Navigation – Plan du site
Communications

Les ailes du crime ou la modernité de Détective

Mélodie Simard-Houde

Résumés

Cet article propose d’étudier les diverses manifestations de l’imaginaire aéronautique dans l’hebdomadaire Détective, entre 1928 et 1939. Les représentations des aviateurs et des techniques aéronautiques y paraissent dans des rubriques et genres variés (portraits de criminels, échos internationaux, comptes rendus judiciaires, reportages fictionnalisés, articles de vulgarisation technique). Elles subissent, pour se fondre dans les rubriques et moules poétiques de l’hebdomadaire, des mutations qui renseignent sur le détournement que Détective opère à partir d’un intertexte médiatique (littéraire, cinématographique et journalistique) qui trace, en ces mêmes années, l’épopée héroïque de la conquête de l’air. Ce processus paradoxal, par lequel un objet (soit l’imaginaire aéronautique) n’ayant, à première vue, que peu à voir avec la criminalité et les faits divers est approprié par un support médiatique qui leur est dédié, permet de mettre en évidence la modernité et la force de l’unité générique (ou la « généricité ») de ce support.

Haut de page

Texte intégral

1A priori, l’avion n’évoque pas le crime. On pense spontanément à des voyages possibles, peut-être au vrombissement d’un moteur lointain qui passe dans le ciel – spectacle depuis longtemps devenu banal dans le monde d’aujourd’hui. Pourtant il fut un temps où l’avion, et tout ce qui le concernait, relevait de l’exceptionnel : la figure héroïque du pilote, la vitesse invraisemblable à laquelle l’engin nouveau franchissait l’espace, jusqu’au fait même de voler, appréhendé comme une conquête nouvelle, celle d’un élément impondérable, l’air. C’est sans doute pour partie cette exceptionnalité, associée jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à l’imaginaire aéronautique1, qui explique que celui-ci ait à voir avec le fait divers et se retrouve en des pages comme celles de Détective, le « grand hebdomadaire des faits divers » des années trente. En effet, le fait divers, que l’on remonte à ses origines dans les récits de catastrophes naturelles et d’accidents rapportés par les gazettes du xviiie siècle2 ou qu’on l’envisage spécifiquement sous l’angle du crime, concerne généralement un événement à caractère étonnant, singulier, hors du commun ; il renvoie au surgissement de l’extraordinaire dans l’ordinaire, le quotidien3.

  • 4 Comme le montrent les travaux des historiens culturels sur les représentations de l’aéronautique : (...)

2Pour autant, le caractère extraordinaire rattaché à l’aviation pionnière dans l’imaginaire collectif de la première moitié du xxe siècle est d’une étoffe fort différente de celui des faits divers criminels. Le vol, fruit du progrès technique, source d’exploits sans cesse surpassés et fleuron des nationalismes occidentaux, est habituellement connoté positivement dans les diverses productions culturelles de masse (presse, littérature et cinéma) qui diffusent discours et représentations à son sujet4. Les aviateurs pionniers sont des héros internationaux, adulés des foules, reçus avec honneurs et frénésie au terme de leurs raids – qu’on pense aux Américains Charles Lindbergh et Amelia Earhart, célèbres pour leurs traversées de l’Atlantique dans l’entre-deux-guerres, aux Français Hélène Boucher, Dieudonné Costes, Paul Codos, Antoine de Saint-Exupéry, Jean Mermoz… La liste serait longue des aviateurs qui se font connaître et célébrer, parfois tour à tour, pour leurs exploits militaires, leur travail au sein des premières lignes commerciales en déploiement dans les années 1920 et 1930, leurs raids et leurs records, leurs acrobaties aériennes, voire qui convertissent leur prestige aéronautique dans la littérature et la politique.

3Rechercher les différents visages de l’aviateur, de l’aviatrice et des techniques aéronautiques dans les pages de Détective, entre la fondation de l’hebdomadaire, en 1928, et le début de la Seconde Guerre mondiale, en 1939, est donc une prémisse qui promet des résultats paradoxaux. On peut supposer que le caractère extraordinaire de l’imaginaire aéronautique, ressaisi par un hebdomadaire de faits divers criminels, se trouve obscurci, dévoyé, modulé de manière singulière, à contrecourant des représentations et discours dominants dans la presse généraliste (celle-ci privilégiant des récits et discours à tonalités épiques et nationalistes). Cette reconfiguration à l’œuvre – car on se situe bien, ici, dans une marge de l’imaginaire aéronautique, où se déploient des constructions atypiques –, et son lien intrinsèque avec la poétique des différentes rubriques de l’hebdomadaire Détective, est le fil de la réflexion qui suit. Celle-ci montre en quoi le poids du support est susceptible d’infléchir un ensemble de représentations, de détacher ce dernier d’une série première (celle du grand récit du progrès et des exploits aéronautiques) pour l’inscrire dans une série nouvelle (celle des récits de crimes et de faits divers). En retour, l’étude de l’imaginaire aéronautique éclaire la ligne éditoriale de Détective, ses caractéristiques poétiques, ses intertextes et, surtout, le choix d’une certaine modernité médiatique dont se targue l’hebdomadaire, non sans raison. L’insertion de photographies reproduites par héliogravure, la double couverture illustrée, l’usage du reportage, la pratique du photomontage comptent en effet parmi les innovations réelles du titre, comme l’illustrent les contributions de ce dossier.

  • 5 Pour une présentation générale de ce projet, voir Mélodie Simard-Houde, « Écrivains, aviateurs… et (...)
  • 6 En effet, les peintres d’avant-garde du début du xxe siècle, comme Robert et Sonia Delaunay, des ar (...)

4Le lien qui sera mis en relief entre, d’une part, l’imaginaire aéronautique et, d’autre part, la modernité médiatique et esthétique de Détective n’est cependant pas spécifique à ce périodique. Son repérage s’inscrit dans un projet plus vaste qui se penche sur l’imaginaire aéronautique au sein de la culture médiatique des années 1890-19405. Il résulte des premières analyses de ce projet – qui ont envisagé les romans en fascicules pour la jeunesse, les rubriques et reportages aéronautiques de la presse généraliste ainsi que les collections éditoriales spécialisées en aéronautique – que les représentations du vol motorisé et des artéfacts qui y sont associés (telle la silhouette caractéristique de l’avion) offrent souvent un caractère réflexif. Elles servent en effet aux différents médias à exprimer, de manière symbolique, leur propre modernité, un constat que l’on retrouve également dans le champ de l’avant-garde artistique6 et qui se décline de manières variées selon le média envisagé.

5Dans le cas de Détective, les représentations de l’aéronautique peuvent être divisées en quatre grands ensembles, qui présentent tous des facettes différentes de la modernité de l’hebdomadaire, de sa poétique et des sujets qu’il se propose d’envisager, soit : une modernité spatiale, avec la constitution de l’avion comme lieu et instrument hétérotopique du crime moderne ; une modernité technique du crime et de sa répression, rendue visible par la fonction de vulgarisation dont s’investit le périodique ; une modernité médiatique, car le récit de crime se montre en prise sur un intertexte journalistique et cinématographique contemporain ; enfin, une modernité politique, qui travaille les inquiétudes des années trente. Chacun de ces ensembles déploie par ailleurs les innovations poétiques que constituent alors le reportage fictionnalisé et le photomontage.

Aviation, déterritorialisation et modernité criminelle

  • 7 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, coll. L’univers historique (...)

6L’imaginaire criminel présente une topographie qui, comme Dominique Kalifa l’a montré7, convoque de manière privilégiée certains lieux (bouges, cours des Miracles, asiles de nuit, bagnes, prisons ; topoï des bas-fonds tous abondamment exploités dans les reportages de Détective). Vis-à-vis d’eux, l’avion a la particularité de ménager un double écart ; il déterritorialise doublement l’activité criminelle, d’abord car il se caractérise par sa fonction de mobilité, ensuite parce qu’il n’est pas associé à une descente (comme plusieurs lieux des bas-fonds), mais au mouvement inverse d’élévation.

  • 8 Par exemple : J. Guyon-Cesbron, « Les écumeurs du rail », no 174, 15 février 1932, p. 4-5.
  • 9 Maurice Leblanc, L’Arrestation d’Arsène Lupin, Je sais tout, no 6, 15 juillet 1905, p. 708-714.

7La première caractéristique lui revient en partage avec les autres moyens de transport traditionnellement associés au récit de crime, à l’instar du train (présent dans les faits divers du xixe siècle comme dans les romans d’Émile Gaboriau et perdurant jusque dans Détective8), du paquebot (on peut penser à la nouvelle de Maurice Leblanc, L’Arrestation d’Arsène Lupin, qui se déroule dans le huis-clos d’un paquebot en voyage9) ou encore, plus récemment, de l’automobile (instrument principal, rappelons-le, de la bande à Bonnot en 1911-1912). Les moyens de transport fournissent à la fois la scène de crime (en huis-clos) et le moyen du crime ; laissés derrière, comme l’automobile après la fuite, ils constituent en outre des indices.

