Navigation – Plan du site
Metal et violence

Le Hellfest, un espace de violences ritualisées

Corentin Charbonnier

Résumés

Les danses en lien avec la musique metal ont été étudiées plus particulièrement lors d’un festival : Le Hellfest. Rassemblant un nombre important de metalheads durant un temps défini et dans un espace limité, ce festival favorise l’enquête au sens anthropologique et l’observation participante. La diversité des pratiques permet à chaque metalhead de participer selon ses préférences musicales valorisant ainsi son identité metal. Les danses et la violence présente donnent donc du sens à l’expérience singulière du festival et créent du lien au sein de la communauté.

Haut de page

Texte intégral

1Le Hellfest, le plus important festival de musique metal en France, est un lieu propice à des pratiques qui structurent la communauté metal. Organisé par Ben Barbaud et Yoann Le Nevé depuis 2006, il se déroule généralement lors du mois de juin durant trois jours. Rassemblant chaque année et par jour plus de 60 000 festivaliers de plus de soixante-dix nationalités différentes, il a lieu à Clisson, petite ville située en Loire-Atlantique, à mi-chemin entre Nantes et Cholet. D’une renommée locale à son origine, il est devenu en près de dix ans, le deuxième festival de France tous styles de musique confondus et l’un des plus importants festivals de metal au monde. L’espace des concerts du Hellfest est constitué de six scènes : Mainstage 1, Mainstage 2, The Altar, The Temple, The Valley et The Warzone. Ces scènes sont les lieux où se produisent les artistes et devant lesquels se déroulent différentes pratiques telles que les « danses ».

Entrée du Hellfest 2017

Entrée du Hellfest 2017

© Corentin Charbonnier

2Comme le souligne Denis Jeffrey, « le rite donne à vivre des symboles passablement codifiés par une culture qui ont du sens pour un individu ou une collectivité1. » De même, le festival du Hellfest est un espace ritualisé par une récurrence annuelle, des lieux et des moments spécifiques, mais également pas des « danses » qui participent de cette dynamique. Toutefois, ce terme « danse » n’est pas aisé à définir. Judith Lynne Hanna, professeur au département d’anthropologie de l’université du Maryland en donne une définition interculturelle : « La danse peut être définie le plus utilement comme un comportement humain, composé, du point de vue du danseur, 1) de séquences volontaires qui sont 2) intentionnellement rythmiques et 3) culturellement structurées ; ces séquences étant formées (4a) de mouvements corporels non verbaux (4b) différents des activités motrices ordinaires et (4c) possédant des valeurs inhérentes et esthétiques2. » Bien que cette définition puisse donner lieu à de nombreux commentaires, elle semble pouvoir correspondre aux pratiques que les metalheads3 nomment « danses » : le headbanging, le slam, le stage diving, le circle pit, le wall of death, le pogo ou encore le moshing pit. En observant chacune de ces danses, une certaine violence apparente a attiré notre attention. Ces pratiques entraînent, en effet, de nombreuses interactions physiques, qui dans la société pourraient être considérées comme des actes violents. Mais qu’est-ce que la violence et quelle est la nature de cette violence dans ce contexte si particulier ? L’OMS donne de la violence la définition suivante : « La violence est l’utilisation intentionnelle de la force physique, de menaces à l’encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, des dommages psychologiques, des problèmes de développement ou un décès4. » Ce qui est observé lors de ces danses peut-il correspondre à cette définition ? Pour répondre à cette interrogation, seront présentées dans un premier temps les danses de la communauté metal, puis sera étudiée dans un second temps leur utilité sociale.

Les danses du metal

  • 5 Style de musique metal apparu dans les années 1980, reconnaissable par les voix grawlées (cris rauq (...)
  • 6 Style de musique metal qui a émergé dans les années 1980, composé de riffs simples, agressifs, ryth (...)
  • 7 Entretien avec Alfred, Hellfest 2012.

