Navigation – Plan du site
Articles

Bagnards, orpailleurs et fonctionnaires du bassin du Maroni dans la Grande guerre

Virginie Brunelot et Arnauld Heuret

Résumés

Saint-Laurent du Maroni est une commune pénitentiaire dont dépend le vaste territoire du Maroni peuplé de libres et de bagnards. La participation de ces hommes à la Première Guerre mondiale dépend de leur statut et de leur désir de défendre la Patrie.

Pendant le conflit, le bagne, significativement impacté par la pénurie en nourriture, en matériel et en hommes, ne reprend un fonctionnement normal qu’en 1921 tandis que l’activité économique au Maroni (or, balata) participe à l’effort de guerre.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions vivement Emma Lozzano pour sa collaboration active.

Texte intégral

  • 1 Mode d’exécution de la peine aux travaux forcés, qui envoie les condamnés dans une colonie pénitent (...)
  • 2 Peine qui vise les multirécidivistes en les exilant définitivement de France. Le territoire de la R (...)

1En 1914, Saint-Laurent-du-Maroni n’existe que depuis cinquante-six ans. Cette ville, perdue au nord-ouest de la Guyane française, à la frontière avec la Guyane hollandaise, est, depuis une vingtaine d’années, la capitale du bagne de Guyane, pour et par lequel, elle a été fondée. Elle est aussi le centre administratif d’un territoire – le Maroni – de 146 000 hectares consacrés à la Transportation1 et à la Relégation2.

  • 3 Gomme résineuse employée notamment pour la fabrication des câbles sous-marins et des courroies de t (...)

2Saint-Laurent-du-Maroni est érigée en commune pénitentiaire en 1880, un statut unique dans l’organisation de la France et de ses colonies. Au contraire d’une commune classique, les membres du conseil municipal ne sont pas élus, mais désignés parmi les fonctionnaires de l’Administration pénitentiaire (AP). Le maire est, statutairement, le commandant supérieur du pénitencier de Saint-Laurent-du-Maroni. L’autonomie vis-à-vis de l’AP est nulle et la population libre est exclue de la gestion de la ville. Le maire-commandant dispose d’un budget et d’une administration autonomes pour régir, surveiller et contrôler le Maroni mais la vocation pénitentiaire ne reste pas longtemps la seule réalité du territoire. L’activité forestière (or, balata3) entraine l’afflux d’une population cosmopolite et Saint-Laurent-du-Maroni se mue progressivement en grand comptoir commercial, centre névralgique de l’économie du Maroni. La capitale du bagne se double bientôt d’un nouveau statut de capitale du fleuve.

  • 4 Descendants d’esclaves échappés des plantations de la Guyane hollandaise au XVIIIe siècle.

3Une population à la diversité complexe et originale évolue dans cette vaste région : bagnards, fonctionnaires militaires et civils, commerçants et coureurs des « grands bois », regroupant tout à la fois Français, Créoles, ressortissants des différentes colonies françaises et étrangers, auxquels s’ajoutent les Amérindiens et les Bushinengués4.
Comment un territoire organisé autour du bagne et une population aux statuts hétéroclites ont-ils traversé la guerre ?

Figure 1 : Territoire pénitentiaire du Maroni en 1914

Figure 1 : Territoire pénitentiaire du Maroni en 1914

Source : Arnauld Heuret (voir bibliographie)

La mobilisation au Maroni

4La mobilisation générale est décrétée en France le 2 août 1914. La Guyane, comme les autres « vieilles colonies » (Antilles, La Réunion), est concernée. La mobilisation ne commence cependant qu’en 1915, lorsque la France réalise que la guerre sera moins courte que prévu.

5Le territoire du Maroni n’échappe pas à la mobilisation mais le statut et la nationalité des hommes qui le peuple réduit considérablement le nombre d’hommes mobilisables. C’est également une population très mobile qu’il est impossible de chiffrer avec exactitude.

Encart 1 : Répartition des hommes selon l’armée

Encart 1 : Répartition des hommes selon l’armée

Encart 2 : Population du territoire du Maroni en 1911

Encart 2 : Population du territoire du Maroni en 1911

Source : France, Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer (ANOM), H1873, rapport d’inspection de 1910-1911 ; Paul Laporte (voir bibliographie)

1 - La population pénale

6Statutairement, les bagnards sont exclus de l’armée mais le ministre de la Guerre a le pouvoir de les mobiliser en cas de guerre. En 1914, cette possibilité n’est pas envisagée. Pourtant, au Maroni, les condamnés expriment ouvertement leur désir de servir la France :

« [Ils] se savaient indignes de porter les armes. Quelques-uns d’entre eux m’ont demandé […] d’obtenir des autorités supérieures de les faire envoyer sur le front, aux endroits les plus exposés, sans arme, pour y être employés aux travaux les plus pénibles, ambitionnant de se faire trouer la peau pour conserver des combattants à la patrie.

  • 5 France, Aix-en-Provence, ANOM, H5153, rapport du directeur de l’AP au gouverneur de la Guyane, 21 j (...)

C’est là un désir qui ne peut être réalisé, il n’en mérite pas moins d’être signalé5 ».

  • 6 Les convois de bagnards vers la Guyane sont suspendus entre avril 1915 et juin 1921.

7Le prolongement du conflit amène l’armée à revoir sa décision et à partir de 1917, des bagnards sont employés à des travaux. Ils ne viennent toutefois pas de Guyane. Les condamnés en instance de départ6 sont suffisamment nombreux en France pour être utilisés en priorité. Une lettre, écrite par un combattant à un destinataire inconnu à Saint-Laurent-du-Maroni et retenue par le Contrôle postal, relate l’espoir des bagnards ou libérés de servir la France :

  • 7 France, Vincennes, Service historique de la Défense, département Terre, 16 N 1396, 2e armée, lettre (...)

« Je serais heureux si vraiment ce que tu me dis est vrai, que l’on penserait de vous faire monter sur le front, vraiment combien d’entre vous se réhabiliteraient par des exploits et coups de main, car tous les jours ce sont des patrouilles et des attaques où l’on demande des volontaires. Combien d’entre vous se feraient un plaisir de racheter leur faute ? Enfin, j’espère et souhaite qu’une décision sera vite prise à votre égard7 ».

2 - La population libre

8Les libres (par opposition aux condamnés) ne sont pas tous mobilisables. Les étrangers, les autochtones (Amérindiens et Bushinengués), les « indigènes » (Algériens-musulmans, Indochinois et Malgaches) ne sont pas concernés par la mobilisation. Restent donc les Créoles et les Français libres.

Les Créoles

  • 8 Homme astreint aux obligations militaires mais qui ne se présente pas lors de son incorporation.

9Ils sont astreints à la conscription depuis seulement 1913. Entre 1915 et 1918, 40% des Créoles saint-laurentais sont réformés ou exemptés, 50% sont mobilisés, 5% obtiennent un sursis d’appel, 5% sont insoumis8. Il est délicat de chiffrer le nombre de Créoles résidant au Maroni en raison de leur mobilité et de la difficulté d’identifier le lieu de leur recensement militaire. Notre corpus repose sur 270 individus.

Les Français

Les fonctionnaires de l’AP

10Les employés civils de l’AP (employés de bureau) sont soumis au régime général de la mobilisation. C’est toutefois le directeur de l’AP qui décide en dernier ressort de les placer, ou non, en sursis d’appel. 61% d’entre eux sont mobilisés (25 sur 41).

