Navigation – Plan du site
Partie 1- La réforme pénitentiaire de 1945 : l’amendement du condamné

De l’ombre à la lumière : les révoltes pénitentiaires dans la France des années 1970

Nicolas Derasse

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre l’argumentaire des organisateurs de ces journées d’études consacrées à L’administrat (...)

1Si l’histoire pénitentiaire du XXe siècle ne peut s’écrire sans évoquer cette belle impulsion qu’a été la réforme initiée par Paul Amor en 1945, elle connaît, trente ans plus tard, un autre temps fort tout aussi marquant et situé dans la continuité du texte d’après-guerre. Tout comme celle qui l’a précédée, la réforme de 1975 « amorce des dynamiques nouvelles »1 qui trouvent une partie de leur justification dans l’actualité carcérale troublée de la première moitié des années 70.

  • 2 Propos rapportés par A. Guérin, Prisonniers en révolte. Quotidien carcéral, mutineries et politique (...)

2Comme l’affirme le socialiste Jean-Pierre Chevènement à l’époque des faits, « la révolte du prisonnier est le mouvement le plus naturel2 ». Les personnes détenues ont pleinement donné sens à cette formule lors des incidents qui vont rythmer le quotidien des prisons françaises entre l’année 1971 et l’année 1974. Alors que les Trente Glorieuses parviennent à leur terme, la question pénitentiaire s’invite dans le débat, devenant un problème de société sur lequel les Français, jusqu’alors, demeuraient assez peu sensibilisés. Bien portées par une partie de la classe politique et par une action militante que les mass media relaient habilement, les discussions s’amplifient à cette époque sur le sort des personnes détenues, dans un contexte où les évènements du printemps 1968 ont répandu dans les esprits des idées contestataires.

  • 3 Ces règles ont été reprises et adaptées par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe le 19 ja (...)
  • 4 Tour à tour, ces personnes ont réclamé le bénéfice d’un régime spécial de détention avec, à la clé, (...)
  • 5 Propos repris dans J.-M. Varaut, La prison, pour quoi faire ?, Paris, Broché, 1972, p. 58. C’est à (...)

3Peu informés, parfois, sur les mouvements du dehors, les prisonniers restent également peu au fait, globalement, des droits qui peuvent leur être accordés. Nombreux sont ceux qui ignorent que les Nations Unies, dans une résolution du 30 août 1955, ont adopté des règles minima pour le traitement des détenus3. Ces normes préconisent la mise en place d’un régime humain de détention ainsi que le respect de la dignité au profit des personnes privées de liberté. Ces dernières aimeraient elles aussi un peu goûter aux progrès d’une société marquée par la « révolution invisible » évoquée par Jean Fourastié, et voir se concrétiser à l’intérieur des murs quelques-unes des avancées offertes à la population française. Toutefois, beaucoup restent conscientes que leur situation et, plus largement, celle des prisons est ignorée du grand public. En dépit des incidents survenus lors des années 1960, en particulier des actions menées en détention par les membres du FLN puis de l’OAS à l’occasion du conflit en Algérie4, les journalistes s’intéressent peu à ce monde carcéral qui ouvre très difficilement ses portes à cette époque où le discours sécuritaire est de mise. En témoignent les propos du garde des Sceaux Jean Foyer en 1963, citant le doyen Ripert pour qui « les pénalistes ne s’intéressent plus à la règle de droit, ils se passionnent sur la qualité des haricots servis aux détenus5 ».

  • 6 Le Petit Larousse, éd. 2008, v° Révolte, p. 889.
  • 7 Cette réforme, de par son ampleur, ne sera pas développée.

4L’information va donc venir de l’intérieur, par une voie particulière qui reste indissociable des premières révoltes des années 1970, celle des mouvements gauchistes. Leur action inaugure une prise de conscience collective alimentée par plusieurs formes de rébellion, depuis la grève de la faim jusqu’à des protestations plus violentes comme la mutinerie. Ces incidents correspondent bien à l’idée que l’on se fait de la révolte, en somme d’un « soulèvement contre l’autorité étatique », d’un « refus d’obéissance » ou bien encore d’un « sentiment violent d’indignation et de réprobation »6. Qu’ils soient individuels – on songe aux prises d’otages ou aux agressions de personnels de surveillance – ou collectifs, à l’image des mutineries, ces mouvements rythment le quotidien des prisons entre 1971 et 1974, année durant laquelle une seconde phase d’incidents rappelle aux pouvoirs publics l’urgence d’une réforme d’ampleur qu’une prise de conscience seule et quelques mesures secondaires ne peuvent remplacer. De cet acte II de la rébellion va naître la réforme de 1975 qui constituera le terminus ad quem de notre propos7.

  • 8 Comme le suggère M. Boucher, la prison, dans ces années 70, devient-elle « un enjeu de la vie polit (...)
  • 9 Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, Mémoire de DEA, Droit et Justice, Unive (...)

5L’objectif n’est pas ici de s’étendre sur des épisodes bien connus de ce qui reste un moment sensible et très complexe de notre histoire pénitentiaire. En plus des enjeux de ces révoltes8 – la reconnaissance de droits notamment –, il paraît essentiel de revenir sur les éléments qui ont contribué à faire sortir la prison de l’ombre et à changer le regard, opaque, que la population française porte sur cette institution et ceux, détenus comme surveillants, qui la composent. Au fond, ainsi que l’a bien exprimé G. Paolucci, « comment le message des mutins a été perçu, par l’opinion et par les pouvoirs ? »9. De même, faut-il considérer que pour changer la prison, la révolte est un passage obligé ? Les revendications des acteurs du monde carcéral, prisonniers et personnels, s’éloignent fréquemment les unes des autres mais tous ces individus œuvrent à leur manière pour une réforme pénitentiaire qui ne peut aboutir sans une prise de conscience collective initiale qui intervient avec les incidents de l’hiver 1971-1972 (I). Ce n’est qu’au lendemain de ces premiers soulèvements et après quelques timides avancées législatives qu’une seconde salve d’incidents survient, ceux de l’année 1974. Derrière ces incidents, c’est une réforme pénitentiaire d’ampleur qui se dessine (II).

Une société confrontée à la réalité carcérale

  • 10 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 61. « Sans doute – ajoute l’auteur – les slogans so (...)
  • 11 En 1970, la France compte un peu plus de 29 000 personnes détenues.
  • 12 Cette publication, dirigée au départ par Jean-Pierre Le Dantec et Michel Le Bris, est reprise en ma (...)
  • 13 Sur le sujet, on renverra à la volumineuse étude de notre ami Jean-Claude Vimont – à qui nous dédio (...)

