Navigation – Plan du site
Communications

Pour faire un bon journaliste : figures de l’auteur dans Détective

Adeline Wrona

Résumés

Cet article interroge le fonctionnement des jeux de signatures dans Détective. La réflexion proposée met en relation deux processus contradictoires : d’un côté, le périodique lancé par Gallimard fait la promotion d’écrivains-journalistes déjà renommés, en jouant sur leur nom d’auteur publiés parfois chez cet éditeur ; d’un autre côté, le magazine sollicite le lecteur, en lui offrant la promesse de faire de lui un relais du journaliste, voire un véritable détective, et donc de devenir auteur à son tour.

Haut de page

Texte intégral

1À l’origine de cette réflexion se trouve la curiosité suscitée par la présence, dans les premiers numéros de Détective, de deux rubriques situées aux deux bouts du journal. Il s’agit d’une part d’une petite frise de portraits, qu’on trouve en page deux dès le premier numéro de l’hebdomadaire, sous le titre « Quelques collaborateurs de Détective » ; et d’autre part, de la chronique tenue par le mystérieux Ashelbé, intitulée « Si vous voulez devenir un bon détective », qui occupe la page 101.

2D’un côté, l’exposition prestigieuse de plumes célèbres, auxquelles le magazine associe des visages dont certains sont très connus ; de l’autre, une rubrique qui s’adresse au lecteur, en lui proposant une propédeutique fantaisiste, endossée par une signature qui a tout du pseudonyme, et illustrée par les visages d’experts du monde criminel, plus ou moins obscurs – d’Alphonse Bertillon, fameux « apôtre de la médecine moderne », au Docteur Balthazar, « professeur de médecine légale à la Faculté », en passant par le Docteur Paul, « expert en autopsies », ou encore M. Kohn-Abrest, « détective du laboratoire municipal ». En page deux, une politique des auteurs, mise en pleine lumière ; en page dix, un énonciateur caché, associé d’une promesse au lecteur, qui joue sur le ressort de l’éponymie – lire Détective, c’est aussi peut-être devenir un jour « un bon détective ».

La confrontation de ces deux pôles éditoriaux dessine un espace de réflexion pour interroger les figures auctoriales dans Détective ; les jeux avec les signatures et les noms seront ici considérés comme un des éléments qui déterminent le caractère expérimental et hybride de ce magazine, distribuant la « fonction auteur » de façon inégale et irrégulière. De fait, la frise figurant « quelques collaborateurs de Détective » disparaît après le quatorzième numéro du journal, et si le mystérieux Ashelbé poursuit sa leçon hebdomadaire, les portraits d’experts lui apportant un surplus de légitimité laissent place à des clichés d’objets (fenêtre fracturée, photographies d’empreintes digitales).

  • 2 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et écrits I, 1954-1975, Quarto, Gallimard, 1994

Quel est alors le statut de l’auteur dans Détective ? Ou plutôt, quelle fonction cette figure remplit-elle, si l’on suit les perspectives proposées par Michel Foucault, pour qui « la fonction-auteur ne s’exerce pas d’une façon universelle et constante sur tous les discours2 » ?

L’analyse de l’alternance entre exposition et escamotage des signatures, celle des jeux de rôles impliquant le lecteur et d’autres communautés complexes de « collaborateurs » rendront compte de formes d’hybridités fonctionnelles, caractéristiques des jeux communicationnels auxquels se prête avec souplesse et virtuosité « l’hebdomadaire des faits-divers », à mesure que sa formule évolue et que sont testées, à l’intérieur de la maison détenue par Gaston Gallimard, d’autres collections périodiques ou éditoriales.

Politique des auteurs et logique livresque

  • 3 Les modalités de lancement de ce titre et la composition mouvementée de sa rédaction sont détaillée (...)

