Navigation – Plan du site
Blousons noirs et rébellions

La “Nuit de la Nation” : culture jeune, rock’n’roll et panique morale dans la France des années 1960

Florence Tamagne

Résumés

La « Nuit de la Nation » désigne un grand concert gratuit organisé le 22 juin 1963 par Europe no 1 et Salut les copains, sur la place de la Nation à Paris. Il rassembla environ 150 000 personnes, venues applaudir la plupart des « idoles » yéyé du moment. Les incidents et violences qui l’émaillèrent, généralement attribués à l’action des blousons noirs, suscitèrent un vaste débat dans la presse, mais aussi au Conseil municipal de Paris, autour de la question de la délinquance juvénile. Cet article entend revenir sur cet évènement fondateur, en pointant les défauts d’organisation du concert, mais aussi son exploitation politique et médiatique, et en montrant en quoi il constitue la prise de conscience de l’existence d’une véritable « culture jeune » en France.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été publié en allemand sous le titre « La Nuit de la Nation. Jugendkultur, Rock’n’Roll und Moral Panics im Frankreich der sechziger Jahre », in Bodo Mrozec, Alexa Geisthhövel, Jürgen Danyel (dir.), Popgeschichte ; Band 2 ; Zeithistorische Fallstudien 1958-1988, Bielefeld, TRanscript Verlag, 2014, p. 41-62.

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire du rock en France, voir notamment : David Looseley, Popular Music in Contemporary Fr (...)
  • 2 Voir : Christian Eudeline, Anti-yéyé : Une autre histoire des sixties, Paris, Denoël, 2006, 442 p.  (...)

1C’est en 1956 que le rock’n’roll fait son entrée en France, d’abord sous la forme de versions parodiques signées Boris Vian, Danny Boy (Claude Piron), Danyel Gérard et Richard Anthony, puis sous la forme d’adaptation de titres américains chantés en français, qui feront, à partir de 1960, de Johnny Hallyday, la première star rock française1. Dès ses origines le rock’n’roll eut une réputation sulfureuse. Dès 1959, on l’associe à la délinquance des « blousons noirs », l’équivalent français des « rockers » anglais ou des « Halbstarken » allemands. Les « blousons noirs » ne cachaient pas, pour certains d’entre eux, leur intérêt pour la musique rock, à condition que celle-ci ne soit pas la « guimauve » aseptisée des yéyés. Leurs héros étaient les pionniers américains, tels Elvis Presley ou Gene Vincent, et le rocker britannique Vince Taylor. Si certaines bandes de jeunes arboraient le blouson de cuir comme un signe distinctif, n’hésitant pas à le personnaliser pour marquer leur appartenance à une bande, l’expression « blouson noir » était une invention de journalistes, qui renvoyait d’abord à un imaginaire cinématographique et musical, des films comme L’Équipée sauvage (1953) et Graine de violence (1955), ou les tenues de cuir portées par Elvis Presley, Gene Vincent et Vince Taylor. Ainsi, de 1959 à 1964, les blousons noirs firent régulièrement la « une » des journaux, que ce soient pour des bagarres entre bandes, des agressions contre les passants ou des émeutes lors des concerts de rock. Chaque incident était rapporté, souvent grossi, parfois monté de toute pièce2.

  • 3 Cet article s’appuie sur le dossier de police conservé aux Archives de la Préfecture de Police de P (...)
  • 4 Paris-Presse, 25 et 29 juin 1963 ; Minute, 28 juin 1963.

2La psychose autour du rock atteignit son apogée le 22 juin 1963, avec la « Nuit de la Nation », spectacle gratuit organisé par Salut les copains et qui accueillit près de 150 000 spectacteurs venus entendre Sylvie Vartan et ses « copains », Johnny Hallyday, Richard Anthony, Dick Rivers et « Les Chats Sauvages », des artistes au statut pour certains à la frontière du rock et du yéyé3. Pour une partie de la presse, ce n’était plus « Salut les copains » mais « Salut les voyous4 ». Pour autant, la masse des jeunes fans rassemblés interdisait d’interpréter le phénomène rock comme un phénomène mineur et passager, l’expression d’une jeunesse marginale et délinquante. Comment comprendre, dès lors, l’attrait qu’exerçait le rock sur la jeunesse ? Comment interpréter les phénomènes d’hystérie collective observés ? Quelles solutions proposer à une jeunesse apparemment en crise ?

3Je voudrais, à partir de l’exemple de la Nuit de la Nation, aborder trois points : d’abord, à partir de l’étude des rapports de police de l’époque, inédits à ce jour, déterminer la nature des évènements qui se sont déroulés ce soir-là et la manière dont se construit alors, autour du rock, une véritable panique morale ; je voudrais ensuite analyser les interprétations qui sont faites de l’évènement, depuis les dangers du rock’n’roll jusqu’à la constatation d’un malaise national plus général ; enfin, je voudrais montrer comme la Nuit de la Nation marque, en France, la prise de conscience de l’existence d’une « culture jeune » à part entière, perçue comme légitime, même si elle est généralement prise de haut.

« Salut les copains » ou « Salut les Voyous » ? : la construction d’une panique morale

  • 5 L’émission de télévision Âge tendre et tête de bois, présentée par Albert Raisner, est lancée en 19 (...)
  • 6 Trois formules se succèdent : Disco-Revue (DR) de 1961 à 1964 ; Disco-Revue, le lien international (...)

4Organisé par Jacques Goddet, directeur général du Tour de France, en collaboration avec Europe no 1, station de radio privée, qui animait un spectacle de variété dans chaque ville-étape, le concert de la Nation marquait officiellement le départ du 50e Tour de France. Le quotidien local Le Parisien libéré et le quotidien sportif L’Équipe étaient également associés à l’évènement. Europe no 1 chargea Daniel Filipacchi, animateur de l’émission à succès « Salut les copains » de la programmation. Avec le disque et le cinéma, plus que la télévision5, la radio était alors le principal médiateur du rock’n’roll auprès de la jeunesse. Si une minorité écoutait Radio Luxembourg en anglais, voire la BBC, l’émission « Salut les copains », lancée en 1959 sur Europe no 1, et animée par Frank Ténot et Daniel Filipacchi, constituait le principal moyen de diffusion de la musique rock en France. Elle rassemblait six soirs sur sept près de 1,6 million de jeunes. Dans son prolongement, le magazine Salut les copains, en juillet 1962, marqua les débuts de la presse pour jeunes et tira bientôt à un million d’exemplaires. Un an auparavant, en juillet 1961, Disco-Revue avait été créée par Jean-Claude Berthon, sur le modèle du New Musical Express britannique. Si SLC donnait la première place aux « idoles » françaises, Disco-Revue défendait une ligne plus rock, faisant une large place aux pionniers américains, puis à la vague pop anglaise6.

  • 7 Notamment Danyel Gérard, Les Champions, Les Gams.
  • 8 On ne trouve aucune annonce dans le magazine Salut les copains, dont le premier anniversaire coïnci (...)
  • 9 Europe no 1, « Images et son », Paris, 10 juin 1963, in APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.
  • 10 APP-FD-Manifestation 22 juin 1963. Un camion de projection devait prendre place sur l’avenue du Trô (...)
  • 11 Des jeunes s’agglutinèrent malgré tout derrière le podium, dans l’espoir de voir arriver leurs idol (...)