  • 9 France, Aix-en-Provence, ANOM, H5153, circulaire du directeur de l’AP, 21 juin 1915.

11L’incorporation des surveillants militaires se fait sur la base du volontariat pour ne pas désorganiser la sécurité du bagne. Ce choix constitue une exception dans la mobilisation française pendant la guerre. 91 surveillants sur 172 se déclarent volontaires. 14 partent en France (8%) « pour y représenter leurs camarades retenus par les nécessités du service9 ».

Les libres issus du bagne

  • 10 Le transporté, une fois sa peine de travaux forcés achevée, est astreint à résider provisoirement o (...)

12Les hommes relevés de la peine de la relégation et les libérés qui ne sont plus astreints à résidence (4e/2e)10 redeviennent mobilisables. Beaucoup se sont installés définitivement à Saint-Laurent. Mais en 1915, ce « beaucoup » n’est pas quantifiable.

13Le parcours de 79 relégués relevés de la relégation pendant la guerre a été étudié. Seulement 33 d’entre eux sont envoyés en France dont 14 sont incorporés dans une unité combattante.
Pour les libérés, un corpus de 95 hommes libérés entre 1914 et 1918 a été retenu. 14 partent en France, assignés à des travaux à l’arrière.

Figure 2 : Comparaison relative à la mobilisation entre libérés 4e/2e et relégués relevés de la relégation (en pourcent)

Figure 2 : Comparaison relative à la mobilisation entre libérés 4e/2e et relégués relevés de la relégation (en pourcent)

Source : France, Aix-en-Provence, ANOM, registres matricules des transportés et relégués ; France, Archives départementales, registres matricules militaires

  • 11 En comparaison, environ 43% de la population masculine a été mobilisée en France pendant la guerre.

14Pour ce corpus d’anciens bagnards, 27% sont mobilisés11. L’âge et l’état sanitaire est un frein à leur mobilisation. Paradoxalement, les plus indésirables des bagnards ont été les plus protégés des dangers de la guerre. Les assassins et voleurs qualifiés restent en Guyane.

Les autres Français

15En dehors des catégories précédentes, très peu de Français résident à Saint-Laurent-du-Maroni, essentiellement des commerçants. Recensés en France, leur identité et leur effectif sont difficiles à déterminer.

Parcours d’habitants du Maroni à la guerre

1 – Les Créoles

Soldat guyanais peint par un Allemand

Soldat guyanais peint par un Allemand

Source : Fonds A. Heuret.

16Pour de nombreux Créoles, la France est une découverte. Ils doivent s’adapter à l’alimentation, au froid, à la langue, au racisme. Ils sont majoritairement envoyés à Sète (Hérault) pour être militairement instruits au dépôt (caserne) du 24e régiment d’infanterie coloniale.

Les frères C.

17La fratrie C. est représentative des Créoles impliqués dans la guerre. Georges, Edmond et Henri sont nés à Saint-Laurent. Leurs parents sont des descendants de condamnés. Ils sont donc purement métropolitains mais assimilés aux Créoles pour le recrutement militaire.

  • 12 France, Aix-en-Provence, ANOM, 11 RM 19, registre matricule militaire de Cayenne classe 1913, matri (...)

18Georges12, né en 1893, est l’un des premiers Saint-Laurentais à faire son service militaire. Il est envoyé en Tunisie au printemps 1914. Comme les Créoles de Guyane, il est mobilisé seulement en mars 1915 et envoyé sur la presqu’ile de Gallipoli début mai pour participer à l’expédition des Dardanelles. Il disparait en juin 1915. Son corps n’a jamais été retrouvé.

19Une vingtaine de Saint-Laurentais a combattu en Orient : Dardanelles puis Salonique, où l’armée française apporte son soutien à l’armée serbe contre les Bulgares. Le front oriental a été meurtrier pour les Saint-Laurentais. Sept y ont perdu la vie.

  • 13 France, Cayenne, Archives territoriales de Guyane (ATG), registre matricule militaire, bureau de Ca (...)

20Edmond13 est né en 1895. Sa classe (1915) est la première concernée lors de la mobilisation des Créoles mais il est exempté, jugé d’une constitution trop faible pour combattre. En 1916, il est versé au service auxiliaire, ce qui signifie qu’il peut être mis à la disposition d’une administration militaire en Guyane.

  • 14 France, Cayenne, ATG, registre matricule militaire, bureau de Cayenne classe 1917, matricule 29.
  • 15 Retrait du front et envoi à l’arrière de décembre à mai.

21Henri14 n’attend pas l’appel de sa classe pour participer à la guerre. Il s’engage volontairement le 2 août 1915, âgé d’à peine 18 ans. En France, il est incorporé au 34e puis au 78e régiment d’infanterie. À partir d’octobre 1917, il est envoyé à l’arrière, pour hivernage15 ou instruction. Il est renvoyé à Saint-Laurent-du-Maroni en mai 1919.

Emmanuel Cléobie16

  • 16 France, Aix-en-Provence, ANOM, 11RM 2, registre matricule militaire, bureau de Cayenne classe 1896, (...)

Photographie de Emmanuel Cléobie en uniforme de soldat avec sa Croix de guerre

Photographie de Emmanuel Cléobie en uniforme de soldat avec sa Croix de guerre

Source : Fonds Marianne Cléobie.

22Au regard de l’armée, Emmanuel Cléobie est un homme âgé. Il a 39 ans en 1915, mais il a l’avantage d’être militairement formé. Il s’est engagé en 1896 et a servi quatre ans dans divers bataillons de chasseurs d’Afrique. Après son retour en Guyane, il est employé à Saint-Laurent comme agent de police. Il est mobilisé en avril 1915 et incorporé en France dans divers régiments d’infanterie territoriale (RIT). Il participe à plusieurs coups de mains lors de son passage au 38e RIT en janvier 1917, ce qui lui vaut d’être décoré de la Croix de guerre. Après ce fait d’arme, il est envoyé au dépôt puis revient à Saint-Laurent en avril 1919.

2 – Les Français libres

23Les Français ont été formés à « l’art de la guerre » à 20 ans lors de leur service militaire. Ils sont donc théoriquement opérationnels dès leur arrivée en France mais ce sont des hommes âgés en moyenne de 35 ans, plus ou moins usés par les séjours coloniaux, parfois l’alcool et pour certains, par le passage au bagne.

Marius Luciani17

  • 17 France, Ajaccio, Archives départementales de Corse-du-Sud, 1 R 454, registre matricule militaire, b (...)

24Il est né en Corse en 1881 et est commis de l’AP à Saint-Laurent depuis avril 1912. Il obtient un congé de convalescence de six mois en avril 1914 et se rend en Corse avec sa famille. Il y est encore lors de la déclaration de la guerre et fait surprenant, il est mobilisé seulement à l’expiration de son congé. D’abord affecté à la garde des prisonniers de guerre à Bastia, il est finalement envoyé au front le 1e décembre.

25Sa femme adresse de nombreuses suppliques au ministre des Colonies pour contraindre son mari à pour voir aux besoins de sa famille. Marius Luciani lui oppose une fin de non-recevoir :

« Je vis séparé avec madame Luciani depuis le 4 mai dernier et je n’ai été incorporé que le 29 octobre dernier et pendant tout ce temps, la plaignante ne m’a rien réclamé.

