Navigation – Plan du site
Partie 2 - La réforme de 1975 : L’amorce de dynamiques nouvelles

Le milieu fermé : déconstruction et mutation

Jean-Pierre Ricard

Texte intégral

1Les études relatives à l’administration pénitentiaire, élaborées par des historiens, des universitaires, des chercheurs, des scientifiques, des philosophes ainsi que des écrivains, éclairent les mécanismes et les contradictions d’une institution constamment remise en cause.

2En 1968, détenus et personnels, sont encore astreints à la règle du silence. Les premiers dans les prisons, les seconds à l’intérieur et à l’extérieur soumis à l’obligation de réserve. C’est une des raisons pour laquelle ils témoignent peu sur leur adhésion aux changements qui pourtant s’opèrent avec leur concours. Discrétion contreproductive qui renforce à leur égard, le soupçon, atténué depuis, mais toujours sous-jacent, de contribuer aux dérives du milieu carcéral.

3Le personnel pénitentiaire occupe, 24h sur 24h, la zone critique à l’interface des besoins physiologiques et sociaux des Personnes Placées Sous-main de Justice (PPSMJ). Concomitamment à l’élévation des droits des détenus, ce positionnement conditionne l’évolution des pratiques professionnelles. En écho aux diverses interventions de ces journées d’études, le vécu d’un praticien, nécessairement condensé et circonscrit à la période 1968-1985, illustre comment les dispositions législatives et réglementaires infusent lentement, l’esprit des pratiques.

Se souvenir d’où l’on vient (1968-1971). Les paradoxes de la formation

4Suivons le parcours d’un jeune homme de 21 ans qui, en mai 1968, entre dans l’administration pénitentiaire par hasard. Sa formation initiale de surveillant à l’école d’administration pénitentiaire (EAP) dure à peine deux mois. Les établissements doivent d’urgence être alimentés en forces vives. L’enseignement est essentiellement instrumentalisé par le poids du passé, la prééminence de la réglementation et de la sécurité.

5Les sciences humaines, l’individualisation des peines, la relation aux détenus, l’histoire des prisons… ne sont pas les marqueurs prioritaires du programme. Les concepts de traitement, d’amendement ou de réinsertion sont disséminés sans consistance dans le contenu des cours. La définition théorique de la mission visant à lutter contre la récidive et préparer le retour à la vie libre des détenus, relève de l’injonction paradoxale. Pour les débutants, le sens demeure opaque tant le sujet est évoqué sans aucune référence concrète.

6Le risque représenté par les sollicitations des détenus et son corollaire la spirale de la connivence est martelé pesamment. Pourtant, le potentiel de malversation est réduit. La drogue n’est pas encore répandue et les téléphones portables encore moins. Éviter l’entrée illicite d’argent ou de lames de scie est une obsession. À cette époque, le risque d’évasion hante toute la hiérarchie pénitentiaire. Dans ce cas, les directeurs sont sanctionnés sévèrement.

  • 1 Magistrat français, directeur de l'Administration Pénitentiaire, nommé au lendemain de la Seconde G (...)

7Une incidente sur les objectifs de la réforme Amor1 colore l’enseignement d’un contenu humaniste. Depuis, la politique pénitentiaire fonde son évolution sur ce socle dur des grands principes énoncés en 1945.

8Deux catégories d’élèves sont en formation, les éducateurs et les surveillants. Ces derniers soumis à une rigueur toute militaire se rendent en cours en uniforme et marchent au pas. Les chambres sont régulièrement inspectées par un premier surveillant. Tous les matins, le lit doit être fait au carré. Principe pédagogique consistant à appliquer à soi-même les règles de vie quotidiennes imposées aux détenus. Les éducateurs, quant à eux, filles et garçons, s’égayent désinvoltes et joyeux sur les pelouses interdites. Inspirés par l’esprit de mai 1968, ils se démarquent d’une autorité qui hésite à engager une opposition frontale.

9À l’époque, les éducateurs s’estiment dépositaires de la mission noble, la réinsertion. Une dualité délibérément entretenue vis-à-vis de la mission roturière, la sécurité. Cette dichotomie atténuée avec le temps fut puissamment clivante dans les établissements. Une source de discorde durable et préjudiciable aux pratiques et relations de travail.

L’immersion : le temps suspendu dans la citadelle Vauban

10L’apprentissage du jeune surveillant se poursuit par une immersion dans le quotidien des très longues peines. La Maison Centrale de Nîmes (MC) dénommée le fort Vauban. Ce dernier en dressa les plans et Jean-François Ferry, ingénieur du roi, en réalisa la construction à la fin du XVIIe siècle. De 1701 à 1704, la citadelle contribua puissamment à la défense de la ville menacée par les attaques des camisards.

11L’établissement fût dévasté lors d’une émeute en juillet 1974. Par la suite, il a subi de nombreuses transformations, avant de fermer en 1991. Ironie du sort, depuis 2007, il est réhabilité en université où l’on enseigne le droit. Sa nouvelle fonction est emblématique des liens temporels qui unissent passé et présent. Les étudiants savent-ils que ce lieu de la pensée et de la formation juridique fut une prison et que l’on y guillotina à quatre reprises ? Qu’ils superposent leurs pas, dans les sabots de ceux qui piétinaient en rond et en rang au moulin de prière du temps ?

12La citadelle élève ses hauts murs sur un coteau dominant la ville. On y accède par la rampe du fort. Un raidillon qui vient buter sur la lourde porte d’entrée. L’architecture massive des bâtiments impressionne. La haute muraille extérieure, surmontée de quatre miradors, paraît infranchissable. Depuis les cours intérieures enclavées vingt mètres plus bas dans les profondeurs des douves, le ciel perce si haut le vaste puits de lumière que l’évasion semble impossible.

  • 2 Loi du 27 mai 1885 sur la relégation des récidivistes. Cette peine accessoire perpétuelle concernan (...)

13L’immersion dans cet univers obscur, vrai cul de basse fosse, est une plongée dans le Moyen Âge. Le jeune novice doit s’avouer une vive appréhension en pénétrant dans cette forêt d’humanité glauque encerclée de murs et de grilles où s’animent les ombres de notre société. Il s’agit d’un établissement accueillant les détenus les plus difficiles, aux chances de réinsertion sociale réduites : des condamnés à mort commués, d’anciens relégués2, des criminels de sang et des psychopathes. Des individus dangereux perclus de cicatrices physiques, psychologiques ou morales.

