Navigation – Plan du site
2019

Des femmes difficiles en psychiatrie (1933-1960)1

Véronique Fau-Vincenti

Résumé

Alors que ceux désignés comme des aliénés difficiles dès 1910 ont fait l’objet d’une étude dédiée, restait à dévoiler des profils au féminin de « malades » désignées comme « difficiles » en psychiatrie des années 1930 à 1960.  Le propos consiste ici à exposer le cas de femmes, parfois délinquantes et le plus souvent hors des normes attendues, qui ont été préemptées par les professionnels de la psychiatrie en raison de leurs attitudes ou de leurs actes.

Mais surtout, en filigrane, se lisent les préjugés sociétaux et les tâtonnements médico-légaux  appliqués à des femmes plus souvent dérangeantes que « dérangées » : filles-mère, rebelles, insoumises, délinquantes ou en rupture de ban ; celles internées à la section Henri-Colin de Villejuif se sont avérées être avant tout des cas sociaux embarrassants et par la même difficiles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article a été réalisé à partir des archives médicales propres à la section Henri-Colin. À comme (...)
  • 2 Médecin-chef depuis 1894 de la Maison centrale de Gaillon dans l’Eure où l’Administration pénitenti (...)
  • 3 Voir l’historique de la problématique exposée par Henri Colin in « Le quartier de sûreté de Villeju (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Les différentes décisions sont rappelées dans « Création d’un asile d’aliénés vicieux Procès-verbal (...)
  • 6 Ibid., p.120.
  • 7 Dr Colin, Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1912, Paris, Imprimerie no (...)

1Le 16 octobre 1933 était inauguré à l’asile de Villejuif un pavillon destiné à recevoir les « aliénées difficiles » du département de la Seine. La création d’un pavillon pour les femmes « difficiles »en psychiatrie avait cependant été envisagée dès avril 1899 par le Dr Henri Colin2 qui, mandaté par le Conseil Général de la Seine afin d’étudier les modalités de création d’un « service spécial pour les aliénés vicieux désignés par les médecins des asiles ordinaires3 », préconisa que ce service soit « divisé en une section d’hommes et une section de femmes4 ».Ainsi, à l’issue d’une délibération datée du 26 décembre 1900, fut entérinée la « mise à l’étude de l’établissement d’un service d’aliénés vicieux apte à recueillir les aliénés criminels et les criminels aliénés internés d’office dans les asiles de la Seine5 » et une enquête fut diligentée auprès des différents médecins-chefs des asiles de la Seine afin d’estimer quel serait, approximativement, le nombre des malades relevant de cette catégorie. Avait alors été avancé le nombre « d’environ 100 hommes et 60 femmes6 » et dès les premiers projets architecturaux de mars 1902, un pavillon destiné à 54 femmes figurait sur les plans préparatoires. Cependant, le Conseil général ne dégagea pas un budget permettant de bâtir un ensemble de cinq pavillons dont un pour les femmes d’autant qu’une parcelle de terrain qui n’appartenait pas au département aurait dû être inscrite dans les emprunts départementaux7.

  • 8 Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1911, Paris, Imprimerie nouvelle, 19 (...)
  • 9 Drs Beaussart et Bonhomme, « Observation d’une famille de déséquilibrés à réactions antisociales », (...)
  • 10 Dr Henri Colin, « Le quartier de sûreté de Villejuif », op. cit., Annales médico-psychologiques, 19 (...)
  • 11 En 1922, il quitta le poste de médecin-chef de la 3e section de l’asile de Villejuif et fut nommé à (...)
  • 12 Voir Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1921, par le Dr Henri Colin, Pa (...)

2Au final, seuls furent construits puis ouverts le 16 mars 1910, deux pavillons réservés aux hommes « aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles » qui constituaient la « 3e section de l’asile de Villejuif ». Cependant, en 1911, le Dr Henri Colin rappelait que le service de la « section spéciale » n’atteindra son objectif que quand « 150 hommes et 50 femmes8 » pourront être pris en charge. Cette même année, les docteurs Beaussart et Bonhomme faisaient eux remarquer à propos d’une patiente que cette dernière « aurait pu trouver place » dans la section de femmes difficiles « dont la création est prochaine9. » Ainsi en 1912, le Dr Colin évoquait à nouveau les « malades difficiles » au féminin et, parmi elles, « les prostituées et certaines héréditaires à tendance éminemment vicieuses, profondément perverties, qui du fait de leur mœurs et de leurs excès de langage intentionnels sont une gêne permanente pour les autres malades10. » En dépit d’un nouveau projet présenté le 29 septembre 1913, le pavillon « femmes » et deux nouveaux pavillons « hommes » ne furent pas construits et en 1921, le Dr Henri Colin, qui s’apprêtait à quitter la chefferie de la section11 déplorait toujours que le pavillon des femmes demeure à l’état de projet12.

Illustration : Projet du 29 septembre 1913 intégrant les pavillons de la section dans l’asile de Villejuif

Illustration : Projet du 29 septembre 1913 intégrant les pavillons de la section dans l’asile de Villejuif

En gris les deux pavillons ouverts en mars 1910 et en rouge ceux restant à mettre en œuvre dont le pavillon "femmes" sur une parcelle de terrain colorisée restant à acquérir par le département. Cette parcelle, alors en jachère appartenait à la ville et jouxtait le cimetière de Villejuif. L’acquisition ne se fit pas et le cimetière de la ville a été étendu sur cette parcelle.

AD du Val-de-Marne

  • 13 Voir Véronique Fau-Vincenti, Le Bagne des fous, le premier service de sûreté psychiatrique, Paris, (...)
  • 14 Rapport de la Commission de surveillance des asiles du 20 mars 1933, Montevrain, imp. Typographique (...)
  • 15 Du 16 octobre 1933 au 31 décembre 1960, 351 femmes ont été internées à la section Henri-Colin de Vi (...)

3Et ce ne fut qu’en 1930, dans un contexte psychiatrique et judiciaire encourageant la défense sociale13 que le Service des aliénés du département de la Seine se décida ainsi à financer le projet.Ainsi, en janvier 1931, les plans du pavillon étaient dressés et le 20 mars 1933, la Commission de surveillance des asiles constatait que les travaux étaient en voie d’achèvement pour une ouverture espérée en juillet 193314. Finalement, ce fut le 16 octobre 1933 qu’une première aliénée inaugura le pavillon de sûreté. Et un mois plus tard, la capacité d’accueil était atteinte avec 35 patientes occupant les locaux et qui provenaient des sections femmes de l’asile de Villejuif ou de l’asile de Maison-Blanche mais aussi du service de l’Admission de Sainte Anne15.

Un pavillon pour récalcitrantes

4Construit perpendiculairement aux deux pavillons hommes afin d’éviter des échanges entre aliénés et aliénées, le pavillon et la cour des femmes étaient également protégés par des sauts de loup latéraux, avec au rez-de-chaussée, quatre ateliers, deux réfectoires, douze cellules ou chambres individuelles, deux salles communes, deux chambres pour le personnel, deux salles de bain et des toilettes et, au 1erétage, deux dortoirs.

Illustration 2 : Façade du futur pavillon Femmes (janvier 1931)

Illustration 2 : Façade du futur pavillon Femmes (janvier 1931)

AD du Val-de-Marne

  • 16 Voir Véronique Fau-Vincenti, « Valeur du travail à la 3e section de l’hôpital de Villejuif : entre (...)
  • 17 Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1933, Paris, Imprimerie nouvelle, 19 (...)
  • 18 Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1938, Paris, Imprimerie nouvelle, 19 (...)
  • 19 Jules Michelet, La femme, [1848], 1981, Paris, Flammarion, p. 60.
  • 20 Cité par Colette Cosnier, Le silence des filles, de l’aiguille à la plume, Paris, Fayard, 2001, p.  (...)

5Le règlement intérieur et l’emploi du temps en vigueur dans le pavillon des femmes étaient identiques à ceux en vigueur dans les pavillons hommes16. Etait ainsi prévu que les aliénées difficiles se livrent en moyenne pendant 7 heures par jour aux travaux d’aiguille dans des ateliers équipés spécifiquement. En 1934, le médecin-chef Yves Porc’her signalait ainsi que 2304 vestes, 1782 pantalons, 2842 gilets et 10 capotes ont été raccommodés par les internées et en 1935, il se félicitait du meilleur rendement des ateliers tant « en quantité qu’en qualité »17. En effet, les femmes ont confectionné ou réparé cette année-là 1631 gilets, 877 pantalons et 580 vestes. Ajoutons à cela 4520 draps, 1500 taies d’oreiller mais aussi des tabliers de médecin, des liteaux, des calottes, des couvertures de force ou encore 300 fichus passés par les ateliers du pavillon. Les années suivantes confirment une activité élevée pour les 35 patientes. En 1938, le nouveau médecin-chef Albert Brousseau demande expressément que « tous » les travaux de couture à effectuer pour le compte de l’hôpital ou des établissements du département soient « d’abord proposé[s] à nos ateliers avant que l’on cherche une main d’œuvre extérieure ». Il ajoute que « ceci est particulièrement important en ce qui concerne l’atelier de couture de la section des femmes18 ». En outre, presque cent ans après l’affirmation de Jules Michelet qui considérait que « la » femme « n’a que deux grand métiers, filer et coudre19» étaient admis que les travaux de couture élevaient les qualités morales des femmes pour une donne éducative inchangée et, en 1933, l’année même où est inauguré le pavillon destiné aux femmes, Hippolyte Ducos, sous-secrétaire d’État à l’Éducation nationale inaugurant un cours élémentaire pour jeunes filles, rappelait : « N’oubliez pas ces leçons : cousez, tricotez, repassez, sachez vous préparer au rôle de ménagère en même temps que vous parez votre esprit20. »

6Cependant, les malades difficiles au féminin, à la différence de leur alter-égo masculin, ne protestèrent pas de devoir travailler en revanche, la plupart ne manquèrent pas de dénoncer leur internement21. Ainsi de Léontine, transférée de Maison Blanche, qui écrivait au médecin-chef le 15 octobre 1934 :

