Navigation – Plan du site
Punk et violence

Le consensus brûle : le punk, violences et conflits en Allemagne de l’Est et de l’Ouest (1976-1982)

Pierre Raboud

Résumés

En comparant les cas de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest, cet article souhaite montrer les multiples sens que peut prendre la violence au sein de la scène punk. Ce registre violent traverse les différentes scènes et se retrouve de façon symbolique dans les diverses productions, qu’il s’agisse des paroles des chansons ou des visuels présents dans les fanzines. Entre proclamation et dénonciation, il peut également prendre des significations variables en fonction des relations qui existent entre la scène punk et la société. À travers la question de la violence, c’est ainsi le sens historique et politique du punk qui est posé ici, et notamment, sa capacité et sa légitimité à exprimer une conflictualité, voire à l’appliquer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est le propos des articles du présent volume. Pour une approche générale de ces aspects : Claude (...)
  • 2 Ce sont les termes utilisés par Arno Rudeboy pour parler des concerts en France entre 1980 et 1982. (...)
  • 3 Sur la question de la dimension transnationale du punk et de la panoplie se déclinant en scènes loc (...)

1Parmi les multiples genres musicaux associés au rock, le punk constitue peut-être le cas où des éléments liés à la violence sont le plus mis en avant, que ce soit en termes d’apparence ou de musique performée. Si ce registre est fréquemment visible dans les genres qui lui sont antérieurs1, le punk a pour spécificité d’apporter un son et des mots nouveaux, qui abordent et expriment la question de la violence différemment et n’hésitent pas à en faire un usage littéral. Pour étayer cette spécificité, on peut ainsi prendre appui sur les traces physiques et convoquer les témoignages qui rappellent une violence omniprésente du public2 ou encore détailler les nombreuses « bastons » entre les punks et leurs divers groupes sociaux rivaux. Au sein de la scène punk, le son est lui-même perçu comme violent. On pourrait ici évoquer des éléments techniques comme la rapidité des riffs et l’approche vocale privilégiant le chant hurlé. Ces éléments, liés à la violence, se retrouvent à des degrés variables dans l’ensemble des premières scènes punks. Cette présence commune indique que ce caractère violent constitue un aspect fort de la panoplie punk transnationale telle qu’elle est appropriée par les diverses scènes émergentes3.

2Dans cet article, il ne sera néanmoins pas question de faire le décompte des coups donnés et reçus, ou d’ausculter les cicatrices. Nous nous focaliserons sur la violence symbolique afin de montrer comment cette dernière permet de saisir les conflits qui se jouent à travers l’expression de la violence dans une interaction entre pratiques culturelles et situation politique et sociale. Cette distinction entre certains types de violence indique quelle sera la première étape du présent raisonnement. Nous commencerons en effet par définir ce que nous entendons par violence, cette notion restant problématique. Par la suite, nous parcourrons les multiples formes d’expression de la violence au sein de la scène punk en nous demandant comment l’on peut identifier ce registre dans les productions punks. À travers l’analyse des paroles et des références présentes, nous insisterons sur le fait que ces différentes formes d’expression ne construisent pas un seul type de violence. Plusieurs sortes de violences peuvent intervenir en fonction des enjeux sociaux qui caractérisent les diverses scènes punks. Il est dès lors important de préciser lesquelles et quel est leur mode d’expression.

  • 4 Pour une chronologie détaillée de ces scènes voir notamment : Jürgen Teipel, Dilapide ta jeunesse, (...)
  • 5 Marc Bloch, « Comparaison », Bulletin du Centre International de Synthèse, 9, 1930, p. 34.
  • 6 Anne-Chantal Leandri-Lepeuple, « L’enjeu culturel de Radio Free Europe, Radio Liberty et RIAS », in(...)
  • 7 Alexei Yurchak, Everything was forever, until it was no more, Princetown University Press, Princeto (...)
  • 8 Willkürakt, 3, 1980, p. 9, Allemagne, Berlin, Archiv der Jugendkulturen (archives sans signature).

3Cette analyse se fonde sur une variété d’archives convoquant autant les productions des scènes punks (fanzines, chansons) que des documents institutionnels (rapports de police, directives gouvernementales) et médiatiques (presse essentiellement). Elle se concentre sur le cas concret des deux Allemagnes entre la fin des années 1970 (date d’apparition des premières formations) et le début des années 1980 (période où les scènes connaissent de profond changement, avec la disparition ou la fragmentation des groupes nés avant et autour de 19804), la comparaison entre les deux pays devant permettre de donner à voir cette multiplicité de la « violence punk » en fonction des situations politiques. Par la méthode comparative, il s’agit, pour reprendre les propos de l’historien March Bloch, de « rechercher, afin de les expliquer, les ressemblances et les dissemblances qu’offrent des séries de nature analogue, empruntées à des milieux sociaux différents5 ». L’objectif n’est pas de trouver des liens de cause à effet entre contexte local et pratiques culturelles, mais, par la comparaison, de déceler des dynamiques communes ou contradictoires entre la myriade de mouvements punks et de tenter d’expliquer ces dernières à travers l’étude des situations concrètes. Le cas des deux Allemagnes assure à la fois la cohérence de l’approche comparative de par l’origine nationale commune entre les deux pays et leur communauté de langue, ainsi que des différences fortes liées au contexte de la guerre froide. Ce dernier aspect n’implique pas une frontière stricte entre les territoires politiques. Le caractère transnational de la culture outrepasse les frontières à travers des transferts concrets d’objets culturels variés (produits, normes, modes) qui existent entre Est et Ouest via certains moyens (médias, interpersonnels), et échappent aux tentatives de contrôle et de répression. La radio6 et la télévision permettent aussi un certain accès aux formes de culture de l’Ouest depuis l’Allemagne de l’Est, de même que le marché noir par lequel circulent les productions occidentales dans l’ensemble des pays soviétiques, la musique transitant sous forme de cassettes7. Du côté de l’Ouest, il existe également un grand intérêt pour ce qui passe à l’Est, visible dans les nombreuses visites effectuées par des citoyens de l’Ouest et dans les nombreuses publications relatives à la scène punk d’Allemagne de l’Est, qu’il s’agisse d’articles de fanzines comme le troisième numéro de Willkürakt en 1980, dont la couverture est titrée « BRD hier – DDR Drüben8 » (La RFA ici – la RDA là-bas), ou d’une compilation intitulée DDR Von Unten / Ende et pressée en 1983 sur le label de Berlin-Ouest Aggressive Rockproduktionen, puis une autre, Live in Paradise DDR publiée en 1985. Ces transferts possibles rendent la comparaison pertinente.

Couverture de Willkürakt (n°3, 1980)

Couverture de Willkürakt (n°3, 1980)
  • 9 Pierre Raboud, Fun et mégaphones : les scènes punks entre marginalité et politisation. Suisse, Fran (...)

