Navigation – Plan du site
Média, violence et non-violence

Surveiller les Stones : musique et violence à Berlin. Les débats transnationaux des années 1960

Bodo Mrozek
Traduction de Jean-Léon Muller

Résumés

L’article analyse la violence qui éclata lors d’un concert des Rolling Stones en 1965 à Berlin-Ouest. À partir d’une lecture attentive des archives de la police de Berlin, il explique les événements par l’incompréhension des nouvelles formes d’expression culturelle, mais également en raison d’idées démodées sur le maintien de l’ordre, idées profondément enracinées dans l’histoire allemande et enfin en raison de défaillances logistiques. En analysant les suites du concert, l’article montre comment non seulement l’événement lui-même, mais aussi les effets de la musique rock en général et l’état de la jeunesse d’après-guerre furent un sujet énormément débattus dans les médias devenant même un sujet de débat politique au parlement municipal de Berlin. Tout cela eut pour conséquence des réformes de la police et l’établissement de nouvelles normes de sécurité pour les salles de concert et les stades élaborées à l’échelle internationale. L’article suggère donc de considérer le milieu des années soixante comme un tournant (“Schwellenzeit”) dans la fondation d’une nouvelle culture rock et pop.

Haut de page

Texte intégral

« Heißer geht’s nicht mehr [Ça va chauffer comme jamais] », septembre 1965Afficher l’image
Crédits : Archiv der Jugendkulturen e.V. Berlin.
  • 1 Voir Bodo Mrozek, Jugend – Pop – Kultur. Eine transnationale Geschichte, Berlin, Suhrkamp, 2019, p. (...)
  • 2 L’écho de ces événements a fait l’objet d’un article de presse : Bodo Mrozek, « Aktion Steinschlag. (...)

1Le début des années 1960 se déroula de façon relativement calme, comparé à la décennie précédente où les affrontements liés au rock’n’roll ainsi que les clichés sociaux péjoratifs associés aux appellations « Halbstarken », blousons noirs ou juvenile delinquents, n’avaient cessé de faire la une des médias. S’il sembla un instant que les danses comme le twist avaient relégué les troubles du rock dans le passé, vers la deuxième moitié des années 1960, les médias se firent l’écho de plusieurs débordements. Il y eut entre autres la « Beatlemania », qui déferla sur l’Europe, les États-Unis et jusqu’au Japon. On assista aux bagarres entre Mods et Rockers dans les stations balnéaires du sud de l’Angleterre, tandis qu’à Paris un concert de masse annoncé comme la « nuit de la Nation » échappa à tout contrôle1. Dans le cadre de cet article, nous nous limiterons à la tournée des Rolling Stones qui, à l’automne 1965, devint en Allemagne le point de mire des discours médiatiques, policiers et politiques2. Nous évoquerons donc davantage la réception du concert que le groupe et sa musique qui sont suffisamment connus. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur les rapports de police et sur les articles de presse des mois qui suivirent les événements.

Des préparatifs au concert des Stones à Berlin

  • 3 « Stones Dragnet ! Police riot squads ready for action », Melody Maker, 5 septembre 1964, p. 1.
  • 4 Linda Martin, Kerry Segrave, Anti-Rock : the Opposition to Rock’n’Roll, Boston, Da Capo Press, 1993 (...)

2La tournée des Rolling Stones fut organisée par le périodique pour jeunes Bravo, sur le modèle de son équivalent français Salut les copains qui, deux années plus tôt, avait organisé, en collaboration avec Europe 1, le concert de la place de la Nation. La tournée de Bravo comprenait quant à elle des concerts à Münster, Essen, Munich, Berlin et Hambourg. Elle fut précédée par des informations alarmistes concernant, d’une part, la réputation des Stones et, d’autre part, des événements liés à leurs concerts à l’étranger : en Irlande, les fans avaient envahi la scène ; on apprit qu’au cours de leurs tournées en Grande-Bretagne, ceux qu’on surnommait les « Wild Ones of Beat » se déplaçaient en camions sans fenêtres sur des routes tenues secrètes, comme pour une « opération militaire3 » ; en Écosse à Blackpool, en Irlande du Nord à Belfast, en Suède à Halsingborg et dans la ville américaine de Lynn, des manifestations avaient eu lieu avec, dans certains cas, l’intervention de chiens policiers et de policiers armés de lances à eau4.

« Le groupe le plus dur du monde »

« Le groupe le plus dur du monde »

Polizeihistorische Sammlung Berlin

  • 5 « Tick im Hirn », Der Spiegel, no 37, 1965, p. 122.
  • 6 Voir « Die ‚Steine’ rollen auf uns zu », B.Z., 9 septembre 1965 ; « Bindet die Stühle an! », Quick, (...)
  • 7 Voir Bodo Mrozek, Jugend – Pop – Kultur, op. cit., p. 641.

3Avant la tournée allemande des Stones, le quotidien populaire Bild avait déclaré que le groupe avait « l’hystérie, les évanouissements et les bagarres » pour « premier objectif5 ». Le journal berlinois B.Z. prédit que la Waldbühne de Charlottenburg, scène de plein air en forme d’amphithéâtre datant de 1936, devait « s’attendre à tout », tandis que le magazine Quick titra « Attachez les chaises ! » et déclara craindre « le pire6 ». Même Bravo fit la promotion de l’événement à coup de superlatifs tapageurs : les annonces et les tickets promettait le « groupe le plus hard du monde » avec pour slogan « ça va chauffer comme jamais7 ! » Par la suite, ces expressions furent considérées comme autant de prophéties s’étant réalisées.