  • 18 France, Aix-en-Provence, ANOM, ee/ii/2528, dossier Luciani.

En ce moment, je fais face à la frontière l’arme à la main, et n’ai pas le temps de m’occuper de ceux qui restent en arrière et qui ont les moyens d’existence, quoiqu’ils disent. Après la guerre, si j’ai le bonheur d’y survivre, je trancherai cette question18 ».

26Marius Luciani obtient la Croix de guerre après avoir été blessé en 1915. Il finit la guerre à la 9e section de COA (commis et ouvriers d’administration). La guerre n’a pas interrompu sa carrière. Parti commis 3e classe en 1914, il est promu à l’ancienneté, 2e classe en 1915 et 1e classe en 1917. Il revient à Saint-Laurent-du-Maroni avec sa famille.

Roger Bertrand19

  • 19 France, La Rochelle, Archives départementales de Charente-Maritime, 1 R 492, registre matricule mil (...)

27Il est le fils ainé du surveillant militaire Gabriel Bertrand. Le jeune homme s’engage à 17 ans, en janvier 1918. Après une brève instruction militaire en Guyane puis en France, il est envoyé au front en juillet et décède des suites de blessures en août. La Croix de guerre lui est attribuée à titre posthume le 20 mai 1921. Elle accompagne la citation quelque peu emphatique et erronée :

  • 20 France, Aix-en-Provence, ANOM, ee/ii/3122-2, dossier Gabriel Bertrand

« Jeune soldat de la classe 1920, engagé volontaire et venu sur le front le 15 octobre 1917. A toujours servi en brave et excellent soldat, donnant en toutes circonstances la valeur de son dévouement. Mort glorieusement pour la France, le 21 août 191820 ».

28Robert Bertrand est enterré dans la nécropole nationale de Verberie (Oise).

Louis Duchamp dit Kiki21

  • 21 France, Archives départementales de Saône-et-Loire, 1 R RM Chalon 1907/3, registre matricule milita (...)
  • 22 Hommes condamnés par la justice et non incorporés dans l’armée

29Ancien transporté, libéré 4e/2e en février 1917. Il est envoyé en France en janvier 1918 et versé dans une section d’exclus métropolitains22 mais en octobre, il s’engage pour la durée de la guerre. Vu son passé, il est incorporé dans les redoutables bat’ d’Af’ en Algérie. Il a à peine le temps d’arriver que l’Armistice est signé. Il est démobilisé en juillet 1919.

Marcel Taisne23

  • 23 France, Archives départementales de l’Aisne, 22 R 71, registre matricule militaire, bureau de Soiss (...)

30Il est relevé de la relégation en août 1914 et rejoint immédiatement la France. Envoyé à Verdun, il est tué au combat le 14 avril 1916. Il est peut-être le seul ancien bagnard de Guyane déclaré Mort pour la France. Sa tombe est située dans la nécropole nationale Glorieux (Verdun).

3 - Les condamnés en cours de peine

31Des bagnards évadés au Brésil ou au Venezuela reviennent en France pour participer au conflit, sur l’assurance des consuls français qu’ils seront favorablement accueillis. Mais la réalité est bien différente. Jusqu’au début de 1915, une trentaine d’entre eux est arrêtée, dès leur débarquement en France ou lors de leur tentative pour s’engager, et réintégrée au bagne de Guyane. Néanmoins, la valeur de l’engagement de ses évadés est reconnue et le ministre des Colonies incite les autorités pénitentiaires à l’indulgence :

  • 24 France, Cayenne, ATG, 1M395, dépêches ministérielles, 1e juillet 1915

« Octave Georges Gauthier, 4e/1e matricule 11446, évadé le 16 septembre 1915, ne devra pas, à sa réintégration en Guyane, être poursuivi pour l’évasion qu’il a commise en raison de la détermination qu’il avait prise sur le conseil du consul de France à Para, à rentrer en France dans le but d’être envoyé au front24 ».

Maurice Polinghi25

  • 25 France, Aix-en-Provence, ANOM, H1399, lettre du 21 juillet 1922 au ministre de la justice.

32À l’annonce de la guerre, Maurice Polinghi quitte le Venezuela où il avait trouvé refuge après son évasion. Il est arrêté lors de son débarquement à Bordeaux en septembre 1914 avec neuf autres évadés, venus comme lui pour défendre la patrie.

  • 26 Ibidem

33Il est renvoyé en Guyane en avril 1915 pour finir de purger sa peine. Son désir d’aller au front est toujours prégnant et il s’évade à nouveau deux fois dans l’espoir de rejoindre la France. En septembre 1918, sa cavale s’arrête à Paramaribo (Guyane hollandaise) où il se bat contre trois « Boches pour des paroles injurieuses envers [son] pays26 ». Le Tribunal maritime spécial le condamne à cinq ans de travaux forcés supplémentaires. En 1923, il sollicite une remise de peine. Son affaire est en bonne voie mais il décède quelques mois plus tard.

Gaston Quesney27

  • 27 France, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime, 1 R 2939, registre matricule militaire, (...)

34Relégué évadé en 1907, Quesney s’installe au Brésil. En août 1914, il a 42 ans et rentre en France. Il s’engage mais l’autorité militaire découvre rapidement son véritable statut. Il est renvoyé en Guyane, puis réhabilité en octobre 1916 et est légalement incorporé. Retour à la case départ. Il revient en France pour être incorporé dans divers régiments, puis démobilisé en janvier 1919. Il s’installe définitivement à Rouen.

Louis Renardat28

  • 28 France, Angoulême, Archives départementales de Charente, 1 YPROV 5, lettre au préfet, 23 janvier 19 (...)

35Relégué évadé en juin 1914, le lyonnais Louis Renardat ressent le désir de défendre la patrie, mais pas celle qui l’a vu naître. En septembre 1915, il s’engage (c’est du moins ce qu’il prétend) dans l’armée italienne et devient le soldat Antoine Francetti. Son comportement valeureux lui vaut la Croix de guerre italienne. Il est arrêté en octobre 1918 à Paris au cours d’une permission. Sa véritable identité est révélée et Renardat est condamné à retourner en Guyane. Il est envoyé au dépôt des relégables à Angoulême en février 1919. Il obtient la remise de la relégation en mai 1921, juste avant la reprise des convois vers la Guyane.

Clément Salmet29

  • 29 France, Lyon, Archives départementales du Rhône, 1 R 1065, registre matricule militaire, bureau de (...)

36Évadé en 1906, il rentre en France et signe un engagement volontaire en août 1914 sous le nom de Maurice Claudin. Envoyé au front, il est blessé trois fois. Il est arrêté pour ivresse publique en juin 1916 et sa véritable identité est révélée. Il est condamné à retourner en Guyane, mais l’inflexibilité des autorités à exclure les bagnards évadés de l’armée combattante s’émousse au fil de la guerre. Salmet est gracié en septembre 1916 et renvoyé au front dans l’artillerie lourde. Il est blessé une 4e fois en juillet 1917. Après-guerre, son parcours est ponctué de diverses condamnations pour vol qualifié et recel.

Jean-Baptiste Debaère30

  • 30 France, Lille, Archives départementales du Nord (ADN), 1 R 3366, registre matricule militaire, bure (...)

