Navigation – Plan du site
Partie 1- La réforme pénitentiaire de 1945 : l’amendement du condamné

Ce que la guerre fait aux prisons. L’impact de la guerre d’indépendance algérienne sur les prisons de métropole

Fanny Layani

Texte intégral

  • 1 J. Rovan, Mémoires d'un Français qui se souvient d'avoir été Allemand, Paris, Seuil, 1999, p. 404 s (...)

« La présence de près de dix mille Algériens dans nos prisons, un tiers de la population carcérale, et qui s’y trouvaient presque tous comme militants ou complices du FLN, soulevait des problèmes considérables car ces détenus se considéraient comme des prisonniers de guerre, alors qu'aux yeux des autorités françaises, ils étaient coupables de délits ou de crimes de droit commun : voleurs, agresseurs, tueurs… […] Leur reconnaître la qualité de prisonniers politiques revenait donc à reconnaître le caractère politique de leur combat. On se rapprocherait ainsi d’une reconnaissance, sinon de belligérance, au moins d'une révolte à caractère national, d’une “résistance”1. » Dans son autobiographie, Joseph Rovan, conseiller technique chargé de mission auprès d’Edmond Michelet, ministre de la Justice du 8 janvier 1959 au 23 août 1961, résume tout le problème que pose, durant la guerre d’Algérie, l’incarcération massive des militants de l’indépendance algérienne dans les prisons de métropole.

Située en bout de chaîne du dispositif policier et judiciaire de répression, l’administration pénitentiaire est non seulement confrontée à un afflux massif de détenus arrêtés en métropole, mais encore, elle doit faire office de déversoir pour le trop-plein des prisons algériennes. Dans un double mouvement de submersion, la question carcérale déborde les murs de la prison pour devenir un sujet de débat jusqu’au plus haut sommet de l’État, tandis que la guerre s’invite en détention, obligeant l’administration pénitentiaire tout comme les organisations de lutte algériennes à s’adapter. En quelques années, le monde des prisons passe ainsi de la volonté réformatrice d’après-guerre, marquée par la réforme Amor (1945) à une inflexion disciplinaire marquée, qui se poursuit durant toutes les années 1960 et n’est sans doute pas étrangère aux émeutes carcérales des premières années 1970. Comment ce glissement s’opère-t-il ? Quel rôle la question de la détention politique joue-t-elle dans ces transformations ? Quelles en sont les conséquences ?

Des prisons qui sont à la fois l’un des territoires d’aboutissement des politiques de répression et un outil permettant de mettre hors-circuit ceux que la police et la justice, militaire comme civile, considèrent comme potentiellement dangereux

Une émergence progressive suivie d’une gestion difficile du problème algérien en prison

  • 2 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1955.
  • 3 Cette difficulté à repérer les militants de l’indépendance algérienne dans les archives est valable (...)

1La prise de conscience, par l’administration pénitentiaire, de l’émergence en détention du problème algérien, se fait aussi progressivement que tardivement. Pour autant, l’incarcération de militants nationalistes algériens n’est pas un phénomène nouveau, apparu après l’éclatement du conflit. Il remonte même, au moins, à l’entre-deux-guerres, puisqu’en 1937 déjà, les dirigeants du Parti du Peuple Algérien, au premier rang desquels Messali Hadj, avaient été condamnés à 2 ans de prison, sur le territoire algérien. Par ailleurs, la pratique usuelle de l’administration pénitentiaire, jusqu’en 1954, est de transférer en Algérie les Français Musulmans condamnés en métropole, que ce soit pour menées « anti-françaises »2 ou pour des faits relevant du droit commun. Les Algériens détenus pour des faits politiques – qui ne sont pas alors reconnus comme tels par l’administration, ce qui rend problématique leur repérage dans les archives3 – sont d’ailleurs alors encore très minoritaires, du moins dans les prisons de métropole. En 1953, on compte en tout et pour tout 54 « Nord-Africains séparatistes », répartis dans une vingtaine de lieux de détention différents. Pour les uns comme pour les autres, l’administration pénitentiaire poursuit un même but : celui de les libérer, en fin de peine, sur le sol algérien, car une interdiction de territoire métropolitain est usuellement ajoutée à leur condamnation. En témoigne le sens des transferts cette année-là : pour 14 détenus transférés d’Algérie vers la métropole, 529 font le trajet inverse. Ainsi, si l'incarcération d'Algériens pour des motifs politiques n'est pas une nouveauté au début du conflit, celle-ci se faisait selon des modalités différentes, sur le sol algérien, et relevait d'une tutelle administrative différente (si les prisons de métropole relèvent du ministère de la Justice, les prisons d’Algérie sont, elles, placées sous l’autorité du Gouvernement général).

2Par ailleurs, alors que le nombre de détenus baisse de façon continue dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, suivant le rythme des amnisties et libérations des personnes incarcérées pour faits de collaboration ou crimes de guerre (ils ne représentent ainsi plus que 2,2% de l’ensemble des détenus de France métropolitaine au 1er janvier 1955, année au cours de laquelle les criminels de guerre allemand incarcérés à la prison de Loos sont libérés, avant d’être immédiatement expulsés vers l’Allemagne), le conflit algérien amorce une inversion de courbe. Leur effectif est multiplié par six entre 1956 et 1961, acmé du processus. Cela s’explique par des arrestations et des inculpations plus nombreuses, liées à l’état d’urgence (1955) puis aux pouvoirs spéciaux (1956 pour l’Algérie, juillet 1957 pour la métropole).

  • 4 Emmanuel Blanchard évoque le chiffre de 67 000 Algériens raflés et conduits au centre d’identificat (...)

3Les transferts de détenus vers les prisons algériennes ne suffisent plus à résorber la surpopulation carcérale et le problème devient criant à partir de 1957/1958, où l’on assiste à une véritable explosion des chiffres. Les Algériens identifiés comme détenus politiques par l'Administration pénitentiaire représentaient 15% du total des détenus de métropole au 1er janvier 1957. Ils sont 25% au 1er janvier 1958, sur l’ensemble du territoire métropolitain, mais un changement d’échelle permet de constater une très forte concentration dans quelques régions pénitentiaires : leur nombre augmente ainsi de 91% dans la région de Paris, 93% dans celle de Marseille, 144% dans celle de Lyon et surtout, 295% dans la région de Lille. Aux arrestations devenues très nombreuses en métropole4 s’ajoutent des transferts massifs et réguliers, cette fois effectués depuis l’Algérie, où les prisons sont totalement engorgées.

