Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...12CommunicationsHenri La Barthe, l’inventeur de D...

Résumés

Le fameux Détective de Gallimard et des frères Kessel fut d’abord une feuille professionnelle créée par le détective privé Henri La Barthe en 1925, qui la vendit à Gaston Gallimard trois ans plus tard. Cet article revient sur le parcours obscur du détective Ashelbé (HLB), qui acquit une éphémère notoriété quand le cinéaste Julien Duvivier adapta son roman Pépé le Moko. Il éclaire le fonctionnement d’une feuille corporative dans le milieu souvent médiocre de la police privée française des années 1920 et s’attache à cerner les relations qui existèrent ensuite entre Ashelbé et Gallimard. 

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pépé le Moko, roman du détective Ashelbé, Paris, 1931, rééd. Tallandier, 1937 ; Ashelbé, Dédée d'An (...)
  • 2 Dans le sillage de l’ouvrage pionnier d’Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective, fabrique (...)
  • 3 Dominique Kalifa, Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherche en France (1832 (...)
  • 4 Je remercie Thierry Tuborg, petit-fils de La Barthe et lui-même auteur de romans policiers (parmi l (...)

1On trouve l’information dans la majeure partie des dictionnaires ou des histoires de la presse : Henri La Barthe, ou Ashelbé (pseudonyme forgé à partir d’une acronymie des initiales HLB), aurait fondé le périodique Détective et en aurait cédé les droits en 1928 à Gaston Gallimard et à Joseph Kessel. Les mieux informées de ces notices rajoutent qu’Ashelbé (prénommé parfois Pierre, parfois Roger, le plus souvent Détective) fut l’auteur de deux romans, Pépé le Moko et Dédée d’Anvers1, l’un et l’autre aux sources de deux films éponymes et célèbres du cinéma français, celui de Julien Duvivier en 1937 et celui d’Yves Allégret en 1947, aux scénarios desquels il a participé. On en reste là pour l’essentiel, ce qui était évidemment très insuffisant pour une entreprise comme celle-ci, consacrée à l’histoire et à l’imaginaire du « grand hebdomadaire des faits divers2 ». Il convenait donc de rouvrir l’enquête sur ce maître-détective, fondateur du périodique dont il est question dans ces pages. Une partie des renseignements ici rapportés datent d’un premier rapport de filature réalisé en 1998-1999 et publié en 2000 dans Naissance de la police privée3. Une investigation supplémentaire a été menée en 2016 et intégrée au présent rapport4.

2Henri La Barthe est né à Paris, dans le xiiie arrondissement, le 24 août 1887. Il semble que toute sa vie se soit déroulée dans la capitale (il exerça sa profession de détective dans le viiie arrondissement, rue du Rocher et avenue Hoche, puis dans le iie, rue Saint-Marc, et dans le ixe arrondissement, rue La Bruyère) et il décéda également à Paris le 15 mai 1963, dans le xviiie arrondissement. On sait peu de chose de sa famille, parisienne mais originaire de la région nantaise où le jeune Henri séjourna durant son adolescence. On ignore de quel milieu social elle provenait ; sa femme, en revanche, était issue de la bonne bourgeoisie. Sa formation, ses premières expériences nous demeurent inconnues.

3La vie et le parcours professionnel d’Ashelbé ne s’éclairent qu’au milieu des années 1920, alors qu’il est déjà âgé de 38 ans : c’est à ce moment qu’il apparaît dans les annuaires et almanachs professionnels. La seule chose que l’on sait de ses premières années est que, contrairement à la plus grande majorité de ses confrères détectives privés, HLB n’a pas débuté comme fonctionnaire de police.