« S’est avec un profond mécontantement que je vous donnerai cette lettre ne pouvant vous aproché que très dificilement. Je vous avais demandé à plusieurs reprises des éclairsissements sur mon internement qui me paraît obscur. À chaque fois, je me suis heurté a un refus malgré mes protestations, jétai cependant dans mon droit de connaître les incriminations ou tout autre médisance qui pouvai mêtre imputé tel que le raport du Dr Demay qui était joint mon dossier déjà eroné comme j’ai pu le constaté. Raport de soi-disant tentative d’évasion qui n’a jamais existé j’en donne ici un démenti formel[…]pour me faire transférer dans cette prison ou je suis depuis 11 mois déshonoré et avili par des procédées honteux. Matin et soir on minflige des règlements quon n’appliquerai même pas à des criminels. Je vous demande, docteur, de me dire en quoi je suis suspecté de femme dangereuse ; jetai une ouvrière paisible je ne demande qu’à la tranquillité […] si jai commi un acte justiciable je ne demande que à etre jugé mais qu’on me rende sette liberté que je n’ai jamais sésé dêtre digne, cette contraite à laquel j’ai été soumise depuis 18 mois me devien intolérable. » 

7Déborah, la première à avoir été placée à la section le 16 octobre 1933, est également l’auteure de nombreuses protestations. Le 8 juin 1945, elle signale à son avocat :

« Couchée à 18 heures quand ce n’est pas 17h30, enfermée dans une cellule avec simplement une chemise sur le dos, jusqu’au lendemain matin 9h ou 10h parmi les cris, chants et grossièretés débitées par les malades énervées, tapant aux portes, donc impossibilité de se reposer, ma vie n’est vraiment pas une sinécure puisque déplacée parmi cette horreur. Cependant, avec beaucoup de bonne volonté, je commence à m’adapter au milieu dans lequel d’autres me font vivre parmi les monstres. »

8Le 10 septembre 1956, toujours internée, elle s’adresse au médecin-chef :

« Jusqu’à quand dois-je compter encore être gardée dans cette asile en qualité de meubles ? Je voudrais bien le savoir ? Une employée ayant eu l’amabilité de me dire en 1939 que j’étais condamnée à perpétuité à l’internement, mais que j’étais aussi condamnée aux travaux forcés, donc à travailler aux ateliers ! Cela fait 16 ans de cette charmante réflexion et il s’est passé pas mal de choses répressives depuis cette date. »

9Comme dans les pavillons hommes, des tensions avec le personnel et des bagarres entre internées émaillent le quotidien, en particulier durant les premières années de fonctionnement. Les observations concernant Madeleine – célibataire, couturière âgée de 37 ans à sa première entrée le 17 septembre 1943 suite à un non-lieu après avoir blessé un voisin d’un coup de rasoir – indiquent :

« Mauvais caractère, se dispute constamment avec toutes les malades. Très énervée a été isolée. Monte la tête aux malades. Grossière. Agitée. […]. Très méchante avec le personnel, a frappé et mordu des infirmières. »

10D’autres internées menacent de se crever les yeux avec des aiguilles qui sont leurs outils de travail ou entonnent des chansons paillardes reprises en chœur. Certaines se promènent nues à dessein lors de la venue d’internes masculins. Ainsi à partir de 1940, Déborah se met à manifester des « convictions érotomaniaques exprimées avec une violence passionnée et dangereuse » envers l’interne. Le 31 juillet 1942, le Dr Brousseau évoque une « activité passionnelle toujours grande. […] des sentiments amoureux à l’égard des internes successifs, d’où scènes, dépit, refus d’aliment etc. À maintenir longuement ».

11Sont en effet conservés les nombreux courriers enflammés de Déborah adressés à un interne en médecine qui commencent par « Docteur chéri, mari de mon cœur ». Cette patiente est aussi régulièrement à l’origine de bagarres particulièrement violentes qui nécessitent le renfort des infirmiers masculins des autres pavillons, aussi le Dr Brousseau la désigne-t-elle pour une lobotomie qui « puisse l’améliorer ». Le 24 octobre 1949, elle est opérée dans le service de neurochirurgie de Sainte-Anne pour une topectomie préfrontale bilatérale. À son retour d’opération, le Dr Brousseau note qu’elle redevient « calme, docile, gaie, n’est plus hostile au médecin, disparition du délire érotomaniaque entretenu depuis dix ans » mais elle récidive un mois plus tard et poursuit de ses assiduités l’interne nouvellement arrivé.

12Comme dans la section hommes, la crainte des évasions ou des complots est tangible et des heurts entre internées et soignantes ont lieu avec, le cas échéant, le recours musclé des infirmiers des pavillons hommes appelés en renfort.

13Le compagnon de Marie-Célestine, entrée en 1933, alerte ainsi la Préfecture de police le 8 juillet 1935:

« […] Hier le 7 juillet, j’ai trouvé ma malade les deux genoux en sang et des marques bleues sur le sein droit. J’ai demandé aux infirmières le motif qui m’ont répondu qu’elle n’avait pas été assez sage. La raison, je l’ai trouvé en chambre-cellule après les dires de ma malade et dont je tiens cependant pas compte mais d’après elle, six à huit hommes infirmiers l’auraient brusqué contre le mur, fait tomber à terre, et l’on ne lui a pas laissé le temps de se relever et ils l’ont traîné pendant plusieurs mètres sur le pavé. »

14Suite à ce courrier, l’équipe soignante est sommée de s’expliquer :

« Vers 16h, Marie-Célestine se promenait dans le jardin, elle a entendu des cris provenant des pavillons des tôles, elle en a conclu que les infirmiers battaient un malade. Les infirmières ont essayé vainement de la calmer, c’est alors que la surveillante a demandé l’aide de deux infirmiers pour la mettre en chambre. Tout se serait bien passé si la malade ne s’était pas précipitée sur eux et à sa suite les malades L, C, S et B. Ne parvenant pas à emmener la malade et devant les menaces de toutes ces malades, nous avons fait appel à d’autres infirmiers, c’est alors que B est devenue vraiment furieuse, s’est élancée la tête la première en avant renversant un infirmier ; elle encore a donné des coups de pied et de poings. Ces malades ont été conduites en chambre et maintenues à l’aide du maillot.[…] L’infirmière B. a été mordu au bras gauche par Marie-Célestine. »

15Ailleurs, ce sont les velléités d’évasions d’Adrienne – qui dessine sur des bouts de cartons le plan du pavillon qu’elle destine à un ami– qui sont déjouées car ses croquis interceptés.

Illustration 3 : Plan du pavillon réalisé par Adrienne

Illustration 3 : Plan du pavillon réalisé par Adrienne

Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)

16L’attitude de ces femmes provenant d’autres établissements et qui protestaient contre leur internement, le dénonçant comme abusif ne faisait que confirmer, du point de vue médical, leur désignation de « malades difficiles » au sens stricto sensu du terme. En effet, si le concept d’aliéné difficile – au féminin comme au masculin – n’entre pas dans les grilles nosologiques et ne recouvre aucune réalité pathologique en particulier, il désigne avant tout le comportement de ceux et celles qui récusent leur statut d’aliénées. Est ainsi attendu et espéré que ces indociles et indisciplinées se plient à l’organisation raisonnée et disciplinaire de la section prouvant par là être sur la voie de la guérison en vue d’une résociabilisation.

Défense sociale ou service social ? Le cas des filles-mères

  • 22 Voir Véronique Fau-Vincenti, Le Bagne des fous, le premier service de sureté psychiatrique, Paris, (...)

17La section Henri-Colin, établissement de défense sociale à la française qui n’en a pas le nom22, s’est également fait, dans de nombreux cas « service social » recevant les plus démunies nombreuses à avoir été malmenées par l’existence. C’est plus particulièrement le cas des « filles-mères » à l’égard desquelles, les médecins-chefs vont faire montre d’une véritable empathie. Le Dr Brousseau puis le Dr Lafon iront jusqu’à « dépathologiser » des patientes et à œuvrer pour qu’une prise en charge sociale plus que médicale leur soit accordée. Dès lors, ne sont elles plus regardées comme « des filles de mauvaises vies » ou souffrant d’une pathologie mentale mais comme des jeunes femmes victimes de la fatalité sociale. Ainsi Yvette, fille-mère est internée à la section le 20 décembre 1951 via l’Infirmerie Spéciale près la Prefecture de Police après une tentative de suicide :

« Se jette sous les voitures, a essayé de se jeter dans la Seine. Refus obstiné de donner tous renseignements sur son identité. À la fin de l’interrogatoire, reconnaît une vie instable et fugueuse depuis ces dernières années, avoir eu un enfant, se livrer à la prostitution, être découragée et honteuse de sa vie actuelle. »

18Ainsi est libellé le primo-certificat de placement rédigé à l’Infirmerie psychiatrique par le Dr Cénac le 20 décembre 1951. Au service de l’Admission cette même année 1951, le Dr Xavier Abély note un « déséquilibre mental, troubles du caractère, indiscipline et opposition hargneuse. Instabilité. Fugues. Désordres du comportement et de la conduite ». Et en raison de son hostilité, Yvette est dirigée à la section. Après un premier entretien avec le Dr Brousseau, le 20 décembre 1951, ce dernier spécifie :

« Déchéance sociale chez une orpheline passée de la vie rurale chez une tante à la prostitution urbaine et la délinquance. Réticence dès maintenant réduite. A gardé une conscience morale relativement sauve. Sentiment de dégoût de soi et d’impossibilité de relèvement. »

19Lors de son entretien avec le médecin-chef, Yvette fait en effet le récit circonstancié de sa vie : orpheline de père à l’âge de deux ans, sa mère la confia alors à ses grands-parents. Elle a eu une éducation catholique et a été scolarisée jusqu’à ses 13 ans et elle a ensuite travaillé chez une tante cultivatrice en Normandie. Puis à 17 ans, elle est placée comme bonne. En 1948, elle se rend à Paris, et est employée comme bonne à tout faire. Dans l’espoir de trouver un autre travail, elle part pour Marseille où elle vole de l’argent à ses employeurs, ce qui lui vaut d’être internée une première fois après un non-lieu. Revenue en région parisienne, elle est entre temps quatre fois condamnée pour vagabondage. Sur sa route, elle rencontre un homme de 35 ans avec lequel elle se lie quelques mois et elle se retrouve enceinte. Abandonnée et recueillie par un foyer, elle cherche des ressources et se prostitue alors occasionnellement jusqu’à sa première tentative de suicide.

