Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Allinne, Mathieu Soula (dir.), La mort pénale. Les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 208 p.
Mathieu Vivas
Référence(s) :

Jean-Pierre Allinne, Mathieu Soula (dir.), La mort pénale. Les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 208 p.

Texte intégral

1À travers un titre simple mais accrocheur, La mort pénale, Jean-Pierre Allinne et Mathieu Soula éditent les actes d’un colloque organisé par le Centre Aquitain d’Histoire du Droit (CAHD) à l’Université de Montesquieu-Bordeaux 4 en 2013. L’ouvrage rend compte d’une optique interdisciplinaire certaine. Issu d’horizons divers, chaque contributeur a en effet nourri les réflexions sur les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort. Ce sous-titre est expliqué dans l’introduction des éditeurs : loin d’offrir aux lecteurs des pages opposant encore une fois une mort « normale » à une mort pénale, le pour au contre, cette publication se voulait dépasser les débats de 1791, de 1908 et de 1981 en embrassant des éléments politiques, historiques et scientifiques. L’objectif est atteint et tous les participants ont pris soin de replacer la problématique dans un contexte historique empreint d’une dimension sociale et politique. En allant au-delà d’une histoire des idées, l’ensemble des contributions convie ainsi à réfléchir à l’élimination létale et pénale, de la fin du Moyen Âge au XXIe siècle.

2Onze articles se répartissent dans trois chapitres, chacun précédé d’un propos liminaire. Le premier volet s’ouvre sur la question de l’abolition et permet de se dégager de préjugés : l’histoire de la peine de mort induit en effet celle de son abolition et amène, en ce sens, aux concepts de droits de l’Homme et de dignité humaine. Si les articles de Laurence Soula et de Jean-Claude Farcy discutent les avancées et les reculs de la pensée abolitionniste en matière politique, ils prouvent qu’entre le XIXe et le XXe siècle le contexte social ne peut être mis de côté. Entre concept de civilisation cher à Nobert Élias et existence de la peine capitale aux États-Unis, Jean-Pierre Allinne livre ensuite une réflexion sur la punition de « l’Autre » – i.e. du semblable – dans un système démocratique.

  • 1 Martine Charageat, Mathieu Vivas (dir.), Les fourches patibulaires médiévales et modernes. Approche (...)

3L’esprit libéré des associations mentales (lien entre l’histoire de la peine et celle de son abolition, lien entre l’abolition de la peine de mort et l’émergence d’une société civilisée et démocratique, etc.), le lecteur aborde une deuxième partie consacrée aux pratiques de la peine de mort. Héritière d’une large historiographie, Martine Charageat rapproche la peine de mort médiévale de son nécessaire corollaire, la grâce : elle prouve que le châtiment est un « outil » judiciaire publique au service d’autorités soucieuses d’asseoir et de légitimer leur pouvoir. Alors qu’elle déconstruit l’image d’un Moyen Âge violent où la peine de mort serait assénée à tout va, Pierre Prétou entre dans le champ des représentations et se penche justement sur la construction de ce poncif. C’est à travers les « images » du paradigmatique gibet parisien de Montfaucon qu’il montre comment le symbole de la haute justice royale s’est mué en celui d’une justice sanglante et morbide. Comme les deux articles qui le précèdent, celui de Mathieu Soula amène à réfléchir sur les rituels, les pratiques, les usages et les représentations de la peine de mort. En se concentrant sur les fourches patibulaires toulousaines, il démontre que la sentence capitale et le cadavre des condamnés à mort ont des fonctions politiques et sociales. À l’heure d’un renouvellement des études sur les fourches patibulaires, les contributions de Pierre Prétou et de Mathieu Soula trouvent leur sens à l’aune d’une dialectique interdisciplinaire1. Envisagé par les trois articles précédents, le spectacle de la peine de mort est mis à l’honneur par Emmanuel Taïeb. Théâtre d’émotions diverses et variées, l’échafaud laisse poindre une communication visuelle que chaque individu, chaque groupe, peut interpréter de façon différente. Loin de la scène pénale, la contribution de Michel Porret et de Ludovic Maugué permet justement de voir que la pratique plus « médicalisée » de la peine de mort n’est pas seulement tributaire du processus de civilisation mais, bien au contraire, qu’elle répond d’une adaptation aux raisonnements des abolitionnistes.

  • 2 Olivier Milhaud, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espac (...)

4La troisième partie s’engage sur la voie de l’élimination et démontre que la mort pénale, outre rimer avec sanction létale, rime également avec mort juridique et sociale. C’est alors que le thème de la prison apparaît et invite à s’intéresser aux modalités de la « punition par l’espace2 ». Si la réclusion criminelle à perpétuité est souvent pensée comme un substitut de la peine de mort, les articles de Sébastien Pellé et de Jean Danet prouvent qu’elle est une forme de l’élimination pénale. C’est dans ce contexte carcéral que Denis Salas aborde le décès des criminels : incarcérés à vie, séparés et invisibles, ils sont soumis à une mort qui, loin du spectacle de la guillotine et du gibet, peut toutefois être qualifiée de pénale.

5Pour le chercheur et l’étudiant, non plus curieux d’une histoire de la peine de mort, mais désireux de comprendre les modalités de la mort comme peine, l’ouvrage publié par Jean-Pierre Allinne et Mathieu Soula est une référence bibliographique incontournable. Parce qu’il donne justement la part belle aux enjeux historiques et contemporains de la peine de mort, parce qu’il laisse poindre la diversité des investigations possibles (archéologie et archéo-anthropologie, médecine légale, etc.), ce livre prolonge la réflexion – et la conclusion le certifie – en l’inscrivant dans le vaste champ de l’élimination pénale.

Haut de page

Notes

1 Martine Charageat, Mathieu Vivas (dir.), Les fourches patibulaires médiévales et modernes. Approche interdisciplinaire, Actes du colloque international tenu à Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac) les 23 et 24 janvier 2014, Publication en ligne sur Criminocorpus.

2 Olivier Milhaud, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de géographie sous la direction de Guy Di Méo, Bordeaux 3, 2009, 368 p. (La thèse a été publiée : Olivier Milhaud, Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, Paris, CNRS éditions, 2017, 300 p.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Vivas, « Jean-Pierre Allinne, Mathieu Soula (dir.), La mort pénale. Les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort », Criminocorpus [En ligne], 2019, mis en ligne le 31 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/5599

Haut de page

Auteur

Mathieu Vivas

Mathieu Vivas est maître de conférences en histoire et archéologie du Moyen Âge (IRHiS-UMR CNRS 8529 Université de Lille).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page