Navigation – Plan du site
Punk et violence

« Suspect Device » : punk et violence dans l’Irlande du Nord des « Troubles »

Timothy A. Heron

Résumés

En 1976, le phénomène punk surgit à Londres, remet en cause pendant un instant certains des codes sociaux et des normes culturelles de la société britannique, et est le sujet d’une « panique morale ». La même année, en Irlande du Nord, 297 personnes sont tuées à cause du conflit connu sous le nom de « Troubles ». Les Sex Pistols invoquent l’anarchie dans leurs textes, mais pour les Nord-Irlandais, « Anarchy in the UK » est bien plus qu’une chanson : il s’agit de leur quotidien. Pourtant, alors que le conflit fait rage, alors que protestants et catholiques restent cantonnés dans leurs quartiers respectifs, des centaines de jeunes issus de deux communautés que tout semble opposer se retrouvent semaine après semaine dans les mêmes espaces pour partager une passion commune : celle du punk rock. Cet article s’attache à interroger le rapport de la scène punk à la violence dans une société nord-irlandaise en proie à un conflit ethno-national.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mark Powell cité dans Stephen Colegrave et Chris Sullivan, Punk, Londres, Bounty Books, 2013, p. 23 (...)

« Les punks branchés des écoles d’art avaient oublié que si tu chantes l’anarchie, il arrive qu’on te la donne, et parfois avec violence1 ».

1Le 7 juin 1977, le jour du Jubilé de la reine Elisabeth, les membres des Sex Pistols donnent un concert à bord d’un bateau qui croise sur la Tamise devant le palais de Westminster, parodiant la parade de la flottille royale prévue quelques jours plus tard. Coup médiatique organisé par le manager du groupe Malcolm McLaren pour faire la promotion du single « God Save The Queen », cet acte est perçu comme une violente provocation adressée par les punks à l’encontre de la Couronne, l’un des symboles les plus chers de la société britannique. Or, à cinq cents kilomètres de Londres, en Irlande du Nord, les institutions britanniques ne sont pas seulement la cible de défis symboliques : leur légitimité est remise en cause par un large segment de la population et en particulier par des groupes paramilitaires républicains, tels l’IRA provisoire, qui tentent de mettre fin à l’autorité britannique en Irlande du Nord par le biais d’une campagne terroriste. Quel sens donner alors à la brutalité punk dans un contexte où la violence n’est pas purement spectaculaire, mais politique et, bien trop souvent, meurtrière ? À quelles formes de violence s’exposent les acteurs qui participent à une scène punk perçue comme violente dans une société qui est elle-même en proie à un conflit ethno-national ?

Le contexte violent des « Troubles »

  • 2 Bien que le taux de religiosité soit élevé en Irlande du Nord, pour les catholiques aussi bien que (...)
  • 3 Lors de la partition de l’île en 1921, les unionistes avaient obtenu que l’Irlande du Nord soit cré (...)
  • 4 Thomas Hennessey, A history of Northern Ireland, 1920-1996, New York, St. Martins Press, 2000, p. 1 (...)
  • 5 Arthur Aughey, The Politics of Northern Ireland: Beyond the Belfast Agreement, Londres, Routledge, (...)
  • 6 Sur 3 720 morts liés aux « Troubles », 3 453 ont eu lieu en Irlande du Nord. Parmi les victimes, 56 (...)

2Les Sex Pistols invoquent l’anarchie dans leurs textes et la mettent en scène lors de leurs concerts, mais pour les habitants de l’Irlande du Nord, « Anarchy in the UK » est bien plus qu’une chanson : c’est ce qu’ils vivent au quotidien. En effet, la société nord-irlandaise est traversée par un conflit qui commence à la fin des années soixante environ et prend fin, officiellement, en 1998. Il s’agit d’un conflit dont les racines remontent au moins au dix-septième siècle et qui oppose deux groupes ethno-nationaux. D’une part, les unionistes et les loyalistes sont fermement attachés à la Couronne britannique, à la place des six comtés d’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni et s’identifient majoritairement au protestantisme. D’autre part, les nationalistes et les républicains souhaitent mettre fin aux discriminations dont ils sont victimes depuis la partition de l’île en 1921 et aspirent à l’unification des trente-deux comtés de l’île en une seule république ; ils s’identifient majoritairement à la religion catholique2. La société nord-irlandaise est donc divisée en deux groupes ethno-nationaux dont les aspirations constitutionnelles sont divergentes au point d’être mutuellement exclusives. Les catholiques, majoritaires en Irlande, sont séparés de leurs coreligionnaires du sud de l’île, et sont des citoyens de seconde zone dans une région gouvernée jusqu’en 1972 par un parlement exclusivement protestant et unioniste, qui siège à Stormont, à Belfast3. Ils ne sont pas libres d’exprimer dans la sphère publique leur attachement à la république d’Irlande ; en plus d’être considérées comme inférieures à la culture britannique et protestante, la culture irlandaise – histoire, musique, langue irlandaise, sports gaéliques, etc. – ainsi que la religion catholique sont généralement perçues comme suspectes en raison de leur association avec le nationalisme. Par ailleurs, les citoyens catholiques subissent de nombreuses discriminations, notamment sur le marché du travail. Dans plusieurs villes, les circonscriptions électorales sont découpées de manière à garantir une majorité unioniste (gerrymandering). Dans la deuxième moitié de la décennie, plusieurs étudiants et militants nord-irlandais catholiques, influencés par les mouvements estudiantins américains et français, forment des associations tels que la Northern Ireland Civil Rights Association (1967) et People’s Democracy (1968), et organisent des manifestations pacifiques dans le but de réclamer l’égalité des droits civiques4. Ces associations appellent notamment à l’égalité de suffrage, à celle des chances sur le marché du travail, et à une répartition équitable des logements sociaux. Cependant, ces manifestations font éclater les tensions communautaires sous-jacentes : les manifestants sont attaqués lors de contre-manifestions protestantes et sont parfois brutalisés par la police (la Royal Ulster Constabulory ou RUC). Des émeutes se déclenchent à Derry et à Belfast. Une grande partie de la population protestante voit l’émergence du mouvement des droits civiques comme une menace contre l’hégémonie unioniste, et la population catholique ne fait pas confiance à la RUC, qui est composée principalement de protestants. Dans chacun des deux camps, des associations paramilitaires sont formées ou reformées afin de protéger les membres de leur groupe ethno-national ; ils basculent rapidement dans des campagnes de terrorisme5. Au mois d’août 1969, le premier ministre nord-irlandais, James Chichester-Clark, fait appel à l’armée britannique. D’abord bien accueillie par les catholiques, ceux-ci se retournent contre elle à cause de leur traitement brutal de la population (fouilles, violences et à partir de 1971, internements sans procès). Les paramilitaires républicains (l’Official Irish Republican Army ou OIRA et notamment la Provisional Irish Republican Army ou PIRA) exigent son retrait de la région. C’est le début d’un long conflit qui ne prendra officiellement fin qu’avec l’accord du Vendredi saint en 1998. Surnommé par euphémisme les « Troubles », le conflit coûtera la vie à plus de trois mille cinq cents personnes. En tout, près de deux pour cent de la population sera tuée ou blessée pendant le conflit. À cela s’ajoutent les blessures psychologiques et traumatismes causés par une trentaine d’années de conflit6.