3La première pratique observable lors des concerts de musique metal est le headbanging. Elle consiste à secouer la tête, au rythme de la musique. L’accentuation d’un hochement de tête avec les longues chevelures des metalheads semble avoir conduit à ce résultat. Le headbanging majoritairement effectué face à des groupes de death metal5 et hardcore6, est une pratique plutôt individuelle, mais s’effectue également en groupe et peut entraîner des problèmes de santé selon son intensité. « En revenant du Hellfest, j’ai mal aux cervicales » nous confiait Alfred lors d’un entretien en 20127.

Headbanging, Hellfest 2017

Headbanging, Hellfest 2017

© Corentin Charbonnier

4Le slam consiste à se faire soulever par le public afin de se faire porter à bout de bras vers la scène, tandis que le stage diving consiste à se jeter de la scène dans les bras du public.

Photo de slam lors du Hellfest 2016

Photo de slam lors du Hellfest 2016

@ Corentin Charbonnier

  • 8 Concert de Rise Of The Northstar en 2015 sur la scène Warzone du Hellfest, durant le titre « Again (...)

5Ces pratiques peuvent entraîner quelques accidents, du fait de la difficulté à anticiper l’arrivée des « slammers ». Lors d’un concert, un festivalier a pu dénombrer le temps d’une chanson plus de cent slammers8… ce qui sous-entend un passage régulier, si ce n’est systématique de ces pratiquants au-dessus des spectateurs. Ce ne sont pas les slammers qui souvent risquent le plus de recevoir des « coups », mais les autres spectateurs qui peuvent être blessés par un coup de pied… involontaire. Au-delà de l’aspect spectaculaire et inattendu de cette pratique, il est à noter que depuis 2016, de nombreuses personnes en situation de handicap sont invitées par les metalheads à pratiquer le slam lors du Hellfest.

Photo de slam lors du Hellfest 2017

Photo de slam lors du Hellfest 2017

@ Corentin Charbonnier

6Sur l’illustration ci-dessus, une jeune fille est portée avec son fauteuil lors du concert de Slayer, concert clôturant l’édition 2017 du Hellfest. En 2012, lors de la venue des Guns N’ Roses, un spectateur nous a expliqué que plusieurs festivalières souffrant de la chaleur intense avaient slammé afin de se faire évacuer. Des agents de sécurité sont d’ailleurs placés près de la barrière délimitant ce front-pit. Précisons que les Challengers, agents de l’équipe de sécurité, ont appris à prendre en charge les metalheads slammeurs dès 2007, lors de la deuxième édition du festival. Quant au stage diving, il est plus rare durant le Hellfest, car en raison du nombre important de festivaliers, un espace de sécurité conséquent est circonscrit face à la scène (le front-pit), espace servant notamment à accueillir les slammers mais qui limite naturellement les possibilités de stage diving. Celui-ci est plus fréquent dans les concerts « underground » comme les concerts de groupes de hardcore ou de punk.

7Le circle pit, apparu au cours des années 2000, est une ronde effectuée en courant. La vitesse peut entraîner des chutes, des rencontres inopinées et des chocs avec les personnes aux alentours. Même si les participants essaient souvent de relever une personne tombée, il existe cependant un risque, certes minime, pour celle-ci d’être piétinée.

Circle pit, Hellfest 2016

Circle pit, Hellfest 2016

© Corentin Charbonnier

8Cette danse est souvent initiée à la demande des artistes. En 2007, Devil Driver, groupe de metal californien, a fait réaliser un circle pit à plus de 20 000 personnes lors du Download Festival (Angleterre). Le groupe de deathcore mélodique allemand Heaven Shall Burn a obtenu de son public, lors du Wacken (Allemagne), un double circle pit et au Hellfest, en 2016, Candace Kucsulain, leadease du groupe de hardcore américain Walls Of Jericho se produisant sur la scène Warzone, a également demandé à de nombreuses reprises la tenue de circle pits.