20Un mois après son internement au pavillon, le Dr Brousseau constate :

« Amélioration considérable de l’attitude du comportement chez une orpheline tombée dans la prostitution urbaine et la délinquance. N’est plus déprimée ni anxieuse ni opposante. Possède une conscience morale lui permettant de tirer profit des épreuves passées et de profiter du secours offert par M. le pasteur Richard de Saint-Germain-en-Laye qui propose la recevoir à sa sortie et de lui procurer un emploi. Travaille régulièrement et donne satisfaction dans le service. Prostitution de nécessité dont elle paraît sincèrement honteuse. Depuis sept mois, est devenue sociable, de bonne volonté, douée d’une conscience morale susceptible de favoriser son réajustement social. […]. Je crois qu’il conviendrait de lui donner cette chance d’autant que le pasteur s’engage à veiller sur elle et à lui trouver une situation conforme à ses aptitudes. »

  • 23 Il est né à Sainte-Anne où elle a été transférée pour accoucher.

21Elle sort donc le 28 juillet 1952, puis, par l’entremise du Dr Brousseau et de l’assistance sociale, elle finit par être accueillie dans une famille pour y travailler comme domestique et est autorisée à y demeurer avec son enfant. Mais son petit garçon ne s’entend pas avec les enfants de la famille et elle doit alors quitter ses employeurs. Placée à nouveau en foyer, il lui arrive de se prostituer afin de survivre. Son fils est alors confié à l’Assistance publique et, se découvrant à nouveau enceinte, elle fait une nouvelle tentative de suicide en se jetant cette fois dans le canal Saint-Martin. Hospitalisée à l’hôpital Necker, elle transite au service de l’Admission où le Dr Daumézon signale alors un « syndrome schizophrénique » et « un passé de désadaptation, de délinquance ». De nouveau transférée à Villejuif le 24 septembre 1953, le Dr Brousseau lui n’évoque pas un syndrome schizophrénique mais « des réactions de désespoir » et il signale qu’elle se montre « rapidement calme, obligeante et répond de façon très satisfaisante aux bons procédés des infirmières. S’est mise de bon cœur au travail et s’intéresse beaucoup à son enfant né23 il y a un mois » Aussi sollicite-t-il la conversion du placement d’office en placement volontaire « de façon à faciliter les fréquentes visites qu’elle désire bien normalement faire aux enfants assistés. »

22Dès lors, appréhendée par le médecin-chef plus comme un cas « social » que médical, Yvette se voit accorder des permissions de sorties régulières et, à l’initiative du Dr Brousseau, les services sociaux sont mobilisés afin de lui procurer un emploi qui permettrait d’autoriser sa sortie. Reconnaissante, elle écrit le 13 avril 1954, au médecin-chef:

« Monsieur le docteur, je ne veux pas vous faire de vaines promesses, mais seulement vous assurer de mon désir sincère de me réadapter la vie normale de me faire situation décente et pouvoir de ce fait assurer une vie heureuse à mes enfants. J’ai rencontré ici une fois de plus de vrais amis, sans doute cette chance que l’on offre de pouvoir prouvez qu’il encore un bon un peu de bon en moi. Je suis heureuse non seulement de ces semi-libertés que vous me rendez, mais surtout d’avoir la possibilité de vous prouvez bien vite que j’étais digne de votre confiance […] Je sais quelle grosse responsabilité cela comporte et aussi les ennuis que cela vous susciterait si je commettais la moindre faute. […] Des paroles seraient inutiles pour vous décrire toute ma gratitude, seule ma conduite future peu vous la prouvez. »

23Parmi les filles-mères envoyées à la section, citons également le cas complexe d’Elsie, âgée de 29 ans, transférée à Villejuif le 17 avril 1953 à la demande du Dr Fouks de l’HP de Poitiers qui rédige le certificat suivant :

« Troubles du caractère, déséquilibre avec tendance épileptoïde anxieuse et interprétations datant de l’enfance. Nombreux séjours en institut médico-pédagogique puis à l’hôpital psychiatrique. Fugues, évasions, liaison avec un médecin chinois qui l’a abandonné lorsqu’elle était enceinte. Susceptibilité ombrageuse quand on lui parle de son passé, inadaptabilité sociale, a échoué sans ressources dans la Vienne avec son enfant. Aurait prétendue qu’une malade l’espionnait. Fixation intense à son enfant, crise d’anxiété, peur de rester internée toute sa vie […] long passé de déséquilibre, de perversions, hospitalisations réitérées ayant entraînées une désadaptation sociale totale. Cas à rééduquer au point de vue psychologique et pragmatique. Antécédents héréditaires, père décédé de psychopathie […] cas social beaucoup plus que médical. »

24Dès les premiers jours à la section, Elsie s’oppose et tient tête. Elle refuse de se faire photographier afin, dit-elle, de disposer du « droit au libre arbitre ». Elle annonce par écrit « n’accepter de traitements qu’après en avoir longuement étudié, par renseignements documentaires, les résultats, les effets, les conséquences, la valeur expérimentale empirique, en connaissant bien à fond la sincérité des médecins ».

25À la question, à la suite de quelles circonstances ou pour quelles raisons vous trouvez-vous ici ?, elle répond : « suite à des diagnostics de dégénérescence mentale, idiotie morale, perversions instinctives, inintimidabilité, bouffées épileptoïdes etc. etc. Le jargon psychiatrique est très riche ! ».

Illustration 4 : Réponses d’Elsie au questionnaire qui lui est proposé à son entrée

Illustration 4 : Réponses d’Elsie au questionnaire qui lui est proposé à son entrée

Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)

26Le 1er mai 1953, le médecin-chef consigne une « attitude actuelle dominée par l’orgueil, la désinvolture affectée, l’hostilité et la méfiance alléguée contre la psychiatrie et le personnel hospitalier ».

27En effet, « pleine de rancœurs et de jugements amers » selon les termes du médecin, Elsie est particulièrement opposante à la psychiatrie alors qu’à l’âge de six ans, avaient été conclu des tendances [sic] épileptoïdes qui ont auguré de nombreux placements dans des établissements médico-psychologiques où elle a été placée dès l’âge de huit ans. Et le médecin-chef de retracer son itinéraire depuis son enfance : il dénombre 12 placements de plus ou moins longue durée dont certains, comme le dernier à Poitiers, ont été particulièrement coercitifs puisque son confrère dit avoir été contraint de l’enfermer dans une cellule du service hommes pendant plusieurs mois. Selon le Dr Brousseau, elle est particulièrement intelligente ainsi que le prouvent ses lectures : « Balzac, Kafka, Sainte-Beuve, Oscar Wilde, Daudet. »

28Le 6 juillet 1953, le Dr Brousseau adresse ainsi un courrier au chef de clinique du service de neuropsychiatrie infantile à Paris afin que l’enfant d’Elsie soit confié à une famille aux abords de la section. Devant les hésitations de sa collègue, le médecin-chef insiste et se fait étonnamment le pourfendeur des classifications psychiatriques :

« Je comprends combien la connaissance du diagnostic porté à propos de Mlle N peut éclairer votre décision. Malheureusement il s’agit d’un des cas les plus démonstratifs de la faiblesse des classifications en usage. Toutes les rubriques des anomalies mentales y sont passées. Les uns ont parlé de dégénérescence sans connaître les géniteurs. D’autres de déséquilibre ce qui ne définit qu’un fourre-tout de facilité. On l’a tenue pour une grande perverse, pour une caractérielle grave, pour une épileptoïde, etc. […] Nous l’observons depuis trois mois. Au début, elle n’osait croire à l’intérêt que nous lui portions maintenant, elle est apaisée, admet que l’on peut vraiment l’aider. Très intelligente, d’une grande finesse, elle se discipline et travaille. Elle est adroite et fait de fort jolies choses. Mais notre meilleur atout actuel réside dans la joie que lui procure à chaque fois de revoir son enfant. Elle manifeste à son propos et devant les procédés que nous employons pour faciliter ces visites, les sentiments les plus normaux. Cette “terreur” de certains services est capable de se montrer pleine de cœur et de délicatesse à condition qu’elle éprouve la sincérité et l’affection que l’on cherche à lui dispenser. Aussi crois-je essentiel à sa réadaptation progressive, poursuivie bien au-delà de l’hôpital psychiatrique et nous comptons bien y participer pour qu’elle puisse aussi souvent qu’il sera possible, accompagnée d’une de nos infirmières, se rendre auprès de son enfant. Mais cela ne peut se faire hélas que s’il est placé dans Paris soit dans la banlieue immédiate. » 

29Le Dr Brousseau, qui souhaite qu’Elsie puisse aller visiter son enfant, laisse clairement poindre ses doutes de praticien devant la « faiblesse des classifications en usage ». Cette patiente considérée comme une « terreur » s’avère une jeune femme rebelle et opposante après de longues années d’internement et d’errements, « d’hospitalisations réitérées ayant entraînées une désadaptation sociale totale » comme le signalait le Dr Fouks de Poitiers confronté selon ses propres termes à « un cas beaucoup plus social que médical ».

30Aussi, le 21 avril 1954, le Dr Brousseau sollicite-t-il la transformation de son placement d’office en placement volontaire et Elsie finit par sortir de la section le 2 novembre 1955. Mais elle ne tarde pas à rechuter et est de nouveau internée à sa demande le 7 janvier 1956. En effet, tout porte à croire que, habituée des asiles pour reprendre une expression chère au Dr Henri Colin, Elsie, perdue suite à une vie de placement, n’arrive pas à user de sa liberté. Au service de l’admission de Sainte-Anne où elle se présente, le Dr Daumézon indique : « troubles du comportement et inadaptabilité ayant entraîné des placements subintrant depuis au moins l’âge de 10 ans. Séjours en un hôpital psychiatrique, évasions, oppositions avec les médecins entraînant le séjour à Henri-Colin. Apparaît aujourd’hui d’un niveau mental élevé, exposant de façon touchante une détresse objective ».