La force symbolique du nom d’auteur, tel qu’il est mis en œuvre dans le registre littéraire, lui donne une grande capacité de migration, d’un support à l’autre (du brouillon aux produits dérivés). Cette efficacité qu’on pourrait dire agrégative de la fonction auteur joue à plein dans Détective, journal repris par Gallimard à son premier fondateur, Henri La Barthe (le fameux Ashelbé), et placé, au moins symboliquement, sous la houlette des frères Joseph et surtout Georges Kessel, avant que le journaliste Marius Larique n’en reprenne la direction en 19323. À tel point que l’hebdomadaire accueille dans ses colonnes des enclaves qui font jouer une logique tout à fait livresque.

Les noms d’auteur sont de fait présents dans le journal, parfois indépendamment même de textes signés par cette plume : c’est l’écurie élargie de Gallimard qui joue de la figuration, en guise de promesse, souvent non tenue. Le nom de Cocteau est annoncé dès le premier mois d’existence de Détective, et son portrait orne la page 2 du numéro 4, mais il faut attendre le numéro 60 pour rencontrer son nom dans un article, et de façon bien indirecte, puisqu’il s’agit de la critique (dithyrambique) signée Joseph Kessel à propos des Enfants terribles.

Il en va de même pour Albert Londres, dont le nom plane sur l’ensemble du journal, et qui figure au rang des « quelques collaborateurs » présentés au numéro 4 ; pourtant, d’article signé Londres, il n’y en a point, à une exception près. En octobre 1929 paraît en feuilleton un récit signé Dieudonné, Forçats ; et c’est au titre de « préface » (ce sont les termes du journal) que l’escorte « L’homme du tombeau », signé Albert Londres.

La politique des auteurs semble perturber la logique périodique, comme pour y greffer les bénéfices symboliques d’une logique venue du livre : les rubriques troquent leur autonomie contre un fonctionnement en préface ou appendice ; le bénéfice de l’inédit cède la place au prestige d’une réédition. De fait, chaque grand feuilleton est une occasion de portrait d’auteur, et les visages identifiant « quelques collaborateurs » sont souvent ceux des auteurs de feuilleton.

Il en va ainsi du romancier Wallace, dont on décrit, en avril 1929, « le visage lisse et plein de finesse », le « front découvert », la « bouche bien dessinée » – tous traits qui évoquent « ces maîtres de la criminologie dont les portraits ornent les magazines illustrés », et sont renforcés par une évocation graphique. Ou bien encore, dix ans plus tard, de Marcel Montarron, auteur chez Denoël du Poison blanc, « livre fortement documenté, prodigieusement émouvant » qui paraît en feuilleton, escorté d’un portrait photographique de cet auteur dont les « lecteurs connaissent bien le style si direct4 ».

  • 5 C’est dans ce sens que vont les informations données par Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty dans (...)

Ces défilés de noms et visages d’auteur servent bien sûr une logique commerciale et publicitaire ; ils entrent en résonnance avec les encarts promouvant les romans parus ou à paraître, tout particulièrement quand le journal Détective donne son nom à une collection dirigée chez Gallimard, de 1934 à 1939, par Maurice Sachs – même si les auteurs du périodique ne sont pas ceux des ouvrages paraissant dans cette série et que ces derniers n’ont pas été prépubliés dans Détective. Ils compensent les déconvenues sans doute enregistrées par la rédaction de l’hebdomadaire, qui voit les plus grandes plumes du moment lui préférer les titres concurrents lancés dans les années 1930 par la maison Gallimard, Marianne et Voilà5.

Pourtant, on ne saurait s’en tenir là ; la promotion d’une figure d’auteur directement issue du monde du livre, et particulièrement de l’univers Gallimard, renvoie aussi à une conviction forte dans le pouvoir de la littérature, dont le premier éditorial donne la clé. La série d’anaphores dessinant le programme du magazine, « Détective sera savant, puisqu’il sera chimiste, physicien, psychiatre, juriste », « Détective sera historien : il sait toutes les langues, il connaît toutes les archives », se ponctue par une ultime promesse : « Détective sera romancier ».

