Navigation – Plan du site
Communications

Détective et Police Magazine à l’heure américaine (1931)

Laetitia Gonon

Résumé

This article will show how two french weekly magazines, Détective and Police Magazine, report american crimes in their pages, in the early 1930s. Crime journalists take indeed a double stand with the american information: proximity and distance. They show themselves close to the information, emphasizing privileged sources, local correspondents and police officers, or highlighting in their articles english words, translated quotes. Simultaneously, reporters adapt the information, draw parallels between american and french civilizations in order to get the readers’ attention, and, in doing so, differentiate themselves from the american world, because it is considered more extreme, more violent. Finally, Détective distance itself from the fascination with american crime stories.

Haut de page

Texte intégral

1 Le premier numéro de Détective, le 1er novembre 1928, affiche en une « Chicago, Capitale du Crime… », au-dessus d’une photographie en plongée, dont la légende invite le lecteur à se reporter à la page 3. Cette dernière commence de la sorte : « De nos jours, le nom de Chicago représente pour tout le monde le symbole du désordre et du crime. »

2C’est bien annoncer là, à la charnière des années 1920 et 1930, l’importance de la représentation du crime américain dans l’hebdomadaire1. Police Magazine, qui naît fin novembre 1930, ne sera pas non plus en reste2. Ces deux magazines cependant ne traitent pas le crime de la même façon selon qu’il est américain ou français : la représentation de l’Amérique est déformée par la distance (géographique et culturelle), la mythification de figures plus grandes que nature, et la difficulté à obtenir des informations non déjà médiées par les revues spécialisées et les journaux américains.

3 C’est cette spécificité de traitement du crime américain dans ces deux hebdomadaires que j’aimerais mettre en lumière à un moment précis de leur histoire : en m’appuyant sur les numéros de Détective et Police Magazine du premier semestre 1931, toutes rubriques confondues, j’essaierai de montrer comment l’information sur le crime américain est adaptée (au public français). Les journalistes doivent en effet tenir deux extrêmes dans le traitement du crime américain : paraître d’une part obtenir des informations inédites, importantes et intéressantes des États-Unis, sans trop d’intermédiaires ni d’approximations ; d’autre part affirmer une spécificité française. Il faut donc rester au plus près d’une illusion de proximité avec l’Amérique, et au plus près d’une tradition française du journalisme criminel. En considérant aussi bien les photographies légendées que les petits faits divers et les reportages de plusieurs pages, il s’agira de s’attacher à la manière dont se construit (ou aimerait se construire) pour le lecteur le reportage français sur le crime américain. Cette construction repose sur deux stratégies concomitantes mais parfois contradictoires : dans un premier temps, coller au plus près à l’information américaine ; dans un second temps, adapter l’information, de façon distanciée voire critique.

Coller à l’information

4 Le journaliste français met souvent en évidence l’origine de son information, afin de créer l’illusion qu’il est fidèle au déroulement des faits, en en rendant tous les détails jugés les plus typiques.

Mettre en scène des sources privilégiées

  • 3 Un exemple parmi d’autres, Police Magazine, n° 11, 8 février 1931 : sont cités p. 5, dans le « Bloc (...)
  • 4 La scène englobante correspond au type de discours, ici journalistique. La scène générique est cell (...)
  • 5 Paul Bringuier, « Le crépuscule du gang », Détective, n° 134, 21 mai 1931, p. 8-9.

5 Ce sont d’abord des sources privilégiées venues d’Amérique qui sont mises en avant. Pour les entrefilets et photographies légendées, la mention d’une agence de presse suffit3 ; mais dans la grande tradition du reportage de Détective, Paul Bringuier va par exemple chercher dans un bar de Montmartre un ancien bootlegger, Jack, qui lui raconte ses années de prohibition. Le reporter use d’une scénographie4 de confidence entre hommes, sur le zinc d’un bar : « C’était le temps où Jack, que j’avais rencontré à Montmartre où il était devenu barman, me racontait : “Tenez, écoutez comment j’ai été initié au bootleg”5. » Ici la source est d’autant plus directe qu’elle est orale ; la confidence est obtenue grâce au rapport étroit que le journaliste parvient à établir avec l’ancien criminel, et ce rapport privilégié est rendu par l’oralité des impératifs « tenez », « écoutez ».

  • 6 Police Magazine, à l’occasion d’un article sur « La pendaison d’une femme aux États-Unis », indique (...)

6Parce qu’il n’est pas toujours aisé de trouver d’anciens criminels américains à Paris – et que leurs informations datent un peu –, Police Magazine et Détective ont recours à des « correspondants particuliers », Roy Pinker pour quatre articles de Détective dans la première moitié de l’année 1931 (et d’ailleurs depuis 1928), désigné comme « notre correspondant particulier ». Le déterminant possessif insiste sur le lien privilégié entre le journaliste américain et l’hebdomadaire6. De cette façon, l’information venue des États-Unis a l’air d’être adressée directement au journal, qui aurait réussi à instaurer des rapports personnels avec des journalistes américains, alors qu’elle vient bien souvent d’agences de presse – en pareil cas il s’agit de personnaliser une information commune.

  • 7 Sarah Maza, « “The Bastard Child of a Noble House”: Détective and middle-class culture in interwar (...)
  • 8 Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective, fabrique de crimes ? Le grand hebdomadaire des fa (...)
  • 9 Dominique Maingueneau, Analyser les textes de communication, op. cit., p. 86-95 ; également Dominiq (...)
  • 10 Voir Laetitia Gonon, Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du xixe siècle, P (...)

7Or ces correspondants peuvent n’avoir aucun lien direct avec les deux magazines ; ainsi au sujet de Détective Sarah Maza écrit : « Quoique la plupart des correspondants aient en effet existé et écrit leurs articles, les reportages en provenance des États-Unis étaient signés par le tout à fait fictionnel “Roy Pinker”7. » Il est bien établi que ce Roy Pinker n’a jamais existé : « C’est un pseudonyme, sans doute collectif, qui rend compte des faits divers américains8. » La mention d’un correspondant est donc pure stratégie journalistique, contribuant à l’ethos9 d’expertise du journal, comme c’est le cas depuis des décennies pour les informations venues des provinces ou de l’étranger qui paraissent dans les quotidiens parisiens10.

8 Parfois le magazine français va plus loin encore ; car quelle meilleure source qu’un journaliste américain au sujet du crime américain ? Un criminel, si l’on peut (et Paul Bringuier le put avec Jack l’ancien bootlegger) ; ou bien un policier, qui aura vu l’affaire de tout aussi près, et pourra ainsi en faire au lecteur un récit informé, tenu d’un point de vue expert.

  • 11 Alain Rabatel, Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, t. I : « Le (...)

9Le mensuel américain True Detective Mysteries, fondé en 1924, publie ainsi souvent des reportages assez longs (plus d’une dizaine de pages), où tel policier se sera confié à tel journaliste ; ce dernier n’apparaît pas dans le récit, il retranscrit à la première personne ce que le policier lui a censément rapporté. Ensuite les journalistes français reprennent, eux, le texte du journaliste américain pour l’adapter à leur format (plus court) et à leur lectorat. En termes énonciatifs, on dira alors que le journaliste (américain comme français) est un sous-énonciateur, son point de vue étant dominé par celui du policier américain, lui-même sur-énonciateur, c’est-à-dire, « dominant sur les plans interactionnels, notionnels et linguistiques » : le sous-énonciateur ne fait alors que formuler ce point de vue dominant, « sans le prendre véritablement en charge11 ».