Détective du 12 janvier 1933 relatant le parcours de Debaère

Détective du 12 janvier 1933 relatant le parcours de Debaère

Source : Fonds A. Heuret.

  • 31 Son patronyme a été changé en Debaix : erreur ou volonté de protéger sa véritable identité ?
  • 32 L’Humanité, 5 janvier 1933, n°12441, p.3

37Le parcours insolite de Debaère fait les gros titres du magazine Détective31 et du journal L’Humanité32. Condamné aux travaux forcés en 1902, il s’évade en 1913. Il revient en France sous une fausse identité (Alfred Lhermitte) et s’engage volontairement en octobre 1914. Il combat, est blessé quatre fois, reçoit une citation. Il est démobilisé en mars 1919 et s’installe à Metz où il vit tranquillement. Mais en 1933, il se dénonce à la gendarmerie comme étant un évadé du bagne. En juin 1933, le président de la République lui fait remise du solde de sa peine de travaux forcés et de l’obligation à résidence en Guyane.

Le Maroni pendant la guerre

1 - Les répercutions de la guerre sur la population civile

Les difficultés d’approvisionnement

38À Saint-Laurent-du-Maroni, les relations commerciales avec la France sont perturbées. Le ravitaillement devient problématique. Le Venezuela, le Brésil et les Etats-Unis deviennent des partenaires commerciaux mais les quantités importées sont insuffisantes. La Guyane hollandaise, sollicitée, refuse d’exporter du riz. La farine manque. La disette menace.

39La vie devient précaire sous l’effet conjugué de l’enchérissement des produits alimentaires et de la perte du revenu des soldats partis combattre. Les prix des denrées alimentaires sont régulés et les ventes en dehors du marché sont interdites.

L’assistance aux familles de mobilisés

40Pour compenser financièrement le départ du soutien de famille mobilisé, une allocation pour les plus démunis est instaurée au niveau national et octroyée en Guyane à partir de juin 1915 : 1,25F par jour par adulte et 0,50F par enfant à charge (montants revalorisés en 1917 et 1918).

41À Saint-Laurent, une cinquantaine de demandes, déposée jusqu’en juillet 1918, émane essentiellement de femmes créoles. Une enquête est systématiquement menée pour justifier leur dénuement :

« Cécile Mariès, célibataire, un fils reconnu d’elle, […] est arrivée en Guyane en 1906 et a toujours habité ensemble avec son fils, lequel travaillait dans les mines. Elle, personnellement, ne faisait que le ménage et quelques petits travaux de couture ou lessive.

Il y a trois ans à peu près qu’elle est montée aux mines et n’en est plus encore descendue. Son fils était son seul soutien. »

  • 33 France, Saint-Laurent-du-Maroni, Archives municipales, 3Q, procès-verbal d’Antonio Jean-Charles, 9 (...)

42En marge, on peut lire cette remarque : « si cette femme n’est âgée que de 44 ans et si elle est en bonne santé, sans avoir de charges, elle peut, il me semble, gagner sa vie33 ».

43Les familles de fonctionnaires sont davantage préservées parce que les employés de l’AP envoyés en France (civils et militaires) conservent leur solde pendant la guerre.

Les souscriptions

44Malgré les difficultés et les deuils, les Saint-Laurentais souscrivent aux quêtes organisées au bénéfice d’œuvres de guerre. Sans que cela soit systématiquement spontané (l’incitation est forte), tout le monde donne : la commune pénitentiaire, les francs-maçons de l’Union guyanaise, les commerçants, les fonctionnaires de l’AP, les ouvriers des placers du Maroni (parfois en or natif), les Bushinengué, les Chinois qui affichent une générosité remarquable (23 d’entre eux réunissent 1180 francs en septembre 1914).

2 – Le bagne

La baisse des effectifs

45En perturbant les transports maritimes, la guerre met un coup d’arrêt aux convois de condamnés vers la Guyane. Le Loire accomplit son dernier voyage le 27 avril 1915 avec à son bord 386 condamnés. Sans apport nouveau, la diminution de la population pénale atteint 43,5% entre 1915 et 1920 (elle passe de 5 263 à 2 966 individus). Elle s’explique par l’évasion, la mortalité (paludisme, tuberculose, assassinats, exécutions capitales) mais aussi par les libérations/relèvements de la relégation.

La vie des bagnards

46Dès le début de la guerre, les condamnés ont manifesté leur patriotisme. Outre leur volonté de participer aux combats, ils organisent des collectes entre eux. Certains demandent à l’AP de disposer de leur pécule pour participer aux œuvres caritatives mais une circulaire officielle met rapidement fin à leur initiative. L’AP craint-elle que les noms des condamnés, jugés indignes, apparaissent aux côtés de ceux des honnêtes donateurs dans les listes publiées par le Journal officiel de la Guyane ? Une solution hypocrite permet toutefois aux condamnés de participer financièrement à l’effort de guerre :

  • 34 France, Aix-en-Provence, ANOM, H5153, rapport du directeur de l’AP au gouverneur de la Guyane, 21 j (...)

« À la porte de la chapelle de Saint-Laurent-du-Maroni, le curé de la commune pénitentiaire a installé un tronc destiné à recevoir les oboles privées et anonymes au profit des œuvres de guerre : c’est là que viennent, timidement, et comme à la dérobée, les condamnés en cours de peine, garçons de famille, assignés ou concessionnaires, ceux qui peuvent disposer de quelques ressources pécuniaires, déposer une obole prélevée sur leur salaire ou sur leur gratification et destinée à soulager les victimes de la guerre34 ».

47L’approvisionnement du bagne est fortement impacté. Les chaussures, le savon, les hamacs font défaut. Les sacs de farine, transformés en vêtements pour les bagnards, remplacent la toile grise et bleue qui ne parvient plus en Guyane. La pénurie coïncide avec l’interdiction d’envoi par les familles, de colis postaux dont le contenu améliorait l’ordinaire des condamnés (alimentation, vêtements). À la fin de la guerre, les relégués de certains camps sont vêtus de guenilles.

48Pour éviter la famine, la ration des condamnés, déjà médiocre, est réduite. Certains dénoncent les restrictions alimentaires et réclament une ration améliorée, qualifiée de boulimique. En 1917, une soixantaine de bagnards demande à servir en France. Est-ce par patriotisme ou pour échapper aux conditions de vie difficiles du bagne ?

  • 35 France, Aix-en-Provence, ANOM, H5161, lettre du 22 janvier 1916

« Le riz, dès sa réception à la cuisine, est […] lavé deux fois à l’eau froide et deux fois à l’eau chaude. Il est ensuite mis dans la marmite et écumé plusieurs fois. Malgré toutes ces précautions, il reste encore des vers. […] Les libérés refusent la soupe de haricots blancs, sous prétexte que les haricots sont trop moisis35 ».

49L’AP s’oriente vers les cultures vivrières pour pallier la pénurie de légumes secs venant de France. Au centre agricole du Nouveau-Camp, des terrains sont plantés de légumes verts, manioc, patates douces, bananiers, qui permettent d’approvisionner le camp de la transportation à Saint-Laurent.

50Un essai de riziculture est tenté à Saint-Jean-du-Maroni en 1916 mais en l’absence de machine à décortiquer, la production est rapidement abandonnée.

