rock & Folk parlent d’un concert de deux heures et d’un très bon moment, jugeant le discours « lucide52 ». Ces polémiques marquent le chanteur qui relate son passage à Aix dans son poème « On Leaving France », extrait du recueil Energy of slaves en 1971, souvenir amer d’un événement où il se rappelle avoir été traité comme un « voleur53 ».

  • 54 Actuel, septembre 1970. Voir Jean-René Larue, op. cit. URL : http://journals.openedition.org/crimin (...)
  • 55 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, brouillon du maire d’Aix qui récapitule les informations donnée (...)
  • 56 François Ayral, « Le Festival de Valbonne a eu lieu », Pop Music, 30 juillet 1970, rubrique Variété (...)
  • 57 Il est surnommé ainsi car il est très présent sur les ondes en Mai 68. Dans l’émission Campus, il a (...)

18Être « pop » reviendrait-il à jouer gratuitement à un festival ? Les festivaliers saluent ainsi à l’unanimité Mungo Jerry qui décide de diviser son cachet par deux pour sa prestation à Aix. Les revendications ne viennent donc pas uniquement du public mais peuvent être aussi portées par les artistes eux-mêmes, certains groupes étant engagés pour lutter contre cette récupération commerciale de la musique pop. C’est l’initiative de FLIP (Front de Libération Internationale de la Pop) dont font partie les groupes Komintern et Mahjun, groupes déjà connus pour leurs positions radicales progressistes54. Ils s’opposent à la mainmise du show-business sur les groupes de rock qui cherchent uniquement à s’enrichir sur le dos de la musique pop. À Aix, le groupe Komintern prononce un discours profondément anti-bourgeois et en faveur d’une révolution de la jeunesse dans l’esprit de Mai 68 : « La bourgeoisie a peur des rassemblements de jeunes, elle a raison d’avoir peur parce qu’il est né d’une nouvelle génération de révolutionnaires qui va continuer le combat de mai juin 196855 ». Cette harangue n’entraîne cependant aucun soulèvement. Le journaliste François Ayral estime que les groupes français ont tendance à vouloir mélanger messages politiques et musique, mais que cette association ne dépasse pas le stade de l’intention : « Un des problèmes de la Pop française actuelle est la tendance à se prendre très au sérieux. C’est très bien d’avoir des idées révolutionnaires, mais la musique n’est pas que l’illustration d’une idéologie ; sans être inspirée ni incarnée, elle devient nature morte et stérile56 ». Contrairement à une figure de la contestation comme Joan Baez, les artistes français affichent leurs messages dans leurs chansons sans posséder de porte-parole qui pourrait fédérer leur révolte. On en veut pour preuve les monologues de Komintern qui irritent les festivaliers plus qu’ils ne les transcendent. Sans discours, la musique elle-même peut être liée à des revendications politiques ou une idéologie particulière. Au festival de Biot, Joan Baez reprend son répertoire habituel et donc ses chansons contestataires, demandant au public de faire craquer une allumette ou d’allumer un briquet pendant une minute de silence en souvenir d’Hiroshima qui a eu lieu vingt-cinq ans auparavant. La chanteuse fait alors davantage parler d’elle pour cette initiative que pour sa performance musicale. Le choix des animateurs peut aussi être révélateur de cette contestation : à Aix, c’est Michel Lancelot qui anime le festival, celui que l’on considère alors comme la « voix de Mai 6857 ».

  • 58 Daniel Szuster, À cause du pop, 1973 [film]. Vinyle et pochette de la bande originale du film, Rock (...)

19Au-delà de la simple perception de la musique pop comme émancipée d’une entreprise lucrative, il est possible de considérer sur une échelle plus large, une critique de la société de consommation. À l’intérieur de la pochette du vinyle À Cause du pop, bande originale du film documentaire éponyme sur le festival d’Aix, des photographies de la foule sont disposées à côté de clichés de régimes totalitaires58. On relève également une image d’une gare prise à l’heure de pointe, représentant une foule pressée autour d’un train, sous laquelle la légende indique ironiquement qu’il s’agit ici d’un troupeau se rassemblant afin de « vénérer ce qui le symbolise : son Dieu consommation ». Ces photographies dévoilent l’aspect contre-culturel que le festival a pu essayer d’introduire auprès de son public. Toutefois, il est encore difficile de démêler ce qui provient de la simple vision du cinéaste et ce qui résulte du témoignage politique manifesté durant le festival.

  • 59 Bertrand Lemonnier, L’Angleterre des Beatles : une histoire culturelle des années 1960, Paris, Kimé (...)