  • 8 Memento sur l’arrivée de l’orchestre anglais „The Rolling Stones“ à Berlin, 9 septembre 1965, Poliz (...)
  • 9 À l’hôtel Sachsenhof de la Nollendorfplatz. Voir « Die ‚Rolling Stones’ wohnen im Hilton“ », Bild-Z (...)
  • 10 Ibidem.

4Les préparatifs s’accompagnèrent d’emblée d’une vaste opération policière. Lorsque le 15 septembre, les cinq jeunes britanniques descendirent de la passerelle à l’aéroport de Tegel, d’importantes mesures avaient été prises pour sécuriser la piste. Seule un petit nombre d’invités triés sur le volet, une douzaine de proches des organisateurs et quelques reporters, purent aborder les musiciens qui quittèrent, avec l’autorisation spéciale du commandant du secteur français de Berlin, la partie militaire de l’aéroport par un accès normalement fermé au public8. Un bus les conduisit alors immédiatement jusqu’à leur hébergement tenu secret. On avait volontairement livré une fausse information à la presse selon laquelle des chambres avaient été louées en centre ville. Le groupe fut en réalité logé, en toute discrétion, à Grunewald, quartier de la périphérie berlinoise peu peuplé et recouvert en grande partie par la forêt9. Le groupe emprunta ensuite un itinéraire confidentiel à travers des rues secondaires de Berlin pour rejoindre la salle de presse des éditions Springer, où eut lieu une conférence de presse annoncée peu de temps auparavant. Le cortège était accompagné de voitures banalisées afin d’écarter d’éventuels fans motorisés, mais aucun imprévu ne se produisit10.

  • 11 Voir le rapport du commandement de la Schutzpolizei S1, Berlin, 16 septembre 1965, p. 3, Polizeihis (...)
  • 12 Ibidem.

5Jusqu’au soir, les fans ne cessèrent d’affluer sans incident à la Waldbühne, où plus une seule place n’était disponible. Alors que près de 21 000 personnes étaient déjà massées dans l’enceinte, plusieurs milliers de fans n’ayant pu obtenir de places se pressaient devant l’entrée11. À 20 heures précises, les groupes berlinois prévus en première partie commencèrent à se succéder sur scène ; parmi eux, les Team Beats Berlin ainsi que Didi et ses ABC-Boys, célèbres pour leurs adaptations allemandes des tubes de Beatles. Le début du concert principal était lui programmé à 21 heures 3012.

  • 13 Voir le rapport de déroulement et d’expérience des mesures policières (note 7), p. 13.
  • 14 Ibidem, p. 6.
  • 15 Ibidem, p. 7.
  • 16 Ibidem.

6La police berlinoise avait pris tout un ensemble de mesures préventives avec, entre autres, la mise à disposition de 357 fonctionnaires, 12 policiers à cheval et 30 chiens13. Des groupes d’intervention et d’« importantes réserves » se tenaient prêts à coté de la scène14. Des agents de surveillance en civil et un espace pour regrouper d’éventuels prisonniers avaient aussi été prévus15. Mais on ne s’attendait manifestement pas à d’importants débordements, car l’équipement se limitait aux « tenues de services, visières de protections et matraques », sans casques, ni boucliers16.

  • 17 « Welcher Spieler hat uns in der Hand ? Eine Betrachtung von Wolfgang Fietkau », Blickpunkt, no 143 (...)
  • 18 Procès-verbal sur la manifestation de la Waldbühne du 15 septembre 1965, feuille 2.

7Dès 21 heures 10, il devint évident que cela ne suffirait pas. C’est alors qu’à l’extérieur de l’enceinte, les premières bouteilles se mirent à voler. Déjà quelques temps plus tôt on avait signalé quelques cas isolés de « matraquages policiers » pour empêcher des groupes de fans sans ticket de forcer les entrées. Des groupes plus importants furent « dispersés » par des lances à incendie, et quelques jeunes furent appréhendés et placés dans les espaces pour prisonniers. Les événements dans l’enceinte ont aussi été minutieusement consignés. À partir de 21 heures 10, l’atmosphère commença à « s’échauffer ». On assista au jet des premiers pétards et de quelques objets dont des chaussures et des sous-vêtements. Si l’on en croit un compte rendu de presse, des pièces de lingerie « orphelines » jonchaient la scène17. Vers 21 heures 15, le procès-verbal de la police signale un premier « pic de tension avant l’arrivée des “Rolling Stones18” ». À peine six minutes plus tard, il décrit l’escalade de la situation.

  • 19 Schutzpolizei S 1, s.d., s.p., PhS 3.43.3.
  • 20 Note sur le concert des „Rolling Stones“ du 15 septembre 1965 à la Waldbühne, 8 septembre 1965, PhS (...)
  • 21 Voir le rapport de déroulement et d’expérience des mesures policières, p. 6.
  • 22 Voir l’interview d’un participant aux heurts « Wenn man da mitten drinne is, denn fällt det ja nich (...)