  • 3 Régime selon lequel les condamnés travaillaient la journée en groupe et étaient isolés en silence l (...)
  • 4 Pièce commune parfois chauffée où sont regroupés les détenus en journée. Fait aussi fonction de réf (...)

14La vie carcérale est organisée selon les principes du régime auburnien3. Les détenus travaillent et vivent la journée dans des locaux communs ateliers ou chauffoirs4. La nuit, ils sont hébergés dans des dortoirs cages à poules. Il s’agit d’un système de cellules individuelles, à cloisonnement léger, clos d’une porte en bois en partie grillagée. Ce système de séparation à claire-voie est censé répondre à la règle de l’emprisonnement individuel de nuit et réduire la promiscuité. Les cages à poules  resteront en usage dans certaines maisons centrales jusqu’en 1975.

  • 5 Tenue portée par les condamnés jusqu’en 1975 dans les centres de détention et 1983 dans les maisons (...)

15Dès sept heures, après leurs ablutions collectives, la journée des condamnés est rythmée par des activités et tâches attribuées selon la durée de la peine et le degré de confiance accordé. Ils sont identifiables par des galons de couleurs différentes. Ce sont les attributs du régime progressif. Les employés du service général se répartissent dans des fonctions répondant aux besoins essentiels de toute collectivité. Il s’agit notamment des cuisiniers, des balayeurs, des buandiers, des jardiniers… La fabrication industrielle se répartit dans plusieurs ateliers. Dans celui des tailleurs où sont confectionnés les tenues pénales5 et les uniformes du personnel. D’autres secteurs sont consacrés à la fabrication des espadrilles et au paillage de chaises. Le sport, la chorale, les offices religieux, les parloirs et les jeux de société complètent le panel d’activités. Les handicapés et les inoccupés se concentrent dans les chauffoirs. La discipline est rigoureuse, cheveux coupés courts, barbe interdite, port du costume pénal. La vieille règle du silence atténuée dans la pratique demeure en vigueur.

16Dans les ateliers, les détenus s’agacent à la présence de jeunes surveillants, trop curieux à leur gré. D’autant plus que contrairement aux anciens, ils se déplacent sur les postes de travail. Leur méfiance, leur manque d’assurance, génèrent des tensions perceptibles à la dureté des regards. À dix-huit heures, les condamnés regagnent, baluchon sur l’épaule, le réduit individuel où ils dorment sur un bat-flanc rudimentaire.

17L’atmosphère de la maison centrale est pesante. Elle reste imprégnée de l’assassinat d’un surveillant perpétré à coups de ciseaux à l’atelier des tailleurs l’année précédente. Les personnels en portent encore une conscience anxiogène. Depuis, les relations avec les détenus sont davantage empreintes de méfiance que d’empathie. Dès le premier jour, une tentative d’évasion déconcerte de manière indélébile notre débutant. Alors qu’avec trois autres surveillants, il est au contact des détenus dans les douves faisant office de cours de promenade, un coup de feu éclate. Puis un second, suivi du déclenchement de la sirène d’alarme. La scène qui se déroule vingt mètres plus haut dans le chemin de ronde est invisible, ce qui la rend d’autant plus troublante. L’agitation est à son maximum. L’évasion échoue, mais les détenus redoutent un durcissement de leurs conditions de détention tandis que certains enquêtent à la recherche de l’identification du tireur. Par précaution, le surveillant concerné est temporairement placé en retrait de la détention. Plusieurs jours seront nécessaires avant que la tension ne retombe. Le novice mesure ainsi les limites du pouvoir de l’administration. Dans sa posture de débutant inquiet, une question le taraude : est-ce tous les jours ainsi ? Il n’envisage pas de tuer !

18Son option est claire, d’abord les sommations réglementaires, puis en dernière alternative tirer en l’air, tant il craint d’être maladroit. Spéculations non conformes à la règle de droit qu’il négocie avec son libre arbitre dans l’inquiète solitude des heures vécues dans un mirador.

19En service de nuit, il redoute les rondes dans les dortoirs d’une soixantaine de détenus. Le surveillant plus ancien le laisse pénétrer seul dans la grande salle quadrillée d’étroites cages à poules. Derrière la grille, son collègue en couverture tient un chien patibulaire en laisse. L’agression ou la prise d’otage sont des risques potentiels. Pas très rassurant tout cela. Étrange sensation que de voir et d’être vu, de sursauter parfois à un « bonsoir chef ! » lancé à la cantonade.

  • 6 Le Courrier de Bovet est une association nationale de type loi 1901 créée en 1950 à l'initiative d' (...)

20Consternation ! La correspondance est une liberté conditionnée à quarante lignes maximum. Les plus loquaces écrivent donc le plus fin possible. Ceux qui sont sans attache familiale ou qui recherchent une relation épistolaire plus abondante s’inscrivent au courrier de Bovet6.

Rétrospective à la croisée des coursives

21À la fin de l’été 1968, le jeune surveillant est affecté à la Maison d’Arrêt (MA) de Nice. L’établissement, dont la fermeture est envisagée en raison de sa vétusté, fit l’objet d’extensions et de restructurations au cours du vingtième siècle. Quarante-sept ans plus tard, il est toujours en activité.

  • 7 Le panoptique est un type d'architecture carcérale imaginée par le philosophe Jeremy Bentham et son (...)

22La maison d’arrêt de Nice fut construite entre 1887 et 1888 sur un plan architectural classique, celui du panoptique7. À l’origine conçue pour 340 places, elle fonctionne en cette fin d’année 1968, avec un nombre moyen de 500 détenus. La surdensité carcérale est une vieille histoire fluctuante liée aux événements qui jalonnent l’histoire du pays.

23À la fin des années 1960, le budget de la pénitentiaire est d’une déplorable indigence. Une part infime des crédits alloués à la Justice parvient jusqu’à cette institution. Elle vivote grâce à la débrouillardise de ses cadres, au soutien du bénévolat et à la charité des autres services de l’État. Ce dénuement engendre une sorte de misérabilisme ayant de graves conséquences en chaîne : sur la santé des détenus, l’alimentation, l’hygiène, la salubrité des locaux, les activités éducatives et la préparation à la sortie. Dans ce contexte, l’image délétère du milieu carcéral n’est que justice. La dépendance extrême des directions d’établissements limite considérablement les initiatives. Les marqueurs de l’évaluation de l’efficacité reposent sur quatre critères : pas d’évasion, pas de suicide, un moindre coût de fonctionnement et la soumission sans faille à l’ordre judiciaire et aux élus.

