Navigation – Plan du site
Communications

Les mots croisés de Détective, ou l’Œdipe sans complexe

Paul Aron

Résumés

Pendant quelques semaines, au début de l’hebdomadaire Détective, paraissent des mots croisés en forme de menottes, de masque de criminel ou d’armes. Qu’est-ce que justifie cette publication, et comment expliquer qu’elle s’interrompt au bout de huit grilles ? Pour répondre à ces questions, il convient de reprendre l’histoire de ce jeu, et d’en montrer les sources françaises et littéraires. L’article retrace la progressive élaboration des grilles modernes dans la longue histoire de l’énigme graphique dans la presse. On voit ainsi se composer « l’espace des possibles » qui permet de comprendre et la forme des grilles de Détective et les raisons de leur disparition rapide.

Haut de page

Texte intégral

1Du 15 novembre 1928 au 3 janvier 1929, Détective publie huit grilles de mots croisés avec leurs solutions. Seule la dernière est signée A. Bengué. Ce patronyme n’apparaît plus dans le journal ensuite, pas plus d’ailleurs que d’autres mots croisés, et il n’est ni le nom d’un cruciverbiste identifiable, ni l’anagramme d’un personnage connu. Les grilles en question sont remarquables par le dessin que tracent les cases noires : il s’agit successivement du nom de l’hebdomadaire, de l’expression « mots croisés », d’une tête masquée, d’un policier poursuivant un voleur, d’un homme à la pipe, d’un pistolet automatique, d’une porte de prison et d’un couteau à virole.

Nouvelle grille, « l’homme à la pipe », du n°4, solution du n°3, « mots croisés »

Nouvelle grille, « l’homme à la pipe », du n°4, solution du n°3, « mots croisés »

Détective, n° 6, 6 décembre 1928, p. 15.

Nouvelle grille, « pistolet automatique », du n° 6, solution du n° 4, « l’homme à la pipe »

Nouvelle grille, « pistolet automatique », du n° 6, solution du n° 4, « l’homme à la pipe »

Détective, n°8, 20 décembre 1928, p. 15.

2Dans l’état actuel des connaissances, il est impossible de déterminer qui était l’auteur de ces grilles. Mais d’autres questions surgissent, qui tiennent à l’originalité de la forme choisie, et à l’histoire de ce jeu. En les publiant, Détective fait-il preuve du sens de l’innovation qui caractérise sa formule initiale, ou se range-t-il à une pratique commune dans la presse du temps ? Faut-il y voir une rubrique occupationnelle, ou la manifestation du positionnement singulier d’un journal de faits divers sensationnaliste rédigé par une équipe d’écrivains ? Pour répondre à ces questions, il convient de faire un assez long détour par l’histoire méconnue de ce genre à la fois littéraire et journalistique.

Les origines du genre

3Quelles que soient les sources que l’on consulte, la naissance des mots croisés est rapportée comme une genèse ex nihilo en deux temps ancrée dans le xxe siècle. Le journaliste et violoniste anglais Arthur Wynne (1871-1945) aurait inventé les crosswords, les mots en croix, dont la première grille fut publiée le 21 décembre 1913 dans le supplément du New York World, The Fun. Il s’agit d’une sorte de losange percé sans cases noires nommé Word-Cross Puzzle. Un système de chiffres permettait de lier les séries de cases contiguës aux définitions présentées en dessous de la grille. L’idée est reprise onze ans plus tard en Angleterre par Morley Adams, un spécialiste des jeux pour enfants. Le 2 novembre 1924, la première grille de mots croisés britannique est publiée dans le Sunday Express. L’invention des cases noires permet au jeu de se développer pleinement, grâce à la dissymétrie entre lignes et colonnes. Elle multiplie à l'infini les combinaisons (formes variées des grilles, croisements multiples, mots de longueurs différentes, présence possible de plusieurs mots par ligne ou par colonne…). L’éditeur américain Simon et Schuster profite de la vogue du jeu pour publier dès la même année le premier recueil vendu séparément. De format presque carré, il était vendu avec un crayon.

4Très rapidement, en Angleterre, les mots croisés évoluent vers un jeu littéraire, en particulier sous l’influence d’Edward Powys Mathers (1892-1939) Né dans le milieu du journalisme, traducteur et poète, il est un des premiers auteurs qui réalise les innombrables possibilités du jeu pour l’imagination, et qui lui apporte la dose d’humour et de connaissance linguistique indispensable. Il signe Torquemada les mots croisés qu’il publie dans The Observer depuis 1926 jusqu’à sa mort en 1939. Sous ce pseudonyme, il écrit aussi des récits policiers (detective stories) entre 1934 et 1939. Un recueil a été publié chez Pushkin Press en 1942, sous le titre 112 Best Crossword Puzzles. En France, la première grille a été publiée le 9 novembre 1924 par l’hebdomadaire Dimanche-Illustré. Dès 1925, Le Gaulois puis Excelsior publièrent de nouvelles grilles ; ils sont imités ensuite par de très nombreux journaux.

  • 1 Jacques Drillon, Théorie des mots croisés. Un nouveau mystère dans les lettres, Paris, Gallimard, 2 (...)