4Lorsque son nom est mentionné dans la liste des agences de recherche et de renseignement, le milieu professionnel que composent les détectives privés possède déjà une identité assez forte, marquée par quelques traits distinctifs. Le métier est ancien, issu de la nébuleuse des « agents d’affaires » qui se sont multipliés sous la monarchie de Juillet et du Second Empire. Mais le grand essor date des années 1880 et surtout 1900, porté par la vogue de l’enquête et de l’investigation qui caractérise ces années, et dynamisé par le succès du roman de police (Sherlock Holmes, Nick Carter) et du reportage journalistique. Sous l’ombre tutélaire de Vidocq, le grand ancêtre, la profession s’enorgueillit peu à peu de quelques figures marquantes : l’Américain Pinkerton, les Français François-Marie Goron, ancien chef de la Sûreté parisienne ou l’omniprésent Eugène Villiod, surtout connu sous son pseudonyme d’Homme à la clé. En 1920, en dépit de l’absence d’un statut officiel ou légal, les détectives constituent un milieu professionnel assez dense. On recense environ soixante agences ou cabinets de police privée à Paris, et chaque grande ville du pays en possède plusieurs. La gamme d’activités est alors bien établie : le traditionnel renseignement commercial et les enquêtes confidentielles (adultères, divorces, filatures, disparition, etc.) constituent le gros des occupations, mais des renouvellements sont également sensibles, dans le secteur plus neuf du gardiennage et de la surveillance, de l’espionnage syndical et police d’usine, voire du renseignement politique.

Illustration 1 Logo de l’agence HLB international detective company

Illustration 1 Logo de l’agence HLB international detective company

Détective, n°49

  • 5 Le Renseignement, 2 juin 1866.

5L’autre grand trait distinctif réside dans la réputation du métier, qui est déplorable. On décrit périodiquement un milieu de faiseurs, d’aigrefins et de maîtres-chanteurs, vivotant d’expédients, de filouteries et de pratiques douteuses. D’où les efforts déployés par les plus responsables ou les mieux implantées des agences pour tenter d’épurer, de professionnaliser et de légitimer l’activité. Dès 1866 s’était constituée une association syndicale des hommes d’affaire soucieuse « de moraliser la profession, d'en épurer les rangs, d'en écarter les personnes d'une moralité douteuse, d'en rendre les fonctions honorables et dignes d'être recherchées par des praticiens recommandables par leur capacité et leur honorabilité5 ». Ces efforts furent continument poursuivis, ce qui dit bien leur insuffisance. On ne cessa, dans la seconde moitié du xixe siècle, de demander l’octroi d’un statut officiel, lequel supposait aussi l’établissement d’une réglementation, de compétences et de règles déontologiques, d’une formation ad hoc et, pourquoi pas, de la délivrance de diplômes. Mais en 1920, toutes ces demandes restaient au stade de vœux pieux et le milieu, précaire et instable, était secoué d’irrégularités et de nombreux scandales.

  • 6 Le Détective. Rédacteur en chef : H. La Barthe. Direction et administration : 65, rue du Rocher. Pr (...)

6Apparu au milieu des années vingt, le cabinet du détective Ashelbé – International Detective Company – fut l’un de ceux qui contribua le plus activement à ce procès de légitimation destiné à revaloriser la pratique et l’image de la police privée. Ashelbé, qui s’honorait d’être l’un des rares directeurs d’agence qui ne soit pas un ancien fonctionnaire, s’efforça surtout de lier l’exercice du métier à la maîtrise d’un savoir spécifique, la police scientifique et technique, et à une solide organisation professionnelle. En 1925, il créa Le Détective, sur le modèle désormais familier de ces feuilles policières qui associaient annonces, faits divers, feuilletons et informations criminels6. L’existence de ces journaux corporatifs était une tradition, attestée dès les premiers pas de la profession. En voici une courte liste, évidemment non exhaustive, mais qui permet de mesurer l’ancienneté et la diversité de ces feuilles.

La Gazette des renseignemens [sic] mutuels. Recherches de domiciles, recouvrement de créances, 1835-1836.

Le Tocsin, journal des renseignements mutuels. Recherches de domiciles, recouvrement de créances, renseignements gratuits, 1837

Le Garde du commerce. Journal de renseignements mutuels, 1839, Clermont-Ferrand.

L’Agent d’affaires, 1846.

Circulaire de l'agence de renseignements commerciaux A. Fournier, 1879.