6En évoquant les évènements de Mai 68, certains auteurs ont parlé d’un « rendez-vous » sinon « manqué », au moins « décalé » entre les personnes détenues – souvent circonspectes face aux revendications – et les manifestants10. Si la révolution n’est pas parvenue alors à franchir les murs, elle va contribuer, a posteriori, à grossir les effectifs de la détention avec une population carcérale qui s’est fortement rajeunie – incidence du baby-boom – et politisée11. Quelques-uns de ses acteurs se comptent en effet parmi les individus arrêtés puis placés en détention pour des outrages, des atteintes à la fameuse loi « anti casseurs » de juin 1970 ou pour avoir reconstitué des ligues dissoutes, en songeant essentiellement à la Gauche prolétarienne à qui l’on doit le journal La cause du Peuple12. Les maoïstes qui y militent, comme ceux de Vive la Révolution ou du Secours rouge (J.-P. Sartre), découvrent l’univers carcéral, notamment un groupe constitué des dirigeants de ces mouvements. Ce n’est qu’une fois « embastillés » – tout un symbole –, qu’ils sont confrontés au printemps 1970 aux réalités de l’enfermement dans plusieurs prisons, à la Santé, à Fresnes, à Rennes ou encore à Rouen13.

  • 14 Ce régime se traduit par une absence de placement à l’isolement, le droit de consulter la presse et (...)
  • 15 G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 44.

7Bien mobilisés par leurs chefs de file – en pensant tout particulièrement à Alain Geismar, dirigeant de la Gauche Prolétarienne et lui aussi détenu – les maos, comme on les appelle, vont, avec efficacité, fustiger le régime carcéral dans toute son étendue. A l’image des prisonniers du conflit algérien, la grève de la faim est brandie comme une arme, utilisée collectivement en septembre 1970 et janvier 1971, d’abord pour réclamer le bénéfice d’un régime spécial de détention propre aux détenus politiques14 – régime accordé avec parcimonie par le garde des Sceaux René Pleven –, ensuite pour affirmer leur solidarité avec les détenus de droit commun. Compte tenu de leur situation, ces contestataires portent intérêt désormais à la cause carcérale, avec un discours de combat où les personnes détenues sont présentées comme des « opprimés, des victimes sociales » dont les maos croient qu’ils peuvent constituer « le bataillon de réserve de la Révolution15 ».

  • 16 La remarque émane du procureur de la République lors du procès de Pierre Vidal-Naquet et de son épo (...)
  • 17 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 12.
  • 18 Le 8 février 1971, le garde des Sceaux René Pleven avait en effet rendu publique la formation d’une (...)

8Fort du soutien de nombreux intellectuels parmi lesquels l’on croise Jean-Paul Sartre, Jean Genet ou encore Maurice Clavel, ces militants gauchistes privés de liberté, considérés par certains comme des « petits bourgeois qui veulent sortir de leur milieu, mais qui font appel à leurs parents pour assurer les fins de mois »16, jouent malgré tout « le rôle de détonateurs »17 en dénonçant, comme ils l’écrivent, le « scandaleux régime actuel des prisons », pour reprendre les mots de la Déclaration des « prisonniers politiques » qu’ils n’ont pas manqué de rédiger à l’époque des faits. Par assimilation, leur attitude commence à se propager dans les structures pénitentiaires de l’hexagone, en particulier à Toulouse, où quatre détenus politiques, le 4 janvier 1971, entament une grève de la faim. Quelques jours plus tard, ce geste est reproduit par une vingtaine de maos de la Santé et par d’autres militants incarcérés à Fresnes, Fleury-Mérogis mais aussi à Nantes, Bordeaux ou encore à Marseille. C’est au moment même où ces prisonniers gauchistes décident de rompre leur jeûne, décision annoncée par leurs avocats à la suite des améliorations de leurs conditions de détention18, qu’ils trouvent un allié de poids – le Groupe d’Information sur les Prisons (GIP) – dont l’action, avec d’autres organes, va s’avérer déterminante dans le processus de révolte des établissements pénitentiaires.

  • 19 P. Artières, L. Quéro, M. Zancarini-Fournel (dir.), Le Groupe d’information sur les prisons : archi (...)
  • 20 M. Foucault, Luttes autour des prisons (1979), dans Dits et écrits (1954-1988), t. III (1976-1979), (...)
  • 21 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 42. « Plus encore qu’aujourd’hui » conclut l’auteur (...)

9On connaît bien désormais, surtout grâce aux travaux de l’historien Philippe Artières, ce GIP, à jamais associé à l’histoire contemporaine des prisons19. Comme l’explique Michel Foucault le 8 février 1971, cet organe ne cherche qu’à servir d’intermédiaire entre les personnes détenues et la population française, pour mettre en lumière ce que le philosophe appelle le « sous-sol du système pénal », cette « chambre de débarras »20 sur laquelle le public n’est que peu instruit et informé. La démarche n’a de sens que si la parole des personnes détenues est mise en avant, de façon directe, sans commentaire pouvant nuire à la réalité de leur condition carcérale. Il est bien original et audacieux à l’époque de laisser s’exprimer ces individus privés de liberté. On ne peut nier en effet, dans ce contexte tendu du début des années 1970, que « la parole d’un prisonnier est la plus suspecte de toutes »21. Mais la finalité de cette initiative est plus que claire : il est important de donner la parole aux détenus et non de parler à leur place au risque de brouiller le message qu’ils entendent livrer à qui veut bien l’entendre. Cette parole, c’est bien là l’utilité de l’action menée par le GIP, peut désormais alimenter le verbe et l’écrit des journalistes, lesquels ne manquaient jamais de souligner à quel point les informations parvenaient difficilement à franchir les enceintes des prisons. On comprend mieux pourquoi la presse, celle de gauche surtout, a salué dès l’origine l’entreprise menée par le trio fondateur Foucault, Vidal-Naquet et Domenach.

  • 22 Parmi ceux-ci, on relèvera cet écrit qui fait mouche dans l’esprit de la classe politique : « Qui v (...)
  • 23 Est ainsi édité, en 1971, une Enquête dans vingt prisons. En tout, le GIP publiera quatre brochures

10Dès les premiers temps, le groupe fait montre d’une capacité de mobilisation importante. En plus des têtes d’affiche et des militants, avocats, journalistes, médecins, magistrats, universitaires, qui s’activent en province et à Paris, figurent les détenus, leurs familles ainsi que les professionnels qui vont nourrir les questionnaires élaborés par le groupe et distribuer avec discrétion dans les établissements pénitentiaires. C’est grâce à ces documents et aux enquêtes menées, aux communiqués et autres tracts22 que le GIP a l’occasion de dénoncer la situation carcérale en France23, situation jugée Intolérable, pour reprendre un terme qui est cher à cet organe. L’élan est tel que les initiatives se multiplient, venant de toutes parts mais avec un lien certain qui est celui de la prison, dans toutes ses dimensions. C’est ainsi qu’il faut considérer, à tire d’exemple, la décision du docteur Antoine Lazarus, alors jeune médecin à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, de créer un Groupe Multiprofessionnel des Prisons à Paris (un second suivra, à Lyon) dont la vocation est de débattre de la question pénitentiaire à partir des expériences des uns et des autres.