Détective, no 5, 29 novembre 1928, p. 4.

Criminocorpus/ Bilipo 

  • 10 Dominique Kalifa, Les bas-fonds, op. cit., p. 291.
  • 11 Ibid., p. 293.
  • 12 Ibid., p. 295.

8L’automobile, évoquée dans une manne d’articles de l’hebdomadaire, est dès le début du xxe siècle associée à l’émergence d’une nouvelle figure de criminel, malfaiteur aristocratique, élégant, associé à la technique moderne (transports, communications, armes). Comme Dominique Kalifa le souligne, une « nouvelle esthétique du truand nippé, sapé10 » naît alors, liée à l’essor de la prostitution internationale et du trafic de stupéfiants. Dans les années vingt et trente, on remarque le renforcement de cette évolution de la criminalité (et des représentations qui y sont associées) : les « aristocrates du crime » présentent des relations avec des personnalités du monde politique ou des affaires, phénomène qui s’accompagne d’une rupture avec la symbolique des bas-fonds sociaux (les criminels, désormais, se font « policés, politisés, civilisés11 »). Cela s’accompagne d’une mutation des lieux et des pratiques, avec « de nouveaux trafics plus mobiles et plus internationaux qui tendent à déterritorialiser les activités criminelles12 ».

  • 13 Gaston Rub, « Grand procès. Un flibustier de haut vol : Éloi Roissier », Détective, no 22, 28 mars (...)
  • 14 Id. Roissier est qualifié d’« aventurier de grande envergure ».
  • 15 Tel Werner Brandeis, aviateur et sportsman allemand, arrêté en janvier 1939 pour diverses activités (...)
  • 16 Voir le cas fort médiatisé de Serge de Lenz, « Arsène Lupin de l’entre-deux-guerres » à qui Détecti (...)

9L’essor du crime en avion participe pleinement de ces mutations de l’imaginaire criminel de par la technicité, la mobilité accrue, le caractère aristocratique et spectaculaire que l’avion y introduit. L’usage de l’avion revient en effet de manière récurrente dans la construction d’une série de figures aristocratiques, autant de déclinaisons du type du criminel moderne usant des derniers moyens techniques à sa disposition. Plusieurs articles de Détective relevant d’un sous-genre qu’on pourrait nommer la biographie ou le portrait de criminel – sorte de petit roman policier en puissance mais présenté comme une « histoire vraie » – retracent ainsi les destins fabuleux d’escrocs internationaux. Des images antérieures comme celles du flibustier13, de l’aventurier14, du sportsman15 et du gentleman cambrioleur16, polyglotte et globetrotter, sont reprises et adaptées à la voie des airs.

H. B., « Un maître de la carambouille »

H. B., « Un maître de la carambouille »

Détective, no 538, 16 février 1939, p. 8-9.

Criminocorpus/Bilipo

10Pour chaque criminel, l’avion constitue un moyen de déplacement et/ou de fuite, signe d’un grand train de vie, d’une image flamboyante prolongée par la fréquentation des palaces à la mode et des personnalités du monde des affaires, que les articles ne manquent pas de mentionner. Les principaux crimes associés n’ont rien de sanglant mais consistent plutôt en escroqueries, vols, activités de contrebande et usages de faux. L’avion y est un jouet pour malfaiteurs prestigieux, signe de la modernité de l’activité criminelle, faste, mobile et internationale. On remarquera aussi, dans la double page précédemment insérée, l’usage du motif de l’hélice dont les pales et la forme arrondie structurent le photomontage, signalant la convergence des modernités esthétique et criminelle dans l’hebdomadaire.

  • 17 Publiée à partir du no 51, 17 octobre 1929.

11Dans un registre plus sérieux, l’aviation est aussi présentée comme le moyen d’une forme nouvelle de trafic international de stupéfiants. C’est ce dont fait état Emmanuel Bourcier dans une série intitulée Les secrets de la contrebande17. Le reporter choisit de consacrer la toute première livraison de son reportage à la contrebande par avion (alors que la deuxième, par exemple, est dédiée à la contrebande automobile). Bourcier relate son enquête à l’aérodrome de Saint-Inglevert, un important port aérien de France. L’indiscret reporter, qui se met en scène en train de « renifler » les lieux, observe le passage d’avions venus « d’Angleterre, de Belgique ou de Hollande », décrit le travail du douanier Rigobert, qu’il juge insuffisant à la tâche. Bourcier clôt la livraison avec un épisode peut-être fictionnalisé (selon une pratique assez courante de Détective) : le soir venu, il observe une manœuvre louche grâce à un guide anonyme. Couché dans l’herbe, il voit un avion allemand atterrir à proximité, mais sans être aperçu du douanier, ouvrir sa carlingue et remettre un paquet, avant de rouler paisiblement vers les hangars où Rigobert arrive – trop tard – pour inspecter l’avion criminel.

12Le motif de la contrebande en avion, qui réactive en le modernisant un type de crime associé auparavant aux transports routiers et maritimes, est un sujet récurrent de reportage dans les années trente, associé à des bandes internationales opérant entre l’Europe et l’Asie, au gré de divers relais18. Il affirme l’imaginaire de la pègre internationale et de ses bandits-hommes du monde, cosmopolites, riches propriétaires ou tenanciers aux fausses identités. Dans un autre registre, l’avion (comme le zeppelin) peut aussi être le moyen de transport de passagers clandestins19.

  • 20 Ainsi d’une contravention reçue par un pilote volant à trop basse altitude au-dessus de Paris. « Le (...)
  • 21 Paul Bringuier, « Tragédies de Noël », Détective, no 165, 24 décembre 1931, p. 8-9.
  • 22 Comme l’a montré Guillaume Pinson en étudiant les magazines aériens destinés aux passagers. Guillau (...)

13Cependant, le fait divers, dans sa définition originelle, rappelons-le, ne concerne pas que le crime ; il renvoie, en plus des récits de crimes et de délits, aux accidents et aux catastrophes naturelles. Détective garde la trace ténue de cette histoire du fait divers : on retrouve ainsi diverses mentions d’accident d’avion et de petites transgressions de la législation du vol20, notamment dans la rubrique judiciaire des « Petites causes » ou dans les articles compilant une mémoire médiatique du fait divers. Paul Bringuier, par exemple, raconte, dans un article rassemblant quelques « Tragédies de Noël », comment tous les passagers de la ligne Paris-Londres sont morts carbonisés, le 25 décembre 192421. De tels récits d’accidents d’avion rappellent que celui-ci est encore perçu comme un moyen de transport inquiétant, au potentiel tragique. En contrepartie, dans les années trente, les premières compagnies commerciales placent d’ailleurs l’accent de leurs campagnes publicitaires sur la sûreté du vol22. Or, Détective, pour sa part, semble se complaire à exploiter le caractère dangereux de l’aviation et à le prolonger, des simples accidents, vers le domaine plus anxiogène des actes troubles et des émotions macabres. Cela se vérifie dans les nombreux articles construits autour du topos du suicide en avion.

  • 23 Marius Larique, « Les dieux d’argile », Détective, no 178, 24 mars 1932, p. 12-13.
  • 24 Celui-ci se trouve d’ailleurs éventé dans une livraison subséquente où Emmanuel Car explique que Lo (...)

14Le cas du Belge Loewenstein en constitue un bon exemple : en mars 1932, un article de Marius Larique23 évoque divers cas de suicides de grands financiers ; il revient en premier lieu sur la mort de Loewenstein, survenue le 3 juillet 1928 à bord de l’avion privé de ce dernier. L’affaire n’est pas claire : Loewenstein se serait soit suicidé, soit trompé de porte en allant aux toilettes, laisse entendre Larique. Ce type de discours alambiqué qui laisse planer une ambigüité sur les faits n’est pas isolé dans Détective ; il est propre à exploiter, sans s’embarrasser longuement de soucis éthiques, le potentiel sensationnel d’une affaire. Aux hypothèses du suicide et de l’erreur fatale, Larique ajoute encore celles du crime et de la fuite en parachute. Le corps toutefois a été retrouvé dans la Manche. Les médecins légistes ont conclu à un accident mais Larique, lui, n’y croit pas, au bénéfice du mystère24

15En 1935, un autre fait divers, relaté par John Berby, rapporte l’histoire de deux sœurs jumelles américaines, intrépides, menant une vie mondaine et dépensière à Londres, amoureuses de deux aviateurs. Après une brève idylle, comble de malheur, les deux hommes meurent dans un accident d’avion. Peu après, les jumelles entreprennent un suicide commun, en sautant d’avion : « Comme les anges rebelles précipités du ciel pour en avoir envié la possession, les insatiables petites filles ont terminé tragiquement leur rêve aventureux25 », conclut Berby.