20La musique pop est intrinsèquement porteuse d’idéaux et de revendications politiques tout en étant directement associée à des entreprises de profit. Ce paradoxe est clairement exprimé par Bertrand Lemonnier dans ses onze points sur la Pop : c’est une musique liée au show-business. C’est ce qui la fait exister mais c’est aussi ce qui la corrompt59. La contradiction réside entre son désir de révolte et son désir de reconnaissance. Cependant, contrairement à ce que craignent les autorités, ces convictions ne sont pas nécessairement liées à la violence politique ou matérielle manifestée lors des festivals.

Peace and love et choc générationnel, quand les médias s’en mêlent

  • 60 Quelques tracts ont été distribués dans la foule à Aix. Six individus sont arrêtés pour détention d (...)

21Au final, le festival d’Aix ne fait l’objet d’aucun soulèvement. Les maoïstes présents n’organisent aucune manifestation ni tentative de débordement. Ils se contentent de traiter Leonard Cohen de « Fasciste » et de lui reprocher d’être propriétaire d’une maison sur l’île de l’Hydra (Grèce) depuis 1960. L’artiste canadien y séjournait quelques jours avant le festival, ce qui revient, pour eux, à soutenir le régime des Colonels. À cette accusation, Leonard Cohen répondra par la dénégation outrée. Par ailleurs, on relève la présence d’un groupe d’anarchistes dont six individus, qui, après avoir distribué quelques tracts, seront arrêtés pour détention de tracts et de journaux60. Ces tracts sont extraits du journal hebdomadaire anarchiste Espoir crée par l’Organe de la VIe Union Régionale de la CNTF (Confédération nationale du travail française). L’exemplaire distribué, celui du 28 juin 1970, fait l’éloge de la liberté individuelle et condamne le régime capitaliste. L’autre journal distribué est Le Monde libertaire crée par l’Organe de la Fédération anarchiste. Ces deux exemples ne reflètent pas la totalité des journaux et des tracts qui ont pu être distribués pendant le festival mais représentent simplement un échantillon de ce qui a pu circuler. Cependant, ces témoignages aussi ténus soient-ils, permettent d’avancer que la presse anarchiste servait de moyen de propagande pour véhiculer idées politiques et contestations libertaires pendant le festival. Le contenu des articles met en avant les interdictions dont font objet les festivals qui utilisent pour leur défense et leur protection la loi anti-casseur. Est aussi conservé dans les dossiers que nous avons consultés, un tract rédigé par la Fédération anarchiste française dont le siège est à Marseille. Insistons encore sur le fait que ces tracts n’ont entraîné aucune agitation, le festival d’Aix s’étant déroulé dans le plus grand calme. Les rapports de la direction centrale des compagnies républicaines de sécurité en témoignent : le terme « Néant » est utilisé pour rendre compte des blessés durant le festival, des sanctions données, du nombre de grenades ou des munitions utilisées. L’événement le plus perturbateur d’après la police reste la distribution par les agriculteurs de melons gratuits aux hippies en plein centre d’Aix sur la place Mirabeau. Force est donc de constater que les jeunes du festival ne sont pas là pour faire de la politique, même si François Jouffa se souvient de quelques bagarres marginales et inhérentes à ce type de grands rassemblements qui réunit des milliers de personnes. À Biot, le scénario est cependant différent. La contestation contre le prix élevé du billet entraîne la resquille, mais aussi la destruction des barrières. On relève également des scènes de violences matérielles qui obligent les organisateurs à mettre fin prématurément au festival. Des festivaliers saccagent en effet la scène et coupent les câbles servant à la retransmission par RTL. Des raisons politiques et idéologiques sont invoquées pour justifier cet acte.

22Il faut aussi noter la mobilisation importante des forces de l’ordre. Le festival d’Aix est interdit car le Ministère de l’Intérieur affirme qu’il n’y a pas assez de forces de l’ordre pour sécuriser l’événement. Pourtant, suite à son maintien, le maire d’Aix demande de nombreux renforts qu’il obtient sans trop de difficultés : deux compagnies de CRS, deux escadrons de gendarmerie et des éléments du corps urbains d’Aix-en-Provence sont ainsi mobilisés pour encadrer le festival. Dans le film La Michetonneuse, on peut voir l’héroïne – Justine, interprétée par Christine Leuk – arriver au festival entourée de gendarmes armés de mitraillettes. Ce déploiement des forces de l’ordre indique bien que les festivals de musique pop sont des manifestations encadrées et surveillées par la police car sujettes, croit-on, à tous les débordements. Mai 68 révèle que l’État et donc les autorités sont capables d’utiliser la violence au nom d’un retour à l’ordre en cas de manifestation et surtout pour faire cesser toutes revendications politiques. Cette présence policière accrue tend à restreindre la liberté d’expression, et plus généralement, les libertés au sein du festival pop, et sans elles, peut-on vraiment parler d’un festival pop ?