  • 24 P. Artières et alii, Le Groupe d’information sur les prisons, op. cit., p. 52.
  • 25 Dans ce pays, « un mouvement de soutien s’organise au dehors par le KRUM (Association nationale pou (...)

11Le message, cher à Foucault, de « ne plus laisser les prisons en paix, nulle part »24 chemine rapidement à l’intérieur comme à l’extérieur des murs d’enceinte. Une partie de l’Europe carcérale a d’ailleurs commencé à s’embraser, en Suède25 et en Hollande avec des grèves de la faim, en Italie également où les phénomènes de rébellion ont été initiés par des militants d’extrême gauche appartenant à la Lotta Continua. Un peu plus tard, en septembre 1971, la révolte gagne les Etats-Unis où le pénitencier d’Attica, dans l’État de New York, est victime d’une mutinerie de grande ampleur qui se soldera par la mort de 11 surveillants retenus en otages et de 32 prisonniers. Là encore, dans un contexte de ségrégation raciale très tendu, la politisation du mouvement est présente, comme les membres du GIP l’évoqueront dans la brochure consacrée à L’assassinat de Georges Jackson, membre des Blacks Panthers.

  • 26 À la centrale Ney de Toul, et sur la foi du témoignage du docteur Édith Rose, psychiatre dans cet é (...)
  • 27 Sur ces mutineries de la centrale Ney de Toul et celle de la maison d’arrêt Charles III de Nancy, o (...)

12Lorsque ce texte est publié, les tensions sont bien réelles dans les prisons françaises. Il est vrai que la description des conditions de détention, rendue possible par l’action du GIP qui s’appuie sur les témoignages recueillis, alourdit un climat déjà dégradé. Le froid, la nourriture, l’hygiène – l’heure est encore aux fameuses tinettes, c’est-à-dire des seaux d’aisances –, la promiscuité, la santé, mais encore la discipline – avec le recours, parfois, à la contention26 et aux brutalités – sont des doléances récurrentes. C’est ce que veulent dénoncer les personnes détenues dès les premières révoltes collectives. La forme compte autant que le fond, et ces photos de mutins montés sur les toits, comme à Toul en décembre 1971 ou à Nancy le mois d’après27 en sont une des plus probantes démonstrations. Désormais, comme la presse le souligne, les prisonniers ont un visage qu’ils font découvrir à la population française. Par l’image, le message passe.

  • 28 Pour une chronologie de ces évènements comme de ceux de l’année 1974, on renverra à l’ouvrage de P. (...)
  • 29 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 117. « Les pompiers, ajoute l’auteur, sont priés d’ (...)

13Désormais, la parole des détenus prend une tout autre dimension. C’est par l’action, violente ou pacifique, que leurs mots vont parvenir jusqu’aux oreilles des Français, sensibles, indifférents ou choqués par ces rébellions contre l’autorité. Durant toute l’année 1972, les pouvoirs publics veillent à ce que le mouvement venu des prisons ne prenne pas trop d’ampleur, au besoin en reprenant d’une main ferme des situations qu’ils ne veulent pas voir se détériorer. Face aux évasions, aux grèves de la faim ou du travail, aux agressions, aux mutineries, aux prises d’otages28 – avec le drame de Clairvaux, terrible pour la cause des prisonniers – mais aussi à des actions pacifistes, l’administration pénitentiaire, qui subit une forte pression de la part de ses personnels, fait montre de rigueur en laissant intervenir les forces de l’ordre. Les réactions observées à l’extérieur des enceintes concernées semblent mitigées. Si la foule est prête à entendre ce que les mutins lui lancent depuis les toits, elle est loin d’adhérer dans son ensemble à leur discours et à leur attitude. Le cas est flagrant à Toul où, dit-on, « le face-à-face avec les habitants … est désastreux », ceux-ci encourageant même les gardes mobiles à intervenir au cri de « Allez-y bon Dieu, la France est avec vous29 ! ».

  • 30 Propos rapportés par M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 229.
  • 31 La circulaire du garde des Sceaux faisait suite à l’agression d’un surveillant à la prison Saint-Pa (...)
  • 32 Pour cet homme qui revendique ses positions anarchistes et qui se considère comme « la conséquence (...)

14Fréquemment, les détenus plus récalcitrants sont transférés vers d’autres établissements, à l’image de ces 76 jeunes adultes ayant participé aux incidents de Toul, installés au CNO de Fresnes. « Arrivés en vainqueurs – souligne le personnel pénitentiaire – et encore excités de leurs exploits », ils tentent « de mettre le feu aux poudres dans l’établissement » mais les éducateurs restent vigilants30. Lorsqu’ils s’expriment, ce sont des droits que les personnes incarcérées revendiquent, notamment un « statut juridique minimum » – pour reprendre une formule de Michel Foucault –, l’accès à l’information, la réorganisation du travail, le droit d’association, des droits sociaux, des aménagements de peine mais aussi le bénéfice des colis de Noël dont la suppression, décidée par René Pleven en novembre 1971, à la suite de l’affaire Buffet-Bontems, avait provoqué l’étincelle31. Ces doléances font consensus chez tous ceux qui militent pour l’amélioration de la condition carcérale, à commencer par le Comité d’Action des Prisonniers (CAP) qui s’est constitué autour de la personnalité de Serge Livrozet32 en novembre 1972. C’est à cet organe, qui compte dans ses rangs une majorité d’anciens détenus – à commencer par le susnommé –, qu’échoit la lourde tâche de récupérer le flambeau transmis par l’éphémère GIP qui s’auto-dissout quelques semaines plus tard.

  • 33 Propos rapportés par G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. c (...)
  • 34 « Foucault ne croit pas aux réformes pénitentiaires. Il est bien placé pour savoir qu’elles ont éch (...)

15Pour Michel Foucault et ses amis, l’heure est venue de dresser le bilan au sortir d’une période de tension très vive durant laquelle une bonne cinquantaine d’incidents, plus ou moins graves, a affecté les prisons de l’hexagone. Au terme de l’année 1972, les finalités poursuivies par les membres du GIP, que certains de ses détracteurs qualifient, non sans ironie, de « Groupement d’Intoxication du Public » (la formule émane d’un procureur), ou, avec plus de méchanceté, de « rassemblement de hooligans », selon la parole d’un syndicaliste pénitentiaire, paraissent atteintes33. L’opinion a bien été sensibilisée à l’existence des problématiques carcérales. La priorité était bien là et non dans la quête d’une réforme pénitentiaire à laquelle les fondateurs du Groupe d’Informations sur les Prisons n’osaient prétendre, comme ils l’avaient souligné dès le départ34. Tous étaient bien conscients que leur démarche pouvait, et c’était là un risque majeur, contribuer à ce que la situation finisse par se détériorer et conduire à la rébellion, comme cela s’est produit.