31Placée tout d’abord à Saint-Maurice dans un établissement dit libéral, son nouveau médecin éprouve toutes les difficultés à lier contact avec cette jeune femme qui présente selon lui :

« Une malignité foncière. Sadomasochisme. Prosélytisme homosexuel actif. Théâtralise. Est passée par une vingtaine de services depuis l’âge de six ans, ce qui lui a permis un autodidactisme psychiatrique. […] Mise ici dans les meilleures conditions possibles psychothérapie au maximum compréhensive […] après une phase de présentation séductrice et victimaire, elle a pris une attitude d’opposition et d’agressivité de plus en plus grave, se pose en moraliste justicière, fomente désormais le désordre et le scandale, menace, évadée trois fois, elle réintègre d’elle-même le service. Un traitement a dû être appliqué malgré l’opposition de la malade en vue de juguler un de ses accès d’excitation impulsive auxquelles elle fut déjà sujette en conséquence. »

32La manière douce ayant échouée, la manière forte a été employée et après une série d’électrochocs sans résultats, le médecin de Saint-Maurice demande à nouveau son transfert au service Henri-Colin où, à son arrivée elle est « hargneuse, réticente s’abritant derrière de prétendus troubles de la mémoire consécutifs à des électrochocs » selon le Dr Lafon qui l’accueille le 19 avril 1956. Traitée au Largactil, Elsie parvient à être calmée et est finalement transférée le 30 janvier 1957 à la 2e section femmes de Villejuif où elle parvient néanmoins à se suicider en octobre 1957.

Des doutes sur les diagnostics

Les cas d’Yvette, d’Elsie mais aussi de Gilberte ou encore de Félicie ainsi que ceux de Louise ou de Claire interrogent quant aux diagnostics psychiatriques qui constituent l’unique justification au placement et à propos desquels les médecins sont eux-mêmes parfois en désaccord ou remettent en question.

33Ainsi, Gilberte, qui sera reconnue « fausse schizophrène » [sic], est internée à deux reprises à la section. « Bonne à tout faire » selon les termes de son dossier, elle a 21 ans à sa première entrée et est envoyée par l’hôpital psychiatrique de la Roche-sur-Yon après une tentative de suicide. Son transfert en section de sûreté a été demandé après qu’elle ait frappé violement une infirmière. Au service de l’Admission, le Dr Xavier Abély indique :

« État schizophrénique sur fond de déséquilibre mental. Inaffectivité. Inactivité. Opposition. Négativisme. Mutisme. Impulsions brusques et extrêmement violentes. Bris de carreaux. Coup de couteau à une infirmière. Coups à une malade. Menaces. Deux internements antérieurs, malade très dangereuse, à placer à Henri-Colin. »

34À son arrivée le 8 novembre 1951, le Dr Brousseau reprend les termes du service de l’Admission d’autant qu’elle refuse de répondre à la moindre question.
Au deuxième jour, les infirmières précisent :

« Depuis son arrivée camisolée, elle reste couchée, la tête sous les draps non entravée. Elle n’a pas accepté de nourriture. N’a pas prononcé une parole. » 

35Après quatre jours durant lesquels elle a été alimentée par sonde, elle accepte un entretien avec le Dr Brousseau qui écoute son récit : pupille de l’assistance publique, elle a été retirée à sa mère par décision de tribunal à l’âge de 11 ans. Elle, qui aimait les études, n’a pas pu se présenter au CEP car elle a été placée à 14 ans dans une ferme. Vers 16 ans, elle s’ouvre les veines et est internée à la Charité-sur-Loire où elle est traitée par électrochocs. Elle ressort et est placée comme bonne dans un château. Mineure, elle a demandé à être changée de placement car son patron a tenté de l’embrasser. Malgré tout, désespérée, elle  « rechute » au bout de quelques mois et est de nouveau internée et traitée par une insulinothérapie interrompue après une vingtaine de comas – dont un prolongé qui a vraisemblablement inquiété l’équipe soignante. Dès lors, elle s’oppose aux soignants de la Roche-sur-Yon et est transférée comme « malade difficile » à Villejuif où après un mois, tous constatent qu’elle « s’est montrée sensible, calme, travailleuse ». Le Dr Brousseau signale qu’elle « ne présente actuellement aucun symptôme évoquant la schizophrénie tant dans son comportement que dans son langage » et cherche à mettre en œuvre les conditions de sa sortie. Le 28 avril 1953, il rédige son certificat de sortie :

« Guérie depuis longtemps de l’état dépressif avec réaction anxieuse qui motiva son internement. Elle n’est certainement pas une schizophrène. Elle a très vraisemblablement souffert de conditions affectives défavorables dérivées de la séparation nécessaire du milieu familial et de placement par l’autorité publique. Elle n’a été maintenue au service Henri-Colin que dans l’attente d’une certitude quant au milieu susceptible d’accueillir et de l’employer. Elle est très dévouée, extrêmement sensible aux bons procédés, très travailleuse, elle peut être immédiatement mise en liberté et confiée à Mme F qui présente les garanties nécessaires à cette réadaptation sociale. »

36Autre cas questionnant la validité des diagnostics et de l’expertise, celui de Félicie, « ex-hystérique », requalifiée en « épileptique » : elle est placée à la section le 4 novembre 1933 suite à un non-lieu pour homicide volontaire. Elle avait été internée dès août 1932 à Maison-Blanche et, bien que « calme et occupée à travailler », son transfert a été décidé quelques jours après l’ouverture du pavillon femmes destiné aux aliénées difficiles. Dans son cas, c’est uniquement son statut de médico-légale et de criminelle – elle a frappé d’un coup de couteau mortel un de ces anciens amants un soir de querelle où elle et lui étaient ivres – qui a motivé son placement à la section Henri-Colin.

37Arrêtée après les faits, elle déclara n’avoir pas voulu tuer son ancien amant alors que le patron du café témoigne qu’elle était saoule « comme tous les soirs ». Femme de ménage, âgée de 48 ans, son voisinage signale « une conduite légère mais un ménage bien tenu ». Enfant de l’Assistance publique, placée dans la Nièvre comme bergère, elle a cependant été deux fois internée, la première fois à 15 ans, en 1900 puis une deuxième fois en 1901. Un rapport d’expertise du Dr Legras daté de 1900 la donne pour « débile mentale héréditaire avec perversions morbides des instincts, des fugues répétées, une absence de discernement et d’instruction, une incapacité de se diriger ». La même année, le Dr Voisin décèle quant à lui « une hystérie avec période d’excitation pendant lesquels elle casse et brise tout. Son état nécessite son admission dans un établissement spécial ».

38Plus de vingt après, le Dr Génil-Perrin qui procède à son expertise en juillet 1932 conclut à un « état constitutionnel de débilité mentale avec perversions instinctives et manifestations convulsives » à l’origine de ses placements en 1900 et 1901. Et de reconnaître que « les manifestations convulsives qu’elle a présentées et qui ont été considérées à cette époque comme hystériques, paraissent plutôt avoir été de nature épileptique à considérer les cicatrices du visage dont elle est porteuse. »

39Dès 1934, le médecin-chef de la section pense une sortie possible. La Préfecture refuse. Puis en 1939, elle est visitée par le Dr Truelle, mandaté pour donner son avis :

« On a remarqué que le Docteur Voisin en 1900 parlait d’hystérie avec excitation violente. L’inculpé elle-même nous parle de crises nerveuses au cours desquelles elle tombe en perdant connaissance, en bavant du sang, en se blessant à la face. Et nous avons par nous-mêmes constaté les cicatrices qui apportent à ses dires à une confirmation objective. Tout cela fait penser à de l’épilepsie… 1900 et la belle période de l’hystérie à la Salpêtrière, le diagnostic venait tout seul sous la plume. Mais dans les crises d’hystérie, il est bien rare qu’on ne se blesse et devant les cicatrices de cette femme, le diagnostic d’épilepsie devient plus que certain et s’accorde d’ailleurs avec la violence de ces impulsions, des impulsions qu’on lui reprochait autrefois et celle qui l’a conduite à frapper son ancien amant. »

40En 1942, le Brousseau se prononce également pour une sortie :

« Depuis son placement calme, lucide, excellente travailleuse, courageuse régulière, elle a donné toute satisfaction dans les emplois de confiances qui lui ont été données. Soumis à un traitement ou Gardénal léger elle ne présente aucune crise convulsive. Son fils se propose de la recevoir chez lui. »

41Néanmoins, en 1950 après dix-sept années passées à la section, elle est toujours présente. Le Dr Brousseau réitère son propos :

« Depuis de nombreuses années se conduit de manière la plus satisfaisante, calme, aimable laborieuse, jouissant d’une semi-liberté à l’intérieur de l’hôpital elle n’en a jamais abusé. Mise à l’épreuve en tant qu’employé au ménage chez les surveillants généraux, elle n’a marqué jamais la moindre proportion pour des abus de vin. Présente très rarement des crises de comitialité. Son maintien dans un hôpital psychiatrique n’est plus justifié. »

42Un an plus tard, le 3 avril 1951, au moment de sa sortie, le Dr Brousseau admet que si « son existence ne fut certes pas très exemplaire et sa conduite légère », elle ne tomba jamais dans la délinquance. De plus, « elle se montra néanmoins bonne mère » en dépit de « son fâcheux penchant d’ivrognerie », et de conclure qu’« elle est surtout le reflet de son milieu avec propension naturelle à suivre les mauvais sentiers plutôt que le droit chemin. »

Une étiologie sexuée 

43Outre des diagnostics disputés et discutés, la question d’une étiologie ou de pathologies sexuées telles qu’entrevues par les médecins mérite d’être posée. Ainsi, dans chaque dossier de femme sont conservés des tableaux de régularité des règles où sont scrupuleusement reportées les périodes menstruelles, ce qui ne va pas sans rappeler qu’une femme “déréglée” est potentiellement et symboliquement une femme “déséquilibrée”.

Illustration 5 : « Feuille de règles »

Illustration 5 : « Feuille de règles »

Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)

  • 24 Alexandre Brierre de Boismont, De la menstruation considérée dans ses rapports physiologiques et pa (...)
  • 25 Ibid., p. 535.
  • 26 Ibid., p. 355.
  • 27 Ibid., p. 531.
  • 28 Ibid., p. 460.