Ainsi le complexe d’Asmodée – cette obsession de tout voir, et de tout savoir – qui anime ce premier éditorial, jouant de l’étymologie du terme Détective – celui qui « enlève le toit » – rencontre-t-il une mythologie de l’efficacité romanesque : « les inventions des conteurs » aiguillent la police vers des procédés nouveaux ». Or pas de roman sans auteurs, « les plus ardents, les plus connus, les mieux aimés ».

Le roman, c’est la vie – la fiction « ramène à la réalité ». Mais qui au juste doit-on compter parmi ces « dix, quinze, vingt, cent peut-être hommes jeunes et expérimentés », qui sont réunis sous le grand « D » ouvragé en lettrine ?

Délégations d’énonciation et logique médiatique

Si la fiction donne la clé du réel, il semble bien que la proposition puisse s’inverser ; et que le réel donne vie à la fiction. « Crimes et châtiments », « un drame à la Dostoïewski » (« Par amour de l’étrange, un écrivain tchèque devient criminel ») : si la littérature, c’est la vie, alors la vie est un roman : c’est le mot d’ordre du fait divers vu par Détective.

Or cette proposition instaure un rapport de concurrence entre les auteurs mis en portrait, et toute une série d’énonciateurs dont le statut apparaît singulièrement complexe. Il y a plusieurs régimes d’auctorialité dans les colonnes de Détective, qui brouillent les pistes à loisir.

D’une part, la fétichisation du nom d’écrivain, et de son portrait, cohabite avec des jeux de pseudonymes dont les stratégies sont bien plus médiatiques que littéraires : le fameux Ashelbé, Henri la Barthe, créateur du journal, promeut aussi et peut-être surtout son agence, « rue La Bruyère », où « il reçoit tous les jours de 4h à 7h », qui devient au fil des ans un laboratoire et finalement, à la veille de la Seconde guerre mondiale, « l’École internationale de détectives et de reporters spécialisés ». Un certain M. Lecoq signe plusieurs articles, comme si l’héritage de Gaboriau pouvait asseoir la vraisemblance d’un récit rédigé pourtant par celui qui est parfois désigné comme « l’envoyé spécial à Bruxelles ».

Surtout, les « collaborateurs » de Détective sont bien loin de se limiter au cercle des « auteurs » figurés en médaillon photographique ; et c’est le « devenir-auteur » de toute une galaxie d’experts en tous genres qui fait vivre le journal dans sa polyphonie médiatique.

Ainsi le magazine exploite-t-il un ressort narratif dont le livre ne peut faire qu’un usage limité : celui qui consiste à pratiquer l’échange de rôles, du personnage à l’auteur, et vice versa, du témoin à l’énonciateur, de l’expert au conteur. Ces valses auctoriales créent une dynamique exploitant les ressources multiples de la délégation d’énonciation.

3En février 1939, « Ma parole d’homme » fait entendre les « confessions d’un souteneur », quand « J’arrive de Barcelone » rapporte l’expérience d’un militaire français engagé en Espagne aux côtés de l’armée républicaine ; en 1929, « par amour de l’étrange », et dès le premier numéro, un « écrivain tchèque » passe la barre, et devient un criminel ; le même sort menace le célèbre Edgar Wallace, « surnommé, à Londres, l’ami des criminels6 » .

4« Si jamais », commente l’auteur de son portrait, « il prenait l’idée à Edgar Wallace d’abandonner la brillante carrière littéraire et de racoler des malfaiteurs », « il lui faudrait peu de temps et peu d’efforts »; le docteur Henri Drouin, médecin en dispensaire, livre dans un numéro où un « chien en cellule » fait la Une, le récit de son expérience auprès des prostituées, sous le titre « Au pays de l’amour vénal » – qui paraîtra l’année suivante, en 1930, chez Gallimard, avec le titre Femmes damnées, avant de reparaître en 1945, aux éditions nommées « La Vulgarisation scientifique » avec un sous-titre bien plus explicite : « Essai sur les carences sexuelles féminines dans la littérature et dans la vie ». Enfin, le dernier directeur du journal, Marius Larique, annoncé comme « mobilisé » dès le printemps 1940 – une signature intérim se substitue à la sienne – fait soudain retour, quelques jours avant la disparition du titre, pour rapporter dans un article amplement censuré, intitulé « Corps français » la vie quotidienne d’un soldat au front. Son récit rompt avec la « mauvaise propagande » dénoncée dans l’éditorial de ce même numéro, et se conclut ainsi : « Vous voyez que ce n’est pas de la rigolade7 ».