10Mais ceci, c’est ce que doit croire le lecteur, c’est l’illusion que veulent créer Police Magazine ou Détective : car le sur-énonciateur n’est pas toujours celui que l’on croit. Prenons un exemple : le 7 juin 1931 paraît dans Police Magazine un article intitulé « Quarante coups de marteau ». Il s’agit, nous dit-on, des « confidences d’un policier américain », soit Eugene W. Biscailuz, chef de la police de Los Angeles. Or cet article vient en droite ligne (ou pas si droite, comme nous allons le voir) d’un article paru dans le True Detective Mysteries d’octobre 193012, « The Shadow in Green », « by Eugene W. Biscailuz, Chief of the California Highway Patrol, as told to Claude M. Forbes », c’est-à-dire, par Biscailuz ainsi qu’il l’a rapporté à Claude Forbes, journaliste. L’article américain a donné lieu à celui de Police Magazine, on peut s’en convaincre en comparant les images publiées par les deux magazines.

Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 8, à gauche, True Detective Mysteries, vol. xiii, n° 7, octobre 1930, p. 32 et 35, à droite

Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 8, à gauche, True Detective Mysteries, vol. xiii, n° 7, octobre 1930, p. 32 et 35, à droite

Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 1 à gauche, True Detective Mysteries, vol. xiii, n° 7, octobre 1930, p. 37, à droite

Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 1 à gauche, True Detective Mysteries, vol. xiii, n° 7, octobre 1930, p. 37, à droite

11Cependant le texte français est beaucoup plus court que l’anglais, qu’il condense voire réécrit entièrement. Mais dans le texte français le soi-disant policier américain dit bien je et se met en scène, en mentionnant son propre nom dans le discours direct. Par exemple : « Et le lendemain, je le voyais entrer dans mon bureau pour me dire calmement qu’il avait aidé sa femme à passer la frontière : – Monsieur Biscailuz, je me remets entre vos mains13. » Mais l’ordre du récit est différent, les événements sont condensés : en somme, la récriture est quasi-complète – et l’article est pourtant bien signé de Biscailuz, chef de la police. Le journaliste francophone qui a traduit et adapté le texte, sans doute déjà lui-même adapté par Claude Forbes, le journaliste américain, est donc dans ce cas un sur-énonciateur implicite, car c’est lui qui « reprend en le déformant le PDV d’un autre, pour le tirer en un sens qui lui agrée14 », ici le format du magazine et le goût des lecteurs français.

  • 15 « L’énigme des ailes », Détective, n° 118, 29 janvier 1931, p. 8-9.
  • 16 L’accès à une source américaine proche du drame est d’ailleurs bien ce que laisse supposer la derni (...)

12 De même dans « L’énigme des ailes », un article du n° 118 de Détective. Ce reportage est attribué à James R. Travers, chef de la police de Milton, qui explicite lui aussi son nom et son état au sein du texte, par exemple : « En ma qualité de Chef de la Police de Milton, je procédai à un examen minutieux de la lettre15. » L’énonciateur semble donc être, directement, le policier américain, dont le propos a cependant été entièrement récrit pour ce format français16. Dans la version américaine en effet, ces propos furent recueillis par Fred H. Thompson, un ancien du Boston Post, pour un article d’une douzaine de pages : soit six fois plus long que la version française. Détective cependant, contrairement à Police Magazine dans l’exemple précédent, indique sa source, c’est-à-dire non pas James Travers directement, mais True Detective Mysteries, mentionné en en-tête de l’article français :

Nous devons à l’amabilité de notre excellent confrère américain, True Detective, de pouvoir révéler au public français le secret des événements qui marquèrent en 1929 le mariage retentissant de Lindbergh.

Nous publions ci-dessous le récit de James R. Travers, chef de Police de la ville de Milton, Massachusetts où se déroulèrent ces événements.

13Henry Musnik est l’un de ces seconds scripteurs : il a entre autres « traduit et adapté » pour Police Magazine des articles parus aux États-Unis, et attribués à des policiers17. Le fait est que souvent, l’actualité criminelle américaine est traitée par des Français qui n’ont que peu de rapports avec les États-Unis. Il est en ce sens significatif que paraisse dans Police Magazine, en juin 1931, la promotion d’un ouvrage du journaliste Maurice Privat, qui a écrit un livre sur l’actrice d’Hollywood Jeanette Mac Donald, disparue des écrans-radar depuis quelques mois18. L’ouvrage paraît dans la collection Documents secrets, mais l’auteur « n’avait pas le loisir de traverser l’Océan et l’Amérique », écrit le journaliste qui en rend compte. Cependant Privat « a soigneusement recueilli les certitudes, a procédé à divers recoupements » ; et ce reporter évoque suffisamment le mythe américain pour plaire aux lecteurs de Police Magazine – c’est-à-dire, selon le critique de l’ouvrage, « la mystérieuse Amérique, la création d’Hollywood, les grands animateurs de cette métropole19 », etc. Ainsi le folklore et la récriture des sources américaines à Paris suffisent apparemment à donner du crime américain une représentation satisfaisante, qui de toute façon fait vendre.

14Il existe encore de très nombreux exemples, dans les six premiers mois de 1931, d’attributions apparemment directes à des auteurs américains, alors qu’en réalité l’article français a été tout à fait récrit pour le format des magazines hexagonaux20. Mais passons plutôt à un autre procédé d’illusion de proximité avec l’information américaine.

Mettre en scène des sources anglophones

  • 21 Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat, René Rioul, Grammaire méthodique du français, PUF, 2014, p.  (...)
  • 22 Avec les guillemets, « l’énonciateur se contente en effet d’attirer l’attention du co-énonciateur s (...)

15 Il s’agit cette fois d’intégrer dans l’adaptation française des mots anglais, ou de faire comme si l’on traduisait directement depuis le texte américain, en signalant les emprunts dans le corps du texte (afin de provoquer un effet de réel, ou plutôt de véracité). Ainsi, du reportage à l’entrefilet, on trouve parfois des termes entre guillemets qui mettent en scène l’emprunt à un discours premier, de langue anglaise. Les guillemets indiquent alors la traduction, et les mots signalés de la sorte comportent une connotation autonymique, c’est-à-dire qu’ils sont pris à la fois dans leur sens usuel (en usage), et à la fois signalés comme citation (en mention) – autrement dit, que « le locuteur emploie une expression tout en signalant qu’il ne la prend pas à son compte21 ». Ainsi discriminés dans le texte français, ces mots invitent à s’arrêter sur ce qu’ils formulent22, et signifient comme traces de l’avant-texte américain (fictif ou non) sur lequel s’appuie le journaliste français. Par exemple :

Il convoqua la « chérie » à prendre le thé dans sa garçonnière (tout était prévu)23.

À peine remis en liberté, il porta les faits à la connaissance de la justice, de la justice authentique, qui a déclaré une guerre sans merci aux « forces obscures »24.

  • 25 Pour une définition de l’interdiscours, voir par exemple le Dictionnaire d’analyse du discours, Pat (...)

16 Dans le premier cas, chérie est par exemple une traduction de darling, sweetie ou honey, en tout cas un mot assez facilement substituable pour un lecteur connaissant même très peu l’anglais. Les guillemets signalent que le mot est emprunté au protagoniste et/ou à l’article originel, tout en mettant à distance le sens lui-même (si elle est si chérie, il ne tenterait pas de la tuer). Dans le second cas, les guillemets indiquent une citation de cette déclaration de guerre autant qu’une expression figée en anglais (par exemple, dark forces). La connotation autonymique donne ainsi l’impression que le journaliste cite un avant-texte précis (créant un effet de précision et de réel), alors qu’il emprunte peut-être tout simplement à un interdiscours25 américain très large et vaste, facilement réutilisable par son caractère commun et connu.