24Les premières injonctions impérieuses que reçoit le jeune surveillant sont significatives de l’état d’esprit du moment : « Oublie tout ce que tu as appris à l’école ! On ne serre jamais la main à un détenu et on ne leur fait jamais confiance ». La période d’immersion en binôme, initialement prévue sur une durée de trois semaines, se réduit finalement à trois jours. À la relève de sept heures, les coursives enveloppent le novice d’un silence oppressant. Il prend en charge pour la première fois, sans le soutien rassurant d’un tuteur, une coursive de trente cellules occupées par quatre-vingt-dix détenus. Selon la règle, il les ouvre une à une, sur un univers d’inconnus encore endormis. Il s’assure de la présence effective des occupants qui protestent à ce réveil matinal. Il annonce pour eux une journée de plus qui s’étirera dans l’ennui. Ils sont seuls ou bien cohabitent à trois. Jamais deux, pratique puritaine, censée éviter l’homosexualité ainsi que la pression morale ou physique d’un détenu sur un autre.

25Il réitère systématiquement un « bonjour ! », clair et sonore. Formule de politesse naturelle pour certains, intolérable pour d’autres. Ne pas situer au même niveau l’homme libre respectable et le délinquant. Déontologie professionnelle ou éthique personnelle ? Dans la relation positive aux détenus, ce simple « dire bonjour » divise le personnel. Débat suranné d’une banalité confondante qui contamine chaque génération.

26S’ensuit la vidange des tinettes  déposées sur le palier de chaque cellule. Le tout-à-l’égout est un luxe ignoré. Un détenu employé du service général verse les seaux hygiéniques dans un conduit situé à l’extrémité de la coursive. Une odeur pestilentielle corrompt l’air moite de la grande nef. Puis, c’est l’heure de la promenade, les détenus de chaque niveau rassemblés par groupes de quinze, rejoignent des cours exiguës de forme semi-circulaire divisée en portions de huitième de camembert.

27Selon le règlement, la promenade est obligatoire. Si un détenu resté seul en cellule se suicide, le surveillant est responsable. Nombreux sont ceux qui refusent de sortir, souvent pour des raisons légitimes : la météo, la crainte d’un règlement de compte, la recherche d’un moment de solitude pour méditer ou répondre à des besoins naturels hors de la présence d’un codétenu.

28Dès la prise de poste, en responsabilité intégrale, les détenus testent la personnalité du jeune surveillant. Les regards durs, les sourires et conseils ironiques, les phrases provocatrices fusent. Du genre : « Moi, je gagne en une seule journée plus que vous en un mois ! » ou bien : « Travailler en prison n’est pas fait pour vous ! Vous êtes trop jeune ! Quelques mois au gnouf pour moi ce n’est rien, mais pour vous, c’est perpète ! »

29Pour percer un tant soit peu la carapace de cet environnement d’apparence hostile : règles inapplicables ou contradictoires, grossièretés, provocations… le débutant s’initie sur le tas à l’art de la juste distance. Surveillants et surveillés s’observent. Derrière chaque porte, réside une humanité contrainte, des existences invisibles. Chaque individu représente moins l’adversaire à soumettre que l’inconnu à appréhender dans sa complexité. Une agrégation de réalités silencieuses sur laquelle porter attention. Des destins anonymes qui, au fil du temps, l’apparaissent moins.

30Sur la coursive, espace restreint et temps vide vont de pair. C’est le monde du non-sens de la peine de prison. La presse écrite et la radio sont interdites, les activités hors la cellule sont réduites à leur plus simple expression. Une heure de promenade quotidienne. Extinction des feux et silence à partir de 21 h. Sans éducateur, sans hygiène, sans travail, sans formation professionnelle, sans psychologue, sans chauffage, sans radio, sans télévision… La notion cardinale d’amendement est un leurre. Un seul instituteur attaché à l’établissement réserve son enseignement aux détenus mineurs. L’unique assistante sociale s’occupe à la fois de la situation des prévenus et des personnels.

31L’accès d’un gradé ou d’une autorité à la cellule est annoncé par un retentissant « garde-à-vous ! ». Et ça marche ! Les détenus se lèvent et se tiennent en position. Le monde carcéral s’agrippe à un modèle de châtiment rédemption, assemblage de religiosité et d’autoritarisme belliqueux. Les répliques du grand chambardement post-1968 tardent à émerger, mais tous les voyants sont au rouge. Les revendications des détenus et leur opposition au système sont de plus en plus visibles. Dans cet univers en suspension hors de son siècle, incroyablement rétrograde, les facteurs précurseurs de profonds bouleversements en gestation se multiplient. Les transformations souterraines qui s’opèrent, génèrent de la confusion entre la règle et les pratiques.

32La parole reste fortement cadenassée. Le statut du personnel impose de ne converser avec les détenus que pour le bon fonctionnement du service. On ouvre les portes, on ferme les portes. On évite les relations présupposées déviantes. La méfiance de l’encadrement vis-à-vis des détenus comme des surveillants est pesante et tatillonne. Pour maintenir une relative quiétude en détention, on s’arrange avec la règle à l’insu de la hiérarchie. La paix sociale est clairement tributaire de l’ambiance sereine apportée par le surveillant dans la gestion de son étage.

33À 18h30, lors de la fermeture pour la nuit des serrures et verrous, les détenus suspendent leurs vêtements à un crochet situé à l’extérieur de la cellule, et déposent leurs chaussures sur la coursive. Une mesure de sécurité qui prête à sourire de nos jours.

34L’insuffisance de matelas est résolue par le remplissage de grands sacs de jute rêches bourrés de paille. Les derniers arrivants sont les bénéficiaires privilégiés de ce confort spartiate.

35L’alimentation des détenus est essentiellement élaborée à base de féculents, purée et soupe de pâtes où baignent quelques rares morceaux de viande. Le dimanche, le repas est amélioré, les frites ou bien les petits pois et une sucrerie en assurent l’aspect  festif.