  • 35 Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 12.

16Finalement, la question de la responsabilité du GIP et de ses membres reste posée. L’administration pénitentiaire a son idée sur ce point, elle qui cherche à faire de ces militants du GIP ou encore du CAP des boucs émissaires. Cela la dispense un temps de devoir se livrer à son autocritique tout en continuant de masquer les difficultés rencontrées que les acteurs de la prison sont les premiers, parfois, à dénoncer. Le grand public, pour sa part, n’a pas entièrement pris conscience que « les mutineries signifient davantage que la revendication de droits ». Et pourtant, comme l’a bien relevé G. Paolucci, « un peu à la manière d’une sirène d’alarme, les mouvements de détenus révèlent au grand jour l’existence d’un système pénitentiaire qui vieillit bien mal … Il est nécessaire de réformer cet ensemble35 ».

Des révoltes pour une réforme

  • 36 Propos rapportés par M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 372.

17Si la presse s’était fait en partie le relais des incidents qui s’étaient produits dans les prisons lors des années 1971-1972 ainsi que des actions et des manifestations organisées à l’extérieur des murs d’enceinte, les retombées demeuraient encore décevantes, en particulier du point de vue législatif. Si quelques mesures furent bien adoptées, elles ne suffirent aucunement à éteindre un feu qui continuait de couver ici et là, ce que n’ignorait pas l’administration pénitentiaire qui, dans son rapport de l’année 1971, lançait déjà l’alerte par quelques formules dénuées d’ambiguïté : « Il n’est sans doute pas possible de mesurer encore toute la portée de ces évènements qui ont eu un retentissement extraordinaire sur la population pénale et sur le personnel ; mail il faut bien constater une modification de comportement, qui se traduit par une insolence sinon une agressivité grandissantes chez les détenus et par un certain découragement parmi les agents36 ».

  • 37 Le garde des Sceaux de Georges Pompidou faisait ici référence aux évènements de la fin d’année 1971 (...)
  • 38 Il fut à la tête de cette administration de 1961 à 1964. À l’époque de la commission, il occupe les (...)
  • 39 Déclaration à l’Agence d’Illustration pour la Presse (AGIP), 10 janvier 1972.
  • 40 P. Artières et alii, Le Groupe d’information sur les prisons, op. cit., p. 161.
  • 41 Y. Leu, « Les mutineries de l’été 1974 et la réforme de 1975 », dans C. Carlier (dir.), Histoire de (...)

18En pleine « année noire pour l’administration pénitentiaire », pour reprendre les mots de René Pleven37, la réprobation n’est pas unilatérale, avec une gronde qui sommeille chez les personnels de surveillance et qui, si elle s’exprime, peut rejoindre les mouvements des personnes détenues. L’essentiel pour les pouvoirs publics est de donner un signe et d’exprimer d’une manière ou d’une autre que le message a bien été reçu. C’est ce que l’on comprend dès la réunion, à l’initiative de la Chancellerie, de la commission présidée par le magistrat et ancien directeur de l’administration pénitentiaire Pierre Schmelck38 au lendemain de la mutinerie de la centrale Ney de Toul. Le rapport qui s’ensuit, rendu public le 8 janvier 1972, fait la lumière sur ce premier incident majeur, pour ne pas dire l’étincelle, sans chercher à masquer les véritables problèmes mais sans accabler non plus l’administration pénitentiaire. Au fond, comme l’exprime cette personnalité devant la presse, « les méthodes mises en œuvre depuis 1945 ne sont peut-être pas les meilleures. Il faut les repenser39 ». La commission avait en tête les pratiques observées à Toul, tenu alors par un « ancien chef de camp de prisonniers en Algérie40 », le très sévère Monsieur Galiana dont le passage, quelques années plus tôt à la maison centrale de Nîmes, s’était soldé par une révolte des détenus. Plusieurs suggestions sont émises pour remédier à ce type de situation et « pour adapter l’exécution des peines aux données du monde moderne ». Parmi elles, des « séjours au mitard qui ne peuvent plus excéder 45 jours », des « punitions collectives » à prohiber « tout comme les privations de visite ou de correspondance » ou encore l’abolition de la règle du silence, « peu respectée41 ».

  • 42 Propos rapportés par M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 180.

19S’il ne peut pleinement apporter satisfaction au GIP, qui espérait plus de l’initiative du ministère de la Justice, le travail de la commission Schmelck est une première étape lors de laquelle la nécessaire remise en question de la politique pénitentiaire cesse d’apparaître comme une chimère. La classe politique, de droite comme de gauche, partage de plus en plus cette opinion, quelquefois même avec un discours plus proche de la fermeté que du politiquement correct. « Que dire des services pénitentiaires ? » s’exclame ainsi le gaulliste Ernest Rickert, député du Bas-Rhin, ajoutant que « le monde carcéral vit dans un autre siècle. Comment s’étonner alors de certaines mutineries ? Ce ne sont plus des hommes qui emplissent nos prisons, mais des bêtes mal soignées42 ».

  • 43 L’article est intitulé : « Le suicide, ultime expression du détenu ». À la fin de l’année 1972 et a (...)
  • 44 G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 87.
  • 45 M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 371.
  • 46 Id.

20Ce premier pas en avant de l’autorité publique a bien pour effet de casser la spirale des incidents et de concéder que la question carcérale est beaucoup plus sensible qu’on ne pouvait l’imaginer dans la France des Trente Glorieuses. À l’heure où la prison est propulsée comme un thème à la mode, les médias dépassent désormais la simple couverture des rébellions – il est vrai que les tensions sont retombées – pour s’attaquer au fond et réfléchir aux modes d’expression de la révolte, en prenant soin de ne pas se cantonner aux seules mutineries. C’est la démarche qu’entreprend Le Figaro en évoquant, dans son édition du 24 novembre 1972, l’épineuse question du suicide en détention43. Cette « forme ultime de protestation »44 est à relier aux multiples automutilations, avec des radiographies surprenantes d’estomac de détenus où les fourchettes et les lames de rasoir deviennent de bien indigestes corps étrangers. A côté de ces gestes, que d’aucuns perçoivent comme des appels au secours, il y a la considération que l’on peut porter à l’administration pénitentiaire ainsi qu’à son image. Celle-ci s’en inquiète dès que le feu se ranime, craignant « le relais médiatique extérieur » toujours à même d’amplifier chaque « mouvement protestataire »45. C’est à cette confession que se livre le directeur de la prison de Fresnes, un établissement dont on connaît la valeur symbolique pour les surveillants. À la suite de l’intervention des forces de l’ordre début février 1972, ce cadre expose à sa hiérarchie que : « La toute-puissance des directeurs, dont une certaine propagande fait son cheval de bataille, est un mythe auquel les détenus ne croient plus … La population pénale a pris conscience de sa force et de son irresponsabilité collective et la peur s’installe parmi le personnel qui reçoit maintenant des menaces individuelles … Si nous ne faisons rien, nous allons passer pour des cloches46 ».

