Navigation – Plan du site

Francis Mézières, Alger, 24 janvier 1960, t.1 : Genèse du suicide de l’Algérie française, t. 2 : Mythes du suicide de l’Algérie française

Paris, Les Éditions d’Alésia, 2018, 912 et 880 p.
Jean-Noël Luc
Référence(s) :

Francis Mézières, Alger, 24 janvier 1960, t.1 : Genèse du suicide de l’Algérie française, t. 2 : Mythes du suicide de l’Algérie française, Paris, Les Éditions d’Alésia, 2018, 912 et 880 p.

Texte intégral

Des faits à la désinformation et à un nouvel objet d’histoire

  • 1 Yves Courrière, La Guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 1968-1970, rééd. 2001, t. 2, p. 525 sq.

1Ce dimanche de janvier 1960, plusieurs milliers de Français « de souche européenne » manifestent au centre d’Alger, malgré l’interdiction, contre le limogeage du général Massu, commandant du corps d’armée et préfet de l’Algérois, en désaccord avec la voie de l’autodétermination choisie par De Gaulle. À la faveur de la grève générale, les activistes de l’Algérie française espèrent refaire, avec le soutien d’une partie des troupes, le putsch du 13 mai 1958, qui avait imposé à la métropole les volontés du « comité de salut public civil et militaire », créé à Alger. Des armes sont mises en batterie dans plusieurs bâtiments. Des barricades s’élèvent. Le rassemblement tourne à l’insurrection. À 18h, les autorités font intervenir les 1 074 militaires de 15 escadrons de gendarmerie mobile (EGM). Mais les gendarmes essuient un feu nourri, pendant 37 minutes, jusqu’à l’arrivée des parachutistes, acclamés par une foule avec laquelle certains d’entre eux sympathisent. Bilan dramatique : 8 manifestants tués par balles et 51 blessés, 14 gendarmes tués par balles et 119 blessés. « La foule, surexcitée depuis des heures, “chauffée” par les slogans, atterrée par la fusillade, se “paye” du gendarme. On se rue sur les blessés pour les achever » écrira le journaliste Yves Courrière, avant de poursuivre : « pour les manifestants qui ne savent rien, ni du plan de feu, ni des pneus bourrés d'explosifs lancés contre les gendarmes, ni des pains de plastic piqués de crayons allumeurs jetés des fenêtres, ce sont les gendarmes qui ont tiré les premiers1 ».

  • 2 Jacques Frémeaux, « Les barricades d’Alger (24 janvier-1er février 1960) », in A. Corbin, J.-M. May (...)

2Les vrais fautifs ? Pour les partisans de l’Algérie française, les mobiles, « dopés à l’alcool », ont tiré sans sommations sur des citoyens contraints de se défendre. Mais la version change lorsque plusieurs témoignages réfutent cette accusation. Envoyés par le chef de l’État, des barbouzes déguisés en gendarmes auraient tiré dans le dos des escadrons et sur les manifestants. Jusqu’à nos jours, les publications favorables à l’Algérie française cuisinent les mêmes ingrédients : forfait des mobiles ou complot gaulliste. Quand ils ne se contentent pas d’une phrase lapidaire, renvoyant les adversaires dos à dos, les travaux sérieux mentionnent très rapidement, sauf exception2, le déclenchement de la fusillade par les insurgés et la riposte des gendarmes.

3Cinquante-huit ans plus tard, l’événement est enfin traité comme un objet d’histoire autonome. Et quelle histoire ! Un monument : 1792 pages au style fluide. Un auteur titulaire d’une maîtrise d’histoire, officier parachutiste pendant son service national, puis officier de gendarmerie, en particulier instructeur au centre de Saint-Astier, jusqu’en juin 2018. Un corpus archivistique impressionnant. Une reconstitution méticuleuse des faits, heure par heure, mètre par mètre. Des investigations d’officier de police judiciaire sur les trajectoires balistiques et les blessures des victimes.

Quelques conclusions

4D’abord, la responsabilité incontestable des activistes dans le déclenchement et l’ampleur de la fusillade. De multiples témoins, y compris parmi les protestataires, décrivent, tous de la même manière, les premiers coups de feu, puis les premières rafales d’armes automatiques, tirés par des émeutiers. De simples manifestants sont d’ailleurs touchés par des tirs fratricides venus d’un immeuble ou d’une barricade : « les numéros pairs tiraient sur les numéros impairs, si j'ose dire », rapporte un officier parachutiste lors du procès de l’insurrection.