4L’ampleur d’un tel terrain, couvrant deux pays et une moitié de décennie, implique que la focale sera dirigée vers les dynamiques dominantes, retenant avant tout les formations et les productions les plus représentatives. Des exceptions à ce que nous présenterons existent évidemment au sein de la myriade de scènes punks, mais le but de cet article est moins d’en détailler l’hétérogénéité que d’y déceler les processus récurrents et cohérents. La détermination des groupes représentatifs s’est faite à travers une recherche menée dans le cadre d’une thèse qui se fonde sur le dépouillement de nombreux fonds de fanzines, de productions sonores et d’archives étatiques9.

  • 10 Harold L. Nieburg, Political violence, New York, St-Martin Press, 1969, p. 13.
  • 11 Stéfanie Prezioso et David Chevrolet (dir.), L’heure des brasiers. Violences et révolution au xxe s (...)

5Dans le cadre de cet article, nous aborderons la violence sous un angle politique, en nous référant à la conception et aux écrits du politologue Nieburg : « Des actes de désorganisation, destruction, blessures, dont l’objet, le choix des cibles ou des victimes, les circonstances, l’exécution, et / ou les effets acquièrent une signification politique, c’est-à-dire tendant à modifier le comportement d’autrui dans une situation de marchandage qui a des conséquences sur le système social10. » Cette définition concerne les violences politiques du type de celles pratiquées par les groupes armés, et son usage semble dès lors pour le moins étonnant pour étudier le punk. Nous assumons le mésusage de cette définition pour l’élargir aux formes symboliques concernant tout acte cherchant à porter atteinte à autrui ne serait-ce que visuellement ou verbalement, ou à dénoncer une atteinte subie. L’intérêt de cette définition est d’orienter l’approche de la violence dans son rôle d’interaction sociale. Il s’agit de sortir de l’approche éthique et ahistorique qui prévaut souvent et qui aborde la violence sous l’angle de la condamnation a priori11. Dans notre analyse, la violence constitue un acte social à forte dimension performative, dont le simple fait de la nommer poursuit des enjeux de débat et de lutte. Ceci confirme l’intérêt de s’arrêter aux aspects symboliques présents de la violence dans la scène punk, notamment au sein des divers éléments discursifs. La violence intervient sans cesse dans les échanges entre les punks et la société en général. Il s’agit donc de la saisir dans la tension entre les pratiques de ces scènes et le contexte social, politique, culturel dans lequel elles se situent. Cet article souhaite s’intéresser à ces deux volets, en montrant à la fois comment les punks expriment un rejet agressif de la société de multiples manières et la façon dont, en retour, les médias et les instances étatiques catégorisent ces scènes et leur répondent.

Expressions de la violence

  • 12 Florence Tamagne, « Mutations homosexuelles », in Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Viga (...)
  • 13 Voir Henning Wellmann, « Wütende Gemeinschaften. Die Kultivierung von Emotionen in der Musikkultur (...)

6Le registre de la violence réside au cœur des pratiques punks et constitue un élément clé de sa panoplie. Les punks dans leur ensemble font en effet un usage récurrent de violences symboliques : de l’injure adressée aux autres ou faites siennes aux manières de s’habiller via l’usage de vêtements déchirés et / ou associés à des groupes sociaux marginalisés (par exemple, le cuir lié aux milieux homosexuels et SM12). La colère constitue de même un élément fort et transversal des comportements et des pratiques punks. Ce registre émotionnel sert à exprimer une forme de violence et se retrouve tant dans les façons de jouer, de chanter, d’illustrer que dans la façon d’agir en société13. Ces différentes pratiques servent à exacerber la coupure entre amis et adversaires, entre ceux qui font partie de la scène et les autres. Intéressons-nous plus précisément aux formes multiples que prennent ces expressions de violences politiques.

Les tabous contre les conventions

7Une première forme récurrente de ce type de pratiques passe par l’usage de tabous véhiculés par des symboles scandaleux. Nous reprenons ici la définition que donne Nathalie Heinich du scandale comme « l’effet, dans un certain contexte, d’une action de transgression14 ». Le tabou use de symboles qui provoquent une réaction violente de la majorité des citoyens. En Allemagne de l’Ouest, ce sont les références au nazisme qui jouent ce rôle. Le fanzine The Ostrich de Düsseldorf, le premier en langue allemande, parsème chacun de ses numéros de ces symboles, faisant même figurer le visage de Hitler sur la couverture du troisième numéro en 1977, au milieu de musiciens comme Iggy Pop, Lou Reed et Debbie Harry. Dans ce même numéro, on relève un poster illustré en son centre par une croix gammée à côté d’Iggy Pop. On retrouve également de tels symboles dans d’autres fanzines comme Massive Vergeltung de Cologne. Les symboles nazis représentant les tabous absolus en Europe et particulièrement en Allemagne de l’Ouest, on peut bien comprendre l’usage de cette iconographie comme un moyen de créer une césure violente avec la société, sans pour autant revendiquer directement sa filiation politique. Ce dernier aspect fait débat et la question du rapport de certaines scènes punks à l’héritage nazi mériterait un plus long développement dépassant le cadre du présent article.

  • 15 Alix Heiniger, Exil, résistance, héritage : les militants allemands antinazis pendant la guerre et (...)
  • 16 Allemagne, Berlin, Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemalig (...)
  • 17 Allemagne, Berlin, Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemalig (...)
  • 18 Walter L. Hixson, Parting the curtain : Propaganda, Culture, and the Cold War, 1945-1971, New York, (...)
  • 19 Heiner Timmermann, Die DDR in Europa. Zwischen Isolation und Öffnung, Berlin / Hamburg / Münster, L (...)

8En Allemagne de l’Est, l’usage de tabous se fait de façon bien moins systématique. Si l’opposition au nazisme y est également religion d’État15, on ne retrouve quasiment aucune croix gammée au sein des productions de la scène punk locale. Par contre, apparaissent régulièrement des symboles associés au bloc ennemi à savoir le bloc occidental, l’Allemagne de l’Ouest en particulier. Les punks reprennent ainsi parfois des codes officiellement condamnés, des logos et marques ouest-allemandes étant par exemple collés sur les vêtements, tel que le relèvent les surveillances de la Stasi16. C’est la même démarche que l’on retrouve dans un graffiti inscrit sur le mur d’un appartement habité par un punk, que la Stasi photographie suite à une évacuation. L’inscription lance : « Auch im Osten trägt man Westen17 » (« À l’Est aussi, on porte des vestes » – jeux de mots en allemand jouant entre l’homonymie entre « ouest » et « veste »). Comme dans le cas de l’Ouest, ces tabous servent à scandaliser, à transgresser de façon évidente et spectaculaire les codes dominants. Dans les deux pays, les tabous ont ce goût d’interdit qui permet d’exprimer une violence envers les élites et les normes sociales. Cette référence à l’autre Allemagne indique la relation complexe entre les deux pays. La guerre froide possède en effet une dimension culturelle forte18. En l’absence de conflits armés directs entre ces deux pays, l’opposition se reporte sur les champs culturel et idéologique : les deux blocs mettent en place des politiques à la fois pour prévenir l’influence de l’adversaire et pour promouvoir leur propre modèle. Les attaques contre l’autre Allemagne sont constantes et gagnent en intensité au moment où le punk émerge. Ce regain de tension s’inscrit dans le climat de seconde guerre froide durant laquelle la politique d’apaisement menée en Allemagne de l’Ouest depuis le début des années 1970, l’Ostpolitik, prend fin19. L’usage de référence à l’autre bloc possède donc bien dans ce contexte un fort potentiel de scandale et de violence suggérée.