51Les restrictions alimentaires et vestimentaires ne sont pas les seules conséquences de la guerre pour les bagnards. Pendant cette époque difficile où les échanges avec les proches mobilisés ou chassés des régions envahies sont fondamentaux, l’AP devient tatillonne sur la question du courrier. Chaque condamné n’a droit qu’à quatre feuillets par mois. Les dépêches ministérielles sont truffées de demandes de bagnards pour obtenir des nouvelles de leurs parents ou priant l’AP de leur accorder la faveur de correspondre :

  • 36 France, Cayenne, ATG, 1M396, dépêche ministérielle, 7 janvier 1916.

« Transporté Joseph Mimart, matricule 3785, réclusionnaire, demande l’autorisation de se faire photographier et d’envoyer une épreuve à son frère de lait, le soldat Léon Chatard, 4e génie, secteur postal 41. Examiner la possibilité de satisfaire cette demande36 ».

Le personnel du bagne

52La vie des surveillants sur place n’est pas fortement impactée par la guerre. Les promotions et les congés sont accordés comme avant-guerre. En 1918, 25% des effectifs sont en congé en France contre 6% au front. Le bagne, du côté des surveillants, peut être considéré comme un vivier d’embusqués. Le seul souci est la pénurie de vin. En 1914, l’AP commande l’équivalent de mille bouteilles par jour pour le territoire du Maroni mais les importations baissent de 23% en deux ans. Le vin est théoriquement réservé aux employés mais sert également de gratifications aux bagnards. L’alcoolisme sévit parmi les surveillants et en 1915, les mesures disciplinaires sont durcies à l’encontre des surveillants intempérants.

Photographie, chargement de vin de Bordeaux à destination de l’administration pénitentiaire du Maroni

Photographie, chargement de vin de Bordeaux à destination de l’administration pénitentiaire du Maroni

Source : Fonds A. Heuret.

Les espions

  • 37 France, Cayenne, ATG, 1M406, dépêche ministérielle, 11 mars 1919.

53Le contexte de la guerre devient un argument de dénonciation : « le transporté Pierre Brengues dénonce l’attitude d’Hermann dit Kraus qui aurait manifesté des sentiments pro-allemands et qui par des flatteries aurait obtenu une situation de faveur contre laquelle il proteste37 ».

Arthur Moreau, condamné aux travaux forcés en 1914 pour espionnage

Arthur Moreau, condamné aux travaux forcés en 1914 pour espionnage

Détective du 13 mars 1931, n°124, p. 13.

Fonds A. Heuret.

Louis Moreau (père d’Arthur Moreau), condamné aux travaux forcés en 1914 pour espionnage

Louis Moreau (père d’Arthur Moreau), condamné aux travaux forcés en 1914 pour espionnage

Détective du 13 mars 1931, n°124, p. 13.

Fonds A. Heuret.

  • 38 Jean Détail, René Métrot, Nicolas Bettendorf et les père et fils Moreau, victimes de la paranoïa mi (...)
  • 39 France, Cayenne, ATG, 1M398, lettre du gouverneur de la Martinique, 12 mars 1917.

54La présence de condamnés et libérés de nationalité ennemie ne semble pas constituer une menace. La seule mesure prise vise les transportés en cours de peine allemands et autrichiens, déplacés en janvier 1917 dans un camp aux îles du Salut. Les espions condamnés38, arrivés en mai 1915 à Saint-Laurent, sont moins surveillés que le personnel de l’AP : « Avant son entrée dans le corps des surveillants militaires, [le surveillant de 3e classe Théodose Havès] s’intéressait aux affaires de l’Allemagne, notamment lors de la présence sur rade de Fort-de-France, d’un croiseur allemand. Il a servi de truchement à l’équipage et aux officiers de ce navire39 ».

3 - L’économie au Maroni

L’usine de Saint-Maurice

55La distillerie de rhum/tafia installée à Saint-Maurice occupe une place centrale dans l’économie du territoire pénitentiaire. La situation financière de l’usine, régulièrement décriée, enregistre cependant une embellie le temps de la guerre. Plusieurs phénomènes se conjuguent pour apporter une rentabilité éphémère : interdiction d’importation de mélasses et de sucre pendant la guerre ; disparition de la concurrence du tafia antillais, réquisitionné par l’armée française dès décembre 1914 ; relèvement du prix de vente du tafia guyanais ; matériel correct qui assure un bon rendement. Mais la distillerie est tributaire des récoltes de canne à sucre qui s’effondrent à partir de 1919.

Carte postale, distillerie de Saint-Maurice

Carte postale, distillerie de Saint-Maurice

Source : Fonds A. Heuret.

L’or

56La Guyane exploite l’or qui participe à l’économie de guerre. A partir de mai 1915, l’exportation vers l’étranger est interdite et toute la production est destinée à la France. La moitié de la production est cependant écoulée en contrebande vers le Guyane hollandaise.

  • 40 Orpailleur illégal, sans permis de prospection ou d’exploitation.

57Dans le Maroni, l’exploitation aurifère est essentiellement fournie sur les placers privés et par les maraudeurs40. Les relégués du camp de Tollinche sont brièvement affectés à cette exploitation mais les rendements sont faibles et l’exploitation rapidement arrêtée (162 grammes récoltés en deux mois d’exploitation).

Le balata

58Le balata est une autre ressource qui intéresse l’effort de guerre. La production guyanaise explose pendant la guerre et 61% des étrangers arrivant à Saint-Laurent se déclarent balatistes contre 13% orpailleurs. L’AP exploite également le balata. Les zones d’extraction concernent essentiellement le territoire de la Transportation (secteur des camps de Charvein, du Nouveau-Chantier, de Coswine et des Hattes). La rentabilité baisse en raison d’une extraction anarchique (arbres saignés à blanc) et du manque de main-d’œuvre pénale qualifiée. De 1914 à 1918, la production pénitentiaire représente 0,35% de la production guyanaise (9,216 tonnes/2540 tonnes)

Carte postale, la saignée des balatas au chantier pénitentiaire forestier de Coswine

Carte postale, la saignée des balatas au chantier pénitentiaire forestier de Coswine

Source : Fonds A. Heuret.

4 - Les évènements marquants des années 1914-1918 au Maroni

La Mission Laveau

59Alors que l’Europe s’apprête à rentrer dans la Grande Guerre, les confins inexplorés de la Guyane continuent de fasciner. En septembre 1913, François Laveau et son fils prennent la tête d’une mission d’études économiques et géographiques sur le Haut-Maroni. Le voyage dure près de deux ans mais se solde par un dénouement tragique. En mai 1915, la pirogue qui ramène l’équipe fait naufrage. Les collections, les notes, les relevés, les quarante-quatre kilos d’or récoltés sont perdus et le fils Laveau se noie.

Carte postale, départ de la mission Laveau

Carte postale, départ de la mission Laveau

Source : Fonds A. Heuret.

L’épidémie de grippe espagnole

60La grippe espagnole, qui se propage à travers le monde depuis le printemps 1918, atteint Saint-Laurent-du-Maroni en novembre 1918. Une recrudescence de décès s’observe jusqu’à janvier 1919 : 243 décès contre seulement 67 à la même période l’année précédente. Ces données concernent autant la population civile que pénale.

61Les rapports annuels du bagne minimisent l’incidence de la grippe espagnole sur la mortalité des transportés mais elle représente un tiers des décès de 1918 et 1919 (95 sur 284). Elle épargne le territoire de la Relégation, sans doute en raison de son isolement : 6% des décès en 1918-1919 sont causés par la grippe (28 sur 455).