4Devant cette saturation des lieux de détention, l’Administration pénitentiaire se voit dans l’obligation de modifier, par des transferts quasi-permanents, la répartition des détenus. Elle met pour cela à profit le changement de statut judiciaire des prisonniers et le nécessaire changement de lieu de détention qui l’accompagne : lorsqu’ils sont définitivement condamnés, les détenus quittent les maisons d’arrêt surpeuplées et sont transférés en maison centrale. Ce procédé, ordinaire, permet cependant une spécialisation de certaines centrales, qui deviennent de fait des prisons algériennes. C’est ainsi le cas de Loos (à Lille) ou de Châlons-sur-Marne, qui servent de délestage aux maisons d’arrêt de région parisienne, lyonnaise ou marseillaise. Ce basculement des détenus des maisons d’arrêt vers les centrales s’effectue progressivement à partir de 1958 et, à compter de 1961, les détenus algériens identifiés comme politiques sont plus nombreux en centrale qu’en maison d’arrêt. L’administration pénitentiaire, au même titre que les autres acteurs de la répression, n’envisage donc pas la situation comme temporaire (comme c’est, en principe, le cas d’une guerre) mais comme durable : se situant dans une simple perspective de maintien de l’ordre public, elle suppose que ces détenus ne sortiront qu’en fin de peine soit, pour certains, à la fin des années 1970 ou au début des années 1980.

  • 5 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1962.
  • 6 Note de service du 30 mars 1962, citée dans le Rapport général pour l’exercice 1962.
  • 7 Journal officiel de la République française, 15 avril 1962.

5Les détenus encore incarcérés au moment des accords d’Évian, qu’ils soient prévenus ou condamnés, font l’objet de mesures d’amnistie permettant leur libération rapide. Les dispositions gouvernementales relatives à l’Algérie, rendues publiques le 19 mars 1962, stipulent que les Algériens internés seront libérés dans un délai de 20 jours maximum, et que les détenus seront libérés après proclamation d’une amnistie générale des faits les concernant. Ces mesures se traduisent par une série de textes émanant du ministère de la Justice : le décret n° 62-327 du 22 mars 19622 concerne les détenus incarcérés pour des faits commis sur le sol algérien. Pour les faits commis sur le sol métropolitain, plusieurs textes interviennent cette fois. Le 27 mars 1962 est décidée une remise entière de peine pour les condamnés dont la peine est inférieure ou égale à vingt ans et n’ayant pas été reconnus coupables de crimes de sang5. De même, instruction est donnée aux parquets civils et militaires de mettre « rapidement » en liberté provisoire les prévenus dont l’affaire ne concerne pas, là encore, de crime de sang6. Le 14 avril 1962, l’ordonnance n° 62-4277 étend ensuite l’amnistie à tous les détenus, prévenus comme condamnés, incarcérés pour des faits commis en métropole.

  • 8 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1962.

6Dans les faits, les remises en liberté des différentes catégories de détenu se font selon des modalités diverses, et l’administration pénitentiaire se plaint des « sérieuses difficultés » rencontrées « pour procéder dans des conditions satisfaisantes » aux libérations8. Dans un premier temps, les condamnés à mort ainsi que ceux relevant des peines les plus lourdes (dans le principe, car l’application des directives semble avoir été variable) sont transférés vers l’Algérie, parfois après avoir rassemblés quelques semaines dans les camps de Rivesaltes ou Vadenay, administrés par l’armée. Les autres détenus, auxquels étaient reprochés des faits moins graves et justifiant d’attaches familiales ou professionnelles en France, sont libérés en métropole. Au cours de cette première vague de libération, 2 712 détenus sont élargis (2 176 en métropole et 536 en Algérie). Suite à l’ordonnance du 14 avril 1962, 2 739 détenus sont à leur tour libérés (797 en métropole contre 1942 en Algérie, après transfert là encore). Le 18 mai, il ne reste plus de détenus algériens de catégorie A dans les prisons. Leurs soutiens métropolitains doivent souvent attendre quelques mois supplémentaires avant d’être libérés.

  • 9 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1962.

7Pourtant, paradoxalement, cette libération d’un sixième environ des détenus de métropole ne permet pas une réelle baisse de la population pénitentiaire. D’une part, l’augmentation du nombre des détenus de droit commun est assez sensible, et parmi eux, le nombre des Algériens semble inquiéter singulièrement l’administration pénitentiaire, qui y voit « un accroissement assez inquiétant de la délinquance nord-africaine9 » – on peut être tenté d’y lire une plus grande répression de la criminalité d’origine algérienne, la guerre ayant fait d’eux des « classes dangereuses » identifiées comme telles par la police comme par le système judiciaire. De fait, les Algériens sont encore 22% à la Santé et 10% dans les prisons centrales. D’autre part, les détenus algériens libérés sont, en partie, « remplacés » dans les prisons par les membres de l’OAS (1688 au 1er janvier 1963).

Une définition progressive de la catégorie politique

8La question des effectifs n’est pas la seule difficulté que posent les détenus politiques algériens à l’administration pénitentiaire. Certains d’entre eux lui semblent en effet particulièrement gênants, car il s’avère rapidement qu’elle ne peut leur réserver un traitement ordinaire. Les dirigeants de la Fédération de France du FLN, incarcérés à partir du printemps 1955 furent bientôt suivis par certains des principaux dirigeants du parti lui-même, dont l’avion avait été détourné en octobre 1956. Dans un premier temps, ils sont détenus à la Santé, puis à l’infirmerie annexe de la prison de Fresnes (et non dans les bâtiments ordinaires de la détention, où les autres détenus algériens s’entassent à trois par cellule), avant d’être pour certains éloignés à Turquant puis à l’Île d’Aix. Refusant d’emblée d’être traités comme des détenus de droit commun, ils revendiquent que leur soit reconnu un statut de prisonnier politique. Suite à un mouvement de grève de la faim, alors qu’ils sont encore à la Santé, François Mitterrand accepte de reconnaître à ces dirigeants un régime spécial le 2 avril 1957, comprenant notamment des droits de visites étendus, marquant ainsi une nette différence avec les autres détenus algériens, qui restent soumis au régime du droit commun. Cette première étape marque un début de reconnaissance d’une certaine spécificité des détenus algériens, mais elle reste limitée à un nombre réduit de détenus, aux responsabilités politiques les plus lourdes.

9Ce régime de détention, dit « régime A » est, en partie, généralisé à l’ensemble des détenus politiques algériens – sans que l’administration pénitentiaire n’utilise officiellement le terme, qui peut cependant apparaitre occasionnellement dans les documents émanant des archives des prisons elles-mêmes – suite à deux longues et difficiles grèves de la faim observées par la très grande majorité des détenus FLN de France (12 jours en juin 1959 puis 18 jours en juillet). Il est défini par deux textes : une note de service du 4 août 1959, complétée et précisée par une circulaire du 19 novembre 1961, émise suite à une troisième grève de la faim longue et massivement suivie.

  • 10 Comme en témoignent les quelques photos prises en détention, où l’on voit les détenus algériens fré (...)

10Le régime A permet aux détenus, prévenus ou condamnés, « Français Musulmans d’Algérie » ou métropolitains, de s’abonner à 3 quotidiens (sauf Libération et L’Humanité), de recevoir des colis spécifiques de la Croix Rouge, de suivre des cours, y compris dispensés par d’autres détenus politiques, et de prier en commun. Ils ne sont pas soumis au travail et leurs droits en matière de correspondance sont étendus. Enfin, ils peuvent posséder, en cellule, une série d’objets, parmi lesquels un réchaud à alcool solidifié, crucial pour le cantinage, un transistor ou un rasoir électrique (les détenus politiques portent une attention scrupuleuse à leur apparence physique10, afin de se distinguer le plus nettement possible des détenus de droit commun — ainsi, ils ne sont pas soumis au port du costume pénitentiaire, portent souvent le veston, lorsqu’ils en ont un, et réclament que leur soit autorisé celui de la cravate).