L’idée séculaire, et qui a donné lieu à une ample littérature selon laquelle « les dérangements de la menstruation entrent pour un sixième dans les causes physiques de la folie24 » et que « l’intelligence, les facultés affectives, les penchants sont quelquefois pervertis, exaltés, abolis, dénaturés aux approches de la menstruation25 » a largement préoccupé les aliénistes de l’âge d’or qui, abandonnant le versant philosophique pour épouser l’organicisme, réfutent l’opinion des auteurs qui veulent que la folie dépende toujours d’un désordre du « cerveau ». « Dès à présent – précisait le Dr Brierre de Boismont en 1842 – nous n’hésitons pas à dire que la menstruation est dans quelques circonstances, le véritable point de départ du dérangement de l’esprit 26», exposant des observations où tantôt une monomanie fut guérie par l’arrivée des règles27 et/ou, à l’inverse, des cas où l’arrivée des menstrues fut à même de favoriser « des affections nerveuses28. »

  • 29 Voir Martine Kaluszynski, « La femme (criminelle) sous le regard du savant au XIXe siècle » in Coli (...)
  • 30 Dr Camille Granier, La femme criminelle, Paris, éd. Doin, 1906. Ouvrage paru dans la collection « B (...)
  • 31 Ibid., p. 45.

44À peine moins prégnante au xxe siècle, l’idée demeure largement admise et se dessine toujours en filigrane des cas de folie, de délinquance ou de violences au féminin. Parmi une bibliographie médicale pléthorique dédiée à « la » femme ainsi que dans divers ouvrages dédiées à la criminalité vue par le prisme de l’anthropologie criminelle29, l’ombre de la folie menstruelle se devine ou est clairement exprimée. Un inspecteur général des services administratifs du ministère de l’Intérieur, Camille Granier30 publia un ouvrage consacré à « la » femme criminelle où il rappelait « que les femmes sont plus dipsomanes à l’âge de la puberté et de la ménopause 31» et que « le danger pour la moralité et pour la raison » est périodique chez les femmes » comme le prouvent les « effets de dysménorrhée ont été signalés dans un assassinat ».

45En 1911, le Dr Lacaze signalait que « la simple menstruation produit des perturbations quelquefois considérables dans la sphère nerveuse, et on sait que chacune des étapes de la vie génitale des femmes peut avoir un retentissement très marqué sur son état mental : elle peut même la soustraire momentanément à l’influence de la volonté32 », laissant ainsi presque entendre que la simple menstruation et ses corollaires peuvent pour ainsi dire justifier une application de l’article 64 du Code pénal à considérer que des femmes peuvent avoir été contraintes par une force – en l’occurrence leur “nature” – à laquelle elles n’ont pu résister.

46Ainsi, dans tous les dossiers individuels est systématiquement mentionné l’âge de l’apparition des règles et une corrélation entre les débuts des dérangements mentaux ou comportementaux et la survenue des règles est le plus souvent sous-entendue. Le rapport médico-légal du Dr Paul Abély daté du 9 novembre 1943 à propos du cas de Denise, 16 ans, arrêtée pour fugues et vol, précise : « Elle est réglée depuis l’âge de 14 ans, mais d’une façon très irrégulière […] elle était une bonne élève, disciplinée en classe jusqu’à ses 15 ans. » Soit l’âge auquel Denise fugue de chez son père remarié alors que sa belle-mère la bat.

  • 33 À Chevilly-la-Rue, mais aussi à Orléans, Angers ou Clermont Ferrand, des maisons de redressement re (...)

47À propos d’Élisabeth, 16 ans, placée à la maison de Chevilly33 en raison de son indiscipline familiale – elle ratait les cours, trainait, ne rentrait pas à l’heure ou en pleine nuit – , le médecin qui rédige le certificat de placement, décrit un :

« Déséquilibre caractérisé par des troubles de la conduite, nombreuses fugues allant de quelques jours à 3 semaines […] Actuellement troubles endocriniens, aménorrhée et tendance à l’obésité. »

  • 34 Néologisme de Réaumur cité dans le Premier supplément à l’Encyclopédie de 1776, cité par Jean-Pierr (...)

Par ailleurs, l’étude des registres d’entrée entre 1933 et 1960, permet de constater que l’indication « perversions » se double, à l’endroit des femmes, du qualificatif « instinctives », là où pour les hommes sont majoritairement notifiées des perversions « constitutionnelles ». Différence sémantique à lire comme pour les unes, de perversions qui procèdent de l’instinct et pour les autres, de perversions inhérentes à leur constitution, certes innée, mais avant tout défectueuse, qui relève de l’anomalie alors que les perversions liées à l’instinct répondent à un automatisme qui exprime « la qualité d’automate dans l’animal […] sans que la volonté y ait aucune part34 ».

  • 35 Réédité jusqu’aux années 1880, ce livre fera de nombreux émules et lors d’une de ces rééditions en (...)
  • 36 Dr Joseph Daquin, Philosophie de la folie ou Essai philosophique sur le traitement des personnes at (...)

L’idée selon laquelle « la » femme relèverait de la nature, ne fait ici que réitérer un antique et sempiternel tota mulier in utero. Depuis la publication en 1775 du Système physique et moral de la femme, ou Tableau philosophique de la constitution, de l’état organique, du tempérament, des mœurs et des fonctions propres au sexe35 , le Dr Pierre Roussel énonça des idées communément acquises quant à un particularisme féminin qui assoit médicalement un rapport entre le physique et le moral expliqué par le sexe et justifié par la nature. En 1788, l’aliéniste Joseph Daquin affirmait ainsi que « les nerfs chez les femmes, sont plus tendres, plus sensibles et plus aisés à émouvoir ; elles ont les passions plus vives ; leur constitution plus frêle & moins robuste ne peut résister aux chocs violents; elles ont en général beaucoup moins de courage, de force d’âme et si, j’ose dire, moins de raison36. »

  • 37 Gustave Le Bon, L’homme et les sociétés, leur origine, leur histoire, Paris, éd JM Place, 1987 [188 (...)
  • 38 Voir Yannick Ripa, La ronde des folles. Femme, folie et enfermement au XIXe siècle, 1838-1870, Pari (...)

48Suivront les études anthropologiques dont celles du Dr Paul Broca ou de Gustave Le Bon qui constate que l’étude des cerveaux féminins montre « une notable proportion de la population féminine dont le crâne se rapproche plus par le volume de celui du gorille que des crânes du sexe masculin les plus développés37 ». Deux internées sont par ailleurs taxées de « primitivisme » et la nature sui generis des femmes, fait craindre aux médecins qu’elles ne soient débordées par leur sexualité au point de commettre des actes délictueux et irraisonnés38.

49Cette naturalisation sous le sceau scientifique développée au cours du xixe siècle demeure en effet prégnante et en 1933, il est ainsi craint que Simone, âgée 19 ans, cède à « sa nature ». Cette fille d’un haut fonctionnaire, en conflit avec l’autorité paternelle, est ainsi dirigée au pavillon des difficiles le 21 octobre 1933 en raison de son « incapacité de travailler régulièrement et à se conduire au dehors ; fugue et séparation régularisée du milieu familial, haine familiale contre son père, accusation mensongère sur lui. Veut “vivre sa vie”, activité sexuelle déréglée », comme le signale le médecin exerçant à la consultation libre de l’hôpital Henri-Rousselle où la jeune fille a été amenée par ses parents inquiets de ses velléités d’indépendance.

50Quant à Gabrielle, 18 ans, domestique, internée le 20 janvier 1943 après un non-lieu pour vol, elle est signalée comme « une coquette » par le Dr Heuyer qui l’expertise et considère qu’elle « ne présente pas de troubles mentaux à proprement parler » bien qu’elle soit internée. Le 12 juin 1945, est ainsi précisé dans un certificat rédigé à la section :

« Elle montre une coquetterie qui n’est guère dans les habitudes de l’endroit [de l’hôpital] et elle a trouvé le moyen de se faire visiter par un soi-disant cousin qui était un ouvrier venant dans l’établissement. Elle est manifestement érotique et en liberté elle versera dans la prostitution d’une façon inévitable. Toutefois, la question de sa sortie ne se pose pas. Elle est maintenant une adulte, il y a peu de chances qu’elle modifie son attitude et son comportement désormais. Tel elle est, tel elle restera toujours. Doit-on la maintenir toujours internée ? Doit-on lui laisser courir sa chance hors de l’hôpital psychiatrique ? À vrai dire, elle ne présente pas de troubles mentaux à proprement parler. Il est difficile d’affirmer qu’elle est une cause de danger pour elle-même et la sécurité des personnes. Bien surveillée, bien encadrée par des patrons ou par un milieu familial qui s’intéresserait à elle, elle pourrait vivre en liberté. Mais si elle doit être livrée à ses seules forces, les pires ennuis lui sont réservés. Il appartient donc aux magistrats plus que médecin d’apprécier si elle peut être mise en liberté. »

51La sortie de Gabrielle est refusée. Quelques mois plus tard, le Dr Brousseau constate toujours qu’elle « demeure paresseuse, coquette, outrancièrement fardée ». Mais enfin, le 11 mai 1946, est considéré qu’« elle s’est améliorée depuis son entrée dans le service où son comportement est correct et son travail à peu près régulier ; coquetterie persistante exagérée. Il serait extrêmement hasardeux de lui donner l’opportunité d’une escapade. »

52Gabrielle obtiendra finalement très difficilement son transfert en service ordinaire tant sa coquetterie et son appétence amoureuse – réelle ou supposée – constituent un frein à sa sortie. « Érotique », selon les termes médicaux, il est craint qu’elle ne verse dans la prostitution. Mais elle n’est pas la seule patiente à inquiéter en raison de son comportement et de ses ardeurs amoureuses. Ainsi, Paulette, 21 ans, est envoyée par le service de prophylaxie mentale le 18 août 1943. Cette jeune femme a déjà un lourd passé : violée dès l’âge de 16 ans par son père « alcoolique brutal », elle a fini par le dénoncer et s’est retrouvée placée chez les sœurs où elle s’est avérée très « difficile » selon le témoignage de sa tante. Puis elle est envoyée à maison de préservation de Cadillac d’où elle sort à 20 ans. Elle rencontre ensuite un camionneur de 29 ans dont elle se retrouve enceinte, elle le suit en Allemagne et revient en France où elle fait une tentative de pendaison, elle est alors envoyée à Henri-Rousselle où elle accouche d’un enfant qui meurt au bout de quelques semaines. Elle reste deux mois camisolée pour avoir volé des vivres à l’hiver 1942-1943 à des camarades et tente de se pendre avec les liens du maillot. À son arrivée à Villejuif, elle se montre une patiente difficile, victime d’un « érotisme précoce » selon les termes de son dossier sans compter qu’elle « se croit aussi enceinte d’un infirmier qui aurait eu avec elle des rapports clandestins à Sainte-Anne quand elle travaillait à l’épluche ». Une observation de mars 1945 précise :

« Excitée de façon presque continue, querelles avec Mlle G, se dit amoureuse d’un malade qu’elle voit chez les hommes, à tenter de lui faire parvenir, par l’intermédiaire d’un jardinier, une photographie maculé de rouge à lèvres, des lettres, une savonnette où elle avait gravé des amabilités à son égard et des menaces envers le personnel. Promesse réitérée de sagesse qu’elle ne tient jamais plus d’une journée. »

Illustration 6 : Lettre d’amour écrite par Paulette

Illustration 6 : Lettre d’amour écrite par Paulette

Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)

53D’autres patientes elles, sont soupçonnées d’emblée de se prostituer comme Paulette à propos de laquelle une prostitution infondée est évoquée. Dans le cas de Jacqueline, institutrice de 38 ans, le Dr Porc’her, décèle « un déséquilibre psychique primitif » et suppose que cette « fille-mère, institutrice puis fille de salles » s’est sans doute prostituée.