  • 61 Simon Frith, Art into pop, London, Howard Horne, 1987, p. 144.
  • 62 AD des Bouches-du-Rhône, résumé d’une conversation téléphonique avec les Renseignements Généraux le (...)
  • 63 Entretien téléphonique avec Catherine Ribeiro, chanteuse du groupe Alpes, qui a participé au festiv (...)

23Cette association entre violence et rock va à l’encontre du message de paix et d’amour véhiculé par la pop music et prôné par les festivaliers. À Aix, ces derniers appellent à la paix en reprenant le fameux « Peace and Love », le slogan anti-guerre du Vietnam populaire à Woodstock. Le festival n’apparaît pas comme un lieu de contestation, mais davantage comme un village, un lieu de sociabilité éphémère où les festivaliers viennent vivre une expérience commune. C’est d’ailleurs une véritable communauté qui se forme, les festivaliers dormant ensemble sous des tentes et devenant le symbole du festival. La marche en direction du « lieu sacré » est d’ailleurs une étape fondamentale dans cette union entre les hommes et les femmes. Assimilée au mythe de la route, elle est comparée à une procession vers la communion qui s’effectue à l’écoute de la musique. Le festival prend alors les formes d’un certain mysticisme religieux. La présence de Rahda Krishma Temple, une secte hindouiste dont les disques sont produits par George Harrison, accentue cette dimension religieuse et spirituelle, en animant le festival dans le public et non sur scène. Le festival est propice à la spiritualité dans la mesure où une réelle quête de soi est ressentie par l’écoute de la musique et par l’expérience du partage et de la communauté. Il s’agit de chercher en soi les vérités enfouies, de se laisser dépasser, puis transcender. C’est ce qu’explique Simon Frith dans son analyse de la musique populaire qui, selon lui, « procure une expérience qui transcende l’ordinaire, nous mène au-delà de nous-même » […] nous libère de la routine quotidienne et des attentes qui encombrent nos identités sociale61 ». Par ce dépassement de soi, c’est avant tout un sentiment de liberté et de communion qui se crée allant d’ailleurs jusqu’à rendre homogène et uni un public ayant perdu de manière éphémère toutes distinctions sociales. Cependant, cette dimension spirituelle n’est pas une nouveauté dans le domaine des festivals. C’est un rendez-vous qui sacralise l’œuvre d’art et qui devient un véritable pèlerinage artistique. Le public d’Aix est avant tout présent pour vivre et partager cette expérience, mais également revivre son propre Woodstock. Après les interdictions, c’est cette volonté d’expérience communautaire qui polarise le plus l’attention des médias. Ainsi, le journaliste Bernard Pradinaud insiste sur ces véritables moments d’échanges, sur cette notion d’amitié omniprésente qu’il ressent dans le comportement des festivaliers. Ces derniers partagent des activités ensemble, comme cette séance de yoga organisée à Aix relatée dans un compte rendu de police62. Les festivals sont moins décrits comme des rassemblements musicaux que comme une communauté où l’on partage des sentiments et des émotions. Une des affiches du festival d’Aix est d’ailleurs révélatrice de cette volonté d’union commune, puisqu’on n’y relève aucune mention de la programmation, mais seulement l’image de la foule d’un festival dans lequel, est-il précisé : « Il y aura toujours de la place pour vous assis ou couché » insistant par là davantage sur la sociabilité en jeu que sur les performances musicales. C’est essentiellement cet aspect du festival qui apparaît lorsque les spectateurs ou les artistes livrent leurs souvenirs. Ainsi, la chanteuse Catherine Ribeiro se rappelle des duvets de cette « marée humaine : couchée, allongée puis en mouvement de vague […] quand on est arrivés à 3h du matin, la foule dormait dans les duvets, c’était une mer bleue63 ». Les festivals sont alors présentés par leur public, puis par la communauté éphémère, comme un espace de solidarité permettant l’expérience d’un voyage spirituel.

  • 64 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois, histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette l (...)
  • 65 « La leçon d’Aix », Pop Music, 30 juillet 1970, rubrique Variétés, interview de Michel Lancelot par (...)
  • 66 Marie-José Lembo et François Missen, « Cette pop’Music », Le Provençal, 2 août 1970, dernière page.