  • 7 Selon une étude menée à Belfast en 1971, 2 % des familles catholiques et 0,5 % des familles protest (...)
  • 8 The Stooges, « No Fun », The Stooges, Elektra, 1969. Les Sex Pistols finissent leur tout dernier co (...)

3En outre, le conflit redessine la géographie de Belfast. Pendant les années 1960, avant le début des « Troubles », de nombreux quartiers populaires de Belfast étaient mixtes, et les catholiques et les protestants pouvaient y entretenir des relations cordiales. Cependant, en raison des émeutes, des habitations incendiées, des expulsions ou simplement de la peur d’être attaquées, de nombreuses familles quittent leurs logements et rejoignent des quartiers qui deviennent presque exclusivement catholiques ou protestants7. La mixité disparaît, et laisse place à un durcissement des mentalités et à un climat de méfiance, de violence et de peur. Les catholiques et les protestants ne se mélangent plus : le fait que les enfants soient inscrits dans des écoles confessionnelles différentes – la première école mixte n’ouvre qu’en 1981 – ne fait qu’exacerber le problème. Des murs ou peace lines sont construits pour séparer les quartiers et les communautés. Le centre-ville de Belfast est clôturé par une barrière en acier qui est verrouillée le soir : les Belfastois n’ont plus accès aux pubs ou aux cinémas qui s’y trouvent. Les fouilles à l’entrée des magasins, la disparition des parkings en centre-ville, les cages en acier qui protègent les bars, les nombreuses fausses alertes à la bombe dans les magasins et les écoles, et les bulletins d’informations annonçant quotidiennement de nouvelles disparitions rappellent aux Nord-Irlandais que la violence les guette constamment. En raison de ces obstacles physiques aussi bien que psychologiques, rares sont les Belfastois qui sortent de leurs quartiers la nuit, et les habitants d’autres villes ne se rendent que rarement dans la capitale en soirée. Auparavant, Belfast était la capitale rock de l’Irlande, grâce à sa scène beat et, notamment, au groupe Them de Van Morrison. Ses salles accueillaient chaque année des artistes comme les Rolling Stones, les Beatles, Bob Dylan ou, plus tard, Led Zeppelin. Cependant, après l’assassinat par des paramilitaires loyalistes de plusieurs membres du groupe irlandais the Miami Showband en 1975, peu de groupes internationaux osent se produire en Irlande du Nord, et les groupes locaux ont tendance à jouer dans des salles situées dans leur propre communauté. Désormais, même la musique populaire ne parvient plus à rassembler protestants et catholiques en un seul endroit. Les Belfastois n’ont plus accès à des espaces mixtes, mais préfèrent de toute façon fréquenter des lieux proches de leurs propres quartiers : le risque de violence est bien réel. Les cibles principales d’attaques terroristes sont les policiers, les soldats et les membres de groupes paramilitaires rivaux. De nombreux civils meurent dans les attentats à la bombe, mais également lors d’assassinats ciblés. À Belfast, à part quelques soirées dansantes organisées dans des hôtels éloignés du centre-ville, la vie nocturne se résume aux patrouilles policières ou militaires. Pour la population nord-irlandaise en général, et pour la jeunesse en particulier, comme le chantent Iggy Pop et les Stooges, et comme le répétera Johnny Rotten lors du dernier concert des Sex Pistols : « This is no fun – at all. No fun8 ». C’est dans ce contexte caractérisé par une absence presque totale d’interactions intercommunautaires amicales qu’émerge la scène punk nord-irlandaise.

Pochette du premier SP de Rudi, Big Time

Pochette du premier SP de Rudi, Big Time

Good Vibrations Records, 1978.

  • 9 Pour une analyse détaillée des interactions intercommunautaires sur la scène punk, voir la première (...)