Le Maroni après la guerre

1 - Le bilan humain

62Trente-six hommes sont morts à la guerre. Ils résidaient à Saint-Laurent ou dans le bassin du Maroni au moment de la mobilisation. Un seul d’entre eux y est né.

63Ces trente-six morts ne sont qu’une estimation a minima. Combien de libérés, d’anciens relégués dont les parcours ne peuvent être étudiés exhaustivement, et d’évadés qui se sont engagés sous une fausse identité, sont morts au cours du conflit ? Combien de coureurs des bois recensés militairement aux Antilles ont péri aux combats ?

64Parmi ces morts, Pierre Ferdinand Etchevery est le seul à ne pas avoir reçu la mention Mort pour la France (MPF). Il est relevé de la relégation en novembre 1915 et s’engage en mars 1916. Blessé deux fois, il tombe malade au cours de sa deuxième convalescence et décède en avril 1919. Cette date tardive n’est pas un obstacle à l’attribution de la mention MPF mais Pierre Etchevery décède après sa réforme en janvier 1919. Il n’est donc plus considéré comme un militaire et échappe à la reconnaissance officielle.

Plaque commémorative « À la mémoire glorieuse des habitants de St-Laurent Morts pour la France »

Plaque commémorative « À la mémoire glorieuse des habitants de St-Laurent Morts pour la France »

Source : Photographie V. Brunelot.

65Au cours des années 1920, la France se couvre de monuments aux morts. Saint-Laurent fait partie des rares communes à ne pas participer à cette commémoration concrète. Un monument dédié aux surveillants militaires, édifié de longue date dans le cimetière de Saint-Laurent, fait office de monument aux morts sans ajout particulier. En novembre 2014, une plaque y a été apposée. Elle porte le nom de sept hommes morts pendant la guerre. Six d’entre eux sont nés à Saint-Laurent-du-Maroni par le hasard de la mutation de leur père, fonctionnaire du bagne. Ils n’ont pas vécu à Saint-Laurent et ont été mobilisés ailleurs.

66Deux plaques de marbre sont apposées dans la salle Claudine Bertrand de la mairie. Elles portent le nom de trente Saint-Laurentais. Elle comporte quelques erreurs et omissions mais surtout, le lieu d’exposition passe à côté de l’objectif du monument aux morts : être vu de tous pour rappeler le sacrifice.

2 - Les anciens combattants

67Le retour à la vie civile n’est pas toujours facile pour les hommes, marqués moralement et parfois physiquement. Les anciens combattants s’assemblent pour défendre leurs droits.

68L’Office national du combattant (ONC), déclinés en comités départementaux et coloniaux, a pour but d’aider moralement et financièrement les anciens combattants. Le corpus des Saint-Laurentais affiliés au comité guyanais de l’ONC est très varié : fonctionnaires français, Créoles, transportés et relégués condamnés après la guerre. Les statuts de l’ONC ne prévoit pas l’exclusion d’un membre dans le cas d’une condamnation postérieure à la guerre. Ils ont mérité de la patrie et leur indignité d’après-guerre n’entre pas en jeu. Les convois de condamnés vers la Guyane, qui reprennent en juin 1921, sont donc potentiellement chargés d’anciens combattants et rien ne les empêche d’adhérer à l’ONC mais on pourrait penser qu’arrivés dans un univers carcéral difficile, ce ne soit pas leur préoccupation majeure. Il faut croire que pour certains, la revendication de leur participation à la guerre est importante, à moins que l’attrait de la retraite de combattant (à partir de 50 ans) les ait poussés à faire valoir leurs droits. Mais l’obtention de la carte constitue parfois un véritable marathon administratif.

Olivier Cloarec41

  • 41 France, Aix-en-Provence, ANOM, H3818, dossier Cloarec.

69C’est un relégué débarqué à Saint-Laurent en 1935. En 1937, il a 50 ans et peut bénéficier de la retraite du combattant. Il est autorisé par l’AP à constituer son dossier pour l’ONC et l’année suivante, il reçoit un certificat provisoire, transformé en carte définitive dès qu’il aura fourni deux photos d’identité. Olivier Cloarec est détenu à Saint-Jean-du-Maroni :

  • 42 Ibidem, lettre au chef des services pénitentiaires, 12 mars 1939.

« Malgré tous mes efforts, je suis dans l’impossibilité de réunir la somme nécessaire pour payer le train et me faire photographier pour ma carte de combattant. J’ai donc l’honneur de solliciter de votre bienveillance, de vouloir bien faire effectuer sur mon pécule un prélèvement de 25 francs pour couvrir ces frais42 ».

70Sa requête est refusée mais on l’informe qu’il est compris sur un « état collectif de relégués » et doit attendre comme d’autres relégués pour être dirigé sur Saint-Laurent. Cela signifie-t-il que l’AP organise un convoi de relégués anciens combattants pour les emmener se faire photographier ?

71Olivier Cloarec attend longtemps. À la mi-octobre, le service anthropologique de l’AP le photographie avec cette vareuse rayée qui signale si ostensiblement le bagnard. Les démarches administratives pour obtenir sa carte se multiplient et passent toujours par l’intermédiaire de l’AP. Elle est finalement délivrée le 10 janvier 1941.

Carte de combattant de Olivier Cloarec

Carte de combattant de Olivier Cloarec

Source : France, Cayenne, ATG, 1103W, dossiers d’anciens combattants

Germain Joliton dit Marcel l’Américain43

  • 43 France, Aix-en-Provence, ANOM, H1659 et H4381/48587/a, dossiers Joliton ; France, Lille, ADN, regis (...)

72Il participe brièvement à la guerre au Maroc mais déserte rapidement. Arrêté, emprisonné, libéré, il est à nouveau condamné en 1926 à 8 ans de travaux forcés. Il est libéré en 1931, avec astreinte à résidence perpétuelle en Guyane mais il est incapable de subvenir à ses besoins et s’évade deux fois, chaque fois repris, ce qui lui vaut quelques mois de travaux forcés supplémentaires.

73Libéré en 1936, il s’assagit. Il obtient sa carte d’ancien combattant mais ne peut bénéficier de la retraite, refusée à ceux qui ont déserté. Il reçoit la Médaille commémorative française de la grande guerre et la Médaille coloniale agrafe Maroc. Il a obtenu ces médailles à ses frais, alors qu’il est en état d’indigence, ce qui en dit assez sur sa fierté d’avoir participé à la guerre.

Plaque d’identité militaire de G. Joliton

Plaque d’identité militaire de G. Joliton

Source : France, Aix-en-Provence, ANOM, H4702/C.

74La Deuxième Guerre mondiale offre l’occasion à Germain Joliton de s’illustrer. En 1940 à Londres, de Gaulle lance son appel. À Saint-Laurent-du-Maroni, le colonel Chandon prépare le ralliement de la Guyane. Échappé en Guyane hollandaise, il organise l’arrivée des volontaires guyanais, principalement des bagnards. Parmi eux se trouve Germain Joliton qui s’engage dans les Forces françaises libres. Il rejoint Brazzaville en 1941, la Syrie, puis le Liban. Démobilisé en juillet 1946, il est renvoyé en Guyane. Il est réhabilité en 1948 et embarque pour Marseille où l’on perd sa trace.