11Cependant, l’application de ce régime, trop different du droit commun, pose de nombreuses difficultés pratiques et matérielles à l’administration pénitentiaire. Elle se voit ainsi contrainte de réserver aux détenus qui en bénéficient des locaux spécifiques dans les prisons. Dans certaines prisons disposant de vastes locaux, cela pose peu de difficultés (les détenus FLN occupent ainsi l’intégralité de la deuxième division du grand quartier de Fresnes, et la spécificité de l’organisation de leur détention en matière d’ouverture des portes ou de mouvements ne désorganise pas le travail de surveillance des détenus de droit commun). En revanche, dans le cas d’anciennes prisons où subsiste une détention collective avec dortoirs et chauffoirs, comme à Aix-en-Provence, ou lorsque les locaux sont exigus, la situation devient rapidement problématique. C’est sans doute l’un des principaux facteurs explicatifs de la « spécialisation » de certaines prisons dans la détention des Algériens évoquée plus haut.

  • 11 Cette représentation théâtrale choque profondément Jean Fraissinet (député de la deuxième circonscr (...)
  • 12 France, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD13), 137W 562.

12Une étude plus fine, prison par prison, montre que l’administration pénitentiaire fait avant tout preuve de pragmatisme et d’adaptation au contexte dans la manière dont elle administre et contrôle les détenus politiques algériens. Là où le groupe de détenus est nombreux et puissamment structuré par le FLN, qui instaure une organisation hiérarchique et autoritaire sous la forme d’un « comité de détention » dont les membres sont nommés depuis l’extérieur par les instances dirigeantes du parti, la direction des prisons leur laisse une certaine autonomie et cède sur un certain nombre de points. Ainsi, à Fresnes, à la Santé ou à la Petite Roquette, les détenus politiques algériens obtiennent-ils un temps d’ouverture des portes bien supérieur à celui des détenus de droit commun. Cela va même parfois jusqu’à une certaine forme d’autogestion des détenus. Aux Baumettes, en juin 1961, à l’occasion de la fête de l’Achoura, une représentation théâtrale organisée par le FLN et tournant en ridicule l’armée française tout en dénonçant ses violences, réunit plusieurs centaines de détenus dans grande salle de la prison. Au-dessus de la scène trône une grande banderole, où figurent les inscription GPRA et FLN11. Cet épisode permet de mesurer à quel point le FLN, à la fin du conflit, a obtenu suffisamment d’assise et de force dans les détentions les plus importantes, pour y agir très librement. Des photos furent prises de cet épisode, à l’aide d’un appareil introduit clandestinement dans la prison. L’appareil ainsi que la pellicule qu’il contenait furent ensuite récupérés par un surveillant, qui les transmit à la direction de la prison, sans qu’aucun détenu ne fasse l’objet d’une sanction : là encore, le pragmatisme l’emporte, l’objectif restant d’assurer le calme en détention12.

L’importation de la guerre en détention : des années de tension et de violence

Le conflit algéro-algérien en détention

  • 13 E. Blanchard, La Police parisienne et les Algériens (1944-1962), op. cit., p. 315.
  • 14 Archives nationales de France (AnF), 19970394-07 et 19970394-08.

13En métropole, la violence des Algériens est avant tout une violence interne, dans le cadre du sanglant conflit opposant FLN et MNA : Emmanuel Blanchard évoque le chiffre de 4 000 morts environ, et 12 000 blessés (contre « 177 « civils métropolitains » et une soixantaine de policiers et gendarmes [qui] décédèrent des suites d’attentats nationalistes, qu’ils en aient été la cible directe ou non »)13. Ce conflit se retrouve très vite à l’intérieur des prisons. Une enquête de janvier 196214, couvrant l’intégralité des 130 lieux de détention du territoire métropolitain, permet de mesurer l’effectif des deux organisations en détention. Pour 4 875 détenus du FLN présents en prison à cette date, on ne retrouve que 508 détenus du MNA, soit un rapport de près de 1 à 10. Cette disproportion recoupe la chute des effectifs de l’organisation messaliste à l’extérieur, et des chiffres antérieurs auraient été un peu plus équilibrés (en 1958 à Fresnes, les détenus FLN occupent l’ensemble de la deuxième division du grand quartier, tandis que les détenus MNA occupent entre la moitié et les deux-tiers de la troisième division).

  • 15 France, Créteil, Archives départementales du Val-de-Marne (AD94), Dossier « circulaires ministériel (...)
  • 16 Dossier « Fresnes », AnF, 19960279-55.

14La cohabitation des deux organisations en détention est difficile et pose de multiples problèmes à l’administration pénitentiaire. Dès lors qu’une concession, fût-elle minime, est faite à l’un des deux groupes, l’autre cherche à en obtenir une plus grande. Mais les années 1957 et 1958 sont surtout émaillées de violences : ainsi, le 16 août 1957 à Fresnes, une violente rixe oppose détenus FLN et MNA, d’une intensité telle qu’elle fait l’objet d’échanges entre la direction de la prison et la direction de l’administration pénitentiaire15. Début 1958 encore, une violente échauffourée a lieu dans la même prison16. Déclenchée au moment de la remontée des promenades, elle oppose deux groupes d’environ cinquante détenus. Après des échanges d’insultes, les détenus en viennent aux mains. Les portes des accès aux gaines électriques servent de projectiles, et des portes de cellules sont enfoncées, mêlant des détenus supplémentaires à la bataille. Deux pelotons de gendarmes mobiles (postés en permanence à Fresnes) doivent intervenir pour rétablir l’ordre. Le bilan est d’un surveillant blessé, un gendarme mobile mordu au doigt, cinq détenus nord-africains blessés « par des coreligionnaires à la tête ou au visage », dont l’un s’en tirant avec une fracture « légère » du crâne. Tous les blessés interrogés, quelle que soit l’organisation à laquelle ils appartiennent, « prétendent ignorer le nom de leurs agresseurs », ce qui empêche la direction de la prison de prendre les sanctions qu’elle estime nécessaires. Ainsi, il semble que les détenus algériens dans leur ensemble aient fait dans cette affaire preuve d’une certaine solidarité face à l’institution carcérale française, malgré les rivalités profondes qui les opposent.

15Début janvier 1958, l’administration pénitentiaire décide d’une séparation nette des deux organisations en détention. À Fresnes, les détenus MNA sont rassemblés en troisième division tandis que ceux du FLN se voient affectés à la deuxième division, mais des violences persistent dès que les deux groupes sont mis en présence (notamment lors d’extractions vers le palais de Justice). Dans les prisons où les locaux ne permettent pas une séparation stricte, les mouvements sont réorganisés afin que les deux organisations ne se croisent jamais, ce qui fait peser une forte sujétion sur l’organisation de la prison et son personnel, venant s’ajouter à la nécessité de séparer politiques et droit commun.