Le Renseignement, journal des intérêts commerciaux et financiers, 1865- 1866.

Le Détective. Études d'épuration sociale. Organe hebdomadaire des fonctionnaires de la Préfecture de police, de la Sûreté Générale, des « détectives parisiens », des agents de police et de la Sûreté de province, de la gendarmerie, de la garde républicaine, des douaniers, des gardiens de square, de musées et des prisons, des gardes champêtres et particuliers de France, du corps des sapeurs-pompiers de Paris, etc., etc. Publié sous la haute direction de retraités de la Préfecture de Police, 1906-1908.

Le Détective-Office de Lyon. Intermédiaire pour tous et pour tout, 1912-1913

Détective magazine, revue hebdomadaire de police, d'information et de reportage criminel, 1914.

Police et Justice, 1918- 1924.

L'Argus policier, journal hebdomadaire paraissant le samedi. Organe des intérêts policiers, protecteur de la sécurité publique, 1919. Devient à compter de février 1924 L'Argus policier, organe de défense sociale et de salubrité publique, puis

L’Argus du Midi, ex-argus policier 1925.

Le Détective, organe de l'Institut technique de criminologie pour l'étude de la psychologie criminelle et des moyens de défense sociale, 1925-1928.

7La plupart de ces titres, de nature très instable, étaient à périodicité aléatoire, liés à une agence ou à un individu. Ils répondaient à une double fonction, à la fois d’auxiliaire professionnel (ils publiaient des annonces et des publicités pour l’entreprise), et d’instrument de légitimation, parfois même outil politique.

8Le Détective d’Ashelbé, qui subsista jusqu’en mai 1928, date à laquelle il fut cédé à Gaston Gallimard, était présenté comme l’organe de l’Institut technique de criminologie pour l’étude de la psychologie criminelle et des moyens de défense sociale, dirigé par Paul Watrin. Le ton y était très professionnel, et l’essentiel des articles était consacré à des questions de police technique, de droit pénal ou de sociologie criminelle. On y dissertait ainsi de l’organisation des services policiers, de la surveillance en chemin de fer, de la dactyloscopie ou des sentences indéterminées. Le Dr Vachet, professeur à l’école des hautes études sociales, y présenta ses conclusions sur « les causes de l’augmentation du nombre de suicides », et le journal tenait régulièrement informé des conférences et projections de l’Institut technique de criminologie. Ashelbé y tenait une chronique mensuelle : « À la recherche de l’invisible », qui traitait de questions telles que « la psychologie du détective », ou « les procédés modernes d’investigation ». Après sa disparition en 1928, Ashelbé publia un mensuel plus éphémère et plus confidentiel Association internationale des détectives. Bulletin officiel de l'EID, dont le premier numéro parut en avril 1932.

  • 7 Le Détective, mai 28, p. 7. Il s’inscrivait ainsi dans les traces de Vidocq qui prétendait avoir in (...)

9Celui que son journal présentait comme un maître discret et efficace s’efforçait surtout d’apparaître comme un homme de savoir. Comme pour Vidocq ou René Cassellari avant lui, la légitimité passait d’abord par l’exhibition de compétences professionnelles ou techniques. Ashelbé multipliait donc les interventions savantes à l’École de psychologie criminelle, où il était conférencier, et s’affichait spécialiste des faux en écriture, inventeur « d’un appareil de projection à rayons ultraviolets permettant de relever les grattages, falsifications, lavages de chèques, etc.7 ».

  • 8 Détective Ashelbe, Les Curieuses enquêtes de Mr Petitvillain, détective, Paris, Editions AID, 1930.
  • 9 Détective, le grand hebdomadaire des faits divers, n° 114, 1 janvier 1931.
  • 10 Ibid., n° 105, 30 octobre 1930 ; Association internationale des Détectives. Bulletin officiel de l' (...)
  • 11 Bulletin officiel de l'EID, n° 1, avril 1932.