5Ce récit de fondation donne aux mots croisés le statut d’un genre sans histoire. Nés de l’imagination d’un seul homme, accédant d’emblée à la notoriété par la grâce de leur publication datée et située dans la presse, ils semblent échapper à toute évolution. Les grilles de cases noires et blanches peuvent ensuite connaître de nombreux aménagements, portant sur leur forme géométrique, la place et la qualité des définitions, la couleur et la variété des cases, le niveau de leur difficulté, ceux-ci apparaissant toujours comme des variations sur un modèle imposé d’emblée sous sa formule définitive. Or dans un ouvrage récent, Jacques Drillon nuance quelque peu cette belle histoire1. Il lie l’invention des mots croisés aux carrés magiques de l’Antiquité, et à leur influence à la Renaissance. Il considère toutefois que l’apparition du carré noir est la rupture inaugurale des jeux modernes qu’il serait vain de lier à d’autres amusements. Un argument philologique me paraît plaider en sens contraire : celui du nom que portent les adeptes du jeu. Dans les années 1920-1930, ils se nomment parfois d’après un calque de l’anglais : crossistes, mots-croisistes et bientôt cruciverbistes. Mais si ce dernier terme s’imposera, il reste longtemps en concurrence avec ceux de Sphinx ou d’Œdipe, qui désignent ceux qui aiment à résoudre les énigmes. Les recueils de problèmes publiés par le Journal des mots croisés de Renée David s’intitulent Œdipe déchainé ; Œdipe s’amuse (1929), Œdipe en vacances, Œdipe et le sphinx, Œdipe-Roi. On connaît également Œdipe, revue belge de mots-croisés et de jeux d'esprit (1933).

6Le recours au héros mythique de Sophocle renvoie à une autre série, très bien représentée dans la presse et dans l’édition au xixe siècle, celle des énigmes, jeux de mots, logogriphes et anagrammes. C’est ce que rappelle la simple énumération de quelques titres où ce nom apparaît :

Le Sphinx, aux Œdipes présents et à venir ou recueil choisi d’énigmes, charades et logogriphes modernes, par un sorcier, Paris, Barba, 1803.

Œdipiana. Recueil choisi de près de trois cens énigmes, charades et logogriphes, Landau, Vve Friedel et fils, 1812.

Le Sphinx, ou le Jeu des énigmes, recueil contenant un grand nombre de logogriphes et d'énigmes choisis, Paris, Pillet aîné, 1820.

Micoud, J., Traité élémentaire des jeux d'esprit : charades, anagrammes, logogriphes, Aurillac, Impr. moderne, [ca 1855].

Le Sphinx. Journal des Œdipes. Énigmes sociales, philosophiques, littéraires, scientifiques, judiciaires, théâtrales, industrielles, commerciales et autres. Par une société de gendelettres, Paris, 15 juin [1843].

Jamet, A., La Sphinx moderne, ou Recueil de charades en mots croisés et en cadre, récréation nouvelle, [Paris], E. Jamet, 1872.

Bourotte, Mélanie, Le Sphynx au foyer : proverbes, charades, énigmes, homonymes, mots carrés, mots en triangle, sonnets-portraits. Paris, A. Hennuyer, 1888.

  • 2 Antoine Lilti, Le Monde des salons, sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayar (...)
  • 3 Voir ibid., p. 308, par exemple.

7Parcourir ces recueils permet de mieux comprendre l’évolution du genre de l’énigme vers les mots croisés au sens moderne. Il faut remonter jusqu’à l’usage mondain des jeux aux xviie et xviiie siècles pour saisir le phénomène dans toute son ampleur. Antoine Lilti a en effet bien montré comment s’organisait la sociabilité des salons à cette époque2. Des pratiques extrêmement ritualisées de distinction en faisaient à la fois les étapes obligées du parcours des personnalités dominantes, et le piège où pouvaient tomber les ambitieux mal informés des codes à observer. Rousseau l’a appris à ses dépens. Dans les salons, on distinguait peu le divertissement de l’activité littéraire, parce que le personnel était le même, qu’il n’envisageait pas comme des réalités séparées le bruissement des informations, les anecdotes, les jeux et les autres activités qui s’y déroulaient. La conversation y était nourrie par les nouvelles du jour et les bons mots des uns et des autres, qui alimentent les conversations, de salon en salon. À leur tour, ces nouvelles se prolongent dans les pratiques épistolaires, puis dans les correspondances imprimées et les journaux. Elles atteignent ainsi un public plus éloigné, voire plus large, auquel les salons se donnent en spectacle. Les autres activités salonnières suivent le même courant. Les vers de circonstance, les portraits, les bouts-rimés et les épigrammes, les jeux de mots de toute nature (faire l’éloge d’une dame suivant toutes les lettres de l’alphabet ou le jeu des synonymes3), sont ainsi produits dans les salons, ou plutôt dans certains salons, car ils se spécialisent souvent, selon les humeurs ou les possibilités de la maîtresse des lieux.

8Observons une page du Mercure de France, le journal qui leur est contemporain. On y voit transposées à la fois les joutes verbales des salons mondains, et leur improbable juxtaposition. Le lecteur contemporain aura le sentiment que cette page est incohérente, que nul rédacteur en chef n’a organisé les informations et les jeux qui y sont imprimés, mais en fait, cette incohérence même imite le désordre et la spontanéité des comportements mondains. Elle est analogue aux aléas savamment contrôlés de la circulation d’une parole qui, littéralement, saute du coq à l’âne pour rester vive et apparemment impréparée. C’est bien ce que suggère l’extrait suivant, emprunté un peu au hasard aux premières pages du Mercure. On y passe sans transition de l’information politique à la publication de poèmes, puis à la charade, à l’énigme et au logogriphe.

Mercure de France, 9 juillet 1791

Mercure de France, 9 juillet 1791
  • 4 Le Sphinx, aux Œdipes présents et à venir ou recueil choisi d'énigmes, charades et logogriphes mode (...)