John Berby, « La chute des “anges” »

John Berby, « La chute des “anges” »

Détective, no 33, 28 février 1935, p. 11.

Criminocorpus/Bilipo

  • 26 Voir l’étude synthétique de Patrice Gourdin qui insiste sur la prégnance des intrigues sentimentale (...)
  • 27 Albert Soulillou, « Machines de mort », Détective, no 366, 31 octobre 1935, p. 14.

16Ce court récit, appuyé par un photomontage vertical qui matérialise la chute des « anges rebelles », condense, d’une part, plusieurs éléments topiques de l’imaginaire aéronautique tel qu’on le retrouve dans la littérature et le cinéma contemporains26, avec l’image de l’aviateur en séducteur, en gentleman qui a partie liée avec la vie mondaine. Cependant, il infléchit – comme les autres récits de suicide – ces éléments matriciels vers quelque chose de plus inquiétant, où le vol devient libérateur de pulsions sexuelles, criminelles et dépensières. L’avion serait-il une « Machine de mort », comme l’indique Albert Soulillou27 ? Ce dernier propose en effet une « histoire tragique de l’aviation » dans la deuxième livraison d’une série sur les liens de tout genre entre faits divers et technique. L’avion y est associé à un vertige existentiel, une attirance du vide, une psychose « encore inconnue des mortels peu habitués […] à voler ». Revenant sur le cas Loewenstein, Soulillou décrit le ciel comme une « zone de mort réservée aux élites financières et industrielles », propice au développement d’une « psychologie de l’aviateur » liée à l’usage de la machine et à l’espace qu’elle permet de découvrir.

17Un tel discours, et les exemples qui précèdent, illustrent le caractère hétérotopique de l’espace aéronautique au sein des lieux du crime. On pourrait croire que l’avion ne fait, en ce sens, que rejoindre les moyens de transports antérieurs : le train aussi était associé, à la fin du xixe siècle, à un phénomène que les psychologues américains ont nommé la « railway spine » (atteinte de la moëlle épinière supposément liée aux secousses du roulement). Il est vrai que l’avion, d’un certain point de vue, ne fait qu’actualiser dans les années trente la topique du crime en mobilité. Cependant il présente un caractère exceptionnel et élitiste plus marqué que les autres moyens de transport, qui tend à le spécifier, à lui asséner la première place des lieux du crime extraordinaire, et à l’ériger en signe de la modernité criminelle des années trente.

Détective, historien des techniques policières aéronautiques

18« Il faut bien le dire, la police ne possède que des moyens rudimentaires pour faire la chasse aux malfaiteurs. Ces derniers ont des automobiles tandis que les agents n’ont que des motocyclettes28. » En 1931, cette complainte d’un « correspondant particulier » de Détective écrivant depuis Lille rappelle que le progrès technique des criminels appelle une modernisation des méthodes policières ; suivant cette logique, la criminalité en avion appelle les forces de l’ordre en avion. On retrouve ainsi une certaine insistance dans Détective sur les innovations et les premières de la police aérienne. L’invention de la brigade aérienne, par exemple, est présentée comme une innovation américaine ; elle participe de l’imaginaire de l’Amérique en terre du gangstérisme moderne au tournant des années 1920 et 1930.

« Le premier agent de la police aérienne, Edward Clarke, chargé de poursuivre les aviateurs qui violent les règlements de l’air ». « À travers le monde »

« Le premier agent de la police aérienne, Edward Clarke, chargé de poursuivre les aviateurs qui violent les règlements de l’air ». « À travers le monde »

Détective, 14 février 1929.

Criminocorpus/Bilipo

19Le motif apparaît pour la première fois en février 1929 dans la rubrique « À travers le monde », qui collige diverses brèves internationales, avec l’insertion de cette photo fournie par l’agence Wide World. Il en va de même de la « première arrestation dans les airs », qui serait, elle aussi, survenue en terre américaine29, médiatisée pareillement au sein de la rubrique « À travers le monde ». Inversement, deux ans plus tard, en 1931, l’hebdomadaire mentionne l’avion dont s’est dotée la Préfecture de police de Paris30 ; cette fois, New York aurait suivi l’exemple parisien, selon Détective – c’est d’ailleurs l’avion new-yorkais au-dessus de la métropole américaine, et non celui de la Préfecture, qu’on aperçoit sur la photographie qui illustre la nouvelle :

L’avion de la police new-yorkaise

L’avion de la police new-yorkaise

Détective, no 150, 10 septembre 1931, p. 2.

Criminocorpus/Bilipo

20En 1932, l’hebdomadaire présente encore l’« aéropolice » de la douane norvégienne surveillant la contrebande en hydravion dans la mer du Nord31 ; deux ans plus tard, il compare l’état de l’appareillage de la police française à celui de Scotland Yard, en soulignant le retard de la première :

  • 32 Jérôme Maynard, « Scotland Yard », Détective, no 287, 26 avril 1934, p. 12-13. Nous soulignons.

« Notre Quai des Orfèvres apparaît bien mesquin et désuet à côté de sa réplique d’Outre-Manche qui veille […] sur la sécurité d’un grand pays. Tout a été mis à sa disposition : la science, les moyens de transports modernes, des effectifs d’hommes professionnellement éduqués, éprouvés. Scotland Yard a, à sa disposition, une flottille d’avisos, des avions. S’il s’agit de chasser un criminel sur la Tamise, des dizaines de canots automobiles s’élanceront vers la mer ou vers Windsor32. »

21Quoi qu’il en soit de l’exactitude de ces doléances, l’aviation figure la dernière avant-garde technique dans le métadiscours sur la modernisation des méthodes policières, comme a pu l’être, avant elle, l’automobile dans les années 1900 (symbole des brigades mobiles créées par Clemenceau en 1907). Si elle ne représente plus la même nouveauté que l’aviation, l’automobile n’est d’ailleurs pas encore complètement périmée comme synonyme de modernité, en 1929, comme l’indique un métadiscours similaire à son sujet au sein de l’hebdomadaire, qui consacre par exemple sa couverture à une automitrailleuse de la police de Chicago33.

22L’avion peut aussi être plus clairement mis en avant comme instrument novateur de maintien de l’ordre social, comme dans un reportage de Joseph Peyré qui évoque le travail de la police aérienne pour réprimer une révolte ouvrière dans les usines du quai de Javel34. Appuyant les agents cyclistes et le personnel au sol, une intervention menée par « l’avion de la police » signale par radio l’emplacement des ouvriers insurgés. Plus tard dans la journée, des escadrilles de « pilotes casqués » partent du Bourget pour une intervention aérienne plus musclée, accompagnant les automitrailleuses dans Paris.

  • 35 Sur la « pédagogie du regard » proposée par Vu, voir Danielle Leenaerts, Petite histoire du magazin (...)

23Qu’elle concerne la police française ou étrangère, la description des techniques aéronautiques nouvelles, dans Détective, permet de souligner une intéressante particularité des hebdomadaires des années trente. De même que l’hebdomadaire photographique Vu de Lucien Vogel tente d’éduquer le lecteur en lui proposant un discours pédagogique sur la photographie35, de même Détective propose à son lecteur, dans son registre propre, un discours pédagogique ou à tout le moins vulgarisateur sur les pratiques et les méthodes policières ainsi que sur les techniques nouvelles qui les font évoluer. Ce discours ne se limite pas à l’aéronautique mais concerne plus largement l’ensemble des techniques policières de pointe, dont les méthodes d’identification et d’analyse des scènes de crime.

24À cet égard, il faut souligner que Détective et Vu font partie de la même génération d’hebdomadaires illustrés de photographies, nés en 1928 et présentant une innovation marquée dans leur mise en page et leur langage éditorial, par rapport aux générations antérieures de périodiques illustrés en France. On peut légitimement se demander si le discours vulgarisateur, dans un cas comme dans l’autre, ne participe pas de la mise en avant de la modernité de ces titres, qui se mettent en scène comme étant au fait des dernières évolutions techniques dans leur domaine de spécialisation propre. Cette représentation module la posture collectivement adoptée par la voix rédactionnelle de ces hebdomadaires, comme celle dans laquelle leurs lecteurs sont invités à se projeter : de la même manière que le lecteur de Vu est constitué en apprenti-photographe, portant sur le monde un regard modulé et renouvelé par le langage de la « Nouvelle Photographie », celui de Détective est un apprenti-policier détective, un enquêteur potentiel à qui l’on présente conjointement des jeux d’énigmes à résoudre36 et des exposés techniques, pour qui le monde est filtré au travers de scénarios criminels. L’hebdomadaire formate l’attitude du lecteur envers le monde en lui proposant, en quelque sorte, une grille d’interprétation de celui-ci. De part et d’autre, l’hebdomadaire met ainsi l’accent sur une modernité technique qui lui accorde comme un surcroît de légitimité et de nouveauté ; l’hebdomadaire peut se dire moderne parce qu’il est en prise sur les techniques du monde contemporain, comme si cela était une manière de faire écho à la modernité du support.