8Alors que le groupe ne joue que depuis dix minutes, plusieurs douzaines de fans escaladent la scène pour y rejoindre les musiciens. Une première intervention de la police permet d’évacuer la scène non sans « usage des matraques » et, après une courte pause, le groupe peut se remettre à jouer. Mais à peine vingt minutes plus tard, l’organisateur interrompit le concert19. Vers 21 heures 50 les projecteurs qui baignaient la scène d’une vive lumière blanche s’éteignirent20. Cet éclairage avait été choisi sur la base d’expériences faites dans des concerts de jazz qui semblaient montrer que les émotions des fans pouvaient être canalisées et littéralement « refroidies » grâce à la lumière blanche. Mais à la Waldbühne, comme en témoigne le rapport de police, on obtint le résultat inverse : « sous le feu des projecteurs il [le public] a totalement perdu ses inhibitions et s’est senti placé au “centre photogénique” de toutes les attentions21. » Quand, à la demande des organisateurs, les projecteurs furent soudain éteints pour signifier aux spectateurs la fin de la représentation, plusieurs d’entre eux, subitement plongés dans l’obscurité, furent pris de panique22. Enregistrée à 22 heures, la « fin de la manifestation » eut lieu dans le désordre ainsi que le décrit le procès-verbal :

  • 23 Sur la manifestation de la Waldbühne du 15 septembre 1965 (rapport de déroulement et d’expérience), (...)

Des centaines de jeunes [essaient de] prendre d’assaut la scène. Dans le même temps commence la destruction volontaire de l’équipement de la Waldbühne. Des morceaux de bancs fracassés, des chaussures, des vêtements, des bouteilles vides, etc. sont lancés sur la scène ou sur les forces de police. Les effectifs engagés parviennent, en faisant usage de leurs matraques, à évacuer la scène et le terrain environnant. Les policiers se retirent pour être nouvellement répartis. La destruction des bancs, des clôtures, des barrières et des systèmes d’éclairages prend toujours plus d’ampleur23.

  • 24 Voir « Wenn man da mitten drinne is […] », op. cit., p. 7.
  • 25 Rapport de déroulement et d’expérience des mesures policières liées au séjour berlinois des « Rolli (...)
  • 26 Ibidem.
  • 27 Annexe b3 au S 1 524/65 du 23 septembre 1965 : « Abschrift des Kommentars von Matthias Walden über (...)

9Dans quelle mesure ses destructions étaient intentionnelles reste sujet à discussion. À l’occasion du concert de Bill Haley au Sportpalast de Berlin six ans plus tôt, certains comptes rendus rapportent que des spectateurs étaient montés à plusieurs sur des bancs pour y sauter en rythme tout en réclamant la poursuite du concert à l’aide de mégaphones. Le poids fit céder ces bancs en bois conçus pour des personnes assises, et quand les premières planches ont volé en éclats, les fans ont commencé à s’attaquer à d’autres bancs, soit sur le coup de l’excitation comme l’ont prétendu certains participants, soit, selon d’autres, par colère contre la brièveté du spectacle et l’utilisation des matraques par les policiers24. Le concert du jeune groupe dont le répertoire était encore limité ne devait de toute manière pas dépasser la demi-heure, mais, comme le concède le rapport de police, la fin de la représentation était « plus que prématurée pour une partie des fans en pleine extase25. » Peu de temps après cette interruption brutale, « pour éviter d’autres destructions, l’évacuation de la Waldbühne avec usage des matraques » commence vers 22 heures 1526. Un reporter de l’audiovisuel, qui a assisté aux événements depuis la tribune de la presse, en a fait une description semblable à celle d’un correspondant de guerre où, dans le vacarme, on distingue « le bruit sec de la destruction des bancs, les gémissements et les aboiements des chiens, les cris et les sifflements de la foule, les appels au secours des blessés et les bris de verre27. »

Des lendemains qui déchantent : dégâts et débats

  • 28 Voir Verlaufs- und Erfahrungsbericht über den polizeilichen Einsatz, S. 13.

10Le lendemain, le rapport de police dresse un lourd bilan comptable, dont certains chiffres seront revus à la hausse : 89 arrestations temporaires, 61 blessés auxquels on a administré les premiers secours, 28 blessés traités en ambulatoire, 26 blessés parmi les policiers – dont 6 hospitalisés –, un cheval blessé, une rame de train urbain (S-Bahn) détruite et 300 000 marks de dégâts matériels dans la Waldbühne. Les bancs en bois y ont été détruits à 80 % et les clôtures en bois à 90 %28.

« Tragédie de la Waldbühne »

« Tragédie de la Waldbühne »

Exemple de traitement par les médias après l’émeute de la Waldbühne : coupure de presse avec cadre noir

Polizeihistorische Sammlung Berlin

  • 29 Ibidem, p. 6.
  • 30 Bravo, no 41, 1965, cité dans Teddy Hoersch (éd.), BRAVO. 1956-2006 : 50 Jahre Jugendkultur, Munich (...)
  • 31 Rapport de déroulement et d’expérience, p. 7.
  • 32 Voir lettre des éditions Kindler und Schiermeyer au préfet de police du 1er septembre 1965, PhS 3.4 (...)
  • 33 Voir Bodo Mrozek, Jugend – Pop – Kultur, op. cit.