54Même supposition pour Rosine, âgée de 15 ans à son entrée le 18 février 1933. Placée d’abord à la maison du Bon Pasteur de Chevilly par ses parents en raison de son inconduite, elle n’a pas tardé à se faire remarquer par « ses colères, ses révoltes et ses tentatives de fuite [qui] ont nécessité son transfert dans les asiles de la Seine ». Vue en consultation au service de prophylaxie mentale par le Dr Courtois, Rosine est décrite comme une :

« Débile mentale avec perversions instinctives ; connaissances élémentaires assez bonnes ; absence de jugement et de sens moral ; mensonges, fugues, prostitution se livrerait au premier venu – elle le nie – et refuse d’indiquer l’origine de l’argent qu’elle dépensait, “C’est mon affaire”, dit-elle. Indocilité, ne peut se plier à aucune discipline. »

55Est également évoquée dans son cas une « activité sexuelle déréglée », en l’occurrence une activité amoureuse qui déplait fortement à sa famille.

56Ces soupçons de prostitution qui valent pour une stigmatisation sexuée à même d’expliquer le comportement de ces femmes difficiles ou délinquantes, sont aussi portés à l’égard de Denise,16 ans, à propos de laquelle le Dr Abély se questionne en rédigeant son rapport d’expertise : « prostitution ? elle a déjà eu une dizaine d’amis. » [sic].

57Ainsi donc, l’appétence amoureuse – vu comme dérèglement maladif spécifiquement féminin – de ces jeunes femmes inquiète particulièrement, comme annonçant de possibles désordres susceptibles de les amener à se prostituer. Cependant, dans les faits, parmi les patientes entrées en 1933, 1943 et 1953, seule Yvette, fille-mère, a reconnu avec « honte » une prostitution occasionnelle et une seule internée s’est avérée être une prostituée encartée dont le placement envisagé de prime abord comme une mesure de défense sociale se transformera en placement social avec remise en cause du diagnostic donné à son entrée.

  • Louise, une ex-prostituée

58Transférée de Maison Blanche le 20 mars 1953 après une inculpation pour « vol et vagabondage » suivi d’un non-lieu, Louise a déjà été internée à trois reprises. Le Dr Teulé qui demande son transfert à Henri-Colin, précise :

« Déséquilibre mental avec incapacité sociale. Échec de la tentative de réadaptation sociale effectuée à la suite de la dernière hospitalisation. […] Passé anti-social chargé, ex-pensionnaire de Doullens […], malade lucide et perverse qui met le trouble dans un service psychiatrique ordinaire. »

59Tenue pour perverse et maligne à Maison Blanche, le Dr Brousseau lui trouve, après 15 jours, un « comportement satisfaisant » mais elle ne tarde pas à se révolter. En octobre 1954, après un entretien avec le Dr Brousseau, ce dernier remarque :

« Elle considère l’asile comme la prolongation de la prison et identifie le personnel hospitalier aux gardiens. Elle veille à l’exécution des lois du “milieu” dont elle s’institue la gardienne. Elle méprise et persécute les femmes qui “balancent”. Elle exprime sa sympathie à toutes malades qui se révoltent ouvertement contre le personnel et dirige des conciliabules secrets. Sa dévotion aux lois du “milieu” a bien des caractères de la mentalité primitive. »

60Mais, à mesure des entretiens, le Dr Brousseau entend son parcours : née d’une mère parisienne et d’un père algérien, elle a fréquenté l’école jusqu’à huit ans en Kabylie où elle a ensuite gardé les moutons. Devenue veuve, sa mère est revenue en France alors que Louise avait 13 ans. Elle travaille alors jusqu’à l’âge de 15 ans. Sa mère est « très sévère » et la jeune fille fugue pour se rendre chez son oncle, cafetier, à Gennevilliers. Recherchée et arrêtée, elle est confiée au patronage La Tutélaire et s’évade après 4 mois. « J’étais forte tête – déclare-t-elle – si on crie sur moi, on n’arrive à rien ». Arrêtée pour vagabondage, nouveau placement à Neufchâtel dont elle s’évade et nouvelle arrestation. Envoyée à Fresnes puis observée deux mois à l’hôpital Henri-Rousselle, elle est placée en maison de correction à Doullens jusqu’à ses 18 ans. Elle retourne chez sa mère et elle travaille jusqu’à ses 21 ans comme polisseuse. Après un chagrin d’amour, elle fait une tentative de suicide qui lui vaut un placement à Maison-Blanche. À sa sortie, après deux mois d’internement, elle raconte qu’elle fréquentait « des bals audacieux à la Bastille ». En conflit avec sa mère, elle finit par se prostituer et entre en maison de tolérance jusqu’à leur fermeture en 1946. Depuis lors, elle s’est livrée à la « prostitution clandestine» dans des cabarets.

61En 1950, elle fait une autre tentative de suicide– « Depuis 4 jours je n’avais rien mangé » –suivi qui d’un nouvel envoi à Maison-Blanche. À sa sortie, démunie, elle commet un vol à main armée pour lequel elle obtient un non-lieu suivi d’une nouvelle entrée à Maison-Blanche avant son transfert à la section.

  • 39 Question de l’autorité tutélaire d’autrui qui ne va pas sans rappeler que de jeunes hommes avaient (...)

62Après deux années, le Dr Brousseau hésite à demander sa sortie de crainte qu’elle ne retombe « inévitablement dans une prostitution plus ou moins scandaleuse ». Cependant, visitée par un ami algérien qui vient la voir régulièrement, ce dernier propose de l’épouser afin de hâter sa sortie, ce que Louise accepte. Une enquête de police et une enquête sociale sont alors menées dont il ressort que « de bons renseignements » ont été recueillis sur l’homme en question. Le Dr Brousseau, désabusé, déclare que « sans se faire des illusions exagérées sur l’avenir de cette union, elle me paraît être la seule chance de reclassement qui ne puis jamais s’offrir à elle » et autorise « dans ces conditions » sa sortie. Et en effet, Louise est admise à sortir dans la mesure où est supposée que s’exercera désormais sur elle l’autorité tutélaire d’un époux39.

63Elle se marie donc en janvier 1955 et donne des nouvelles au Dr Brousseau :

« Mon mari et moi nous vous envoyons nos remerciements et surtout moi, je n’ai pas trahi votre confiance et je suis maintenant une femme saine et heureuse. À qui que ce soit, vous pouvez exposer mon cas et la femme que je suis devenue ce qui prouve que des femmes ayant eu une vie comme la mienne peuvent se réhabiliter aux yeux de la société. »

64Puis, en 1956, elle écrit à une infirmière du service :

« Le Docteur de Maison-Blanche m’avait cité dans ses cours comme “un cas désespérant de déséquilibre” ; eh bien non !il s’est trompé, j’étais désespérée de ne pas avoir quelqu’un qui comprenne que j’avais été étant jeune éternellement ballottée […]. Ensuite les camps, patronage, correction, prison – d’hôtel en hôtel, de dégoût en dégoût. C’était plutôt un cas désespérant de misère […]. »

Illustration 7 : Extrait d’une lettre de Louise

Illustration 7 : Extrait d’une lettre de Louise

Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)

  • Claire, ancienne novice et future romancière

  • 40 Dr Xavier et Paul Abély, « L’internement des arrières sociaux (pervers constitutionnels) » Annales (...)

65Outre les femmes perdues, le cas de Claire – ancienne novice rebelle internée à deux reprises à la section – est à l’image des fils de bonne famille considérés comme les archétypes des pervers constitutionnels par les docteurs Xavier et Paul Abély en 193440.

66Claire, internée une première fois le 13 août 1943 suite à un non-lieu pour vol, est expertisée alors par le Dr Paul Abély qui livre un condensé des thèses médico-psychiatriques appliquées au féminin :

« On se trouve devant un sujet inaffectif, pervers, mythomane, voleur, théâtral, vaniteux et en général profondément déséquilibrée depuis la puberté […] Fille unique, elle ne connaît aucun cas d’aliénation mentale dans sa famille. […]. Elle fut réglée à l’âge de 12 ans. Dès cette époque, elle se montre nerveuse, déséquilibrée, imaginative, menteuse, vaniteuse. À ses petits camarades, elle parle de ses châteaux, de ses automobiles, de ses voitures. Elle commença aussi à pratiquer des larcins familiaux, en volant divers bijoux, destinés à la parer et à satisfaire son orgueil. Au cours d’un séjour en Angleterre entre 12 et 13 ans, elle fit quelques petites excentricités et se lança de plus en plus dans une mythomanie forcenée. À son retour les vols familiaux se répètent et s’aggravent. »

67Le médecin de famille de Claire confirme que « depuis sa formation, elle a présenté des troubles de l’humeur, du caractère du comportement, un état de déséquilibre psychique caractérisé par de la débilité mentale, un état de subexcitation quasi permanent, de la mythomanie, de la kleptomanie d’abord à l’intérieur de sa famille. Entrée alors comme novice dans un couvent, dès sa sortie, elle a repris les troubles déjà décrits. »

