Navigation – Plan du site
Violence et politique

Rock vs cocktails Molotov : la violence politique pendant les concerts dans l’Italie de la fin des années 1970

Céline Pruvost

Résumés

Dans l’Italie de la fin des années 1970, de nombreux artistes sont interpellés sur scène, dans des formes violentes qui vont de l’invective au procès politique, en passant par des coups de feu, des jets de pierres voire de cocktails Molotov. Nous proposons ici une étude du rock confronté à ce contexte de violence politique : quand la violence d’une frange du public s’exprime envers les artistes, quel est l’impact sur le déroulement des concerts et sur les œuvres ? Nous évoquons la spécificité du contexte italien, pour ensuite exposer les violences qui ont touché les stars internationales du rock pendant leurs concerts en Italie. Nous montrons ensuite en quoi ces violences politiques ont eu des conséquences pratiques et esthétiques inattendues, bien au delà du champ du rock, en impactant fortement la scène de la chanson italienne.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

rock, chanson, violence, politique

Géographique :

Italie

Chronologique :

années 1970
Haut de page

Texte intégral

1En Italie, les événements de 1968 perdurent pendant plus d’une décennie, à tel point que ce « mai rampant » débouche sur de nouveaux mouvements étudiants en 1977. Certains groupes d’extrême gauche élargissent le spectre de leurs actions, notamment en interrompant des concerts par la violence. Le 13 septembre 1977, le concert de Carlos Santana est ainsi arrêté par des jets de pierres et de cocktails Molotov. D’autres artistes sont interpelés sur scène, dans des formes plus ou moins violentes qui vont de l’invective au « procès politique ». Notre objet ne sera donc pas l’étude de la violence des propositions artistiques, mais celle du rock confronté à un contexte de violence politique : quand la violence d’une frange du public s’exprime envers les artistes, quel est l’impact sur les concerts et les œuvres ? Nous évoquerons d’abord la spécificité du contexte italien, pour ensuite exposer les violences qui ont touché les stars internationales du rock pendant leurs concerts en Italie. Nous en appréhenderons enfin les effets paradoxaux, pratiques puis esthétiques, même au delà du champ du rock.

Spécificité du contexte italien

  • 1 Voir à ce propos ces ouvrages de référence sur l’histoire italienne : Paul Ginsborg, Storia d’Itali (...)
  • 2 « De 1950 à 1963, l’économie italienne a connu une phase d’expansion sans équivalent dans l’Europe (...)
  • 3 Voir à ce sujet les passionnantes nuances de Jean-Claude Zancarini, Laurent Scotto d’Ardino et Pier (...)

2Les années 1958-1980 représentent une charnière dans l’histoire de l’Italie contemporaine1. La première partie de la période voit s’achever le « miracle économique2 ». Cette modernisation accélérée a pour conséquence un bouleversement profond de la société italienne, qui s’exprime notamment dans les mouvements de contestation étudiante. Les premiers débutent dès 1966 à Trente ; la Sapienza de Rome et l’Université catholique de Milan sont occupées en 1967 ; la vague contestataire atteint son apogée en 1968, notamment avec la manifestation de Valle Giulia le 1er mars à Rome, qui fait plusieurs centaines de blessés parmi les manifestants et les forces de l’ordre. Le mouvement touche une grande partie du pays, et des rapprochements entre les étudiants et les ouvriers s’opèrent, tant dans les réseaux que dans les revendications. Particularité italienne, ce que l’historiographie appelle le « mai rampant » ne s’achève pas en 1968, mais débouche sur « l’automne chaud » de 1969, puis sur une décennie entière de forte politisation et de grandes tensions. Ce « temps des révoltes », souvent réduit à l’expression lapidaire d’« années de plomb3 », est marqué politiquement par la crainte d’un coup d’État, entretenue par de fréquents attentats liés au terrorisme d’extrême droite ou d’extrême gauche. La démocratie chrétienne au pouvoir est suspectée d’avoir développé une « stratégie de la tension » en laissant s’installer ce climat de violence politique dans le but de favoriser l’émergence d’un État autoritaire. Si ce coup d’État n’arrive jamais, une nouvelle vague de contestations étudiantes voit le jour en 1977 autour des grandes villes universitaires italiennes. La gauche parlementaire fait alors l’objet de vives contestations de la part des mouvements de la gauche extraparlementaire, qui, loin d’être unitaire, se compose d’une myriade de mouvements autonomes. En 1978, l’enlèvement d’Aldo Moro par les Brigades Rouges, puis son exécution, marquent l’apogée de ce climat de tension.