11Au matin du 16 septembre, non seulement la Waldbühne était dévastée, mais aussi, de l’avis de certains commentateurs, l’image de la musique beat et rock anglo-américaine et celle d’une partie de la jeunesse. Un nouveau débat sur la situation de la jeunesse était lancé. Les porte-paroles de la police formulèrent de vives critiques sur l’organisation du spectacle, en pointant les insuffisances du service d’ordre29. Cible des reproches, le périodique Bravo, à l’origine du concert, prit la défense de la manifestation contre les commentaires des journaux qui cherchaient à « rendre les Rolling Stones responsables des événements30. » La police aussi fut soumise à la pression des médias. Pour défendre leur stratégie, les responsables des forces de l’ordre incriminèrent – outre l’alcool – la « propagande systématique de la presse de boulevard » qui avec ses gros titres à sensation avait pendant des semaines échauffé les esprits comme pour provoquer les heurts31. En réalité, l’éditeur de Bravo s’était adressé à la police avant même le concert32. Toutes les mesures de sécurité avaient été discutées au préalable et en commun entre les représentants de l’organisateur, le service d’ordre et l’inspection responsable de la Waldbühne. Les services de police ne pouvaient donc prétexter la surprise, surtout après le précédent de la destruction du Sportpalast de Berlin Ouest à l’occasion du concert de Bill Haley en 195833. On assista ensuite à un débat virulent entre les organisateurs de concert, les médias, la police et le monde politique, dans lequel les principales responsabilités et les intérêts en présence furent abordés.

  • 34 Martin Morlock, « Girlie Action », Der Spiegel, no 39, 1965, p. 157.

12Un porte-parole de la police souligna, outre la responsabilité de la presse, celle de la musique elle-même, en s’écartant ainsi des conclusions préalables du premier psychologue de la police allemand Rolf Umbach pour qui les contorsions dansées des fans n’étaient que « d’inoffensives coutumes exutoires », décrites par les médias comme « des signes de tête convulsifs, des balancements rythmiques de chevelures d’apôtres » ou des mouvements évoquant la « traite d’une femelle éléphant [sic]34. »

  • 35 Voir « Ventilsitte », Lexikon zur Soziologie, Werner Fuchs et al. éd. (2e édition revue et complété (...)
  • 36 Voir le chapitre « Die Idee des Friedens und die menschliche Agressivität », Alexander Mitscherlich (...)
  • 37 « Wollt ihr den totalen Beat ? / Macht Beatmusik krank ? Die Frage an den Experten », Stern, no 40, (...)

13Le concept de « coutumes exutoires » est emprunté à l’ethnologie, elle-même inspirée par la psychanalyse. Ces pratiques ont pour fonction d’« évacuer » une « agression naturelle » dans un cadre contrôlé, afin de se prémunir contre des préjudices plus graves. De telles situations ritualisées se retrouvent dans les plaisanteries traditionnelles du 1er avril ou les « fêtes à caractère orgiaques » comme le carnaval, également considéré comme des « vacances » de la morale (moral holiday)35. Dans de telles interprétations, ce sont avant tout les agressions masculines qui sont ainsi « apprivoisées ». Loin de la stigmatisation des rituels liés aux concerts ou aux événements sportifs considérés comme autant de facteurs d’agitation, cette interprétation les a progressivement parés de vertus modératrices et stabilisatrices36. Mais d’autres chercheurs aboutirent à des conclusions plus alarmantes. En 1968, sous le titre « Voulez-vous le beat total ? », paraphrasant le discours de Goebbels sur la « guerre totale » au Sportpalast de Berlin en 1943, le magazine ouest-allemand Stern, cita la brémoise Gotho von Irmer spécialiste de pédagogie musicale qui, partant de recherches menées à l’institut Max Planck sur des poissons rouges, mettait en garde contre les risques d’altération du rythme cardiaque liés à la musique beat. Comme dans une méthode d’exécution pratiquée dans l’ancienne Chine, ce dérèglement pouvait même conduire à une « mort par la musique37. » Des politiciens se servirent de tels arguments pour réclamer une interdiction.

  • 38 Dépêche d’agence « Berliner polizei fuer verbot von krawall-veranstaltungen », s.d., tapuscrit, PhS (...)
  • 39 Au cours de la 57e session du 23 septembre et de la 58e session du 7 octobre 1965.
  • 40 Note sur la question prioritaire du groupe de la CDU sur la prévention des scènes de violence et de (...)
  • 41 Minutes des débats publiées dans Polizei Schau. Zeitschrift für die Berliner Polizei, 2 octobre 196 (...)
  • 42 Ibidem, p. 15.

14Immédiatement après les événements de la Waldbühne, le chef de la police berlinoise demanda l’interdiction des concerts de musique beat, idée à laquelle s’associa le maire de la ville38. Enfin, ce concert devenu incontrôlable fit aussi l’objet de débats à la Chambre des députés de Berlin39. On s’interrogea sur la question de savoir si des informations au sujet de la menace encourue n’auraient pas due être prises en compte et s’il n’aurait pas mieux valu interdire d’emblée le concert40. Alors qu’un représentant des chrétiens-démocrates (CDU) défendit l’idée selon laquelle on aurait dû faire un exemple en punissant les jeunes interpelés, un député libéral objecta que les lances à incendie ne pouvaient « distinguer les coupables des innocents ». Il plaida contre l’interdiction, l’État devant, selon lui, interdire le moins possible41. Le sénateur social-démocrate pour la jeunesse et les sports s’exprima aussi de façon mesurée, rappelant « aux anciens ici présents » que lorsque « dans les années folles, il s’était adonné à d’étranges danses, ses parents avaient eut bien du mal à comprendre son comportement42. » Les députés s’étant servis de l’exemple du concert pour débattre de la conception de la jeunesse et de la politique de sécurité défendues par leur parti, l’interdiction fut mise au vote et finalement rejetée.