9Ces pratiques se prolongent après la Révolution dans les milieux bourgeois, et rebondissent dès le début du siècle suivant dans les publications périodiques et les nouveaux lieux de sociabilité que sont les foyers des théâtres ou les cafés. Ainsi un recueil de 1803 précise-t-il : « il est du plus mauvais ton de se présenter en société, sans avoir trouvé le mot de l’énigme du jour, depuis l’éternel Mercure de France jusqu’aux véridiques Petites affiches, [qui] n’arrivent jamais le matin chez les abonnés sans porter le pain quotidien des Œdipes4. »

10Le Charivari publie régulièrement des rébus souvent tirés de charades ou de vers, qui assurent la transition entre les pratiques purement orales des salons et l’imposition d’une charte graphique adaptée au monde de la presse, mêlant habilement lettres, sons et dessin. L’extrait suivant illustre ainsi la maxime « Toujours à l’œuvre on reconnaît l’ouvrier », qui devient :

Rébus qui représente la maxime : « Toujours à l’œuvre on reconnaît l’ouvrier »

Rébus qui représente la maxime : « Toujours à l’œuvre on reconnaît l’ouvrier »
  • 5 Les Cent et un rébus charivariques gravés par Maurisset, Paris, au bureau du journal Le Charivari, (...)

Solution : Toue J’ours à l’œuvre ON reconnaît LouvreIER5.

  • 6 Dictionnaire national, 14e édition, t. II, Paris, Garnier, 1870, p. 389.

11Une sorte de petit marché éditorial semble s’ouvrir au même moment, qui propose des recueils d’énigmes et de charades à des fins de divertissement et à l’usage, peut-on imaginer, des familles. Les logogriphes (ou logogryphes) sont alors particulièrement en vogue, bien que Bescherelle fasse remarquer « qu’ils ne valent pas la peine qu’on prend à les deviner6 ». Il s’agit en effet de deviner un mot ou une expression à partir d’une définition alambiquée. En voici un exemple :

La nuit j’habite la terre,
Et le jour je remonte aux cieux ;
J’éblouis les regards d’un éclat radieux,
Mais je n’ai qu’un matin pour plaire.
Cinq lettres font mon nom ; supprimez la première
Je suis un prophète fameux ;
Je deviendrai la fleur qu’on aime le mieux
En retranchant l’avant dernière.
Ôtez-les toutes deux, j’offre un mot précieux,
Dont l’amour même fait mystère,
Et qu’à l’amant qui sait lui plaire,
L’amante ne dit que des yeux.

  • 7 Œdipiana. Recueil choisi de près de trois cens énigmes, charades et logogryphes, Landau, Vve Friede (...)

Solution : Rosée7.

12On parle alors aussi d’anagrammes logogriphes, qui sont des devinettes, parfois en vers. La catégorie est connue tout au long du siècle et même en usage dans l’enseignement. Dans son Cours complet de littérature, l’abbé A. Piron note qu’il s’agit de proposer une énigme sur un mot, ou même sur les parties de ce mot. C’est :

  • 8 M. l'abbé A. Piron Cours complet de littérature, poétique, style : à l'usage des séminaires et des (...)

« une espèce d’énigme qui donne à deviner, non pas une chose, comme l’énigme proprement dite, mais un mot, par la décomposition du mot lui-même ou le retranchement d'une ou de plusieurs lettres. Par conséquent, c’est l’assemblage de plusieurs énigmes dont l’une porte sur le mot total, et les autres sur les parties de ce mot, c’est-à-dire sur les syllabes ou les lettres diversement arrangées. […] Un bon logogriphe est celui dont le mot n’est pas trop chargé d’éléments, qui les désigne sans trop d’obscurité, et qui cependant laisse à la pénétration une difficulté piquante8. »

  • 9 C’est ce qu’écrit J. Micoud, Traité élémentaire des jeux d'esprit : charades, anagrammes, logogriph (...)

13Pour d’autres auteurs, le logogriphe diffère de l’anagramme en ce sens qu’il n’est pas nécessaire de conserver toutes les lettres du mot pour former des mots nouveaux9. Mais dès le milieu du siècle, ces déclinaisons du modèle de la charade adoptent une forme graphique particulière, souvent en forme de croix ou de carré. Ainsi, Micoud produit-il un « acrostiche triple » comportant des cases neutres marquées X qui génèrent les mots recherchés. Voici ce qu’il propose :

Exemple d’acrostiche triple, par Micoud

Exemple d’acrostiche triple, par Micoud

14Le principe d’une double lecture, verticale et horizontale, devient une manière de visualiser l’énigme. Dès 1872, dans les charades de Jamet, le syntagme « mots croisés » désigne très précisément ce dispositif typographique. L’auteur de ce très intéressant recueil se présente comme le rédacteur du Flambeau républicain (1871) à l’usage des « belles dames et charmantes demoiselles ». Il offre une distraction pour les longues soirées d’hiver, mêlant le plaisir des charades à celui des grilles de mots croisés :

  • 10 A. Jamet, La Sphinx moderne, ou Recueil de charades en mots croisés et en cadre, récréation nouvell (...)

« Pour les mots croisés on choisit dans le recueil une des petites pièces rimées qu’il contient, et on la propose à deviner aux Œdipes de la société. Ces mots sont disposés de telle sorte que la première ligne horizontale est reproduite par la première verticale, la seconde horizontale par la seconde verticale, et ainsi de suite jusqu’à complet épuisement des mots10. »

15En voici deux exemples qui rendront la définition plus claire :

Sur le coteau que mon premier couronne,
Depuis mon plus ancien second.
Mon troisième nous donne
Son fruit fécond.
LAC
AGE
CEP

16Un second exemple :

  • 11 Pour la bonne intelligence du propos, rappelons qu’Agar est la servante égyptienne de Sarah, femme (...)