  • 4 « la mercificazione antidemocratica della musica, l’asservimento dell’arte nei confronti del capita (...)

3Ces mouvements autonomes, et leurs militants souvent désignés comme étant eux-mêmes des autonomes, sont très critiques envers la politique traditionnelle et élaborent de nouvelles façons de placer l’action politique au cœur du quotidien. La pratique des « auto-réductions » consiste par exemple à ne payer que ce qui est considéré comme une somme juste, tant pour des biens de consommation courante (loyers, restaurants) que culturelle (cinéma, concerts). Si quelque chose semble trop cher, au lieu de s’en priver, il s’agit de considérer que ce prix n’est pas juste et qu’on peut donc le réduire soi-même. Ce mouvement impacte la musique et particulièrement les concerts de rock des stars internationales, aux billets les plus onéreux. Convaincu que la musique devait être gratuite, le fondateur de la revue Stampa Alternativa, Marcello Baraghini, affirme par exemple refuser de payer ses places de concert au nom d’un droit à se réapproprier la musique. Il dénonce ainsi « la marchandisation antidémocratique de la musique, l’asservissement de l’art au capital et à l’oligarchie discographique capable de contrôler sans être dérangée la totalité du secteur du spectacle4 ».

Fig. 1 – Couverture de Controcultura, no 7, 1974

Fig. 1 – Couverture de Controcultura, no 7, 1974

Sur l’illustration de la couverture du numéro de Controcultura de 1974 (fig. 1), cette réappropriation de la musique passe implicitement par des moyens violents (le poing est serré sur une arme pointée vers les lecteurs) et peut se faire aux dépens de la musique elle-même (le disque est brisé). On peut d’ailleurs remarquer un contraste intéressant avec le logo de la revue, dont le nom constitue un bras au bout duquel une main tient une feuille de cannabis. Si réduire sa note au restaurant n’implique pas forcément de forte violence (à part un conflit prévisible avec le restaurateur), entrer dans l’enceinte d’un stade sans payer sa place conduit à des heurts fréquents avec les forces de l’ordre placées à l’entrée pour empêcher l’accès aux resquilleurs. Le phénomène se renforce des deux côtés : plus nombreux sont les autonomes qui veulent entrer sans payer au nom de la libre accessibilité de la culture aux masses, plus nombreuses sont aussi les forces de l’ordre. En fonction du rapport de force numérique, les autonomes parviennent parfois à assister aux concerts, et cherchent alors à les interrompre, pour dénoncer le fait que l’entrée soit payante.

Des rock stars internationales et des artistes italiens violentés5

  • 5 Un livre récent revient en détail sur ces évènements : Luca Pollini, Musica leggera, anni di piombo (...)

Les prémisses remontent au 1er octobre 1970 : 63 personnes sont arrêtées suite à des incidents en marge du concert des Rolling Stones au PalaLido de Milan. Tous ces évènements sont repris dans la presse de l’époque, locale ou nationale, parfois même en première page, avec emphase et un champ lexical de la guerre systématiquement présent. Dans le titre du Corriere della sera du lendemain du concert, « guerriglia » se traduit bien par « guérilla » alors qu’à ce stade il ne s’agissait que d’échauffourées.

  • 6 « Pesante bilancio della battaglia al Vigorelli », Il corriere milanese, 7 juillet 1971.
  • 7 « Led Zeppelin : mai più in Italia », Qui giovani, juillet 1971.

Le 5 juillet 1971, le concert de Led Zeppelin au stade vélodrome Vigorelli de Milan ne dure que 26 minutes, interrompu par la confrontation entre les militants en faveur de l’autoréduction et les forces de l’ordre, qui lancent des bombes lacrymogènes dans le public. Les quatre membres du groupe sont contraints de quitter la scène en y laissant leurs instruments, pour aller se barricader dans les coulisses. Le Corriere milanese fait état de 34 blessés, 16 arrestations et des millions de lires de dégradations6. Une interview des Led Zeppelin dans Qui Giovanni annonce que le groupe ne se produira plus jamais en Italie7.