Photographie autopromotionnelle

Photographie autopromotionnelle

Détective, no 41, 8 août 1929, p. 10.

Criminocorpus/Bilipo

25Cette ambition d’être et de se dire moderne est indiquée simultanément par le discours de vulgarisation technique, par les procédés esthétiques (notamment le photomontage, qui s’inspire volontiers, comme on l’a vu, de motifs aéronautiques), et par un discours autopromotionnel comme celui illustré dans la photographie précédente, qui insiste sur l’efficacité technique et la rapidité du réseau de distribution de Détective par les Messageries Hachettes. Celles-ci, nous apprend le petit texte promotionnel, viennent d’inaugurer un service de transport aérien entre Paris et Deauville, après Paris-Londres. La mise en scène de l’avion au service des stratégies éditoriales fait ainsi écho à l’exposé des techniques policières ; l’un et l’autre signifient semblablement une forme de modernité de pointe, plurielle, tantôt celle du langage et des moyens de production et de diffusion de l’hebdomadaire lui-même, tantôt celle des sujets qu’il propose à son lecteur.

Figures d’aviateurs, figures de criminels. La subversion d’une épopée intermédiatique

  • 37 Matthieu Letourneux, Jean-Yves Mollier, La Librairie Tallandier. Histoire d’une grande maison d’édi (...)

26Dans leur ouvrage sur la Librairie Tallandier, Matthieu Letourneux et Jean-Yves Mollier posent un constat intéressant à propos de la première génération de périodiques dédiés aux faits divers, les Faits divers illustrés de Rouff, fondés en 1905, et L’Œil de la police de Tallandier, lancé en 1908, un constat qui vaudrait aussi pour Détective. Leur idée est que l’hebdomadaire policier, comme tout hebdomadaire thématique, opère un geste de rassemblement de textes de genres distincts (fictions, faits divers et échos, reportages, textes de vulgarisation, jeux-concours, etc.). De ce fait, il crée, à partir d’un matériau discontinu, une généricité, une unité générique de la littérature policière, par-delà le mélange des formes et des modes d’écriture (romanesque et journalistique). Cette unité générique se manifeste notamment par répétition et codification du récit, de la rhétorique et de la poétique des textes et des images du périodique37.

27En tirant des conclusions de cette hypothèse sur l’unicité générique construite au sein de l’hebdomadaire thématique, on peut se demander en quoi l’imaginaire aéronautique se trouve formaté par la généricité et les caractéristiques poétiques (fictionnalisation et stéréotypie des faits divers, intertextes) de Détective. Par la force de cette généricité, l’aviateur se trouve retiré de la galerie épique où il figure habituellement, dans la culture médiatique – presse et littérature de grande diffusion, cinéma –, pour s’inscrire dans une série nouvelle, celle de figures criminelles. Le type de l’aviateur, autrement dit, y devient une déclinaison possible du protagoniste du récit de crime.

28Ce changement de contexte se manifeste par divers procédés de détournement de l’intertexte médiatique épique auquel la figure de l’aviateur renvoie habituellement, c’est-à-dire de manière dominante, dans le discours social contemporain38. En ce sens, Détective travaille à sa manière des intertextes médiatiques préexistants : l’aviateur qui apparaît dans ses pages n’est pas tout à fait une figure réelle, mais un type social et fictionnel, tributaire de représentations déjà constituées par ailleurs, figure au second degré, aux résonances intertextuelles. D’une part, Détective contribue à diffuser l’imaginaire épique dominant de l’aviateur. Cela survient principalement par le biais des rubriques de médiation culturelle, c’est-à-dire les rubriques de critiques de cinéma (comme « Détective-cinéma » en 1928) et de littérature (par exemple « Dans notre Bibliothèque » de Roger Gallois). On y trouve des comptes rendus de films et d’ouvrages littéraires, notamment, dans ce dernier cas, pour les publications Gallimard. On remarque ainsi, le 20 juin 1929, une réclame déguisée pour Courrier Sud d’Antoine de Saint-Exupéry, roman à caractère autobiographique, qui insiste sur l’image héroïque du pilote risquant sa vie pour le développement de la Ligne Aéropostale et le transport du courrier entre la France et l’Amérique du Sud. De manière similaire, les comptes rendus de films, pour leur part, reprennent en cœur le topos de l’aviateur héroïque et séducteur, inscrit dans une intrigue sentimentale sur fond de triangle amoureux. Dans le cadre de ces fictions cinématographique, l’aviateur n’est jamais criminel, sinon par inadvertance : ainsi dans le film Les Ailes, il abat « par mégarde » son rival amoureux et ami39.

« Détective-cinéma. Les Ailes »

« Détective-cinéma. Les Ailes »

Détective, no 5, 29 novembre 1928, p. 12.

Criminocorpus/Bilipo

Détective, no 5, 29 novembre 1928, p. 12.

Criminocorpus/Bilipo

29L’exemple est d’autant plus intéressant que la stratégie publicitaire convoque l’image d’un véritable « as » français de la Première Guerre mondiale – ainsi que la presse surnommait les pilotes ayant abattu au moins cinq avions ennemis – : René Fonck, qui accepte de prêter son nom aux productions Paramount. Détective conserve ainsi la trace – même ténue – des récits de la conquête de l’air et des représentations de grande diffusion qui font de l’aviateur à la fois un héros patriotique et un personnage sentimental et séducteur.

30À vrai dire, Détective ne rompt jamais complètement avec cette représentation première. Une certaine continuité s’établit même entre la trame fictionnelle de l’amour en avion et des faits divers qui déclinent en mode criminel la figure de l’aviateur séducteur. L’avion peut ainsi devenir l’instrument d’un enlèvement par amour, comme en fait état un historique anecdotique des enlèvements d’enfants et d’adolescents, publié en 1931 : le journaliste y mentionne l’enlèvement d’une jeune fille américaine de San Diego par un aviateur qui en « était fort épris, sans être payé de retour » et qui avait conçu le projet de lui « [arracher] son consentement » du haut des airs40. Une affaire à fort retentissement entre 1932 et 1936, l’affaire Lindbergh, constitue à cet égard un véritable point tournant. Il s’agit de l’enlèvement et de l’assassinat de l’enfant de Charles et Anna Lindbergh, en mars 1932 ; le bébé est retrouvé mort en mai, après une longue enquête sinueuse et très médiatisée à l’international, au cours de laquelle, en parallèle des efforts de la police officielle (dont on peut voir ci-dessous l’avion), Lindbergh est amené à obtenir l’aide de personnages douteux qui font des tractations avec les prétendus ravisseurs)41.

Photomontage accompagnant l’article de Marius Larique, « La rançon »

Photomontage accompagnant l’article de Marius Larique, « La rançon »

Détective, no 176, 10 mars 1932, p. 13.

Criminocorpus/Bilipo

Photographie accompagnant le second article de Marius Larique, « Les “kidnappers” »

Photographie accompagnant le second article de Marius Larique, « Les “kidnappers” »

Détective, no 181, 14 avril 1932, p. 9.

Criminocorpus/Bilipo

31Lindbergh, qui se tient au centre, dans l’image ci-dessus, reçoit aussi l’aide des « aviateurs les plus célèbres d’Amérique », précise Larique, tels Chamberlain, Richard Byrd, Bernt Balchen, Clyde Pangbourn : « L’Association appelée “Quiet Birdmen” (les aviateurs pacifiques) forma, d’un commun accord, des patrouilles aériennes. »

  • 42 Marius Larique, « La rançon », art. cit.
  • 43 Id.