4À Belfast comme à Londres, un réseau punk ou proto-punk se forme, dès 1976, autour de groupes comme les Undertones à Derry et Rudi à Belfast ; un an plus tard, une scène punk à proprement parler émerge en Irlande du Nord, avec des dizaines de groupes locaux. L’épicentre de la scène est le centre-ville de Belfast, zone neutre, où deux magasins de disques indépendants, Caroline Music et Good Vibrations, et deux bars sordides, The Pound et The Harp, ouvrent leurs portes aux punks. Ce sont les seuls lieux où les punks sont les bienvenus et où ils peuvent se réunir de manière régulière. Ainsi, des jeunes punks de tous les quartiers de la ville et de tous les comtés de l’Irlande du Nord se rendent en centre-ville de Belfast : prolétaires et bourgeois, citadins et campagnards, hommes et femmes, et surtout, catholiques et protestants. Par accident plutôt que par dessein, la scène nord-irlandaise devient un espace mixte. À une époque où la ségrégation spatiale s’intensifie, où les mariages entre catholiques et protestants ne dépassent pas les cinq pour cent, et où les écoles interconfessionnelles n’existent tout simplement pas, les punks se fréquentent et tissent des liens amicaux malgré leurs origines ethno-nationales différentes. Dans les années soixante-dix, rares sont les milieux qui permettent ce type d’échange9.

Les Undertones

Les Undertones

Teenage Kicks, Good Vibrations Records, 1978, pochette dépliée, verso.

La violence faite aux punks

  • 10 Sean O’Neill, Guy Trelford, It Makes You Want to Spit: The Definitive Guide to Punk in Northern Ire (...)
  • 11 Dans le cadre de notre doctorat, nous avons établi un questionnaire (trente personnes sondées) et m (...)
  • 12 Declan. Entretien téléphonique mené le 12 septembre 2014.
  • 13 Guy Trelford cité dans John Robb, Punk Rock: An Oral History, Oakland, PM Press, 2012, p. 258.
  • 14 Sean O’Neill et al., op. cit., p. 24.
  • 15 Ibidem, p. 98.
  • 16 Michael Bradley, Teenage Kicks: My Life as an Undertone, Londres, Omnibus Press, 2016, p. 159. Brad (...)
  • 17 Terri Hooley, Richard Sullivan, Hooleygan: Music, Mayhem, Good Vibrations, Belfast, Blackstaff Pres (...)

5Les punks font face aux mêmes problèmes que tout Nord-Irlandais qui sort de son quartier la nuit, surtout à Belfast : risque de passage à tabac, d’enlèvement, d’assassinat ou de se retrouver sous les tirs croisés de paramilitaires et de soldats. Cependant, puisque les punks ont tendance à sortir régulièrement – à partir de 1978, il y a des concerts de musique punk dans le centre-ville pratiquement chaque semaine –, ils s’exposent à ces risques plus souvent que la plupart des autres jeunes. De plus, les concerts sont parfois interrompus par des organisations paramilitaires ou politiques. Par exemple, en 1981, un concert des Outcasts dans une salle de Strabane est interrompu par un groupe de paramilitaires républicains cagoulés qui demandent que les spectateurs observent une minute de silence en hommage à leurs camarades morts au combat10. Un des acteurs que nous avons interviewé11 rapporte que le groupe Positive Action est interrompu à deux reprises pendant des concerts par des hommes qui passent dans le public pour faire la quête : une fois dans la ville protestante de Lisburn, par des membres du groupe paramilitaire loyaliste Ulster Defence Association (UDA) et une fois dans le quartier catholique de Turf Lodge à Belfast, par des membres du parti républicain Sinn Féin12. Si ce type d’incident est susceptible de survenir pendant n’importe quel concert se déroulant dans un quartier loyaliste ou républicain, il arrive que les punks soient spécifiquement pris pour cible. Dans une société où le décodage est un processus constant, afin de déterminer à quelle communauté appartient « l’autre », le punk inquiète parce qu’il est ambigu et n’entre pas dans les schémas préconçus et façonnés par mille ans de conflits religieux et politiques. À titre d’exemple, les loyalistes liront « God Save the Queen » des Sex Pistols comme une attaque contre la monarchie, alors que de nombreux républicains le perçoivent comme une apologie du régime. En outre, la scène punk nord-irlandaise est constituée à la fois de catholiques et de protestants : cette mixité est, potentiellement, un frein à la reproduction sociale de valeurs communautaires. Ainsi, les punks s’attirent parfois les foudres des paramilitaires. Par exemple, en 1977, des loyalistes de l’UDA menacent de mort des punks qui assistent à un concert de Rudi dans la ville de Holywood13. Le concert du groupe belfastois les Androids est interrompu au Harp en 1978 par des paramilitaires qui sortent une arme et menacent d’abattre le chanteur : ils sont ensuite expulsés de la salle par la foule14. La même chose se reproduit dans le même bar, pendant le concert du groupe Ruefrex, qui reprend la chanson « Ulster Boy » du groupe anglais Sham 6915. En 1979, les Undertones souhaitent organiser un festival de punk à Derry, avec The Clash en tête d’affiche ; le groupe anglais les Damned est également censé y participer. Mais le festival est annulé lorsque Joe Strummer reçoit des menaces de mort du Red Hand Commando, organisation paramilitaire loyaliste. En effet, Strummer a pris l’habitude de porter des t-shirts affichant son soutien aux prisonniers républicains et dans un manifeste publié dans le New Musical Express (NME) en mai 1979, il a appelé au retrait de l’armée britannique16. La même année, trois groupes nord-irlandais (les Outcasts, Rudi et les Moondogs) sont invités à jouer à Londres dans le cadre du Music for Belfast Campaign, une campagne qui appelle les groupes britanniques à ne pas négliger Belfast lors de leurs tournées. La PIRA envoie une lettre de menace aux organisateurs, mais le concert a tout de même lieu, et, heureusement, se déroule sans problème17. Ces anecdotes témoignent de l’influence que peut avoir la violence paramilitaire dans la vie quotidienne et culturelle nord-irlandaise et en particulier sur les jeunes punks. Toutefois, il faut préciser que ces incidents semblent rester plutôt exceptionnels : en général, les paramilitaires ont d’autres priorités que de s’en prendre à une subculture qui ne représente qu’un petit segment de la jeunesse nord-irlandaise.