  • 17 Motion intersyndicale non datée mais postérieure au 27 juin 1961 des personnels de surveillance de (...)
  • 18 Dossier « F64, établissements de détention des détenus nord-africains », AnF, 19960136-56.

16Si, dans les faits, le nombre d’incidents graves opposant les deux groupes diminuent à partir de 1958, l’impression de danger qu’ils font peser sur les prisons persiste, voire s’aggrave, et des faits spectaculaires viennent faire office de biais de confirmation : à plusieurs reprises, des armes sont trouvées en détention (à Fresnes en 1961, deux détenus tentent même une évasion à main armée17), et le 5 novembre 1961, trois surveillants sont tués lors d’une évasion à Chambéry. De plus, les surveillants sont parfois soumis à de réelles pressions à l’extérieur des prisons : des menaces claires et explicites sont formulées à l’encontre de surveillants de Fresnes, confirmées par une série de consignes du FLN allant en ce sens, saisies lors d’une perquisition en 195818.

  • 19 Dossier « Catégorie A, divers docs, 1958 », AD94, 564W 21.

17Enfin, il ne faut pas négliger les violences internes à chaque groupe de détenus. Rares (ou peu documentées par les archives ?) au sein du MNA, elles sont plus fréquentes dans le cas du FLN. Là encore, le cas de Fresnes est le plus parlant : à chaque grève de la faim, des détenus écrivent à la direction de la prison pour faire état des pressions qu’ils subissent de la part du comité de détention, et signaler qu’ils sont obligés de suivre cette grève, craignant pour leur sécurité19.

Des détenus inconnus et qui font peur

18La prise de conscience par l’administration pénitentiaire de la spécificité des détenus politiques algériens est en réalité très progressive, et se mesure par la terminologie très lentement affinée qu’elle utilise pour les désigner. Jusqu’en 1955, l’administration pénitentiaire ne connait que la catégorie indifférenciée de « nord-africains », sans distinguer les Algériens des détenus issus des protectorats. Puis, émergent conjointement courant 1956, après les indépendances de la Tunisie et du Maroc et à mesure qu’elle prend conscience de la nature politique du conflit, les termes de FMA (Français musulmans d’Algérie – le F disparaissant d’ailleurs à de fréquentes occasions) ou « détenus musulmans nord-africains » ou plus tard encore (1958) « originaires d’Afrique du Nord ».

  • 20 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1956.

19À partir de 1956, l’administration pénitentiaire commence à isoler les politiques algériens comme une catégorie spécifique dans ses dénombrements, ce qui prouve une certaine prise de conscience, corroborée par le fait qu’elle les place, la même année, dans la catégorie des détenus particulièrement signalés. Cette catégorie regroupe une série de détenus répondant à des profils bien différents : ceux qu’il faut protéger car mineurs ou très âgés, infirmes, malades chroniques ou femmes enceintes, mais aussi des détenus posant un problème dans le quotidien de la prison car dangereux, querelleurs, ayant commis des agressions sur le personnel ou sur leur codétenus, grévistes de la faim. Enfin, figurent aussi dans cette catégorie les étrangers et les « gens de couleur »20. Les Algériens se trouvent ainsi au croisement de deux catégories, les éléments dangereux et les éléments étrangers, bien qu’ils soient de nationalité française.

  • 21 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1958.

En 1958 enfin, l’administration pénitentiaire demande à ce que les « Nord africains » soient séparés des « Européens »21. Contrairement à la séparation entre politiques et droit commun, rendue nécessaire par des questions pratiques et organisationnelles, et contrairement à la séparation entre FLN et MNA, impérative pour assurer la sécurité des détenus comme des surveillants, cette demande de séparation ne repose pas sur un besoin matériel, ni sur une distinction juridique et ne peut donc relever que d’une essentialisation différencialiste des Algériens.

  • 22 À ce sujet, voir E. Blanchard, La Police parisienne et les Algériens (1944-1962), op. cit.
  • 23 J.-C. Froment, La République des surveillants de prison. Ambiguïtés et paradoxes d’une politique pé (...)

De fait, les détenus algériens restent mystérieux aux yeux des acteurs de l’administration pénitentiaire. La méfiance et parfois la crainte qu’ils éprouvent vis-à-vis des détenus politiques algériens ne sont pas seulement issues des tensions et de la situation parfois difficile à l’intérieur des prisons. On peut également y voir la percolation d’un autre type de discours tenu sur les militants algériens de l’indépendance. En effet, on trouve dans les archives de l’administration pénitentiaire une série de rapports émanant de la préfecture de police de Paris, ou de « blancs » des Renseignements généraux. Tous décrivent les Algériens comme dangereux22 et contribuent sans doute à la manière dont l’administration pénitentiaire se les représente. De plus, les transferts de personnel entre le Maghreb colonial et la métropole sont incessants : la presse syndicale, Le Réveil pénitentiaire notamment, regorge de demandes de permutation de poste entre l’Algérie et la métropole, transferts de personnels auxquels s’ajoute la réintégration des surveillants venus de Tunisie (117 agents dont 83 surveillants) et du Maroc (300 agents dont 260 surveillants23) après l’indépendance des deux protectorats. Ces transferts vont d’ailleurs jusqu’au plus haut de la hiérarchie pénitentiaire puisque Robert Schmelck, directeur de l’Administration Pénitentiaire à compter du 6 novembre 1961, est un ancien procureur d’Alger. Toutefois, si le regard porté sur les Algériens en détention en métropole se teinte peu à peu des différents attributs que leur appose le discours colonial, on peut difficilement conclure à un transfert de pratiques du côté des personnels pénitentiaires.

  • 24 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1957.
  • 25 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1958.
  • 26 Rapport d’enquête résultant de la visite du procureur de la République et du juge d’application des (...)

Ces détenus sont également objet de fantasmes autant que de condescendance, et ce sentiment d’altérité semble lié à une « nature » particulière24 et poser « de graves problèmes ». En 1958, on les dit « agités » et « turbulents » « comme tous ceux de leur race », des « êtres primitifs » qui jeûnent durant le mois de Ramadan25. La tonalité générale de l’enquête de janvier 1962 n’est pas bien différente : les détenus algériens y sont présentés comme fainéants, sans pudeur, faisant leurs besoins devant les autres détenus (les prisons faisant régulièrement retirer les installations de fortune destinées, dans des cellules doublées ou triplées, à préserver un semblant d’intimité, au moins sur le plan visuel) et se contentant très bien d’une prison très inconfortable, dans laquelle ils « bénéficient » d’un « niveau de vie qu’ils n’ont jamais connu en France, encore bien moins en Algérie26. Ils sont également réputés sales et frustes, faisant la preuve d’un comportement tribal marqué par l’archaïsme, la querelle, la vantardise et le marchandage.

  • 27 Rapport du directeur des prisons de Fresnes au cabinet du directeur de l’administration pénitentiai (...)
  • 28 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1957.