Conséquences sur le développement des concerts en Allemagne

  • 43 Ska., « Harter Test für Waldbühnenbänke », Die Welt, 6 janvier 1967 ; voir H. J. Bünger, « Stadtrat (...)
  • 44 Voir rapport d’expérience sur les mesures policières liées aux concerts de musique beat, feuille. 9 (...)

15Il est vrai qu’en raison de difficultés avec les assurances, la Waldbühne resta si longtemps délabrée qu’elle ne put accueillir d’autre concert de musique beat. Des mesures pragmatiques la dotèrent finalement des équipements adaptés à des concerts de rock, avec des grillages impossibles à escalader et des bancs en métal capables de supporter le poids de nombreux spectateurs43. Les boissons ne furent plus servies que dans des gobelets en carton ne pouvant pas être utilisés comme projectiles44.

  • 45 Ibidem, p. 2.
  • 46 Ibidem, p. 7.
  • 47 Ibidem, p. 3.
  • 48 Telegraf, 30 octobre 1965.

16La tournée des Rolling Stones passant par d’autres villes d’Allemagne de l’Ouest, les débats sur les débordements liés à des concerts n’eurent pas lieu qu’à Berlin. À Hambourg, on avait fait appel uniquement à des fonctionnaires de police en civil qui s’étaient pour partie habillés comme des jeunes fans afin de pouvoir canaliser la foule, en cas de besoin45. On fit aussi de meilleures expériences avec l’utilisation de motos en lieu et place des chevaux trop sensibles aux bruits des batteries et des pétards, une solution d’autant plus recommandée que « les jeunes étaient attirés par tout ce qui relevait de la technique et admiraient l’audace et l’art de la conduite des motards46. » On utilisa aussi pour la première fois des enregistrements sonores et filmés pour disposer de preuves fiables mais aussi à des fins de formation des forces de l’ordre 47. À Essen, on se servit de méthodes peu conventionnelles consignées dans un rapport, comme cette idée d’enduire de savon noir l’avant de la scène afin que les fans tentant de l’escalader retombent sous les huées de la foule48 !

Des méthodes peu conventionelles à Essen

Des méthodes peu conventionelles à Essen

Le plateau des Rolling Stones est préparé avec du savon noir – selon le caricaturiste du Telegraf (30 octobre 1965)

  • 49 Télex adressé au commandement de la Schutzpolizei, 22 septembre 1965, PhS 3.43.3.
  • 50 Au civic center de Baltimore l’interdiction resta en vigueur jusqu’en 1970 ; voir : Linda Martin, K (...)
  • 51 « Rolling Stones machen keine Musik – nur Lärm » (avec l’agence AP), Berliner Morgenpost, 26 janvie (...)

17La question de l’interdiction fut aussi débattue au niveau interrégional. Les services de la ville et de la police de Brême demandèrent à pouvoir consulter les dossiers de leurs collègues de Berlin de façon à examiner les conditions d’une interdiction du concert du « dit beat-band des “Rolling Stones”49 ». Une telle interdiction avait déjà été édictée pour les salles de concert des villes de Cleveland et de Baltimore, et près de quinze autres villes des États-Unis avaient décidé un boycott temporaire des concerts de rock au nom de la sécurité publique50. La ville de Munich envisagea quant à elle de prélever une taxe de 14 000 marks sur les spectacles de divertissement au prétexte que, dans les représentations des « jeunes chanteurs londoniens », il ne s’agissait pas de musique mais bien d’un simple divertissement populaire51.

  • 52 Demande du préfet de police de Wiesbaden au préfet de police de Berlin du 31 mars 1966, PhS 3.43.3.
  • 53 Procès verbal de la 4e réunion entre fonctionnaires de la police dite de protection (Schutzpolizei) (...)
  • 54 Dr. Rolf Umbach, « Beat Ekstase und Polizeieinsatz », Polizeischau. Zeitschrift für die Berliner Po (...)

18L’événement provoqua aussi des réformes dans l’administration. En mai 1966, en prévision du concert des Beatles, la police de Wiesbaden organisa une réunion de travail sur le thème « mode de comportement moderne de la police vis-à-vis de la jeunesse », dans laquelle on discuta des enseignements à tirer des événements de Berlin52. On donna aux policiers une formation en psychologie des foules qui fut d’abord rejetée par nombre d’entre eux comme un « lavage de cerveau » imposé par les préfets de police53. À Munich, un expert en jazz fut invité à intervenir auprès de cadres dirigeants de la police pour une initiation, afin de les sensibiliser à des sonorités différentes avec l’aide d’un « très bon Jazz band54. »

  • 55 « Krawalle im Ausland », Die Polizei. Fachzeitschrift für die öffentliche Sicherheit, no 56, 1965, (...)
  • 56 « Auszug aus dem Bericht des ‘Institut de Police’, Paris », Bayer. Staatsministerium des Innern, Mü (...)
  • 57 Ibidem, p. 3-4.