9Dans les années 2000 est apparu le wall of death, l’une des danses les plus impressionnantes de la musique metal. À la demande des artistes, les festivaliers qui sont dans le pit (espace le plus proche face à la scène) s’écartent simultanément en formant deux lignes se faisant face et, au signal convenu, se précipitent les uns vers les autres en se heurtant. Un immense wall of death a ainsi été filmé en 2014 pendant le concert de Dagoba par les caméras du festival. Il reste dans l’imaginaire collectif des metalheads comme l’un des plus importants jamais réalisés au Hellfest. En 2015, le groupe de hardcore français Rise Of The North Star sur la scène Warzone a demandé au public d’exécuter un wall of death. La photographie ci-dessous montre les festivaliers qui souhaitaient y participer s’écartant pour former deux lignes opposées.

Wall of death, Hellfest 2015

Wall of death, Hellfest 2015

© Corentin Charbonnier

10

11Bien qu’impressionnante visuellement, cette danse n’engendre pas de blessures sérieuses mais laisse aux participants quelques ecchymoses.

  • 9 Gabrielle Riches, « Embracing the Chaos: Mosh Pits, Extreme Metal Music and Liminality », Journal f (...)

12Une autre danse, le pogo, issue du mouvement punk, consistant à se heurter et se repousser par les épaules, n’entraîne généralement jamais de blessés graves, mais les participants peuvent avoir aussi quelques hématomes les jours suivants. Le moshing pit est, en revanche, la danse la plus violente que l’on peut observer dans la musique metal. Généralement associée au style hardcore, elle consiste à agiter violemment les bras et les jambes, en mimant des gestes issus de sports de combat. Quand les danseurs sont trop proches les uns des autres les coups brutaux et violents peuvent devenir dangereux. Gabrielle Riches, anthropologue, précise ainsi que le « Moshing is a ritualized and furious form of dancing which combines physical agression with collective displays of emotion9 ». La participation à cette danse, majoritairement masculine, témoigne d’une volonté de démonstration de force et de virilité. Cette pratique, en raison de la difficulté d’approcher les participants, n’est pas aisée à immortaliser par un cliché. Cette danse s’observe, au Hellfest, principalement devant la Warzone, où se produisent principalement les groupes de hardcore, le moshing pit étant davantage lié à ce style de musique metal. Lors d’entretiens réalisés avec des festivaliers, les metalheads passionnés de hardcore précisent qu’un concert ne peut être vécu qu’avec des moshing pits.

L’utilité sociale des danses

  • 10 Nicolas Elias, « À propos de violence. Étude d’une danse communautaire du Nord-Est de la Turquie », (...)
  • 11 Ibidem, p. 119.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.
  • 15 Alexis Mombelet, « La musique metal : des “éclats de religions” et une liturgie. Pour une compréhen (...)

13Ces danses, notamment le circle pit, ne sont pas sans rappeler certaines danses « ethniques », dans lesquelles ce qui peut sembler de la violence reflète en fait la cohésion du groupe. C’est l’explication qu’en donne Nicolas Elias lorsqu’il décrit le horon, danse communautaire du Nord-Est de la Turquie : « Dans ce cercle qui concentre toute son énergie vers l’intérieur, qui ne se laisse ni cerner ni complètement apercevoir, elle [la violence] est à la fois la condition sine qua non et l’expression de la cohésion de la communauté10. » L’auteur insiste sur la délimitation « dehors/dedans », le dehors signifiant l’exclusion du jeu11. Le circle pit reproduit ces deux espaces, car, comme dans le cas du horon, il « recrée un intérieur, il produit un territoire12. » Ainsi, l’énergie qui émane des danseurs « vient, de ce fait, actualiser et renforcer la division spatiale latente dans toute ronde, danse communautaire par excellence : espace intérieur/espace extérieur13. » Il y a, comme dans la pratique du horon, les spectateurs qui entourent et ceux qui participent. Ces derniers tournent en courant le plus vite possible ce qui renforce la délimitation de l’espace et peut amener à reprendre la question de Nicolas Elias : « la violence interviendrait-elle comme la frontière d’un entre-soi14 ? » En effet, si la participation à ces danses, comme le rappelle Alexis Mombelet15, résulte d’un choix personnel, elle est valorisée par la communauté. Lorsqu’un metalhead choisit de se placer devant la scène, dans le pit, c’est par envie de proximité spatiale avec le groupe qu’il connaît et pour faciliter sa participation aux danses.