Représentations du conflit

9Au-delà du cas spécifique des tabous, le registre de la violence s’exprime également dans les scènes punks à travers un usage d’éléments liés au conflit. Par ce terme, nous entendons tout élément mettant en lumière une conflictualité, que cela soit à travers de références à des luttes, des guerres, des agressions, etc. Par exemple, en Allemagne de l’Est, un des groupes phares de ces premières années se nomme Wutanfall, ce qui signifie « accès de colère ». Il se renommera par la suite L’Attentat, ce qui renforce encore ce registre. Dans un de ses titres, « Leipzig in Trümmern » (Leizpzig en ruines), le groupe décrit sa ville comme étant en ruine :

Leipzig City – kalt und verdreckt / eingefallene Häuser hinter Fasaden versteckt / Uni – Gewandhaus, die City wird fein / woanders fallen die Wohnungen ein20.

  • 21 Sauf mention contraire, les traductions de l’allemand sont de l’auteur.

(Leipzig City – froide et sale, / maisons enfoncées cachées derrière des façades / Maison de vêtements ou collège, la ville amendera / quoiqu’il se produise dans un appartement21).

Pochette du disque de Leipzig in Trümmern (L’Attentat)

Pochette du disque de Leipzig in Trümmern (L’Attentat)

10Dans « Messestadtpunk », les paroles décrivent également un pays en feu avec des punks seuls êtres vivants : « jeder stauntverursacht ist ein Land in Brand » (« tout le monde s’étonne que le pays est en feu »).

11En Allemagne de l’Ouest, on relève un titre représentatif de cette mise en scène conflictuelle de la situation sociale et urbaine chez Mittagspause de Düsseldorf. Leur titre « Innenstdatfront » décrit ainsi le centre-ville :

Nazis am Mahnmal und Pankies / am Schadowplatz / doch die Front die hat sie satt / keine chance dem neuen babylon / erzittre vor dem aufschrei der nation / chaos am stadtrand22.

(Les nazis au mémorial et les punks / à la Shadowplatz / mais le front est rassasié / aucune chance que la nouvelle Babylone / tremble devant le jappement de nation / chaos en périphérie).

12La ville est évoquée à travers un langage militaire comme un lieu de combat, un front, certes tranquille mais entouré par le chaos de la périphérie. De même « Nazi raus » de Beton Combo montre un pays occupé par les nazis :

Nazis in der Wirtschaft, Nazis in Bonn, und schon ist unsere Freiheit, nur noch fucking Stolz, braune Ratten kriechen, aus ihren Löchern, um die Freiheit einzuäschern, töte die Ratte, wo du sie siehst, zeig ihr, dass du sie nichtliebst23.

  • 24 Alors capitale de la RFA.

(Les nazis dans l’économie, les nazis à Bonn24, et déjà notre liberté n’est plus que du putain d’orgueil. Les rats bruns sortent de leur trou pour incinérer la liberté. Tue les rats où que tu les voies pour leur montrer que tu ne les aimes pas).

13On retrouve ce même champ lexical mais sous formes d’images dans de nombreux fanzines. On pourrait multiplier les exemples : Funzine (Hambourg) et Freizeit (Munich) montrent des émeutes et affrontements avec la police ; Limited Editions (Hanovre) et Deutschland Ruhmesalle (Düsseldorf) utilisent également des images d’une jeunesse réprimée, un enfant étant pendu alors qu’un pistolet le pointe dans le premier cas, et des jeunes punks entourés d’objets militaires avec encore des symboles nazis pour le second. Ces couvertures ne sont que des exemples de dynamiques récurrentes. On les retrouve également dans des visuels de certains disques, notamment chez Slime. La pochette du vinyle Yankees Raus (« Les ricains dehors ») présente un collage, à côté des textes de critiques des États-Unis, compilant des images violentes, notamment du KKK et de la guerre du Vietnam à la manière des Dead Kennedys.

Les références au conflit armé

  • 25 Anne Steiner, Loïc Debray, La Fraction Armée Rouge : guérilla urbaine en Europe occidentale, Paris, (...)
  • 26 Voir Diedrich Diedrichsen, « Genies und ihre Geräusche: Deutscher Punk und Neue Welle 1977-1982 », (...)

14La violence apparaît également dans la scène punk en Allemagne de l’Ouest sous le train d’un autre tabou : la violence physique d’extrême gauche pratiquée par la RAF, Rote Armee Fraktion (la Fraction Armée Rouge). Celle-ci représente la violence la plus présente dans le débat public, décriée quotidiennement dans la presse. Ce groupe, actif depuis 1968, applique une stratégie de « guérilla urbaine » multipliant les enlèvements et les attentats25. On retrouve souvent son logo dans les fanzines ou sur les vestes en cuir de la scène punk ouest-allemande. La couverture du premier single du groupe S.Y.P.H., le premier album indépendant sorti en Allemagne, montre la poussette utilisée dans le kidnapping de Hanns Martin Schleyer, représentant du patronat allemand, enlevé puis exécuté par la RAF en 1977, à laquelle est accolé le titre « Viel Feind, viel Ehr » (« Beaucoup d’ennemis, beaucoup d’honneur »). La chanson « Der lange Weg nach Derendorf » de Mittagspause raconte quant à elle la fusillade du membre de la RAF, Willy Peter Stoll, en prenant clairement le parti de ce dernier26.

Pochette du disque Viel Feind, viel Ehr (S.Y.P.H.)

Pochette du disque Viel Feind, viel Ehr (S.Y.P.H.)
  • 27 Michel Boehlike, Henry Gericke, Too much future. Le punk en république démocratique allemande, Pari (...)
  • 28 Hélène Camarade, Sibylle Goepper (dir.), Résistance, dissidence et opposition en RDA 1949-1990, Vil (...)