5Les gendarmes mobiles avaient désapprovisionné leurs armes, sur ordre de leur commandant, avant le début de l’opération. Comment réagissent-ils aux milliers de balles tirées par des émeutiers armés notamment de fusils-mitrailleurs et de pistolets-mitrailleurs ? Par onze tirs de légitime défense (69 balles), tous identifiés. Pourquoi une riposte aussi limitée ? Choc de l’attaque ? Recherche d’un abri ? Évacuation prioritaire des blessés ? D’après l’auteur, la vraie raison de cette stricte discipline de feu s’explique autrement. D’abord, par la consigne donnée aux EGM : dégager une zone sans provoquer un bain de sang. Ensuite, par l’expérience du combat chez la majorité de leurs chefs, conscients de l’inutilité des tirs à l’aveuglette ou dans la pénombre.

6Et les parachutistes du 1er REP et du 1er RCP ? Où étaient-ils passés après leur départ immédiat, assurent leurs chefs, pour aller soutenir les gendarmes, 400 mètres plus loin ? Le mystère est enfin levé. Le matin, ces soldats n’ont pas bloqué les participants à la manifestation – organisée avec la complicité de chefs militaires hostiles à De Gaulle, dont le colonel Gardes, futur dirigeant de l’OAS, et qui apparaîtra sur le balcon du PC Ortiz aux côtés des insurgés. Pendant la fusillade, et malgré les consignes reçues, ils sont maintenus sur place par leurs officiers. Sur la question déterminante de l’heure d’arrivée des paras, l’analyse méticuleuse – 44 pages ! – des contradictions, des informations horodatées invraisemblables et in fine des mensonges de leurs chefs est convaincante. Au cours des jours suivants, et alors que le général de Gaulle condamne le mouvement dans son allocution du 29 janvier, la bienveillance des parachutistes envers les insurgés limite la marge de manœuvre des autorités. Le 1er février, les derniers émeutiers retranchés se rendent aux légionnaires du 1er REP, qui leur présentent les armes.

  • 3 Jacques Favreau, Lieutenant au 1er REP, Triel-sur-Seine, Éditions Italiques, 2007, p. 169-172, 184, (...)
  • 4 Jean Sévillia, Les Vérités cachées de la Guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2018, p. 258.

7Restent les mythes, forgés par les partisans de l’Algérie française pour entraver l’enquête judiciaire et fausser, jusqu’à nos jours, la compréhension des événements. Vrai cas d’école d’action psychologique, estime l’auteur, qui confronte à d’autres témoignages toutes les interprétations qu’il juge fallacieuses. Mais la désinformation trouve, jusqu’à nos jours, de multiples relais. Dans son autobiographie, Lieutenant au 1er REP (2007), le général Jacques Favreau, ancien contrôleur général des armées, minimise délibérément l’attaque des insurgés et dénonce la perte de sang-froid des gendarmes, rafalant à tort et à travers : « ils ripostaient par un feu nourri à ce qui était, très certainement, des tirs isolés de provocation, ce qui nous sera confirmé plus tard. […] [Leur] réaction, tournant à l’affolement, a été catastrophique ». Il faut dire que dans un autre récit, publié en janvier 2019 par Le Casoar, la revue des anciens élèves de Saint-Cyr, cet ancien légionnaire rend hommage aux émeutiers3... Plus sobre, Jean Sévillia, chroniqueur au Figaro, attribue le déclenchement du drame à « un coup de feu, qui restera “d'origine inconnue” », une approximation parmi d’autres4.

En prime, les portraits des protagonistes

8Cette histoire d’un jour s’élargit à celle des événements survenus entre le soulèvement nationaliste dans le Constantinois, en mai 1945, et la fin du conflit, en 1962. Sans négliger la dimension militaire des affrontements, l’auteur propose, au fil de trois chapitres, une relecture de la Guerre d’Algérie sous l’angle inhabituel du maintien et du rétablissement de l’ordre. Il consacre, en plus, une notice à chacun des principaux acteurs du 24 janvier 1960 : les 64 chefs opérationnels des 15 EGM, les 18 officiers de l’armée, légalistes ou non, mêlés aux événements, et dont la complicité de certains avec les ultras est méthodiquement analysée, enfin les activistes à l’origine de la manifestation puis de la fusillade, et dont plusieurs participeront à la création, en février 1961, de l’Organisation de l’Armée Secrète (OAS), qui défendra, y compris par le terrorisme à grande échelle, la présence française en Algérie. Dernier geste envers les lecteurs : une annexe sur le destin militaire, politique et professionnel de 74 protagonistes des deux camps après 1962. Rien de superflu : la mémoire de l’armée, lissée par les amnisties successives, peut être très lacunaire à l’occasion de la promotion, de la décoration ou du décès de certains de ses cadres, engagés dans l’OAS.