10Le prolongement naturel d’une telle activité résidait bien sûr dans la création d’une formation spécifique pour les futurs détectives. Très attaché aux filiations, le Maître Ashelbé, qui aimait à se présenter lui-même comme le disciple du « grand détective » Petitvillain8, s’y essaya à la fin des années vingt. Il fonda donc l’Association internationale des détectives qui, contre une cotisation modique, délivrait des cartes professionnelles9, et y associa rapidement l’École internationale des détectives et des reporters spécialisés, qui devint peu de temps après l’EID, École internationale des détectives10. S’il assura lui-même une large partie de la formation, Ashelbé s’entoura de nombreux collaborateurs (Brouilhet, Lebre, Watrin, Chambellan), et fit aussi appel à quelques criminalistes célèbres, comme le docteur Locard, directeur du Laboratoire lyonnais de police technique, et héritier du célèbre Dr Alexandre Lacassagne11, – qui comme HLB a été de nombreuses années un collaborateur régulier de Détective. Les enseignements, dont une partie pouvait être dispensée par correspondance, traitaient essentiellement de police scientifique : optique et photographie, cryptographie, dactyloscopie, expertises des caractères de machine à écrire, art de l’enquête ou de la filatures. On y présentait également les dernières innovations en matière d’armement, de pâte à empreintes, ou les nouvelles menottes de la police américaine. Une telle initiative, saluée par beaucoup, ne parvint cependant pas s’imposer durablement.

11Pourquoi Ashelbé se sépara-t-il de son titre pour le céder à Gallimard en 1928 ? Plusieurs raisons peuvent être invoquées, au premier rang desquelles figure la fragilité du secteur d’activité. Même si Ashelbé était considéré, aux côtés de quelques autres comme Guillaume, Faralicq, Dubly ou Duluc, comme un des plus « professionnels » des détectives, le marché restait faible, miné par des pratiques suspectes et une image publique sans éclat. Son journal peinait à être autre chose qu’une feuille corporatiste, qui pesait sans doute lourd dans les comptes du cabinet. Dans ce contexte, le projet de Gallimard et Kessel put apparaître à Ashelbé comme une très intéressante opportunité. Il le déchargeait d’une lourde charge financière tout en lui offrant un solide espace promotionnel et publicitaire d’envergure. Comme tous les professionnels de la police privée, Ashelbé avait recours à des modes assez tapageurs de réclame. Il s’était toujours également efforcé d’investir l’espace public, notamment en publiant de nombreux petits textes dans Le Petit Parisien en 1927-1928 et en tenant une chronique régulière, « Histoire de police », sur Radio-Tour-Eiffel. Mais le nouveau titre pouvait constituer un instrument supplémentaire de légitimation professionnelle. Ashelbé pouvait espérer y publier des textes « sérieux » sur la pratique du métier, sa dimension scientifique et technique, voire s’essayer lui-même à l’écriture en profitant de cet espace pour rédiger d’autres types de textes, plus littéraires voire romanesques.

12Quelle fut, après la cession du titre, la participation d’Ashelbé à l’hebdomadaire de Gallimard ? Certains ouvrages, mais sans apporter à l’appui de la thèse des références précises, évoquent une sorte de droit à la publicité. L’examen des collections du magazine montre qu’Ashelbé y tint une place progressivement déclinante. Quatre moments peuvent être distingués.

  • 12 Voir les numéros 1, 2, 3, 4, 5, 7, 9, 12 et 16 de Détective.

13À compter du lancement et durant les premiers mois, l’ancien propriétaire occupe une place de choix et d’honneur. Dès le premier numéro, en novembre 1928, le lecteur découvre une longue chronique intitulée « Si vous voulez devenir un bon détective12 », et signée du Détective Ashelbé, professeur à l’École de Psychologie et à l’Institut technique de criminologie. L’auteur y raconte comment la vocation lui vint adolescent, dans un lycée de province, quand il retrouva la montre du directeur qu’un élève avait dérobée et dissimulée. La chronique se mua en série puisque elle se poursuivit, de semaine en semaine, jusqu’à la seizième livraison. Chemin faisant, elle prit la forme des aventures et confidences de M. Petitvillain, présenté comme le Maître d’Ashelbé, l’homme qui lui apprit tout. On y trouve des conseils, sur l’importance de l’intuition, l’art de la déduction, des anecdotes et le récit de quelques affaires résolues.