Charade de mots croisés, A. Jamet, La Sphinx moderne, op. cit.11

Charade de mots croisés, A. Jamet, La Sphinx moderne, op. cit.11
  • 12 Colibri, La clé des mots d’esprit, Paris, P. Dubreuil, s.d. [ca 1887]. Le même genre de formule se (...)

17Peu après, dans les dernières décennies du siècle, apparaissent les « mots carrés » que l’on découvre chez plusieurs auteurs, comme un certain Colibri12 :

Mots carrés, Colibri, La clé des mots d’esprit, Paris, P. Dubreuil, s.d. [ca 1887]

Mots carrés, Colibri, La clé des mots d’esprit, Paris, P. Dubreuil, s.d. [ca 1887]

18L’intérêt de la chose est d’ouvrir la voie à une créativité géométrique. Après les carrés, des triangles ou une croix de Malte forment d’inédites grilles pour le plaisir du lecteur. Dans les exemples infra, on voit bien qu’il suffit de remplacer les blancs par des carrés noirs pour avoir la présentation des mots croisés modernes.

Créativité géométrique du recueil Colibri, La clé des mots d’esprit, Paris, P. Dubreuil, s.d. [ca 1887]

Créativité géométrique du recueil Colibri, La clé des mots d’esprit, Paris, P. Dubreuil, s.d. [ca 1887]

19Une première conclusion de cette petite enquête permet de modifier quelque peu le « récit des origines » des mots croisés. Il faut manifestement les lier à la longue durée de l’histoire des énigmes et des charades, y compris dans leur dimension graphique. Contrairement à ce qu’écrivent les dictionnaires étymologiques, même le syntagme « mots croisés » est attesté bien avant le xxe siècle, même s’il relève manifestement de la série : mots en croix, mots croisés, mots en carrés sans désigner une grille de cases blanches et noires. Par ailleurs, l’idée d’un simple transfert de la culture médiatique anglo-saxonne vers le monde français semble tout aussi discutable. La grille de 1913 ne comporte pas de cases noires et sa forme en carré sur une pointe s’apparente tout autant aux triangles de Colibri qu’au graphisme des éditions Simon et Schuster. Cette dimension nationale est d’autant plus importante qu’elle semble bien avoir été revendiquée lorsque débute l’âge d’or des mots croisés en France.

Les mots croisés en France entre les deux guerres

  • 13 Le Petit Parisien, 11 mars 1925.
  • 14 Le Figaro, 2 mai 1925, p. 4.

20Introduits en décembre 1924, on l’a vu, les mots croisés se répandent très rapidement dans la presse française. Ils deviennent une sorte de phénomène de mode, au point de susciter des informations aussi farfelues que celle que les lecteurs du Petit Parisien découvrent en mars 1925, un communiqué de l’agence Havas signalant que « la valeur des mots croisés pour la santé et le bonheur général est certifié officiellement par le département de l’hygiène de Chicago dans un bulletin qui vient de paraître13. » Le 2 mai, Le Figaro développe un point de vue inverse : « Si les mots croisés, pris à petites doses, forment un excellent dérivatif aux tristesses de la vie moderne, il faut bien se garder d'en abuser, car ils deviennent alors plus dangereux que le plus terrible des stupéfiants14. » Quand on se penche sur les contenus de ces mots croisés et sur les propos qu’ils suscitent à l’époque, on peut faire apparaître une conjonction singulière entre vie littéraire, raison économique et discours nationaliste.

L’implication des écrivains

  • 15 Max Jasinski, Histoire du sonnet en France, Paris, 1903, A. Dalsheimer, p. 228.
  • 16 Corinne Bayle, « Un billet de Gérard de Nerval à Théophile Gautier [1841] : les énigmes du poète au (...)
  • 17 Henri Issanchou, Dictionnaire des types de solutions à figures compliquées, à l'usage des Œdipes et (...)

21En France, les mots croisés suscitent l’intérêt des écrivains au point de former une réalité littéraire autant que médiatique. De longue date déjà, poèmes et énigmes faisaient bon ménage dans des recueils variés. Max Jasinski l’avait bien noté, pour déplorer que le sonnet ait si souvent accueilli les jeux d’esprits, ces « usages puérils […] présentés à la sagacité des Œdipes15 ». Le « sonnet énigme » faisait partie de l’arsenal des Précieuses ; il est encore mobilisé par Gérard de Nerval16. L’aimable commis des postes Henri Issanchou, à la fin du siècle, pouvait à la fois publier un Dictionnaire des types de solutions à figures compliquées, à l'usage des Œdipes et des Sphinx (Paris, sd) et un Sixain de sonnets17 comportant des énigmes et des poèmes en acrostiches.

  • 18 Voir « Le Chasseur de chevelures », Revue blanche, 1893, p. 77.