15Dans l’état actuel des recherches, de telles références directes à la lutte armée n’ont pu être relevées dans la scène punk d’Allemagne de l’Est durant cette première période. On y retrouve bien des références épisodiques à la RAF27 mais pas à des phénomènes de luttes armées internes à leur pays. Cette constatation semble presque une évidence étant donné que ces formes de luttes sont alors quasiment inexistantes en RDA28. À noter que l’usage de symboles de la RAF n’est pas spécifique au punk issu d’Allemagnes de l’Est ou de l’Ouest. Joe Strummer, par exemple, portait un T-shirt arborant les initiales « RAF ».

16L’usage de tabous, les références à la lutte armée ainsi que la récurrence des images conflictuelles, démontrent la volonté des deux scènes de dépeindre leur situation sous les traits d’une violence aux accents polémiques. Mais que signifient à proprement parler ces traits ? Ne s’agit-il que d’un registre ou correspondent-ils à une violence vécue ou pratiquée ? Les différences et les similitudes entre les formes d’expression utilisées au sein des scènes punks de l’Est et de l’Ouest impliquent-elles des significations divergentes confiées à la violence ? C’est le questionnement qui constituera la seconde partie de cet article.

De la bravade à la dénonciation

  • 29 Paul Bacot, « La politisation comme élargissement de la conflictualité », 7e Congrès de l’Associati (...)

17L’usage du registre de la violence au sein de la scène punk relève, selon nous, d’une dimension politique forte. Par politique, nous entendons ici une prise de position claire vis-à-vis de l’État ou des institutions et des normes dominantes. Dès le départ, le punk représente ainsi une politisation des pratiques culturelles, dans le sens qu’en donne Paul Bacot29, à savoir un élargissement de la conflictualité. Le punk, par son usage de ce registre, exprime le conflit de façon littérale et évidente et se positionne donc face aux normes dominantes et à la société. Ainsi Dick Hebdige énonçait-il déjà :

  • 30 Dick Hebdige, Sous-culture, le sens du style, Paris, Zones, 2008, p. 21.

Le style d’une sous-culture donnée est toujours lourd de signification. Ses métamorphoses sont “contre nature”, elles interrompent le processus de “normalisation”. De ce point de vue, elles sont autant de gestes en direction d’un discours qui scandalise la “ majorité silencieuse ”, qui conteste le principe d’unité et de cohésion, qui contredit le mythe du consensus30.

18Mais cette politisation et ses expressions peuvent prendre des formes diverses.

La violence proclamée

  • 31 Fonds consultés au sein des archives suivantes : Allemagne, Köblenz, Bundesarchiv (BRD) ; Abteilung (...)

19La violence sert en premier lieu à proclamer le conflit pour rendre la rupture évidente avec le consensus. Ce registre permet donc de mettre en avant le conflit. Mais ce dernier ne fait-il que proclamer, les expressions de la violence ne servant qu’à dramatiser une situation en vérité pacifiée ? C’est la conclusion qui découle d’une comparaison des modes d’expression et des mobilisations effectives. Ainsi, au-delà des références, des punks sont-ils proches de la RAF en Allemagne de l’Ouest ? L’analyse des archives de polices et gouvernementales31 menée en Allemagne de l’Ouest semble pour l’instant ne pas l’indiquer, si ce n’est de vagues cohabitations au sein des squats. Les punks n’y sont jamais reliés au terrorisme de gauche et ne sont mentionnés que dans le cadre de faits de délinquance et de consommation de stupéfiants.

  • 32 Mary Fulbrook, The People’s State: East German Society from Hitler to Honecker, Londres, Yale Unive (...)
  • 33 Helène Camarade, Sibylle Goepper, « État de la recherche, concepts, méthodologie », in Helène Camar (...)

20Les images conflictuelles reflètent-elles deux Allemagnes plongées dans les conflits ? Le registre détonne plutôt du fait d’une période, au contraire, davantage marquée par un fort consensus. En ce qui concerne l’Allemagne de l’Est, il est nécessaire ici de s’arrêter sur son régime politique. Pour le résumer brièvement, on peut reprendre l’expression de l’historienne Mary Fulbrook : « participatory dictatorship32 ». Les historiens s’accordent en effet pour catégoriser ce pays comme une dictature du fait notamment de la forte répression contre tout opposant : l’absence de séparation des pouvoirs et d’une justice indépendante ; l’existence d’une police politique ; des libertés individuelles et de la presse bafouées ; la manipulation des élections33.

  • 34 Bernd Linner, « Une autre RDA – ou pas de RDA du tout ? », in Helène Camarade, Sibylle Goepper (dir (...)

21La spécificité de cette dictature est de s’appuyer sur la participation active de ses citoyens, les impliquant dans ses structures politiques et dans des démonstrations publiques. Le Parti du SED (Sozialistisch Einheitspartei) au pouvoir représente une gigantesque organisation, avec deux millions de membres en 1977, chiffre en constante augmentation durant cette période. La proportion d’individus membres du SED passe ainsi de 58,2 % en 1953 à 81,4 % en 1960, pour dépasser les 90 % durant la période où Honecker est à la tête du Parti et pendant laquelle la scène punk émerge. Ces chiffres ne signifient pas pour autant que le contrôle ou le consensus soit total. En effet, les citoyens adoptent dans le même temps une approche de plus en plus désabusée où le mécontentement se renforce, ce dernier pouvant se lire dans les 100 000 procédures de contrôle interne du SED qui aboutirent au refus ou à l’exclusion de 90 000 membres et aspirants entre 1981 et 198534. Il faut néanmoins faire attention à ne pas tomber dans la téléologie en anticipant a posteriori la chute du Mur. Entre 1977 à 1982, période pendant laquelle émerge le punk, le renversement du pouvoir ne semble encore ni possible ni encore moins proche.

22Le contrôle étatique n’est, de plus, en rien remis en cause suite à la pétrification économique. En effet, Honecker, arrivé à la tête du SED en 1971, décide de focaliser sa politique économique sur la satisfaction matérielle de la population. À côté de cette politique de chantage aux biens de consommation, le gouvernement est-allemand use également d’une politique du bâton. Il surveille ainsi l’ensemble des aspects liés à la vie privée, criminalisant tout comportement sortant de la norme prescrite en tant que forme de subversion politique. Lorsqu’apparaît la scène punk, la Détente a pris fin, et l’on entre dans une seconde guerre froide qui aura pour conséquence une nouvelle fermeture des frontières et un durcissement de la politique culturelle ; celle-ci débouchera notamment sur l’exclusion du poète et chanteur Wolf Biermann en 1976. Ainsi, malgré un projet socialiste bénéficiant d’un engouement populaire de plus en plus faible, la situation du pays continue à être marquée par un consentement qui est peut-être de façade, mais reste pour autant omniprésent et doté d’un arsenal de mesures répressives. Il n’y a pas d’augmentation des formes de contestation sociale.

  • 35 Cité dans Alex Schildt, « Modernisation dans la Reconstruction. La société ouest-allemande des anné (...)
  • 36 Karrin Hanshew, Terror and Democracy in West Germany, New York, Cambridge University Press, 2012, p (...)