19La police allemande se pencha aussi, à titre de comparaison, sur des événements similaires ayant eu lieu à l’étranger. Des publications internes proposèrent ainsi des comptes rendus sur les dégâts matériels occasionnés au cours des concerts de rock à Paris en 1961, les heurts dans le sud de l’Angleterre en 1964, les cas d’évanouissements et de comportements « hystériques » pendant la projection de films sur les Beatles la même année, ainsi que les destructions intervenues pendant des concerts des mêmes Beatles en Australie et à San Francisco55. La discussion autour du concert berlinois des Rolling Stones reflète alors les troubles survenus dans d’autres pays, lesquels sont pris en compte dans l’examen des causes et conduisent à une internationalisation des tactiques policières. Afin de mieux comprendre les événements en Allemagne, la police allemande demanda aux services de police français leurs dossiers sur la « nuit de la Nation56. » La transposition de « conditions américaines » conduisit parfois à exacerber la discussion, comme en témoigne ce rapport de la police fédérale allemande où le rédacteur remarque que des moyens de « coercition » comme des « fusils » ont été mis en œuvre aux États-Unis, et arrive à la conclusion qu’« avec l’accord de citoyens soucieux d’ordre, il pourrait être judicieux d’utiliser parfois des moyens plus durs pour rétablir la sécurité et l’ordre publics57 ».

  • 58 Voir : « Die Waldbühne im Wiederaufbau. Nur noch seriöse Veranstaltungen in den nächsten Jahren », (...)

20On n’en arriva pas là, pas plus qu’à une interdiction générale des concerts de musique beat58. Cependant, en Allemagne, les troubles de Berlin ralentirent durablement le développement des concerts de rock en plein air, généralement criminalisés dans nombre de discours excessifs des médias, de la police, des politiques et des chercheurs.

  • 59 Voir Claude Chastagner, De la culture rock, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

21Les incidents qui se sont produits durant le concert berlinois des Rolling Stones démontrent de manière exemplaire comment dans les années 1960 l’arrivée de nouvelles formes culturelles ne s’est pas faite sans conflit59. Si différents acteurs ont essayé, en amont du concert, de noircir l’image des Stones en n’hésitant pas à les présenter comme « le groupe le plus dur du monde », afin de les distinguer des « gentils » Beatles, les médias n’ont fait ensuite qu’accentuer l’effet recherché. Cela était également dû au fait que, dans ce cas précis, l’éditeur des principaux journaux de boulevard berlinois était aussi l’organisateur du concert. Les violences eurent lieu par ailleurs en réaction à l’intervention, en partie inutilement agressive, de la police, mais elles furent aussi dues à une logistique et à des conditions matérielles totalement inadaptées au nouveau format que nécessitait un concert de rock – de même qu’à Paris lors de « La Nuit de la Nation ». Dans le débat qui suivit au Parlement municipal de Berlin, les élus de différentes couleurs politiques se référèrent aux discussions alors en cours sur le soi-disant changement de valeurs de la jeunesse. Ils reprirent aussi le thème de la peur de la délinquance qui datait de la décennie précédente, en lien avec le rock’n’roll et nourri par les données démographiques selon lesquelles les sociétés ne cessaient de se rajeunir. Dans leur analyse du concert, les organisateurs comme les autorités policières s’inscrivirent cependant dans un débat transnational et réagirent à l’aide de nouveaux standards aux manifestations en lien avec le rock. Le discours de criminalisation prit ainsi fin et le concert de rock fut reconnu comme un événement culturel. Les années 1960 apparaissent ainsi, une fois encore, comme une période de transition (« Schwellenzeit », Reinhart Koselleck) dans l’établissement durant la seconde moitié du xxe siècle d’une culture jeune et pop de plus en plus transnationale.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Archives

Polizeihistorische Sammlung Berlin : PhS 3.43.3.

Références bibliographiques

Chastagner Claude, De la culture rock, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

Hoersch, Teddy (éd.), BRAVO. 1956-2006 : 50 Jahre Jugendkultur, Munich, Collection Rolf Heyne, 2006.

Martin Linda, Kerry Segrave, Anti-Rock: the Opposition to Rock’n’Roll, Boston, Da Capo Press, 1993.

Mrozek Bodo, Jugend – Pop – Kultur. Eine transnationale Geschichte (=stw 2237), Berlin, Suhrkamp 2019.

Siegfried Detlef, Time is on my Side. Konsum und Politik in der westdeutschen Jugendkultur der 60er Jahre (= Hamburger Beiträge zur Sozial- und Zeitgeschichte, vol. 41), Göttingen, Wallstein 2006.

Sohn Anne-Marie, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Fayard, 2001.

Karen Sternheimer, Pop Culture Panics: How Moral Crusaders Construct Meanings of Deviance and Delinquency, Londres, Routledge, 2014.

Tamagne Florence, « La “Nuit de la Nation” : culture jeune, rock’n’roll et panique morale dans la la France des années 1960 », in Pascal Dupuy et Joann Élart (dir.), Rock et violences en Europe, Criminocorpus – Revue hypermédia, 2018 [En ligne] https://journals.openedition.org/criminocorpus/4481.

Tamagne Florence, « La Nuit de la Nation. Jugendkultur, Rock’n’Roll und moral panics im Frankreich der sechziger Jahre », in Bodo Mrozek, Alexa Geisthövel et Jürgen Danyel (éd.), Popgeschichte. Bd. 2 : Zeithistorische Fallstudien 1958-1988, Bielefeld, trancript 2014, p. 41-62.