14La série s’achève avec le n° 16, en février 1929. Dès les mois qui suivent, à compter du numéro 18, Détective publie de larges encarts publicitaires vantant l’Institut technique de criminologie de la rue Blanche, où Ashelbé donne des cours. On y trouve aussi des annonces rappelant les dates d’inscription à l’école des détectives de M. Ashelbé, sise au 34 de rue La Bruyère, par M. Ashelbé, ainsi que quelques photographies et réclames. Mais les contributions personnelles du détective y sont devenues très rares. Ce phénomène s’accentue à compter de 1931-1932. La présence d’Ashelbé se réduit à quelques brèves mentions de son nom ou furtifs encarts signalant les jours et avis de réception du fondateur. Du n° 79 au n° 200, le nom d’Ashelbé apparaît encore dans chaque livraison, mais de façon quasi-anecdotique : un simple avis signale ses heures de réception au public.

Illustration 2 Publicité pour le détective Ashelbé

Illustration 2 Publicité pour le détective Ashelbé

15En cas d’innovation cependant, ou de reprise d’activité, l’encart peut se faire plus imposant, comme lorsqu’Ashelbé s’emploie, en 1932 (n° 198), à relancer son École des détectives et reporters, ou lorsqu’il met sur le marché, six ans plus tard en avril 1938 (n° 495), l’OFODAC, un appareil « auto-photographique » destiné à la reproduction d’empreintes digitales. Plus guère d’Ashelbé dans les dernières livraisons de l’hebdomadaire, à l’exception de quelques encarts pour le Labo Ashelbé, spécialisé en « Documents, lettres anonymes, faux, contrefaçons, fraudes en écritures comptables ».

  • 13 Ibid.
  • 14 Almanach du Commerce, Meurthe et Moselle, 1938.

Les relations houleuses qu’entretint Ashelbé avec Gaston Gallimard suffisent-elles à expliquer cette participation déclinante du détective dans l’hebdomadaire ? Il faut surtout y associer les difficultés croissantes de son agence. Dans un contexte difficile, il semble en effet qu’Ashelbé ait cherché à diversifier ses activités, voire à se reconvertir. Jusqu’en 1939, son « Office » demeure recensé dans les annuaires professionnels, dans les encarts publicitaires, mais elle a perdu beaucoup de la dynamique et de la superbe qu’elle avait à la fin des années 1920. En avril 1932, le Maître Ashelbé passe d’ailleurs la main, abandonnant la direction de l’école à son second, Brouilhet, qui prend également la tête de la société « Défense sociale contre la criminalité », au capital de 100 000 francs. La même année fut fondée à Paris une école concurrente, animée par un ancien de l’EID, Georges Pruvost13. Plus tard, en 1938, est fondée une autre association des détectives professionnels, dirigée à Nancy par Charles Gain14. Loin d’être un élément de légitimation, la prolifération de ces petites structures témoignait à l’inverse des difficultés de la professionnalisation, et des féroces rivalités qui déchiraient le métier.

  • 15 Détective Ashelbé, Les Curieuses enquêtes de Mr Petitvillain, détective, Paris, Éditions AID, 1930.
  • 16 Pépé le Moko, op. cit.

Tout en maintenant l’activité de son cabinet, Ashelbé s’essaya à l’écriture, et peut-être peut-on y voir un effet de Détective. Les chroniques qu’il avait données à l’hebdomadaire en 1928-1929 forment en effet la matière de son premier titre, Les Curieuses enquêtes de Mr Petitvillain, détective15, paru en 1930. L’ouvrage, publié à compte d’auteur donc, n’a manifestement aucun écho, ce qui n’empêche pas son auteur de récidiver l’année suivante avec un roman des bas-fonds coloniaux, Pépé le Moko16, sans plus de succès apparent. Pour Ashelbé, le milieu des années 1930 constitue le creux de la vague.