  • 47 G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 91.

21Faut-il voir quelques signes d’encouragement sinon l’amorce d’un mea culpa dans le rapport que l’administration pénitentiaire rend public et qui se réfère à l’exercice 1972 ? Dans cet écrit, on perçoit plus que l’aveu de difficultés. Ses rédacteurs évoquent en effet « une situation regrettable » sans rien cacher des éléments qui en sont à l’origine, comme « le manque de moyens », l’état matériel des établissements mais aussi l’insuffisance des effectifs chez des personnels qui attendent une amélioration de leur statut47. Le moment paraît opportun pour s’engager dans la voie de la réforme, pour ne pas laisser s’enliser des doléances au risque de voir surgir de nouvelles rébellions. Le garde des Sceaux René Pleven s’y emploie en menant à leur terme deux textes – le décret du 12 septembre et la loi du 29 décembre 1972 – qui, l’un comme l’autre, conduisent la France à entrer dans le rang pour mieux se rapprocher des normes adoptées par l’ONU en 1955 et bientôt par le Conseil de l’Europe, dès l’année 1973. Dans ces décisions règlementaire et législative, les avancées sont significatives. Parmi elles, la création d’une commission d’application des peines dans chaque établissement, l’institution de commissions de surveillance des structures pénitentiaires, la recours à des réductions de peine pour les personnes condamnées mais encore l’élargissement des conditions d’octroi de la libération conditionnelle.

  • 48 Supra, note 41.
  • 49 La direction de l’administration pénitentiaire n’avait pas échappé à des membres du corps préfector (...)
  • 50 Ce discours « semble toucher les nouveaux membres de l’administration centrale qui affichent parfoi (...)
  • 51 La formule émane du directeur de l’administration pénitentiaire Maurice Le Corno, Le Monde, 18 janv (...)

22Ces mesures s’inscrivent dans la continuité de celles adoptées à l’été 1971, lorsque le ministre Pleven, par circulaire, avait aboli la règle du silence, avec l’insuccès que l’on sait48, autorisé l’accès à la presse quotidienne en détention ou encore permis aux femmes détenues de cantiner des produits de beauté. On ne peut nier, chez les pouvoirs publics, la volonté d’améliorer le régime carcéral dans les prisons françaises mais il reste malgré tout quelques verrous qui freinent des réformes plus ambitieuses. Ces verrous sont en train de céder peu à peu, comme le montre le remplacement de l’impopulaire préfet Maurice Le Corno49 par le magistrat Georges Beljean à la tête de l’administration pénitentiaire en juin 1973. Ce signe d’ouverture attendu par une grande majorité du personnel pénitentiaire contribue à libérer la parole des agents, convaincus que leur témoignage ne restera pas vain au sein d’une institution qui, désormais, se montre moins étanche au « discours critique sur la prison »50. Dès lors, le propos n’est plus à sens unique de la part des autorités, lesquelles commencent à admettre que le problème est plus profond que l’action des « éléments subversifs »51 prêts à tout pour déclencher les mutineries.

  • 52 Propos repris par G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit.(...)

23La population détenue guette la concrétisation de ces premières mesures, avec grande impatience. Elle ne s’en satisfait pas cependant, attendant un plus vaste chantier qu’une note de synthèse du ministère de la Justice à l’été 1973 semble augurer, tout autant que les propos tenus lors des réunions du Conseil supérieur de l’administration pénitentiaire jusqu’au printemps de l’année 1974. Lors de ces discussions, l’attention est portée sur la nécessité de « repenser » la « politique et notre législation pénale à partir d’un examen lucide des réalités pénitentiaires », ce qui peut passer par un « décloisonnement de l’administration pénitentiaire » et une ouverture vers la société pour rompre le « phénomène de rejet » mutuel entre les Français et la prison. Dans le « changement capital d’objectif » qui est suggéré – l’administration pénitentiaire étant invitée à entrer dans une phase de modernité – « l’amendement » de la personne détenue apparaît comme une priorité52. Les ambitions sont bel et bien revues à la hausse. N’y a-t-il pas ici une stratégie de communication après quelques mois où les agents pénitentiaires et les personnes qu’ils surveillent n’ont pas constaté de changements radicaux, au niveau de leur statut pour les uns et de leurs droits pour les autres ? La déception est à la hauteur des attentes, assez en tout cas pour attiser des tensions encore palpables dans les prisons du pays.

  • 53 Dans son étude, A. Guérin signale encore que « 50 % des établissements échappèrent à la vague et pr (...)
  • 54 La Voix du Nord, 26 août 1974.

24L’ensemble de ces acteurs est partie prenante lors des révoltes qui se déroulent durant l’été 1974. Cet acte II de la rébellion carcérale se singularise par la violence et par l’ampleur des évènements. Dans l’hexagone, ce ne sont pas moins de 89 incidents qui sont en effet recensés dans une période qui s’étend du 19 juillet au 5 août53. Dans l’information qu’elle distille aux médias, l’administration pénitentiaire cherche à désamorcer les tensions, comme elle l’avait fait dès l’hiver 1971. Elle minimise ainsi bon nombre de mouvements en évoquant leur aspect pacifique et en soulignant que les mutineries demeurent circonscrites à quelques structures. Les choses vont pourtant très vite dégénérer et l’on ne peut qu’observer un phénomène de contagion des désordres carcéraux, en particulier lorsque les mutins – certains le recherchent d’ailleurs – sont transférés par mesure disciplinaire dans d’autres prisons où ils sont prompts à propager la révolte. Entretenu involontairement par les médias, le mimétisme est souvent relevé, comme chez ces détenus de Loos qui, en juillet 1974, depuis les toits de la maison centrale, lancent à la foule qui les observe qu’ils veulent « faire comme les autres »54.

  • 55 Ces assauts se solderont par la mort de 7 personnes détenues. Michel Poniatowski, ministre de l’Int (...)
  • 56 La Voix du Nord, 2 août 1974.
  • 57 À ce titre, on peut relever l’initiative d’un substitut du TGI de Lille, un certain Monsieur Menez (...)
  • 58 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 190. En certains lieux, les pétitions élaborées par (...)