17De nombreux articles reprennent de la sorte un argot criminel, celui des bandits et celui des policiers, que les guillemets laissent supposé traduit de l’américain. Les exemples sont très nombreux, et j’en donnerai deux, un pour chaque magazine :

Interrogé par la police, Zuta fut obligé de parler, mais regretta aussitôt son indiscrétion, car, remis en liberté et ramené sous une puissante escorte sur le « territoire » de la bande Moran, il fut attaqué dans la rue par des hommes de Capone et n’échappa que par miracle. Quelques semaines plus tard, il fut surpris dans un dancing par ses ennemis qui le « fauchèrent » avec une mitrailleuse, au pied du piano mécanique qui jouait son air préféré. […] Ainsi, par exemple, le commissaire d’un des faubourgs les plus riches de Chicago avait « emprunté » plusieurs centaines de dollars à Zuta. Un autre commissaire, chargé de surveiller la « zone » Moran-Aiello, « touchait » trois mille cinq cents dollars par mois26.

L’incendiaire le plus notoire est un nommé Joseph Eisenstein, qui eut pour « clients » de nombreux commerçants de New-York, Philadelphie et Atlantic City. Il affirme que ce sont eux qui sont venus le « supplier » de les aider à faire face à leurs échéances.

Cet homme demande régulièrement 75 000 francs par incendie. Il a des frais et des risques.

Il refuse dédaigneusement toute offre inférieure, et un négociant lui ayant offert 6 000 francs pour une « affaire » se vit montrer la porte sans cérémonie. Néanmoins, ce commerçant vit brûler tout de même ses magasins. Mais Eisenstein affirme ne pas avoir travaillé pour lui. L’incendie ne porte pas sa « marque de fabrique » !

Il a inventé un système d’horlogerie qui transforme n’importe quel local en une fournaise, en moins d’une minute. Continuera-t-il longtemps son « commerce »27 ?

18Tantôt les guillemets indiquent une expression du milieu criminel, territoire, zone, affaire, tantôt ils signalent des expressions un peu familières propres aux criminels, comme faucher, emprunter, toucher, voire des emprunts à leur discours, emprunts mis à distance par le journaliste car ne paraissant pas s’appliquer tout à fait à la situation : ainsi clients, commerce, sont trop innocents pour désigner une entreprise criminelle, et les guillemets indiquent les réserves de l’énonciateur à l’égard dudit commerce. Enfin la marque de fabrique est un emprunt direct au discours du criminel américain.

19Les anglicismes dans ces articles des deux magazines sont d’ailleurs avant tout des emprunts au lexique criminel américain : le Narcotic Bureau28 (Département des stupéfiants) voisine dans le texte avec le Vice Squad29 (Département des mœurs), et Roy Pinker explique aux lecteurs ce qu’est un stool pigeon (un informateur, « comme on dit en Amérique30 », ajoute-t-il). Évidemment, les policiers sont des policemen, ce qui est plus qu’aisément compréhensible pour les lecteurs, et permet à peu de frais de connoter l’exotisme des mégapoles yankees31, comme le fera Hergé, un contemporain, dans Tintin en Amérique, en 193232.

20Ainsi les anglicismes, assez fréquents dans les articles de Police Magazine et Détective traitant du crime américain, participent-ils de l’illusion d’une information prise à sa source, de première main, car ni traduite ni adaptée, venue toute brute des journaux d’outre-Atlantique : les deux hebdomadaires parlent par exemple du « grilling33 », technique d’interrogatoire de la police au nom suggestif, ou des girls, mot qui désigne des « jeunes danseuses […] se produisant en groupe dans des music-halls et des revues34 » (le mot est alors employé en français depuis une quinzaine d’années) – souvent victimes de crimes passionnels ou mafieux35.

21Outre ce lexique basique de débutant anglophone aux connotations exotiques, les deux magazines ont recours, pour un anglais plus compliqué, à des traductions qui suivent immédiatement le texte dans sa version originale :

Tandis que la plaignante, appuyée par deux témoins empressés, jure avoir entendu nettement :

– Soyez damnée (Damn you !) Est-ce que vous prenez cet autobus pour une banque ?...

[…] Voici exactement la phrase anglaise incriminée :

– Damn you, what do you think this is a bank ?...36

Tel fut l’épilogue de ce truc de publicité, ou « publicity-stunt », comme on dit là-bas, imaginé par l’imprudent manager du Golf-Miniature, et qui faillit lui coûter sa liberté, sa vie peut-être37.

22Dans le premier cas, le journaliste s’appuie explicitement sur un avant-texte anglais, puisqu’il pousse le professionnalisme jusqu’à citer le texte original – ainsi sont réaffirmés les liens étroits entre l’hebdomadaire et le milieu judiciaire américain. Dans le second cas, l’ethos est un peu différent peut-être, puisque Roy Pinker est censé être lui-même américain. Ainsi, alors que dans le premier cas il s’agit d’un journaliste français consciencieux qui cite ses sources (et se situe donc, sur le plan linguistique, au même niveau que ses lecteurs), dans le second cas le journaliste se pose linguistiquement dans une position de supériorité par rapport à ses lecteurs, puisqu’il revient à sa langue natale pour préciser l’information : « truc de publicité » est un peu vague (coup publicitaire le serait moins), alors que publicity-stunt décrit exactement la chose, américaine elle-même (le « comme on dit là-bas » est d’ailleurs fortement pédagogique).

23Mais plus souvent, les journalistes usent d’expressions figées américaines passées en même temps dans le langage courant de la fiction : hands up, par exemple, aussitôt traduit entre parenthèses par « haut les mains » dans tel article de Police Magazine38, ou all right, non traduit, dans un numéro antérieur39. Ces deux locutions sont de même employées par Hergé à la même époque40 : hands up cependant, utilisée plusieurs fois dans la bande dessinée de 1931-1832, disparaît de la version colorisée et redessinée de 1946. Ces locutions figées semblent donc bien témoigner d’une tendance à la vulgarisation de la langue anglaise dans les années 1930, par contamination des fictions et nouvelles américaines, essentiellement centrées sur les gangsters (pour en rester à Hergé, dans L’Île noire Tintin se confronte à des faux-monnayeurs, et carrément à Al Capone dans Tintin en Amérique). Les mêmes histoires américaines circulent d’ailleurs dans les médias à l’époque, et il ne serait pas étonnant que Hergé se soit inspiré de ce qu’on lit régulièrement dans la presse.

Police Magazine, n° 27, 31 mai 1931, p. 16, « Bloc-Notes de la semaine (Suite.) »

Police Magazine, n° 27, 31 mai 1931, p. 16, « Bloc-Notes de la semaine (Suite.) »

24On trouve dans Tintin en Amérique (quelle que soit la version) une image très similaire, représentant Tintin ligoté, reposant sur le dos en travers des voies de chemin de fer, parce qu’il a poursuivi un gangster qui veut ainsi se débarrasser de lui. Ce n’est pas forcément cet article qu’a lu Hergé, mais un autre semblable, ou plusieurs qui y ressemblaient : il s’agit moins d’intertextes que d’emprunts anonymes, rebattus. L’exemple d’Hergé illustre parfaitement la saturation de l’espace médiatique criminel par ces expressions anglaises qui le dénotent autant qu’elles le connotent.

Transformer l’information

  • 41 Voir par exemple Hergé, Tintin en Amérique, op. cit., où un vendeur de journaux crie : « CHICAGO TR (...)

25Détective et Police Magazine adoptent pour ainsi dire la position de Tintin, jeune reporter belge capable de mettre à mal tout un gang mafieux41 : le point de vue de Tintin, ce serait une façon très européenne, ici francophone, d’appréhender les grandes nouvelles américaines. Le prisme du petit reporter malin confronté au gigantisme américain – et en triomphant – est en effet particulièrement prégnant dans nos deux magazines. La nouvelle américaine, dans Police Magazine et Détective, est très souvent adaptée au public français, qu’on l’écrive ou la récrive pour lui : il ne s’agit plus de créer une illusion de proximité avec les États-Unis, mais plutôt d’en montrer l’éloignement.

