Navigation – Plan du site

Juste Lipse, Crucifixions, en trois livres pour servir l’histoire sainte et profane (1593). Traduit du latin, présenté et annoté par François Rosso

Paris, Arléa, 2018.
Hélène Ménard
Référence(s) :

Juste Lipse, Crucifixions, en trois livres pour servir l’histoire sainte et profane (1593). Traduit du latin, présenté et annoté par François Rosso, Paris, Arléa, 2018.

Texte intégral

1Parmi les études récentes sur la crucifixion, celle de John Granger Cook, Crucifixion in the Mediterranean World (Wissenschaftliche Untersuchungen zum Neuen Testament 327, Mohr Siebeck, Tübingen, 2015) est sans doute la plus complète, même si elle adopte un point de vue assez téléologique, répandue dans l’historiographie : la crucifixion, sanction pénale appliquée aux couches inférieures de la population de l’empire, est vue surtout au prisme de la Crucifixion, celle du Christ. Il en était de même dans l’ouvrage de Martin Hengel, La crucifixion dans l’Antiquité et la folie du message de la croix, paru dans sa traduction française en 1981 aux éditions du Cerf.

2 À la fin du XVIe siècle le thème de la croix apparaît fortement lié à la Contre-Réforme et à la conception tridentine de son importance dans la foi catholique : la représentation de la crucifixion du Christ doit être didactique et proche de la « vérité », dont la meilleure illustration est sans doute le Christ en croix de Pierre Paul Rubens (1613, Anvers). Il n’est donc pas étonnant que plusieurs traités s’intéressent également à la crucifixion dans les années 1590-1600 : le De cruce Christi du jésuite allemand Jacob Gretser (1562-1625), publié en 1600, et les pages que lui consacre le prêtre oratorien Antonio Gallonio en 1591 dans le Trattato de gli instrumenti di martirio, e delle varie maniere di martoriare usate da’gentili contro christiani, illustré par Tempesta et dont le chapitre 1 concerne la crucifixion, ouvrage traduit en latin en 1594 (De sanctorum martyrum cruciatibus liber quo potissimum instrumenta, & modi, quibus iidem Christi martyres olim torquebantur, accuratissime tabellis expressa describuntur).

3C’est en 1593 que Juste Lipse (1547-1606) publie son opuscule De cruce. Il est alors revenu depuis deux ans dans son Brabant flamand natal et s’est installé à Louvain, fermant ainsi une parenthèse calviniste passée à Leyde (1578-1591). Savant parmi les plus importants de son époque, il fait partie du « triumvirat » littéraire avec Joseph-Juste Scaliger et Isaac Casaubon et c’est en tant que philosophe admirateur de Sénèque qu’il est représenté par Rubens (Les Qautre Philosophes, vers 1611, Florence, Palazzo Pitti). La profondeur de son érudition classique était célèbre et, à lire l’ouvrage proposé dans la collection « retour aux grands textes », aux éditions Arléa, elle ne fait aucun doute. Si les notes de bas de pages dues au traducteur permettent au lecteur d’avoir quelques éléments utiles pour comprendre le texte, on peut regretter que sa présentation introductive ne soit pas plus développée et ne rende pas justice à ce travail en le replaçant suffisamment dans son contexte intellectuel et historique. Le principal intérêt n’en est pas moins de mettre à disposition ce document, alors que peu d’ouvrages de cet humaniste sont disponibles en français.

4 Le contexte historique et personnel de l’ouvrage pousse Juste Lipse à marquer son retour dans le giron de l’Église catholique et des Habsbourgs – à la fois par la dédicace aux trois ordres du Brabant mais aussi l’adresse finale à Rodolphe II (1552-1612), Habsbourg d’Autriche qui règne sur le Saint-Empire en allié de Philippe II et des Habsbourgs d’Espagne, de qui dépend le Brabant –, qu’on ne s’attende pas à y trouver dans le De cruce un ouvrage de dévotion à la croix, qui constituait pourtant un aspect fondamental de la piété de la Contre-Réforme. Il s’agit d’un ouvrage sur l’histoire technique de la crucifixion dans l’Antiquité. Le titre souligne en effet la pluralité des modes de crucifiement : Les Crucifixions (on peut néanmoins regretter que cela ne rende pas de façon plus précise le titre latin original : De cruce, Sur la croix). Des techniques détaillées à l’extrême et illustrées par 23 figures gravées par Pierre Van der Borcht.