  • 16 Cette expression signifie « s’affronter ».
  • 17 Groupe de hardcore français connu pour sa violence scénique et physique, ayant joué en 2007 et 2009 (...)
  • 18 Coreux est le terme qui désigne les métalleux fans de hardcore.

14On peut analyser ces danses de différentes manières. Elles sont des façons non verbales de communiquer et peuvent être considérées comme un rituel de socialisation au sein de la communauté. Leur pratique participe à la construction de l’identité du metalhead et à son intégration dans la communauté. Celui qui les pratique a le sentiment de devenir acteur et non plus simple spectateur obtenant ainsi un statut particulier. C’est ce qu’exprime Julien, lors d’un entretien réalisé en 2009, en évoquant sa participation à un moshing pit : « Aller se mettre dessus16 devant Kickback17, c’est tout simplement génial. C’est comme ça que j’ai fait mes “classes” et que j’ai été accepté chez les coreux18. Car moi, à l’origine, j’écoutais que du brutal death. Et puis, une fois le concert fini, je suis allé me prendre un verre avec les mecs qui m’avaient démonté, et on a bu. »

  • 19 Christian Bromberger, Passions ordinaires, Paris, Hachette, 2002, p. 316.

15La participation est signe de partage, de cohésion entre les individus au sein de cette communauté. L’expérience de chaque participant est valorisée et permet une forme de reconnaissance. Ces danses peuvent paraître brutales aux non-initiés et, ainsi, marquer la différence entre les metalheads et « les autres ». Christian Bomberger n’affirme-t-il pas, en effet, que « pour les passionnés, “être rock” signifie adopter un habitus indiquant la sauvagerie parce qu’il choque nécessairement les civilités bourgeoises19 ? »

16Ces danses réalisées lors des concerts et des festivals, dans un lieu et un temps délimités, servent également d’exutoire, la société n’autorisant pas la violence. Toutefois, au cours des danses, on relève une forme de violence à laquelle la communauté pose des « limites ». Elles sont l’occasion pour le metalhead d’exprimer une violence maîtrisée. En effet, ces pratiques, répondent à des codifications très précises. Ainsi, il semblerait peu opportun de slammer ou de mosher (nom pour la pratique du moshing pit) pendant un concert de black metal, le style musical n’ayant pas intégré ces pratiques à travers son histoire. Lors des entretiens réalisés, les metalheads valorisent la « bonne pratique » et reconnaissent de manière plus ou moins consciente la maîtrise des codes liés aux différentes danses. De ce fait, le faible nombre de blessés lors de ces pratiques semble signifier que seuls ceux qui connaissent les codes peuvent participer, et qu’il existe donc une maîtrise des mouvements « attendus » par le groupe social.

  • 20 Laurent-Sébastien Fournier, Gilles Raveneau, « Anthropologie des usages sociaux et culturels du cor (...)
  • 21 Ibidem.

17L’anthropologue Laurent Sébastien Fournier précise que « l’observation des postures corporelles d’une population ou d’un groupe social donné témoigne toujours d’un ordre des valeurs considérées comme culturelles20. » Ainsi le corps serait « un moyen de distinction spatial, vocal et chorégraphique21. » Lors du Hellfest, la pratique de ces danses prend un sens singulier et offre une symbolique particulière du fait de l’importance de ce festival. La pratique des danses génère des échanges, des récits d’expériences et valorise la place des participants au sein de la communauté.