Une adaptation pédagogique

26Dans Police Magazine, au sujet du bizutage de nouveaux étudiants, le journaliste écrit : « Il faut d’abord vous dire que, si les brimades [d’étudiants] sont officiellement interdites chez nous, à la suite d’un lamentable accident il y a quelque temps, elles restent toujours fort en honneur aux États-Unis, où elles revêtent les formes les plus diverses42. » Mais aussi dans ce reportage de Roy Pinker du Détective :

Et, ce matin-là, justement, matin du 11 avril 1930, elle devait passer au salon de coiffure, de manucure et de massage. Les administrations américaines publiques ou privées, assurent à leur personnel féminin – pour avoir des secrétaires vraiment agréables à voir et de bonne humeur – le service des soins de beauté43.

27Dans les deux cas, le journaliste interrompt ou retarde son récit pour donner aux lecteurs des informations nécessaires à sa compréhension : ainsi la principale il faut d’abord vous dire introduit la subordonnée complétive présentant les prérequis. On passe du récit au discours, de l’imparfait (elle devait passer) au présent d’énonciation (assurent). Il y a sans doute également, derrière l’apparence purement informative de l’explication entre tirets chez Pinker, une dimension axiologique, satirique, en particulier dans l’emploi de vraiment, et dans l’évocation en négatif du type de la secrétaire revêche et vieille fille, que le glamour américain chercherait à maquiller, comme si là-bas tout devait toujours être beau et riant.

Une adaptation démagogique ?

  • 44 C’est le cas également dans la traduction, adaptée au goût du public français : Police Magazine use (...)
  • 45 « La couleur des yeux et l’héritage de 25 millions », Police Magazine n° 29, 14 juin 1931, p. 2.
  • 46 Ce ne peut être également qu’aux États-Unis qu’un journaliste « entreprit un voyage de plus de six (...)

28L’adaptation aux lecteurs français peut être plus démagogique, mais ce mot ne doit pas être pris en mauvaise part : il s’agit alors pour le journaliste de chercher un équivalent français à une réalité américaine44 (donc de traduire en des termes compréhensibles les informations avancées par les reporters américains). C’est évidemment le cas pour les mesures : un million de dollars fait 25 millions de francs, comme le calcule un journaliste dans une parenthèse de Police Magazine45 – « vous rendez-vous compte ? » ajoute-t-il, parce que l’un des clichés du journaliste qui met en perspective française les réalités américaines est de toujours renvoyer au gigantisme des États-Unis, où les héritages montent facilement à un million de dollars46. Cette adresse au lecteur – vous rendez-vous compte ? – est un moyen de créer un effet de connivence entre le journal et son public. Le caractère subjectif de pareille question entraîne sans doute là encore une certaine axiologie de l’énoncé ancré, qui tiendrait le milieu entre l’indignation et l’admiration. Voici un autre exemple de cet effet de gigantisme, relativisé pour le lecteur français :

Une statistique dressée par l’expert de New-York Frank Donohue a évalué à deux millions, au moins, le chiffre des adeptes de la drogue aux U.S.A. Ils prennent de la morphine, de l’héroïne, de la cocaïne, de l’opium, etc. La dépense moyenne par tête est de 25 dollars par semaine.

Le chiffre annuel est donc de deux milliards six cents millions de dollars. Multiplions par 25, pour essayer de nous en faire une idée en francs. Il est un moment où l’énormité même du chiffre dépasse les capacités humaines de comparaison : en effet, peut-on se représenter soixante-cinq milliards de francs47 ?

29 On relève ici les mêmes procédés : « pour essayer de nous en faire une idée en francs », « peut-on se représenter soixante-cinq milliards de francs ? ». L’interrogation est rhétorique : on ne peut pas, en tout cas le journaliste suppute que les lecteurs de Police Magazine ne le peuvent pas. Avec l’usage du nous, et même du on, le journaliste français fait ainsi corps avec son lectorat face à l’étrangeté parfois menaçante incarnée par les États-Unis – qui eux sont exclus des « capacités humaines » de la représentation.

30Lorsque le reportage est signé par un chef de police américain, qui ne peut évidemment connaître le lectorat hexagonal, les journalistes français placent tout de même dans sa bouche des analogies entre les deux continents : « Trente jours après notre retour, les papiers d’extradition me parvenaient signés et en règle. J’en avais bien besoin maintenant !... La routine administrative des États-Unis ne le cède en rien à celle de la “vieille” Europe48. » Il s’agit là encore d’un procédé de sur-énonciation de la part du journaliste français, qui laisse penser à ses lecteurs que le policier américain s’adresse directement à eux.

31En pareil cas il ne s’agit apparemment pas tant de faire comprendre que de retenir l’attention, ou d’intéresser, en proposant des parallèles avec la France, de sorte à ce que le reportage, auparavant américain, soit désormais à la portée du lecteur français. Ainsi le « terrible Broadway » est appelé, par apposition, « le Montmartre de New-York49 » dans Détective, et les équivalents de ce genre sont fort fréquents, comme au début de cet article de Police Magazine : « Une heure de l’après-midi. Dans les somptueux salons de vente de ce grand magasin de Philadelphie – quelque chose comme les Galeries Lafayette, goût américain – se pressait une foule bruissante et coquette50. » Les articles et reportages sur les États-Unis commencent ainsi parfois par le rappel de faits typiquement parisiens, captatio benevolentiae à même d’amener ensuite des analogies américaines51 :

32Au moment où M. Chiappe s’apprête à sévir contre les bruits de Paris, les autorités de New-York prennent également des mesures énergiques contre ce fléau moderne52.

Puisqu’une pièce de théâtre a réveillé les souvenirs de la trop fameuse affaire Dreyfus, nul n’ignore que le malheureux capitaine fut condamné sur la foi d’une expertise d’écriture qui lui attribuait à tort la rédaction du bordereau, preuve de sa prétendue trahison.

Si l’expert d’alors avait examiné les boucles, les crochets et les angles de l’écriture soumise à son appréciation avec autant de minutie consciencieuse que l’expert du bureau de Detroit, l’affaire eût vite pris une autre tournure ! (W. W.)53

33 Il s’agit là de proposer, au seuil des articles, une transition française, en somme civilisationnelle – car si les deux magazines adaptent les articles venus d’Amérique, en les rapprochant ainsi de leurs lecteurs, ils n’ont de cesse également, pour leur plaire, de souligner la différence entre la France et les lointains États-Unis54. Le bénéfice en est double : d’une part, créer une cohésion, une connivence entre le magazine et ses lecteurs, dont on rappelle explicitement l’appartenance à la même communauté ; d’autre part, en mettant en scène la différence civilisationnelle, renforcer l’exotisme des drames américains, dont le gigantisme tourne à l’hyperbole, et par là au sensationnalisme.

Une adaptation critique

34 Ainsi l’adaptation de l’article aux lecteurs français peut se faire critique à l’égard de la civilisation américaine, mais dans une posture qui dit tout à la fois la distance et la fascination. La critique porte alors sur l’exagération des Américains, en particulier sur leurs mœurs violentes55. Tout sera donc exagéré aux États-Unis : « Nous savons que les étudiants sont, en général, des jeunes gens au sang ardent et à l’esprit frondeur. Mais, tout de même, ceux de Boston et de Detroit exagèrent, dans leurs manifestations56. » L’exagération, c’est aussi celle de la violence de la prohibition : « les adversaires du régime sec, exacerbés par la privation de leur liquide favori, se livrent parfois à des incartades d’une violence que les pays humides ne connaissent pas57. » On retrouve là une antienne du fait divers, bien antérieure aux années 1930 – c’est-à-dire la comparaison des mœurs criminelles d’un climat à l’autre58 ; elle permet de faire de la ligne, comme dans cette critique de cinéma signée Dantin, et publiée dans Police Magazine :

La Bande des huit reflets est un film américain aussi peu policier que possible, encore que nous nous trouvions en présence d’une demi-douzaine de bandits gentlemen dont les aventures audacieuses mériteraient que la police s’occupât d’eux avec plus de vigilance. Mais l’auteur n’a voulu nous montrer que ces grands malfaiteurs dans l’exercice de leur métier, et il a négligé de les mettre en lutte avec leurs adversaires naturels, les détectives de tous grades.