Les cas de transferts de compétence, qui voient des spécialistes de la « fabrique de crimes » devenir les auteurs d’un jour ou de plusieurs livres, sont excessivement nombreux. Devenir auteur, tel est l’offre proposée par l’éditeur Gallimard à cette galaxie composite de gendarmes et de voleurs, de victimes et de faux coupables ; là se trouve aussi la part d’innovation vis à vis de récits parfois issus d’un savant travail de recyclage.

Entre Le Poison blanc – le livre paru chez Denoël – et « J’étais un esclave de la drogue », publié en feuilleton dans le numéro 535 de Détective, la plus value ne tient pas seulement à l’effet de recalibrage, ni même à l’apport de l’illustration. Elle réside aussi dans l’alternance ambiguë d’énonciateurs, qui aux côtés de l’auteur déjà évoqué plus haut, Marcel Montarron, fait figurer le narrateur de cet épisode, Christo, « rescapé de la drogue », qui en est aussi le protagoniste. Au point qu’on ne sait pas très bien auquel de ces deux noms renvoient les deux visages placés côte à côte, du ventru cinquantenaire, ou du fringuant fumeur d’une quarantaine d’années. Car l’auteur peut endosser le rôle principal de son propre récit, ou bien le personnage se faire temporairement écrivain : c’est après tout l’expérience qu’avait restituée, dans un numéro de mars 1929, un certain Ralph Oyler, « agent du gouvernement fédéral des Etats-Unis pour la répression de la vente illégale des stupéfiants ». « Mes chasses aux trafiquants de drogue » raconte en effet une expérience d’immersion, qui mène ce représentant des forces de l’ordre à se faire lui-même passer pour un trafiquant, avant de se transformer en journaliste d’un jour.

Le même jeu de délégation d’énonciations est mis en œuvre autour de l’affaire des bagnards innocents, qui fait l’objet du premier jeu-concours lancé par Détective, après avoir contribué à la notoriété d’Albert Londres lors de sa publication par Le Petit Parisien, en août 1923. Dessins de bagnards anonymes, signature discrète de celui qui n’assume qu’en bas de page un reportage présenté par le quotidien comme « Notre enquête », prédominance de la forme dialoguée : les codes auctoriaux sont dans le Petit Parisien bien différents, fondus dans la norme du journal d’information, et ils seront à peine modifiés par la reprise en volume, dès 1924, dans la collection « Grands reportages » publiée chez Arléa.

Six ans plus tard, dans les colonnes de Détective, le scandale des déportations abusives devient un véritable carrefour de récits, confiés tour à tour à toute une série d’acteurs concernés par cette injustice8. Cela commence bien sûr par le bagnard Dieudonné, qui se fait l’auteur du récit de sa vie ; « L’enquête au bagne » de Londres se transforme en une série de témoignages intitulée « Forçats », rédigée à la première personne par celui qui s’apprête à faire paraître, dans l’édition NRF, un livre intitulé La Vie des forçats – les annonces figurent en page 16 du magazine, et le portrait de Dieudonné apparaît à plusieurs reprises dans le journal.

  • 9 Détective, n°17, 21 février 1929, p. 11.

Mais cela concerne également l’ancien gouverneur de Cayenne, Jean-Charles Chanel, auteur le 22 novembre 1928 d’un article intitulé « Ce que j’ai vu au bagne » et d’un autre consacré au cas d’un forçat à innocenter, Roussenq. Cela concerne enfin un reporter, Georges Le Fèvre, qui prévient sans ambages dans l’article publié sous le titre « Amour Lakdal », qu’il a déjà raconté, quatre ans plus tôt, « cette histoire » « aux lecteurs du Journal, en la dédiant au Ministre des Colonies » mais qu’il « la raconte aujourd’hui aux lecteurs de « Détective »9.