22L’homme clé de la littérarisation des mots croisés en France est Tristan Bernard (1866-1947), journaliste et écrivain prolifique, connu pour son humour, son théâtre, ses romans policiers, et son goût des sports. Véritable incarnation de « l’esprit français », il s’intéressait déjà aux énigmes en vers dans les chroniques parodiques du supplément de la Revue blanche qu’il écrivait avec son beau-frère Pierre Veber18. Dès 1925, il publie « L’Album Tristan Bernard » de mots croisés, qui est vendu par Bernard Grasset avec un crayon Conté. Puis il lance Le Gril littéraire (1928) et se rallie au magazine Le Journal des Mots Croisés et des Jeux de Société (1931). Il sera encore nommé président d’honneur de L’Académie des mots croisés en 1945. En mars 1925 toujours, l’hebdomadaire Les Nouvelles littéraires propose un grand concours de mots croisés portant sur dix des problèmes de l’Album Éléphant, publié récemment par la librairie Grasset. Ce concours est doté de cent mille francs de prix. Le jury en est constitué de Tristan Bernard, président, Mlle Edmée Favart, MM. Jean Giraudoux, André Maurois, Joseph Delteil, André Gillon, Jacques Guenne et Maurice Martin du Gard. Dans le même périodique, le succès remporté par le premier concours est accompagné d’une véritable campagne promotionnelle à laquelle de nombreux autres écrivains participent plus ou moins volontairement en faisant des déclarations en faveur de ce sport cérébral ; c’est par exemple le cas de Clément Vautel, Paul Morand et André Billy le 20 juin 1925.

  • 19 « Notre grand concours de mots croisés », Les Nouvelles littéraires, 1er août 1925, p. 8.

23L’argumentaire du concours évoque l’image que le journal tient à donner de lui-même. À partir du 1er août, les problèmes proposés par Tristan Bernard s’écartent définitivement de la formule où les cases noires représentaient un dessin pour accentuer la dimension culturelle de l’exercice : « chaque mot, pour ainsi dire, appelle une réminiscence que le concurrent devra expliquer. Résoudre un pareil problème n’est plus un simple exercice mécanique, c’est un véritable jeu d’esprit où interviennent la culture générale, les souvenirs littéraires et le sens de l’humour19. »

Le passage progressif des grilles « à dessin » aux grilles non motivées

Le passage progressif des grilles « à dessin » aux grilles non motivées

Les Nouvelles littéraires, 2 mai 1925, p. 8.

  • 20 Le Gril littéraire, 1928, p. 8.
  • 21 Le Journal, 19 septembre 1938.

24Comme son nom l’indique, Le Gril littéraire de Bernard s’inspire très largement de la culture humaniste de son rédacteur principal. Une note précise d’ailleurs la liste des œuvres mises à contribution : de Corneille à Victor Hugo, c’est le canon scolaire classique de l’ancien élève du Lycée Condorcet qui alimente les définitions20. Le Journal des mots croisés qui lui succède est rédigé par Renée David, une demoiselle passionnée par les mots croisés qui aurait, dit-on, remporté le premier concours proposé par Bernard et y aurait trouvé sa vocation. De très nombreuses publications annexes attestent en tout cas son dynamisme, jusqu’à son décès le 18 septembre 193821. C’est elle qui aurait trouvé le très célèbre « Vide les baignoires et remplit les lavabos » pour ENTRACTE.

  • 22 Pseudonyme de Georges Leménager, 1869-1964.
  • 23 Georges Maurevert, Cinquante problèmes de mots croisés. La Beauté sous la grille, Paris, Éditions d (...)

25La dimension littéraire est moins clairement affichée par les grilles de Renée David, mais ce sont ses éditions du Journal des mots croisés qui publient Cinquante problèmes de mots croisés. La Beauté sous la grille, de M. Georges Maurevert22, journaliste et polygraphe, qui partage le goût de Tristan Bernard pour les combats de boxe23. Maurevert met à profit ses vacances pour rédiger des mots croisés fondés sur des vers ou même une strophe d’un poète français. Ces mots prennent place sur les cases grises de la grille, inventant ainsi une grille à trois niveaux, cases blanches, cases noires et cases grises. Le premier problème donne le ton : il est basé sur un vers de Félix Arvers et atteste du bagage culturel du cruciverbiste.

26Enfin l’académie des mots croisés est fondée en 1945 par le spécialiste de l’histoire de l’Académie française, René Peter, et compte parmi ses membres : Eugène Belin, Belperron, R. Brouty, Cadet de Gassicourt, Michel Carré, Romain Coolus, Jean Creteuil, Curnonsky, Jacques Denier, R. Dontot, Henri Février, André Fontainas, Reynaldo Hahn, Joseph Hémard, Adrien Peytel, Maria Prigent et M. Sauvy. Le but de l’académie est de créer des concours et de gérer le marché, mais aussi de « protéger les droits des auteurs de grilles ». Le recueil publié en 1947 comprend une grille signée par seize des membres de l’académie.

27Du plus grand tirage de la presse littéraire aux listes des écrivains amateurs de mots croisés, comme Robert Scipion ou Georges Perec, l’implication du monde littéraire dans l’organisation et la légitimation des mots croisés demeure une constante de la vie intellectuelle en France. Cette « image de marque » inscrit l’initiative de Détective dans une logique qui n’est donc pas exclusivement journalistique.

Une « niche » commerciale

  • 24 Jean-Yves Mollier, Bruno Dubot, Histoire de la librairie Larousse, Paris, Fayard, 2010, p. 414.
  • 25 Ibid., p. 406.