  • 8 « Scatenari al Palalido, comandos del fuore rock », Il Corriere della sera, 15 février 1975.

Le concert de Lou Reed au PalaLido de Milan le 10 février 1975 est lui aussi émaillé d’affrontements violents entre une partie du public et la police. Des bombes lacrymogènes sont lancées dans la foule, le manager de Lou Reed est pris en otage, et son bassiste est blessé à la tête par un pavé. Le Corriere della sera, le quotidien national à plus grand tirage en Italie, parle alors de « commandos déchaînés » et de « fureur rock8 ».

  • 9 « Due colpi di pistola come inizio di Serata », Il Corriere della sera, 2 septembre 1977.

Des coups de feu retentissent lors du concert de Santana à Vérone le 2 septembre 19779, mais les événements les plus retentissants ont lieu le 13 septembre 1977 lorsque Carlos Santana se produit au stade vélodrome Vigorelli de Milan. Au fil du concert, les affrontements avec les autoreduttori dégénèrent : cela commence par des banderoles « Odio Santana servo della Cia » (« je hais Santana, esclave de la CIA »), puis des jets de pierres et de boulons, jusqu’à ce qu’un cocktail Molotov arrive sur scène et enflamme un ampli. Dans un article du Corrriere della sera du 15 septembre 1977 intitulé « A Milano mai più » (« Jamais plus à Milan »), le nombre de cocktails Molotov retrouvés après le départ du groupe est estimé à 20, ce qui conduit Santana et son manager Bill Grahm à annuler toutes les dates prévues en Italie.

  • 10 Par exemple Victor Ciuffa dans le Corriere della sera pose ouvertement la question et dès le titre (...)

Suite à cet épisode, considérant l’Italie comme un pays où l’on ne peut pas se produire sereinement, les rock stars internationales annulent les dates italiennes de leurs tournées pendant plusieurs années. Vu de l’étranger, le climat social et politique italien semble proche de la guerre civile ; ni les tourneurs, ni les artistes ne souhaitent s’exposer à des violences, qu’ils les aient déjà vécues personnellement ou que leurs collègues les aient subies. De nombreux articles dans la presse italienne s’inquiètent de cette situation et se demandent quand le public italien aura de nouveau l’occasion d’assister à un concert de rock10.

Les premières stars à revenir jouer en Italie seront Patti Smith dès 1979 à Bologne et à Florence, puis le groupe Police, qui se produit au PalaLido de Milan le 2 avril 1980, ce qui coïncide avec la fin d’une saison politique. Le 14 octobre 1980 à Turin, lors de la « marche des quarante mille », des milliers d’employés et de cadres travaillant chez Fiat se mobilisent pour obtenir la levée du piquet de grève installé par les syndicats, qui bloque l’accès à l’usine depuis trente-cinq jours. Cette manifestation massive contre une grève constitue un véritable tournant : elle annonce un renversement des rapports de forces dans les années 1980 et une forte diminution du pouvoir des syndicats.

  • 11 ACI est l’acronyme pour Auteur-Compositeur-Interprète, dont l’équivalent en italien est « cantautor (...)
  • 12 Voir le récit détaillé du procès dans Enrico Deregibus, Quello che non so, lo so cantare : storia d (...)

4Nous venons d’évoquer les épisodes les plus célèbres de violences physiques survenus lors de concerts de rock dans l’Italie de la fin des années 1970. Mais des épisodes de violences symboliques ont aussi eu lieu, touchant parfois des artistes italiens – qui, parlant la même langue que les militants politiques, ont pu leur répondre. Le « procès » subi par Francesco De Gregori le 2 avril 1976 au PalaLido de Milan est à cet égard emblématique. Cet auteur-compositeur-interprète de chansons11, ce cantautore alors âgé de 25 ans et rendu très célèbre par l’immense succès de son album Rimmel (1975) est pris à parti et interrompu pendant son concert, qu’il termine malgré tout – jusqu’ici, rien de très exceptionnel. Mais alors qu’il sort de scène, les militants politiques le poursuivent dans les loges, le forcent à remonter sur le plateau, où il subit alors un interrogatoire public d’une vingtaine de minutes. Tandis qu’on l’accuse d’utiliser des thématiques de gauche dans ses chansons pour viser un enrichissement personnel, il lui est notamment demandé de rendre public son cachet et d’en faire don aux mouvements, ou encore d’aller travailler comme ouvrier le jour et de « chanter le soir dans sa cuisine12 ». C’est toute la dimension professionnelle de l’activité de chanteur qui est niée.