En Amérique, un tel scénario doit paraître très vraisemblable, si nous en croyons les récits qui nous ont été faits des exploits des bandits de Chicago ; en France, il est déconcertant : question de latitude. Nous ne pouvons pas voir ici avec les mêmes yeux que les Américains habitués à toutes les turpitudes59.

35 Le discours « climatique » – question de latitude – est ici repris par le journaliste en charge des critiques cinématographiques, signe sans doute qu’il est tout à fait commun, à toutes les rubriques, et qu’il flatte l’opinion publique de l’époque. L’exotisme consiste dans ces derniers cas à faire de l’exagération – par exemple toutes les turpitudes – une donnée typiquement américaine. De façon parfois plus humoristique, ou plus satirique, les journalistes se moquent de ces spécificités américaines, dont ils pointent les bizarreries : « Ces américains, tout de même ! » ; « On se distrait comme on peut en Amérique », « Les Américains ne font pas les choses à moitié quand ils s’y mettent », « il ne faut pas s’étonner des originalités américaines », « il est vrai que des aventures semblables arrivent seulement en Amérique »60. Ces petites phrases, souvent simples syntaxiquement, au présent de vérité générale, constituent majoritairement des clausules de récit, des évaluations finales toutes équivalentes, et qui deviennent des automatismes journalistiques – de même pour « en Amérique, car cela ne saurait se passer ailleurs, n’est-ce pas61 ? », avec en plus ici l’appel à l’approbation du lecteur qui, à force de lire pareilles évaluations, ne peut que convenir de leur vérité avec le journaliste qui s’adresse à lui.

36 Mais bien souvent, les journalistes n’ont même plus besoin de dire en quoi consiste exactement la bizarrerie américaine. La spécificité civilisationnelle des États-Unis devient implicite dans des expressions comme « Fait-divers bien américain » en tête d’article, « séducteur cent pour cent américain », « D’éminents criminologistes – américains, bien entendu62 ! », etc. L’adjectif américain est d’ordinaire relationnel : il établit un rapport entre le nom dont il est épithète, et un autre nom, américain correspondant à de l’Amérique (le crime américain, par exemple) – l’adjectif policier est également relationnel dans la critique cinématographique citée plus haut (film policier). Or dans les cas étudiés, les adjectifs relationnels deviennent qualificatifs : ils n’expriment plus seulement le rapport géographique, mais les propriétés, gradables (avec aussi peu, bien, cent pour cent), des noms qualifiés, en référence à un type aisément identifiable : est américain ce qui se situe aux États-Unis, mais aussi, par le passage du relationnel au qualificatif, ce que connotent les États-Unis – la violence des gangsters, les danseuses vénéneuses, les exécutions sauvages, les policemen zélés, le gigantisme des villes. Écrire américain au début des années 1930, c’est donc convoquer les topoï de cette représentation journalistique ; c’est, en somme, du journalisme facile, qui flatte le lecteur dans le sens de ce qu’il lit par ailleurs, et qui permet de broder à loisir sans rien avoir à justifier63.

  • 64 Et contrairement à Police Magazine, que je citais uniquement jusqu’ici dans la mise à distance crit (...)

37 Mais la référence au crime américain est bien souvent, cette fois-ci dans Détective64, envisagée dans une perspective méta-journalistique, qui ironise sur ces lieux communs. La distance que prennent les reporters français avec la bizarrerie et l’exagération américaine se lit par exemple dans cette chronique de Marius Larique :

Lundi. Les bandits belges sont aussi bêtes que les bandits français, que les bandits des autres pays, et c’est heureux pour les honnêtes gens. À en croire les relations de certains journalistes, seuls feraient exception les « gangsters » américains, mais ils sont si loin de nous qu’on a de la peine à les prendre au sérieux. Ils ne relèvent pas de l’histoire mais des histoires de brigands, et leurs exploits sont plus mythiques que réels. Revenons à Bruxelles. […]65

  • 66 Les gangsters nourrissent la fiction tout autant que la fiction nourrit les gangsters… Détective ne (...)

38Le terrain du journaliste de Détective, ce sont les bandits belges, français, d’autres pays, et pas seulement américains ; ces derniers en effet ne lui permettent pas d’exercer pleinement sa plume personnelle, car sur ce sujet elle trempe dans la même encre que toutes les autres. Il faut ainsi se distinguer de « certains journalistes », qui établissent les gangsters en exception, quand pour Larique ils n’ont rien que de commun dans les discours qu’on tient sur eux (le discours de l’exception, partout repris, devient rebattu). Le journaliste de Détective met ainsi en évidence la distance, géographique mais aussi civilisationnelle, le « de nous » englobant l’auteur et le lecteur, c’est-à-dire le Français. Les gangsters ne sont pas des criminels que les Français peuvent prendre au sérieux : ils n’y sont pas confrontés d’une part, d’autre part ils paraissent irréels. La catégorie du « sérieux » renvoie à l’ethos du magazine, qui entend montrer dans des reportages documentés, en immersion, le quotidien du crime, rapporté à sa source même. Ainsi Larique renvoie la modernité des gangsters à une époque antérieure, celle des « brigands » : à la distance géographique et civilisationnelle, il ajoute la distance temporelle, ultime façon de cantonner les gangsters à des histoires de fiction66.

39Les deux stratégies concomitantes mais parfois contradictoires adoptées par les journalistes français pour rendre compte du crime américain dans Détective et Police Magazine consistent donc, d’une part, à mettre en scène la proximité avec une source américaine digne de confiance ; et d’autre part, dans le même temps, à mettre à distance la fascination pour les États-Unis grâce à la confrontation avec le modèle journalistique et culturel européen : en somme, il faut paraître proche (de l’information), et en même temps lointain (dans le jugement que l’on porte sur elle). Cette proximité et cette distance ne sont pas si contradictoires puisqu’elles ne portent effectivement pas sur le même objet : la volonté affichée de conserver une spécificité « française » face aux nouvelles américaines dans la rédaction des deux magazines passe volontiers par une médiation souvent satirique de l’information d’outre-Atlantique. Or cette posture ne détruit pas la proximité, tout aussi affichée, avec les sources américaines, car cette proximité est plus fictive que réelle : les informations donnent l’illusion d’être saisies immédiatement, mais ce n’est jamais qu’une construction, parfois non dénuée d’humour, qui se nourrit autant des agences de presse que des fictions sur l’Amérique, et d’une distance des journalistes des deux magazines. Si bien que l’expertise criminelle que Police Magazine et Détective laissent paraître sur les États-Unis souvent ne tient guère : leurs sources ne résistent pas à l’examen. En revanche, une forme d’expertise vient se loger dans le regard porté par Détective sur le crime américain : c’est une expertise méta-journalistique, dans la façon de considérer les mythes lointains, en en appelant à la connivence des lecteurs. Si « Détective sera romancier67 », pour autant il ne s’en laisse pas conter.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Authier-Revuz Jacqueline, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, t. I, Paris, Larousse, 1995.

Chabrier Amélie et Thérenty Marie-Ève, Détective, fabrique de crimes ? Le grand hebdomadaire des faits divers, Nantes, Joseph K., 2017.

Gonon Laetitia, Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du xixe siècle, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2012.

Maingueneau Dominique, Analyser les textes de communication, Paris, Armand Colin, 2012.

Maingueneau Dominique, « Retour critique sur l’ethos », Langage et société, n° 149, 2014/3, p. 31-48.

Maza Sarah, « “The Bastard Child of a Noble House”: Détective and middle-class culture in interwar France », in Charles Walton (dir.), Into Print. Limits and Legacies of the Enlightenment: essays in honor of Robert Darnton, University Park: Pennsylvania State University Press, 2011, p. 32-49.