24Cette connivence mystique semble plus porteuse que la lutte contre la société de consommation qui n’émeut qu’une petite partie du public. Pour Philippe Aubert du journal Combat le 28 juillet 1970, il n’y avait rien à craindre de cette jeunesse. Il la décrit d’ailleurs comme parfaitement en accord avec la société de consommation, y trouvant paisiblement sa place, sans la remettre en cause, ni politiquement, ni socialement. En France, la contestation politique est à cette époque limitée. Les festivals français relèvent plutôt de la mise en abyme de deux cultures : la culture de la jeunesse et celle des parents. Pour Anne-Marie Sohn, le conflit de génération sort à cette époque de la sphère privée et devient une question de société64. Pour certains médias, ce choc générationnel est représenté par les interdictions qui ont frappé les rassemblements. Ainsi Michel Lancelot affirme dans Pop Music que ce sont les interdictions qui creusent un réel fossé entre la jeunesse et les adultes : « Cela équivaut à dire aux jeunes : vous n’êtes pas libres de choisir votre musique, pas libres de vos mouvements. C’est encore un motif pour creuser le fossé en plus des motifs sociologiques et politiques. C’est moche65. » L’idée qu’on veuille imposer des goûts et diriger des comportements auprès d’un public jeune fait que ces festivals deviennent de véritables pôles d’expression pour une certaine défense de la liberté. Pour contrer cette paranoïa, cette peur du jeune, le journal Le Provençal consacre une page didactique pour que les lecteurs découvrent ce qu’est réellement la musique pop. Le reportage paraît le 2 août 1970 et s’intitule « Cette Pop’Music66 ». On y trouve une définition de la musique pop, soit« une musique populaire » à succès et qui doit son avènement aux Beatles. Elle est ensuite, rappelle le journal, importée aux États-Unis avec Bob Dylan et Joan Baez qui y ajoutent des degrés divers de contestation. Comme on le voit, rien de très révolutionnaire dans cette description qui pointe du doigt la question au cœur du sujet : « Que leur reproche-t-on ? [Les jeunes] les pieds sales, les cheveux trop longs, les yeux absents quand ils écoutent Joan Baez ? » Certains médias défendent donc les festivals en essayant de démontrer l’injustice dont ils sont les victimes. Ils dénoncent l’attitude des autorités, en expliquant que cette musique pop et son public sont accablés de stéréotypes et de clichés liés à la drogue, à la politique radicale et la violence. Évoquer dans les médias les festivals, c’est aussi rouvrir le débat sur la « culture jeune ».

25Toutefois, ces mêmes organes de presse peuvent aussi être tenus responsables de l’échec des festivals. C’est plus particulièrement leur manière de traiter ce sujet qui est remise en cause, comme en témoigne Jacques Vassal journaliste de Rock & Folk :

  • 67 Jacques Vassal, « Aix-en-Provence ou la grande confusion », Rock & Folk, septembre 1970, no 44, p.  (...)

La « grande » presse, la radio et la télévision avaient beaucoup trop parlé de ce festival, ou plutôt de son interdiction. D’où une recrudescence des symptômes bien connus de la « pop psychose », maladie typiquement française : mettez côte à côte dans une information les mots de « pop music », « rassemblement », « trois jours », « milliers de jeunes », et automatiquement la presse et l’opinion y accolent ceux de « cheveux longs », « drogue », « gauchiste », « bagarres », « maintien de l’ordre », « police » et « interdictions ». Reflexe de peur67.

  • 68 Patrick d’Elme, op. cit.
  • 69 « Aix-en-Provence : l’affrontement persiste entre organisateurs et municipalité » [article non sign (...)
  • 70 « Biot : incidents au festival “pop” qui a été écourté par les organisateurs », Nice Matin, 7 août (...)
  • 71 Patrick d’Elme, op. cit.

26Propos partagés par Patrick d’Elme dans la revue Études : « la grande presse est responsable de la diffusion de tant d’idées fausses sur les festivals que l’on a68. » Les clichés, trop souvent assimilés aux festivaliers par la presse nationale et régionale entraînent une peur viscérale pour ces événements. De manière paradoxale, les festivals fascinent les jeunes car ils sont interdits ; les médias les mettent en scène comme des débats politique et polémique. L’événement est avant tout un « affrontement », terme utilisé par L’Humanité69. Il n’est pas simplement question de médiatiser une manifestation artistique et culturelle, mais de traiter d’un événement polémique. La place attribuée aux festivals dans les journaux est aussi révélatrice de cette perception biaisée de la musique et des la jeunesse. Ainsi, dans Le Monde, l’actualité des festivals est intégrée dans les rubriques « Faits Divers », « Correspondances » ou « Nouvelles brèves », plutôt que dans la rubrique « Spectacle ». D’une manière générale, la presse parle trop des festivals, et surtout, elle en parle mal. À Biot, par exemple, les seuls articles et photographies publiés dans Nice Matin sont ceux de festivaliers en train de saccager le podium70, choix polémique révélateur de la façon dont le journal souhaite communiquer sur le festival. Patrick d’Elme de la revue Études affirme ainsi que « la règle générale veut qu’on se méfie davantage du journaliste que du policier71 ». Les spectateurs se méfient donc de la presse qu’ils traitent de « presse bourgeoise » et à qui ils lancent de la boue durant le festival d’Aix. Les médias, en s’intéressant aux festivals, les ont finalement traité comme des faits divers, des lieux de polémiques et des mises en abyme d’une jeunesse qui interroge, mais surtout qu’ils craignent, et pour certains, qu’ils abhorrent.