Mais surtout, ces détenus inquiètent fortement : le directeur de la prison de Fresnes, surestimant sans doute les capacités opérationnelles réelles d’un FLN alors très divisé – et plus encore d’un MNA moribond en région parisienne – fait état, en 1961, de la possibilité d’une « tentative de sortie en force par toute la population catégorie “A” sur un mot d’ordre venant de l’extérieur27 ». Et en 1957, la direction de l’administration pénitentiaire travaillait « l’hypothèse d’une attaque de l’extérieur28 ». De même, les archives départementales des Bouches-du-Rhône permettent de mesurer que la construction d’une ligne téléphonique directe avec le commissariat est une véritable obsession pour le directeur de la maison d’arrêt d’Aix-en-Provence.

  • 29 AnF, 19970394-07 et 19970394-08.
  • 30 On en trouve plusieurs exemples aux archives départementales des Bouches-du-Rhône ou du Val-de-Marn (...)
  • 31 Dossier « catégorie A, divers docs - 1959-1960 », AD94, 564W 22.

Sans aller jusqu’à l’hypothèse d’une attaque de l’extérieure destinée à libérer massivement les détenus algériens, l’homogénéité et l’unité de ce groupe de détenus comme sa capacité à entretenir des liens informationnels et opérationnels avec l’organisation dont ils dépendent à l’extérieur, sont effectivement problématiques pour l’administration pénitentiaire (qui tend d’ailleurs à les surestimer). La principale difficulté matérielle rencontrée par les personnels de surveillance est d’ordre linguistique. Les surveillants arabophones sont rares en métropole (deux sont mentionnés à Fresnes, un à Meaux et un à Draguignan29) et dans l’ensemble, l’administration déplore de ne pas être en mesure de comprendre ce que se disent les détenus entre eux. Elle cherche donc à la fois à saisir le plus d’écrits possibles, afin de les faire traduire30, et à noyauter le groupe des détenus. Elle parvient à le faire, au moins à Lyon et à Fresnes. Dans cette dernière maison d’arrêt, en 1958 et 1959, un détenu écrit régulièrement à la direction pour la tenir au courant de ce qui se dit et se prépare en seconde division, et l’informe de la manière dont s’organise le comité de détention FLN31. Poussant moins loin les rapports avec la direction que ces pratiques actives de dénonciation, plusieurs détenus de Fresnes écrivent au directeur pour préciser qu’ils sont contraints de suivre les mouvements de grève de la faim car ils subissent une forte pression de la part du groupe FLN dont ils font partie. Certains demandent même à quitter la deuxième division pour être éloignés du groupe (et pouvoir à nouveau s’alimenter sans craindre de représailles).

Transposer la lutte en prison : la stratégie du FLN

  • 32 Sara Guérin-Brunet a montré un phénomène analogue concernant les détenus basques. Voir S. Guerin-Br (...)

À partir de 1957, le FLN doit faire face à une double difficulté : la double répression menée par la police et l’armée aboutit à une incarcération massive de ses militants, mais également de ses cadres (au point que la Fédération de France du FLN, plusieurs fois « décapitée », doit s’expatrier en Allemagne à compter d’avril 1958). Les prisons doivent donc devenir un lieu du combat contre la puissance coloniale, et sans aller parler de véritable front, on peut affirmer que le FLN conçoit le milieu carcéral comme un élément de stratégie à part entière32. Ainsi, les prisons sont intégrées dans l’organigramme du FLN dès 1958, sous la forme d’un comité de soutien aux détenus, versant une allocation mensuelle à chaque détenu (pour lui permettre de cantiner) ainsi qu’à son éventuelle famille (pour lui permettre de subsister).

Mais surtout, le FLN porte le combat sur le terrain carcéral en luttant, pied à pied, avec les surveillants, les directeurs de prison, et l’administration pénitentiaire elle-même. Toute caractéristique matérielle ou pratique de la détention est objet de discussion, voire de conflit : les horaires d’ouverture des portes, les critères de distinction vis-à-vis des autres détenus (refus du travail, du port du costume pénitentiaire), horaires et mouvements différents des détenus de droit commun, mais aussi menu spécifique (comprenant un couscous de vendredi, et confectionné par un cuisinier algérien recruté parmi les détenus), distribué à des horaires différents en période de Ramadan, pour lequel les détenus obtiennent, dès 1956, la possibilité de pouvoir prendre leurs repas en commun et de retarder d’autant le moment de la fermeture des portes des cellules.

  • 33 Une lettre clandestine échangée entre deux détenus et confisquée par un surveillant, figurant dans (...)

Cette stratégie permet au FLN de se distinguer en détention, et de constituer un grain de sable permanent dans les rouages de l’institution carcérale, mais elle permet surtout de maintenir – et même souvent de créer – la cohésion d’un groupe au profil très particulier. La clandestinité d’une partie des militants et l’organisation nécessairement très cloisonnée du FLN à l’extérieur aboutissent à une situation particulière : bien que très nombreux derrière les barreaux, les militants incarcérés ne se connaissent que peu, voire pas, et ne se comprennent pas toujours, entre arabophones et berbérophones33. Structurer le groupe est donc un enjeu crucial pour le parti, qui compte ainsi garder le contrôle de ses propres troupes en détention. Cette structuration passe essentiellement par deux canaux : la circulation de l’information, enjeu crucial tant que les transistors individuels ne sont pas autorisés (ce qui ne sera le cas qu’en novembre 1961), et l’organisation de cours.

  • 34 Une rapide étude des dossiers individuels des détenus libérés en 1960 des Baumettes et de la maison (...)

La circulation de l’information est en effet un enjeu majeur pour des détenus politiques : il s’agit pour eux de savoir ce qui se produit à l’extérieur de la prison, sur le front de la lutte pour laquelle ils ont abouti en détention. Être assurés que des camarades poursuivent le combat dont on est tenu éloigné par l’incarcération justifie sa propre détention, en fortifie et ravive les convictions lorsqu’elles peuvent vaciller face aux difficiles réalités de l’enfermement. Recueillies lors des parloirs, des discussions entre codétenus ou avec des surveillants, par la lecture de journaux introduits clandestinement par un proche ou un avocat ou par l’écoute discrète de postes de radio artisanaux (appelés poste à galène, leur usage est évoqué dès 1956 par les anciens détenus), ces informations circulent ensuite en détention, suivant les mêmes modalités que les directives du FLN. Ainsi, elles sont transmises soit par l’intermédiaire des tuyaux de chauffage reliant une cellule à l’autre et conduisant le son de la voix, soit par la technique du « yo-yo », soit encore sur des feuillets transmis d’une cour de promenade à l’autre et lus en groupe par l’un des rares détenus lettrés34.

  • 35 Le cas du MNA est un peu différent : les archives de la prison de Fresnes permettent de constater q (...)