36Les détenus sont majoritairement volontaires pour le don du sang mensuel (la recherche médicale n’a pas encore découvert le virus du SIDA). C’est le moyen de quitter la cellule, de rencontrer des bénévoles et d’améliorer l’ordinaire grâce aux viennoiseries offertes à cette occasion.

37Le seul office religieux est catholique. Le dimanche matin, c’est l’occasion d’une rare sortie pour se rendre à la chapelle. Pas de discrimination, la célébration est accessible à tous, sauf aux isolés et aux punis.

38Le parloir des familles derrière un double grillage poulailler est autorisé trois demi-heures par semaine. C’est l’opportunité d’échanger le linge propre ou sale soumis à un contrôle strict. Ce qui n’évite pas les tentatives d’entrées clandestines. Astucieusement, l’on cache du courrier, des culottes de femmes, des photos pornographiques, des petites bouteilles d’alcool, des serviettes de toilettes imbibées de pastis, des denrées alimentaires, parfois de fines lames de scie… Des années plus tard, ce sera la drogue et les téléphones portables.

39Chez les détenus, la période qui court entre Noël et le jour de l’An engendre des alternances comportementales variant de l’excitation à l’apathie. Besoin d’échanger avec le personnel, de parler de sa famille, de son espoir de libération prochaine, de se plaindre de la vie en prison. Seuls les colis préparés par la Croix-Rouge et le Secours Catholique sont autorisés sur la base d’un contenu précis. Ce n’est qu’en 1972 que les colis remis par les familles seront rendus possibles. C’est à la fois une avancée et une source de conflits en raison des contrôles de sécurité à l’effet psychologiquement irritant.

Une délinquance hétérogène

  • 8 La loi du 17 juillet 1970 substitue la tutelle pénale à l’ancienne peine de relégation.
  • 9 En France, l’adultère n’est plus une faute pénale depuis la loi du 11 juillet 1975, seule la faute (...)
  • 10 En France, entre 1950 et 1992, 7 593, jeunes objecteurs de conscience ont effectué des peines de pr (...)
  • 11 Depuis la loi du 9 mars 2004, la contrainte judiciaire remplace, l'ancienne contrainte par corps la (...)

40La sociologie des peines renvoie à la société elle-même. Elle est le produit de sa complexe humanité dans un cycle d’évolution donné. Au début des années 1970, elle constitue en maison d’arrêt un métissage composite d’origines et de religions qui se tolèrent sans opposition latente. Un assemblage d’une infinie variété d’hommes et de circonstances personnelles. Les truands de profession, souvent rois du non-lieu, au comportement irréprochable, respectueux avec les personnels et autoritaires avec les codétenus aux attitudes incorrectes.  Voyous  peut-être ! Mais avec des principes ! Les caïds, véritables chefs maffieux et leurs hommes de main se tiennent à distance méprisante du personnel. Les mendiants, clochards récidivistes de petits larcins ou d’outrages à agent, par nécessité, de se nourrir, s’abriter, se dépouiller, s’habiller et se laver. Les assassins, criminels de sang, dont deux condamnés à mort. Les voleurs par vices ou par besoin. Les cols blancs, escrocs charmeurs, d’une politesse obséquieuse, dont deux notaires qui gèrent l’économie de l’établissement. D’anciens relégués, placés sous le régime de la tutelle pénale8, familiers de la prison et polyvalents du service général, des hommes à tout faire au moindre coût. Des vedettes du show biz, incarcérés pour trafic de drogue. Des délits de mœurs désignés sous le terme de pointeurs, ou bien des homosexuels véritables souffre-douleur. Et plus rarement, des personnes poursuivies pour adultère9. Des proxénètes prétentieux et arrogants qui se déclarent bienfaiteurs de la société. De rares trafiquants de drogue, avant-garde de la grande opération d’empoisonnement des générations. La mode est aux cigarettes, à l’alcool et à la fausse monnaie. Une dizaine de jeunes garçons bien éduqués et d’une correction exemplaire, témoins de Jéhovah, objecteurs de conscience insoumis car rétifs au service militaire10. Les mineurs qui rêvent de devenir des hommes du grand banditisme. De rares emprisonnés pour dettes11. Des handicapés et des psychopathes  qui relèvent le plus souvent d’une autre institution. Mis à part les mineurs, le régime carcéral de la maison d’arrêt s’applique à tous. L’individualisation et les règles pénitentiaires européennes ne sont pas encore d’actualité.

Une procédure disciplinaire incertaine

41À la fin des années 1960, l’échelle des sanctions disciplinaires est peu formalisée dans le Code de procédure pénale. Vide juridique, qui au détriment du droit consacre la pratique et l’opinion du personnel. La protection des détenus en est réduite au discernement professionnel.

42En voici une illustration. La comparution au prétoire est parfois l’occasion d’un jugement de Salomon. Un détenu homosexuel surpris lors d’une ronde dans une relation sans équivoque avec son compagnon de cellule fait l’objet d’un rapport d’incident. Situation d’ordre privé s’il en est, que certains agents signalent et d’autres pas. Dans ce cas se profile une confusion entre ce qui relève d’une question morale et d’éthique personnelle et un interdit non écrit. Bien entendu, l’administration ne ferme pas les yeux. Mais comment l’éviter ? S’il y a dénonciation d’une relation sous contrainte, l’affaire est évidemment portée en justice. Mis à part l’encellulement individuel, aucune autre solution n’est satisfaisante. De nos jours, cette thématique qui touche intimement à l’être a fondamentalement évolué. Cependant, l’usage des préservatifs et la création des Unités de Visite Familiale (UVF) ne répondent que partiellement à la question de fond.

43À l’époque, les mœurs qui traversent la société ne sont pas étalonnées selon les termes du mariage pour tous. Quel est le verdict du moment ? À l’appui d’un regard sévère, le directeur recommande au détenu de ne plus attirer l’attention et lui adresse un avertissement pour la forme.

44Pour les manquements les plus graves (bagarre, agression, refus d’obéissance, tentative d’évasion), la durée maximale d’une punition peut atteindre quatre-vingt-dix jours en cellule disciplinaire. Un véritable cachot moyenâgeux, humide et sombre. Un sas pour éviter le contact direct avec le puni, un lit en fer, une paillasse répugnante, une lampe à la lueur vacillante et une lucarne étroite. Les punis sont astreints à une période de restrictions alimentaires. La première quinzaine, le menu est réduit au pain et à une soupe, les lundi, mercredi et vendredi. La deuxième quinzaine, le lundi seulement. Puis l’alimentation reprend son rythme normal. Enfin, il est à noter qu’en 1971, deux condamnés à mort sont en attente de leur sort à la maison d’arrêt de Nice. L’un sera exécuté et l’autre gracié par le Président de la République Georges Pompidou. La relation avec ces condamnés est une circonstance singulière pour qui l’a vécu.