  • 18 Voir Gareth Mulvenna, Tartan Gangs and Paramilitaries: The Loyalist Backlash, Liverpool, Liverpool (...)
  • 19 À la différence de leurs pairs en Grande Bretagne, les punks belfastois entretiennent des relations (...)
  • 20 Michel Ktü. Table ronde, journée d’études PIND (La Scène punk en France, 1976-2016), Punk des ville (...)

6La violence à laquelle est confrontée le plus souvent les punks ne provient pas tant des paramilitaires que des spides. Spides ou spidermen est le terme donné en Irlande du Nord aux jeunes hommes issus de la classe ouvrière qui suivent la mode dominante, qui adoptent des postures masculines traditionnelles et se méfient de toute expression de la différence. Après la fermeture des bars, lorsque les punks se rendent près de l’Hôtel de Ville pour prendre le dernier bus, à vingt-trois heures, ils sont souvent pourchassés ou attaqués ; les spides tentent parfois même de s’introduire dans les bars pour passer à tabac les punks qui s’y trouvent. Ces attaques ne sont pas tant liées à des considérations ethno-nationales qu’à l’apparence physique et la tenue des punks, qui sont perçues comme un affront aux valeurs traditionnelles et masculines de leurs pairs. En effet, le punk est associé à l’homosexualité, et les punks sont souvent traités de « queer », de « fruit » ou d’autres injures homophobes. La violence est également liée à une vision territoriale de l’espace urbain : Belfast a une longue histoire de gangs18. Toutefois, cela n’est pas un phénomène spécifiquement nord-irlandais : en Grande Bretagne, les punks sont également la cible de telles attaques19 ; à Paris, à la même époque, il est tout aussi dangereux pour les punks de traverser la ville la nuit20. Ces passages à tabac peuvent être très violents, et les victimes sont parfois hospitalisées. Il arrive que la police réagisse mais bien souvent, les agents et les soldats n’interviennent pas : ils ont peur de déclencher une émeute ou de provoquer des représailles de la part des paramilitaires, auxquels les spides sont parfois liés. Par ailleurs, il arrive que la police et les soldats peuvent harceler eux-mêmes les punks. Souvent, cela se traduit par des moqueries et des injures, mais les agents de la RUC lèvent parfois la main sur les punks. Il semblerait donc que les punks nord-irlandais soient davantage la cible de violence que leurs pairs, aussi bien parce qu’ils transgressent certains des codes de la société nord-irlandaise que parce qu’ils sortent souvent de leurs quartiers d’origine : ils se retrouvent plus souvent que d’autres au mauvais endroit au mauvais moment.

De la violence des punks

7Les punks ne sont pas seulement victimes de la violence ; ils en sont eux-mêmes les auteurs notamment par la musique qu’ils défendent ou par les tenues qu’ils portent. Malgré la solidarité intercommunautaire, la scène punk est traversée par une violence interpersonnelle dont l’existence est parfois minimisée dans les récits médiatiques actuels. Pourtant, il s’agit d’une des caractéristiques de la scène punk belfastoise, comme le souligne Brian Young, le guitariste du groupe Rudi :

  • 21 Terri Hooley et al., op. cit., p. 142 (traduction de l’auteur).

Qu’on se comprenne bien, la scène punk n’était pas que douceur et bonté ; pas tous les punks étaient anti-sectaires, loin de là, et il y avait toujours les disputes violentes et bagarres que l’on retrouve dans tout grand groupe d’adolescents fougueux. Mais il convient aussi de noter que quand ça en venait vraiment aux poings, c’était en général plus en rapport à ta fidélité à un groupe de musique ou d’amis plutôt qu’à des considérations communautaires21.

  • 22 Declan. Entretien téléphonique mené le 12 septembre 2014.
  • 23 En anglais, le terme évoque les plaies d’Égypte.

8Une des personnes interviewées a expliqué qu’il ne se rendait pas au Harp estimant qu’il s’agissait d’un environnement trop violent. Selon Declan, les Outcasts lancaient des bouteilles et des pintes de bière sur les membres de groupes qu’ils n’aimaient pas22. En réalité, tous les témoignages que nous avons entendus et qui évoquent la violence envers d’autres punks concernent ce groupe. Les Outcasts et leur entourage ont une réputation féroce : leurs fans sont surnommés les sauterelles, the Locusts23. Lors d’un entretien, le chanteur Greg Cowan nous a expliqué que les Outcasts se sont fait rapidement détester par les autres groupes de la scène belfastoise parce qu’ils pensaient alors qu’un groupe de punk se devait de tabasser tous les autres groupes de punk de la ville :

  • 24 Greg Cowan. Entretien mené à Belfast le 2 juillet 2014 (notre traduction).

On était en ville en train d’accrocher des petites affiches qu’on avait fait à la main, et partout où on allait il y avait des affiches de Stiff Little Fingers. Ils allaient jouer au Pound. Donc on n’arrêtait pas d’arracher leurs affiches et à un moment quand on était en voiture, on les a vus avec leurs affiches, donc on est descendus et on les a tabassés et on leur a piqué leurs affiches pour qu’ils ne puissent plus les accrocher. [Il nous a raconté cela en rigolant]. On n’est pas fiers de ces choses-là. Mais c’est pas comme si on était en train de les agresser, tu sais, on les a juste un peu bousculés et tiré leurs cheveux et j’me vois en train de leur enlever leurs affiches… c’était des choses comme ça. […] C’était un peu de la violence de dessin animé24.

  • 25 Too Much Fighting on The Dance Floor [documentaire radiophonique], BBC Radio 4, 2015.
  • 26 En 1976, le taux de criminalité pour l’Angleterre et le Pays de Galles est de 43 422 pour un millio (...)
  • 27 A Derry, la scène punk semble avoir été bien moins violente. Lorsqu’à Derry, nous avons soulevé la (...)