Conclusion

  • 72 Rock & Folk, septembre 1970, no 44, « Le courrier des lecteurs », p. 19.

27L’année 1970 marque les premières tentatives de festivals pop en France, à la suite du plus célèbre d’entre eux, organisé aux États-Unis : Woodstock. Ces premiers festivals sont aussi les premiers échecs d’une longue série de festivals pop ratés en France. Interdits dès leur annonce, accueillant moins de participants que prévu, écourtés, puis à l’origine d’énormes déficits ou de bagarres, ces manifestations musicales sont considérées comme des déroutes sans lendemain et à l’avenir très incertain. D’autant que jusqu’à lors, à l’image de ce qui se faisait à Aix ou en Avignon, les festivals s’inscrivaient sur la longue durée et étaient des rendez-vous annuels. Au contraire, aucun des festivals français de pop musique ne connaîtra dans les années 1970 d’autres éditions. Cependant, il est important de nuancer cette notion d’échec puisqu’il y aura toujours une volonté de créer d’autres festivals pop par la suite. Les festivals français, par le biais des interdictions, sont un reflet des peurs des autorités en 1970 et des suspicions vis-à-vis de la jeunesse, de sa culture et de ses goûts musicaux. Les interdictions représentent aussi un rejet, voire un mépris, pour une culture incomprise des politiques ou des adultes. Surveillé, dans l’attente du moindre faux-pas, le public est le véritable centre d’attention à la fois des médias et des autorités. Si la police s’en méfie il fascine les médias qui tentent dans leur ensemble d’analyser leur pratique et leur culture. Attirés par les polémiques, ils participent à véhiculer une image péjorative des festivals de musique pop et de son public assimilé à une jeunesse orgiaque, droguée et diabolisée. Ces récits médiatiques qui alimentent aussi les préjugés des autorités – des coupures de presse ont été retrouvées dans les archives de la police – sont une réelle mise en abyme des peurs de la société en 1970 après les événements de Mai 68. Le festival peut d’ailleurs être perçu comme un lieu de prolongement des luttes de Mai 68, ce que la présence très minoritaire de groupes politisés d’anarchistes ou de maoïstes tend à arguer. Le festival est le lieu d’expression de la culture jeune qui souhaite partager une expérience autour de la musique. Et lorsque les revendications sont présentes, elles portent sur la volonté d’affirmer une culture jeune qu’ils peuvent s’approprier, ou encore sur la gratuité. Dans l’inconscient collectif, le rock et les festivals sont liés à la violence en raison de la Nuit de la Nation en France et du festival d’Altamont aux États-Unis ; dans l’esprit des festivaliers, c’est tout le contraire, puisqu’ils cherchent dans la pop music et dans les festivals un idéal hippie où il est avant tout question d’amour et de paix. En réalité, tout rassemblement entraîne sa part de risque : comme l’exprime ironiquement un lecteur dans Rock & Folk, un rassemblement d’accordéonistes pourrait avoir les mêmes effets dévastateurs qu’un festival de musique pop. Il conclut en affirmant sagement que la pop serait même moins dangereuse et « adoucirait les mœurs72 ! »

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bantigny Ludivine, Jablonka Ivan, Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France xixe-xxie siècle, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

Chastagnet Claude, De la culture rock, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

Flechet Anaïs, Goetschel Pascale, Hidiroglou Patricia, Jacotot Sophie, Moine Caroline, Verlaine Julie (dir.), Une Histoire des Festivals : xxe-xxie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

Tamagne Florence, « L’interdiction des festivals pop au début des années 1970 : une comparaison franco-britannique », Territoires contemporains, no 3, 2012 (numéro dirigé par Philippe Poirrier, Festivals et sociétés en Europe xixe-xxie siècles) [En ligne] http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/Festivals_societes/F_Tamagne.html.