« Ventilsitte », Lexikon zur Soziologie, Werner Fuchs et al. éd. (2e édition revue et complétée), Opladen, Westdeutscher Verlag.

Haut de page

Notes

1 Voir Bodo Mrozek, Jugend – Pop – Kultur. Eine transnationale Geschichte, Berlin, Suhrkamp, 2019, p. 496-453, 614-635 ; Florence Tamagne, « La “Nuit de la Nation” : culture jeune, rock’n’roll et panique morale dans la la France des années 1960 », in Pascal Dupuy et Joann Élart (dir.), Rock et violences en Europe, Criminocorpus – Revue hypermédia, 2018 [En ligne].

2 L’écho de ces événements a fait l’objet d’un article de presse : Bodo Mrozek, « Aktion Steinschlag. Am Dienstag kehren die Rolling Stones auf die Berliner Waldbühne zurück. […] Alte Polizeiakten verraten nun, wie verhärtet die Fronten waren », Welt am Sonntag, 8 juin 2014, p. 47.

3 « Stones Dragnet ! Police riot squads ready for action », Melody Maker, 5 septembre 1964, p. 1.

4 Linda Martin, Kerry Segrave, Anti-Rock : the Opposition to Rock’n’Roll, Boston, Da Capo Press, 1993, p. 132-133.

5 « Tick im Hirn », Der Spiegel, no 37, 1965, p. 122.

6 Voir « Die ‚Steine’ rollen auf uns zu », B.Z., 9 septembre 1965 ; « Bindet die Stühle an! », Quick, septembre 1965 ; « ‚Sie sollen kreischen’. ‚Rolling Stones’ haben in Berlin viel vor », Bild, 2 septembre 1965.

7 Voir Bodo Mrozek, Jugend – Pop – Kultur, op. cit., p. 641.

8 Memento sur l’arrivée de l’orchestre anglais „The Rolling Stones“ à Berlin, 9 septembre 1965, Polizeihistorische Sammlung (PhS) 3.43.3.

9 À l’hôtel Sachsenhof de la Nollendorfplatz. Voir « Die ‚Rolling Stones’ wohnen im Hilton“ », Bild-Zeitung, 8 septembre 1965 ; Rapport de déroulement et d’expérience des mesures policières liées au séjour berlinois des « Rolling Stones », Berlin, 23 septembre 1965, p. 3, PhS 3.43.3.

10 Ibidem.

11 Voir le rapport du commandement de la Schutzpolizei S1, Berlin, 16 septembre 1965, p. 3, Polizeihistorische Sammlung Berlin [abrégé par la suite en PhS] 3.43.3.

12 Ibidem.

13 Voir le rapport de déroulement et d’expérience des mesures policières (note 7), p. 13.

14 Ibidem, p. 6.

15 Ibidem, p. 7.

16 Ibidem.

17 « Welcher Spieler hat uns in der Hand ? Eine Betrachtung von Wolfgang Fietkau », Blickpunkt, no 143, novembre 1965, p. 3.

18 Procès-verbal sur la manifestation de la Waldbühne du 15 septembre 1965, feuille 2.

19 Schutzpolizei S 1, s.d., s.p., PhS 3.43.3.

20 Note sur le concert des „Rolling Stones“ du 15 septembre 1965 à la Waldbühne, 8 septembre 1965, PhS 3.43.3.

21 Voir le rapport de déroulement et d’expérience des mesures policières, p. 6.

22 Voir l’interview d’un participant aux heurts « Wenn man da mitten drinne is, denn fällt det ja nich uff, wenn da eener mehr mitmischt », Blickpunkt, no 143, novembre 1965, p. 5-10, en l’occurrence p. 8.

23 Sur la manifestation de la Waldbühne du 15 septembre 1965 (rapport de déroulement et d’expérience), Berlin, 17 septembre 1965, p. 6, PhS 3.43.3.

24 Voir « Wenn man da mitten drinne is […] », op. cit., p. 7.

25 Rapport de déroulement et d’expérience des mesures policières liées au séjour berlinois des « Rolling Stones », Berlin, 23 septembre 1965, p. 11, PhS 3.43.3.

26 Ibidem.

27 Annexe b3 au S 1 524/65 du 23 septembre 1965 : « Abschrift des Kommentars von Matthias Walden über den Verlauf der Veranstaltung mit den Rolling Stones in der Waldbühne », PhS 3.43.3.

28 Voir Verlaufs- und Erfahrungsbericht über den polizeilichen Einsatz, S. 13.

29 Ibidem, p. 6.

30 Bravo, no 41, 1965, cité dans Teddy Hoersch (éd.), BRAVO. 1956-2006 : 50 Jahre Jugendkultur, Munich, Collection Rolf Heyne, 2006, p. 191.

31 Rapport de déroulement et d’expérience, p. 7.

32 Voir lettre des éditions Kindler und Schiermeyer au préfet de police du 1er septembre 1965, PhS 3.43.3.

33 Voir Bodo Mrozek, Jugend – Pop – Kultur, op. cit.

34 Martin Morlock, « Girlie Action », Der Spiegel, no 39, 1965, p. 157.

35 Voir « Ventilsitte », Lexikon zur Soziologie, Werner Fuchs et al. éd. (2e édition revue et complétée), Opladen, Westdeutscher Verlag, p. 816.