9Cowan tente de justifier la propension à la violence des Outcasts en minimisant ces actes, et en les qualifiant de « violence de dessin animé » (cartoony violence), mais cette violence, en plus de dissuader certains punks d’assister aux concerts, créent des rancunes qui persistent parfois jusqu’à aujourd’hui. Cette forme de violence gratuite est à replacer dans le contexte social britannique de la seconde moitié des années 1970 et du début des années 1980. En Grande Bretagne, la violence fait constamment la Une des journaux : des affrontements entre jeunes Antillais et policiers au Carnaval de Notting Hill en 1976 aux émeutes raciales de 1981, de la violence lors de grèves (le conflit Grunswick, 1976-1978) aux luttes entre antifascistes de la Anti-Nazi League et membres du National Front et policiers (à Southall à Londres en 1979), des crimes de l’éventreur du Yorkshire – qui tue plus d’une dizaine de femmes entre 1975 et 1981 – aux échauffourées entre hooligans, sans parler des « Troubles », la violence est omniprésente, ou du moins elle est perçue comme telle. Les débordements et actes de violence lors de concerts de rock sont également une chose courante en Grande Bretagne. Des bagarres éclatent entre membres de subcultures rivales : les salles sont envahies par des skinheads racistes25. Lors de la première tournée des Outcasts en Angleterre, ils jouent avec un groupe de Sheffield qui est attaqué par le public à chaque fois que les membres se trouvent dans une ville qui a une équipe de football rivale. Les Outcasts sont choqués, alors qu’ils sont habitués à un quotidien marqué par le conflit nord-irlandais. La surprise qu’éprouvent les membres des Outcasts peut s’expliquer par le fait que si l’on écarte la violence liée au conflit, le taux de criminalité en Irlande du Nord est en réalité le plus bas de tout le Royaume-Uni26. La violence de la scène punk belfastoise est donc à inscrire dans le contexte plus large du Royaume-Uni27. Cependant, en général, les actes de brutalité dans la scène punk ne sont pas liés à des considérations ethno-politiques : il s’agit avant tout de conflits de personnalités ou de rivalités territoriales. Cette forme de violence ne fait pas de distinction entre catholiques et protestants, et ne constitue pas un frein au déroulement d’interactions intercommunautaires.

Des punks aux skinheads

  • 28 Pour une analyse du phénomène skinhead, voir Gildas Lescop, « Skinheads : du reggae au Rock Against (...)
  • 29 Lee. Entretien mené à Belfast, le 8 juillet 2015. Cette démarche participe d’une stratégie d’entris (...)
  • 30 Tony. Entretien mené à Belfast, le 12 juillet 2015.
  • 31 Lee. Entretien mené à Belfast, le 8 juillet 2015 (notre traduction).
  • 32 Ainsi en 1975, 30 % des mineurs vivent dans des « foyers à faible revenu » ; ce taux atteint 34 % e (...)
  • 33 Henry McDonald, Colours: Ireland : From Bombs to Boom. Édimbourg, Mainstream Pub., 2005, p. 67.
  • 34 Ironiquement, Stalag 17 gravitera ensuite vers l’anarcho-punk, scène connue pour son positionnement (...)
  • 35 Jim Cusack, Henry McDonald, UDA: Inside The Heart of Loyalist Terror, Dublin, Penguin Ireland, 2004 (...)
  • 36 « Offensive Weapon played around 20 gigs, none of which were on the mainland. Talk of gigs with the (...)
  • 37 Celle-ci s’accroîtra lors de l’émergence d’une scène anarcho-punk au milieu des années 1980.