Moirand Sophie, Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, PUF, 2007.

Rabatel Alain, Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, t. I : « Les points de vue et la logique de la narration », Limoges, Lambert-Lucas, 2008.

Haut de page

Notes

1 Voir dans ce dossier l’article de Matthieu Letourneux sur les modalités de réception : « Sérialité générique, modes de consommation et question de vérité. Le cas de Détective », 2018.

2 Voir par exemple la une du n° 8, 18 janvier 1931.

3 Un exemple parmi d’autres, Police Magazine, n° 11, 8 février 1931 : sont cités p. 5, dans le « Bloc-Notes de la semaine », Wide World, I. G. P., Inter News.

4 La scène englobante correspond au type de discours, ici journalistique. La scène générique est celle du reportage. La scénographie est mise en scène du discours, construite par le texte (Dominique Maingueneau, Analyser les textes de communication, Paris, Armand Colin, 2012, p. 77-85).

5 Paul Bringuier, « Le crépuscule du gang », Détective, n° 134, 21 mai 1931, p. 8-9.

6 Police Magazine, à l’occasion d’un article sur « La pendaison d’une femme aux États-Unis », indique aussi « (D’un de nos correspondants particuliers) », le dénommé H. C. Peacock (H. C. Peacock, « La pendaison d’une femme aux États-Unis », Police Magazine, n° 17, 22 mars 1931, p. 11). Les photographies qui accompagnent cet article viennent directement de magazines américains ou d’agences de presse, mais Police Magazine en légende une ainsi : « Voici la condamnée à mort […] bavardant gaiement avec notre confrère américain Roy L. Adams, qui assista, ainsi que notre collaborateur H. C. Peacock, à la pendaison mouvementée. » Les déterminants possessifs – « notre confrère », « notre collaborateur » – viennent là encore tisser un lien entre les journalistes américains et le journal français.

7 Sarah Maza, « “The Bastard Child of a Noble House”: Détective and middle-class culture in interwar France », in Charles Walton (dir.), Into Print. Limits and Legacies of the Enlightenment: essays in honor of Robert Darnton, University Park: Pennsylvania State University Press, 2011, p. 32-49, p. 37 : « Although most of the correspondents did actually exist and write their pieces, report from the United States were signed by the entirely fictional “Roy Pinker” », notre traduction (n. t.) supra.

8 Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective, fabrique de crimes ? Le grand hebdomadaire des faits divers, Nantes, Joseph K., 2017, p. 133. Voir aussi la p. 132 pour l’histoire de ce reporter fictif.

9 Dominique Maingueneau, Analyser les textes de communication, op. cit., p. 86-95 ; également Dominique Maingueneau, « Retour critique sur l’ethos », Langage et société, n° 149, 2014/3, p. 31-48 : « le destinataire y construit la figure d’un garant doué de propriétés physiques (corporalité) et psychologiques (caractère) en s’appuyant sur un ensemble diffus de représentations sociales évaluées positivement ou négativement, de stéréotypes que l’énonciation contribue à conforter ou à transformer » (p. 32).

10 Voir Laetitia Gonon, Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du xixe siècle, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2012, p. 112-113.

11 Alain Rabatel, Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, t. I : « Les points de vue et la logique de la narration », Limoges, Lambert-Lucas, 2008, p. 265.

12 L’exemplaire est libre d’accès à cette adresse : https://archive.org/details/TrueDetective1030

13 « Quarante coups de marteau », Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 8-10. Et plus loin, pour bien rappeler l’autorité qui conduit l’enquête et le récit : « – Voici la cellule, chef Biscailuz – me dit un gardien empressé. »

14 Alain Rabatel, Homo narrans, t. I, op. cit., p. 266.

15 « L’énigme des ailes », Détective, n° 118, 29 janvier 1931, p. 8-9.

16 L’accès à une source américaine proche du drame est d’ailleurs bien ce que laisse supposer la dernière de couverture de Détective (ibid., p. 16). Elle consiste en une photographie ainsi légendée : « (pages 8 et 9, avec l’autorisation de Lindbergh, nos révélations sur ce drame inconnu en Europe) ». Ainsi, d’une part le journal fait croire à ces lecteurs potentiels qu’il a obtenu de lui-même l’autorisation du célèbre aviateur, avec lequel il aurait négocié l’histoire, et d’autre part affirme que Détective est à la pointe de l’information criminelle, puisque elle rend compte d’un événement inédit, « inconnu en Europe ».

17 « Le docteur assassin », Police Magazine, n° 8, 18 janvier 1931, p. 8-11, et « Le crime d’un ancien champion du monde », Police Magazine, n° 25, 17 mai 1931, p. 8-9. Henry Musnik est un habitué de l’adaptation américaine : il a également « traduit » l’ouvrage d’Emanuel H. Lavine, Le Troisième degré, méthodes de la police américaine, Gallimard, « les documents bleus », 1933. C’est de cet ouvrage qu’il tire sa série sur le « grilling » parue dans Détective (voir par exemple l’épisode 5, « Sans douleur », dans le n° 217, 22 décembre 1932, p. 14).

18 D’où la couverture du n° 22 de Police Magazine du 26 avril 1931, « La vérité sur Jeanette Mac Donald », renvoyant aux pages 8-9-10 de l’hebdomadaire.

19 « Maurice Privat retrouve Jeanette Mac Donald », Police Magazine, n° 31, 28 juin 1931, p. 10.

20 Par exemple dans Police Magazine, n° 11, 8 février 1931, p. 8-9, « Le fléau des bas-fonds américains : la drogue » : on lit « C’est grâce à des renseignements fournis à un de nos collaborateurs par Frank Donolhue, expert en narcotiques, appartenant à l’administration des États-Unis, que l’article suivant a été écrit. Sa documentation sensationnelle sera appréciée de nos lecteurs. » Ce Frank Donohue est ensuite cité dans l’article comme « l’expert de New-York ». Or il a fait paraître des articles dans True Detective Mysteries, par exemple en novembre 1929 (p. 62) : « Mr. Donohue, who is one of the foremost narcotic experts in this country, related in September and October True Detective Mysteries, some of the astounding methods used by the gigantic drug smuggling rings to elude the vigilance of customs inspectors and narcotics agents », etc.

21 Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat, René Rioul, Grammaire méthodique du français, PUF, 2014, p. 921. Voir surtout Jacqueline Authier-Revuz, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, t. I, Paris, Larousse, 1995, p. 31.

22 Avec les guillemets, « l’énonciateur se contente en effet d’attirer l’attention du co-énonciateur sur ce mot, mais il lui laisse le soin de comprendre pourquoi il attire ainsi son attention, pourquoi il ouvre ainsi une faille dans son propre énoncé » (Dominique Maingueneau, Analyser les textes de communication, op. cit., p. 182).

23 André Charles, « Du flirt au crime », Police Magazine, n° 25, 17 mai 1931, p. 10.

24 Roy Pinker, « Concussion », Détective, n° 116, 15 janvier 1931, p. 3.

25 Pour une définition de l’interdiscours, voir par exemple le Dictionnaire d’analyse du discours, Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau (dir.), Paris, Seuil, 2002, p. 324-326 : « on appelle aussi “interdiscours” l’ensemble des unités discursives (relevant de discours antérieurs du même genre, de discours contemporains d’autres genres, etc.) avec lesquelles un discours particulier entre en relation implicite ou explicite. » Sophie Moirand explique qu’il y a une grande « diversité des formes » de « l’interdiscursivité suggérée », entre « l’hétérogénéité “représentée” (l’intertexte) et l’hétérogénéité “clandestine” (l’interdiscours) qui se glisse, parfois à l’insu du locuteur » (Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, PUF, 2007, p. 107).