5Le concert de la Nation présentait une affiche prestigieuse, qui devait rassembler toutes les stars françaises rock du moment avec, aux côtés de Johnny Hallyday et Sylvie Vartan, Richard Anthony ou les Chats Sauvages, des artistes moins connus7. La soirée devait débuter vers 21h et se terminer vers 23h30, mais elle était suivie d’un concours de twist qui devait se terminer vers 0h30. Le public visé était clairement celui des jeunes auditeurs d’Europe no 1. De fait, l’intégralité de la publicité se fit à la radio, lors de l’émission8. Aucune affiche ne fut produite pour l’occasion. Pour Europe no 1, il fallait cependant « s’attendre à une foule considérable étant donné que notre spectacle sera donné sous le signe de “SLC” et qu’il réunira toutes les “idoles”9 ». En accord avec les services de police, le podium avait été installé avenue du Trône, entre les colonnes et le carrefour formé par l’avenue du Trône, le cours de Vincennes, le boulevard de Picpus et le boulevard de Charonne, le public étant admis gratuitement sur le cours de Vincennes10. Bien dégagé, l’emplacement offrait, en tenant compte des barrières, une surface disponible de 16 000 m², ce qui aurait été suffisant pour le public initialement prévu de quelques dizaines de milliers de spectateurs. Pour autant, les conditions de visibilité n’étaient pas excellentes : le podium, surélevé de 2,50 m permettait une bonne visibilité de face, mais pas de côté du fait de la présence des tentures et des véhicules. La radio demanda un important service de sécurité, notamment des agents autour du camion de projection et à l’intérieur des barrières pour empêcher les spectateurs de les escalader, ainsi qu’à l’arrière du podium de manière à dégager l’entrée des invités et des artistes11. Un petit car de police était prévu pour évacuer les idoles « les plus populaires », comme Johnny Hallyday.

  • 12 Au total, ce sont vingt sections de gardiens de la paix et deux escadrons de gardes mobiles qui aur (...)

6Malgré ces précautions, il apparut très vite, le 22 juin au soir, que l’affluence avait été largement sous-estimée. La police attendait entre 35 et 40 000 personnes. À 21h, la foule dépassait déjà les 100 000 personnes. Vers 22h, on atteignait les six à huit personnes au mètre carré et certains spectateurs étaient au bord de l’asphyxie. À certains endroits, du fait de la pression, les barrières cédèrent et une section de police fut chargée de sécuriser la brèche. Très vite, il fallut faire appel à des renforts. À leur maximum cependant, les forces de police ne dépassaient par les six cents hommes pour une foule qui atteignit 150 000 personnes12. Les véhicules étaient également en nombre très insuffisants. Une quarantaine de soldats et marins, en permission de soirée ou de nuit et qui avaient choisi d’assister au concert apportèrent leur aide aux services de police pour le maintien de l’ordre.

  • 13 Combat, 24 juin 1963.

7Si les premiers groupes peinèrent à déclencher l’enthousiasme de la foule, bientôt le public se déchaîna, tapant des mains, criant, dansant, chantant en chœur. Si les fans marquaient bruyamment leur joie, ils ne cachaient pas non plus leur hostilité. Sylvie Vartan fut huée et bousculée. Les commentateurs soulignent son « insuffisance vocale » et son manque d’authencité : « sa transe était feinte et aux “copains” il faut du vrai13 ». Johnny lui-même fut sifflé, mais sut retourner la situation à son avantage, emportant l’adhésion générale. Si le spectacle ne prit fin que vers 1h du matin, les spectateurs commencèrent d’évacuer les lieux vers 0h15 pour profiter des derniers métros, même si certains rôdaient encore dans les rues vers 2h du matin. Ironie de la mise en image : pour échapper aux assauts de leurs fans, les « idoles » sont évacuées en fourgon de police. Leur visage apparaît, tel ceux de criminels, derrière le grillage du « panier à salade ».

8Au total, et au vu de la foule rassemblée, les dégats semblent avoir été assez limités. Selon les rapports de police, la foule n’était pas plus agitée que lors de spectacles du même type rassemblant des mineurs. Il est fait état d’incidents de faible gravité, qui se déroulèrent pour la plupart à la périphérie de la zone et dont les auteurs n’étaient pas forcément des adolescents. Il s’agissait, pour l’essentiel, de dégradations d’arbres et de mobilier urbain, de cafés, immeubles et voitures. Nombre de dommages étaient accidentels et non délictueux. Gênés pour voir le spectacle, de « jeunes garçons », selon la police avaient entrepris d’escalader tous les espaces en hauteur : arbres, lampadaires, bannes de café, verrières, corniches, toits des immeubles, certains pénétrant à l’intérieur des immeubles pour gagner les toits et semant la panique chez les habitants.

  • 14 On peut retrouver l’intégralité des plaintes et l’évaluation des dégâts pour les particuliers dans (...)
  • 15 Bulletin Municipal Officiel [BMO], Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séanc (...)
  • 16 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Direct (...)

9Des faits plus graves sont cependant signalés : vols à la tire, vols de cyclomoteurs et de voitures, pillage d’un kiosque à journaux. À cela s’ajoutent des violences contre les personnes avec notamment l’agression d’un gardien de la paix, avec vol de son arme de service, facilitée semble-t-il par la cohue, et l’agression sexuelle d’une jeune fille14. Au total, selon le Préfet de police Maurice Papon, 46 enquêtes judiciaires avaient été ouvertes, dont 14 intéressaient des mineurs de moins de 20 ans ; 73 arrestations avaient été opérées, dont 29 concernent des mineurs de moins de 20 ans15. Pourtant pour la police, les vols et violences effectués aux abords de la place de la Nation ne seraient pas le fait des « spectateurs agités, mais celui des habituels malfaiteurs de la nuit du Samedi au Dimanche16 ».

  • 17 Stanley Cohen, Folk Devils and Moral Panics. The creation of the Mods and Rockers, London, MacGibbo (...)

10Même si elle précède d’un an les évènements britanniques, qui virent l’affrontement, sur les plages de Margate et de Brighton, des mods et des rockers, la Nuit de la Nation suscita ce que l’on peut, à la suite de Stanley Cohen, qualifier de « panique morale17 ». On retrouve en effet une intense couverture médiatique, la désignation d’un groupe de boucs-émissaires et l’intervention d’experts se posant en leaders moraux : journalistes, policiers, psychologues, sociologues, politiques. Notons du reste que lors des débats qui se déroulèrent au Conseil municipal de Paris, après l’évènement, l’exemple britannique fut à plusieurs fois cité, à propos du cas des Teddy Boys.

  • 18 Libération, 24 juin 1963 ; Minute, 28 juin 1963.
  • 19 Paris-Jour, 24 juin 1963.
  • 20 Le Populaire, 25 juin 1963 ; France-Soir, 25 juin 1963. La journée du 6 février 1934 s’était déroul (...)
  • 21 Le Figaro, 24 juin 1963 ; voir aussi « La jeunesse est en danger », Liaisons, 1er juillet 1963.
  • 22 Paris-Presse-L’Intransigeant, 25 juin 1963.

11Aux yeux de tous les commentateurs, l’évènement, comparé à un « ouragan », un « cyclone » ou un « raz-de-marée dévastateur18 », apparaît comme historique. Il a été largement couvert par la presse, qui va en faire « le signe d’une époque19 ». Elle souligne le caractère « fanatique » des comportements observés ce soir-là, la « folie collective », le « délire » qui semble s’être emparé d’une partie de la jeunesse. La menace semble réelle : certains, comme le quotidien populaire à grand tirage France-Soir ou le quotidien socialiste Le Populaire interprètent l’évènement comme une « émeute », faisant ressurgir le spectre de la journée du 6 février 1934, quand les affrontements des ligues d’extrême-droite devant l’Assemblée nationale avait fait craindre une tentative de coup d’état fasciste20. D’aucuns n’hésitent pas à comparer les jeunes fans aux masses rassemblées à Nuremberg pour les congrès du NSDAP. Ainsi Philippe Bouvard dans Le Figaro demande : « Quelle différence entre le twist de Vincennes et les discours d’Hitler au Reichstag si ce n’est un certain parti-pris de musicalité ?21 » Le hasard, qui veut que le concert se soit tenu place de la Nation, est largement exploité : c’est l’avenir même de la Nation qui se serait joué ce soir là22.