23L’Allemagne de l’Ouest serait-elle davantage traversée par les conflits ? Si les deux situations ne sont pas comparables du fait de la répression et de la dictature en RDA, la situation politique en Allemagne Fédérale est, elle aussi, marquée par un fort consensus. L’historien Christoph Klessman évoque ainsi une « modernisation sous les auspices du conservatisme35 » pour qualifier le développement de la RFA, entre croissance économique et modernisation d’un côté, et persistance des normes anciennes de l’autre. Le système du fédéralisme prévient toute domination d’un parti politique, renforçant l’esprit du consensus dans les parlements régionaux et au Bundestag, où les deux principales forces politiques, la CDU et le SPD, collaborent. L’animosité envers le bloc communiste, du fait de la partition de l’Allemagne, entraîne un climat antisocialiste, et la répression face à la RAF débouche sur une criminalisation large des mouvements militants de gauche. En juin 1976, un amendement criminalisant le soutien à la violence est voté pour censurer les livres jugés complice du terrorisme36.

  • 37 Dieter Rucht, Modernisierung und neue soziale Bewegungen, Frankfurt, Campus, 1994, 601 p.
  • 38 Ibidem, p. 168.

24L’Allemagne de l’Ouest est néanmoins marquée par un milieu alternatif bien plus présent que d’autres pays au même moment, et a fortiori par rapport à l’Allemagne de l’Est. Pour mesurer l’importance quantitative de ce milieu en 1980, on peut la comparer à ses pays voisins selon les chiffres donnés dans les statistiques établies par Dieter Rucht entre 1975 et 198937 : la proportion de participants à des actions de protestation est respectivement de 79 000 par million d’habitants en France, 104 000 en Suisse et de 186 000 en Allemagne Fédérale38. Ces données confirment l’existence d’un milieu alternatif resté fort en Allemagne de l’Ouest.

  • 39 Sven Reichardt, Detlef Siegfried (dir.), Das Alternative Milieu, Antibürgerlicher Lebensstil und li (...)

25Si ces chiffres montrent la persistance et l’importance de ce milieu alternatif au sein de la société ouest-allemande, et ce dans des proportions qui dépassent de loin les seuls groupes faisant usage de la violence physique comme la RAF et ses différentes branches, l’étude précise de l’évolution chronologique de ce milieu permet de relativiser ce constat. Au moment où émerge le punk, le milieu alternatif ouest-allemand connaît une période de transition importante. C’est en 1978 qu’a lieu le congrès de Tunix, à l’Université Technique de Berlin-Ouest. Ce congrès national marque un tournant dans l’institutionnalisation du milieu alternatif à travers une distanciation relative vis-à-vis des actions violentes. Cette dynamique peut également se lire dans la présence forte des milieux associatifs en lieu et place des syndicats ou des collectifs politiques, et surtout dans la création, deux ans plus tard, du Parti des Grünen dans le prolongement du congrès39.

26Si les luttes sociales sont peu présentes dans les deux pays, comment comprendre alors le registre violent utilisé au sein des scènes punks pour décrire la situation sociale ? Dans les deux cas, le besoin d’une rupture violente est peut-être justement une réponse à ce consensus fort. La violence est un moyen de rendre évident la rupture, de la proclamer. S’exprimer avec ce registre a comme avantage de forcer le trait de la conflictualité : la violence met en scène une dimension conflictuelle littérale, évidente et parfois donc exagérée.

  • 40 Bravo, no 2, 1978.

27Si on observe ainsi une même dynamique dans les deux pays, les moyens utilisés divergent du fait du type de consensus auquel sont confrontés les punks. Dans le cas de l’Allemagne de l’Ouest et plus spécialement de Düsseldorf, il s’agit d’un consensus fondé sur la récupération et la dépolitisation qui sont utilisées par les institutions dominantes. Il n’y a pas de répressions spécifiques de la police et le punk est très vite repris dans des médias mainstream et par les labels qui signent des artistes comme Nena ou Trio, respectivement chez Sony et Mercury. Le punk est dépolitisé et normalisé pour s’intégrer aux logiques de divertissement. Le magazine pour adolescent Bravo titre ainsi : « Punk zum Spaß und aus flippen. Bravo Modetip für ihre Party » (« Punk pour le plaisir et le délire. Les conseils de Bravo pour votre fête40 »). La violence permet alors de réinsuffler de la rupture face à cette récupération et se retrouve dans l’usage de symbole tabou. C’est dans ce type de scène que la dimension ostentatoire de la violence se fait la plus récurrente et la plus scandaleuse, l’usage parfois quasi-systématique des symboles nazis en constituant l’exemple le plus probant.

28Mais en Allemagne de l’Est et dans d’autres villes d’Allemagne de l’Ouest, les scènes punks ne rencontrent pas uniquement le danger de la récupération. La proclamation de la violence ne va alors plus se suffire à elle-même.

La violence assignée

29Les scènes punks de l’Allemagne de l’Est ne font pas que proclamer leur violence face à une société qui les dépolitise. L’État corrobore ici cette proclamation en assignant le qualificatif de violent aux punks. Une des premières positions prises dans les rapports de la Stasi par rapport à la scène punk est la suivante :

  • 41 Allemagne, Berlin, Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemalig (...)

Die so genannete Punk-bewegung ist ein Erscheinungsbild der kapitalistischen Gesellschaft und lehnt in ihrem Hauptinhalt die bürgerliche Lebensweise ab. Sie ist eine auf Gewalt beruhende Erscheinung, gesellschatsablehend und pessimistisch orientiert41.

(Ce que l’on nomme le mouvement punk est une incarnation de la société capitaliste et reproduit des modes de vie bourgeois. C’est un phénomène violent, antisocial et pessimiste.)

  • 42 Michel Boehlike, Henry Gericke, op. cit., p. 51.
  • 43 Florian Lipp, « “Keinerlei Textverständlichkeit” – “Keyboard oft nicht rhythmisch” Staatliche Einst (...)

30On voit bien ici que la caractérisation de violent est centrale pour qualifier la scène punk. La violence est assignée et justifie la criminalisation immédiate de la scène punk est-allemande, du moins dans les grandes villes comme Berlin, Leipzig et Erfurt. L’État met alors en place une répression extrêmement sévère à travers différents moyens : exil, emprisonnement, envoi au service militaire, interrogatoire. Cette répression parviendra de fait à quasiment supprimer la première vague punk42. Le cas de la Stasi peut donner une vision biaisée de la situation étant donné que celle-ci constitue une institution qui n’aborde les phénomènes sociaux ou les individus que sous l’angle de problèmes à surveiller ou à réprimer. Et il existe des cas locaux où le punk cohabite sans conflit avec des instances du parti43. Les archives de la Stasi permettent néanmoins de rendre compte des conceptions officielles produites par l’État est-allemand pour aborder la scène punk.