25À Caen, à la Santé, à Nîmes, à Saint-Martin-de-Ré et dans bien d’autres établissements, l’origine des incidents apparaît dans toute sa diversité. Certains protestent contre la surpopulation là où d’autres réagissent contre des promesses non tenues. Parfois, l’étincelle peut venir d’une simple dispute entre caïds, comme on le présente dans la maison centrale de Clairvaux. Au cours de ces rébellions, il n’est pas rare d’entendre que le personnel a joué un rôle actif en incitant par son comportement ou par sa passivité des désordres dont ils n’ont pas été les acteurs directs. Les modes opératoires rappellent l’hiver 1971-1972, avec des détenus sur les toits, des bâtiments saccagés, des incendies et l’intervention voulue rigoureuse des forces de l’ordre à l’issue parfois tragique55. Les directives strictes du ministre de l’Intérieur sont en effet respectées à la lettre. Cette personnalité politique reste d’ailleurs convaincue que le principal frein à la réforme pénitentiaire est le détenu et que cette dernière ne pourra aboutir que lorsque que « le calme sera revenu »56. Quelques professionnels s’emploient sur ce front en tentant de mener des négociations avec les détenus perturbateurs mais la manœuvre n’est pas toujours du goût des autorités locales57. D’autres cas se présentent qui montrent que le dialogue n’est pas rompu, y compris avec la hiérarchie pénitentiaire, en particulier lorsque celle-ci est confrontée aux revendications de ses surveillants. À la maison d’arrêt d’Arras, la situation est même cocasse en ce sens où le surveillant-chef Lucien Hénocq, dirigeant de la structure et « présenté par un détenu comme le chef d’une grande famille » voit sa grève de la faim, celle de ses proches et celle de ses surveillants, soutenues par les prisonniers de l’établissement58.

  • 59 Ibid., p. 141. Même le chef de cabinet de Pleven, ajoute l’auteur, « reconnaît qu’un fossé sépare l (...)
  • 60 Ibid., p. 149.

26La particularité des rébellions de l’été 1974 est bien là, dans cette union de circonstance entre les personnes détenues et celles qui veillent sur leur détention. Cette alliance reste toutefois friable tant les objectifs divergent. Alors que les prisonniers, comme l’exprime le CAP, réclament « l’exécution totale de la réforme » Pleven59, les surveillants – dont 80 % se déclarent en grève pour 3 jours début août60 – aspirent, en radicalisant leurs actions, à une refonte de leur statut, à une revalorisation de leur traitement et à un renforcement de la sécurité dans les établissements. Beaucoup ne sont plus en phase avec leur autorité de tutelle et, constatant la dégradation de leurs conditions de travail, sont à la recherche d’un sens à donner à leur fonction.

  • 61 G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 85.
  • 62 M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 386.
  • 63 L’expression émane d’A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 201.
  • 64 M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 157.
  • 65 L’idée, « approuvée en plus haut lieu » par « le porte-parole de M. Poniatowski, ministre de l’Inté (...)
  • 66 Ibid., p. 89.
  • 67 Nord Éclair, 6 août 1974.

27Cette « colère » du personnel de surveillance contribue indéniablement à « accélérer le processus de réforme »61, à une époque où la « maturité politique »62 sur la question pénitentiaire a semble-t-il progressé. On le perçoit dans l’attitude de Valéry Giscard d’Estaing, en particulier par ce geste sans précédent et sans avenir à ce jour, d’instituer un secrétariat d’Etat à la condition pénitentiaire – Gadget élyséen selon certains63 –, confié à Hélène Dorlhac de Borne, femme de conviction non issue, point très positif, du « sérail politique »64. L’heure est à la réconciliation, comme l’attesteront l’inédite poignée de mains du président de la République à la prison de Lyon le 10 août 1974 et les incessantes visites de Madame Dorlhac de Borne dans les établissements touchés. Il s’agit désormais de montrer que le problème carcéral est traité en plus haut lieu et que les revendications du personnel pénitentiaire et des personnes détenues sont entendues. Il convenait alors de rétablir un dialogue parfois volontairement rompu par la classe politique, soucieuse d’orienter l’opinion publique sur les révoltes. On songe ici à cette fameuse « journée portes ouvertes » organisée par le député-maire Arthur Notebart à Loos, en présence de la presse65. En montrant à la population les dégâts provoqués, c’est « le contribuable que l’on veut atteindre »66. Le quotidien Nord Éclair dresse de cette journée un constat plus qu’accablant en soulignant que « si les autorités voulaient dresser l’opinion publique contre les détenus, la journée était inutile67 ».

  • 68 Citons parmi ces décisions l’amélioration des conditions de travail, la disparition des fameuses «  (...)

28Deux circulaires des 23 et 26 août ne sont pas de trop pour rattraper ces maladresses et renouer un lien très dégradé avec la société civile. Par quelques mesures visant à aménager les droits des personnes détenues68, les pouvoirs publics gomment une partie du mal-être de cette population carcérale et veillent à respecter une plus large dignité à leur égard. Peut-être est-ce déjà trop pour une majorité de la population qui paraît sensibilisée non pas au sort des individus incarcérés mais aux améliorations, qu’elle juge excessives, de leurs conditions de détention, au point de croire à cette absurdité éloignée de la réalité carcérale que furent les prisons « quatre étoiles ». Malgré tout, l’image restera.

  • 69 H. Dorlhac de Borne, Changer la prison, Paris, Plon, 1984, p. 106.
  • 70 Cette réforme dite Lecanuet « repose sur trois textes fondamentaux : la circulaire du 23 août 1974, (...)
  • 71 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 211 s.
  • 72 Propos rapportés par M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 182.
  • 73 P. Artières et alii, Le Groupe d’information sur les prisons, op. cit., p. 43.

29« La réforme pénitentiaire, vous y croyez ? – Oh, depuis qu’on en parle… – Ce qui compte pour moi, c’est ma libération conditionnelle ! – Vous croyez que ça va changer quelque chose pour moi tout de suite ? »69. De cet échange verbal entre la secrétaire d’État Hélène Dorlhac de Borne et quelques détenus à l’été 1974 émerge toute la difficulté de réformer l’institution pénitentiaire. Tel est l’enseignement des révoltes des années 1970 qui, en deux sessions, trouvent une issue législative avec la réforme, là aussi en deux volets – libéral et sécuritaire – de 197570. L’un de ses artisans, Jacques Mégret, directeur de l’administration pénitentiaire, aspirait à un « dialogue » sans cesse renouvelé entre les détenus et le personnel, en particulier les surveillants dont il convenait de « freiner les ardeurs sécuritaires »71. Au-delà des malaises qu’elles ont véhiculés, des souffrances engendrées, les révoltes des années 1970 nous ont au moins appris que les espoirs de cet homme n’étaient pas insensés, en particulier lorsque les intérêts convergeaient. À ces espoirs, il fallait un autre ingrédient que Pierre Cannat avait bien identifié dès 1950. Selon lui, « le succès d’une réforme pénitentiaire exige au préalable une réforme des états d’esprit : au sommet, à tous les échelons du personnel et dans le grand public »72. Cette entreprise, on le voit, repose sur une délicate et fragile alchimie mais elle seule doit permettre que les prisons ne restent pas, comme l’exprimait Michel Foucault en 1970, « une des régions cachées de notre système social73 ».