28Si les premiers mots croisés de Tristan Bernard sont publiés par Bernard Grasset, leur relais dans Les Nouvelles littéraires sanctionne l’intérêt que la maison Larousse leur accorde très rapidement. C’est elle en effet qui finance le journal dirigé par Maurice Martin du Gard. À cette époque, la librairie Larousse, deuxième éditeur français par ordre d’importance économique, connaît une baisse de régime24. Elle cherche à diversifier ses produits scolaires (comme Les Classiques Larousse fondés au début des années 1930) ; elle propose aussi des images illustrées imprimées ou projetées. D’emblée, le petit Larousse est donné comme le dictionnaire de référence des mots croisés, celui auquel chaque auteur doit se référer et que chaque joueur doit consulter. Ce fait explique la présence au nombre des jurés du concours ci-dessus évoqué, d’André Gillon et de Jacques Guenne. Le premier était le fils de Paul Gillon, fondateur de la société d’exportation des éditions françaises. Il était le directeur commercial de la maison Larousse et le fondateur des Nouvelles qu’il dirigea jusqu’en 1936, à la fois comme responsable financier, mais aussi comme auteur, puisqu’il écrivait sous le pseudonyme de Claude Boyer25. Pour sa part, Jacques Guenne, proche de Martin du Gard, était le codirecteur des Nouvelles littéraires de 1922 à 1936 ; c’est André Gillon qui mettra fin à sa codirection, après le licenciement de Léautaud. L’implication de ces personnalités indique combien la publication des mots croisés échappait au simple divertissement.

29Largement investie dans le monde scolaire, la maison Larousse publiait aussi de nombreux livres à destination du jeune public. Les mots croisés n’échappent pas à cette vocation pédagogique comme en témoigne Le Château des mots croisés d’Henri Pellier (1926), un conte moderne où une bande d’enfants doivent résoudre six mots croisés relativement simples.

  • 26 Signalons ainsi un ouvrage peu connu, mais de grande qualité : C. Chaplot. Mots croisés. Jeux d’esp (...)
  • 27 Alzonne et Moreau, Les Mots croisés instructifs : l'histoire et la géographie par les mots croisés, (...)

30À l’évidence, le choix éditorial de la maison Larousse n’est pas passé inaperçu. Dès les premières années de la pénétration des mots croisés en France, outre Bernard Grasset déjà mentionné, Fernand Nathan ou Albin Michel26 tentent à leur tour d’exploiter cette veine. Le premier publie ainsi en 1926 un amusant recueil signé Alzonne et Moreau à destination des enfants, Les Mots croisés instructifs : l'histoire et la géographie par les mots croisés27. Il s’agit d’une belle réussite graphique.

Alzonne et Moreau, Les Mots croisés instructifs : l'histoire et la géographie par les mots croisés, Paris, F. Nathan, 1926, p. 42-43.

Alzonne et Moreau, Les Mots croisés instructifs : l'histoire et la géographie par les mots croisés, Paris, F. Nathan, 1926, p. 42-43.

Il s’agit du maintien de la grille « motivée », mais à usage pédagogique.

Le refuge de « l’esprit français »

31Dans le discours des auteurs toutefois, cette dimension commerciale reste très discrète. Par contre, tout un propos d’escorte développe l’intérêt des jeux, au-delà du simple divertissement. C’est à Tristan Bernard qu’il faut encore ici se référer, parce qu’il est le plus disert de ces commentateurs et le tout premier. La préface qu’il rédige pour l’Album publié par Grasset en 1925 est particulièrement intéressante. Elle explique que le jeu développe le vocabulaire et peut même créer de nouvelles destinations touristiques, comme le lac Nô, au confluent du Nil et du Bahr-el-Gazal où l’on devrait bâtir un palace.

  • 28 Album de mots-croisés. Cinquante problèmes composés par Tristan Bernard, Paris, Bernard Grasset édi (...)

32Les mots croisés sont un défi pour celui qui fabrique les définitions (et c’est ce qui intéresse l’auteur). Il s’agit de varier à tout prix celles qu’on utilise, surtout s’il s’agit des mots brefs qui reviennent souvent. Ainsi de la vache Io : « on retrouve ce ruminant de sang royal à tous les coins des rébus. Nous avons fait ce que nous avons pu pour lui donner à chaque fois un signalement nouveau28. » Deux points lui paraissent spécialement importants : l’aspect littéraire du travail de composition et la spécificité des grilles françaises qui s’opposerait aux grilles anglo-saxonnes. Pour un écrivain, écrit-il :

  • 29 Ibid., p. 7.

« C’est notre effort pour donner des définitions variées et justes qui nous a été très utile pour le perfectionnement de notre style. Dans une œuvre littéraire ordinaire, personne ne vous fera des reproches sanglants s’il vous arrive de commettre une impropriété de termes. Mais si on s’élève au noble jeu des mots croisés, l’écrivain devient alors un sphinx responsable. Les œdipes veulent bien se donner la peine de chercher, mais ils ne veulent pas qu’on les mette dedans par ignorance du sens des mots ou par mauvaise foi29. »

33Enfin, il revient sur la dimension graphique des grilles :

  • 30 Ibid., p. 7.

« Nous n’avons pas cherché à faire des dessins avec les noirs. Nos mots croisés sont réguliers, mais ils ne sont pas symétriques. C’est en cela que l’École française diffère de l’École américaine, qui propose des rébus de dessin régulier, et qui se donne moins de mal pour chercher des définitions ingénieuses. Tout notre effort tend à proposer aux œdipes un travail d’esprit amusant et sain, et à leur faire faire dans le dictionnaire de fructueuses promenades30. »

  • 31 Jacques Drillon, op. cit., p. 21.

34Les mots d’esprit sont ainsi censés s’ajuster aux génies nationaux. Les mots croisés français se caractériseraient non par leur aspect visuel mais par leur esprit. Ce point de vue est confirmé par l’étude de Jacques Drillon. Dans les pays de langue anglaise, les grilles sont disposées de manière plus graphique qu’en France ; aux USA, les mots forment de gros blocs à peine dépendants les uns des autres, on n’y trouve aucune lettre orpheline qui n’appartient pas à la fois aux deux axes vertical et horizontal. Les mots de deux lettres y sont proscrits, comme en Angleterre. Les définitions sont synonymiques, comme en France, mais dans ce dernier pays, quel que soit le nombre de cases noires, l’essentiel se porte vers la résolution d’une définition énigmatique31.