36 Voir le chapitre « Die Idee des Friedens und die menschliche Agressivität », Alexander Mitscherlich, Gesammelte Schriften V, Sozialpsychologie 3, Klaus Menne et Helga Haase (éd.), Frankfurt-sur-le-Main, Suhrkamp 1983, p. 350.

37 « Wollt ihr den totalen Beat ? / Macht Beatmusik krank ? Die Frage an den Experten », Stern, no 40, 3 octobre 1965.

38 Dépêche d’agence « Berliner polizei fuer verbot von krawall-veranstaltungen », s.d., tapuscrit, PhS 3.43.3.

39 Au cours de la 57e session du 23 septembre et de la 58e session du 7 octobre 1965.

40 Note sur la question prioritaire du groupe de la CDU sur la prévention des scènes de violence et de vandalisme à Berlin, III B 3 – 0321/440 5254, PhS 3.43.3.

41 Minutes des débats publiées dans Polizei Schau. Zeitschrift für die Berliner Polizei, 2 octobre 1965, p. 21.

42 Ibidem, p. 15.

43 Ska., « Harter Test für Waldbühnenbänke », Die Welt, 6 janvier 1967 ; voir H. J. Bünger, « Stadtrat ‚randalierte’ auf dem Mittelring zur Probe. Die neuen Sitze der Waldbühne können einiges aushalten », Berliner Morgenpost, 17 février 1967.

44 Voir rapport d’expérience sur les mesures policières liées aux concerts de musique beat, feuille. 9, 15.

45 Ibidem, p. 2.

46 Ibidem, p. 7.

47 Ibidem, p. 3.

48 Telegraf, 30 octobre 1965.

49 Télex adressé au commandement de la Schutzpolizei, 22 septembre 1965, PhS 3.43.3.

50 Au civic center de Baltimore l’interdiction resta en vigueur jusqu’en 1970 ; voir : Linda Martin, Kerry Segrave, op. cit., p. 131-132 ; Karen Sternheimer, Pop Culture Panics : How Moral Crusaders Construct Meanings of Deviance and Delinquency, Londres, Routledge, 2014, p. 113.

51 « Rolling Stones machen keine Musik – nur Lärm » (avec l’agence AP), Berliner Morgenpost, 26 janvier 1966.

52 Demande du préfet de police de Wiesbaden au préfet de police de Berlin du 31 mars 1966, PhS 3.43.3.

53 Procès verbal de la 4e réunion entre fonctionnaires de la police dite de protection (Schutzpolizei) et de la police criminelle (Kriminalpolizei) dans la Haus St. Michael à Königshofen, Wiesbaden, 5 février 1966, p. 1, PhS 3.43.3.

54 Dr. Rolf Umbach, « Beat Ekstase und Polizeieinsatz », Polizeischau. Zeitschrift für die Berliner Polizei, 2 octobre 1965, p. 75.

55 « Krawalle im Ausland », Die Polizei. Fachzeitschrift für die öffentliche Sicherheit, no 56, 1965, p. 36.

56 « Auszug aus dem Bericht des ‘Institut de Police’, Paris », Bayer. Staatsministerium des Innern, München, 26. Mai 1965, Bayerische Polizeischule Fürstenfeldbruck 472, Bayerisches Hauptstaatsarchiv.

57 Ibidem, p. 3-4.

58 Voir : « Die Waldbühne im Wiederaufbau. Nur noch seriöse Veranstaltungen in den nächsten Jahren », Der Kurier, 24 octobre 1966 ; « ‚Rolling Stones’ kommen nicht. Fluch der bösen Taten », Der Abend, 1er mars 1967 ; Detlef Siegfried, Time is on my Side. Konsum und Politik in der westdeutschen Jugendkultur der 60er Jahre, Göttingen, Wallstein 2006, p. 241-246.

59 Voir Claude Chastagner, De la culture rock, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Le groupe le plus dur du monde »
Crédits Polizeihistorische Sammlung Berlin
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre « Tragédie de la Waldbühne »
Légende Exemple de traitement par les médias après l’émeute de la Waldbühne : coupure de presse avec cadre noir
Crédits Polizeihistorische Sammlung Berlin
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Des méthodes peu conventionelles à Essen
Légende Le plateau des Rolling Stones est préparé avec du savon noir – selon le caricaturiste du Telegraf (30 octobre 1965)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/5897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bodo Mrozek, « Surveiller les Stones : musique et violence à Berlin. Les débats transnationaux des années 1960 », Criminocorpus [En ligne], Rock et violences en Europe, Média, violence et non-violence, mis en ligne le 26 février 2019, consulté le 22 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/5897

Haut de page

Auteur

Bodo Mrozek

Bodo Mrozek est historien et chercheur invité au Center for Cold War Studies d’Institut für Zeitgeschichte München-Berlin et de la Humboldt Université de Berlin. Son livre Jugend – Pop – Kultur. Eine transnationale Geschichte (Jeunesse – pop – culture. Une histoire transnationale) dans lequel il analyse la criminalisation et l’établissement d’une culture de la jeunesse et d’une culture populaire dans six pays pendant les années 1950 et 1960, est paru chez Suhrkamp-Verlag en 2019.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page