18Les danses apparaissent également comme une forme de dépassement de soi dans la douleur. Elles peuvent permettre d’entrer dans une émotion si intense que la douleur des coups n’est pas réellement ressentie, ou bien, elle est simplement banalisée, comme l’indique le témoignage de Jean lors d’un entretien : « Quand t’es dans le moshing pit, tu te fous des conventions, de ce qui se fait, ou pas, tu vis, tu bouges, tu ressens les choses… bien sûr, ça paraît et c’est violent, mais en fait, c’est surtout fun et fraternel. Tu sais, y’a pas de blessés graves, quelques bleus toujours, mais rien de plus. » Mais la douleur, quand elle est ressentie, est valorisée. En 2016, un festivalier sortant les poings en sang du concert de Hatebreed, groupe célèbre pour la violence de ses moshing pits, nous racontait très précisément le déferlement de violence qu’il avait vécu, finissant par « celui-là, on va s’en rappeler longtemps. On en parlera encore dans des années et seuls ceux qui y étaient pourront comprendre, qu’à côté les prochains, ils seront mignons. » Douleur et plaisir corporels sont souvent mêlés, la communication par des gestes parfois douloureux exprimant paradoxalement le plaisir d’être présent mais aussi le plaisir d’écouter cette musique ensemble.

  • 22 Entretien avec Jean après le Hellfest 2014.

19Cependant, cette violence gestuelle semble en contradiction avec l’attitude des festivaliers qui, en dehors de ces danses, ne manifestent aucune violence. Car cette violence n’est pas vécue comme telle ou considérée comme une agression, elle est un échange de « coups » sans volonté de nuire à l’autre, une sorte de parenthèse dans le temps pendant laquelle se manifeste une manière originale d’être ensemble, entre soi et d’éprouver collectivement des émotions. Ces danses témoignent de l’unité et de la force du groupe, à tel point que ces pratiques sont souvent assimilées à des jeux. Jean, dans le même entretien, explique : « Je compare souvent le wall of death à une joute, tu sais le truc du Moyen Âge, le but c’est pas de se faire mal, le but c’est de jouer22. » Si la participation du festivalier est valorisée, le fait de savoir « déclencher » la danse l’est également pour le groupe qui en est l’initiateur. Les photographes du festival effectuent ainsi un grand nombre de photos de ces danses, qui seront ensuite visibles sur Internet, puis reprises sur les pages officielles des groupes, participant ainsi à leur reconnaissance auprès du public.

  • 23 Michel Leiris, « Préface », in Gilbert Rouget, La musique et la transe, Paris, Gallimard, 1990, p. (...)

20Les observations et propos recueillis nous permettent d’affirmer que ces danses sont, pour les participants, une façon de traduire l’émotion ressentie à l’écoute de la musique ce que décrivait déjà Michel Leiris : « De tous les arts, la musique est probablement celle qui touche le plus directement la sensibilité et paraît, plus que tout autre, permettre à l’individu de plonger dans un état de ravissement que volontiers on qualifierait d’extase ou d’être saisi par ce transport que la philosophie de la Grèce antique a nommé “enthousiasme” et qui, affectant telle une possession la totalité de la personne, peut dans certains cas […] se traduire par des violences presque aveugles23. »

  • 24 David Le Breton, « L’incision dans la chair : marques et douleurs pour exister », Quasimodo, no 7 ( (...)

21En s’opposant aux normes sociales, en tolérant la violence dans un espace défini qu’est le pit, le metalhead « joue » avec les attendus sociaux et mystifie le courage dans une pratique qui n’est, le plus souvent, qu’occasionnellement et temporairement douloureuse. Pourtant lors de ces pratiques régulières et répétées, il est impossible de ne pas supposer que ces danses participent à une incision dans le réel. À ce titre, selon David Le Breton, « la douleur, la marque corporelle, le sang endiguent le trop plein d’une souffrance débordante et écrasante. Face à la paralysie de toute possibilité d’action, l’incision rétablit une ligne d’orientation matérialisée sur la peau, elle ramène brutalement l’individu au sentiment de sa présence24. » Ces danses, qui peuvent laisser des traces sur le corps, participent à enraciner dans le réel le moment vécu. Ces expressions festives et codifiées permettent aux participants à la fois de renforcer leur identité communautaire et d’élaborer des récits participant à l’histoire collective. Ainsi ces danses évoquent parfaitement les catégories fondamentales des jeux définies par le sociologue Alexis Mombelet, à la suite des travaux de Roger Caillois, et qu’elles relèvent de l’alea (prise de risque), de la mimicry (mimétisme, dans la mesure où le festivalier essaie de changer de personnalité par un changement vestimentaire ou en imitant les artistes), de l’ilinx (vertige) et de l’agon (compétition).