  • 32 Jacques Dubois, Le roman policier ou la modernité, Paris, Nathan, 1992, p. 205 et suiv.
  • 33 Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective fabrique de crimes ?, Nantes, Joseph K., 2017, p. (...)
  • 34 On notera qu’un bimestriel contemporain, Le Bulletin PLM, revue destinée au personnel des chemins d (...)

35Comme il était prévisible, notre étude n’a pas permis de déterminer qui était l’auteur des mots croisés de Détective, ni la raison précise pour laquelle la série s’est rapidement interrompue. En revanche leur publication et leur forme semblent à présent interprétables. Jacques Dubois a bien rappelé dans son essai sur le roman policier qu’Œdipe n’est pas seulement celui qui résout une énigme (celle du Sphinx), il est également le responsable de l’enquête sur le meurtre de Laios, qu’il tente de conduire rationnellement en reconstituant les événements et en interrogeant les témoins32. Il est à la fois celui qui joue (même si le jeu est tragique) à répondre à des questions, et un détective en quête de vérité. Une revue consacrée aux faits divers criminels pouvait-elle se placer sous un meilleur patronage ? Il fallait un Œdipe dans Détective. Conformément au dispositif initial du journal, les mots croisés devaient être les plus « littéraires » possible pour participer pleinement au « brouillage » générique propre aux premières années de cette publication33. Ils ont donc adopté la forme « graphique » d’une grille dont les noirs dessinent une figure. C’était aussi prolonger le premier choix de Tristan Bernard lorsqu’il diffusait « l’Album éléphant ». Mais ce dernier avait clairement perçu et même théorisé les limites du genre. La grille figurative limite la créativité de l’auteur des mots croisés, surtout lorsque l’accent est mis sur « l’esprit français » que l’on peut y retrouver. Détective a donc dû choisir entre la suspension de la série ou sa transformation en grilles « normales34 ». Œdipe étant à la fois l’enquêteur et l’assassin, le journal a préféré sacrifier le père : tous les collaborateurs du journal ont pu ensuite s’émanciper de sa tutelle et donner libre cours à leur imagination et à leurs récits d’enquêtes.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Chabrier Amélie et Thérenty Marie-Ève, Détective fabrique de crimes ?, Nantes, Joseph K, 2017.

Chaplot C., Mots croisés. Jeux d'esprit et Jeux de combinaisons. Définitions. Notations. Exemples, suivi d'un dictionnaire des synonymes, Paris, Albin Michel, 1925.

Drillon Jacques, Théorie des mots croisés. Un nouveau mystère dans les lettres, Paris, Gallimard, 2015.

Dubois Jacques, Le Roman policier ou la modernité, Paris, Nathan, 1992.

Lilti Antoine, Le Monde des salons, sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

Haut de page

Notes

1 Jacques Drillon, Théorie des mots croisés. Un nouveau mystère dans les lettres, Paris, Gallimard, 2015.

2 Antoine Lilti, Le Monde des salons, sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

3 Voir ibid., p. 308, par exemple.

4 Le Sphinx, aux Œdipes présents et à venir ou recueil choisi d'énigmes, charades et logogriphes modernes, par un sorcier, Paris, Barba, 1803, p. 6.

5 Les Cent et un rébus charivariques gravés par Maurisset, Paris, au bureau du journal Le Charivari, 1848, p. 78.

6 Dictionnaire national, 14e édition, t. II, Paris, Garnier, 1870, p. 389.

7 Œdipiana. Recueil choisi de près de trois cens énigmes, charades et logogryphes, Landau, Vve Friedel et fils, 1812.

8 M. l'abbé A. Piron Cours complet de littérature, poétique, style : à l'usage des séminaires et des collèges, rédigé d'après les meilleurs critiques anciens et modernes. [1]. Poétique, Paris, Lecoffre, 1881, p. 244.

9 C’est ce qu’écrit J. Micoud, Traité élémentaire des jeux d'esprit : charades, anagrammes, logogriphes, Aurillac, Impr. moderne, [ca 1855]. Cet auteur fait la liste des journaux publiant régulièrement des mots d’esprit et qui acceptent la collaboration bénévole de leurs lecteurs (p. 3 et 4).

10 A. Jamet, La Sphinx moderne, ou Recueil de charades en mots croisés et en cadre, récréation nouvelle, Paris, E. Jamet, 1872. p. 5.

11 Pour la bonne intelligence du propos, rappelons qu’Agar est la servante égyptienne de Sarah, femme et sœur d’Abraham. Sarah offre Agar à son époux car leur union est jusque-là stérile (Genèse).

12 Colibri, La clé des mots d’esprit, Paris, P. Dubreuil, s.d. [ca 1887]. Le même genre de formule se lit dans Mélanie Bourotte, Le Sphynx au foyer : proverbes, charades, énigmes, homonymes, mots carrés, mots en triangle, sonnets-portraits, Paris, A. Hennuyer, 1888.

13 Le Petit Parisien, 11 mars 1925.

14 Le Figaro, 2 mai 1925, p. 4.

15 Max Jasinski, Histoire du sonnet en France, Paris, 1903, A. Dalsheimer, p. 228.

16 Corinne Bayle, « Un billet de Gérard de Nerval à Théophile Gautier [1841] : les énigmes du poète au cachot », dans Jean-Marc Hovasse (éd.), Correspondance et poésie, Rennes, Presses universitaires, 2011, p. 135-136.