10Au début des années 1980, la scène punk nord-irlandaise sera influencée par un nouveau phénomène : la subculture skinhead28. Il existe déjà en Irlande du Nord des skinheads fans des groupes de 2-Tone, le ska de groupes comme Madness ou les Specials. Mais le phénomène skinhead prend un tournant identitaire suite à la popularité de groupes d’extrême droite comme Skrewdriver et à cause de l’action de politisation du Front National britannique, le National Front (NF), parti d’extrême droite qui entend être la troisième force politique du Royaume-Uni. Le NF installe un bureau au cœur du Shankill afin d’exploiter l’ennui des jeunes protestants. Le groupe cherche à les politiser, à leur inculquer une idéologie fasciste et néo-nazie et à attiser leur haine envers les catholiques et d’autres minorités ethniques, notamment les britanniques d’origine indienne ou pakistanaise29. En Irlande du Nord, dans un contexte où les tensions intercommunautaires sont exacerbées par les grèves de la faim des prisonniers républicains du Maze en 1980 et surtout en 1981, la stratégie du NF rencontre un certain succès : des petits gangs de skinheads protestants apparaissent, le plus notoire étant les Shankill Skinz. En réaction, des gangs de skinheads catholiques se forment à leur tour. On les reconnaît au nombre de lignes de cheveux qu’ils conservent sur le côté du crâne rasé : deux pour les protestants, une seule pour les catholiques30. Ils se battent aux frontières de leurs quartiers, ou prennent le train jusqu’à la ville balnéaire de Portrush pendant les jours fériés pour prendre part à des échauffourées entre gangs venus de toute l’Irlande du Nord. Même si la violence est toujours perçue comme une forme de loisir, il ne s’agit plus de la « violence de dessins animés » évoquée par Greg Cowan : on revient à une forme de violence communautaire, directement liée à l’appartenance à une communauté ethno-nationale. Les spides sont animés par la haine de la différence, mais la violence des skinheads d’extrême droite est délibérément communautaire : on frappe parce que l’autre est catholique ou protestant. Alors que les punks sont aussi bien issus des classes populaires que des classes moyennes, les skinheads viennent des milieux les plus défavorisés de Belfast, et notamment de quartiers où règnent la PIRA ou l’UDA. Selon un punk que nous avons interviewé issu du Shankill, le quartier protestant le plus pauvre de tout Belfast, presque tous les skins protestants qu’il connaissait étaient issus de familles liées à l’UVF ou l’UDA, les deux plus grandes associations paramilitaires loyalistes : « Mais quand j’y repense, les punks, eux, s’intéressaient au style, tu sais, et à la culture alternative. Mais les skinheads étaient juste… il y avait beaucoup de gamins qui avaient la rancune au cœur31. » Ces jeunes vivent dans des quartiers très pauvres, dans une région qui est alors l’une des plus défavorisées de toute la communauté européenne32. Pour ces jeunes qui n’ont rien, l’incitation à la haine de l’autre, le combat de rue et l’esprit de corps prônés par la subculture skinhead exercent plus d’attrait que l’esprit à la fois individualiste et transcommunautaire du punk. Or, si dans les témoignages et entretiens, les punks prennent leurs distances avec les skinheads d’extrême droite, en réalité les liens entre les deux phénomènes demeurent ambigus. Au début des années 1980, il semble qu’il y ait eu une convergence entre les deux : plusieurs punks deviennent skinheads. Henry McDonald, face à la violence des skinheads protestants, abandonne la scène punk pour rejoindre un gang de skinheads catholiques33. Plusieurs membres des Outcasts deviennent des skinheads. Selon l’une des personnes interviewées, qui a désiré rester anonyme en tenant ces propos, les Outcasts sortent un single sur un label associé au NF. Les Outcasts et un autre groupe de punk nord-irlandais, Stalag 1734, donnent plusieurs concerts avec Offensive Weapon, un groupe d’extrême droite farouchement anti-catholique dont le chanteur, Johnny « Mad Dog » Adair, deviendra plus tard le commandant de l’une des brigades de l’UDA qui a assassiné le plus de catholiques. La convergence entre punks et skinheads reste un sujet tabou en Irlande du Nord, non seulement parce que certains punks en ont honte, mais parce qu’il est potentiellement dangereux de soulever cette question en raison des liens directs entre les skinheads et certains groupes paramilitaires loyalistes35. Plusieurs des personnes interviewées ont ainsi accepté de parler du phénomène skinhead lorsque nous avons cessé l’enregistrement. Le phénomène skinhead, en raison de la complexité de ce phénomène et ses liens avec le loyalisme militant, mérite d’être étudié, mais toute recherche sur cette question sera compliquée par la réticence des participants à témoigner et des dangers réels auxquels ils s’exposent en le faisant. La seule référence écrite que nous avons trouvée évoquant la convergence entre les skinheads d’extrême droite et une partie des punks nord-irlandais se trouve dans un ouvrage portant sur le phénomène skinhead identitaire des deux côtés de l’Atlantique36. Malgré les interactions intercommunautaires amicales qui ont lieu sur la scène punk nord-irlandaise de la première vague, lorsque celle-ci commence à se fragmenter, certains punks n’échappent pas complètement à la tentation communautaire. Toutefois, cela semble avoir concerné une minorité de punks, et la relation entre skinheads et punks se caractérise principalement par la rivalité37.

Conclusion

11Les réactions que suscite le punk en Irlande du Nord ne semblent pas être plus violentes que celles qu’elles provoquent en Grande Bretagne, malgré le contexte des « Troubles ». Les paramilitaires des deux camps prennent parfois pour cible les punks mais n’ont pas adopté de stratégie cohérente face à cette subculture, malgré son caractère transcommunautaire. Les punks sont bien plus souvent attaqués par les spides, dont les motivations peuvent être assimilées à celles de bandes de jeunes dans le reste des îles britanniques qui voient dans le punk un affront aux valeurs traditionnelles de la culture ouvrière et à la masculinité hégémonique. La police (la RUC) entretient des relations souvent tendues avec les punks, mais cela n’est pas, non plus, une spécificité nord-irlandaise. En revanche, la violence des skinheads, qui survient au début des années quatre-vingts, est plus clairement animée par le communautarisme : les punks ne sont pas simplement au mauvais endroit au mauvais moment mais sont pris pour cible de manière délibérée, sans doute parce que les interactions intercommunautaires que permettent la scène punk sont considérées comme transgressives par des skinheads loyalistes, eux-mêmes influencés par des discours anti-catholiques portés par l’extrême droite. La culture punk en Irlande du Nord présente également quelques spécificités inattendues : malgré la violence gratuite exercée par des groupes comme les Outcasts, le taux de violence semble avoir été moins important que sur les scènes d’autres régions des îles britanniques. Si la violence n’est pas complètement absente des lieux sur lesquels reposent la scène punk nord-irlandaise, ceux-ci constituent, si ce n’est des havres de paix, des espaces dans lesquelles peuvent se dérouler, dans une sûreté relative, des interactions inédites.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Aughey Arthur, The Politics of Northern Ireland: Beyond the Belfast Agreement, Londres, Routledge, 2005, 207 p.

Bradley Michael, Teenage Kicks: My Life as an Undertone, Londres, Omnibus Press, 2016, 258 p.

Cairns Ed, Caught in Crossfire: Children and the Northern Ireland Conflict, Belfast, Appletree, 1987, 179 p.

Colegrave Stephen, Sullivan Chris, Punk, Londres, Bounty Books, 2013.

Cusack Jim, McDonald Henry, UDA: Inside The Heart of Loyalist Terror, Dublin, Penguin Ireland, 2004, 430 p.

Forbes Robert, Stampton Eddie, The White Nationalist Skinhead Movement : UK & USA, 1979-1993, Port Townsend, Feral House, 2015, 472 p.

Fulton John, « Religion and Enmity in Ireland : Institutions and Relational Beliefs », Social Compass, 2002, vol. 49, n° 2, p. 189-202.

Gillespie Gordon, The A to Z of the Northern Ireland Conflict, Lanham, Scarecrow Press, 2009, 368 p.

Hennessey Thomas, A history of Northern Ireland, 1920-1996, New York, St. Martins Press, 2000, 347 p.