  • 23 La presse fait généralement état de 3 000 agents mobilisés.
  • 24 Maurice Papon jugea d’ailleurs nécessaire de souligner que ces jeunes « ne venaient pas là en ennem (...)

12Les articles, qui exagèrent à la fois les dégâts causés et l’ampleur des forces de police engagées pour maintenir l’ordre, mettent en priorité l’accent sur les débordements23. L’indignation se mêle à l’inquiétude. France-Soir, qui publie, le 25 juin 1963, un compte rendu dramatique de la soirée, évoque « un gigantesque tourbillon », « une cohue indescriptible », des jeunes gens s’écrasant sur les trottoirs, des blessés piétinés par la foule. On hurle, on saccage, on pille, on viole. Un riverain, dont le balcon avait été pris d’assaut par « une trentaine de jeunes gens » a appelé la police en vain : « On se serait cru en pleine révolution ». Nombre de journaux évoquent une « invasion », comme si la jeunesse était devenue étrangère, nouvel ennemi de l’intérieur que la France aurait nourri en son sein, choyé, gâté, et qui se retournerait maintenant contre elle24.

  • 25 Carrefour, 3 juillet 1963. Minute évoque des « rites barbares », 28 juin 1963. Le Hérisson parle de (...)
  • 26 Combat, 24 juin 1963.
  • 27 Conseiller municipal RPF, Moscovitch avait été partisan de l’Algérie française ; in BMO, Conseil Mu (...)
  • 28 Rivarol, 4 juillet 1963.

13La « peur du jeune ». L’expression fait florès. La nécessité pour la police de faire appel aux militaires présents pour canaliser la foule semblait confirmer la gravité de la situation et laissait supposer que l’on n’était pas passé loin de la proclamation de l’état d’urgence. Le lendemain du concert, des commerçants évoquèrent la possibilité de constituer des « comités de défense », expression qui semblait faire écho aux évènements d’Algérie. Les préjugés raciaux s’expriment clairement dans nombre de commentaires. Les jeunes sont, comme l’ont été les Algériens eux-mêmes, déshumanisés, sinon animalisés. Selon certains journaux, loin des habituels chahuts lycéens, on a bien affaire ici à des « barbares » ; pour d’autres on assiste à des scènes de « sauvagerie25 ». Combat évoque une jeunesse hors de contrôle : à côté de « vrais enfants », dont on sait qu’ils n’ont pas toute leur raison, on trouve « des demi-loups, des demi-chiens, des demi-singes26 ». Lors du débat qui se tint au Conseil municipal de Paris, Alex Moscovitch est plus clair, comparant le twist à « un tam-tam gabonais – qui se situerait infiniment mieux dans une forêt vierge, chez les Baloubas ou chez les Pygmées27 ». Sous prétexte de défendre le jazz original, l’écrivain d’extrême-droite et critique musical Lucien Rebatet ne voit dans cette musique qu’une « longue et minable singerie des Noirs ». Les artistes « nègres » ne seraient du reste désormais plus que des « truqueurs simiesques, corrompus par les Blancs28. »

  • 29 La plainte pour viol porte à confusion. La jeune fille de 18 ans affirme avoir été encerclée près d (...)
  • 30 Voir par exemple : Susan Weiner, Enfants Terribles: Youth and Femininity in the Mass Media in Franc (...)
  • 31 Capri, 7 août 1963.
  • 32 Salut les copains, no 13, août 1963.
  • 33 Combat, 24 juin 1963.

14La preuve de cette déshumanisation, c’est le viol d’une jeune fille qui se serait produit au milieu de la foule, près du podium, par une vingtaine de « blousons noirs », dont des Algériens, un point régulièrement souligné. Largement répercuté dans la presse, bien que son authenticité soit contestée29, ce dernier évènement accrédita l’idée d’une perte des repères moraux. Si une minorité d’individus avait commis les faits, l’ensemble des jeunes, qui n’aurait pas réagi, serait coupable. Plus généralement, le déroulement même du concert remettait en cause les normes habituelles de genre30. Si le terme « copain » s’appliquait aux garçons comme aux filles, et se voulait dépourvu de toute sentimentalité31, garçons et filles partageaient le même goût pour la musique et la danse et se rapprochaient lors des spectacles ouverts à un public mixte, loin de la surveillance des parents. Si les filles ne constituaient, semble-t-il, qu’une minorité du public, elles étaient venues avec leurs frères et sœurs, ou leurs ami·e·s, mais sans être accompagnées d’un adulte. Au cœur de la foule, au mépris de la pudeur et de la réserve que l’on attendait d’elles, elles se trouvaient pressées contre des garçons, parfois entreprenants. Certaines, dans la presse, confirment : « C’était dégoûtant ». D’autres, comme cette lectrice de Salut les copains, vantent au contraire la galanterie de garçons qui lui auraient prêté leur manteau, alors qu’elle s’était évanouie32. Cela n’aurait pas rassuré les tenants de la morale. La promiscuité des corps favorisait les rapprochements entre les sexes : « Une jeune fille de 14 ans tombait dans les bras de son petit voisin33 ».

  • 34 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-M (...)

15Par ailleurs, les jeunes filles n’étaient pas des spectatrices passives. Devant la scène, ce sont bien des filles et des garçons qui s’agitent, frappent dans les mains, sifflent, chantent, rythment une musique « qui leur faisait perdre le contrôle d’eux-mêmes34 ». Signes de cette perte de contrôle et de rupture des normes de genre, ces filles qui se jettent sur Johnny Hallyday pour l’embrasser, ou qui tentent de monter sur le podium pour twister à ces côtés. Elles manifestent aussi leur mécontentement : parmi les objets qui servirent à bombarder Sylvie Vartan, on trouva de nombreuses chaussures de filles, qui, bien sûr, avaient pu être aussi jetées par des garçons. Certaines, enfin, se montrèrent particulièrement intrépides : si les rapports de police attribuent aux « jeunes gens » l’escalade du mobilier urbain, les photos de presse montrent que quelques jeunes filles avaient également tenté l’ascension pour mieux voir leurs idoles.

  • 35 Combat, 24 juin 1963.
  • 36 Le Parisien libéré, 24 juin 1963.
  • 37 L’Humanité, 25 juin 1963.
  • 38 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Direct (...)
  • 39 Paris-Jour, 24 juin 1963.
  • 40 Cinémonde, 2 juillet 1963.
  • 41 Voir notamment : Florence Tamagne, « Aux origines de la critique rock en France dans les années 196 (...)
  • 42 Le Golf Drouot, fondé en 1956 par Henri Leproux, était le rendez-vous des fans de rock. Chaque sema (...)
  • 43 « Copains mais pas voyous », Capri, 7 août 1963.

16Loin des descriptions hallucinées, une partie de la presse tenta de relativiser les évènements. Combat remarqua ironiquement que si « 150 000 Parisiens ont pris d’assaut la Nation », ce n’étaient que pour applaudir quelques vedettes35. Pour Le Parisien libéré, co-organisateur de l’évènement, tout s’était passé « dans la bonne humeur36 ». Pour L’Humanité, qui préfère mettre en cause l’incompétence des organisateurs et de la police, les incidents ne sont le fait que d’une « toute petite minorité37. » Le Monde juge les dégats limités, au vu du nombre de jeunes rassemblés. La conclusion paradoxale de cette soirée marquée par les débordements, c’était bien que « ces 120 000 jeunes, se sont dans leur quasi-totalité, tenus convenablement38 ». Il apparaissait normal que, au milieu d’une telle foule, il y ait quelques brebis galeuses39. Cinémonde, magazine consacré aux vedettes, tire lui aussi un bilan positif du « plus fantastique des festivals de rock jamais organisé à Paris40 ». La presse jeune – qui, pour l’essentiel, n’est pas écrite par des jeunes, et qui est ici directement mise en cause – tenta également de calmer le jeu41. Soigneusement sélectionné, chaque témoignage publié dans SLC fait pièce aux accusations portées dans la presse : une riveraine explique qu’elle a laissé une vingtaine de jeunes investir son balcon pour voir Johnny Hallyday, des adultes viennent défendre la cause des jeunes, loin du débat sur le conflit de génération. Surtout, il s’agit de se dissocier d’une minorité de délinquants : « Les copains ne sont pas des voyous », « Le Golf Drouot42 n’est pas fréquenté par les blousons noirs », lit-on dans Capri, qui s’interroge : « 150 000 jeunes sur la place de la Nation applaudissent Johnny et Sylvie. Où est le mal43 ? » Pour nombre de commentateurs, il s’agissait bien, pourtant, d’identifier des coupables.