17 Henri Issanchou, Dictionnaire des types de solutions à figures compliquées, à l'usage des Œdipes et des Sphinx, Paris, s.d. ; Id., Sixain de sonnets, Paris, J. Albinet, 1881.

18 Voir « Le Chasseur de chevelures », Revue blanche, 1893, p. 77.

19 « Notre grand concours de mots croisés », Les Nouvelles littéraires, 1er août 1925, p. 8.

20 Le Gril littéraire, 1928, p. 8.

21 Le Journal, 19 septembre 1938.

22 Pseudonyme de Georges Leménager, 1869-1964.

23 Georges Maurevert, Cinquante problèmes de mots croisés. La Beauté sous la grille, Paris, Éditions du « Journal des mots croisés », 1928.

24 Jean-Yves Mollier, Bruno Dubot, Histoire de la librairie Larousse, Paris, Fayard, 2010, p. 414.

25 Ibid., p. 406.

26 Signalons ainsi un ouvrage peu connu, mais de grande qualité : C. Chaplot. Mots croisés. Jeux d’esprit et Jeux de combinaisons. Définitions. Notations. Exemples, suivi d’un dictionnaire des synonymes, Paris, Albin Michel, 1925. L’auteur était un des collaborateurs du Petit Journal. Il résume très clairement l’histoire du genre des mots croisés en présentant dans la même rubrique les deux phases du jeu. Il explique en effet le lien entre jeux d’esprit et des jeux de construction. On obtient ainsi des combinaisons de mots rappelant la figure d’une forme géométrique (du carré, losange, étoile, croix etc.) ou la silhouette d’un objet quelconque.

27 Alzonne et Moreau, Les Mots croisés instructifs : l'histoire et la géographie par les mots croisés, Paris, F. Nathan, 1926.

28 Album de mots-croisés. Cinquante problèmes composés par Tristan Bernard, Paris, Bernard Grasset éditeur, 1925, p. 6.

29 Ibid., p. 7.

30 Ibid., p. 7.

31 Jacques Drillon, op. cit., p. 21.

32 Jacques Dubois, Le roman policier ou la modernité, Paris, Nathan, 1992, p. 205 et suiv.

33 Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective fabrique de crimes ?, Nantes, Joseph K., 2017, p. 117.

34 On notera qu’un bimestriel contemporain, Le Bulletin PLM, revue destinée au personnel des chemins de fer, commence également la publication de ses mots croisés par une grille dont les noirs forment le mot PLM. Mais ce genre de graphisme reste occasionnel et la plupart des grilles suivantes sont classiques (Le Bulletin PLM, janvier 1929, revers de la couverture.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nouvelle grille, « l’homme à la pipe », du n°4, solution du n°3, « mots croisés »
Légende Détective, n° 6, 6 décembre 1928, p. 15.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-1.png
Fichier image/png, 512k
Titre Nouvelle grille, « pistolet automatique », du n° 6, solution du n° 4, « l’homme à la pipe »
Légende Détective, n°8, 20 décembre 1928, p. 15.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Mercure de France, 9 juillet 1791
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Rébus qui représente la maxime : « Toujours à l’œuvre on reconnaît l’ouvrier »
Légende Solution : Toue J’ours à l’œuvre ON reconnaît LouvreIER5.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Exemple d’acrostiche triple, par Micoud
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-5.png
Fichier image/png, 40k
Titre Charade de mots croisés, A. Jamet, La Sphinx moderne, op. cit.11
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-6.png
Fichier image/png, 7,9M
Titre Mots carrés, Colibri, La clé des mots d’esprit, Paris, P. Dubreuil, s.d. [ca 1887]
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-7.png
Fichier image/png, 34k
Titre Créativité géométrique du recueil Colibri, La clé des mots d’esprit, Paris, P. Dubreuil, s.d. [ca 1887]
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-8.png
Fichier image/png, 100k
Titre Le passage progressif des grilles « à dessin » aux grilles non motivées
Légende Les Nouvelles littéraires, 2 mai 1925, p. 8.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Alzonne et Moreau, Les Mots croisés instructifs : l'histoire et la géographie par les mots croisés, Paris, F. Nathan, 1926, p. 42-43.
Légende Il s’agit du maintien de la grille « motivée », mais à usage pédagogique.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/4933/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Aron, « Les mots croisés de Détective, ou l’Œdipe sans complexe », Criminocorpus [En ligne], Détective, histoire, imaginaire, médiapoétique d’un hebdomadaire de fait divers (1928-1940), Communications, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/4933

Haut de page

Auteur

Paul Aron

Paul Aron est professeur à l’Université libre de Bruxelles (centre Philixte) et directeur de recherches au FNRS. Historien des littératures de langue française principalement des XIXe et XXe siècles, il a consacré des travaux aux genres littéraires (symbolisme et surréalisme notamment), aux relations entre journalisme et littérature, à la sociologie, la théorie et à la géocritique littéraires. Derniers travaux publiés : - Anthologie du surréalisme belge. Textes réunis et présentés par Paul Aron et Jean-Pierre Bertrand, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. Espace Nord, 2015.- « Le naturalisme belge », Dossier des Cahiers naturalistes, ss la dir. de Paul Aron et Clara Sadoun-Edouard, n° 90 septembre 2016, 267 p. - « Le sens du social », Dossier dirigé par Paul Aron et Jean-Pierre Bertrand, Revue Romantisme, 175, 2017/1, p. 5-96. - Verhaeren en son temps, Dossier dirigé par Paul Aron et Jean-Pierre Bertrand, Textyles 50-51, 2017, 274 p.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page