68C’est donc depuis l’âge de 12 ans et sa « formation », que l’adolescente a commencé à présenter un « état de déséquilibre psychique » et à commettre des vols familiaux. Cependant, après son premier vol de bijoux « destinés à la parer » selon les termes du médecin, sa mère l’avait conduit au service de psychiatrie infantile où les docteurs Roubinovitch et Robin décidèrent de faire placer l’adolescente dans un établissement de l’Armée du Salut d’où elle tenta une fugue. À sa sortie, elle travailla dans un bureau mais fut renvoyée au bout de deux mois. « Son caractère devenant de plus en plus difficile » précise Paul Abély, elle fut placée dans une maison de rééducation de Châtillon-sur-Seine dont elle sortit à 17 ans. Éduquée religieusement, le prêtre auquel elle se confessait lui conseilla alors d’épouser la voie religieuse. Elle commença son noviciat à Paris mais fut renvoyée au bout de deux mois. Elle est placée ensuite au couvent des Clarisses puis passe deux années au Bon Pasteur d’Angers. Elle retourne alors au domicile familial et sa mère ne tarde pas à s’inquiéter de son attitude bizarre et témoigne : « Elle circulait beaucoup, je ne savais pas ce qu’elle faisait. Elle racontait avec satisfaction qu’on lui faisait la cour » et Claire devient en effet la maîtresse de son professeur de diction. Elle oscille alors entre « la vie mondaine et de courts séjours dans des couvents et multiplie les vols » dont un calice à l’église de la Madeleine puis elle disparait de chez elle jusqu’à son arrestation en mai 1943.
La suite du rapport médico-légal du 18 juillet 1943 est sans appel :

« L’inculpé est une malade mentale, une infirme psychique […]. Elle apparaît à la fois comme socialement dangereuse et comme inéluctable. Toutes les tentatives de rééducation ont complètement échouées. L’absence complète de regrets montre qu’une sanction pénale d’importance variable ne l’empêchera pas de recommencer fatalement dès sa libération. […]. Elle était en état de démence au moment des actes et par conséquent irresponsable mais elle n’en est pas moins socialement dangereuse et nocive et elle doit être internée. Cela d’autant mieux que le milieu familial dans lequel elle vit habituellement se montre incapable d’avoir sur elle une influence et une autorité préservative quelconque. Non seulement l’intéressée doit être internée d’office selon la loi de 1838, mais il y a lieu aussi de la diriger sur un service spécial adapté parfaitement ce type de malades déséquilibrées et antisociales. Ce service existe à l’hôpital psychiatrique de Villejuif sous le nom de service Henri-Colin. Elle devra y être placée pour un temps indéterminé et aussi longtemps que son insociabilité ne sera pas dissipée. »

69Au service de l’Admission, le Dr Xavier Abély confirme un « déséquilibre mental avec perversion […], une insuffisance profonde du sens moral » et le 14 août, arrivée à la section, le Dr Brousseau l’a dit atteinte de « perversions instinctives » et précise que toute sa personne exprime un « cynisme » complet.

70Mais Claire a bon espoir. Le 23 août 1943, elle écrit à sa mère :

« Je mène ici depuis 10 jours une petite vie d’ermite vraiment délicieuse, dans un calme relatif, il est vrai, mais malgré tout très reposant pour l’esprit et bienfaisant à l’âme. Avec des livres, un tricot et l’autorisation d’aller au jardin une heure dans la journée, j’envisage très bien la possibilité de passer ici quelques mois. Malheureusement il est fort douteux que je reste ici, une fois la quinzaine observation écoulée […].

Si je suis enchantée d’une petite cure de repos ici, laquelle me sera extrêmement profitable à tous égards, je ne voudrais tout de même pas passer les plus belles années de ma jeunesse ici. Je pense que le docteur sera vite fixé sur mon état lequel ne me paraît pas le moins du monde pathologique ! Ce que j’ai fait, je l’ai fait en connaissance de cause et dans un but parfaitement intéressé ». 

71Si Claire espère que le médecin ne tardera pas à considérer son cas comme « non pathologique », elle se trompe – ou du moins à moitié. À défaut de la trouver tout à fait aliénée en effet, le Dr Brousseau la considère, comme particulièrement perverse et, quand elle demande après six mois d’internement à entrer de nouveau dans les ordres, le Dr Brousseau s’y oppose formellement :

« Intelligence rouée. Sous des dehors d’une feinte humilité poursuit opiniâtrement, manœuvrant avec ruse la conquête de la liberté dont ses vols répétés l’ont depuis sept mois privée. […]. Personne insolente et retorse, faussement soumise, ergoteuse. »

72Loin de l’empathie qu’il éprouve devant les internées aux vies misérables, il s’agit de faire plier Claire « formée en de bonne maison » selon le Dr Brousseau. Enfin, en mai 1944, ce dernier se félicite de changements notables dans son attitude :

« À la suite d’une réprimande sévère administrée par nous-même […] elle a soudainement fondue en humilité, regrets, résolutions apparemment de bon aloi, soumission, patience et travail. Si excellents qu’apparaissent ses changements, ils sont encore trop récents pour que l’on puisse être assuré de les voir définitifs. […]. On ne saurait proposer la sortie avant qu’une longue expérience ait démontré qu’elle pourra en faire bon usage. »

73Afin de permettre à Claire de s’amender et de prouver sa bonne foi, elle est encouragée à préparer son baccalauréat à l’hôpital, proposition assortie de la promesse que son cas sera réétudié ensuite. En juillet 1945, elle obtient son diplôme et en effet, en août 1945, le Dr Laignel-Lavastine est diligenté par le Tribunal pour se prononcer. Il conclut : « Humainement aussi perverse que soit Claire, la police ne pourra la garder toute sa vie internée stérilisant ainsi une activité intellectuelle et artistique qui peut rendre service à la société », et le 16 août 1945, le Dr Brousseau la pense de « nouveau intimidable » et trois mois plus tard, Claire recouvre la liberté et entame des études de littérature à l’université.

74Mais vingt ans plus tard, en 1964, Claire est de nouveau internée après une tentative de vol dans une maison religieuse. Cette fois, c’est elle qui cherche à obtenir son internement afin d’éviter la relégation puisqu’auparavant elle avait été condamnée à neuf reprises pour diverses escroqueries – dont une fois à 7 ans pour vol. Vue à l’Infirmerie Psychiatrique de la Préfecture de Police, elle est envoyée au service de l’Admission le 21 janvier 1964 et le Dr Daumézon signale une « subexcitation sur fond de déséquilibre » et note qu’elle « a obtenu son placement après avoir été trouvée en situation délicate. » [sic].

75Envoyée de nouveau à Villejuif le 25 janvier 1964 en sa qualité de médico-légale, le Dr Lafon évoque à son propos « un petit délire vaniteux, très au second plan et sans relation avec les faits. Actuellement indignée de son placement à Henri-Colin où effectivement sa présence ne s’impose pas. Il ne s’agit pas d’ailleurs, à mon avis, d’une véritable malade mentale et elle devrait éventuellement rendre compte de ses actes à la Justice. »

76Romancière et femme publique – dont les tribulations sont largement relayées par la presse – le cas de Claire illustre en outre les changements d’appréhension de la délinquance via le prisme de la psychiatrie. En effet, internée à deux reprises, à vingt années d’intervalles, le discours médical à son encontre change en des termes qui ne laissent pas de doutes. Ainsi, en 1962, alors qu’elle faisait l’objet d’une expertise dans le cadre d’une affaire d’escroquerie menée de main de maître, le Dr Lafon avait été sollicité par son confrère expert afin de lui résumer le contenu de son dossier de 1943. Relisant les pièces antérieures, le médecin-chef fit alors remarquer quitte à déjuger ses collègues : 

« Le Dr Abély, dont l’expertise avait fait rentrer Claire dans le circuit, avait dû se refuser à admettre qu’un tel monstre de méchanceté et d’anormalité puisse ne pas relever d’une étiquette franchement pathologique. […].En fait, il n’y avait pas plus de raison de la faire sortir qu’il n’y en avait de l’avoir fait rentrer ! »

Conclusion

  • 41 24 % y demeurent plus de 4 ans dont 8 % plus de 8 ans.

77Les quelques cas des femmes ici présentées et qui ont été placées à la section Henri-Colin en 1933, 1943 et 1953 autorisent à se questionner à propos de celles désignées comme « aliénées difficiles » et préemptées en première instance par la psychiatrie. Archétype de la mauvaise filleet plus sûrement femmes perdues, plus dérangeantes que dérangées, la plupart se sont avérées en outre être socialement précaires : 40% d’entre elles étaient à leur arrivée déclarées sans profession ou exerçant dans 60% des cas des emplois de « bonne à tout faire », domestique, femme de ménage, serveuse, ouvrière ou couturière – à noter cependant deux exceptions avec une romancière avérée et une artiste peintre. En outre, l’étude systémique des registres d’entrées des femmes entre 1933 et 1960 a permis d’établir que leur moyenne d’âge est de 34 ans (la plus jeune des difficiles a tout juste 14 ans) et que dans 73% des cas elles sont célibataires. En outre, à partir de 1941 la tenue d’un registre des sorties permet de constater que peu d’entre elles ont été – à la différence des aliénés malades difficiles au masculin – remises aux autorités judiciaires, soit seulement 2.7 % des internées contre 24.1 % des hommes pour la période 1947-1960, indiquant que peu de femmes ont été internées suite à une extraction pénitentiaire ou ont simulé la folie afin d’échapper à la justice. En revanche, si elles demeurent internées plus longtemps que les hommes41, le pourcentage de femmes à sortir en liberté est bien plus élevé que celui des hommes : 48.1 %,entre les années 1947-1960, contre 26.2 % d’hommes. Dire aussi, qu’à la différence des hommes, aucune femme ne s’évadera de la section malgré quelques tentatives avortées et qu’aucune femme ne décèdera durant la Seconde Guerre mondiale même si les graphiques de poids individuels renseignent quant à des pertes de poids allant jusqu’à 30 kilos. Enfin, à lire dans le détail les dossiers individuels est apparu que règne moins d’animosité au pavillon femmes que dans les deux pavillons hommes. Les relations entre les femmes et leurs infirmières sont globalement plus compassionnelles, faites d’attention et moins violentes qu’entre les hommes et leurs gardiens. Ainsi le 31 mai 1942, confrontées aux privations, une internée signale au médecin-chef : « Toutes ces dames infirmières font ce qu’elles peuvent pour nous apporter ce qu’elles trouvent au dehors de denrées, mais il est aussi difficile pour elles. […]. » Aussi, nombreuses sont les ex-internées qui continueront à donner de leurs nouvelles en des termes de reconnaissance, comme d’Elsie qui, le 6 mai 1956, écrivait à propos du l’ancien médecin-chef de la section :« Plus jamais de la vie je ne rencontrerai autant de compréhension, d’humanité et de délicatesse, comme auprès du docteur, je peux dire notre regretté Dr Brousseau avait pour nous. […] Que le Dr Brousseau d’où qu’il se trouve, me pardonne de n’avoir pas su mieux tenir le coup. »

  • 42 Voir Véronique Blanchard, David Niget, Mauvaises filles, incorrigibles et rebelles, préface de Mich (...)