L’interprétation des faits : le partage des responsabilités

  • 44 C’est le cas lors du premier festival de rock qui s’était déroulé au Palais des sports le 24 févrie (...)

17L’une des conséquences de la Nuit de la Nation fut donc de faire ressurgir le phénomène « blousons noirs », que l’on croyait disparu avec le temps des « copains ». De fait, certains « blousons noirs » interrogés dans la presse révèlent que, s’ils ont tout cassé, c’est qu’ils étaient insatisfaits d’une programmation insuffisamment rock. On retrouvait la logique des violences survenues dans d’autres concerts organisés dans la capitale depuis le début des années 1960 : mécontentement face à la programmation, refus de répondre aux consignes des services d’ordre dans les salles (ne pas se lever, ne pas danser)44.

  • 45 Voir : Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesses en France de l’aube des Trente Glor (...)
  • 46 France-Soir, 27 juin 1963.
  • 47 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Direct (...)
  • 48 Ibidem.
  • 49 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-M (...)

18La presse rappelle les chiffres en hausse de la délinquance juvénile45. France-Soir lance une grande enquête sur les « graines de violence 196346 ». La police, pour sa part, livre une analyse détaillée du phénomène, tentant de faire la part des responsabilités entre organisateurs et spectateurs. André Friederich, Directeur adjoint, chef du 3e district produisit au final une analyse des faits relativement nuancée, quoique biaisée47. S’il n’insistait pas sur le manque de prévoyance des organisateurs, qui les avaient conduit à sous-estimer le nombre de spectateurs, il leur reprochait cependant d’avoir « savamment échauffé » le public, « conduisant à une tension qui aurait pû engendrer les pires violences collectives48 ». Selon lui, s’il ne faut pas exagérer les violences commises, celles-ci « constituent pour l’ensemble des jeunes, même s’ils n’y participent pas (et c’est l’immense majorité), un piment supplémentaire49 ».

  • 50 « La jeunesse est en danger », Liaisons, 1er juillet 1963. Liaisons est le magazine de la Préfectur (...)
  • 51 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Direct (...)
  • 52 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-M (...)

19La pathologisation des comportements adolescents est à mettre en relation avec le pouvoir de la musique, qui agit comme un catalyseur. La musique amplifiée, en particulier la guitare électrique, agit sur les nerfs comme un excitant. Comme l’alcool ou la drogue, les « rythmes frénétiques, syncopés, violents », à l’origine de nouveaux « paradis artificiels » encouragent les comportements hypnotiques et déviants50. Fasciné par les vedettes, qu’il imite servilement, le public se laisserait dès lors aller à des « scènes d’hystérie collective ou individuelle51. » La psychologie des foules est alors convoquée pour expliquer les débordements observés : pris dans la masse anonyme, constituée de jeunes de son âge, qui partagent les mêmes intérêts que lui et le protègent, l’adolescent ressentirait un sentiment de puissance, sinon d’impunité. Entre lui et l’acte de délinquance ne subsisterait plus que les barrières de la morale, de l’éducation ou de la culture. De la solidité de ces bases fondamentales, dépend en définitive l’attitude de l’adolescent52.

  • 53 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Direct (...)
  • 54 Le Préfet de police Maurice Papon tira argument de la présence de religieuses pour alléguer de la b (...)
  • 55 S’il avait été payant, le concert aurait coûté entre 15 et 20 F.
  • 56 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Direct (...)

20Or, selon la police, l’observation de la foule permet d’établir que l’on avait affaire à des « jeunes gens assez frustres53 », supposé dès lors moins armés pour résister au pouvoir de la musique. Le public rock est stigmatisé, physiquement et intellectuellement. Les jeunes fans des « idoles » sont comparés à des « attardés mentaux » et des « détraqués nerveux ». Le préjugé de classe joue ici à plein. La sociologie du public, telle qu’elle est évaluée dans les rapports de police est révélatrice : « Si l’on excepte une masse minoritaire très disparate, badauds venus là sans trop savoir, pères et mères de familles portant de très jeunes enfants et aussi des religieuses avec leurs jeunes élèves54 », 80 % du public était composé de jeunes gens de 14 à 21 ans, dont un quart de filles, « tous de conditions modestes par leurs vêtements, et d’aspect peu intellectuel, tout à fait dans le genre des photographes de la revue “Salut les copains” ». Le public rock serait ainsi majoritairement un public populaire, attiré par la gratuité de l’évènement55. Pour André Friederich, les spectateurs sont venus en priorité des arrondissements limitrophes, 11e, 12e et 20e, quartiers populaires où l’on trouve des habitats collectifs type HLM. Si le concert s’était tenu place de la Concorde, au centre du Paris bourgeois, la situation aurait évolué différemment. Pourtant, comme il le souligne lui-même, du fait de la facilité et de la rapidité des transports collectifs ou individuels – les jeunes étaient venus à pied, en métro ou en vélomoteur, très peu en voiture –, rien n’empêchait la venue de jeunes résidant dans des arrondissements plus éloignés, notamment des 13e, 18e et 19e arrondissements, ainsi que des banlieues Est et Nord-Est, là encore des quartiers populaires. Si la venue de jeunes des « beaux quartiers » ne peut être exclue a priori, André Friederich, qui fut, onze jours plus tard, chargé de surveiller le monôme du baccalauréat, considère que « la différence, même physique, entre les deux jeunesses en cause était assez saisissante56 ». Intellectuellement et physiquement, le public rock est identifié et stigmatisé, Friederich notant cependant que les étudiants se sont montrés « infiniment plus insupportables » que les jeunes de la Nation. De fait, la responsabilité des incidents ne saurait être rejetée sur l’ensemble des spectateurs. Les coupables seraient des « blousons noirs » venus des quartiers voisins de Belleville et Ménilmontant, et des communes de Montreuil et Bagnolet, déjà réputées pour les bandes de « jeunes voyous ». Pour autant, il ne s’agit là que « d’une infime minorité agissant avec l’anonymat qu’assure une foule aussi dense. » En rejetant le blâme sur les « blousons noirs », André Friederich circonscrivait les manifestations de délinquance à une minorité de jeunes.

  • 57 Jean Dides, Alex Moscovitch et Nicole de Hauteclocque. Jean Dides, commissaire de police, membre de (...)
  • 58 Maurice Papon, qui sera en 1998 condamné pour crimes contre l’humanité pour des actes commis sous l (...)
  • 59 Minute, 28 juin 1963.
  • 60 Le Populaire, 25 juin 1963.
  • 61 Libération, 6 juillet 1963.
  • 62 Combat, 25 juin 1963.