  • 44 Diedrich Diedrichsen, op. cit., p. 18.
  • 45 Was ist los am Spritzenplatz ?, 1982, Allemagne, Hambourg, Institut für Sozialforschung, Hambourg ( (...)
  • 46 LAB, B Rep. 232-244 Nr. 163 Demokratischer Klub e.V.

31En Allemagne de l’Ouest, à côté des phénomènes de récupération et de dépolitisation, il existe également de ponctuels phénomènes de criminalisation. C’est notamment le cas à partir du début des années 1980, période durant laquelle la scène punk prend plus d’ampleur et de nombreux punks adoptent une pratique militante, notamment à Berlin et à Hambourg, publiant des fanzines s’intéressant aux éléments de la politique locale et participant à des actions ou à des manifestations44. Des phénomènes de répression apparaissent alors dans certaines villes avec par exemple l’interdiction par la municipalité de certains secteurs de la ville aux punks à Hambourg, la Spritzenplatz45, et la fermeture de squats à Berlin à partir du début des années 1980, faisant passer le nombre de maisons occupées de 165 en 1981 à 38 à la fin de 198346. Cette répression s’accompagne parfois d’association au terrorisme dans un climat de violence et sécuritaire généralisé. Les références au terrorisme pratiquées par les punks sont donc reprises par l’État.

  • 47 « Repenser la violence », entretien avec Michel Wieviorka, in Régis Meyran (dir.), Les mécanismes d (...)

32Aussi bien en Allemagne de l’Est que de l’Ouest quand la répression est active, la violence est assignée et sert à marquer le refus de légitimité politique de la part de l’État. L’association au terrorisme ou le marquage comme socialement violent revient à lui refuser toute légitimité à user de la force. On touche ici à un aspect de la signification sociale de la violence comme sous-conflit. En effet, pour Michel Wieviorka : « le conflit signifie une relation entre acteurs, la violence est au contraire de l’ordre de la rupture, de la non-relation, du seul rapport de force47. » La violence est cette forme de lutte marquée par l’absence de conflit véritable. Elle est l’usage du conflit sans légitimité. Le discours étatique ou médiatique continue de refuser toute légitimité politique aux punks, lisant leurs pratiques sous l’angle du délit et non du conflit. Face à l’État, perçu socialement comme rationnel et mesuré dans son usage de la force, le punk, en s’exprimant par des traits violents, ne se condamne-t-il alors pas à apparaître comme une manifestation, impulsive, fantasque, voire haineuse et à confirmer la façon dont il est dépeint par les institutions gouvernementales et les médias dominants ? Les références au terrorisme pour proclamer la violence ne se retournent-elles pas contre la scène punk ?

La violence dénoncée

33Nous touchons certes à certaines limites du punk comme action militante. Néanmoins, une nouvelle fonction de l’usage du registre de la violence intervient ici. Il existe bien certaines scènes où cette violence est avant tout proclamée, notamment à Düsseldorf. Elle sert avant tout à assurer une rupture face à la récupération et passe via l’usage de tabous. Le conflit se joue davantage sur le plan symbolique, ces scènes ne faisant pas face à une répression systématique.

34Mais dans ces scènes qui font face à une répression ou qui s’implique dans des conflits sociaux plus larges, la violence n’est pas simplement proclamée, elle est également dénoncée. C’est le cas par exemple du groupe Slime de Hambourg. Ici, la violence qui est exposée dans l’album Yankees Raus est celle des États-Unis, dénoncée dans un album dont le titre critique directement la présence militaire américaine. De même, les paroles du titre éponyme accusent :

Tausende von Menschen / Männer Frauen Kinder / Zerfetzt von Napalm in Vietnam / Tausende von Menschen Rote und schwarze / Gejagt und getötet vom Ku Klux Klan48.

(Des milliers de gens / hommes femmes enfants / brulés au napalm au Vietnam / Des milliers d’hommes / rouges et noirs / chassés et tués par le Ku Klux Klan).

  • 49 Gegendarstellung, no 2, 1979 et no 8, 1980, Allemagne, Berlin, Archiv der Jugendkulturen (archives (...)

35Plutôt que d’un scandale, il s’agit avec Slime d’une contestation construite et cohérente, une critique de la violence. De même dans « Nazi Raus » de Beton Combo, la violence première est celle des nazis contre la liberté, une violence dénoncée à nouveau. On retrouve ce type de discours à la même époque également dans certains fanzines, notamment Gegendarstellung à Hanovre, qui publie de nombreux artistes antifascistes ou portant sur les violences policières. Dans le deuxième numéro paru en 1979, un article affirme ainsi que « Die bürgerliche Statt ist eine kriminelle Vereinigung » (« L’État bourgeois est une association criminelle »). Le huitième numéro paru en 1980 poursuit cette critique de la société ouest-allemande perçue comme répressive : « unserer Politiker auf ihren Nackten, Gewalttätigen Inhalt – Recht & Ordnung » (« Nos politiciens sous leurs couleurs nues et violentes – la loi et l’ordre49. » La violence est donc bien à nouveau attribuée à l’État.

36De même en Allemagne de l’Est, c’est la violence de la répression de l’État qui est dénoncée. C’est le cas dans le titre de Planlos, groupe de Berlin, avec le titre « Überall wohin’s dich führt » :

Überall wohin’s dich führt, wird dein Ausweis kontrolliert. Und sagst du einen falschen Ton, was dann geschieht, du weißt es schon. Ganz egal wohin man schaut, die Kameras sind aufgebaut50.

(Ou que j’aille, mon identité est contrôlée. Et si tu parles avec le mauvais ton, tu sais déjà ce qui t’attend. Peu importe où tu regardes, des caméras sont installées).

37On voit ici que le propos n’est pas le scandale per se, mais une critique concrète des agissements de la Stasi, de la répression qu’elle met en place.

Conclusion : la violence comme lutte politique

38Le cas des deux Allemagnes a permis de montrer que la violence fait partie des traits partagés de la panoplie punk. Ce registre sert à indiquer une rupture mais cette dernière peut prendre des directions fort différentes. Dans le cas de certaines villes, de Düsseldorf notamment, cette rupture semble presque impossible à exprimer dans un consensus dépolitisant où la récupération est sur le qui-vive. À l’inverse, en Allemagne de l’Est, l’expression de la rupture apparaît directement de façon évidente et radicale. Le répertoire d’action de rupture est reconfiguré en fonction de la forme prise par la réponse institutionnelle. Dans un cas, la rupture est symbolique, quand, dans l’autre, elle devient thématisée comme enjeu de rapport et de conflit face aux institutions. La thématique de la violence s’inscrit dans une lutte politique où se joue la volonté d’exprimer ou de dénoncer l’existence de conflits d’un côté, tout comme le refus d’y confier une légitimité de l’autre. Après une apparente innocence des débuts, le rock a évolué dans une période de forte politisation de la jeunesse dans les années 1960-1970 suite notamment aux mobilisations autour de Mai 68 en France. Au contraire, le punk arrive dans une période de forte dépolitisation qui va appeler à de nouvelles formes d’expression, se servant notamment de la violence. Face à la récupération et à la criminalisation, deux types de stratégie se mettent en place usant toutes deux du registre de la violence pour la proclamer ou la dénoncer.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Boehlike Michel, Gericke Henry, Too much future. Le punk en république démocratique allemande, Paris, Éditions Allia, 2010, 191 p.