32Néanmoins, l’affaire compromet Lindbergh et atteint la figure au cœur de son étoffe héroïque : « Et Lindbergh, le grand Lindbergh, toute dignité abandonnée, ne sait que supplier. Il y a dans le désespoir, dans l’humilité, dans l’impuissance de cet homme vaincu par sa gloire, une sorte de grandeur symbolique. […] Le héros souriant que l’Amérique promène comme l’image des vertus de sa race n’a plus été pendant toute cette affaire qu’un mannequin aux ficelles cassées, meurtri et humble42 », renchérit Larique, non sans emphase. Ressorti blessé de l’affaire, désormais impuissant à conduire sa destinée, ajoute Larique, Lindbergh porte le fardeau de sa médiatisation. Son attitude est présentée comme ambigüe ; Larique évoque une « lutte sourde entre Lindbergh et la police, entre le père et la loi. / – Qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse que les bandits soient punis, pourvu que je retrouve mon fils vivant, dit le colonel [Lindbergh]43. » Héros déchu, Lindbergh devient ainsi tout à la fois le symbole d’une lutte contre « l’armée du crime » aux États-Unis et une figure ambivalente par sa douleur et l’insertion dans une affaire de gangstérisme.

  • 44 Marius Larique, « Destin », Détective, no 189, 9 juin 1932, p. 8-9.

33Or, l’impact médiatique de cette affaire semble avoir touché profondément tout l’imaginaire aéronautique déployé par Détective : avant l’affaire Lindbergh, peu ou pas d’aviateurs criminels (figure à distinguer des récits de crime en avion) se retrouvent dans Détective, tandis que dans la foulée immédiate du fait divers, quelque chose change sensiblement. L’affaire semble avoir en partie reconfiguré la perception des aviateurs, désormais figures criminelles potentielles, inscrites dans la galerie du crime recomposée par les diverses rubriques de Détective. Cela survient d’ailleurs notamment sous la plume du principal collaborateur ayant couvert l’affaire Lindbergh, Marius Larique, alors rédacteur en chef. En effet, peu de temps après le premier développement de l’affaire, en mars-mai 1932, un article de Larique insiste sur la « fatalité », les « terribles fantaisies du destin » qui s’acharnent sur les aviateurs et les tuent de manière absurde44. Sur le mode, fréquemment employé dans Détective, de l’histoire anecdotique, Larique évoque par exemple Latham, compétiteur de Blériot pour la traversée de la Manche en 1909, tué par un buffle pendant une chasse en Afrique, ou encore Le Brix, pilote de raid de l’entre-deux-guerres, tué par une tempête en Sibérie. Comme Lindbergh, ceux-ci sont des pionniers (mais français) de l’aviation. De manière générale, un effet Lindbergh semble induire à l’été 1932 un tournant dans les représentations : le nombre d’occurrences d’aviateurs impliqués dans des morts tragiques, des faits divers ou des procès augmente ; le traitement qui leur est accordé s’assombrit. Cette inflexion semble le fruit d’une volonté éditoriale assez nette, celle de tabler sur une actualité sensationnelle encore vive à la mémoire du lecteur. Tout se passe comme si la rédaction opérait une alchimie en procédant par mélanges d’intertextes médiatiques, soit : la trame sentimentale du roman populaire et du cinéma ; le récit épique des témoignages d’aviateurs et des reportages de la grande presse ; le caractère sombre et ambivalent dont l’affaire Lindbergh (elle-même un produit médiatique complexe) a tout à coup recouvert une figure emblématique entre toutes de l’aviation pionnière.

34Cette alchimie semble influencer la place accordée à d’étonnants faits divers aéronautiques, dans les mois suivants, telle « l’affaire Lancaster », qui donne lieu à deux livraisons45. Détective exploite au maximum ce fait divers grâce au photomontage et au récit fictionnalisant produit sous le pseudonyme « Roy Pinker ».

Roy Pinker (pseudonyme), « La mort de l’équipage »

Roy Pinker (pseudonyme), « La mort de l’équipage »

Détective, no 189, 9 juin 1932, p. 11.

Criminocorpus/Bilipo

Roy Pinker, « J’ai deux amours »

Roy Pinker, « J’ai deux amours »

Détective, no 198, 11 août 1932, p. 11.

Criminocorpus/Bilipo

  • 46 Roy Pinker, « J’ai deux amours », art. cit.
  • 47 Id.

35Ce récit sans doute fictionnalisé, sous couvert de reportage (Pinker se donne pour le « correspondant particulier » de Détective à New York), raconte la fin tragique d’un triangle amoureux comportant non pas un, mais deux aviateurs et une aviatrice. En résumé, le célèbre capitaine Lancaster partage sa vie et ses exploits avec son amante et partenaire de raid aérien, Jessie Keith-Miller. Un jour, Lancaster engage un aviateur-journaliste, Hedan Clarke, pour écrire ses Mémoires, mais doit partir en voyage pour travailler, laissant sa femme et Clarke seuls en Floride. Tandis que « Bill Lancaster, vêtu de cuir, le visage couvert d’huile, [mène] de New-York à Santiago-du-Chili la rude vie des pilotes de ligne46 », Jessie et Clarke s’éprennent l’un de l’autre et se fiancent, avant d’en informer gracieusement Lancaster par télégramme. Peu après que ce dernier soit rentré pour assister au mariage, Clarke est retrouvé mort. Il s’agit en apparence d’un suicide, mais Lancaster est soupçonné d’avoir assassiné son rival, d’autant plus que la police a saisi « le journal où l’aviateur avait écrit la douloureuse confession de l’amant qui se sent trahi47 » (dont un extrait – véritable ou non ? – est reproduit par Pinker, insertion étonnante qui appuie le soupçon de fictionnalisation).

36L’intérêt du traitement de cette affaire dans Détective est qu’il met en relief l’intertexte épique en détournant – encore une fois – ses motifs. Ainsi, le titre de la première livraison qu’on aperçoit dans l’image de droite, soit « La mort de l’équipage », semble avoir été pensé, en relation avec le photomontage, afin d’évoquer à première vue les annonces d’aviateurs disparus en mer ou mort tragiquement en vol, telles qu’on les retrouve assez fréquemment dans la presse des années vingt et trente, comme dans les exemples suivants, surtitrés « Perdus en mer ? » et « Drame sur l’Atlantique sud ».

Article de Paris-Soir médiatisant les disparitions de Nungesser et Coli (numéro du 11 mai 1927)

Article de Paris-Soir médiatisant les disparitions de Nungesser et Coli (numéro du 11 mai 1927)

Criminocorpus/Bilipo

Article de Paris-Soir médiatisant la disparition de Jean Mermoz (numéro du 9 décembre 1936)

Article de Paris-Soir médiatisant la disparition de Jean Mermoz (numéro du 9 décembre 1936)

Criminocorpus/Bilipo

37Le photomontage qui accompagne l’article « J’ai deux amours », quant à lui, joue de la représentation sentimentale de l’aviateur (figure reconnaissable ici à ses attributs stéréotypés, constamment réitérés dans les photographies de presse et les fictions de l’époque : blouson de cuir, casque et lunettes) ainsi que du registre héroïque, en présentant l’aviateur littéralement plus grand que nature, c’est-à-dire énorme aux côtés de la femme en apparence appuyée (grâce au collage) à son bras. Ces différents éléments réactivent, dans les deux livraisons, et ce, au premier coup d’œil, un horizon d’attente du lecteur de Détective – qui est sans doute, également, lecteur des grands quotidiens d’information ou spectateur de cinéma. Tout de suite on pense à l’intertexte épique de la conquête de l’air, aux intrigues sentimentales des fictions populaires. De fait, « l’affaire Lancaster » est prétexte à la narration d’une histoire d’amour en plein ciel, microroman ou scénario de film condensé, comme le sont souvent les faits divers de l’hebdomadaire. Toutefois, il imprime au scénario attendu (morts des aviateurs dans un raid tragique, triangle amoureux où deux hommes sont déchirés entre la passion, le devoir et l’amitié) une fin autrement sanglante, la marque sombre du récit de crime. La trame du triangle amoureux évolue vers le meurtre puis le récit du procès ou le roman judiciaire dans la deuxième livraison. En tout et pour tout, l’exploit aéronautique n’occupe qu’une place infime dans ce récit. La deuxième livraison, par ailleurs, donne lieu à un second récit récapitulatif de toute l’affaire, qui diffère sensiblement du premier ; la disparité met en évidence la part de reconstitution de scènes et de détails farfelus intervenant sous la plume de Pinker, qui conclut sur ces mots : « C’est une belle histoire d’amour. »

  • 48 Matthieu Letourneux, « La mondialisation à l’ère de la culture sérielle », Romantisme, no 163, 2014 (...)