  • 13 Ibidem.
  • 14 Après deux années sans sortir le moindre disque, De Gregori dépasse le traumatisme et poursuit sa c (...)

5Lors de ces procès politiques, la critique récurrente faite aux auteurs-compositeurs-interprètes est l’accusation de non-sincérité, liée au fait qu’ils vivent de leur métier. Être payé pour véhiculer des idées apparaît comme une escroquerie : on reproche à ces nouveaux maîtres à penser (qui n’ont pas voulu ce rôle, mais s’y retrouvent embourbés) de facturer leurs services. L’engouement pour les cantautori conduit certains à les considérer comme des sortes de gourous chantants, ce qui alimente le quiproquo et la polémique sur leur rémunération. Ce type de raisonnement est le fruit de la très grande politisation d’une partie importante du public, mais il aboutit à une conclusion à la limite de l’absurde. À l’évidence, être capable de se produire en tournée devant un nombre de personnes aussi conséquent requiert un travail à temps plein et des compétences spécifiques (sans même parler de talent). Nier le droit à la rémunération du travail des artistes semble pour le moins paradoxal – au nom de quoi un ouvrier devrait-il être rémunéré, et un chanteur devrait-il se produire gratuitement ? Le « procès » de Francesco De Gregori, dont les questions et les réponses ont été publiques, reste un temps fort de ces questionnements, interrompus par l’arrivée des forces de l’ordre. À chaud, De Gregori déclare qu’il ne chantera jamais plus en public et qu’il « ne manquerait plus que l’huile de ricin pour compléter la scène13 », en référence aux méthodes de ces militants, qu’il rapproche de celles des fascistes14.

Des conséquences esthétiques inattendues

6Paradoxalement, ces violences finissent par profiter aux cantautori. En effet, toutes les tournées internationales des stars du rock prévues en Italie étant annulées, il a bien fallu remplir malgré tout ces stades laissés vacants. Des artistes italiens ont donc été sollicités pour s’y produire en remplacement, et ceux qui sont les plus susceptibles d’avoir assez de public pour cela à la fin des années 1970 sont des ACI au sommet de leur popularité : Fabrizio De André, Francesco Guccini, Lucio Dalla et Francesco De Gregori. Ces violences contre les artistes rock ont donc libéré des espaces et poussé les maisons de disques à tenter de produire des concerts de cantautori à une échelle jusque-là inédite. Le succès de ces concerts de substitution fut immense, et l’impact sur les arrangements, le rapport au public et à la scène très profond.

7Certains schémas des concerts de rock ont en effet été transposés et appliqués à des artistes de chanson italienne, à commencer par l’ajout d’un groupe (a minima guitare, basse et batterie) en renfort du chanteur pour l’occasion. En 1979 sont publiés trois albums live qui font date dans l’histoire de la chanson italienne, où l’on retrouve systématiquement un célèbre cantautore et un groupe : Fabrizio De André in concerto con la PFM (dont un deuxième volume suit en 1980), Banana Republic (qui réunit Lucio Dalla et Francesco De Gregori, avec leurs groupes respectifs, Gli Stadio et I Cyan) et l’Album concerto, dans lequel Francesco Guccini joue avec le groupe I Nomadi.