5Juste Lipse présente ainsi le contenu de son ouvrage : « Qu’est-ce que la croix, et de quel matériau fut-elle fabriquée ; et où, pourquoi, comment et combien de temps en fut-il fait usage ? » (p. 25), questions auxquelles il répond avec minutie dans trois livres, eux-mêmes divisés en une quinzaine de chapitres, évoquant chacun un point précis. Comme il se doit, l’analyse de Juste Lipse est avant tout philologique : elle débute par une étude du vocabulaire tant latin que grec. Car l’intérêt de l’étude est son usage des sources antiques, tant chrétiennes que païennes, ces « écrivains anciens » qui seuls doivent servir à reconstituer l’Antiquité. Ainsi, lorsqu’il évoque la possibilité d’une planche pour soutenir les pieds du crucifié, Juste Lipse oppose – certes avec prudence – sources littéraires antiques et représentations modernes : « Pourtant, je me suis laissé dire que certaines peintures, sculptures et gravures du passé ont conservé la trace de la fameuse tablette, et je n’aurai pas l’outrecuidance de les dénigrer. Reste que ce n’est pas la croix du Christ qu’elles représentent, mais d’autres et non sans quelque témérité : en trouve-t-on le souvenir chez les écrivains anciens ? » (p. 128). La citation de ces sources vient appuyer le point développé par l’auteur, comme autant d’arguments. Lipse propose à la fin de son ouvrage des notes, qui débutent par une justification de cet ajout et de sa méthode, à la fois érudite et critique. Ainsi, dans une note sur le chapitre V du premier livre, il évoque un passage d’André Alciat sur Histiée de Milet, lui-même évoqué par Hérodote et Polybe, qui ne s’accordent pas sur le nom du personnage exécuté (Histiée de Milet pour Hérodote, Achaeus pour Polybe). Sa connaissance s’appuie donc sur la lecture des anciens mais aussi des modernes. Elle ne se limite pas là : les aspects pratiques de la crucifixion sont également étayés par les constatations médicales (par ex. sur la souffrance occasionnée par le transpercement du corps par un pal, p. 224) ; les représentations de toutes époques sont mises à contribution : des « vieilles pièces d’or grecques en relief conservées à l’abbaye de Liessies, dans le Hainaut », données par l’empereur Henri Ier de Hainaut, qui régnait sur l’empire romain d’Orient au début du XIIIe siècle, des pièces que Lipse alla consulter sur les conseils d’un autre érudit flamand et ami, Denis Villier (p. 234-235) ; les monuments observés à Rome, que Lipse put voir lors de son séjour à la fin des années 1560 lorsqu’il accompagna le cardinal Granvelle en tant que secrétaire aux Lettres latines : « « Mais si notre croix était vraiment la fourche ancienne ? C’est ce que Plutarque nous porte à croire quand il parle de timon et de joug, car j’ai observé sur la colonne Trajane et sur celle d’Antonin des charrues antiques de cette forme ; qu’on se réfère à l’illustration ci-dessous » (p. 241). On ne peut ici rendre compte de l’érudition minutieuse que déploie Juste Lipse dans le traitement d’un tel sujet et qui mériterait une étude approfondie.

6 Cet opuscule de Juste Lipse pourra ainsi concerner à divers titres tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des sanctions pénales comme à l’humanisme et à la connaissance de l’Antiquité à la fin du XVIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Ménard, « Juste Lipse, Crucifixions, en trois livres pour servir l’histoire sainte et profane (1593). Traduit du latin, présenté et annoté par François Rosso », Criminocorpus [En ligne], 2019, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6141

Haut de page

Auteur

Hélène Ménard

Agrégée d’histoire et maître de conférences en Histoire romaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier III et membre de l’EA 4424 – CRISES, Hélène Ménard a travaillé sur l’ordre public à Rome et dans les villes de l’Occident romain à l’époque impériale. Elle s’intéresse à la justice, dans le cadre plus général des pouvoirs et de leur perception, des normes et de la régulation sociale. Elle étudie plus particulièrement les sanctions pénales, notamment la damnatio ad bestias ou condamnation des criminels à être livrés aux bêtes (fauves, ours, taureaux…) lors de spectacles, à partir des sources juridiques, littéraires, martyrologiques et iconographiques. Elle est également membre du comité de rédaction d’Histoire Urbaine. Hélène Ménard est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page