Illustration 3 Autopromotion dans Détective, 1931

Illustration 3 Autopromotion dans Détective, 1931

Détective, n°89

Détective, n°91

Détective, n°113

Mais les choses s’améliorent à compter de 1936, principalement grâce à sa participation à des scénarios pour le cinéma. Il collabore en effet successivement à l’écriture de trois films : Ne tuez pas Dolly de Jean Delannoy (1937), un film policier dit « de première partie » dont il signe le synopsis. La même année, il écrit le scénario de Police mondaine de Michel Bernheim et Christian Chamborant, un film plus ambitieux dans lequel apparaissent Charles Vanel, Alice Field, Pierre Larquey et Jean-Louis Barrault. Que l’adaptation du texte d’Ashelbé soit l’œuvre de Paul Bringuier, un des principaux collaborateurs de Détective, semble nous dire que les contacts demeurent avec l’hebdomadaire. Le troisième film, Le Club des aristocrates, de Pierre Colombier, sort également sur les écrans en 1937 et bénéficie d’une belle distribution : Jules Berry, Elvire Popesco, Viviane Romance, Pierre Larquey, Jean Tissier. Le récit, policier, met en scène les tribulations d’une bande de voleurs mondains dirigée par une comtesse, et opérant dans les châteaux et les lieux à la mode. Ces trois contributions montrent qu’Ashelbé commence à bénéficier d’un statut d’expert es affaires policières et criminelles, qu’il doit bien entendu à son activité de privé, mais aussi à ses liens avec le journal Détective. Cette notoriété s’accroît fortement en 1937 lorsque le cinéaste Julien Duvivier et le scénariste Henri Jeanson font ressortir Pépé le Moko des bas-fonds de la littérature où l’ouvrage s’était progressivement enfoncé. Ashelbé participe alors à l’adaptation de son propre roman, en collaboration avec Jacques Constant et Henri Jeanson pour les dialogues. Le grand succès du film rejaillit sur le roman, qui reparaît en août 1937 sous deux formes  complémentaires : une édition « illustrée de nombreuses photographies du film » publiée par Tallandier, et un ciné-roman, publié dans la collection « Le film complet » (n° 1956).

Ces premiers succès confortèrent Ashelbé dans la double voie de l’écriture romanesque et du cinéma. L’année suivante, il participe à l’adaptation du roman de Mac Orlan Le Quai des brumes, que Carné et Prévert portent à l’écran en 1938. Il publie en 1939 deux nouveaux romans, Pépé le Moko se venge (Paris, Éditions Star), qui n’obtient aucun succès, et un autre roman des bas-fonds portuaires, plus belge qu’algérien cette fois-ci, Dédée d’Anvers. Il poursuit durant la guerre son travail de scénariste pour le cinéma, en écrivant, en collaboration avec Yves Mirande, le scénario du Bienfaiteur, un film d’Henri Decoin qui sort sur les écrans parisiens le 11 décembre 1942. Au lendemain de la guerre, Dédée d’Anvers resurgit, à la fois dans une adaptation donnée en juin 1848 au Théâtre de l'Étoile, et surtout dans le film d’Yves Allégret qui sort la même année. Ashelbé y adapte son propre roman avec des dialogues de Jacques Sigurd. Le grand succès du film, portée par la jeune Simone Signoret, autorise la réédition du roman à Monaco d’abord (Éditions du Rocher, 1949) puis à Bruxelles (Ghilde française des lettres, 1951).

Le destin d’Aslhebé se perd alors dans les brumes. La fin de sa vie demeure un mystère. Sa femme et ses enfants, qu’il a envoyés se réfugier à Nantes au moment de l’exode de juin 1940, le perdent alors complètement de vue. Il ne leur a donné aucun signe de vie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, donnant prise aux rumeurs les plus incertaines. Certains parlent de collaboration, d’autres d’un exil américain pour tenter sa chance à Hollywood (en 1938, John Cromwell a tourné Algiers (Casbah), un remake américain du Moko, et un second Casbah est mis en œuvre dix ans plus tard, en 1948, par John Berry). Le paradoxe est que son fils, sans nouvelle de lui, engage, mais en vain, des recherches pour retrouver sa trace après 1945. Le fils du détective menant l’enquête sur les traces du limier disparu, voilà de quoi nourrir l’imaginaire. La date même de sa mort, 15 mai 1963, demeure incertaine. Avis donc aux amateurs.