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre l’argumentaire des organisateurs de ces journées d’études consacrées à L’administration pénitentiaire : 1945, 1975, 2015, Direction de l’administration pénitentiaire, déc. 2015.

2 Propos rapportés par A. Guérin, Prisonniers en révolte. Quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980), Marseille, Agone, 2013, p. 66.

3 Ces règles ont été reprises et adaptées par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe le 19 janvier 1973, dans la résolution 73 (5). Tout en soulignant la « tendance (qui) se dégage de déplacer l’accent du traitement en milieu fermé au traitement en milieu ouvert », cet organe rappelle « que la détention dans un établissement pénitentiaire demeure, néanmoins, une sanction pénale indispensable dans certains cas ».

4 Tour à tour, ces personnes ont réclamé le bénéfice d’un régime spécial de détention avec, à la clé, des droits supplémentaires que les autorités ont fini par leur octroyer.

5 Propos repris dans J.-M. Varaut, La prison, pour quoi faire ?, Paris, Broché, 1972, p. 58. C’est à Jean Foyer que l’on doit également la formule, livrée en 1964 : « Tous les agents de cette administration pénitentiaire doivent être dans une véritable angoisse de l’évasion ».

6 Le Petit Larousse, éd. 2008, v° Révolte, p. 889.

7 Cette réforme, de par son ampleur, ne sera pas développée.

8 Comme le suggère M. Boucher, la prison, dans ces années 70, devient-elle « un enjeu de la vie politique et médiatique déterminant ? », La nuit carcérale. Souffrir et éviter la souffrance en prison, le cas français (1944-1981), Lille, TheBookEdition, 2011, p. 359.

9 Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, Mémoire de DEA, Droit et Justice, Université Lille 2, 2003, p. 12.

10 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 61. « Sans doute – ajoute l’auteur – les slogans soixante-huitards » (« soyez raisonnables », « prenez vos désirs pour des réalités », « jouissez sans entraves », « il est interdit d’interdire ») inspirent aux détenus « au mieux une certaine perplexité, au pire une franche hostilité », ibid., p. 63. Il est utile de rappeler qu’à cette époque « les prisonniers n’avaient pas accès aux médias ».

11 En 1970, la France compte un peu plus de 29 000 personnes détenues.

12 Cette publication, dirigée au départ par Jean-Pierre Le Dantec et Michel Le Bris, est reprise en main par Jean-Paul Sartre au lendemain de l’arrestation et de la condamnation des deux journalistes au printemps 1970. La Gauche Prolétarienne fut dissoute en mai 1970 à l’initiative de Raymond Marcellin, ministre de l’Intérieur.

13 Sur le sujet, on renverra à la volumineuse étude de notre ami Jean-Claude Vimont – à qui nous dédions cette contribution – « Les emprisonnements des maoïstes et la détention politique en France (1970-1971) », Criminocorpus [en ligne], Justice et détention politique, mis en ligne le 6 oct. 2015 : https://journals.openedition.org/criminocorpus/3044. Au total, ce sont près de 200 maoïstes qui sont incarcérés à cette époque.

14 Ce régime se traduit par une absence de placement à l’isolement, le droit de consulter la presse et de détenir un poste de radio, pas d’obligation au travail, des parloirs quotidiens sans dispositif de séparation, la mise à disposition d’un local commun ainsi, entre autres, qu’un regroupement des maoïstes à la prison de la Santé à Paris.

15 G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 44.

16 La remarque émane du procureur de la République lors du procès de Pierre Vidal-Naquet et de son épouse, en mai 1970, J.-C. Vimont, « Les emprisonnements des maoïstes et la détention politique en France (1970-1971) », op. cit., p. 5.

17 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 12.

18 Le 8 février 1971, le garde des Sceaux René Pleven avait en effet rendu publique la formation d’une commission chargée de se pencher sur le « régime pénitentiaire spécial ».

19 P. Artières, L. Quéro, M. Zancarini-Fournel (dir.), Le Groupe d’information sur les prisons : archives d’une lutte (1970-1972), Paris, IMEC, 2003.

20 M. Foucault, Luttes autour des prisons (1979), dans Dits et écrits (1954-1988), t. III (1976-1979), Paris, Gallimard, 1994, texte n° 273, p. 806.

21 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 42. « Plus encore qu’aujourd’hui » conclut l’auteur, cette parole « était, au cours des années 1970, invalidée d’emblée par le discrédit jeté sur la population carcérale ».

22 Parmi ceux-ci, on relèvera cet écrit qui fait mouche dans l’esprit de la classe politique : « Qui vole un pain va en prison, qui vole un million va au Palais Bourbon », ibid., p. 101.

23 Est ainsi édité, en 1971, une Enquête dans vingt prisons. En tout, le GIP publiera quatre brochures.

24 P. Artières et alii, Le Groupe d’information sur les prisons, op. cit., p. 52.

25 Dans ce pays, « un mouvement de soutien s’organise au dehors par le KRUM (Association nationale pour l’humanisation du régime pénitentiaire) », ce qui permet qu’au « sein des prisons, des délégués des détenus » puissent « négocier avec les autorités et le personnel pénitentiaire ». Il est à noter que « lorsque les mutineries de la fin d’année 1971 éclatent en France, les détenus suédois ont envoyé des messages de soutien aux détenus français », G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 9.

26 À la centrale Ney de Toul, et sur la foi du témoignage du docteur Édith Rose, psychiatre dans cet établissement, « les détenus jugés arbitrairement turbulents par un surveillant ou le directeur – le dénommé Galiana – restent attachés pieds et poings liés sur des lits de contention », après avis du médecin « a posteriori » et pour une période qui peut s’étendre à dix jours, ibid., p. 25.

27 Sur ces mutineries de la centrale Ney de Toul et celle de la maison d’arrêt Charles III de Nancy, on renverra au très beau film de Nicolas Drolc, Sur les toits, 2013.