21Au-delà des services de police, l’analyse gagne rapidement le terrain politique. Des conseillers municipaux57 interpellèrent le Préfet de police, Maurice Papon58, de manière à déterminer les responsabilités engagées et les mesures prévues pour empêcher le renouvellement de tels actes. Face aux accusations, Maurice Papon dénia toute responsabilité, affirmant préférer être taxé de laxisme plutôt que d’avoir à appliquer une répression inconcevable vu les faits. Les désordres de la Nation fournissent aux opposants une occasion d’attaquer le pouvoir gaulliste. À l’extrême-droite, Minute laissa entendre que le gouvernement avait exercé des pressions de manière à minimiser les faits59. Le Secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports, Maurice Herzog, fut mis en cause. À gauche, Le Populaire compara la faiblesse des effectifs mobilisés pour cette soirée avec l’ampleur des moyens convoqués lors des manifestations pour la paix en Algérie60. Pour Libération, qui juge que l’on a traité avec beaucoup plus d’indulgence les voyous de la Nation que les travailleurs en grève, le pouvoir gaulliste serait complice des « blousons noirs » : « La Ve République n’est pas celle des camarades, elle est celle des petits “copains”61 ». L’argument de classe revient aussi dans Combat : si la soirée de la Nation a suscité « l’indignation des “bien pensants” », les surprises-parties qui s’organisent « dans les appartements grand-bourgeois du 16e » peuvent aussi dégénérer. Surtout, il convient de replacer ces excès dans un cadre plus vaste, celui d’une histoire nationale récente qui a eu son lot d’indignité : culpabilité liée aux années noires, drame de la guerre d’Algérie. Les débordements de la jeunesse feraient dès lors écho aux débordements de la guerre et de l’occupation, aux « excès de la Libération, les guerres coloniales avec leurs horreurs, les attentats du FLN dans les rues de Paris, les récits de torture, les grenades, les assassinats, la lutte de l’OAS, le plastic, et par-dessus tout l’apologie constante de la violence pour le triomphe d’une idée, la défense de causes plus ou moins justes, le dévergondage intellectuel qui l’accompagne. » La violence qui s’exprime lors de la fête de la Nation ne serait dès lors que l’écho de celle qui s’est exercée en Algérie, pendant « les 28 mois de service militaire au cours d’une guerre dont certains enseignements “pratiques” n’ont pas été oubliés62 ». Sur les mêmes bases, Lucien Rebatet, tire, dans Rivarol, des conclusions inverses : les fans de twist conditionnés par les médias sont à « l’image d’un peuple qui a plébiscité la capitulation et la liquidation de l’Algérie ». Les héros, ici, ce sont bien les blousons noirs, que Rebatet imagine dégoûtés par toute cette « chienlit », et qui, révoltés tant par l’insignifiance de la musique, « l’animalité » des badauds que par le compte en banque des idoles prennent enfin leur revanche.

  • 63 Paris-Presse-L’Intransigeant, 25 juin 1963.
  • 64 BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 juin 1963. Claud (...)

22Si pour certains, la jeunesse constitue un « parti » avec ses « activistes63 », la plupart la considéraient comme désengagée. Pour Claude Bourdet, la jeunesse serait « démoralisée » par les années de guerre coloniale. Les médias, « porte-parole de cette société capitaliste » prennent soin de détourner le peuple des véritables questions en fabriquant de l’évasion. La Nuit de la Nation serait alors une manifestation typique de la « dépolitisation de la jeunesse64 ».

Une prise de conscience : la jeunesse, une nouvelle classe sociale ?

  • 65 Paris-Match, 6 juillet 1963. Voir aussi Florence Tamagne, «”C’mon everybody”. Rock’n’roll et identi (...)
  • 66 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, APP-FD-Manifestati (...)
  • 67 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Direct (...)

23Indéniablement, la Nuit de la Nation marque la prise de conscience, en France, du poids de la jeunesse, qui constitue désormais une « catégorie sociale autonome65 ». Difficile pour autant de la comparer avec d’autres groupes sociaux, caractérisés par une conscience de classe. C’est pour écouter de la musique, faite par des jeunes de leur âge, que cette jeunesse s’est rassemblée si nombreuse, ce qui ne laisse pas d’étonner les observateurs. « Comment se fait-il qu’une telle foule, composée en majorité de jeunes gens et de jeunes filles, ait pu se rassembler dans le seul but d’écouter des chansons ? Des manifestations de ce genre présentent-elles un caractère particulièrement susceptible d’influer sur le comportement des participants et d’engendrer des excès ? », s’interroge un rapport de police66. André Friederich constate : « Il ne semble pas qu’à Paris une telle masse de jeunes ait jamais pu être rassemblée quelle que soit la nature de la réunion : politique, sportive, culturelle, religieuse67 ». De fait, sur les 450 000 à 500 000 jeunes de 14 à 21 ans que compte le département de la Seine, un quart est venu assister au spectacle. Cette prise de conscience d’un phénomène de masse est mise en relation avec l’explosion de la consommation de la jeunesse. Des jeunes, même issus de banlieues éloignées, ont pu se rendre sans leurs parents sur le lieu du concert, grâce aux transports en commun, mais aussi parce qu’ils étaient en possession de scooters et de motocyclettes. C’est par l’intermédiaire de la radio que les jeunes, désormais en possession de transistors, ont été informés de la tenue du concert, alors que, dans l’ensemble, leurs parents l’ignoraient.

  • 68 Edgar Morin, « Salut les copains. I-Une nouvelle classe d’âge » et « Salut les copains. II-Le “yé-y (...)

24Edgar Morin, dans Le Monde, fournit l’analyse la plus complète de ce nouveau phénomène68. Le Concert de la Nation marque pour lui la promotion économique des « décagénaires », alors que l’adolescence se constitue en une nouvelle classe d’âge, les « yé-yés ». Le twist apparaît alors comme « le rite qui permet aux jeunes d’exalter et d’adorer leur propre jeunesse. » Si Morin n’insiste pas sur les différences de classe qui continuent de structurer la jeunesse, il souligne qu’elle n’est pas totalement homogène, mais qu’elle possède un certain nombre de traits communs, autour desquels s’est forgé le sentiment d’appartenance à un groupe à part : une « panoplie » commune, sans cesse transformée par une volonté de différenciation vis-à-vis des adultes ; l’accession à des biens de consommation courante (électrophone, guitare électrique, transistor, disques, etc.) ; un vocabulaire spécifique, où le mot « copain » apparaît comme le maître-mot ; des « cérémonies de communion », à la manière des surprise-parties ou des concerts géants ; des héros enfin, avec le culte des idoles. Les médias de masse ont ainsi joué un rôle essentiel dans la constitution de cette nouvelle classe d’âge, en lui fournissant mythes, héros et modèles, à travers d’abord le cinéma, puis le rock, qui joue un rôle moteur.

  • 69 Maurice Papon, BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 j (...)
  • 70 « La jeunesse est en danger », Liaisons, 1er juillet 1963, p. 1.
  • 71 Ibidem.
  • 72 La Nation, 25 juin 1963.
  • 73 Combat, 28 juin 1963, Paris-Match, 8 juillet 1963, et aussi Maurice Papon dans BMO, Conseil Municip (...)
  • 74 Le Hérisson, 18 juillet 1963. Pour le journal satirique, le mieux serait de mettre tous ces « êtres (...)
  • 75 De son côté la presse généraliste publie quelques témoignages de spectateurs choqués par les exagér (...)
  • 76 Salut les copains, no 13, août 1963.