Une étude originale et féconde

  • 5 Jacques Frémeaux, « La Gendarmerie et la Guerre d’Algérie », in J.-C. Jauffret et M. Vaïsse (dir.), (...)

9Francis Mézières ne recule pas devant les plaidoyers et les réquisitoires, il est vrai toujours documentés. Sans doute les spécialistes de la Guerre d’Algérie discuteront-ils certains éléments de sa démonstration, par exemple à propos de la conduite des opérations, que d’autres lecteurs préféreront rejeter en bloc. On retiendra ici les nombreux apports d’un travail érudit, enrichi par la double expérience d’un militaire et d’un professionnel de la police des foules. En premier lieu, une histoire totale, et à ce titre pionnière, d’une opération de maintien et de rétablissement de l’ordre. Totale, puisqu’elle réussit à croiser toutes les approches de l’événement : politique, sociale, tactique, matérielle, judiciaire, médico-légale, humaine et narrative. Et pas n’importe quel événement : le plus meurtrier pour la gendarmerie mobile, tombée dans la principale embuscade urbaine tendue à la force publique au XXe siècle. Un épisode curieusement oublié dans la mémoire de l’institution, alors que le nombre des acteurs-témoins s’est déjà beaucoup raréfié. La radiographie du 24 janvier 1960 à Alger complète également l’historiographie de la Guerre d’Algérie à propos d’un moment clé déterminant. D’abord, pour comprendre les origines du divorce entre la population européenne et les gendarmes mobiles. Ensuite, pour éclairer un peu plus la méfiance croissante entre la gendarmerie et une partie de l’armée de terre. Rien ne fut toujours simple pour certains des gendarmes départementaux, immergés dans la population et recrutés à 40% parmi les Français d’Algérie. Mais les tiraillements, jusqu’à l’état-major, n’ont pas empêché l’héritière de la maréchaussée de rester fidèle au pouvoir légitime, en 1960, en avril 1961 lors du « putsch des généraux », puis tout au long de la lutte contre l’OAS, à laquelle elle participe activement5. L’ouvrage de Francis Mézières nous en dit plus sur l’histoire particulière des gendarmes mobiles, mais aussi sur celle du maintien de l’ordre, de la Guerre d’Algérie et de l’armée.

Haut de page

Notes

1 Yves Courrière, La Guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 1968-1970, rééd. 2001, t. 2, p. 525 sq.

2 Jacques Frémeaux, « Les barricades d’Alger (24 janvier-1er février 1960) », in A. Corbin, J.-M. Mayeur, La Barricade, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 502 sq ; Emmanuel Jaulin, La Gendarmerie dans la Guerre d’Algérie, Paris, Lavauzelle, 2009, p. 266 sq (doctorat sous la direction de J. Frémeaux). Un article pionnier a été consacré à une partie de l’événement par Marc-Olivier Gavois (« Le bilan de la fusillade du 24 janvier 1960 : genèse d’un mythe ? », RHOM, 2000, n° 328-329, p. 272-273), qui, « d’après les sources dont [il] dispose », estime qu’il ne peut rien affirmer à propos du déclenchement de la fusillade, mais que le nombre officiel de gendarmes blessés est exagéré.

3 Jacques Favreau, Lieutenant au 1er REP, Triel-sur-Seine, Éditions Italiques, 2007, p. 169-172, 184, et Le Casoar, n° 232, janvier 2019, p. 24.

4 Jean Sévillia, Les Vérités cachées de la Guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2018, p. 258.

5 Jacques Frémeaux, « La Gendarmerie et la Guerre d’Algérie », in J.-C. Jauffret et M. Vaïsse (dir.), Militaires et guérilla dans la Guerre d’Algérie, Bruxelles, Complexe, 2001, p. 73 sq ; Emmanuel Jaulin, op. cit., p. 266-368.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Noël Luc, « Francis Mézières, Alger, 24 janvier 1960, t.1 : Genèse du suicide de l’Algérie française, t. 2 : Mythes du suicide de l’Algérie française », Criminocorpus [En ligne], 2019, mis en ligne le 08 février 2019, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/5854

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Luc

Jean-Noël Luc est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne-Université, où il a ouvert, en 2000, un séminaire de recherche sur l’histoire des gendarmes, élargi ensuite à celle des policiers et des agents d’autres forces de sécurité. Il a dirigé plusieurs ouvrages collectifs, dont Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherche, Maisons-Alfort, SHGN, 2005 ; Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002 ; Soldats de la loi. La gendarmerie au XXe siècle, Paris, PUPS, 2010 ; Histoire des gendarmes, de la maréchaussée à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions, 2016 et, avec Arnaud-Dominique Houte, Les Gendarmeries dans le monde, de la Révolution à nos jours, Paris, PUPS, 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page