Navigation – Plan du site
Partie 2 - La réforme de 1975 : L’amorce de dynamiques nouvelles

Le domaine de Thol. Un camp de réinsertion et une prison sans murs

Henri-Pierre Zito

Texte intégral

Au milieu des années 80, pour faire face à une forte surcharge au sein des Prisons de Lyon, et ainsi éviter l'embrasement de la période estivale, le ministère de la justice va envisager une autre forme de détention. Elle propose d'offrir une chance supplémentaire à certains détenus de moins de 25 ans, tous emprisonnés pour des durées inférieures à 3 ans, la possibilité de participer à une nouvelle expérience sous contrat moral, avec comme challenge, la libération à l'issue de cette épreuve.

L'objectif est à la fois simple et double car il faut désencombrer les établissements pénitentiaires surpeuplés pendant les difficiles mois de l'été et préparer moralement et physiquement les jeunes détenus à assumer leur sortie avec de meilleures chances d'insertion.

Un site de 13 hectares à Thol sur les bords de l'Ain, la rivière qui donna son nom au premier département de France, est récupéré pour mettre en place cette politique. Cet emplacement appartenait au ministère de la Défense, et à la suite d'un accord avec la Chancellerie, l'administration pénitentiaire va organiser, la première année, pendant l'été, deux sessions de cinq semaines chacune pour une trentaine de détenus.

Elle ouvre alors les portes de cet ancien camp militaire qui, jadis, jusqu'en 1962, avait servi de centre d'internement pour le Front de Libération National (FLN). Ensuite, les combattants de l'Organisation de l'Armée Secrète (OAS) ayant eu une condamnation inférieure à 5 ans y seront regroupés jusqu'en 1965. Après cette période, ces prisonniers laisseront leur place aux personnes étrangères en situation irrégulière. Le camp clôturé par une double rangée de grillage et surmonté de miradors, est composé d'une douzaine de baraquements dortoirs, d'un bâtiment récréatif et d'un terrain de football. Afin que ce lieu ne ressemble plus à une vraie prison, la première chose qui a été ordonnée, a été de détruire les hauts miradors édifiés, à l'époque, en ferraille. Puis, on décida de supprimer les uniformes en faisant vêtir les surveillants d'un simple tee-shirt blanc flanqué d'un flocage au contour bleu, côté cœur, portant au centre l'inscription « AP » en rouge et sur le liseré, celle du « Camp de Thol ». La direction de cet établissement est confiée à un personnel des services socio-éducatif et son adjoint est un premier surveillant de l'administration pénitentiaire. Les prisonniers sont répartis en groupes et suivent un emploi du temps strict mais équilibré. Il est rédigé par les responsables et mentionnent notamment les heures communes pour le petit déjeuner (8h15 à 8h30), le déjeuner (12h00 à 12h30) et le dîner (19h00 à 19h30). Les journées débutent de la même manière pour tout le monde : réveil de 6h30 à 7h, footing de 7h à 8h, puis douche et petit déjeuner. À partir de 8h30, tous les groupes suivent leur planning respectif jusqu'au déjeuner. De 13h à 14h, ils peuvent participer à des activités à option avant de reprendre le cycle normal jusqu'à 17h30. De 18h00 à 19h, ils bénéficient d'un temps libre avant de prendre, à nouveau, la direction du réfectoire. Après le dîner, ils ont encore droit à 3 heures d'activités libres avec notamment des jeux de société, une promenade à l'intérieur du camp ou un film télévisé. À 22h30, c'est la fermeture des dortoirs avec une toute petite clef, comme vous en avez chez vous pour verrouiller une porte de chambre à coucher. On était loin des clefs de 10 centimètres de long qui servaient à fermer les geôles des prisons. À 23h, c'était l'extinction des feux. Il y avait néanmoins une variante pour le dimanche avec un petit déjeuner déplacé à 9h et après le déjeuner, un après-midi consacré avec des activités libres.