Fig. 2 – Couverture du disque Album concerto de Francesco Guccini & I Nomadi (EMI 1979)

Fig. 2 – Couverture du disque Album concerto de Francesco Guccini & I Nomadi (EMI 1979)

8Dans le cas de Francesco Guccini, l’idée de le produire sur scène avec le groupe I Nomadi semblait couler de source, puisque ce groupe s’était fait connaître en interprétant des chansons de Guccini. Mais le type d’interaction et de proximité que le cantautore bolonais entretient avec son public est à l’évidence impossible dans un stade : des trois disques cités, celui-ci est le seul à ne pas documenter une véritable tournée, puisqu’il s’agit de l’enregistrement d’un concert finalement resté unique. Cela étant, l’existence de ce disque témoigne bien de la force d’une mode que sa maison de disques ne veut pas laisser passer. La photographie sur la pochette illustre un changement de perspective par rapport à l’iconographie de la chanson italienne jusqu’alors centrée sur la figure de l’artiste : Guccini est vu par ses musiciens, eux-mêmes au premier plan de l’image, qui s’ouvre vers un vaste public. Cette dimension spéculaire est alors une nouveauté : le public qui achète le disque se retrouve face au public présent lors des concerts, et donc potentiellement face à lui-même.

Fig. 3 – Couverture du disque Fabrizio De André in concerto, arrangiamenti PFM (Ricordi, 1979)

Fig. 3 – Couverture du disque Fabrizio De André in concerto, arrangiamenti PFM (Ricordi, 1979)

9Le succès des tournées Banana Republic et de Fabrizio De André avec la PFM est colossal et atteste de la popularité massive atteinte par les cantautori à la fin des années 1970. Le 33 tours Banana Republic, publié en septembre 1979, fut le premier album live à atteindre la première place du hit parade, qu’il occupa pendant dix semaines consécutives. Aujourd’hui encore, il s’agit du live le plus vendu de l’histoire de la musique italienne. En 2010, trente-et-un ans plus tard, Dalla et De Gregori ont répété l’opération, avec la tournée puis le disque Work in progress.

Fig. 4 – Couverture du disque Banana Republic de Lucio Dalla et Francesco De Gregori (RCA, 1979)

Fig. 4 – Couverture du disque Banana Republic de Lucio Dalla et Francesco De Gregori (RCA, 1979)

Fig. 5 – Intérieur de la pochette du disque Banana Republic de Lucio Dalla et Francesco De Gregori (RCA 1979)

Fig. 5 – Intérieur de la pochette du disque Banana Republic de Lucio Dalla et Francesco De Gregori (RCA 1979)

10Les pochettes de ces disques mettent toutes en évidence la présence de foules. Cette représentation prend souvent le pas sur celle des artistes : le plan choisi sur ces images part fréquemment de la scène pour aller vers les spectateurs. On donne ainsi au public à voir ce qu’il est, pour matérialiser les dimensions jusqu’alors inédites des foules que la chanson d’auteur rassemble alors.

11Dans Banana Republic, la photo panoramique du stade rempli vu de la scène occupe l’intégralité de la pochette intérieure de l’album, pour donner une idée des dimensions titanesques de la tournée. Le concert a été filmé et est actuellement disponible en DVD. Plus qu’une captation, il s’agit d’une sorte de documentaire qui retrace le quotidien de la tournée (reconstruit à travers de petites scènes et des extraits d’interview), et montre régulièrement le public, dont la ferveur est immense, comparable à celle des concerts de rock. Le montage alterne gros plans sur les artistes et plans larges sur la foule. Le comportement de celle-ci, tout comme la façon dont elle est représentée, indiquent que la chanson d’auteur a changé d’échelle, qu’elle est devenue un phénomène de masse – et ces images soulignent sa puissance d’agrégation. Musicalement, l’influence des Pink Floyd est manifeste dès le morceau d’ouverture : instruments, structure, harmonies, temporalité allongée du morceau, tout tend à instaurer un quasi-mimétisme avec Shine On You Crazy Diamond.

  • 15 C’est notamment le cas de Francesco Guccini, véritablement adoré par une partie de son public, dont (...)