78En effet et contre toute attente, au tournant des années 50, le Dr Brousseau (en poste depuis 1938) puis le Dr Lafon de 1955 à 1960, vont désavoués leurs collègues qui avaient demandé l’internement de ces femmes qui avaient transité dans d’autres services psychiatriques en raison de comportements pathologisés car dérogeant aux normes assignées au féminin. Célibataire, fille mère, délinquante, occasionnellement prostituée, rebelle à l’autorité parentale, elles étaient à la fois socialement « suspectes et dérangeantes » et médicalement appréhendées comme « dérangées » voire incorrigibles42. Pour autant, quitte à déjuger leur propre objet, les médecins-chefs de la section réservée aux « aliénées difficiles » ont adopté une bienveillance nouvelle contestant les classements et jugements de la psychiatrie alors en pleine interrogation et que commençait à souffler dans l’après-guerre un air d’émancipation à l’endroit des femmes devenues des citoyennes.

Haut de page

Notes

1 Cet article a été réalisé à partir des archives médicales propres à la section Henri-Colin. À commencer par l’étude des registres d’entrées et de sorties des femmes internées de 1933 à 1960 qui a permis d’établir des éléments statistiques. Ont été ensuite consultés sans exception les dossiers individuels des femmes placées en 1933, 1943 et 1953 – certaines ayant été internées à plusieurs reprises dans cette même section – afin de prendre en compte leurs itinéraires individuels et d’évaluer les profils des femmes désignées comme aliénées difficiles.

2 Médecin-chef depuis 1894 de la Maison centrale de Gaillon dans l’Eure où l’Administration pénitentiaire avait aménagé en 1876 une annexe réservée aux condamnés aliénés.

3 Voir l’historique de la problématique exposée par Henri Colin in « Le quartier de sûreté de Villejuif - aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles », Annales médico-psychologiques, 1912, 2, p. 370-374.

4 Ibid.

5 Les différentes décisions sont rappelées dans « Création d’un asile d’aliénés vicieux Procès-verbal de la séance du 8 avril 1902, n°5 » dans Mémoires et procès-verbaux du Conseil général du département de la Seine, Montevrain, imp. Typographique de l’École d’Alembert, 1903, p. 119-120.

6 Ibid., p.120.

7 Dr Colin, Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1912, Paris, Imprimerie nouvelle, 1913, p. 217.

8 Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1911, Paris, Imprimerie nouvelle, 1912, p. 309.

9 Drs Beaussart et Bonhomme, « Observation d’une famille de déséquilibrés à réactions antisociales », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1911, p. 144.

10 Dr Henri Colin, « Le quartier de sûreté de Villejuif », op. cit., Annales médico-psychologiques, 1912, p. 378.

11 En 1922, il quitta le poste de médecin-chef de la 3e section de l’asile de Villejuif et fut nommé à la tête du service des admissions de Sainte-Anne où il succéda à Marcel Briand

12 Voir Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1921, par le Dr Henri Colin, Paris, Imprimerie nouvelle, 1922, p. 117-119.

13 Voir Véronique Fau-Vincenti, Le Bagne des fous, le premier service de sûreté psychiatrique, Paris, éd. La Manufacture de livres, 2019.

14 Rapport de la Commission de surveillance des asiles du 20 mars 1933, Montevrain, imp. Typographique de l’École d’Alembert, 1934, p. 36.

15 Du 16 octobre 1933 au 31 décembre 1960, 351 femmes ont été internées à la section Henri-Colin de Villejuif.

16 Voir Véronique Fau-Vincenti, « Valeur du travail à la 3e section de l’hôpital de Villejuif : entre thérapie et instrument disciplinaire », Criminocorpus [En ligne], Savoirs, politiques et pratiques de l'exécution des peines en France au XXe siècle, Communications, mis en ligne le 12 septembre 2014, URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2788

17 Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1933, Paris, Imprimerie nouvelle, 1934, p. 157.

18 Rapport sur le service des aliénés de la Seine pendant l’année 1938, Paris, Imprimerie nouvelle, 1939, p. 70.

19 Jules Michelet, La femme, [1848], 1981, Paris, Flammarion, p. 60.

20 Cité par Colette Cosnier, Le silence des filles, de l’aiguille à la plume, Paris, Fayard, 2001, p. 221.

21 Voir Véronique Fau-Vincenti, « Aliénés et rebelles : Quérulence et protestation en milieu asilaire (1910-1959) », Criminocorpus [En ligne], Les rebelles face à la justice, Articles, mis en ligne le 06 octobre 2014, URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2832

22 Voir Véronique Fau-Vincenti, Le Bagne des fous, le premier service de sureté psychiatrique, Paris, éd. La Manufacture de livres, 2018.

23 Il est né à Sainte-Anne où elle a été transférée pour accoucher.

24 Alexandre Brierre de Boismont, De la menstruation considérée dans ses rapports physiologiques et pathologiques, Paris, éd. Baillière, 1842, p. 534.

25 Ibid., p. 535.

26 Ibid., p. 355.

27 Ibid., p. 531.

28 Ibid., p. 460.

29 Voir Martine Kaluszynski, « La femme (criminelle) sous le regard du savant au XIXe siècle » in Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Penser la violence des Femmes, Paris, La Découverte, 2012, p. 286-299.

30 Dr Camille Granier, La femme criminelle, Paris, éd. Doin, 1906. Ouvrage paru dans la collection « Bibliothèque biologique et sociologique de la femme » dirigée par le Dr Édouard Toulouse, alors médecin-chef de la section de femmes à Villejuif.

31 Ibid., p. 45.

32 Dr Lacaze, « De la criminalité féminine en France », Archives d’Anthropologie criminelle, 1911, p. 455.

33 À Chevilly-la-Rue, mais aussi à Orléans, Angers ou Clermont Ferrand, des maisons de redressement religieuses « Du Bon Pasteur » tenues par des sœurs de la congrégation de Notre Dame de Charité » accueillaient sur placement de justice ou en correction paternelle les jeunes filles dites fugueuses ou en conflit familial. Aujourd’hui, des “anciennes” de Chevilly la Rue échangent leurs témoignages sur un blog. Voir aussi Anne Thomazeau, « Violence et internat :  les centres de rééducation pour filles en France, de la Libération aux années 60 », Revue de l’histoire de l’enfance irrégulière, n°9, 2007, p. 107-125.

34 Néologisme de Réaumur cité dans le Premier supplément à l’Encyclopédie de 1776, cité par Jean-Pierre Beaune, Le vagabond et le machinisme ambulatoire en médecine, Paris, éd. Champ Vallon, 1983.

35 Réédité jusqu’aux années 1880, ce livre fera de nombreux émules et lors d’une de ces rééditions en 1869, le Dr Cerise un des fondateurs des Annales médico-psychologiques – considère « ce traité qui devait répondre, par ses développements, à un titre si imposant est resté supérieur à tous ceux qui ont été publiés sur la femme ».

36 Dr Joseph Daquin, Philosophie de la folie ou Essai philosophique sur le traitement des personnes attaquées de folie, Paris, Née de La Rochelle, 1792, p. 50.

37 Gustave Le Bon, L’homme et les sociétés, leur origine, leur histoire, Paris, éd JM Place, 1987 [1881], 2e partie, p. 181.

38 Voir Yannick Ripa, La ronde des folles. Femme, folie et enfermement au XIXe siècle, 1838-1870, Paris, éd. Aubier, 1986.

39 Question de l’autorité tutélaire d’autrui qui ne va pas sans rappeler que de jeunes hommes avaient été autorisés à sortir à condition de contracter un engagement militaire.

40 Dr Xavier et Paul Abély, « L’internement des arrières sociaux (pervers constitutionnels) » Annales médico-psychologiques, 1934.

41 24 % y demeurent plus de 4 ans dont 8 % plus de 8 ans.

42 Voir Véronique Blanchard, David Niget, Mauvaises filles, incorrigibles et rebelles, préface de Michelle Perrot, Paris, éd. Textuel, 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration : Projet du 29 septembre 1913 intégrant les pavillons de la section dans l’asile de Villejuif
Légende En gris les deux pavillons ouverts en mars 1910 et en rouge ceux restant à mettre en œuvre dont le pavillon "femmes" sur une parcelle de terrain colorisée restant à acquérir par le département. Cette parcelle, alors en jachère appartenait à la ville et jouxtait le cimetière de Villejuif. L’acquisition ne se fit pas et le cimetière de la ville a été étendu sur cette parcelle.
Crédits AD du Val-de-Marne
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Illustration 2 : Façade du futur pavillon Femmes (janvier 1931)
Crédits AD du Val-de-Marne
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Illustration 3 : Plan du pavillon réalisé par Adrienne
Crédits Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Illustration 4 : Réponses d’Elsie au questionnaire qui lui est proposé à son entrée
Crédits Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Illustration 5 : « Feuille de règles »
Crédits Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Illustration 6 : Lettre d’amour écrite par Paulette
Crédits Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6120/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Illustration 7 : Extrait d’une lettre de Louise
Crédits Archives EPS Paul-Guiraud (Villejuif)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6120/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Fau-Vincenti, « Des femmes difficiles en psychiatrie (1933-1960) », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 04 juin 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6120

Haut de page

Auteur

Véronique Fau-Vincenti

Responsable des collections du Musée de l'Histoire vivante ; chercheur associée au Cesdip et à l'IHRIM, Véonique Fau-Vincenti est l’auteure de l’ouvrage Le bagne des fous. Le premier service de sûreté psychiatrique 1910-1960.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page