Le support périodique offre donc au récit de crime les ressources d’une variation de focales quasiment panoramique ; par ailleurs, la diversification des formes d’auctorialité accompagne stratégiquement le lancement des différentes collections par lesquelles Gallimard défend sa place dans un marché éditorial de plus en plus concurrentiel, en variant les positionnements thématiques, les gammes de prix, les maquettes, et même les périodiques.

On ne saurait toutefois nier que cette grande souplesse dans les passages de plume s’accompagne d’une forme de mise en danger, fût-elle feinte, des identités d’auteur : masqués, drogués, criminels, évadés, mobilisés, ces journalistes à titre temporaire font-ils à eux tous le travail que l’on attend d’un « bon détective » ?

Ce serait oublier que le journal doit surtout convaincre son lecteur, qui à son tour est invité à entrer dans la danse.

Énonciation lectoriale et logique ludique

Tout support périodique visant un succès communicationnel doit trouver, d’une façon ou d’une autre, le moyen de réserver une place dans ses pages à la représentation de la figure du lecteur. C’est ce que je propose ici d’appeler, non sans barbarie, « l’énonciation lectoriale ».

  • 10 Voir Benoît Lenoble, « Le réclamisme » Naissance de l'événement médiatique en 1900, Sociétés & Repr (...)

Le cas de Détective, qui atteint le chiffre de 300 000 exemplaires imprimés, ne fait pas exception ; on pourrait évoquer les rubriques réservées au courrier des lecteurs, mais nous pensons ici surtout aux fameux jeux-concours, qui s’inscrivent dans la droite ligne des manifestations de « réclamisme » analysées par Benoît Lenoble chez les quatre « grands » quotidiens de la Belle Époque10.

  • 11 Dominique Kalifa, « Enquête et “culture de l'enquête” au XIXe siècle », Romantisme, vol. 149, n° 3, (...)

À la différence des devinettes mobilisant calcul des grains de blés ou pari sur la désignation de l’animal préféré, sans grand rapport non plus avec la médiatisation de performances sportives, cyclistes ou athlétiques, les concours de Détective proposent au lecteur de changer de rôle, et d’endosser la panoplie de l’enquêteur. La promesse démocratique portée par la mise en récit du paradigme indiciaire, bien établie par Dominique Kalifa11 trouve ici une expression communicationnelle qui met en jeu, une fois de plus, les formes d’énonciations auctoriale.

Scénarios de lecture et d’écriture

« Partout, pour tous » : c’est le slogan du journal, repris au-dessus de chaque éditorial. Les jeux-concours offrent l’occasion d’ajouter un troisième terme à la formule : « Partout, pour tous, par tous ». De fait, chaque jeu concours propose au lecteur de se faire expert à son tour, et d’entrer donc dans la vaste communauté des « collaborateurs de Détective ».

Or le « devenir-détective » du lecteur, qui engage une multiplicité de gestes mis en scène par le journal – lire l’intégralité du titre, bien sûr, mais aussi collectionner les livres présentés dans les annonces, voire céder aux sirènes de la publicité en acquérant certains gadgets techniques, ou bien en s’inscrivant dans les écoles de détectives parisiennes – cela signifie aussi et surtout s’engager dans une forme de lecture si active, qu’elle dirige naturellement vers un devenir-auteur. L’expertise du lecteur est stratégiquement transformée en manifestation auctoriale, selon un mécanisme communicationnel à double détente.

C’est d’abord la compétence du lecteur comme lecteur qui est mobilisée dans la mise en place et le lancement du jeu-concours. La capacité de juger, voire de rejuger la chose jugée, passe en effet par un travail de compilation des multiples récits déroulés dans l’espace du périodique. « Détective », promet la présentation du premier « référendum-concours », « va vous présenter dix hommes », « et ouvrir devant vous leur dossier »12 ; en mars 1929, le deuxième jeu-concours, « Les 13 mystères », propose au lecteur de parcourir, pour 13 cas criminels non résolus, « le dossier complet, les détails de l’enquête, les observations psychologiques »13.