Le début d’un processus (1971-1975)

Les prémices

45En août 1971, la lecture des journaux et l’écoute de la radio dans les détentions sont enfin autorisées. Ce tournant significatif amorce une première mutation, l’information pénètre l’univers carcéral. Grand trouble pour l’administration, quels impacts sur les détenus et entre détenus, sur l’attitude des personnels informés de la nature des crimes et délits ? Quelle objectivité dans la neutralité des agents qui n’ont pas accès au dossier pénal ? Quid de l’égalité entre ceux qui ont des moyens de financement et les autres ?

46Telles sont les questions défensives et dilatoires du moment. La capacité à freiner les réformes, les arguties subtiles opposées aux élans novateurs sont presque sans limite. L’information de la population pénale est vécue comme une perte de pouvoir, un problème de sécurité. Le risque d’une contagion par médias interposés, amplifiant les mouvements de contestation qui se font jour dans de nombreux établissements.

47Tous les matins la censure ciseaux découpe à la perfection les articles présupposés déviants. Les encarts de trous, petits ou grands, suscitent l’inverse du résultat recherché : « Que nous cache-t-on de si important ? J’ai payé mon journal, je le veux entier ! ». Des rumeurs se répandent, les détenus se focalisent sur l’encadré censuré. Conséquence : ils s’informent auprès du personnel, de leur famille ou bien des avocats et des visiteurs de prison. Le contrecoup est immédiat, sur les coursives la parole se libère, on discute d’événements de tous ordres, de sport, de politique, des conditions de détention, de culture, des émeutes dans les prisons, de problèmes familiaux, de l’attente du procès ou de la libération prochaine… La censure ciseaux dure quelques mois, puis le bon sens l’emporte. Le découpage absurde cesse, le média papier est banalisé. L’esprit de la loi influence lentement l’esprit des pratiques.

  • 1 Se reporter au décret du 12 décembre 1972 créant la commission d’application des peines, et à la lo (...)

48Dans le cadre du décret de 1972, la discipline rétrograde des années antérieures est largement remise en cause. Le placement en cellule disciplinaire est limité à quarante-cinq jours, les punitions collectives sont prohibées, les privations de visite ou de correspondance également. La durée de promenade est portée à deux heures par jour. La mise en place des Commissions d’Application des Peines1 (CAP) est effective. La règle du silence, vieille de plus d’un siècle, est abolie.

  • 2 Le 27 juillet 1971, un détenu de la prison Saint-Paul de Lyon, Guy Chauffour, s’est emparé d’une ar (...)

49En 1973, notre surveillant poursuit son périple carcéral aux prisons de Lyon. Il ressent immédiatement, combien le personnel reste profondément marqué par l’assassinat du surveillant Albert Colomb2 survenu le 27 juillet 1971. Sur la période 1971-1974, ce qui était latent devient explosif et déclenche par vagues successives, des drames et des mutineries prévisibles mais non anticipées. Le système carcéral épuisé implose, les troubles dans les prisons éveillent les consciences endormies. Les revendications sont, selon les courants de pensées, matérielles ou idéologiques.

50Au début de l’année 1974, les tensions sont telles dans l’établissement que le personnel décide de ne plus assurer la sécurité ni les mouvements internes et menace de déposer les clés. Durant quatre jours, seule la distribution des repas est préservée. Par précaution, des gardes mobiles investissent les miradors. Les détenus inquiets restent calmes, implorant les surveillants de ne pas quitter la prison. « Ce que vous nous faites, ce n’est pas bien ! Mais on vous en supplie, ne nous abandonnez pas aux forces de l’ordre ! »

Un président de la République en prison

51Le nouveau président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, nomme le 8 juin 1974, Hélène Dorlhac, secrétaire d’État à la condition pénitentiaire. Elle restera dans cette fonction jusqu’au 25 août 1976. Le 10 août 1974, le directeur des prisons de Lyon rassemble tous les gradés dans la cour d’honneur du quartier Saint Joseph. Il annonce la visite d’une personnalité importante dont il ne peut divulguer immédiatement l’identité. Le directeur précise les missions de chacun avec une recommandation dominante : « Montrez tout ce que vous avez de plus sordide dans l’établissement ! »

52Une fois le convoi dans l’enceinte, de la DS noire, un homme grand de taille se déplie pour en sortir. Stupéfaction ! C’est le président de la République. Le parcours de Valéry Giscard d’Estaing et de son escorte passe par le couloir conduisant à l’infirmerie. C’est là, qu’il rencontre par hasard le détenu pressenti. Ce dernier est comme pétrifié. Le président facilite le dialogue en lui serrant la main, puis lui pose quelques questions sur sa situation personnelle et la vie à l’établissement. L’entretien dure peu de temps, deux ou trois minutes tout au plus, mais le symbole aura une portée médiatique sans précédent.

53La suite de la visite est plus houleuse. Le bouche-à-oreilles si particulier au milieu carcéral fonctionne rapidement. La délégation traverse le rez-de-chaussée du quartier Saint-Paul, les détenus informés sollicitent une entrevue avec le président. Ce dernier demande l’ouverture d’une cellule et s’entretient avec les occupants. La tension de plus en plus perceptible s’amplifie. Les détenus s’expriment en frappant violemment dans les portes. Les gardes du corps inquiets de cette effervescence pressent le président de quitter les lieux. Fin de la visite. Le chahut est à son comble, les gradés en détention se rendent dans chaque cellule pour calmer les excités.

54Pour mémoire, une citation controversée : « La prison, c’est la privation de la liberté d’aller et venir, et rien d’autre ».

La réforme-charnière de 1975

L’amorce d’une dynamique nouvelle

55Entre 1972 et le décret du 23 mai 1975, une avalanche de textes législatifs et réglementaires ouvre des droits nouveaux pour les personnes détenues.