Marius Luciani44

  • 44 France, Aix-en-Provence, ANOM, 192APOM/1, association des anciens combattants du ministère des Colo (...)

75À son retour à Saint-Laurent en 1919, le commis Luciani intègre lui aussi les associations d’anciens combattants. Reconnu mutilé de guerre à 45%, il adhère à l’ONC dès sa création. Mais c’est un organisme généraliste et d’autres associations se créent pour faire entendre des revendications spécifiques. C’est ainsi qu’en 1933, une modeste section de l’Association des mutilés du ministère des Colonies est mise en place à Saint-Laurent. Elle compte seulement sept membres, dont Marius Luciani, ainsi que le colonel Pierre Prével, directeur de l’AP, titulaire d’une pension d’invalidité.

3 - Le bagne

76À la fin de la guerre, une rumeur prétend que le bagne va être déplacé dans une autre colonie. Mais malgré les privations, la baisse des effectifs (reprise des convois en 1921 avec l’envoi de 2 000 condamnés) puis l’amenuisement de l’emprise de l’AP sur son territoire (fermetures de camps insalubres, mise en cession de vastes terrains à l’entreprenariat privé), l’existence du bagne en Guyane n’est pas remise en question.

Figure 3 : Carte de la colonie pénitentiaire du Maroni après-guerre

Figure 3 : Carte de la colonie pénitentiaire du Maroni après-guerre

Source : Arnauld Heuret (voir bibliographie)

4 – L’influence de la guerre sur l’économie du Maroni

La Société des Transports Aériens Guyanais (STAG)

Affiche de la Société des Transports Aériens Guyanais

Affiche de la Société des Transports Aériens Guyanais

Source : Fonds V. Brunelot.

77Dès la fin des hostilités, l’aéronautique civile profite des progrès réalisés pendant la guerre. En Guyane, l’aviation apparaît comme un moyen indispensable au développement de la colonie. La STAG, créée en 1919, s’installe à Saint-Laurent sur un terrain cédé par l’AP. Elle propose un service de cartographie aérienne, de service postal et de transport de personnes. Dans les faits, ce sont essentiellement les rotations côtières entre Saint-Laurent et Cayenne qui assurent l’activité de la société. Les accidents matériels successifs et la mort d’un pilote en 1922 précipitent sa faillite.

La Société Forestière de la Guyane Française (SFGF)

78En 1920, l’AP installe la SFGF au Maroni. En contrepartie de la livraison de bois pour la reconstruction des régions dévastées par la guerre, l’AP lui confie le camp de Godebert, les vastes terrains forestiers qui l’entourent et une importante main-d’œuvre pénale. L’exploitation forestière (bois précieux, bois courant, bois de chauffage) est complétée par des installations industrielles basées à Saint-Laurent : scierie, zone de stockage du bois, tannerie pour les écorces et usine électrique qui permet l’éclairage de la ville.

79D’autres compagnies privées suivent bientôt l’exemple de la SFGF et s’installent sur le territoire pénitentiaire du Maroni.

Photographie, stockage de bois appartenant à la SGFG à Saint-Laurent-du-Maroni

Photographie, stockage de bois appartenant à la SGFG à Saint-Laurent-du-Maroni

Source : Fonds A. Heuret.

Conclusion

  • 45 60 naissances en 1915 ; 71 en 1916 ; 89 en 1917 ; 91 en 1918 ; 75 en 1919.

80Saint-Laurent-du-Maroni est resté à l’écart de la réalité de la guerre. Les journaux français qui arrivent en Guyane minimisent les combats ; les permissionnaires sont trop peu nombreux à revenir à Saint-Laurent pour raconter la violence de la guerre. La ville conserve son dynamisme : les étrangers affluent pour travailler en forêt, la natalité augmente45 à l’opposé des communes de France privées d’hommes jeunes.

81Malgré tout, les restrictions de ravitaillement et l’orientation de l’économie vers une production utile à la défense nationale ont impacté le territoire. Les condamnés ont souffert, le bagne ne retrouve un fonctionnement normal que trois ans après la fin de la guerre, le domaine pénitentiaire est démantelé. Mais dans l’entre-deux-guerres, Saint-Laurent-du-Maroni reste avant tout la capitale du bagne.

82Une nouvelle population pénale arrive à Saint-Laurent : les condamnés anciens combattants. Quel rapport se noue entre eux et les nouveaux surveillants qui ont également participé à la guerre ? Qu’en a-t-il été de la confrontation entre des hommes qui ont connu l’épreuve commune du feu, désormais séparés par la Loi ? Jusqu’à l’arrêt des convois en 1915, les rapports étaient hiérarchisés : d’un côté l’Autorité ; de l’autre, la Criminalité. La fraternité des tranchées, qui a fait se côtoyer des hommes de milieux sociaux et géographiques différents, a rarement résisté après le retour à la vie civile, mais l’expérience commune est un point d’ancrage entre ceux qui ont combattu. Aucun témoignage de surveillant ou de bagnard anciens combattants ne décrit cette nouvelle relation à l’autre.

Haut de page

Bibliographie

coquet Marine, Saint-Laurent-du-Maroni, capitale du bagne (1858-1949). Tapuscrit, Service du Patrimoine de Saint-Laurent-du-Maroni, 2010-2011.

heuret Arnauld, Les camps annexes de la colonie pénitentiaire du Maroni. Étude commanditée par le CIAP de Saint-Laurent-du-Maroni et la DAC de Guyane. Tapuscrit (en cours de finalisation).

laporte Paul, La Guyane des écoles, Comité guyanais d’action culturelle/ATIPA, 1983.

mallé Marie-Pascale, St-Laurent-du-Maroni, commune pénitentiaire, Cayenne, L’Inventaire, 2003.

michel Pierre, Bagnards - La terre de la grande punition. Cayenne 1852-1953, Paris, Éditions Autrement, collection Mémoires n°67, 2000.

sanchez Jean-Lucien, La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953. Thèse, École des hautes études en sciences sociales, 2009.

Haut de page

Notes

1 Mode d’exécution de la peine aux travaux forcés, qui envoie les condamnés dans une colonie pénitentiaire.

2 Peine qui vise les multirécidivistes en les exilant définitivement de France. Le territoire de la Relégation se décline en 7 camps dont Saint-Jean-du-Maroni qui fait office de centre principal.

3 Gomme résineuse employée notamment pour la fabrication des câbles sous-marins et des courroies de transmission.

4 Descendants d’esclaves échappés des plantations de la Guyane hollandaise au XVIIIe siècle.

5 France, Aix-en-Provence, ANOM, H5153, rapport du directeur de l’AP au gouverneur de la Guyane, 21 juillet 1916.

6 Les convois de bagnards vers la Guyane sont suspendus entre avril 1915 et juin 1921.

7 France, Vincennes, Service historique de la Défense, département Terre, 16 N 1396, 2e armée, lettre du 14 juillet 1918.

8 Homme astreint aux obligations militaires mais qui ne se présente pas lors de son incorporation.

9 France, Aix-en-Provence, ANOM, H5153, circulaire du directeur de l’AP, 21 juin 1915.

10 Le transporté, une fois sa peine de travaux forcés achevée, est astreint à résider provisoirement ou définitivement en Guyane (libéré 4e/1e). L’astreinte de résidence levée, il devient libéré 4e/2e.