Conclusion

22La violence dans les danses metal est une violence particulière, circonscrite dans le temps et l’espace. Expression d’émotions, elle est acceptée, choisie et renforce l’identité metal tout en favorisant l’intégration dans la communauté. Toutefois, si nous nous sommes principalement intéressé à la violence au travers des danses, il existe également une autre forme de violence incarnée dans les mises en scène et les tenues vestimentaires. Tous les rituels observables pendant le festival renforcent la cohésion de la communauté et participent au vivre-ensemble le temps de cet évènement singulier qui semble une parenthèse dans la vie quotidienne pendant laquelle le metalhead s’affranchit des normes sociales « habituelles ».

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bromberger Christian, Passions ordinaires, Paris, Hachette, 2002.

Elias Nicolas, « À propos de violence. Étude d’une danse communautaire du Nord-Est de la Turquie », Cahiers d’ethnomusicologie, no 23, Paris, 2010.

Fournier Laurent-Sébastien, Raveneau Gilles, « Anthropologie des usages sociaux et culturels du corps », Journal des anthropologues, p. 112-113, 2008 [mis en ligne le 25 juin 2010] http://journals.openedition.org/jda/661.

Guibert Gérôme, Hein Fabien (dir.), Les scènes Metal – Sciences sociales et pratiques culturelles radicales, Volume !, 5/2, 2006 [En ligne] http://journals.openedition.org/volume/451.

Jeffrey Denis, Éloge des Rituels, Québec, Presses de l’Université Laval, 2003

Le Breton David, « L’incision dans la chair : marques et douleurs pour exister », Quasimodo, no 7 (« Modifications corporelles »), Montpellier, 2003.

Leiris Michel, « Préface », in Gilbert Rouget, La musique et la transe, Paris, Gallimard, 1990

Mombelet Alexis, « La musique metal : des “éclats de religions” et une liturgie. Pour une compréhension sociologique des concerts de metal comme rites contemporains », Sociétés, no 88, 2005/2.

Moreau Christophe, Sauvage André, La fête et les jeunes, espaces publics incertains, Rennes, Éditions Apogée, 2006.

Riches Gabrielle, « Embracing the Chaos : Mosh Pits, Extreme Metal Music and Liminality », Journal for Cultural Research, vol. 15, 2011, p. 315-332 [En ligne] http://dx.doi.org/10.1080/14797585.2011.594588.

Roubanovitch Edwin, La danse [En ligne] http://www.ethnomusicologie.net/ladanse.htm.

Haut de page

Notes

1 Denis Jeffrey, Éloge des Rituels, Québec, Presses de l’Université Laval, 2003, p. 12-14.

2 Edwin Roubanovitch, La danse [En ligne] http://www.ethnomusicologie.net/ladanse.htm.

3 Metalheads ou métalleux sont les noms des passionnés de musique metal.

4 « Violence », Organisation mondiale de la santé [En ligne] http://www.who.int/topics/violence/fr/.

5 Style de musique metal apparu dans les années 1980, reconnaissable par les voix grawlées (cris rauques) et le jeu rapide des instruments.

6 Style de musique metal qui a émergé dans les années 1980, composé de riffs simples, agressifs, rythmés et dont les titres emploient un chant à mi-chemin entre le punk le metal et parfois le rap.