56Sur la période, le principe de l’individualisation des peines et l’objectif de réinsertion sociale sont validés. Les fonctions de Juge d’Application des Peines (JAP) sont affermies. Les mesures d’aménagement de l’exécution des peines développées : extension de la semi-liberté, création des réductions de peine, élargissement des modalités d’attribution des permissions de sortir et de la libération conditionnelle. Le régime progressif est remplacé par une nouvelle classification des établissements. Les conditions de détention sont améliorées.

57La réforme institue également les Quartiers de Sécurité Renforcée (QSR). Un mode d’isolement et d’exécution de la peine qui suscite de fortes critiques et oppositions. Ils seront définitivement fermés en 1982.

58La réforme-charnière de 1975 s’incarne pleinement à la jonction de trois facteurs associés :

  • La pression des détenus et du corps social ;

  • Le mûrissement conjoint du droit et de la pensée ;

  • Le renouvellement des générations.

59Bien entendu, la rupture n’est pas radicale, de fortes résistances internes et externes provoquent périodiquement des oscillations entre des concepts opposés pour certains et complémentaires pour d’autres : prévention, répression, sécurité, humanisme, traitement, amendement, réinsertion… Autant de débats sémantiques récurrents, qui d’un événement particulier, d’un positionnement idéologique ou d’une élection à l’autre, favorisent la politique du balancier ou du pendule affectant dans la pratique aussi bien les personnels que les détenus. Paradoxalement, ce manque de continuité produit un foisonnement de débats, d’analyses, de controverses, de lois et de règlements, qui arriment irrémédiablement l’administration pénitentiaire à une remise en cause et une adaptation constante. Et c’est bien ainsi ! Même si le trop-plein est parfois indigeste.

La formation, un puissant levier

60À partir de 1975, le nombre de personnels de tous corps et grades est augmenté. L’Éducation nationale met des enseignants à disposition, les secteurs médicaux, sociaux et éducatifs sont étoffés.

61Les aménagements successifs de la condition du personnel aboutissent à la publication de nouveaux statuts en 1977. La même année l’administration pénitentiaire est dotée d’une École Nationale d’Administration Pénitentiaire (ENAP) ayant pour vocation de former tous les personnels.

62La volonté de changement ouvre pour la formation initiale et continue une période particulièrement stimulante. Des hommes convaincus et engagés, en provenance de divers horizons professionnels et intellectuels, associent en véritable pionniers leur savoir et leur créativité.

63Une vaste enquête nationale ayant pour objet l’identification des besoins de formation est lancée avec le soutien de l’Agence Pour le Développement de l’Éducation Permanente (ADEP). Étonnement général ! Le personnel est à la fois inquiet, intéressé et dubitatif. C’est la première fois que leur avis est sollicité. Un rapport de plus ? Non ! S’engage une vague de recrutement, une phase de foisonnement intellectuel et d’évolution des pratiques sans précédent. Les formations initiales sont allongées. Le concours pour l’accès aux fonctions de direction est ouvert au recrutement universitaire. L’avant-garde de jeunes directeurs, éducateurs et surveillants, atténue la consanguinité pénitentiaire et favorise un état d’esprit, nouvelle génération.

64Décloisonnement et ouverture de l’institution. Ces deux termes ressassés depuis des années prennent réalité et consistance. Le recrutement de compétences externes à l’administration pénitentiaire : conseillers en formations, psychologues, sociologues, historiens et criminologues notamment, donnent une dimension nouvelle aux contenus et méthodes pédagogiques. Après le remue-ménage des années précédentes, s’active le temps du remue-méninges.

65La formation continue est progressivement structurée par la création des Groupements d’Établissements Pénitentiaires (GRETAP). Ces ancêtres de la formation déconcentrée accompagnent, in situ, la mutation des pratiques. En visite à L’ENAP, le sous-directeur des ressources humaines affirme aux responsables de formation : « Vous ne savez pas communiquer, vous devez apprendre au personnel à communiquer ! ». Communiquer oui ! Mais dans quel but ? Sur quels sujets ? Dans quelles circonstances ? Nous sommes en pleine recomposition des pratiques au cœur du processus d’individualisation.

Un exemple de mutation des pratiques en maison centrale (1980-1985)

66En continuité de la réforme de 1975, la reconstruction des pratiques s’invente principalement au fil des volontés politiques et législatives. L’après 1981 conforte et complète les mutations de la décennie précédente. En voici une brève illustration vécue en maison centrale.

67La mise en place des parloirs sans dispositif de séparation, nécessite une modification en profondeur des procédures. Cependant, certaines questions telles que la sécurité et la sexualité restent longtemps taboues et conflictuelles ;

68À la fermeture définitive des quartiers de sécurité renforcée, les condamnés réintègrent le droit commun du régime des maisons centrales, sans difficulté particulière. L’augmentation du nombre de condamnés à de longues peines qui résulte pour une part de l’abolition de la peine de mort contraint à repenser la gestion du temps long. L’idée dominante consiste à responsabiliser les personnes détenues dans un Projet d’Exécution de peine (PEP). Dans cette perspective s’instaure une collaboration plus étroite entre toutes les compétences intervenant en maison centrale. La professionnalisation des personnels dans les nombreux domaines relevant des sciences humaines et sociales est renforcée en conséquence. Le suivi individualisé des détenus, aboutissant à l’étude de chaque cas en commission d’application des peines, engage une relation de plus en plus étroite avec les magistrats et plus particulièrement le juge de l’application des peines. Dans l’esprit de ce qui précède, les capacités d’enseignement et de formation professionnelle préparant les personnes détenues à des métiers ou des diplômes sont renforcées. Une annexe universitaire est créée dans la maison centrale. Ces mutations induisent de fait une réorganisation complète de l’établissement. De même, l’accroissement des espaces de parole impose un savoir-faire nouveau en matière de conduite de réunions.

69En milieu fermé, la densification et l’intensification de la relation dedans/dehors instaurent une triple réduction de distance entre : les détenus et les personnels, les détenus et l’extérieur, et les personnels pénitentiaires et l’extérieur.

  • 1 T. Peters, R. Waterman, Le prix de l’excellence. Les secrets des meilleures entreprises, Paris, Int (...)