12Ainsi, la violence politique que subissent certaines rock stars pendant leurs concerts dans l’Italie de la fin des années 1970 a un impact pratique et esthétique sur la scène de la chanson italienne, bien au delà du champ du rock. Dans les concerts gigantesques de la fin des années 1970, des ACI comme Lucio Dalla, Francesco De Gregori et Fabrizio De André jouent à guichets fermés dans des stades temporairement désertés par les stars du rock. Ce changement d’échelle accompagne deux mouvements parallèles dans les années 1970. D’un côté, on assiste à l’institutionnalisation du cantautore, parfois considéré à son corps défendant comme une sorte de maître à penser15. De l’autre côté, les cantautori subissent des critiques de plus en plus fortes, à mesure que leur popularité s’accroît. D’une certaine façon, le monde de la chanson d’auteur voit se rejouer des scènes de politique : dans un moment où la gauche extraparlementaire conteste très fortement le Parti Communiste Italien, les artistes jugés (à tort ou à raison) comme proches du centre-gauche subissent l’ire des mouvements d’extrême gauche et se voient accusés de traîtrise. La figure du cantautore devient ainsi une sorte d’écran sur lequel sont projetées et rejouées les tensions politiques et sociales de l’Italie contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Colombati Leonardo, La canzone italiana, 1861-2011 : storie e testi, Milano, Mondadori Ricordi, 2011.

De Angelis Enrico, Musica sulla carta : quarant’anni di giornalismo intorno alla canzone, 1969-2009, Civitella in Val di Chiana (Arezzo), Zona, 2009.

De Gregori Francesco, Romano Michelangelo, Giaccio Paolo, Piferi Riccardo, Francesco De Gregori, un mito, Roma, Lato side, 1980.

Deregibus Enrico, Quello che non so, lo so cantare : storia di Francesco De Gregori, Firenze, Giunti, 2003.

Ginsborg Paul, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi : società e politica, 1943-1988, Torino, Einaudi, 1989.

Fabbri Franco, Il suono in cui viviamo : saggi sulla popular music, Milano, Il Saggiatore, 2008.

Lazar Marc (éd.), L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours, Paris, Fayard, 2009.

Manconi Luigi, La musica è leggera : racconto su mezzo secolo di canzoni, Milano, Il Saggiatore, 2012, p. 31.

Milza Pierre, Histoire de l’Italie : des origines à nos jours, Paris, Fayard, 2013.

Pollini Luca, Musica leggera, anni di piombo : assalto al cielo a colpi di note nell’Italia degli anni Settanta, Milano, No reply, 2013.

Pruvost Céline, La chanson d’auteur dans la société italienne des années 1960 et 1970 : une étude cantologique et interculturelle, thèse de doctorat sous la direction d’Andrea Fabiano, Université Paris-Sorbone, 2013.

Tomatis Jacopo, Storia culturale della canzone italiana, Milano, Il Saggiatore, 2019.

Zancarini Jean-Claude, Scotto d’Ardino Laurent, Girard Pierre, « Littérature et “temps des révoltes” », in Marc Lazar et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), L’Italie des années de plomb : le terrorisme entre histoire et mémoire, Paris, Autrement, 2010.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos ces ouvrages de référence sur l’histoire italienne : Paul Ginsborg, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi : società e politica, 1943-1988, Torino, Einaudi, 1989 ; Marc Lazar (ed.), L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours, Paris, Fayard, 2009 ; Pierre Milza, Histoire de l’Italie : des origines à nos jours, Paris, Fayard, 2013.

2 « De 1950 à 1963, l’économie italienne a connu une phase d’expansion sans équivalent dans l’Europe de l’après-guerre. L’ampleur des transformations que cette croissance rapide (7,5 % du PNB en 1955) a fait subir à la société transalpine a fortement impressionné les contemporains. » (Pierre Milza, Histoire de l’Italie, op. cit., p. 927).

3 Voir à ce sujet les passionnantes nuances de Jean-Claude Zancarini, Laurent Scotto d’Ardino et Pierre Girard, « Littérature et “temps des révoltes” », in Marc Lazar et Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), L’Italie des années de plomb, Paris, Autrement, 2010, p. 274-287.

4 « la mercificazione antidemocratica della musica, l’asservimento dell’arte nei confronti del capitale e l’oligarchia discografica in grado di controllare indisturbata l’intero settore dello spettacolo » (Marcello Baraghini, Stampa Alternativa, Controcultura n7, Salvelli, Rome, 1974).

5 Un livre récent revient en détail sur ces évènements : Luca Pollini, Musica leggera, anni di piombo : assalto al cielo a colpi di note nell’Italia degli anni Settanta, Milano, No reply, 2013.