Heron Timothy A., « Alternative Ulster » : le punk en Irlande du Nord (1976-1983), thèse de doctorat, université de Reims Champagne-Ardenne, 2017.

Hooley Terri, Sullivan Richard, Hooleygan: Music, Mayhem, Good Vibrations, Belfast, Blackstaff Press, 2010, 229 p.

Lescop Gildas, « Skinheads : du reggae au Rock Against Communism », Volume !, 2012, vol. 9, no 1, p. 129-149.

McDonald Henry, Colours: Ireland : From Bombs to Boom, Édimbourg, Mainstream Pub., 2005, 256 p.

Mulvenna Gareth, Tartan Gangs and Paramilitaries: The Loyalist Backlash, Liverpool, Liverpool University Press, 2016, 230 p.

O’Neill Sean, Trelford Guy, It Makes You Want to Spit: The Definitive Guide to Punk in Northern Ireland, Dublin, Reekus, 2003, 265 p.

Robb John, Punk Rock: An Oral History, Oakland, PM Press, 2012, 576 p.

Worley Matthew, Copsey Nigel, « White Youth: The Far Right, Punk and British Youth Culture, 1977-1987 », Journalism, Media and Cultural Studies, 2016, vol. 9, p. 27-47.

Haut de page

Notes

1 Mark Powell cité dans Stephen Colegrave et Chris Sullivan, Punk, Londres, Bounty Books, 2013, p. 231 (traduction de l’auteur).

2 Bien que le taux de religiosité soit élevé en Irlande du Nord, pour les catholiques aussi bien que les protestants, la religion est envisagée ici avant tout comme un marqueur d’identité ethno-nationale. Pour le rôle et la fonction joués par la religion au sein des deux groupes ethno-nationaux, voir John Fulton, « Religion and Enmity in Ireland: Institutions and Relational Beliefs », Social Compass, 2002, vol. 49, no 2, p. 189-202.

3 Lors de la partition de l’île en 1921, les unionistes avaient obtenu que l’Irlande du Nord soit créée à partir des six comtés à majorité protestante de la province historique d’Ulster – qui en compte neuf – afin de s’assurer que les protestants soient toujours majoritaires dans l’État et ainsi garantir la place de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni.

4 Thomas Hennessey, A history of Northern Ireland, 1920-1996, New York, St. Martins Press, 2000, p. 144.

5 Arthur Aughey, The Politics of Northern Ireland: Beyond the Belfast Agreement, Londres, Routledge, 2005, p. 63. Les groupes paramilitaires les plus actifs pendant les « Troubles » sont, du côté républicain, la Provisional Irish Republican Army (ou PIRA, fondée en 1969, suite à une scission avec la Official Irish Republican Army ou OIRA, d’orientation marxiste) et la Irish National Liberation Army (ou INLA, fondée en 1974), et, du côté loyaliste, la Ulster Volunteer Force (ou UVF, fondée en 1966) et la Ulster Defence Association (ou UDA, fondée en 1971).

6 Sur 3 720 morts liés aux « Troubles », 3 453 ont eu lieu en Irlande du Nord. Parmi les victimes, 562 sont des paramilitaires, 1 039 des soldats britanniques ou policiers et 1 986 des civils. Les victimes restantes n’entrent dans aucune de ces catégories. Gordon Gillespie, The A to Z of the Northern Ireland Conflict, Lanham, Scarecrow Press, 2009, p. 72.

7 Selon une étude menée à Belfast en 1971, 2 % des familles catholiques et 0,5 % des familles protestantes ont déménagé entre le 9 août et 6 septembre de cette année. D’après « Flight. A Report on Population Movement in Belfast during August, 1971 », Community Relations Commission Research Unit, CAIN Web Service: Conflict and Politics in Northern Ireland, [En ligne] http ://cain.ulst.ac.uk/issues/housing/docs/flight.htm.

8 The Stooges, « No Fun », The Stooges, Elektra, 1969. Les Sex Pistols finissent leur tout dernier concert par une reprise de cette chanson. Johnny Rotten répètera plusieurs fois les mots que nous avons cités à la fin de la chanson, avant de poser la question suivante : « Ever got the feeling you’ve been cheated ? » (« Vous n’avez jamais eu l’impression d’avoir été refaits ? »).

9 Pour une analyse détaillée des interactions intercommunautaires sur la scène punk, voir la première partie de notre thèse : Timothy A. Heron, « Alternative Ulster » : le punk en Irlande du Nord (1976-1983), université de Reims Champagne-Ardenne, 2017 [En ligne] http ://www.theses.fr/2017REIML004/document.

10 Sean O’Neill, Guy Trelford, It Makes You Want to Spit: The Definitive Guide to Punk in Northern Ireland, Dublin, Reekus, 2003, p. 127.

11 Dans le cadre de notre doctorat, nous avons établi un questionnaire (trente personnes sondées) et mené vingt entretiens avec des acteurs ayant connu la scène punk à l’époque étudiée.

12 Declan. Entretien téléphonique mené le 12 septembre 2014.

13 Guy Trelford cité dans John Robb, Punk Rock: An Oral History, Oakland, PM Press, 2012, p. 258.

14 Sean O’Neill et al., op. cit., p. 24.

15 Ibidem, p. 98.

16 Michael Bradley, Teenage Kicks: My Life as an Undertone, Londres, Omnibus Press, 2016, p. 159. Bradley estime que les menaces ne proviennent pas réellement du Red Hand Commando. Pourtant, les services de renseignement britanniques conseillent tout de même à Strummer de ne pas se rendre en Irlande du Nord.

17 Terri Hooley, Richard Sullivan, Hooleygan: Music, Mayhem, Good Vibrations, Belfast, Blackstaff Press, 2010, p. 122.

18 Voir Gareth Mulvenna, Tartan Gangs and Paramilitaries: The Loyalist Backlash, Liverpool, Liverpool University Press, 2016.