La lecture de ces récits est elle-même mise en récit, selon un classique mais efficace jeu de mise en abyme : chacun des treize mystères est rapporté par le détective Joseph Leborgne, que le journaliste Georges Sim (Simenon) retrouve jour après jour dans une chambre d’hôtel envahie de « cent dossiers gonflés de coupures de journaux, de fiches anthropométriques et de photographies d’armes et de cadavres14 ».

Lire, c’est déjà savoir juger, suggère le magazine ; à condition de savoir bien lire, ou de lire les bons documents. Ainsi Georges Le Fèvre ne recule-t-il pas devant les « quinze cents dossiers » correspondant aux « quinze cents hommes » interrogés au bagne ; autant de livres à parcourir :

Ces dossiers de condamnés ne sont pas tous les mêmes, mais ils se ressemblent tous. Ils ont la même préface : L’extrait des registres matricules. Et la même substance : le Relevé des condamnations ultérieures15.

Alors que Joseph Leborgne, chez Sim-Simenon, ne cesse de constater l’incapacité des autres titres de presse à résoudre les affaires criminelles les plus mystérieuses – grands quotidiens passant à côté des principaux indices, « journal hebdomadaire » dont les indiscrétions « frisent souvent le chantage » – le magazine Détective prend un plaisir constant à s’auto-représenter entre les mains d’acteurs de la justice, en lecteurs compétents. Ainsi sur cette photo pleine page, portant la légende suivante :

  • 16 A. Chabrier et M.E. Thérenty notent que cette mise en scène réflexive et stéréotypée du journal par (...)

Me de Moro-Giafferri, debout, lit à MM. les jurés un article de « DÉTECTIVE » sur l’affaire Stein. Le procureur de la République, le président Laemlé et les avocats ont tous notre journal en mains. Une fois de plus, « DÉTECTIVE aura servi la justice et la vérité » 16.

La mise en intrigue de la lecture donne évidemment au lecteur le plus beau rôle, lui qui se fait lecteur de la lecture. Mais le journal va plus loin : tous les jeux concours ont pour caractéristique d’offrir au lecteur l’occasion de voir son nom figurer dans le journal.

Cela passe d’abord par les jeux de listes, dont le magazine, comme tous les journaux populaires, fait un usage intensif : à la liste des prix offerts, répond au moment des résultats, la liste des bonnes réponses, et surtout, celle des lecteurs lauréats. Nom, prénom, adresses, professions parfois : dès le premier « référendum-concours », ces lecteurs ont la chance de figurer dans leur journal, au même titre que les noms des bagnards qu’ils aideront peut-être à libérer.

Plus sophistiqué encore : le dispositif de mise en place des énigmes et des votes passe par la mention des réactions et des questions des lecteurs. Le jeu est alors le moment où c’est la lecture elle-même qui est mise en texte, puis publiée au cœur du magazine. Ainsi Louis Roubaud, dans le 2e numéro du journal, cite-t-il cet extrait d’un courrier reçu :

Est-il possible, écrit un lecteur, qu’il y ait au bagne, un homme, un seul homme innocent ? Je ne le crois pas. Si cela pourtant était, ce serait la faillite de tout notre système judiciaire, cela nécessiterait la révision absolue de toute notre jurisprudence pénale.

Ainsi, pour finir, peut-on estimer qu’en sophistiquant le recours médiatique au courrier des lecteurs, en faisant du jeu-concours l’un des ressorts réguliers, et parfois plutôt déplacé, de la fidélisation, Détective expérimente les ressources d’une communication ludique autour de la fabrique de crime. Les jeux de rôles entre auteurs, témoins et lecteurs participent de cette inventivité qui joue sur les frontières étroites séparant le criminel du crimonologue, l’écrivain du journaliste, l’amateur et l’auteur du crime – finalement, la réalité de la fiction.