25Si l’essentiel des commentateurs partage les conclusions d’Edgar Morin sur l’importance de la consommation adolescente comme facteur unificateur, tous n’en tirent pas des conclusions aussi optimistes. Intoxiquée et conditionnée par les médias, la jeunesse serait en proie à une « fureur de vivre », et chercherait le salut dans l’argent, la célébrité, la violence, l’évasion. Si on ne doit pas confondre les bandes de voyous avec l’ensemble de la jeunesse, et si « le goût du twist ne témoigne pas nécessairement d’un instinct morbide ou d’un péché69 », la jeunesse n’en est pas moins « en danger70 ». En effet, sa prétendue conscience d’elle-même n’est que le produit d’une manipulation médiatique. Le « mythe copain », fondé sur l’amitié et l’égalité de tous les jeunes ne serait donc qu’une invention radiophonique. Paradoxalement, cette illusion ne s’en révèle pas moins remarquablement efficace, puisqu’elle contribue à créer une « franc-maçonnerie des adolescents d’autant plus solidaires entre eux qu’ils ont conscience du mépris ou de l’ironie que leur témoignent les adultes ». On assiste donc à un décalage de plus en plus marqué entre les adolescents et leurs parents : « garçons et filles se créent, par le son et l’image, un univers fermé au monde des adultes71 ». La jeunesse formerait désormais une classe d’âge à part, séparée des adultes. Ceux-ci ne sont pas exempts de reproches : la délinquance juvénile se nourrit de la faiblesse des adultes. Ceux-ci, « en proie au culte des copains » auraient abdiqué toute autorité. Les jeunes se croient désormais tout permis72. En cause : les sequelles de la guerre, le délitement des cadres traditionnels, la dégradation des mœurs, l’émancipation des femmes, la faillite de l’unité familiale73. Les principaux responsables seraient bien les parents, « coupables de carence, d’insouciance et de veulerie74 ». Les adolescents, de leur côté, n’épargnent pas les « croûlants ». Dans SLC, le courrier des lecteurs dénonce la « propagande anti-jeune75 ». Un lecteur s’insurge à l’idée que les jeunes puissent vouloir reprendre à leur compte « les idées toutes faites des anciens, suivre leurs politiciens véreux, se délecter de leurs magazines scandaleux !76 » Nouvelle expression de l’incompréhension entre les générations, l’idée que les adultes sont désormais jaloux des jeunes, de leur pouvoir d’achat, de leur liberté se répand. Le conflit de génération se nourrit de ces crispations et incompréhensions.

  • 77 Paris, 12 juillet 1963, Le Directeur Adjoint, André Friederich au Directeur Général de la Police Mu (...)
  • 78 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-M (...)
  • 79 Voir Alex Moscovitch, BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeu (...)
  • 80 Combat, 24 juin 1963.
  • 81 Voir par exemple BMO, Conseil Municipal de Paris, 3er session ordinaire de 1963, séance du mercredi (...)

26Les principaux responsables seraient donc ces médias, qui profitent de la crédulité de la jeunesse et n’hésitent pas à l’exploiter à leur profit. Loin d’être une expression autonome de la jeunesse, la culture jeune ne serait qu’un produit marketing. On assisterait ainsi à une « vague d’abêtissement méthodique et lucratif77 ». SLC, dont le niveau « traduit une rare misère intellectuelle » s’adresserait ainsi « à des esprits avides de connaissances faciles, de succès immédiats, d’absence d’efforts, et surtout dépourvus d’esprit critique ». La publicité, en particulier constitue « une menace contre l’intégrité morale de la jeunesse78 ». Le résultat immédiat est une perte des valeurs, dont le meilleur exemple est l’enrichissement rapide de jeunes vedettes, qui peuvent ainsi s’acheter des propriétés et rouler dans des voitures « qui font rêver même certains adultes », remarque qui laisse percer la frustration et l’amertume ressentie par la génération qui a connu la guerre face à une jeunesse qui profite pleinement des fruits de la croissance. En filigrane, on peut lire la crainte d’un embrigadement de la jeu-nesse, de sa soumission aux fausses idoles, qui feraient désormais office de « guides spirituels ». À gauche, la marchandisation de la culture est vue comme l’abandon des vieux rêves humanistes ; à droite, le culte des idoles traduirait « l’affaissement moral des élites79 ». La question que posent les jeunes de la Nation serait donc celle de l’offre culturelle à destination de la jeunesse populaire. « Si tant sont venus place de la Nation c’est parce que soit dans leur famille, soit dans leurs écoles, soit dans leurs clubs sportifs, soit ailleurs, rien ne leur était offert. » Combat remarque que si les jeunes s’enthousiasment pour des futilités, c’est peut-être parce que la société adulte et « ennuyeuse » n’a pas grand-chose d’autre à lui offrir80. Lors des séances suivantes au Conseil municipal de Paris, la nécessité d’une politique de la jeunesse sera régulièrement reposée81.

Conclusion

  • 82 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-M (...)

« L’opinion publique sait désormais que les moins de vingt ans constituent une masse apparemment homogène, mobilisable en un temps très bref, dans n’importe quelle agglomération, pour des buts qui n’ont rien à voir avec la politique, l’action revendicatrice, ou même le sport82 ».

27La “Nuit de la Nation”, organisée le 22 juin 1963 par la station de radio Europe no 1 et le magazine Salut les copains sur la place de la Nation à Paris, fut le premier concert géant de rock’n’roll en France. Gratuit, il rassembla près de 150 000 jeunes, venus écouter leurs « idoles ». Marqué par une série d’incidents, attribués notamment aux « blousons noirs », il fut largement médiatisé et relança la « panique morale » autour du rock’n’roll. Certains observateurs y virent le symptôme du malaise de la jeunesse au lendemain de la guerre d’Algérie.

  • 83 Ibidem.

28La nuit de la Nation constitue un moment tournant dans l’histoire de la jeunesse française au xxe siècle. Une classe d’âge est alors érigée en une « nouvelle classe sociale caractérisée par son style, ses mœurs, son langage, ses intérêts83 ». Paradoxalement, alors même que la jeunesse s’impose comme un acteur à part entière dans la société française, sa capacité d’action apparaît singulièrement limitée, puisque ses seuls objectifs seraient la consommation de spectacles et de divertissement. Dépourvue de pensée propre, dépolitisée, elle serait en fait une fabrication des médias qui la manipule. Dotée cependant d’une certaine capacité de nuisance, son pouvoir est d’abord celui du nombre. En interprétant les troubles de la Nuit de la Nation comme la manifestation d’une jeunesse populaire et marginale, les observateurs dédouanaient les enfants des classes moyennes et rendait possible la constitution d’une culture jeune centrée sur la musique, mais aseptisée et encadrée par les médias de masse. Dans la presse populaire, les yéyés, s’ils sont souvent moqués et méprisés ne font plus peur et les idoles ont bientôt pignon sur rue. Impossible d’imaginer alors qu’on retrouverait certains d’entre eux en train de jeter des pavés en mai 68.

29Le rock’n’roll, celui des pionniers d’abord, celui des groupes anglais ensuite, comme les Rolling Stones ou les Who, gardait en revanche une aura subversive. Quand des incidents éclatèrent dans les salles de concerts, comme lors du concert de Little Richard à l’Olympia en 1964, ou des Rolling Stones en 1964 et 1966, l’amalgame avec les blousons noirs fut immédiatement fait. Rien à voir, cependant, avec la panique morale observée en 1963. À partir de 1966, la peur du « blouson noir » cède la place à la peur du « hippie ». On en trouve, cependant, des échos jusque dans les années 1970. En France, les concerts gratuits en plein air susciteront, pendant longtemps, inquiétudes et réticences. Dans les années 1970, la plupart des festivals pop furent victimes d’interdiction administrative.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bantigny Ludivine, « De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du phénomène “blousons noirs” (1959-1962) », in Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli, Les bandes des jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2007, p. 19-38.

Bantigny Ludivine, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesses en France de l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, 498 p.

Berstein Serge, La France de l’expansion. La République gaullienne (1958-1969), Paris, Seuil, coll. « Nouvelle histoire de la France contemporaine », 1989, 375 p.

Cohen Stanley, Folk Devils and Moral Panics. The creation of the Mods and Rockers, London, MacGibbon & Kee, 2002 [1ère éd. 1972], 282 p.

Dauncey Hugh, Cannon Steve (dir.), Popular Music in France from Chanson to Techno: Culture, Identity and Society, Aldershot, Ashgate, 2003, 282 p.

Eudeline Christian, Anti-yéyé : une autre histoire des sixties, Paris, Denoël, 2006, 442 p.

Goetschel Pascale, Toucheboeuf Bénédicte, La Quatrième République, La France de la Libération à 1958, Paris, Le Livre de Poche, 2004, 574 p.

Guibert Gérôme, La production de la culture : le cas des musiques amplifiées en France, Paris, Irma, 2006, 559 p.