6 « Pesante bilancio della battaglia al Vigorelli », Il corriere milanese, 7 juillet 1971.

7 « Led Zeppelin : mai più in Italia », Qui giovani, juillet 1971.

8 « Scatenari al Palalido, comandos del fuore rock », Il Corriere della sera, 15 février 1975.

9 « Due colpi di pistola come inizio di Serata », Il Corriere della sera, 2 septembre 1977.

10 Par exemple Victor Ciuffa dans le Corriere della sera pose ouvertement la question et dès le titre axe son analyse sur les pertes pour le public : « Ma quando a Roma un altro concerto rock ? sgomento, perplessità e rabbia tra gli appassionati di musica » (Mais quand verra-t-on de nouveau à Rome un concert de rock ? consternation, perplexité et colère chez les passionnés de musique).

11 ACI est l’acronyme pour Auteur-Compositeur-Interprète, dont l’équivalent en italien est « cantautore ».

12 Voir le récit détaillé du procès dans Enrico Deregibus, Quello che non so, lo so cantare : storia di Francesco De Gregori, Firenze, Giunti, 2003, p. 91-95 et dans Francesco De Gregori, Michelangelo Romano, Paolo Giaccio et Riccardo Piferi, Francesco De Gregori, un mito, Roma, Lato side, 1980, p. 115-118.

13 Ibidem.

14 Après deux années sans sortir le moindre disque, De Gregori dépasse le traumatisme et poursuit sa carrière, longue, prolifique et internationale. Son dernier album date de 2017, et, à 66 ans, il fait salle comble au Bataclan le 20 octobre 2017.

15 C’est notamment le cas de Francesco Guccini, véritablement adoré par une partie de son public, dont la frange la plus passionnée lui voue encore aujourd’hui une sorte de culte. À Vérone se tiennent ainsi régulièrement des soirées où des « gucciniani » se réunissent pour des « guccinate », qui consistent à chanter tous ensemble du Guccini dans une ambiance révérencieuse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Couverture de Controcultura, no 7, 1974
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6154/img-1.jpg
Fichier image/, 232k
Titre Fig. 2 – Couverture du disque Album concerto de Francesco Guccini & I Nomadi (EMI 1979)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6154/img-2.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Fig. 3 – Couverture du disque Fabrizio De André in concerto, arrangiamenti PFM (Ricordi, 1979)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6154/img-3.jpg
Fichier image/, 100k
Titre Fig. 4 – Couverture du disque Banana Republic de Lucio Dalla et Francesco De Gregori (RCA, 1979)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6154/img-4.jpg
Fichier image/, 148k
Titre Fig. 5 – Intérieur de la pochette du disque Banana Republic de Lucio Dalla et Francesco De Gregori (RCA 1979)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6154/img-5.jpg
Fichier image/, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Pruvost, « Rock vs cocktails Molotov : la violence politique pendant les concerts dans l’Italie de la fin des années 1970 », Criminocorpus [En ligne], Rock et violences en Europe, Violence et politique, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6154

Haut de page

Auteur

Céline Pruvost

Maître de conférences en études italiennes à l’université de Picardie Jules Verne, agrégée d’italien et ancienne élève de l’ENS de Lyon, Céline Pruvost travaille sur la chanson italienne et la chanson française, avec un intérêt particulier pour les questions d’histoire, de traduction et d’intermédialité. Au sein du Centre d’Études des Relations et Contacts Linguistiques et Littéraires, elle est coresponsable de la diffusion et coresponsable de l’axe « Circulations intermédiatiques : langues, supports, genres ». Elle a soutenu en 2013 sa thèse intitulée La chanson d’auteur dans la société italienne des années 1960 et 1970 : une étude cantologique et interculturelle, en cours de publication aux Presses Universitaires de Paris Sorbonne. Céline Pruvost est membre du réseau d’études Les ondes du monde, elle a fait partie des organisateurs de la première Biennale Internationale d’études sur la chanson en septembre 2017, et codirigé la publication des actes de cette biennale, Cartographier la chanson contemporaine, parus en 2019 aux Presses Universitaires de Provence. Elle a par ailleurs dirigé le second volet de Vox Popular : Poésie et chanson de la France à l’Europe.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page