11 En comparaison, environ 43% de la population masculine a été mobilisée en France pendant la guerre.

12 France, Aix-en-Provence, ANOM, 11 RM 19, registre matricule militaire de Cayenne classe 1913, matricule 34.

13 France, Cayenne, Archives territoriales de Guyane (ATG), registre matricule militaire, bureau de Cayenne classe 1915, matricule 47.

14 France, Cayenne, ATG, registre matricule militaire, bureau de Cayenne classe 1917, matricule 29.

15 Retrait du front et envoi à l’arrière de décembre à mai.

16 France, Aix-en-Provence, ANOM, 11RM 2, registre matricule militaire, bureau de Cayenne classe 1896, matricule 15.

17 France, Ajaccio, Archives départementales de Corse-du-Sud, 1 R 454, registre matricule militaire, bureau d’Ajaccio classe 1901, matricule 2273.

18 France, Aix-en-Provence, ANOM, ee/ii/2528, dossier Luciani.

19 France, La Rochelle, Archives départementales de Charente-Maritime, 1 R 492, registre matricule militaire, bureau de La Rochelle classe 1920, matricule 470.

20 France, Aix-en-Provence, ANOM, ee/ii/3122-2, dossier Gabriel Bertrand

21 France, Archives départementales de Saône-et-Loire, 1 R RM Chalon 1907/3, registre matricule militaire, bureau de Chalon-sur-Saône classe 1907, matricule 1041.

22 Hommes condamnés par la justice et non incorporés dans l’armée

23 France, Archives départementales de l’Aisne, 22 R 71, registre matricule militaire, bureau de Soissons classe 1900, matricule 631.

24 France, Cayenne, ATG, 1M395, dépêches ministérielles, 1e juillet 1915

25 France, Aix-en-Provence, ANOM, H1399, lettre du 21 juillet 1922 au ministre de la justice.

26 Ibidem

27 France, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime, 1 R 2939, registre matricule militaire, bureau de Rouen sud classe 1892, matricule 756.

28 France, Angoulême, Archives départementales de Charente, 1 YPROV 5, lettre au préfet, 23 janvier 1921.

29 France, Lyon, Archives départementales du Rhône, 1 R 1065, registre matricule militaire, bureau de Lyon central classe 1903, matricule 1818.

30 France, Lille, Archives départementales du Nord (ADN), 1 R 3366, registre matricule militaire, bureau de Lille classe 1902, matricule 4213 ; 1R 2719, bureau de Lille classe 1917, matricule 3044. S’étant inscrit sous une fausse identité, il possède deux fiches matricules qui mentionnent l’usurpation d’identité.

31 Son patronyme a été changé en Debaix : erreur ou volonté de protéger sa véritable identité ?

32 L’Humanité, 5 janvier 1933, n°12441, p.3

33 France, Saint-Laurent-du-Maroni, Archives municipales, 3Q, procès-verbal d’Antonio Jean-Charles, 9 septembre 1916.

34 France, Aix-en-Provence, ANOM, H5153, rapport du directeur de l’AP au gouverneur de la Guyane, 21 juillet 1916.

35 France, Aix-en-Provence, ANOM, H5161, lettre du 22 janvier 1916

36 France, Cayenne, ATG, 1M396, dépêche ministérielle, 7 janvier 1916.

37 France, Cayenne, ATG, 1M406, dépêche ministérielle, 11 mars 1919.

38 Jean Détail, René Métrot, Nicolas Bettendorf et les père et fils Moreau, victimes de la paranoïa militaire.

39 France, Cayenne, ATG, 1M398, lettre du gouverneur de la Martinique, 12 mars 1917.

40 Orpailleur illégal, sans permis de prospection ou d’exploitation.

41 France, Aix-en-Provence, ANOM, H3818, dossier Cloarec.

42 Ibidem, lettre au chef des services pénitentiaires, 12 mars 1939.

43 France, Aix-en-Provence, ANOM, H1659 et H4381/48587/a, dossiers Joliton ; France, Lille, ADN, registre matricule militaire, bureau de Lille classe 1913, matricule 2277.

44 France, Aix-en-Provence, ANOM, 192APOM/1, association des anciens combattants du ministère des Colonies, 1933.

45 60 naissances en 1915 ; 71 en 1916 ; 89 en 1917 ; 91 en 1918 ; 75 en 1919.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Territoire pénitentiaire du Maroni en 1914
Crédits Source : Arnauld Heuret (voir bibliographie)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Encart 1 : Répartition des hommes selon l’armée
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Encart 2 : Population du territoire du Maroni en 1911
Crédits Source : France, Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer (ANOM), H1873, rapport d’inspection de 1910-1911 ; Paul Laporte (voir bibliographie)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 2 : Comparaison relative à la mobilisation entre libérés 4e/2e et relégués relevés de la relégation (en pourcent)
Crédits Source : France, Aix-en-Provence, ANOM, registres matricules des transportés et relégués ; France, Archives départementales, registres matricules militaires
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-4.png
Fichier image/png, 20k
Titre Soldat guyanais peint par un Allemand
Crédits Source : Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photographie de Emmanuel Cléobie en uniforme de soldat avec sa Croix de guerre
Crédits Source : Fonds Marianne Cléobie.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Détective du 12 janvier 1933 relatant le parcours de Debaère
Crédits Source : Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photographie, chargement de vin de Bordeaux à destination de l’administration pénitentiaire du Maroni
Crédits Source : Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Arthur Moreau, condamné aux travaux forcés en 1914 pour espionnage
Légende Détective du 13 mars 1931, n°124, p. 13.
Crédits Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Louis Moreau (père d’Arthur Moreau), condamné aux travaux forcés en 1914 pour espionnage
Légende Détective du 13 mars 1931, n°124, p. 13.
Crédits Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte postale, distillerie de Saint-Maurice
Crédits Source : Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Carte postale, la saignée des balatas au chantier pénitentiaire forestier de Coswine
Crédits Source : Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Carte postale, départ de la mission Laveau
Crédits Source : Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Plaque commémorative « À la mémoire glorieuse des habitants de St-Laurent Morts pour la France »
Crédits Source : Photographie V. Brunelot.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Carte de combattant de Olivier Cloarec
Crédits Source : France, Cayenne, ATG, 1103W, dossiers d’anciens combattants
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Plaque d’identité militaire de G. Joliton
Crédits Source : France, Aix-en-Provence, ANOM, H4702/C.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 3 : Carte de la colonie pénitentiaire du Maroni après-guerre
Crédits Source : Arnauld Heuret (voir bibliographie)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Affiche de la Société des Transports Aériens Guyanais
Crédits Source : Fonds V. Brunelot.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photographie, stockage de bois appartenant à la SGFG à Saint-Laurent-du-Maroni
Crédits Source : Fonds A. Heuret.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4565/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Brunelot et Arnauld Heuret, « Bagnards, orpailleurs et fonctionnaires du bassin du Maroni dans la Grande guerre », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/4565

Haut de page

Auteurs

Virginie Brunelot

Virginie Brunelot est auteure de Chroniques du cimetière de Cayenne (L’Harmattan, 2007) ; Cayenne entre 1919 et 1939 (L’Harmattan, 2011) ; 1915-1918, les Guyanais s’en vont en guerre (en cours d’achèvement).

Arnauld Heuret

Arnauld Heuret est historien amateur travaillant sur l’histoire de la colonie pénitentiaire du Maroni et sur l’iconographie ancienne guyanaise.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page