Cahn Jean-Paul, Pfeil Ulrich, Allemagne 1974-1990. De l’Ostpolitik à l’unification, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2008, 327 p.

Camarade Helène, Goepper Sibylle (dir.), Résistance, dissidence et opposition en RDA 1949-1990, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2016, 404 p.

Emmerling Leonhard, Weh Mathilde (dir.), Geniale Dilletanten. Subultur der 1980er in Deutschland, Osfildern, Hatje Cantz, 2015, 160 p.

Fulbrook Mary, The People’s State: East German Society from Hitler to Honecker, Londres, Yale University Press, 2008, 350 p.

Hanshew Karrin, Terror and Democracy in West Germany, New York, Cambridge University Press, 2012, 282 p.

Meinert Philipp, Seeliger Martin (dir.), Punk in Deutschland : Sozial- und kulturwissenschaftliche Perspektiven, Bielefeld, Transcript, 2013, 312 p.

Meyran Régis (dir.), Les mécanismes de la violence. États – Institutions – Individu, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, 2006, 288 p.

Reichardt Sven, Siegfried Detlef (dir.), Das Alternative Milieu, Antibürgerlicher Lebensstil und linke Politik in der Bundesrepublik Deutschland und Europa 1968-1983, Göttingen, Wallstein, 2010, 509 p.

Prezioso Stéfanie, Chevrolet David (dir.), L’heure des brasiers. Violences et révolution au xxe siècle, Lausanne, Éditions d’en Bas, 2011, 326 p.

Schildt Axel, Siegfried Detlef, Between Marx and Coca-cola. Youth Cultures in Changing European Societies, 1960-1980, New York, Berghahn Books, 2006, 424 p.

Siegfried Detlef, Time is on my side. Konsum und Politik in der westdeutschen Jugendkultur der 60er Jahre, Göttingen, Wallstein, 2006, 854 p.

Sirinelli Jean-Francois, Soutou Georges-Henri (dir.), Culture et guerre froide, Paris, Presse de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, 308 p.

Teipel Jürgen, Dilapide ta jeunesse, un roman-documentaire sur le punk et la new wave allemande, Paris, Éditions Allia, 2010, 435 p.

Timmermann Heiner, Die DDR in Europa. Zwischen Isolation und Öffnung, Berlin / Hamburg / Münster, Lit Verlag, 2005, 554 p.

Yurchak Alexei, Everything was forever, until it was no more, Princetown University Press, Princetown, 2006, 352 p.

Haut de page

Notes

1 C’est le propos des articles du présent volume. Pour une approche générale de ces aspects : Claude Chastagner, De la culture rock, Paris, PUF, 2011, 308 p.

2 Ce sont les termes utilisés par Arno Rudeboy pour parler des concerts en France entre 1980 et 1982. Arno Rudeboy, Nyark Nyark, Fragments des scènes punk et rock alternatif en France. 1976-1989, Paris, La Découverte, 2007, p. 46.

3 Sur la question de la dimension transnationale du punk et de la panoplie se déclinant en scènes locales, voir Pierre Raboud, « “Schwiiz brännt”. Achtziger Jugendunruhen et scènes punks suisses : entre reprise, immersion et détachement », Revue suisse d’histoire, 2014, no 64, p. 451-469.

4 Pour une chronologie détaillée de ces scènes voir notamment : Jürgen Teipel, Dilapide ta jeunesse, un roman-documentaire sur le punk et la new wave allemande, Paris, Éditions Allia, 2010, 435 p. ; Michel Boehlike, Henry Gericke, Too much future. Le punk en république démocratique allemande, Paris, Éditions Allia, 2010, 191 p.

5 Marc Bloch, « Comparaison », Bulletin du Centre International de Synthèse, 9, 1930, p. 34.

6 Anne-Chantal Leandri-Lepeuple, « L’enjeu culturel de Radio Free Europe, Radio Liberty et RIAS », in Jean- François Sirinelli et Georges-Henri Soutou (dir.), Culture et guerre froide, Paris, PUPS, 2008, 308 p.

7 Alexei Yurchak, Everything was forever, until it was no more, Princetown University Press, Princetown, 2006, p. 185.

8 Willkürakt, 3, 1980, p. 9, Allemagne, Berlin, Archiv der Jugendkulturen (archives sans signature).

9 Pierre Raboud, Fun et mégaphones : les scènes punks entre marginalité et politisation. Suisse, France, RFA et RDA (1977-1982), sous la direction de Stéfanie Prezioso et Jeremy Gilbert, soutenue en janvier 2017 à l’Université de Lausanne.

10 Harold L. Nieburg, Political violence, New York, St-Martin Press, 1969, p. 13.

11 Stéfanie Prezioso et David Chevrolet (dir.), L’heure des brasiers. Violences et révolution au xxe siècle, Lausanne, Éditions d’en Bas, 2011, p. 10 (« Introduction »).

12 Florence Tamagne, « Mutations homosexuelles », in Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, tome 3 : La virilité en crise ? xxe-xxie siècle, Paris, Seuil, 2011, p. 351-375.

13 Voir Henning Wellmann, « Wütende Gemeinschaften. Die Kultivierung von Emotionen in der Musikkultur von Punk bis Grunge », projet de recherche [En ligne] https://pophistory.hypotheses.org/428 (consulté le 4 décembre 2015).

14 Nathalie Heinich, « L’art du scandale », Politix, 2005, no 71, p. 135 : URL : https://www.cairn.info/revue-politix-2005-3-page-121.htm

15 Alix Heiniger, Exil, résistance, héritage : les militants allemands antinazis pendant la guerre et en RDA (1939-1975), Neuchâtel, Alphil, 2015, 401 p.

16 Allemagne, Berlin, Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR (MfS), BV Magdeburg Abt. XX 4223 ZMA.

17 Allemagne, Berlin, Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR (MfS), AOP 9610/83, Band 1, fol. 53.

18 Walter L. Hixson, Parting the curtain : Propaganda, Culture, and the Cold War, 1945-1971, New York, St-Martin Press, 1997, 283 p. ; Jean-Francois Sirinelli et Georges-Henri Soutou (dir.), Culture et guerre froide, Paris, Presse de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, 308 p.