Haut de page

Notes

1 Rock & Folk, septembre 1970, numéro spécial « festivals ».

2 François Jouffa, « Les vraies raisons du bide de Saint-Pons », Pop Music, 6 août 1970, p. 3. François Jouffa est journaliste pour Europe n1, Pop Music et Rock & Folk. Il est aussi scénariste et co-réalisateur du film La Michetonneuse de Francis Leroi (1972) dont certaines scènes se déroulent au festival d’Aix. Nous l’avons interviewé deux fois.

3 Bertrand Lemonnier, « La musique des années 70 : le triomphe du rock », texte de son intervention tenu lors d’une conférence à Pessac le 24 novembre 2012 [En ligne] http://berlemon.net.

4 Michka Assayas (dir.), Le nouveau dictionnaire du rock, 2 vol., Paris, Robert Laffont, 2014. Propos tirés de l’introduction de la première édition.

5 Voir Jean-René Larue, « Rock progressif et violence politique : illustrations en Italie et en France avec les groupes Stormy Six et Komintern », Criminocorpus [En ligne], Rock et violences en Europe, Violence et politique, mis en ligne le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3965

6 Le groupe n’était pas prévu à l’affiche mais il clôture le festival d’Aix. C’est une véritable révélation pour la presse et le public.

7 Entretien avec Jean Karakos réalisé par Jean-Rodolphe Zanzotto, Bibliothèque nationale de France, 15 novembre 2013 [En ligne] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k13115696.

8 « L’été chaud (suite) », Rock & Folk, no 43, août 1970, p. 72.

9 Entretien avec Jean Karakos, op. cit.

10 François Jouffa, « Saint-Raphaël Interdit », Pop Music, 6 août 1970, rubrique Actualité pop music, p. 6.

11 France, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 135 W 492.

12 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, note du maire d’Aix pour Monsieur le sous-préfet, objet : festival de musique pop avec en pièce jointe le rapport du Directeur du bureau municipal d’hygiène, le 1er août 1970.

13 Témoignage de Marie-Adeline Hautot, extrait du DVD indépendant par Marie-Claire Rubinstein et Marie Padlewski, Aix-en-Provence, 1968-1980. Un vent de Liberté, Les Productions Le fil à Soie, 2014. La citation est restée intacte, nous n’avons pas corrigé les erreurs grammaticales.

14 France, Paris, Archives nationales de France (AnF), 19870157/12, Dossier no 106/9, Direction centrale des compagnies républicaines de sécurité - Maintien de l’ordre à Aix-en-Provence lors du festival pop du 29 juillet au 4 août 1970, compte rendu technique : rapport technique de fin de service, tracts et journaux, plan de situation.

15 Ces propos sont diffusés en fond sonore d’une scène de La Michetonneuse de Francis Leroi et François Jouffa.

16 Leonard Cohen est une des têtes d’affiche du festival d’Aix. Voir « Festival pop music à Aix », 3 août 1970, JT 13h, Chaîne 1, Daniel Cazal, 3 min 22 s. (INA).

17 Alexandre Marchant met en évidence cet intérêt des médias et des pouvoirs publics pour le thème de la drogue. Alexandre Marchant, L’impossible prohibition. La Lutte contre la drogue en France (1966-1996), thèse inédite de doctorat de l’École Normale Supérieure de Cachan sous la direction d’Olivier Wieviorka, soutenue en 2014.

18 Emmanuelle Retaillaud-Bajac, « Drogues », in Christian Delporte, Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010, p. 256.

19 Par exemple : dans un reportage du journal télévisé sur le festival du Bourget, on aperçoit des enfants (INAthèque, Festival « Pop Music » au Bourget, 29 mars 1970, JT 20h, Chaîne 1, Christophe Izard, 2 min 50 s. ; Le Provençal décrit une grand-mère dansant sur Dynastie Crisis (« je n’avais jamais vu une grand-mère danser sur cette musique », écrivent Marie-José Lembo et François Missen dans « Cette pop’Music », Le Provençal, 2 août 1970, dernière page) ; le Figaro fait par ailleurs mention d’un public de tout âge (Françoise Berger, « Valbonne, festival Popanalia : la “ longue marche ”…vers la musique », Figaro, 6 août 1970, p. 16.

20 Voir Johanna Amar, Les premiers festivals de musique pop en France en 1970, mémoire de master en histoire sociale et culturelle, dir. Anaïs Fléchet, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2016. Sont présents par exemple au festival un jeune étudiant resquilleur d’Aix, un cadre de l’armée de l’air venu par passion pour la musique, ou une famille ayant un enfant de deux ans.