Jobs Richard Ivan, Riding the New Wave. Youth and the Rejuvenation of France after the Second World War, Stanford, Stanford University Press, 2007, 364 p.

Lebrun Barbara, Protest Music in France : Production, Identity and Audiences, Farnham, Ashgate, 2009, 192 p.

Looseley David, Popular Music in Contemporary France : Authenticity, Politics, Debate, Oxford, Berg, 1995, 254 p.

Quillien Christophe, Nos années « Salut les copains », 1959-1976, Paris, Flammarion, 2009, 159 p.

Sohn Anne-Marie, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001, 430 p.

Tamagne Florence, « “C’mon everybody”. Rock’n’roll et identités juvéniles en France (1956-1966) », in Ludivine Bantigny, Ivan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France xixe-xxe, Paris, PUF, 2009, p. 199-212.

Tamagne Florence, « La Nuit de la Nation. Jugendkultur, Rock’n’Roll und Moral Panics im Frankreich der sechziger Jahre », in Bodo Mrozec, Alexa Geisthhövel, Jürgen Danyel (dir.), Popgeschichte ; Band 2 ; Zeithistorische Fallstudien 1958-1988, Bielefeld, TRanscript Verlag, 2014, p. 41-62.

Tamagne Florence, « Le “blouson noir” : codes vestimentaires, subcultures rock et sociabilités adolescentes dans la France des années 1950 et 1960 », in Isabelle Parésys (dir.), Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen-Âge à nos jours, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, p. 99-114.

Tamagne Florence, « Aux origines de la critique rock en France dans les années 1960 : l’exemple de Disco Revue », in Pascale Goetschel, François Jost, Myriam Tsikounas (dir.), Lire, voir, entendre. La réception des objets médiatiques, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 242-261.

Warne Chris, « Music, Youth and Moral Panics in France, 1960 to Present », Historia Actual Online, no 11, 15 octobre 2006, p. 51-64.

Weiner Susan, Enfants Terribles: Youth and Femininity in the Mass Media in France, 1945-1968, Baltimore, John Hopkins University Press, 2001, 251 p.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire du rock en France, voir notamment : David Looseley, Popular Music in Contemporary France : Authenticity, Politics, Debate, Oxford, Berg, 1995, 254 p. ; Hugh Dauncey, Steve Cannon (dir.), Popular Music in France from Chanson to Techno : Culture, Identity and Society, Aldershot, Ashgate, 2003, 282 p. ; Gérôme Guibert, La production de la culture : le cas des musiques amplifiées en France, Paris, Irma, 2006, 559 p. ; Barbara Lebrun, Protest Music in France : Production, Identity and Audiences, Farnham, Ashgate, 2009, 192 p.

2 Voir : Christian Eudeline, Anti-yéyé : Une autre histoire des sixties, Paris, Denoël, 2006, 442 p. ; Florence Tamagne, « Le “blouson noir” : codes vestimentaires, subcultures rock et sociabilités adolescentes dans la France des années 1950 et 1960 », in Isabelle Parésys (dir.), Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen-Âge à nos jours, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, p. 99-114, Ludivine Bantigny, « De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du phénomène “blousons noirs” (1959-1962) », in Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli, Les bandes des jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, p. 19-38.

3 Cet article s’appuie sur le dossier de police conservé aux Archives de la Préfecture de Police de Paris (France, Paris, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963). Je remercie Olivier Accarie-Pierson de m’avoir donné accès au dossier. À cela s’ajoute le dépouillement de la presse de l’époque, dont le magazine Salut les copains.

4 Paris-Presse, 25 et 29 juin 1963 ; Minute, 28 juin 1963.

5 L’émission de télévision Âge tendre et tête de bois, présentée par Albert Raisner, est lancée en 1961.

6 Trois formules se succèdent : Disco-Revue (DR) de 1961 à 1964 ; Disco-Revue, le lien international des Rockers (DRI) de 1964 à 1966 ; Les Rockers, de 1966 à 1967.

7 Notamment Danyel Gérard, Les Champions, Les Gams.

8 On ne trouve aucune annonce dans le magazine Salut les copains, dont le premier anniversaire coïncidait cependant avec le concert, sans doute parce que le mensuel n’avait pu prendre en compte l’évènement, préparé de façon précipitée.

9 Europe no 1, « Images et son », Paris, 10 juin 1963, in APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

10 APP-FD-Manifestation 22 juin 1963. Un camion de projection devait prendre place sur l’avenue du Trône, face au podium. La circulation avait été interdite dans le périmètre concerné. Les voitures des artistes stationnaient avenue du Trône à l’intérieur du parc délimité par des barrières. Celles des spectateurs étaient admises sur les terres-pleins de la place de la Nation.

11 Des jeunes s’agglutinèrent malgré tout derrière le podium, dans l’espoir de voir arriver leurs idoles. Trois cents invités bénéficiaient d’une entrée spéciale et de places assises. La police prévoyait la présence d’une cinquantaine de policiers pour assurer la circulation ainsi qu’un dispositif de sécurité, comprenant cinq sections de police non motorisées.

12 Au total, ce sont vingt sections de gardiens de la paix et deux escadrons de gardes mobiles qui auraient été mobilisés. Cinq sections non motorisées, une demi-compagnie, un escadron de la garde républicaine, la Réserve-Cité, dix sections motorisées avaient été appelées en renfort. Voir 24 juin 1963, rapport du Sous-directeur Commissaire Contrôleur Général, Chef du 3e district André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

13 Combat, 24 juin 1963.

14 On peut retrouver l’intégralité des plaintes et l’évaluation des dégâts pour les particuliers dans le dossier APP-FD-Manifestation 22 juin 1963. L’essentiel concerne des enseignes arrachées, stores tordus, fenêtres brisées, toitures enfoncées, peintures dégradées.

15 Bulletin Municipal Officiel [BMO], Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 juin 1963.

16 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

17 Stanley Cohen, Folk Devils and Moral Panics. The creation of the Mods and Rockers, London, MacGibbon & Kee, 2002 [1ère éd. 1972], 282 p. Voir aussi Chris Warne, « Music, Youth and Moral Panics in France, 1960 to Present », Historia Actual Online, n11, 15 octobre 2006, p. 51-64.

18 Libération, 24 juin 1963 ; Minute, 28 juin 1963.

19 Paris-Jour, 24 juin 1963.

20 Le Populaire, 25 juin 1963 ; France-Soir, 25 juin 1963. La journée du 6 février 1934 s’était déroulée place de la Concorde.

21 Le Figaro, 24 juin 1963 ; voir aussi « La jeunesse est en danger », Liaisons, 1er juillet 1963.

22 Paris-Presse-L’Intransigeant, 25 juin 1963.

23 La presse fait généralement état de 3 000 agents mobilisés.

24 Maurice Papon jugea d’ailleurs nécessaire de souligner que ces jeunes « ne venaient pas là en ennemis », mais simplement pour s’amuser. BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 juin 1963.

25 Carrefour, 3 juillet 1963. Minute évoque des « rites barbares », 28 juin 1963. Le Hérisson parle de « retour à la barbarie », 18 juillet 1963.

26 Combat, 24 juin 1963.

27 Conseiller municipal RPF, Moscovitch avait été partisan de l’Algérie française ; in BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 juin 1963.

28 Rivarol, 4 juillet 1963.

29 La plainte pour viol porte à confusion. La jeune fille de 18 ans affirme avoir été encerclée près du podium, au milieu de la foule, par vingt à vingt-cinq « blousons noirs » dont certains « de type nord-africain », qui l’auraient jetée à terre. Huit à dix l’auraient alors « violée sans ménagement ». Son sac a été volé. Conduite à l’hôpital pour y recevoir des soins, la jeune fille était, semble-t-il, « couverte de sperme et de sang et en état de choc ». La foule n’aurait pas réagi, et la police, qui tenait justement la barrière de ce côté ne se serait rendu compte de rien. L’accusation de viol aurait ensuite été transformée en attentats à la pudeur avec violence, changement de chef d’accusation peu significatif, puisqu’à l’époque, l’accusation de viol nécessite qu’il puisse être fait la preuve d’une pénétration vaginale.