Haut de page

Bibliographie

Chabrier Amélie et Thérenty Marie-Ève, Détective, fabrique de crimes ?, Nantes, Joseph K, 2017.

Kalifa Dominique, Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherche en France (1832-1942), Paris, Plon, 2000 (rééd. augmentée sous le titre Histoire des détectives privés en France, Paris, Nouveau Monde, 2007)

Détective Ashelbe, Les Curieuses enquêtes de Mr Petitvillain, détective, Paris, Éditions AID, 1930.

Haut de page

Notes

1 Pépé le Moko, roman du détective Ashelbé, Paris, 1931, rééd. Tallandier, 1937 ; Ashelbé, Dédée d'Anvers, Paris, Éditions Star, 1939, rééd. Monaco, Éditions du Rocher, 1949.

2 Dans le sillage de l’ouvrage pionnier d’Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective, fabrique de crimes ?, Nantes, Joseph K., 2017.

3 Dominique Kalifa, Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherche en France (1832-1942), Paris, Plon, 2000 (rééd. augmentée sous le titre Histoire des détectives privés en France, Paris, Nouveau Monde, 2007).

4 Je remercie Thierry Tuborg, petit-fils de La Barthe et lui-même auteur de romans policiers (parmi lesquels L'Affaire Sotomayor, 2005, Search and Destroy, 2008, Rock'n'roll Psychose, 2010, Au désarroi et au sang, 2012), qui m’a communiqué quelques informations familiales. Aucune archive ou papiers personnels du détective Ashelbé n’ont malheureusement été conservés.

5 Le Renseignement, 2 juin 1866.

6 Le Détective. Rédacteur en chef : H. La Barthe. Direction et administration : 65, rue du Rocher. Prix : 2 francs ; abonnement annuel : 20 francs.

7 Le Détective, mai 28, p. 7. Il s’inscrivait ainsi dans les traces de Vidocq qui prétendait avoir inventé un « papier de Sûreté », sensitif et infalsifiable.

8 Détective Ashelbe, Les Curieuses enquêtes de Mr Petitvillain, détective, Paris, Editions AID, 1930.

9 Détective, le grand hebdomadaire des faits divers, n° 114, 1 janvier 1931.

10 Ibid., n° 105, 30 octobre 1930 ; Association internationale des Détectives. Bulletin officiel de l'EID, n° 1, avril 1932.

11 Bulletin officiel de l'EID, n° 1, avril 1932.

12 Voir les numéros 1, 2, 3, 4, 5, 7, 9, 12 et 16 de Détective.

13 Ibid.

14 Almanach du Commerce, Meurthe et Moselle, 1938.

15 Détective Ashelbé, Les Curieuses enquêtes de Mr Petitvillain, détective, Paris, Éditions AID, 1930.

16 Pépé le Moko, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 Logo de l’agence HLB international detective company
Légende Détective, n°49
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4822/img-1.png
Fichier image/png, 215k
Titre Illustration 2 Publicité pour le détective Ashelbé
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4822/img-2.png
Fichier image/png, 83k
Titre Illustration 3 Autopromotion dans Détective, 1931
Légende Détective, n°89
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4822/img-3.png
Fichier image/png, 735k
Légende Détective, n°91
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4822/img-4.png
Fichier image/png, 296k
Légende Détective, n°113
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4822/img-5.png
Fichier image/png, 336k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Kalifa, « Henri La Barthe, l’inventeur de Détective »Criminocorpus [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/4822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.4822

Haut de page

Auteur

Dominique Kalifa

Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Dominique Kalifa (Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris 1/IUF) est spécialiste de l'histoire du crime et de ses représentations.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search