26 Roy Pinker, « Concussion », Détective, n° 116, 15 janvier 1931, p. 3.

27 « Incendiaires professionnels », Police Magazine, n° 16, 15 mars 1931, p. 4.

28 « La drogue : le fléau des bas-fonds américains. Deuxième partie », Police Magazine, n° 12, 15 février 1931, p. 8-10.

29 « Concussion », Détective, n° 116, 15 janvier 1931, p. 3, et « Aux griffes de la peur », Détective, n° 129, 16 avril 1931, p. 12-13, deux articles de Roy Pinker.

30 Roy Pinker, « Concussion », Détective, n° 116, 15 janvier 1931, p. 3. En 1930, Geo London publie un reportage sur les gangsters de Chicago où il raconte entre autres sa rencontre avec Al Capone, qui lui aurait dit : « J’aimerais mieux partager mon breakfast avec un pigeon qu’avec eux. / – Avec un pigeon ? / Mon guide intervient alors et m’explique qu’un pigeon est, en argot de gangster, un indicateur » (Geo London, Deux mois avec les Bandits de Chicago, Paris, édition des Portiques, 1930, p. 105). On a d’ailleurs coutume de considérer que pour scénariser Tintin en Amérique, Hergé s’était surtout inspiré d’un numéro spécial du Crapouillot sur les Américains (octobre 1930) et de Scènes de la vie future de Georges Duhamel (1930) : voir Pierre Assouline, Hergé, Paris, Gallimard, Folio, 1998, p. 91-92. Mais le reportage de London, datant également de 1930, contient de nombreux détails qu’Hergé est susceptible d’avoir empruntés : Geo London qui avait précédemment voyagé dans la « Russie des Soviets » (p. 7), utilise – avant Hergé dans sa bande dessinée – le mot anglais outlaw (p. 63), emploie de la même façon, en fin de phrase, l’expression in the world (p. 83 et 250) comme les lobbyistes d’Hergé, ou mentionne une rémunération d’un grand pour tuer quelqu’un, jugée un peu chère (« Un grand, c’est mille dollars », p. 181) : le tueur à gages de Tintin en Amérique se fait payer « le tarif habituel […] “un grand” (1) » – et la note, très rare dans les albums d’Hergé, explique : « (1) Mille dollars », somme par ailleurs avancée également par Détective pour ce type de contrat (n° 128, 9 avril 1931, p. 2, « Partout, Pour tous », « Syndicat de “Tueurs” ») : de la circulation des discours sur les gangsters au début des années 1930...

31 Par exemple « Bloc-Notes de la Semaine » : « L’homme qui était tombé en dernier lieu sous les balles de Cromley était le policeman Fredrick Hirsch. (W. W.) », Police Magazine, n° 27, 31 mai 1931, p. 5. Ou Paul Bringuier, « Le crépuscule du gang », Détective, n° 134, 21 mai 1931, p. 8-9 : « L’agent abattu, le Patrolman Fred Hinls était bien mort […] En quelques minutes la maison fut pleine de policemen, mais les bandits tiraient par la fenêtre et à travers la porte. »

32 « Vite ! Vite ! Policeman ! Je viens de faire prisonniers Al Capone et deux de ses complices », s’exclame par exemple Tintin devant un policeman dubitatif dans Hergé, Les Aventures de Tintin, reporter du « Petit Vingtième », en Amérique, publiées en feuilleton très peu de temps après les numéros que nous étudions (du 3 septembre 1931 au 20 octobre 1932).

33 « Quand les prisonniers américains voyagent », Police Magazine, n° 30, 21 juin 1931, p. 2 : « Les policiers yankees passent pour les plus durs du monde, comme le régime des prisons américaines, avec leur “grilling”, comme le plus férocement répressif qui soit ! ». Et « Crucifié et enterré vif », Détective, n° 121, 19 février 1931, p. 2 : « Les énergumènes ont été arrêtés et, après un “grilling” en règle, ont avoué leur stupide et cruel méfait. »

34 Définition du Trésor de la langue française informatisé, qui donne 1913 pour l’apparition en français du sens « danseuse de music-hall ».

35 Ashton Wolf, « Le bond de la mort », Détective, n° 129, 16 avril 1931, p. 11 ; ou « Quarante coups de marteau », Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 8-10. Si girl désigne la danseuse de music-hall, boy lui ne renvoie qu’à son sens premier en anglais : « Ce malheureux “boy” – un excellent élève – mourut soudain aux suites d’une brusque et terrible attaque cardiaque » (C. G., « Une curieuse affaire de cœur », Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 11).

36 « Le prix d’une grossièreté », Police Magazine, n° 17, 22 mars 1931, p. 14.

37 Roy Pinker, « La Ford tragique », Détective, n° 119, 5 février 1931, p. 7.

38 « Un saboteur de dirigeable », Police Magazine, n° 31, 28 juin 1931, p. 2, : « Qui s’enfuit, à la lisière du bois ? Hands up ! (Haut les mains !) »

39 « Le Docteur assassin », Police Magazine, n° 8, 18 janvier 1931, p. 8-11. Le coupable avoue : « Je lui dis qu’il valait mieux cesser de nous voir, dans notre intérêt mutuel. / “All right ! répondit-elle. Mais je sais alors ce qu’il me reste à faire !” »

40 Hergé, Les Aventures de Tintin, reporter du « Petit Vingtième », en Amérique, op. cit. : Tintin dit « Hands up ! » à un gangster qui a pénétré dans sa chambre d’hôtel et qu’il surprend à revers. Et un policeman qui a recueilli Tintin et Milou derrière lui sur sa moto dit en s’élançant : « All right ! ».

41 Voir par exemple Hergé, Tintin en Amérique, op. cit., où un vendeur de journaux crie : « CHICAGO TRIBUNE !... Deux gangsters capturés par un jeune reporter !... Nombreux détails !... Révélations sensationnelles !... Demandez le Chicago Tribune !... ». Ou du même, dans L’Île Noire, qui paraît en 1938, Tintin s’adresse ainsi aux autorités par la radio : « Ici Tintin, reporter. Je suis à l’Île Noire, au large de Kiltoch. J’ai capturé une bande de faux-monnayeurs. Pouvez-vous m’envoyez du renfort ? ».

42 « Les étudiants américains vont fort ! », Police Magazine, n° 29, 14 juin 1931, p. 7.

43 Roy Pinker, « La Ford tragique », Détective, n° 119, 5 février 1931, p. 7.

44 C’est le cas également dans la traduction, adaptée au goût du public français : Police Magazine use ainsi souvent des substantifs gredin ou chenapan comme équivalents de bandits ou gangsters, alors que ce sont des termes assez plaisants, et que l’on attribue surtout à de jeunes gens qui se pavanent ou jouent des tours, mais pas forcément qui tuent des gens. Par exemple « Ces sept chenapans de Chicago, dont l’attitude cynique est caractéristique, ont assailli M. George Wittbrod et après l’avoir terrassé l’ont attaché sur la croix du cimetière de Saint-Nicholas, pour le frapper et même le torturer. Ils ont été arrêtés et vont passer en jugement. (Inter News.) » (« Bloc-Notes de la semaine », Police Magazine, n° 13, 22 février 1931, p. 5.)

45 « La couleur des yeux et l’héritage de 25 millions », Police Magazine n° 29, 14 juin 1931, p. 2.

46 Ce ne peut être également qu’aux États-Unis qu’un journaliste « entreprit un voyage de plus de six mille kilomètres (une distance égale à celle de New-York à Paris par la voie maritime) » (« Quarante coups de marteau », Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 8-10) : là encore, le reporter de Police Magazine illustre la distance pour les lecteurs français, grâce à la parenthèse.

47 « Le fléau des bas-fonds américains : la drogue », Police Magazine, n° 11, 8 février 1931, p. 8-9.

48 « Quarante coups de marteau », Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 8-10.