L’organisation de cours est un autre outil, crucial, de la structuration du groupe. À partir de 1959, les détenus obtiennent le droit d’organiser, au sein de leur propre groupe, toute une série de cours (dans la plupart des cas, et compte-tenu du profil des membres du FLN incarcérés, il s’agit de cours d’alphabétisation, en français ou en arabe). Ces cours sont, pour le cas du FLN, assurés par les détenus eux-mêmes, et non par des instituteurs ou des bénévoles, comme c’est ordinairement le cas35. Outre le fait qu’ils permettent de mettre à profit l’incarcération des militants pour leur apporter une formation qui leur a fait défaut à l’extérieur, ils sont un moyen supplémentaire de créer des liens entre eux, et de faire circuler informations et mots d’ordre.

  • 36 Voir notamment J. Charby, L’Algérie en prison, Paris, Éditions de Minuit, 1961.

Enfin, le FLN revendique, au long de la période, une autonomie d’organisation de plus en plus grande au sein même des prisons. Il y structure, dans les lieux de détention où les effectifs sont assez nombreux pour le permettre, de manière très hiérarchique et verticale, un comité de détention. Ses dirigeants sont le plus souvent désignés depuis l’extérieur par des directives transmises par les avocats – reproduisant en cela les hiérarchies extérieures ou les défaisant pour en constituer de nouvelles – et se font porte-parole du groupe auprès de la direction. Une commission disciplinaire interne au comité de détention maintient l’ordre parmi les détenus, et organise le cantinage en commun (d’anciens détenus racontent même qu’à Fresnes, une cellule avait été affectée au stockage des biens et denrées ainsi achetés36). L’administration pénitentiaire qui, dans un premier temps, refuse toute légitimité aux détenus se présentant comme « porte-parole », y trouve finalement dans une certaine mesure son compte : la détention est moins conflictuelle, puisque l’ordre est assuré en interne (dans le cas du FLN, les pressions sont fréquemment mises en avant par les détenus dans leur correspondance avec la direction, nous l’avons vu). Cette organisation lui permet également de disposer d’interlocuteurs identifiés et habilités à parler au nom du groupe. La gestion commune du cantinage, enfin, permet également d’alléger en partie le fonctionnement ordinaire de la prison, puisque la répartition des produits commandés est assurée par le FLN.

Un conflit qui sonne le glas de la réforme carcérale

Le traitement collectif des détenus contre l’individualisation, la répression contre l’amendement

20À la Libération, dans des prisons surpeuplées où se mêlent prisonniers de droit commun, collaborateurs et criminels de guerre, et face à l’état déplorable du parc pénitentiaire, en partie détruit, la réforme impulsée par Paul Amor marque un temps de reconstruction au cours duquel la fonction sociale de l’institution carcérale est repensée. On (ré)assigne à la prison des vertus thérapeutiques : l’enfermement doit permettre l’amendement et, ensuite, la réinsertion sociale du détenu. Cela passe, dans l’esprit de la réforme, par deux principes : des régimes de détention progressifs, allant de l’isolement à la semi-liberté, et l’individualisation de la peine, chaque détenu devant pouvoir progresser à son rythme et traverser le temps de sa peine en fonction de ses propres problématiques. Cette réforme est peu à peu mise en place, et le nouveau code de procédure pénale de 1958, créant le Juge d’application des peines, entérine un certain nombre des principes issus de la réforme. Cependant, elle est loin d’être appliquée partout, pour de multiples raisons : très coûteuse, elle rencontre par ailleurs de nombreuses oppositions au sein de l’administration pénitentiaire elle-même, et pose de multiples problèmes pratiques, a fortiori dans une période de surpopulation carcérale forte. Ainsi, elle ne s’applique réellement que pour une partie des condamnés à de longues peines, les détenus les plus légèrement condamnés échappant largement à son champ d’application.

  • 37 À ce sujet, voir J.-C. Froment, La République des surveillants de prison. Ambiguïtés et paradoxes d (...)

Malgré ces nuances de taille, la réforme Amor reste toutefois l’horizon des discours carcéraux, à défaut d’être celui des pratiques, quand intervient la guerre d’Algérie37. Mais il est frappant de voir à quel point les détenus politiques algériens échappent très vite à sa logique. Il est significatif de noter qu’Etudes pénitentiaires, bulletin du bureau d’études et de documentation de la direction de l’administration pénitentiaire, réfléchissant entre 1958 et 1960 sur les nouvelles modalités de l’incarcération induites par le nouveau code de procédure pénale, ne dit strictement rien des détenus algériens : droits commun comme politiques, ils ne sont évoqués que dans un court paragraphe, au sujet des interdictions de séjour devant suivre l’incarcération. Mais pas un mot n’est dit du temps qu’ils doivent passer derrière les barreaux : ils sont ainsi pensés comme en dehors des questions pénitentiaires ordinaires, de façon disjointe des problématiques liées à la carcéralité et à la réforme.

  • 38 Rapport d’enquête résultant de la visite du procureur de la République et du juge d’application des (...)
  • 39 Direction de l’administration pénitentiaire. Rapport général sur l’exercice 1962.

De même, à partir de 1959, le traitement des prisonniers politiques algériens se fait de manière totalement opposée à l’esprit de la réforme : si, jusque-là, le régime spécial était accordé individuellement, par décision ministérielle, à compter de la note de service du 4 août 1959, le régime A est collectivement accordé aux détenus dont le caractère politique du délit ou du crime est reconnu. L’attribution de ce régime est évidemment un progrès, en matière de conditions de détention, pour les détenus. Cependant, elle pose question en matière de droit, puisqu’elle généralise à l’ensemble d’un groupe un régime qui, en principe, n’était attribué de manière individuelle. Enfin, la prison ouverte de Casabianda, symbole de cette politique de réforme pénitentiaire, est d’office considérée comme impropre à recevoir le moindre détenu algérien38. L’administration elle-même, dans son rapport général sur l’exercice 1962, tire d’ailleurs un bilan des effets de la guerre d’indépendance algérienne sur les prisons : « Aussi bien et de même que les six années précédentes, des moyens importants, en locaux et en personnels, ont-ils dû être affectés aux catégories spéciales de détenus [i.e. les détenus de catégorie A] auxquelles les services centraux ont dû également consacrer la majeure partie de leur temps, ne pouvant ainsi poursuivre que d’une manière limitée l’œuvre générale de réorganisation des établissements et de perfectionnement des méthodes39 ».

Le resserrement de la fin de la guerre

Les derniers mois de 1961, jusqu’au printemps 1962, sont une période difficile pour l’administration pénitentiaire, qui voit s’ajouter, aux milliers de politiques algériens, les détenus dit « activistes », membres ou proches de l’OAS. On constate que durant cette période, l’attribution du régime A se fait plus difficilement, et ses conditions d’application sont, dans de nombreuses prisons, plus strictes. Ce resserrement s’effectue à l’occasion de la démission d’Edmond Michelet, remplacé au poste de ministre de la justice par Bernard Chenot, plus proche de la ligne intransigeante tenue par Michel Debré, lequel nomme, en pleine grève de la faim – massive – des détenus FLN, un nouveau directeur de l’administration pénitentiaire, Robert Schmelck, magistrat, ancien procureur d’Alger et partageant la rigueur des conceptions du Premier ministre au sujet des détenus politiques algériens. Cette grève de la faim, déclenchée le 1er novembre 1961, répond à de multiples objectifs : des rivalités internes au FLN poussent les différentes factions à des positions « maximalistes » afin de compter leurs troupes, les négociations en cours avec le gouvernement français incitent l’organisation à tenter de peser sur les discussions en mobilisant le plus de grévistes de la faim possible, le massacre du 17 octobre 1961 a généré une colère importante chez les Algériens, mais surtout, il s’agit de répondre à un resserrement de la discipline carcérale, portant notamment sur le temps d’ouverture des portes des cellules, drastiquement réduit par une note de service d’octobre 1961. Or, nous l’avons vu, c’est un enjeu crucial pour les détenus, puisque ce temps d’ouverture des portes détermine en grande partie leur capacité de communiquer et donc de s’organiser collectivement.