28 Pour une chronologie de ces évènements comme de ceux de l’année 1974, on renverra à l’ouvrage de P. Artières et alii, Le Groupe d’information sur les prisons, op. cit.

29 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 117. « Les pompiers, ajoute l’auteur, sont priés d’introduire dans leurs lances de l’acide sulfurique ».

30 Propos rapportés par M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 229.

31 La circulaire du garde des Sceaux faisait suite à l’agression d’un surveillant à la prison Saint-Paul de Lyon le 27 juillet 1971. Le détenu avait porté les coups grâce à des armes transmises dans un colis de livres. Au lendemain de la mort de l’agent pénitentiaire, quelques jours plus tard, les syndicats se firent entendre auprès de la Chancellerie. La suppression des colis de Noël qui s’ensuivit fut assouplie pour les mineurs et les femmes.

32 Pour cet homme qui revendique ses positions anarchistes et qui se considère comme « la conséquence d’un système », « la révolte est saine et logique », S. Livrozet, De la prison à la révolte, Mercure de France, Paris, 1999, p. 164 et 166.

33 Propos rapportés par G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 41 et 45.

34 « Foucault ne croit pas aux réformes pénitentiaires. Il est bien placé pour savoir qu’elles ont échoué tout au long des XIXe et XXe siècles. Aussi le GIP ne propose aucune réforme et « ne rêve pas d’une prison idéale », qu’il ne croit pas possible », A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 102.

35 Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 12.

36 Propos rapportés par M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 372.

37 Le garde des Sceaux de Georges Pompidou faisait ici référence aux évènements de la fin d’année 1971, et surtout aux épisodes qui, comme celui de la centrale de Clairvaux, s’étaient soldés par le décès de surveillants, ibid., p. 180.

38 Il fut à la tête de cette administration de 1961 à 1964. À l’époque de la commission, il occupe les fonctions d’avocat général à la Cour de cassation. La commission est composée d’une juge de l’application des peines et de deux aumôniers de prison.

39 Déclaration à l’Agence d’Illustration pour la Presse (AGIP), 10 janvier 1972.

40 P. Artières et alii, Le Groupe d’information sur les prisons, op. cit., p. 161.

41 Y. Leu, « Les mutineries de l’été 1974 et la réforme de 1975 », dans C. Carlier (dir.), Histoire des prisons de Loos, DISP Lille, Lille, 2006, p. 149.

42 Propos rapportés par M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 180.

43 L’article est intitulé : « Le suicide, ultime expression du détenu ». À la fin de l’année 1972 et au début de l’année 1973, Le Monde ainsi que France Soir consacreront également plusieurs articles à ce thème.

44 G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 87.

45 M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 371.

46 Id.

47 G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 91.

48 Supra, note 41.

49 La direction de l’administration pénitentiaire n’avait pas échappé à des membres du corps préfectoral depuis l’année 1964.

50 Ce discours « semble toucher les nouveaux membres de l’administration centrale qui affichent parfois une analyse sévère de leurs collaborateurs sur le terrain en évoquant une refonte de la prison vers la réinsertion sociale », M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 157.

51 La formule émane du directeur de l’administration pénitentiaire Maurice Le Corno, Le Monde, 18 janvier 1972.

52 Propos repris par G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 91.

53 Dans son étude, A. Guérin signale encore que « 50 % des établissements échappèrent à la vague et près de 60 % des établissements touchés n’eurent à déplorer aucun désordre profond ». Quant au nombre de mutineries, il s’élève à 9 selon l’administration pénitentiaire, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 147.

54 La Voix du Nord, 26 août 1974.

55 Ces assauts se solderont par la mort de 7 personnes détenues. Michel Poniatowski, ministre de l’Intérieur du président Giscard d’Estaing, avait donné des consignes de grande fermeté et rappelé l’importance « de préserver les citoyens à l’extérieur des prisons », Nord Eclair, 2 août 1974.

56 La Voix du Nord, 2 août 1974.

57 À ce titre, on peut relever l’initiative d’un substitut du TGI de Lille, un certain Monsieur Menez qui, en charge de l’exécution des peines, rallie la maison centrale de Loos « avec l’intention d’entamer le dialogue avec les détenus et les calmer ». L’intervention « musclée d’un CRS » et l’attitude d’un « commissaire de police qui lui demande de quitter les lieux » ne lui permet d’aller au bout de sa démarche, G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 77.

58 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 190. En certains lieux, les pétitions élaborées par le personnel de surveillance ont même été signées par les personnes détenues.

59 Ibid., p. 141. Même le chef de cabinet de Pleven, ajoute l’auteur, « reconnaît qu’un fossé sépare les textes de leur mise en application et que du temps est nécessaire » (p. 142).

60 Ibid., p. 149.

61 G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 85.

62 M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 386.

63 L’expression émane d’A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 201.

64 M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 157.

65 L’idée, « approuvée en plus haut lieu » par « le porte-parole de M. Poniatowski, ministre de l’Intérieur », était « d’ouvrir la centrale de Loos au public afin que celui-ci se rende compte des dégâts commis par les prisonniers », G. Paolucci, Les mutineries de 1971 et 1974 dans les prisons françaises, op. cit., p. 72.

66 Ibid., p. 89.

67 Nord Éclair, 6 août 1974.

68 Citons parmi ces décisions l’amélioration des conditions de travail, la disparition des fameuses « cages à poules », la fréquence accrue des parloirs, le droit de se marier en détention, l’utilisation du transistor ou encore l’abandon du costume pénal.

69 H. Dorlhac de Borne, Changer la prison, Paris, Plon, 1984, p. 106.

70 Cette réforme dite Lecanuet « repose sur trois textes fondamentaux : la circulaire du 23 août 1974, portant application de la réforme pénale et pénitentiaire, le décret du 23 mai 1975 (qui créé notamment les Quartiers de Sécurité Renforcée, appelés plus tard les QHS) et sa circulaire d’application du 26 mai 1975 », P. Pédron et J.-P. Duroché, Droit pénitentiaire, Paris, Vuibert, 2011, p. 43.

71 A. Guérin, Prisonniers en révolte, op. cit., p. 211 s.

72 Propos rapportés par M. Boucher, La nuit carcérale, op. cit., p. 182.

73 P. Artières et alii, Le Groupe d’information sur les prisons, op. cit., p. 43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Derasse, « De l’ombre à la lumière : les révoltes pénitentiaires dans la France des années 1970 », Criminocorpus [En ligne], L’administration pénitentiaire, 1945, 1975, 2015. Naissance des réformes, problématiques, actualité, Partie 1- La réforme pénitentiaire de 1945 : l’amendement du condamné, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6256

Haut de page

Auteur

Nicolas Derasse

Maître de conférences en histoire du droit, Centre d’histoire judiciaire, Université Lille 2.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page