38Ainsi Détective adapte les scénarios et personnages de l’imaginaire aéronautique à ses propres codes poétiques et thématiques. S’inspirant des fictions et représentations sérielles produites par la presse, le cinéma et la littérature de grande diffusion, l’hebdomadaire travaille un intertexte médiatique. La représentation des aviateurs est négociée en rejouant les stéréotypes habituels qui lui sont associés dans d’autres productions sérielles ; ces stéréotypes sont toutefois adaptés à l’écriture du fait divers fictionnalisé, non sans jouer au passage avec les attendus du lecteur, « à travers des effets de généricité immédiatement identifiables48 », mais qui tiennent ici le rôle de leurres, car le récit épique auquel ils renvoient a priori (comme on l’a vu à propos des titres et des photomontages) est ensuite démenti par le récit de crime. On peut postuler que le lecteur de Détective trouve un plaisir à cette tromperie ludique qui ménage un relatif effet de surprise, à tout le moins un détournement des stéréotypes et des héros du reportage de la presse d’information.

  • 49 Id.

39Dès lors, l’aviateur se trouve détaché de la série des exploits aéronautiques pour être inséré dans une nouvelle série, celle des faits divers criminels, et plus spécifiquement des faits divers mettant en scène des aviateurs. La construction intertextuelle des représentations de l’aviateur, selon des logiques à la fois médiatiques et génériques, tributaire de la rencontre d’événements d’actualité, de fictions et de récits préalables, appartient à une « logique de sérialisation des imaginaires49 ». Si celle-ci prend naissance dès l’essor du roman-feuilleton et de la culture médiatique de masse, sous la monarchie de Juillet, elle trouve de nouveaux développements à mesure que les supports et les formes de la culture médiatique se diversifient. De 1928 à 1939, l’intertextualité médiatique de Détective, qui renvoie aux reportages et aux films contemporains, peut ainsi être interprétée comme un autre signe de la modernité de l’hebdomadaire, qui inscrit pleinement dans ses pages les signes les plus neufs – comme peuvent l’être alors le cinéma parlant, le reportage et la photographie de presse – de la culture médiatique où il s’insère.

Aviateurs-espions et guerres aériennes : Détective politique ?

40Les sujets politiques ne sont pas la principale préoccupation de Détective ; cependant ils intéressent à l’occasion l’hebdomadaire dans la mesure où ils recoupent des questions de sûreté, d’ordre public et concernent l’imaginaire criminel. L’apparition de deux motifs aéronautiques qui se renforcent, à partir de 1934 environ, témoignent du changement de cap de l’hebdomadaire au cours des années trente, mais aussi de l’accroissement des inquiétudes politiques ambiantes. Il s’agit des représentations d’aviateurs-espions et de la guerre aérienne qui constitueront un dernier exemple, dans notre propos, de la modernité de l’hebdomadaire. Les pages que Détective leur consacre témoignent, d’une part, de l’émergence de nouvelles formes de criminalité de haut vol dans l’entre-deux-guerres, avec la multiplication des scandales politico-financiers, et de nouvelles inquiétudes politiques, avec la dégradation des relations internationales et le développement des armes aériennes. D’autre part, le traitement de ces sujets, faisant appel à la figure de l’aviateur-espion et au motif de la guerre aérienne, emprunte au roman d’espionnage et au roman d’anticipation, en les métissant avec le fait divers et le reportage, montrant une fois encore l’intertexte médiatique diversifié et contemporain qui est celui de l’hebdomadaire.

41En 1932, un scandale politico-financier éclate, impliquant le directeur de l’aviation civile au ministère de l’Air, Emmanuel Chaumié. Celui-ci est accusé par Bouilloux-Lafont (fils et neveu des anciens directeurs de l’Aéropostale) d’avoir effectué certaines tractations avec l’Allemagne, permettant à la compagnie d’aviation commerciale allemande, la Deutsche Lufthansa, d’exploiter les lignes aériennes françaises. Cependant, Paul Painlevé (alors ministre de l’Air) réplique et accuse Bouilloux-Lafont de faux et usage de faux, qui auraient été forgés par Louis Collin (de son vrai nom Serge Lucco), un escroc s’étant fait passer pour un journaliste spécialisé en aéronautique. Or, Détective, dans l’article produit sur cette affaire, laisse entendre que derrière tout cela se trouve en réalité une affaire de contre-espionnage impliquant la France, la Russie et l’Allemagne50. En vérité, Collin est officieusement informateur des Renseignements généraux et l’instruction aboutit à la double inculpation de Marcel et d’André Bouilloux-Lafont, ce qui indique rétrospectivement que les sous-entendus de Détective sont plutôt dans l’erreur51. Ce type de traitement pose la problématique de la responsabilité de l’hebdomadaire et de son absence de retenue éthique.

42Par ailleurs, l’affaire relie espionnage et aéronautique, une association pérenne qu’on retrouve également dans un reportage de Luc Dornain52, à propos d’une grande opération de contre-espionnage à Paris. La Sûreté surveillerait une bande internationale dont fait partie Robert Gordon Switz, un « aviateur américain » chez qui on découvre « des dossiers confidentiels du ministère de la Guerre53 ». Comme les portraits de criminels évoqués précédemment, ce type de fait divers réitère le type de l’aviateur criminel, escroc et espion international. Il prend place, dans cette affaire, aux côtés de personnages tous décrits comme des types par Dornain : outre l’aviateur-espion, la bande compte ainsi une femme fatale ou une « vamp » et un « professeur » sensible. On pourrait citer encore un troisième article évoquant le financier belge Loewenstein et inscrivant ce dernier dans une série de scandales politico-financiers, tous reliés, selon le journaliste, à une bande organisée de cambrioleurs et d’agents internationaux opérant en avion54. Loewenstein, en outre, aurait été en lien avec des opérations d’espionnage à Biarritz au milieu des années vingt, ce qu’appuierait la découverte d’une trappe dans son avion particulier. On remarquera au passage la contradiction flagrante entre cette soi-disant découverte et l’article précédent à propos de Loewenstein, qui concluait à un banal accident. Les affaires de Détective, lorsqu’elles sont ainsi morcelées, présentent des contradictions qui mettent en évidence le caractère parfois fantaisiste de leur traitement médiatique.

43Le dernier motif sur lequel nous nous arrêterons, enfin, est celui de la guerre aérienne. Comme les scandales politico-financiers, il affleure surtout après 1934, dans divers articles qui convoquent un imaginaire de l’anticipation technique et parfois un intertexte fictionnel du roman d’anticipation, comme pour rendre plus inquiétantes encore les menaces aériennes.

Merry Bromberger, « Le rayon de la mort »

Merry Bromberger, « Le rayon de la mort »

Détective, no 331, 28 février 1935, p. 14.

Criminocorpus/Bilipo

44Ainsi, en 1935, l’article d’un « envoyé spécial » à San Remo, intitulé, à la manière d’un roman de Jean de la Hire, « Le rayon de la mort », évoque les expériences d’une sorte d’alchimiste moderne, Dunikowski, ingénieur polonais qui travaille à un appareil à radiations agissant sur les métaux. Celui-ci serait une arme terrible, encore au stade de prototype, capable d’incendier à distance des avions. L’ingénieur aurait répondu au fantasme de trouver « le moyen d’arrêter les avions à distance55 ». Le reporter narre une démonstration fulgurante qui lui serait faite avec un petit avion-jouet en fer banc habité par une figurine d’aviateur.

Henri Danjou, « Défense de Paris »

Henri Danjou, « Défense de Paris »

Détective, no 343, 23 mai 1935, p. 8-9.

Criminocorpus/Bilipo

45Cet autre article semble répondre à l’inquiétude croissante de la guerre aérienne, qui apparaît dans plusieurs contributions des années suivantes. En effet, Henri Danjou56 (suivi par Marcel Montarron57 et Hubert Bouchet58) est le premier à présenter un reportage sur les défenses de la ville de Paris en cas de bombardement par des avions allemands. Danjou relate ce qui surviendrait, comment la population s’organiserait en cas d’attaque (il compare par ailleurs les Parisiens masqués à des personnages de Jules Verne). Son article est rédigé au présent de l’indicatif, comme pour rendre la reconstitution plus vive. Par cette forme narrative particulière, Danjou produit une sorte de reportage hypothétique de la guerre future, entre précision technique et roman d’anticipation ; il met en scène la guerre imaginée tout en s’appuyant sur les plans de défense établis, à propos desquels il interroge des représentants autorisés. L’émergence de cet imaginaire de la guerre aérienne témoigne d’une inquiétude accrue envers un conflit possible, rendu plus menaçant par la modernisation des techniques d’armement et la concurrence entre nations qui y est reliée : « les avions de bombardement modernes peuvent porter de 500 à 1000 kilos de bombes jusqu’à 500 et 1000 kilomètres de leur base, cela à une vitesse de 250 à 300 kilomètres à l’heure, par tous les temps », précise Danjou.