Haut de page

Bibliographie

Foucault Michel, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et écrits I, 1954-1975, Quarto, Gallimard, 1994.

Lenoble Benoît, « Le réclamisme » Naissance de l'événement médiatique en 1900, Sociétés & Représentations, 2011/2 n° 32, p. 77-96.

Kalifa Dominique, « Enquête et « culture de l'enquête » au XIXe siècle », Romantisme, vol. 149, n° 3, 2010, p. 3-23.

Haut de page

Notes

1 Voir dans ce dossier l’article de Dominique Kalifa, « Henri La Barthe, l’inventeur de Détective », 2018.

2 Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Dits et écrits I, 1954-1975, Quarto, Gallimard, 1994.

3 Les modalités de lancement de ce titre et la composition mouvementée de sa rédaction sont détaillées dans Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective, fabrique de crimes ?, Nantes, éditions Joseph K., 2017, p. 23-35.

4 Détective, n° 535, 26 janvier 1939.

5 C’est dans ce sens que vont les informations données par Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty dans Détective, fabrique de crimes, op. cit., notamment p. 88-89.

6 Détective, n° 24, 11 avril 1929 : « Si jamais il prenait l’idée à Edgar Wallace d’abandonner la brillante carrière littéraire et de racoler des malfaiteurs, de former une bande mystérieuse et toute-puissante capable de perpétrer les crimes, les attentats, les expéditions les plus diverses et les plus hardies, il lui faudrait peu de temps et peu d’efforts. Mieux que tout Scotland Yard réuni, cet illustre écrivain connaît, fréquente toute la pègre depuis le plus terrible bandit jusqu’au plus insignifiant des escrocs. Et toute cette pègre l’aime ».

7 Détective, n°597, 16 mai 1940.

8 Voir dans ce dossier l’article de Jean-Lucien Sanchez « Le traitement du bagne colonial de Guyane par le magazine Détective », 2018.

9 Détective, n°17, 21 février 1929, p. 11.

10 Voir Benoît Lenoble, « Le réclamisme » Naissance de l'événement médiatique en 1900, Sociétés & Représentations, 2011/2 n° 32, p. 77-96.

11 Dominique Kalifa, « Enquête et “culture de l'enquête” au XIXe siècle », Romantisme, vol. 149, n° 3, 2010, p. 3-23.

12 Détective, n°1, 1er novembre 1928.

13 Détective, n°20, 14 mars 1929.

14 Voir dans ce dossier l’article de Marie-Astrid Charlier consacré à Simenon : « “Le plus passionnant et le plus original de tous les jeux” : les Treize de Georges Sim, par Détective (1929-1930) », 2018.

15 Détective, n°17, 21 février 1929.

16 A. Chabrier et M.E. Thérenty notent que cette mise en scène réflexive et stéréotypée du journal par et dans le journal reproduit un modèle dont l’une des premières manifestations se trouve chez Edgar Poe, Le Mystère de Marie Roget, et qui est devenu un système chez Conan Doyle, Détective, fabrique de crimes ?, op. cit., p. 126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Wrona, « Pour faire un bon journaliste : figures de l’auteur dans Détective », Criminocorpus [En ligne], Détective, histoire, imaginaire, médiapoétique d’un hebdomadaire de fait divers (1928-1940), Communications, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/5438

Haut de page

Auteur

Adeline Wrona

Adeline Wrona est professeur en sciences de l’information et de la communication au Celsa-Paris-Sorbonne. Elle est spécialiste des formes et écritures médiatiques. Elle dirige le centre de recherche GRIPIC. Elle a notamment écrit Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook, Hermann, 2012 et Zola journaliste, Flammarion, 2012. Elle a aussi dirigé avec Alexis Levrier, Matière et esprit du journal, PUPS, 2013 et avec Emilie Seignobos, Figures de l’autorité en régime médiatique, Les Petits Matins, 2017.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page