  • 40 Direction de l’administration pénitentiaire. Rapport général sur l’exercice 1962.

Le repositionnement de l’administration pénitentiaire, dans ce contexte, se fait de manière paradoxale : une circulaire du 19 novembre 1961 permet de faire cesser presque trois semaines de grève de la faim. Elle étend les droits associés au régime A, mais les conditions d’octroi de ce régime sont, par la même occasion, fortement restreintes (en sont exclus de son application les détenus accusés de crime de sang, séquestration, destruction et dégradation de biens : il ne reste finalement que les collecteurs de fonds ou distributeurs de tracts). Par ailleurs, l’administration pénitentiaire fait preuve d’une certaine ambivalence vis-à-vis des détenus activistes : elle ne leur octroie pas le régime A, destiné à disparaître avec la libération du dernier détenu politique algérien, mais elle crée deux nouvelles catégories de détenus : une catégorie dite « B », bénéficiant d’un régime spécial plus restrictif que le régime A, et une catégorie « C » réservée aux détenus ayant demandé le régime spécial mais à qui il n’avait pas encore été accordé ou pour qui il avait été rejeté : ces derniers sont alors détenus sous le régime du droit commun, mais séparés des autres détenus40. Ces régimes sont accordés, cette fois, individuellement et non plus collectivement.

  • 41 J.-C. Vimont, « Pieds Noirs Rythmes : un orchestre de détenus OAS dans le “Sing-Sing” français », C (...)

Cependant, Jean-Claude Vimont a montré que, concernant le millier de détenus activistes – en augmentation constante à partir des derniers mois de 1961 – ce resserrement n’est qu’apparent. Ainsi, son étude sur la caserne Thoiras de Saint-Martin-de-Ré montre que dans ce « Sing Sing français », le régime réellement accordé aux détenus est « particulièrement favorable », et l’est bien plus, dans les faits, que le régime A appliqué aux Algériens. « Consommant de la bière, disposant d’un club, de nombreuses activités ludiques et sportives – ils avaient notamment à disposition un court de tennis – et organisant repas collectifs et festivités », les détenus activistes y forment même un groupe de « jazz »41.

  • 42 J.-C. Vimont, « Les emprisonnements des maoïstes et la détention politique en France (1970-1971) », (...)

Ainsi, la guerre d’Algérie n’est pas sans conséquence sur l’univers carcéral, même après la libération des Algériens, puis des détenus OAS. De fait, plus jamais un régime de détention spécifique n’a été reconnu à des détenus politiques. Cette revendication, portée par les détenus corses ou basques, mais aussi par les militants maoïstes incarcérés au début des années 1970, n’a jamais abouti, malgré deux grèves de la faim en 1970 et 197142.

L’administration pénitentiaire, réceptacle de tous les individus que la justice civile ou militaire souhaite mettre, d’une manière ou d’une autre, hors d’état de nuire, semble avoir été considérablement ballotée par la guerre. Loin de mettre en œuvre une politique cohérente et pensée comme spécifique, elle semble surtout s’adapter au coup par coup, en fonction du rapport de force, des temporalités du conflit et des matérialités locales. Ce n’est pas surprenant, dans le contexte d’un conflit qui ne dit pas son nom : tant que l’État ne se situe pas dans la problématique d’une guerre, mais dans une simple préoccupation de sécurité et d’ordre public, l’adversaire – qui n’est d’ailleurs pas véritablement nommé – n’est pas envisagé comme tel dans l’organisation de l’action administrative, même si dans les faits, les acteurs ne sont pas dupes et perçoivent « l’ennemi » comme tel, sur le terrain.

  • 43 Résolution 1650 (XVI) de l’Assemblée générale des Nations-unies, 15 novembre 1961. URL : http://www (...)
  • 44 Lettre du Comité de détention de la prison de Fresnes à la Commission des droits de l’homme de l’ON (...)

Par ailleurs, elle est soumise à une pression politique croissante au cours du conflit, et exercée dans des directions de plus en plus différentes. Une partie de la classe politique tend à se raidir et à faire de la question des prisons un casus belli, comme nous l’avons vu à propos de Jean Fraissinet ou de Michel Debré, tandis que le FLN parvient à porter le cas des détenus algériens jusqu’à l’Assemblée générale des Nations-Unis, qui vote une résolution condamnant le traitement que la France leur réserve le 15 novembre 196143, après que le comité de détention de Fresnes a alerté la commission des droits de l’homme de l’ONU44 au moment où il déclenche cette ultime grève de la faim.

Enfin, pour le FLN, les prisons représentent un enjeu de poids : contrôler les militants en détention, c’est maintenir, coûte que coûte la cohésion de ses troupes, mais c’est aussi, d’une façon plus symbolique, le moyen de constituer une future élite politique et militante pour l’Algérie indépendance, qui aurait trouvé sa légitimité dans le prix payé par l’incarcération. Et c’est, en dernier lieu, pour la fédération de France du FLN, une façon d’attester de la part prise dans la lutte pour l’indépendance, face à la direction de Tunis et à l’armée de libération nationale qui combat sur le sol algérien.

  • 45 P. Artières, « Les mutins, la psychiatre et l’aumônier », Le Portique [En ligne], 13-14 | 2004, mis (...)

Sans chercher à faire de la guerre d’Algérie la matrice de toute chose, il est frappant que durcissement constaté à la fin du conflit sur la question de la détention politique resurgit régulièrement depuis, tant dans la revendication jamais satisfaite d’un régime particulier pour les détenus politiques, que dans la lutte contre les conditions d’incarcération faisant suite à la série d’émeutes des années 1970, initiée à la maison centrale de Toul, dont le directeur est alors Georges Galiana, ancien directeur de la prison… d’Alger45.

Haut de page

Notes

1 J. Rovan, Mémoires d'un Français qui se souvient d'avoir été Allemand, Paris, Seuil, 1999, p. 404 sq.

2 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1955.

3 Cette difficulté à repérer les militants de l’indépendance algérienne dans les archives est valable jusqu’à la fin de 1956 ou aux premiers mois de 1957, quand se généralise l’inculpation pour « atteinte à la sécurité extérieure de l’État » – étant entendu que ce seul chef d'inculpation ne recouvre pas l’intégralité des incarcérations pour des faits en rapports avec le combat pour l'indépendance algérienne.