19 Heiner Timmermann, Die DDR in Europa. Zwischen Isolation und Öffnung, Berlin / Hamburg / Münster, Lit Verlag, 2005, 554 p.

20 L’Attentat, « Leipzig in Trümmern », vidéo de fan [En ligne] https://www.youtube.com/watch?v=UY6B5_i0YJM.

21 Sauf mention contraire, les traductions de l’allemand sont de l’auteur.

22 Mittagspause, « Innenstadtfront » [En ligne] https://www.youtube.com/watch?v=fZnDbY-Jc6o.

23 Beton Combo, « Nazi raus » [En ligne] https://www.youtube.com/watch?v=_IbLOnb4rK4.

24 Alors capitale de la RFA.

25 Anne Steiner, Loïc Debray, La Fraction Armée Rouge : guérilla urbaine en Europe occidentale, Paris, Méridiens Klincksieck, 2005, 267 p.

26 Voir Diedrich Diedrichsen, « Genies und ihre Geräusche: Deutscher Punk und Neue Welle 1977-1982 », in Leonhard Emmerling, Mathilde Weh (dir.), Geniale Dilletanten. Subultur der 1980er in Deutschland, Osfildern, Hatje Cantz, 2015, p. 11.

27 Michel Boehlike, Henry Gericke, Too much future. Le punk en république démocratique allemande, Paris, Éditions Allia, 2010, p. 26.

28 Hélène Camarade, Sibylle Goepper (dir.), Résistance, dissidence et opposition en RDA 1949-1990, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2016, 404 p.

29 Paul Bacot, « La politisation comme élargissement de la conflictualité », 7e Congrès de l’Association française de Science Politique, Lille, septembre 2002, France, 8 p.

30 Dick Hebdige, Sous-culture, le sens du style, Paris, Zones, 2008, p. 21.

31 Fonds consultés au sein des archives suivantes : Allemagne, Köblenz, Bundesarchiv (BRD) ; Abteilung B Bundesrepublik Deutschland mit westlichen Besatzungszonen - 1945 ff. ; Allemagne, Hambourg, Institut für Sozialforschung (IFZ) ; Allemagne, Berlin, Landesarchiv (LAB) ; Allemagne, Duisburg, Landesesarchiv Nordrhein-Westfalen (NW) ; Allemange, Hambourg, Staatarchiv (HS).

32 Mary Fulbrook, The People’s State: East German Society from Hitler to Honecker, Londres, Yale University Press, 2008, 350 p.

33 Helène Camarade, Sibylle Goepper, « État de la recherche, concepts, méthodologie », in Helène Camarade, Sibylle Goepper (dir.), op. cit., p. 14.

34 Bernd Linner, « Une autre RDA – ou pas de RDA du tout ? », in Helène Camarade, Sibylle Goepper (dir.), op. cit., p. 41.

35 Cité dans Alex Schildt, « Modernisation dans la Reconstruction. La société ouest-allemande des années 1950 et le retard de la RDA », in Jean-Paul Cahn, Ulrich Pfeil (dir.), Allemagne 1945-1961. De la « catastrophe » à la construction du mur, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2008, p. 98.

36 Karrin Hanshew, Terror and Democracy in West Germany, New York, Cambridge University Press, 2012, p. 164.

37 Dieter Rucht, Modernisierung und neue soziale Bewegungen, Frankfurt, Campus, 1994, 601 p.

38 Ibidem, p. 168.

39 Sven Reichardt, Detlef Siegfried (dir.), Das Alternative Milieu, Antibürgerlicher Lebensstil und linke Politik in der Bundesrepublik Deutschland und Europa 1968-1983, Göttingen, Wallstein, 2010, 509 p.

40 Bravo, no 2, 1978.

41 Allemagne, Berlin, Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR (MfS), BV Berlin Abt., XX 3105.

42 Michel Boehlike, Henry Gericke, op. cit., p. 51.

43 Florian Lipp, « “Keinerlei Textverständlichkeit” – “Keyboard oft nicht rhythmisch” Staatliche Einstufungspraxis in der späten DDR am Beispiel von Punk- und New-Wave-Bands », Bundeszentrale für politische Bildung, in Deutschland Archiv, 2 juin 2016 [En ligne] www.bpb.de/228328.

44 Diedrich Diedrichsen, op. cit., p. 18.

45 Was ist los am Spritzenplatz ?, 1982, Allemagne, Hambourg, Institut für Sozialforschung, Hambourg (IFZ), Sbe 437-G1 Jugendkulturen.

46 LAB, B Rep. 232-244 Nr. 163 Demokratischer Klub e.V.

47 « Repenser la violence », entretien avec Michel Wieviorka, in Régis Meyran (dir.), Les mécanismes de la violence. États – Institutions – Individu, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, 2006, p. 147.

48 Slime, « Yankees Raus » [En ligne] https://www.youtube.com/watch?v=aEGFYrwKMLY.

49 Gegendarstellung, no 2, 1979 et no 8, 1980, Allemagne, Berlin, Archiv der Jugendkulturen (archives sans signature).

50 Planlos, « Überall wohin’s dich führt » [En ligne] https://www.youtube.com/watch?v=f7moS85Y3XA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de Willkürakt (n°3, 1980)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Pochette du disque de Leipzig in Trümmern (L’Attentat)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Pochette du disque Viel Feind, viel Ehr (S.Y.P.H.)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Raboud, « Le consensus brûle : le punk, violences et conflits en Allemagne de l’Est et de l’Ouest (1976-1982) », Criminocorpus [En ligne], Rock et violences en Europe, Punk et violence, mis en ligne le 19 octobre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/4253

Haut de page

Auteur

Pierre Raboud

Pierre Raboud est docteur ès Sciences politiques. Sa thèse Fun et mégaphones : les scènes punks entre marginalité et politisation. Suisse, France, RFA et RDA (1977-1982) aborde l’émergence du mouvement punk dans une perspective comparative. Elle a été soutenue en janvier 2017 à l’Université de Lausanne (Suisse). Il est actuellement postdoctorant au sein de l’équipe scientifique du projet PIND [Punk is not dead. Pour une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (université de Tours), avec le soutien de l’ANR (N° ANR-16-CE27-0010-01). Ses recherches, qui s’inscrivent à la fois dans une perspective historique et d’étude politique, portent plus largement sur les musiques populaires, notamment les liens entre mainstream et cultures populaires. Il a notamment publié « L’émergence du punk en France : entre dandys et autonomes (1976-1981) » (Volume !, 2016), « Le populaire est-il soluble dans les industries culturelles ? Courants dominants et contraires des cultures populaires » (avec Keivan Djavadzadeh, Raisons politiques, 2016) et « “Schwiiz brännt”. Achtziger Jugendunruhen et scènes punks suisses : entre reprise, immersion et détachement » (Revue suisse d’histoire, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page