30 Voir par exemple : Susan Weiner, Enfants Terribles: Youth and Femininity in the Mass Media in France, 1945-1968, Baltimore, John Hopkins University Press, 2001, 251 p. ; Richard Ivan Jobs, Riding the New Wave. Youth and the Rejuvenation of France after the Second World War, Stanford, Stanford University Press, 2007, 364 p.

31 Capri, 7 août 1963.

32 Salut les copains, no 13, août 1963.

33 Combat, 24 juin 1963.

34 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

35 Combat, 24 juin 1963.

36 Le Parisien libéré, 24 juin 1963.

37 L’Humanité, 25 juin 1963.

38 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

39 Paris-Jour, 24 juin 1963.

40 Cinémonde, 2 juillet 1963.

41 Voir notamment : Florence Tamagne, « Aux origines de la critique rock en France dans les années 1960 : l’exemple de Disco Revue », in Pascale Goetschel, François Jost, Myriam Tsikounas (dir.), Lire, voir, entendre. La réception des objets médiatiques, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 242-261 ; Christophe Quillien, Nos années « Salut les copains », 1959-1976, Paris, Flammarion, 2009, 159 p.

42 Le Golf Drouot, fondé en 1956 par Henri Leproux, était le rendez-vous des fans de rock. Chaque semaine, une compétition opposait des groupes de rock français amateurs. De nombreux groupes britanniques eurent également l’occasion de s’y produire.

43 « Copains mais pas voyous », Capri, 7 août 1963.

44 C’est le cas lors du premier festival de rock qui s’était déroulé au Palais des sports le 24 février 1961 et qui avait attiré plus de 5 000 spectateurs. Sont également mentionnés le deuxième festival rock, organisé le 18 juin 1961 également au Palais des Sports ; le concert de Johnny Hallyday à l’Olympia le 20 septembre 1961 ; celui de Vince Taylor au Palais des Sports le 19 novembre 1961 et le gala de twist qui s’était tenu au Palais des Sports le 27 janvier 1963.

45 Voir : Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesses en France de l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, 498 p. ; Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001, 430 p.

46 France-Soir, 27 juin 1963.

47 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

48 Ibidem.

49 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

50 « La jeunesse est en danger », Liaisons, 1er juillet 1963. Liaisons est le magazine de la Préfecture de police.

51 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

52 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

53 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

54 Le Préfet de police Maurice Papon tira argument de la présence de religieuses pour alléguer de la bonne tenue du concert. Le journal satirique Le Canard enchaîné en tirera un article humoristique, « La “folle nuit” d’une nonnette », 3 juillet 1963.

55 S’il avait été payant, le concert aurait coûté entre 15 et 20 F.

56 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

57 Jean Dides, Alex Moscovitch et Nicole de Hauteclocque. Jean Dides, commissaire de police, membre des RG sous Vichy, devint membre du RPF en 1947. Farouchement anticommuniste, partisan de l’Algérie française, il devient député poujadiste en 1956 et conseiller municipal en 1959. Nicole de Hauteclocque, élue député gaulliste en 1962 avait combattu dans la Résistance.

58 Maurice Papon, qui sera en 1998 condamné pour crimes contre l’humanité pour des actes commis sous l’occupation allemande, alors qu’il était secrétaire général de la Préfecture de Gironde, entre 1942 et 1944, avait été nommé préfet de police en 1958. Il est également impliqué dans la répression sanglante de la manifestation pro-FLN du 17 octobre 1961 ainsi que dans celle du 8 février 1962 contre l’OAS. Pour des informations sur l’histoire de la France sous la IVe et la Ve République, voir par exemple : Pascale Goetschel, Bénédicte Toucheboeuf, La Quatrième République, La France de la Libération à 1958, Paris, Le Livre de Poche, 2004, 574 p. ; Serge Berstein, La France de l’expansion. La République gaullienne (1958-1969), Paris, Seuil, coll. « Nouvelle histoire de la France contemporaine », 1989, 375 p.

59 Minute, 28 juin 1963.

60 Le Populaire, 25 juin 1963.

61 Libération, 6 juillet 1963.

62 Combat, 25 juin 1963.

63 Paris-Presse-L’Intransigeant, 25 juin 1963.

64 BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 juin 1963. Claude Bourdet, ancien résistant, militant anticolonialiste, était élu de l’Union de la gauche socialiste au Conseil de Paris depuis 1959. Il est l’un des fondateurs de L’Observateur, qui deviendra en 1964 Le Nouvel Observateur. Il est aussi l’un des fondateurs, en 1960, du PSU (Parti socialiste unifié).

65 Paris-Match, 6 juillet 1963. Voir aussi Florence Tamagne, «”C’mon everybody”. Rock’n’roll et identités juvéniles en France (1956-1966) », in Ludivine Bantigny, Ivan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France xixe-xxe, Paris, PUF, 2009, p. 199-212.

66 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

67 Paris, 4 juillet 1963, rapport du Directeur adjoint, Chef du 3e district André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

68 Edgar Morin, « Salut les copains. I-Une nouvelle classe d’âge » et « Salut les copains. II-Le “yé-yé”», Le Monde, 6 et 7-8 juillet 1963.

69 Maurice Papon, BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 juin 1963. L’hebdomadaire grand public Paris-Match laissa la parole à un abbé qui trouva qu’il n’y avait là « vraiment rien d’immoral », Paris-Match, 6 juillet 1963.

70 « La jeunesse est en danger », Liaisons, 1er juillet 1963, p. 1.

71 Ibidem.

72 La Nation, 25 juin 1963.

73 Combat, 28 juin 1963, Paris-Match, 8 juillet 1963, et aussi Maurice Papon dans BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 juin 1963.

74 Le Hérisson, 18 juillet 1963. Pour le journal satirique, le mieux serait de mettre tous ces « êtres nuisibles » au travail forcé.

75 De son côté la presse généraliste publie quelques témoignages de spectateurs choqués par les exagérations qui ont été publiées Paris-Presse, 29 juin 1963.

76 Salut les copains, no 13, août 1963.

77 Paris, 12 juillet 1963, Le Directeur Adjoint, André Friederich au Directeur Général de la Police Municipale, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

78 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

79 Voir Alex Moscovitch, BMO, Conseil Municipal de Paris, 1er session ordinaire de 1963, séance du jeudi 27 juin 1963 et Minute, 28 juin 1963.

80 Combat, 24 juin 1963.

81 Voir par exemple BMO, Conseil Municipal de Paris, 3er session ordinaire de 1963, séance du mercredi 4 décembre 1963.

82 Rapport sur le comportement des jeunes lors de la manifestation du 22 juin 1963, non daté, APP-FD-Manifestation 22 juin 1963.

83 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Tamagne, « La “Nuit de la Nation” : culture jeune, rock’n’roll et panique morale dans la France des années 1960 », Criminocorpus [En ligne], Rock et violences en Europe, Blousons noirs et rébellions, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/4481

Haut de page

Auteur

Florence Tamagne

Florence Tamagne est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille et membre de l’IRHiS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion – UMR CNRS 8529). Spécialiste de l’histoire du genre et des sexualités, notamment de l’homosexualité, elle a publié, entre autres, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939 (Paris, Seuil, 2000), Mauvais genre ? Une histoire des représentations de l’homosexualité (Paris, Éditions de la Martinière, 2001), et Le Crime du Palace. Enquête sur l’une des plus grandes enquêtes criminelles des années trente (Paris, Payot, 2017). Elle prépare actuellement son habilitation à diriger des recherches sur Rock, jeunesse et politique, en France, Grande-Bretagne, Allemagne (année 1950-années 1970).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page