21 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, arrêté pour interdiction du festival le 20 juillet par le maire d’Aix-en-Provence. Communications téléphoniques le 27 juillet 1970 à 10h au Directeur adjoint du Cabinet du festival d’Aix-en-Provence.

22 « Une lettre de M. Ciccolini, maire d’Aix », Le Monde, 1er août 1970, rubrique Correspondance, p. 10.

23 « Le festival pop à Aix », 30 juillet 1970, JT 20h, Deuxième chaîne de l’ORTF, Michel Kops, 2 min. 51 s. (INA) : http://www.ina.fr/video/CAF91056470

24 « Saint-Raphaël arrêté d’interdiction ; Aix-en-Provence : dépôt d’un recours gracieux », Le Monde, 28 juillet 1970, rubrique « Fait divers », p. 8.

25 « Le maire d’Aix (festival pop interdit) », 26 juillet 1970, JT 20h, Première chaîne de l’ORTF, Michel Toulouze, Jean-Marie Rémy, 2 min. 40 s. (INA).

26 « Le festival pop à Aix », op. cit.

27 Entretien avec François Jouffa, 16 mars 2015, chez lui.

28 Le Journal Officiel de la République Française, Loi no 70-480 du 8 juin 1970 tendant à réprimer certaines formes nouvelles de délinquance.

29 Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige : histoire des jeunes en France xixe-xxie siècle, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 14. Ludivine Bantigny juge cette expression paradoxale car dans les années 1970, la « race […] n’avait rien à voir dans cette histoire. Il en va autrement aujourd’hui. »

30 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, le 27 juin 1970, circulaire de police du Ministère de l’Intérieur, signé par Raymond Marcellin à tous les préfets.

31 Florence Tamagne, « “C’mon everybody” Rock’n’roll et identités juvéniles en France (1956-1966) », in Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka, op. cit, p. 202.

32 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, arrêté pour interdiction du festival le 20 juillet par le maire d’Aix-en-Provence. Correspondance entre le maire et le ministre de l’Intérieur.

33 Claude Chastagnet, De la culture rock, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

34 « Saint-Raphaël arrêté d’interdiction ; Aix-en-Provence : dépôt d’un recours gracieux », op. cit.

35 Jacqueline Chabridon, « Joan Baez avait récusé le Général Clément six mois avant le maire d’Aix », Le Figaro, 1er-2 août 1970, rubrique TV Radio, p. 12.

36 Philippe Bouvard, « Le Cambronne du pop récidive avec un Baron belge et des fabricants de biscuits », Le Figaro, 12 août 1970, rubrique TV Radio, p. 12.

37 « Le pop qui fait Pschitt », Le Canard enchaîné, 6 août 1970.

38 Françoise Berger, « Avatar au festival “pop music” : son échec a changé le général Clément en Général Cambronne », Le Figaro, 3 août 1970, Rubrique TV Radio, p. 12.

39 Patrick d’Elme, « Festivals “pop” et conscience politique », Études, rubrique art, formes et signes, t. 333, octobre 1970.

40 Claude Clément, Faites l’amour et plus la guerre, Paris, Fayard, 1971.

41 Bernard Pradinaud, « Le festival de pop music d’Aix-en-Provence », 3 août 1970, Rhône Alpes Actualités, France 3 Rhône, 5 min 20 s, référence à 2 min 07 s [En ligne] INA : http://www.ina.fr/video/LXC9706094259

42 Dans le film Woodstock (Michael Wadleigh, 1970), les deux organisateurs insistent par exemple sur leur déconvenue financière après avoir rendu gratuites toutes les entrées.

43 Bertrand Lemonnier, op. cit.

44 « Aix-en-Provence “le concert de pop de Saint-Pons”. Les hippies “55fr l’entrée, c’est trop cher !” », Le Provençal, 2 août 1970, dernière page. À titre de comparaison, rappelons que la baguette était vendue 0,57 nouveaux francs en 1970.

45 AnF, 19870157/12, Dossier no 106/9, op. cit.

46 Florence Tamagne, « Les festivals “pop” et rock en Europe : débats et enjeux (fin des années 1970-début des années 1980) », in Anaïs Flechet, Pascale Goetschel, Patricia Hidiroglou, Sophie Jacotot, Caroline Moine, Julie Verlaine (dir.), Une Histoire des Festivals : xxe-xxie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 90-97.

47 « Aix-en-Provence “le concert de pop de Saint-Pons”. […] », op. cit.

48 Françoise Berger, « Valbonne, festival Popanalia : la “longue marche”… vers la musique », Le Figaro, 6 août 1970, p. 16.