4 Emmanuel Blanchard évoque le chiffre de 67 000 Algériens raflés et conduits au centre d’identification de Vincennes pour la seule année 1960. Seule une minorité d’entre eux arrive jusqu’en prison, une grande partie étant directement assignée à résidence dans les divers camps d’internement de métropole, ou renvoyée en Algérie, mais la politique de harcèlement policier, mise en évidence par Emmanuel Blanchard semble être un élément d’explication de cette augmentation des détenus algériens à partir de 1957. Cf. E. Blanchard, La Police parisienne et les Algériens (1944-1962), Paris, Nouveau Monde, 2011.

5 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1962.

6 Note de service du 30 mars 1962, citée dans le Rapport général pour l’exercice 1962.

7 Journal officiel de la République française, 15 avril 1962.

8 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1962.

9 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1962.

10 Comme en témoignent les quelques photos prises en détention, où l’on voit les détenus algériens fréquemment vêtus d’un costume de ville et toujours rasés de près.

11 Cette représentation théâtrale choque profondément Jean Fraissinet (député de la deuxième circonscription des Bouches-du-Rhône, apparenté Indépendants et paysans d'action sociale), qui l’évoque dans une intervention très virulente et en partie mensongère (ou mal informée) à l’Assemblée Nationale, lors de la deuxième séance du 11 juillet 1961. Journal Officiel de la République Française, Débats de l'Assemblée nationale, p. 1597.

12 France, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD13), 137W 562.

13 E. Blanchard, La Police parisienne et les Algériens (1944-1962), op. cit., p. 315.

14 Archives nationales de France (AnF), 19970394-07 et 19970394-08.

15 France, Créteil, Archives départementales du Val-de-Marne (AD94), Dossier « circulaires ministérielles et notes de service, 1955-1957 », 565W 9.

16 Dossier « Fresnes », AnF, 19960279-55.

17 Motion intersyndicale non datée mais postérieure au 27 juin 1961 des personnels de surveillance de Fresnes, dossier « Direction, Relations générales avec les syndicats, 1960-1989 », AD94, 564W 11.

18 Dossier « F64, établissements de détention des détenus nord-africains », AnF, 19960136-56.

19 Dossier « Catégorie A, divers docs, 1958 », AD94, 564W 21.

20 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1956.

21 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1958.

22 À ce sujet, voir E. Blanchard, La Police parisienne et les Algériens (1944-1962), op. cit.

23 J.-C. Froment, La République des surveillants de prison. Ambiguïtés et paradoxes d’une politique pénitentiaire en France (1958-1998), Paris, L.G.D.J., 1998, p. 52.

24 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1957.

25 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1958.

26 Rapport d’enquête résultant de la visite du procureur de la République et du juge d’application des peines à la maison d’arrêt de Toul, sur les conditions de détention des prisonniers relevant de la catégorie A, janvier 1962. Dossier « Strasbourg », AnF, 19970394-08.

27 Rapport du directeur des prisons de Fresnes au cabinet du directeur de l’administration pénitentiaire, 2 août 1961. Dossier «F64, établissements de détention des détenus nord-africains », AnF,19960136-56.

28 Direction de l'administration pénitentiaire, Rapport général sur l’exercice 1957.

29 AnF, 19970394-07 et 19970394-08.

30 On en trouve plusieurs exemples aux archives départementales des Bouches-du-Rhône ou du Val-de-Marne.

31 Dossier « catégorie A, divers docs - 1959-1960 », AD94, 564W 22.

32 Sara Guérin-Brunet a montré un phénomène analogue concernant les détenus basques. Voir S. Guerin-Brunet, « La Prison, lieu de mise à l’épreuve de la notion de politique », in P.-V. Tournier (dir.), Enfermements. Populations, espaces, temps, processus, politiques, Paris, L’Harmattan, 2012.

33 Une lettre clandestine échangée entre deux détenus et confisquée par un surveillant, figurant dans les archives de la prison de Fresnes, confirme les difficultés existant parfois pour simplement se comprendre, l’auteur de la lettre demandant à son co-détenu de lui écrire en français car ils ne se comprennent pas autrement. Dossier « régime spécial, catégorie A, 1957 », AD94, 564W 20.

34 Une rapide étude des dossiers individuels des détenus libérés en 1960 des Baumettes et de la maison d’arrêt d’Aix-en-Provence permet de constater que plus de 60% du groupe est illettré, tandis que 30% d’entre eux peuvent déchiffrer et/ou écrire un texte sommaire, en français ou en arabe selon les détenus.

35 Le cas du MNA est un peu différent : les archives de la prison de Fresnes permettent de constater qu’appel est fait à d’autres détenus, de droit commun. Dossier « Notes de service internes, avril 59 - décembre 65 », AD 94, 565W 15.

36 Voir notamment J. Charby, L’Algérie en prison, Paris, Éditions de Minuit, 1961.

37 À ce sujet, voir J.-C. Froment, La République des surveillants de prison. Ambiguïtés et paradoxes d’une politique pénitentiaire en France (1958-1998), op. cit., p. 42.

38 Rapport d’enquête résultant de la visite du procureur de la République et du juge d’application des peines à la maison d’arrêt des Baumettes, sur les conditions de détention des prisonniers relevant de la catégorie A, janvier 1962. Dossier « Marseille », AnF, 19970394-07.

39 Direction de l’administration pénitentiaire. Rapport général sur l’exercice 1962.

40 Direction de l’administration pénitentiaire. Rapport général sur l’exercice 1962.

41 J.-C. Vimont, « Pieds Noirs Rythmes : un orchestre de détenus OAS dans le “Sing-Sing” français », Criminocorpus [En ligne], Musique et Justice, Une histoire de (la) musique en prison, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 04 mars 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/3133 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.3133

42 J.-C. Vimont, « Les emprisonnements des maoïstes et la détention politique en France (1970-1971) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Le régime spécifique de la détention politique, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 04 mars 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/3044 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.3044

43 Résolution 1650 (XVI) de l’Assemblée générale des Nations-unies, 15 novembre 1961. URL : http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/1650(XVI)&Lang=F

44 Lettre du Comité de détention de la prison de Fresnes à la Commission des droits de l’homme de l’ONU (également adressée au Comité international de la Croix-Rouge, à la Commission européenne des droits de l’homme et à la Ligue des droits de l’homme française, citée par P. Kessel, G. Pirelli, Le peuple algérien et la guerre. Lettres et témoignages 1954-1962, Paris, Maspero, 1962.

45 P. Artières, « Les mutins, la psychiatre et l’aumônier », Le Portique [En ligne], 13-14 | 2004, mis en ligne le 15 juin 2007. URL : http://leportique.revues.org/617

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Layani, « Ce que la guerre fait aux prisons. L’impact de la guerre d’indépendance algérienne sur les prisons de métropole », Criminocorpus [En ligne], L’administration pénitentiaire, 1945, 1975, 2015. Naissance des réformes, problématiques, actualité, Partie 1- La réforme pénitentiaire de 1945 : l’amendement du condamné, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6274

Haut de page

Auteur

Fanny Layani

Doctorante en Histoire, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Université Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page