70À l’évidence, le village  pénitentiaire ne peut être l’affaire d’une seule institution qui ne possède ni le don d’ubiquité ni la maîtrise de toutes les spécialités : hôtellerie, maintenance, travail, formation professionnelle, santé, culture, école, université, sport, préparation à la sortie… L’intervention de compétences partenaires accroît de manière exponentielle l’activité pluridisciplinaire. Pour les directions, l’appropriation de ce paradigme modifie profondément le style de management traditionnellement pyramidal. Dépasser les cloisonnements révolus impose une pratique du métier de directeur combinant logique hiérarchique et transversal. L’extrait ci-dessous du livre intitulé Le prix de L’excellence1 démontre à quel point cette complexité nouvelle n’est pas anecdotique mais centrale.

71« Pour donner un ordre d’idée de cette complexité, le nombre d’employés d’une entreprise a une progression arithmétique alors que le nombre d’interactions progresse de façon géométrique. Ainsi, dans une entreprise qui comprend dix employés, il est facile de garder le contact car le nombre d’interactions possibles entre deux personnes est de 45 ; dans une entreprise de 1000 employés, ce nombre s’élève à 500 000, et dans une entreprise de 10 000 personnes, il atteint 50 millions… » (Simplicité et complexité page 83).

72La maison centrale se situe dans un créneau estimé à 1 500 personnes (détenus, personnels, intervenants, familles). Pour les directions, le décloisonnement de l’institution consécutif à l’extension des passerelles dedans/dehors renforce le poids éminemment systémique d’un spectre professionnel de plus en plus complexe :

-celui du pilotage de valeurs humaines élevées en lien avec l’accroissement des normes juridiques et réglementaires ;

-celui de l’intégration, du soutien et de la coordination des actions partenariales en respectant les périmètres d’intervention de chacun. Une priorité consiste à atténuer et à apaiser les rapports conflictuels potentiels ;

-celui de l’adaptation et l’adhésion à des techniques et pratiques de sécurité nouvelles particulièrement contraignantes, source d’antagonisme et de contestation dans la mise en pratique.

73Ce management chef d’orchestre, à l’intersection d’une combinaison d’interactions multiples, sollicite la capacité à faire jouer une partition où chacun garde la particularité de son rôle associé harmonieusement aux autres. Dans cet esprit, la métaphore du chef d’orchestre catalyseur et arbitre n’est pas un lieu commun lancé au hasard des mots.

« La prison sans haine et sans crainte »

  • 2 Magazine d’actualités d’Alain Denvers. Les mercredis de l’information, format de 50 minutes, diffus (...)

74Tel est le titre d’un reportage réalisé par le journaliste Roger Gicquel, ancien présentateur du journal télévisé de TF1. En 1983, durant cinq jours, l’équipe de télévision a introduit ses caméras dans l’intimité de la maison centrale2. Une pratique nouvelle pour la direction consiste à affronter le média télévisuel sans formation préalable et sans éléments de langage  à disposition. Cinq jours de tournage dans les murs, parmi les très longues peines, sont une première du genre. La perception par les détenus et le personnel est ambivalente. L’occasion de libérer la parole est appréciée, puis très vite la présence des caméras devient source de tension, car ressentie et subie comme intrusive. Dans son a priori, l’équipe de télévision venait à la découverte d’une prison quatre étoiles et à la rencontre de détenus médiatiques. Pour la direction, l’enjeu était bien différent. Éviter, si possible, qu’une émission à l’audimat important ne se réduise aux stéréotypes. Peu à peu, les journalistes comprirent que ce serait une erreur de s’en tenir à l’écume des lieux communs. En ouvrant ses portes, le monde carcéral délivrait ses pseudos secrets sans crainte. La qualité finale du reportage en témoigne de même que les impressions inscrites sur le livre d’or de l’établissement par deux membres éminents de l’équipe :

« Au seuil d’un reportage sur cette maison impressionnante, une seule chose rassure, un certain climat d’intelligence qui bouscule bien des idées reçus », Roger Gicquel.

« J’ai beaucoup désappris, tant pis pour la dimension littéraire, mais ce que j’ai appris est somme toute tout à fait rassurant sur le plan de l’institution et surtout de l’homme », Jean-François Delassus.

Régulation des pratiques et « juste distance »

75Depuis 1975, le foisonnement législatif et réglementaire conditionne recherche et formation aux  bonnes  pratiques. L’abondance de référentiels, de supports méthodologiques, d’outils d’évaluation, de règlements intérieurs types, de débats et rapports de tous ordres, d’audits et de démarches qualités … forge un socle fédérateur permettant de capitaliser l’expérience acquise.

76L’identification et le partage des bonnes pratiques visent à les uniformiser ou tout le moins à en réguler les écarts les plus criants pour renforcer la cohérence de l’institution.

77Cependant, la pratique professionnelle n’est ni abstraite, ni scientifique, ni unilatérale. Elle est avant tout action, rôle et positionnement dans le labyrinthe relationnel d’un système complexe. C’est la raison pour laquelle elle doit être évolutive et partagée au sein d’un collectif.

78Le personnel pénitentiaire ne se réduit pas à une passivité sans âme, il agit avec et sur des hommes qui expriment et nourrissent des intentions, des idées, des affects, des besoins… Il est en vis-à-vis d’êtres humains disparates et non en surplomb. Milieu particulièrement délicat où les évidences, les idées reçues ne sont bien souvent que des leurres. Ici, l’humilité règne tant nous ignorons de l’homme et de ses aspirations véritables. Savoir-faire, pondération et courage sont nécessaires pour aller à la rencontre des personnes détenues et côtoyer ou affronter des personnages les plus inattendus. Cette diversité enrichit ou complique le métier, question de point de vue où s’entrecroisent et s’opposent idéologie et déontologie.

79Examinons le cas du surveillant. D’un geste, d’un regard, d’un mot, d’un conseil, d’une écoute, d’une information, d’un acte secourable, il donne un contenu concret aux valeurs de sécurité, d’individualisation et de réinsertion. Il est apte, pour peu qu’il s’en donne la peine, à transformer les coursives en galeries drainantes d’exemples. Son état d’esprit, ses actes, ses paroles, propagent des ondes négatives ou positives.

80Connecté aux besoins critiques des personnes détenues, il détient les clés, ouvre et ferme les portes pour la bonne cause : les parloirs, la promenade, les repas, le travail, les activités scolaires, les loisirs, les soins, les offices religieux… mais aussi la porte vers la liberté. Il intervient dans tous les actes d’indiscipline comme dans le soutien moral aux détenus. Ce qui en fait le modérateur et le médiateur privilégié des lieux de détention.