49 Ashton Wolf, « Le bond de la mort », Détective, n° 129, 16 avril 1931, p. 11.

50 « Le docteur assassin », Police Magazine, n° 8, 18 janvier 1931, p. 8-11. Voir aussi par exemple « Une Chance sur soixante-quatre millions », Police Magazine, n° 29, 14 juin 1931, p. 14 : « La “victime” était un garçon athlétique, râblé, au regard malin, qui présentait cette particularité, spéciale habituellement aux Hottentots, d’avoir la tête en pain de sucre. (On trouve aussi chez nous, dans les Pyrénées, sous le nom de “déformation ariégeoise”, ce type de crânes, obtenu de façon systématique par un bandage serré au-dessus des oreilles des nouveau-nés, entre deux et six mois. »

51 Voir aussi par exemple, dans le fil d’un article sur la fusillade qui permet d’arrêter Rudy Duninger et Francis Crowley : « Une foule énorme avait suivi, maintenue par des barrages, cette étonnante bataille qui rappelle notre fameuse affaire Bonnot » (Paul Bringuier, « Le crépuscule du gang », Détective, n° 134, 21 mai 1931, p. 8-9).

52 « Les Bruits de New-York », Détective, n° 119, 5 février 1931, p. 2.

53 « Comment on analyse scientifiquement une écriture », Police Magazine n° 27, 31 mai 1931, p. 2.

54 Par exemple : Roy Pinker, « La Ford tragique », Détective, n° 119, 5 février 1931, p. 7 : « Bien que la capitale des États-Unis d’Amérique soit à la même latitude que la Sicile ou l’Andalousie, une matinée d’avril dans la banlieue de Washington n’a pas la douceur ensoleillée de la même heure sous les palmiers espagnols d’Elche ou sur la rive de Messine. »

55 Sarah Maza montre d’ailleurs comment Détective rapproche l’exotisme et la cruauté des États-Unis : « Vers 1930, le magazine, reflétant une tendance plus large de la culture française, met l’accent sur les États-Unis, de plus en plus représentés comme le décor d’une cruauté exotique. Plusieurs articles aux signatures américaines détaillent les horreurs du lynchage, symptôme de la violence inhérente à l’âme américaine […]. Même la justice criminelle officielle des États-Unis était, selon le magazine, minée par la cruauté, des interrogatoires brutaux (connus sous le nom de grilling) à l’horreur futuriste de la chaise électrique » (Sarah Maza, « “The Bastard Child of a Noble House” », art. cité, p. 42, n. t.). Sur la critique de la justice américaine, censément incompréhensible pour des Français, voir par exemple Police Magazine, n° 27, 31 mai 1931, « Bloc-Notes de la Semaine (Suite.) », p. 16, « La fureur du condamné à mort », ou sur l’horreur du lynchage, Police Magazine, n° 17, 22 mars 1931, p. 11, « Le lynchage d’un nègre aux États-Unis ».

56 « Les étudiants américains vont fort ! », Police Magazine, n° 29, 14 juin 1931, p. 7.

57 « La prohibition n’adoucit pas les mœurs », Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 2.

58 Par exemple dans La Presse du 29 juillet 1836, p. 4, « Départements » : « La jalousie ne conduit pas au crime seulement dans les pays brûlés par le soleil » ou dans le Journal des débats politiques et littéraires, 26 avril 1851, p. 2, « Paris » : « La vengeance exécutée par Risten, sa longue et implacable haine, rappellent le caractère des peuples du Midi ; elles sont sans exemple dans nos hautes régions septentrionales ».

59 « Films policiers : la bande des huit reflets », Police Magazine, n° 22, 26 avril 1931, p. 11.

60 Police Magazine dans tous les cas, respectivement n° 29, 14 juin 1931, p. 15, « Le roman de la prisonnière » ; n° 25, 17 mai 1931, p. 16 « Bloc-Notes de la Semaine (Suite) » ; n° 19, 5 avril 1931, p. 7, « Une geôle qui devient un endroit historique » ; n° 23, 3 mai 1931, p. 12, « Bloc-Notes de la Semaine (Suite) » ; et n° 25, 17 mai 1931, p. 2 « Un bébé en gage ».

61 « La couleur des yeux et l’héritage de 25 millions », Police Magazine, n° 29, 14 juin 1931, p. 2.

62 Police Magazine dans tous les cas, respectivement n° 15, 8 mars 1931, p. 12, Jean Caron, « T.S.F. ET JALOUSIE » ; n° 25, 17 mai 1931, p. 10, André Charles, « Du flirt au crime » ; et n° 25, 17 mai 1931, p. 4, « Une curieuse expérience ».

63 Voir par exemple C. G., « Une curieuse affaire de cœur », Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 11 : le journaliste brode sur « les plus américaines des histoires » (autre usage du relationnel américaines comme qualificatif). Il invoque dans un grand pot-pourri à la fois l’inventeur du détective privé, Edgar Poe, et un auteur très prolixe de romans policiers, Edgar Wallace, qui meurt en 1932. La mention des photographies renvoie à la pratique du journalisme de Police Magazine (cet article comporte d’ailleurs des photographies qui l’encadrent), et C. G. en somme reprend tous les topoi de la nouvelle américaine à la française, tant pour inscrire son article dans une tradition que pour l’étoffer, le contenu manquant singulièrement de cœur.

64 Et contrairement à Police Magazine, que je citais uniquement jusqu’ici dans la mise à distance critique du gigantisme et de la bizarrerie américaine : cet hebdomadaire semble beaucoup moins perméable que Détective à l’ironie et à la détection des lieux communs.

65 « Film hebdomadaire, par Marius Larique », Détective, n° 115, 8 janvier 1931, p. 6.

66 Les gangsters nourrissent la fiction tout autant que la fiction nourrit les gangsters… Détective ne passe souvent pas une semaine sans évoquer le gangland, mot qui apparaît très fréquemment dans les ouvrages américains de la fin des années 1920. Voir par exemple : « La loi du Gangland est formelle » (Roy Pinker, « Aux griffes de la peur », Détective, n° 129, 16 avril 1931, p. 12-13) ou « La plus grande consternation règne dans le Gangland » (« Fisc et gangsters », Détective, n° 130, 23 avril 1931, p. 2). Or le gangland se voit décliné dans les années 1930 en de nombreux « produits dérivés », cartes satiriques, films, livres dont on fait la publicité dans les colonnes de Détective – ce serait là une autre histoire.

67 « Partout… pour tous », Détective, n° 1, 1er novembre 1928, p. 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 8, à gauche, True Detective Mysteries, vol. xiii, n° 7, octobre 1930, p. 32 et 35, à droite
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5138/img-1.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Police Magazine, n° 28, 7 juin 1931, p. 1 à gauche, True Detective Mysteries, vol. xiii, n° 7, octobre 1930, p. 37, à droite
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5138/img-2.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Police Magazine, n° 27, 31 mai 1931, p. 16, « Bloc-Notes de la semaine (Suite.) »
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Gonon, « Détective et Police Magazine à l’heure américaine (1931) », Criminocorpus [En ligne], Détective, histoire, imaginaire, médiapoétique d’un hebdomadaire de fait divers (1928-1940), Communications, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 21 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/5138

Haut de page

Auteur

Laetitia Gonon

Laetitia Gonon est maître de conférences en langue française à l’Université Grenoble Alpes. Elle travaille sur la circulation des discours criminels dans la presse et le roman du xixe siècle et s’intéresse aux romans populaires des xxe et xxie siècles. Elle a publié entre autres Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du xixe siècle (2012), « Sur la scène de crime… : enquête sur les enjeux linguistiques et stylistiques de motifs récurrents dans le thriller contemporain » (2016, co-auteurs O. Kraif, I. Novakova, J. Piat, J. Sorba), et « Du fait divers au lieu commun dans le début du Monde réel d’Aragon » (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page