7 Entretien avec Alfred, Hellfest 2012.

8 Concert de Rise Of The Northstar en 2015 sur la scène Warzone du Hellfest, durant le titre « Again & Again ».

9 Gabrielle Riches, « Embracing the Chaos: Mosh Pits, Extreme Metal Music and Liminality », Journal for Cultural Research, vol. 15, 2011, p. 315-332 [En ligne] http://dx.doi.org/10.1080/14797585.2011.594588.

10 Nicolas Elias, « À propos de violence. Étude d’une danse communautaire du Nord-Est de la Turquie », Cahiers d’ethnomusicologie, no 23, Paris, 2010, p. 118.

11 Ibidem, p. 119.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Alexis Mombelet, « La musique metal : des “éclats de religions” et une liturgie. Pour une compréhension sociologique des concerts de metal comme rites contemporains », Sociétés, no 88, 2005/2.

16 Cette expression signifie « s’affronter ».

17 Groupe de hardcore français connu pour sa violence scénique et physique, ayant joué en 2007 et 2009 au Hellfest. L’entretien aborde la prestation de 2009.

18 Coreux est le terme qui désigne les métalleux fans de hardcore.

19 Christian Bromberger, Passions ordinaires, Paris, Hachette, 2002, p. 316.

20 Laurent-Sébastien Fournier, Gilles Raveneau, « Anthropologie des usages sociaux et culturels du corps », Journal des anthropologues, p. 112-113, 2008 [mis en ligne le 25 juin 2010] http://journals.openedition.org/jda/661 (consulté le 15 octobre 2017).

21 Ibidem.

22 Entretien avec Jean après le Hellfest 2014.

23 Michel Leiris, « Préface », in Gilbert Rouget, La musique et la transe, Paris, Gallimard, 1990, p. 12.

24 David Le Breton, « L’incision dans la chair : marques et douleurs pour exister », Quasimodo, no 7 (« Modifications corporelles »), Montpellier, 2003, p. 89.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Entrée du Hellfest 2017
Crédits © Corentin Charbonnier
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Headbanging, Hellfest 2017
Crédits © Corentin Charbonnier
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo de slam lors du Hellfest 2016
Crédits @ Corentin Charbonnier
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4066/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo de slam lors du Hellfest 2017
Crédits @ Corentin Charbonnier
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4066/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Circle pit, Hellfest 2016
Crédits © Corentin Charbonnier
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4066/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Wall of death, Hellfest 2015
Crédits © Corentin Charbonnier
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4066/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corentin Charbonnier, « Le Hellfest, un espace de violences ritualisées », Criminocorpus [En ligne], Rock et violences en Europe, Metal et violence, mis en ligne le 19 octobre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/4066

Haut de page

Auteur

Corentin Charbonnier

Corentin Charbonnier est docteur en anthropologie et chargé de cours à l’IRFSS Croix Rouge, à l’université de Tours, à l’ITS et à l’IRFSS CHU. En parallèle, il est éditeur et anthropologue freelance, réalisant des recherches sur les publics pour des structures privées. À la suite d’une thèse sur le festival Hellfest, ses recherches actuelles portent sur la musique metal, à travers une enquête statistique sur le public du Motocultor Festival en collaboration avec Gérôme Guibert. Ses thèmes de recherches sont liés aux musiques actuelles, à l’identité ainsi qu’à la notion de communauté. Il a notamment publié Le Hellfest – Un pèlerinage pour metalheads (Azay-sur-Cher, Corentin Charbonnier Editions, 2016, 218 p.), « Le groupe Dagoba au Hellfest : un exemple de chant ritualisant le concert » (in Nicolas Benard (dir.), Chant pensé, chant vécu, temps chanté, Paris, Delatour France Editions, 2016) ou La communauté metal : le Hellfest comme lieu de pèlerinage (Tours, COST Editions, 2013, disponible à l’adresse http://citeres.univ-tours.fr/IMG/pdf/c_charbonnier.pdf).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page