49 Entretien avec Jean Karakos, op. cit.

50 Il s’agit d’anciens francs. Bien que le nouveau franc date de 1960, les anciens francs sont restés dans le langage courant. Cent francs (anciens) sont égaux à un franc (nouveau).

51 Sur le site officiel de Leonard Cohen [En ligne] http://cohencentric.com/2015/07/26/leonard-cohen-at-another-other-1970-festival-aix-en-provence-part-1-2/. La source audio est également publiée sur Youtube [En ligne] https://www.youtube.com/watch?v=YZj_ZYOEHLg. Nous avons contacté le membre qui a posté cette vidéo, il n’était pas au festival mais l’a recueilli par le site officiel de Leonard Cohen. Aucune trace véritable de cette source, il en demeure tout de même que ce passage est bien celui du festival d’Aix-en-Provence.

52 « Un Woodstock à la française, raté ! », Pop Music, 6 août 1970, reportage de deux articles : J.-N. Coghe et J. Barsamian, « Deux jours de grogne d’indifférence et de bruit », p. 2 ; François Jouffa, « Les vraies raisons du bide de Saint-Pons », photos de Sylvie Lebre, p. 3.

53 Cette idée est aussi exprimée dans son autobiographie récente : Sylvie Simmons, I’m Your Man : The Life of Leonard Cohen, Ecco, 2013, p. 221-223. Il explique notamment qu’on l’a pris pour un voleur parce qu’il était à cheval.

54 Actuel, septembre 1970. Voir Jean-René Larue, op. cit. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3965

55 AD des Bouches-du-Rhône, 135 W 492, brouillon du maire d’Aix qui récapitule les informations données par les gendarmes.

56 François Ayral, « Le Festival de Valbonne a eu lieu », Pop Music, 30 juillet 1970, rubrique Variétés, p. 19.

57 Il est surnommé ainsi car il est très présent sur les ondes en Mai 68. Dans l’émission Campus, il anime des débats sur des thèmes très contre-culture (Les hippies, la drogue, etc.) Très paradoxal pour un ancien journaliste de Minute !

58 Daniel Szuster, À cause du pop, 1973 [film]. Vinyle et pochette de la bande originale du film, Rocky Cabbage, « Freedom », 1973.

59 Bertrand Lemonnier, L’Angleterre des Beatles : une histoire culturelle des années 1960, Paris, Kimé, 1995.

60 Quelques tracts ont été distribués dans la foule à Aix. Six individus sont arrêtés pour détention de tracts et de journaux. Nous en avons retrouvé quelques-uns dans les papiers de la direction centrale des compagnies républicaines de sécurité aux archives nationales.

61 Simon Frith, Art into pop, London, Howard Horne, 1987, p. 144.

62 AD des Bouches-du-Rhône, résumé d’une conversation téléphonique avec les Renseignements Généraux le 2 août 1970.

63 Entretien téléphonique avec Catherine Ribeiro, chanteuse du groupe Alpes, qui a participé au festival d’Aix, le 11 mars 2015, 32 min 12 s.

64 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois, histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette littérature, 2001.

65 « La leçon d’Aix », Pop Music, 30 juillet 1970, rubrique Variétés, interview de Michel Lancelot par Alain Guy Akin, p. 3.

66 Marie-José Lembo et François Missen, « Cette pop’Music », Le Provençal, 2 août 1970, dernière page.

67 Jacques Vassal, « Aix-en-Provence ou la grande confusion », Rock & Folk, septembre 1970, no 44, p. 61-63.

68 Patrick d’Elme, op. cit.

69 « Aix-en-Provence : l’affrontement persiste entre organisateurs et municipalité » [article non signé], L’Humanité, le 1er août 1970, p. 6.

70 « Biot : incidents au festival “pop” qui a été écourté par les organisateurs », Nice Matin, 7 août 1970, deux photos de Raoul Libol à la une.

71 Patrick d’Elme, op. cit.

72 Rock & Folk, septembre 1970, no 44, « Le courrier des lecteurs », p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johanna Amar, « Festivals pop 70 en France ou « le souci de tous ceux qui voient un lanceur de bombe dans un amateur de Rock’n’Roll » », Criminocorpus [En ligne], Rock et violences en Europe, Violence et politique, mis en ligne le 19 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3990

Haut de page

Auteur

Johanna Amar

Johanna Amar est diplômée d’un master de recherche en histoire culturelle et sociale à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle est rattachée au laboratoire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines. Son mémoire porte sur les « premiers festivals de musique pop en France en 1970 » sous la direction d’Anaïs Fléchet.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page