46Enfin, la crainte de la guerre aérienne trouve sa contrepartie : vers 1939, quelques reportages glorifient les héros de l’air sur un ton de propagande patriotique assez inhabituel auparavant59. Curieusement, c’est par ce biais politique que le récit épique de la conquête de l’air connaît une entrée tardive dans l’hebdomadaire (hormis ses inscriptions ponctuelles ou détournées, comme on l’a vu). Globalement, l’imaginaire aéronautique qui y figure, au contraire, n’est pas un décalque parfait du récit épique qu’on retrouve ailleurs dans le discours social, mais est reconfiguré pour entrer dans les cases des genres et rubriques clés de l’hebdomadaire (comptes rendus judiciaires, faits divers et reportages fictionnalisés, articles de vulgarisation technique, portraits de criminels, sans oublier les couvertures et les photomontages). Il se moule tour à tour aux diverses inquiétudes latentes que Détective exploite pour fournir des récits à son lectorat, inquiétudes à plusieurs visages – celui d’une délinquance mineure et individuelle comme celui d’une criminalité internationale et organisée, celui d’un dérèglement des mœurs incarné dans les protagonistes d’un drame sentimental (avec les sursauts passionnels et tragiques associés au vol) jusqu’à l’inquiétude politique et sociale plus diffuse qui fait craindre la guerre du futur. Objet malléable et mouvant, l’imaginaire aéronautique de Détective ne présente pas, en lui-même, une grande unité ; mais cela, précisément, nous renseigne sur l’unité générique et thématique de l’hebdomadaire qui, par la force de son rubricage et de sa poétique, remodèle le récit épique de la conquête de l’air. Si, derrière ce morcellement apparent, subsistait un trait matriciel des représentations du vol, il résiderait, comme on a tenté de le montrer, dans les différentes modernités que l’aéronautique sert tour à tour à emblématiser. Ces modernités, en fin de compte, se déclinent sur deux grands plans : sur celui, éditorial et métatextuel, de l’environnement médiatique, de la production, de la facture et des choix poétiques de l’hebdomadaire, et sur celui, plus proprement discursif, des représentations du crime, de la technique et de la politique.

Haut de page

Bibliographie

Angenot Marc, 1889, un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, coll. L’Univers des discours, 1989. À retrouver désormais en libre accès numérique : Médias 19, section « Publications » : url: http://www.medias19.org/index.php?id=11796

Dubied Annick, « Invasion péritextuelle et contaminations médiatiques. Le “fait divers”, une catégorie complexe ancrée dans le champ journalistique », Semen [en ligne], n° 13, 2001, paragraphe 30.

Feyel Gilles, « Prémices et épanouissement de la rubrique de faits divers (1631-1848) », Les cahiers du journalisme, n° 14, printemps/été 2005, p. 18-29.

Gourdin Patrice, « Image de l’aviateur dans les films français de l’entre-deux-guerres », Guerres et conflits (xixe-xxie siècle). Actualité de la recherche et de l’édition en histoire, [en ligne], mis en ligne le 27 janvier 2012.

Kalifa Dominique, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, coll. L’univers historique, 2013.

Leenaerts Danielle, Petite histoire du magazine « Vu » (1928-1940). Entre photographie d’information et photographie d’art, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2010.

Letourneux Matthieu, « La mondialisation à l’ère de la culture sérielle », Romantisme, no 163, 2014, p. 79-88.

Letourneux Matthieu, Mollier Jean-Yves, La Librairie Tallandier. Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000), Paris, Nouveau monde éditions, 2011.

Lucbert Françoise, Tison Stéphane (dir.), L’imaginaire de l’aviation pionnière. Contribution à l’histoire des représentations de la conquête aérienne, 1903-1927, Presses universitaires de Rennes, 2016 

Neiertz Nicolas, « Argent, politique et aviation. L’affaire de l’Aéropostale (1931-1932) », Vingtième Siècle [en ligne], vol. 24, no 1, 1989, p. 29-40.

Pinker Roy (pseudonyme collectif du Groupe de recherche sur l’événement dans la presse francophone), L’affaire baby Lindbergh. Une archive de l’emballement médiatique, Marseille, Éditions Agone, à paraître.

Simard-Houde Mélodie, « Écrivains, aviateurs… et reporters : témoignage et aviation en culture médiatique », in António Monteiro, Maria de Fátima Outeirinho, Dominique Faria, José Domingues de Almeida (dir.), Aviateurs-écrivains. Témoins de l’histoire, Paris, Éditions Le Manuscrit, coll. Savoirs / Exotopies, 2017, p. 65-88.

Wohl Robert, The Spectacle of Flight: Aviation and the Western Imagination, 1920-1950, New Haven, Yale University Press, 2007.

Wohl Robert, A Passion for Wings: Aviation and the Western Imagination, 1908-1918, New Haven, Yale University Press, 1996.

Haut de page

Notes

1 Moment où commence à se banaliser l’usage des lignes commerciales.

2 Filiation étudiée par Gilles Feyel, « Prémices et épanouissement de la rubrique de faits divers (1631-1848) », Les cahiers du journalisme, n° 14, printemps/été 2005, p. 18-29.

3 Annick Dubied, « Invasion péritextuelle et contaminations médiatiques. Le “fait divers”, une catégorie complexe ancrée dans le champ journalistique », Semen [en ligne], n° 13, 2001, paragraphe 30.

4 Comme le montrent les travaux des historiens culturels sur les représentations de l’aéronautique : voir Françoise Lucbert, Stéphane Tison (dir.), L’Imaginaire de l’aviation pionnière. Contribution à l’histoire des représentations de la conquête aérienne, 1903-1927, Presses universitaires de Rennes, 2016 ; ainsi que Robert Wohl, The Spectacle of Flight : Aviation and the Western Imagination, 1920-1950, New Haven, Yale University Press, 2007 et A Passion for Wings : Aviation and the Western Imagination, 1908-1918, New Haven, Yale University Press, 1996.

5 Pour une présentation générale de ce projet, voir Mélodie Simard-Houde, « Écrivains, aviateurs… et reporters : témoignage et aviation en culture médiatique » in António Monteiro, Maria de Fátima Outeirinho, Dominique Faria, José Domingues de Almeida (dir.), Aviateurs-écrivains. Témoins de l’histoire, Paris, Éditions Le Manuscrit, coll. Savoirs / Exotopies, 2017, p. 65-88.

6 En effet, les peintres d’avant-garde du début du xxe siècle, comme Robert et Sonia Delaunay, des artistes d’Europe de l’Est ainsi que des futuristes italiens emploient le motif de l’avion dans leurs œuvres, signe d’une rupture avec les sujets de la peinture académique et d’une prise de distance vis-à-vis de la figuration. Robert Wohl, « Painters Take Flight », A Passion for Wings, op. cit., p. 155-200.

7 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, coll. L’univers historique, 2013.

8 Par exemple : J. Guyon-Cesbron, « Les écumeurs du rail », no 174, 15 février 1932, p. 4-5.

9 Maurice Leblanc, L’Arrestation d’Arsène Lupin, Je sais tout, no 6, 15 juillet 1905, p. 708-714.

10 Dominique Kalifa, Les bas-fonds, op. cit., p. 291.

11 Ibid., p. 293.

12 Ibid., p. 295.

13 Gaston Rub, « Grand procès. Un flibustier de haut vol : Éloi Roissier », Détective, no 22, 28 mars 1929, p. 8.

14 Id. Roissier est qualifié d’« aventurier de grande envergure ».

15 Tel Werner Brandeis, aviateur et sportsman allemand, arrêté en janvier 1939 pour diverses activités illégales dont contrebande, recel et escroqueries auprès d’industriels français (Détective, no 538, 16 février 1939, p. 8-9).

16 Voir le cas fort médiatisé de Serge de Lenz, « Arsène Lupin de l’entre-deux-guerres » à qui Détective consacre plusieurs articles dont une série biographique en 1931 (à partir du no 160, 19 novembre 1931).

17 Publiée à partir du no 51, 17 octobre 1929.

18 Voir à ce sujet J.-P. Argos, « Hara-Kiri », Détective, no 277, 15 février 1934, p. 12-13 ; ainsi que Henry Mercadier, « Il n’y a plus de Pyrénées », Détective, no 364, 17 octobre 1935, p. 12-14.

19 Rubrique anonyme, « À travers le monde », Détective, n° 41, 8 août 1929, p. 7.

20 Ainsi d’une contravention reçue par un pilote volant à trop basse altitude au-dessus de Paris. « Les petites causes », Détective, no 40, 1er août 1929, p. 9.