19 À la différence de leurs pairs en Grande Bretagne, les punks belfastois entretiennent des relations cordiales avec la subculture rivale des teddy boys (ou teds), parce qu’elles sont toutes deux la cible d’attaques des spides.

20 Michel Ktü. Table ronde, journée d’études PIND (La Scène punk en France, 1976-2016), Punk des villes, punk des champs, FGO Barbara, 28 janvier 2017.

21 Terri Hooley et al., op. cit., p. 142 (traduction de l’auteur).

22 Declan. Entretien téléphonique mené le 12 septembre 2014.

23 En anglais, le terme évoque les plaies d’Égypte.

24 Greg Cowan. Entretien mené à Belfast le 2 juillet 2014 (notre traduction).

25 Too Much Fighting on The Dance Floor [documentaire radiophonique], BBC Radio 4, 2015.

26 En 1976, le taux de criminalité pour l’Angleterre et le Pays de Galles est de 43 422 pour un million de personnes ; en Irlande du Nord, 25 862 pour un million. Voir : Hicks Joe, Grahame Allen, « A Century of Change: Trends in UK statistics since 1900 », Research Paper, 99/111, 1999, Social and General Statistics Section, House of Commons Library ; « Indictable Offences Known To The Police 1973 to 1979-80 », PSNI Police UK [En ligne] https ://www.psni.police.uk/globalassets/inside-the-psni/our-statistics/police-recorded-crime-statistics/archive/1973_to_1980_indictable_offences_known_and_cleared.pdf.

27 A Derry, la scène punk semble avoir été bien moins violente. Lorsqu’à Derry, nous avons soulevé la question de la violence entre punks, la réponse de l’une des personnes interviewées, Geraldine, fut la suivante : « Personne ne voulait se battre, personne ne voulait se saouler et s’embrouiller. Le but, c’était de voir un concert. C’était une sorte de célébration [...]. [La scène belfastoise] était bien plus agressive. J’avais toujours un peu peur de Belfast. Je ne voulais pas y aller. On était tous très choqués à cause des barrières devant les bars. Les bars étaient entourés d’une sorte de cage. Ça me faisait vraiment peur » (entretien mené à Derry, le 26 avril 2016).

28 Pour une analyse du phénomène skinhead, voir Gildas Lescop, « Skinheads : du reggae au Rock Against Communism », Volume !, 2012, vol. 9, no 1, p. 129-149.

29 Lee. Entretien mené à Belfast, le 8 juillet 2015. Cette démarche participe d’une stratégie d’entrisme qui est d’abord déployée en Grande Bretagne, comme le souligne le sociologue Gildas Lescop, op. cit., p. 137. Voir aussi Matthew Worley, Nigel Copsey, « White Youth: The Far Right, Punk and British Youth Culture, 1977-1987 », Journalism, Media and Cultural Studies, 2016, vol. 9, p. 27-47.

30 Tony. Entretien mené à Belfast, le 12 juillet 2015.

31 Lee. Entretien mené à Belfast, le 8 juillet 2015 (notre traduction).

32 Ainsi en 1975, 30 % des mineurs vivent dans des « foyers à faible revenu » ; ce taux atteint 34 % en 1979. En 1982, 75 % des mineurs qui ont arrêté l’école ou qui sont à la recherche d’un emploi sont au chômage. Ed Cairns, Caught in Crossfire: Children and the Northern Ireland Conflict, Belfast, Appletree, 1987, p. 18.

33 Henry McDonald, Colours: Ireland : From Bombs to Boom. Édimbourg, Mainstream Pub., 2005, p. 67.

34 Ironiquement, Stalag 17 gravitera ensuite vers l’anarcho-punk, scène connue pour son positionnement antifasciste.

35 Jim Cusack, Henry McDonald, UDA: Inside The Heart of Loyalist Terror, Dublin, Penguin Ireland, 2004, p. 171.

36 « Offensive Weapon played around 20 gigs, none of which were on the mainland. Talk of gigs with the likes of well-known punk band the Outcasts and the lsesser-known Stalag 17 is often accompanied with bouts of amnesia! ». Robert Forbes et Eddie Stampton, The White Nationalist Skinhead Movement : UK & USA, 1979 – 1993, Port Townsend, Feral House, 2015. Une mise en garde s’impose : les auteurs de cet ouvrage semblent partager certaines des valeurs des groupes identitaires qu’ils étudient.

37 Celle-ci s’accroîtra lors de l’émergence d’une scène anarcho-punk au milieu des années 1980.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pochette du premier SP de Rudi, Big Time
Légende Good Vibrations Records, 1978.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Les Undertones
Légende Teenage Kicks, Good Vibrations Records, 1978, pochette dépliée, verso.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Timothy A. Heron, « « Suspect Device » : punk et violence dans l’Irlande du Nord des « Troubles » », Criminocorpus [En ligne], Rock et violences en Europe, Punk et violence, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6041

Haut de page

Auteur

Timothy A. Heron

Maître de conférences à l’université de Strasbourg (SEARCH EA 2325), docteur en études anglophones, Timothy A. Heron a soutenu une thèse de doctorat en 2017, intitulée « Alternative Ulster » : le punk en Irlande du Nord (1976-1983). Spécialiste en études britanniques, études irlandaises, cultural studies, de la société nord-irlandaise (des « Troubles »), du Royaume-Uni et de l’Irlande post-1945, membre du groupe de recherche PIND, il a publié récemment « “Alternative Ulster”: Punk and the Construction of Everyday Life during the Northern Ireland Conflict » (Imaginaires n19, 2015), « “We’re Only Monsters”: Punk Bodies and the Grotesque in 1970s Northern Ireland » (Étude Irlandaises 42.1, 2017) et « ‘Alternative Ulster’: The first wave of punk in Northern Ireland (1976-1983) » (Études anglaises, 71.1, 2018).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page