81Le danger de sombrer dans l’indifférence ou l’empathie excessive l’engage à tenir l’affect à  la juste distance, à l’opposé de la neutralité hautaine. Un art empirique qui associe l’alchimie du bon sens confronté aux théories des sciences humaines. Positionnement qui impose d’échapper aux émotions toxiques, à l’identification à autrui, à la compassion, à l’apitoiement, à la fascination… Et ne pas céder à la séduction ou la provocation d’où qu’elle vienne. Entre en terrain mouvant, celui qui s’aventure sans maîtrise du phénomène d’intensité d’une relation. La règle générale consiste à laisser ses humeurs à la porte de la prison, de s’envelopper de sérénité et d’imposer une attitude stable à ses comportements et ses injonctions.

82Démonstration simple dans sa proclamation, mais exigeante dans son application. D’autant plus que le soutien psychologique au personnel comme aux détenus sera inexistant jusqu’au milieu des années 1990. Actuellement 260 psychologues exercent à l’administration pénitentiaire, ce qui représente une plus-value incontestable.

Un processus permanent

83Au cours de la décennie 1970, il y a un parallélisme évident entre la destruction d’établissements, la déconstruction et la mutation des pratiques pénitentiaires.

84Depuis la réforme-charnière de 1975, les transformations en milieu fermé comme en milieu ouvert sont massives et continues. En substance, et bien au-delà des évolutions technologiques, les décennies post-1975 sont marquées par : l’affectation de surveillantes en détention hommes ; la télévision en cellule ; les démarches qualités ; la mise en œuvre de nombreux programmes et protocoles relatifs à la santé, la culture, l’enseignement, l’éducation et plus généralement la préparation à la sortie, le bracelet électronique, le rôle de l’avocat dans la procédure disciplinaire, les Équipes Régionales d’Intervention et de Sécurité (ERIS), le droit de vote, la création des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation (SPIP), l’évolution du parc pénitentiaire… Il y eut des freins idéologiques, des questionnements légitimes, des expérimentations, des forces contraires et il y en aura d’autres. Pour conclure gardons à l’esprit  l’apport des réformes sur :

  • le renforcement de la judiciarisation et du contrôle des prisons concourant à la protection juridique des détenus comme du personnel.

  • Le décloisonnement continu de l’institution, grâce à l’implantation de nombreux métiers, partie prenante à la mission du service public pénitentiaire.

  • L’élévation constante du niveau de formation du personnel et l’adaptation des pratiques aux Règles Pénitentiaires Européennes (RPE).

85Mais ne nous y trompons pas, le système pénitentiaire idéal n’existera jamais. Par nature, évolutif et contesté, il est constamment en tension. Perpétuellement soumis aux feux de critiques provenant de tous horizons, d’enjeux politiques, syndicaux et médiatiques. La permanence des investigations et des contrôles dont il fait l’objet est indispensable à la légitimité de son action. Les mutations réalisées et celles à venir ne prospéreront que dans une administration professionnalisée et sécurisée autour de règles et de pratiques applicables et humainement acceptables. Enfin, il n’y a pas seulement en milieu carcéral que nous vivons l’ère de l’imparfait. La raison d’être de l’administration pénitentiaire repose sur la réaction en chaîne causes-effets-conséquences, exutoire d’une société elle-même imparfaite. Cela aussi mérite d’être rappelé !

Haut de page

Notes

1 Magistrat français, directeur de l'Administration Pénitentiaire, nommé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

2 Loi du 27 mai 1885 sur la relégation des récidivistes. Cette peine accessoire perpétuelle concernant les récidivistes considérés comme inamendables sera appliquée jusqu’en 1970.

3 Régime selon lequel les condamnés travaillaient la journée en groupe et étaient isolés en silence la nuit. Ce système se développa à partir des années 1820 dans la prison d'Auburn  (New York).

4 Pièce commune parfois chauffée où sont regroupés les détenus en journée. Fait aussi fonction de réfectoire.

5 Tenue portée par les condamnés jusqu’en 1975 dans les centres de détention et 1983 dans les maisons centrales.

6 Le Courrier de Bovet est une association nationale de type loi 1901 créée en 1950 à l'initiative d'un aumônier des prisons. Ce dernier a confié à madame de Bovet, le soin de développer une action durable de correspondance avec les personnes incarcérées. L'association agit en liaison avec l'administration pénitentiaire envers qui elle est moralement engagée.

7 Le panoptique est un type d'architecture carcérale imaginée par le philosophe Jeremy Bentham et son frère, Samuel Bentham, au XVIIIe siècle.

8 La loi du 17 juillet 1970 substitue la tutelle pénale à l’ancienne peine de relégation.

9 En France, l’adultère n’est plus une faute pénale depuis la loi du 11 juillet 1975, seule la faute civile demeure possible.

10 En France, entre 1950 et 1992, 7 593, jeunes objecteurs de conscience ont effectué des peines de prison en raison de leur refus d’effectuer le service militaire.

11 Depuis la loi du 9 mars 2004, la contrainte judiciaire remplace, l'ancienne contrainte par corps la prison pour dettes.

1 Se reporter au décret du 12 décembre 1972 créant la commission d’application des peines, et à la loi du 29 décembre 1972 relative à la procédure pénale, aux peines et à leur exécution.

2 Le 27 juillet 1971, un détenu de la prison Saint-Paul de Lyon, Guy Chauffour, s’est emparé d’une arme dans un colis qui lui avait été adressé et a mortellement blessé le surveillant principal Albert Collomb. Il sera condamné à mort avant d’être finalement gracié en juin 1973.

1 T. Peters, R. Waterman, Le prix de l’excellence. Les secrets des meilleures entreprises, Paris, Intereditions 1983.

2 Magazine d’actualités d’Alain Denvers. Les mercredis de l’information, format de 50 minutes, diffusée sur TF1 le 15 juin 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Ricard, « Le milieu fermé : déconstruction et mutation », Criminocorpus [En ligne], L’administration pénitentiaire, 1945, 1975, 2015. Naissance des réformes, problématiques, actualité, Partie 2 - La réforme de 1975 : L’amorce de dynamiques nouvelles, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6294

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Ricard

Directeur régional honoraire des services pénitentiaires, Ancien chef de bureau de la formation et de l’emploi des ressources humaines à la DAP.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page