21 Paul Bringuier, « Tragédies de Noël », Détective, no 165, 24 décembre 1931, p. 8-9.

22 Comme l’a montré Guillaume Pinson en étudiant les magazines aériens destinés aux passagers. Guillaume Pinson, « Quelques jalons pour une histoire de la “littérature aérienne” : d’Air France Revue (1930) à Air France Magazine (1997) », communication présentée au colloque « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques », organisé par Mélodie Simard-Houde, Université Paris 1 / Centre d’histoire du xixe siècle, Maison de la Recherche, Paris, 12 janvier 2017.

23 Marius Larique, « Les dieux d’argile », Détective, no 178, 24 mars 1932, p. 12-13.

24 Celui-ci se trouve d’ailleurs éventé dans une livraison subséquente où Emmanuel Car explique que Loewenstein, selon toute probabilité, aurait subi une syncope dans les toilettes de l’avion et serait tombé dans le vide, par erreur, se trouvant déjà à l’article de la mort. Le retour sur cet événement dévoile a posteriori l’insistance quelque peu factice que mettait Larique à y voir une sombre affaire.

25 John Berby, « La chute des “anges” », Détective, no 331, 28 février 1935, p. 11.

26 Voir l’étude synthétique de Patrice Gourdin qui insiste sur la prégnance des intrigues sentimentales : « Image de l’aviateur dans les films français de l’entre-deux-guerres », Guerres et conflits (xixe-xxie siècle). Actualité de la recherche et de l’édition en histoire [en ligne], mis en ligne le 27 janvier 2012.

27 Albert Soulillou, « Machines de mort », Détective, no 366, 31 octobre 1935, p. 14.

28 Dépêche intitulée « Police-Modèle », au sein de la rubrique « Faits divers » d’Augustin-Rodet, Détective, no 144, 30 juillet 1931, p. 6.

29 « À travers le monde », Détective, no 48, 26 septembre 1929, p. 7.

30 Détective, no 150, 10 septembre 1931, p. 2.

31 Détective, no 199, 18 août 1932, p. 2.

32 Jérôme Maynard, « Scotland Yard », Détective, no 287, 26 avril 1934, p. 12-13. Nous soulignons.

33 « En patrouille dans Chicago », Détective, no 19, 7 mars 1929, p. 1.

34 Joseph Peyré, « Si l’émeute avait grondé », Détective, 8 août 1929, p. 12-13.

35 Sur la « pédagogie du regard » proposée par Vu, voir Danielle Leenaerts, Petite histoire du magazine « Vu » (1928-1940). Entre photographie d’information et photographie d’art, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2010.

36 Voir la contribution de Marie-Astrid Charlier dans le présent dossier : « “Le plus passionnant et le plus original de tous les jeux” : les Treize de Georges Sim, par Détective (1929-1930) », 2018.

37 Matthieu Letourneux, Jean-Yves Mollier, La Librairie Tallandier. Histoire d’une grande maison d’édition populaire (1870-2000), Paris, Nouveau monde éditions, 2011, p. 236.

38 Nous employons l’expression pour signifier la totalité de ce qui se dit et s’écrit dans une société à un moment de son histoire, c’est-à-dire dans le sens que lui confère Marc Angenot dans son ouvrage 1889, un état du discours social (Longueuil, Le Préambule, coll. L’Univers des discours, 1989).

39 « Détective-cinéma. Les Ailes », Détective, no 5, 29 novembre 1928, p. 12.

40 F. Dupin, « Vole-t-on des enfants ? », Détective, no 157, 29 octobre 1931, p. 3.

  1. Pour une synthèse générale du traitement médiatique de cette affaire, voir Roy Pinker (pseudonyme collectif du groupe de recherche sur l’événement dans la presse francophone), Faire sensation. De l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique, Marseille, Éditions Agone, collection « Contre-feux », 2017.

41

42 Marius Larique, « La rançon », art. cit.

43 Id.

44 Marius Larique, « Destin », Détective, no 189, 9 juin 1932, p. 8-9.

45 Roy Pinker, « La mort de l’équipage », Détective, no 189, 9 juin 1932, p. 11 ; et « J’ai deux amours », Détective, no 198, 11 août 1932, p. 11.

46 Roy Pinker, « J’ai deux amours », art. cit.

47 Id.

48 Matthieu Letourneux, « La mondialisation à l’ère de la culture sérielle », Romantisme, no 163, 2014, p. 79-80.

49 Id.

50 Louis Latzarus, « Purée de pois », Détective, no 207, 13 octobre 1932, p. 3.

51 Pour le détail de l’affaire, voir Nicolas Neiertz, « Argent, politique et aviation. L’affaire de l’Aéropostale (1931-1932) », Vingtième Siècle [en ligne], vol. 24, no 1, 1989, p. 29-40.

52 Luc Dornain, « Espions d’opérette », Détective, no 271, 4 janvier 1934, p. 7.

53 Id.

54 Henry Mercadier, « La rafle des diamants », Détective, no 285, 12 avril 1934, p. 8-9.

55 Merry Bromberger, « Le rayon de la mort », Détective, no 331, 28 février 1935, p. 14.

56 Henri Danjou, « Défense de Paris », Détective, no 343, 23 mai 1935, p. 8-9.

57 Marcel Montarron, « Alerte ! Et si c’était vrai… », Détective, no 417, 22 octobre 1936, p. 18-19.

58 Hubert Bouchet, « Si les bombes tombaient… », Détective, no 566, 31 août 1939, p. 5-6.

59 Voir « Les parachutistes. Héros obscurs! », Détective, no 554, 9 juin 1939, p. 1 ; et Hubert Bouchet, « Vies héroïques. Courriers du ciel », Détective, n550, 11 mai 1939, p. 14-15.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Détective, no 5, 29 novembre 1928, p. 4.
Crédits Criminocorpus/ Bilipo 
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre H. B., « Un maître de la carambouille »
Légende Détective, no 538, 16 février 1939, p. 8-9.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre John Berby, « La chute des “anges” »
Légende Détective, no 33, 28 février 1935, p. 11.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,2M
Titre « Le premier agent de la police aérienne, Edward Clarke, chargé de poursuivre les aviateurs qui violent les règlements de l’air ». « À travers le monde »
Légende Détective, 14 février 1929.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre L’avion de la police new-yorkaise
Légende Détective, no 150, 10 septembre 1931, p. 2.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Photographie autopromotionnelle
Légende Détective, no 41, 8 août 1929, p. 10.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre « Détective-cinéma. Les Ailes »
Légende Détective, no 5, 29 novembre 1928, p. 12.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Détective, no 5, 29 novembre 1928, p. 12.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photomontage accompagnant l’article de Marius Larique, « La rançon »
Légende Détective, no 176, 10 mars 1932, p. 13.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Photographie accompagnant le second article de Marius Larique, « Les “kidnappers” »
Légende Détective, no 181, 14 avril 1932, p. 9.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Roy Pinker (pseudonyme), « La mort de l’équipage »
Légende Détective, no 189, 9 juin 1932, p. 11.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Roy Pinker, « J’ai deux amours »
Légende Détective, no 198, 11 août 1932, p. 11.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Article de Paris-Soir médiatisant les disparitions de Nungesser et Coli (numéro du 11 mai 1927)
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Article de Paris-Soir médiatisant la disparition de Jean Mermoz (numéro du 9 décembre 1936)
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Merry Bromberger, « Le rayon de la mort »
Légende Détective, no 331, 28 février 1935, p. 14.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0M
Titre Henri Danjou, « Défense de Paris »
Légende Détective, no 343, 23 mai 1935, p. 8-9.
Crédits Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5409/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélodie Simard-Houde, « Les ailes du crime ou la modernité de Détective », Criminocorpus [En ligne], Détective, histoire, imaginaire, médiapoétique d’un hebdomadaire de fait divers (1928-1940), Communications, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/5409

Haut de page

Auteur

Mélodie Simard-Houde

Mélodie Simard-Houde s’intéresse aux échanges entre presse et littérature, aux poétiques journalistiques et aux imaginaires collectifs en culture médiatique. Elle a été postdoctorante (CRSH) au Centre d’histoire du xixe siècle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), de 2015 à 2017. Elle a soutenu en 2015 une thèse d’études littéraires, Le Reporter, médiateur, écrivain est héros. Un répertoire culturel (1879-1939) effectuée en cotutelle, sous la codirection de Guillaume Pinson (Université Laval, Québec) et de Marie-Ève Thérenty (Université Montpellier 3) et parue aux Presses universitaires de Limoges en 2018. Elle a récemment collaboré aux ouvrages collectifs Aviateurs-écrivains. Témoins de l’histoire (Éditions le Manuscrit, 2017) et Journalisme et mondialisation. Les Ailleurs de l’Europe dans la presse et le reportage littéraires (Presses universitaires de Rennes, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page