Tout en occupant les stagiaires, comme on les appelait, à effectuer des petits travaux d'entretien (le ménage des baraquements et des parties communes, la vaisselle, le déblaiement des gravats, le rebouchage des tranchées, l'aménagement du site, le désherbage des chemins d'accès), le personnel d'encadrement leur proposait également de multiples activités de plein air comme des sorties en canoë kayak, des parcours en vélo, l'apprentissage de la moto trial, des promenades à cheval. Des activités sportives étaient aussi proposées tel que la marche, la course, le ping-pong, le tir à l'arc, le tennis, le volley, la pétanque, la musculation, l'haltérophilie, le yoga ou le football. Enfin, les activités manuelles avec la conception d'ateliers de ferronnerie, de poterie et de cuir ainsi qu'artistiques (théâtre, peinture, vidéo et la sculpture) étaient nombreuses.

Les dirigeants de ce projet n'avaient pas omis de prévoir également le côté éducatif avec la venue, chaque semaine, de jeunes issus du GENEPI (Groupement Étudiant National d'Enseignement aux Personnes Incarcérées) et des interventions des membres de l'ALPES (Association Lyonnaise de Promotion et d'Education Sociale).

Les stagiaires ont ainsi été remis à niveau, initiés à l'informatique. Ils ont appris à rédiger des courriers, ils ont pu suivre des cours de français et ont même pu préparer l'examen du code de la route pour obtenir, plus tard, dès leur libération, leur permis de conduire.

Quelques artisans sont même venus apporter leur pierre à l'édifice en initiant certains jeunes à la pratique de leurs métiers afin de les aider à se reconstruire professionnellement.

Plusieurs jeunes s'adonnaient au journalisme. Ils retraçaient la vie du camp en rédigeant des articles et en effectuant des interviews. Ils les inséraient ensuite dans un journal qu'ils avaient intitulé « Le Thol à liberté ». Ils avaient fait l'éloge de la cuisine dont j'avais la charge. Pour les remercier, je leur avais dédié une chanson dont le titre était « stagiaires sans frontières ».

Elle disait au début :

Ils étaient toujours enfermés

Et ne savaient à qui parler

Dans ces quelques mètres carrés

Des pénitenciers.

On leur proposait l'aventure

Sans pliage de couvertures.

Ils savaient que ce serait dur

Mais il n’y aurait pas de murs.

Et elle terminait par ces phrases :

Loin des grandes maisons d'arrêt

Qui ressemblaient à de vraies taules,

Ils se souviendront à jamais

De ce camp de Thol.

Les journalistes avaient alors demandé mon accord pour qu'elle figure dans leur revue et m'avaient proposé d'organiser une soirée barbecue afin qu'ils puissent la chanter, autour d'un feu, accompagné à la guitare par une éducatrice. La direction avait accepté ce projet et cette petite fête nocturne fût une réussite totale dans tous les sens du terme. Après les deux sessions de 1986, tout va être mis en place pour reconduire cette initiative en 1987 mais une seule session verra le jour en 1988. Le coût de cette opération estivale était très élevé et c'est sans doute, à cause de problèmes budgétaires qu'elle a été rayée des grilles de programmation. On parlait, à ce moment-là, d'un budget avoisinant les 150 000 francs Pourtant, je me rappelle que l'on m'allouait qu'une trentaine de francs par jour pour faire manger une personne matin, midi et soir.

En 1993, on annonce, sur le site, l'arrivée de 150 réfugiés roumains venant de Nanterre. C'en est trop pour les habitants de ce petit village de Neuville-sur-Ain qui vont manifester en bloquant l'accès routier. Ils coupent alors des arbres qu'ils installent sur la chaussée et entassent de nombreux pneus qu'ils enflamment. Près de huit cents personnes sont mobilisées lors d'une nuit mémorable qui a poussé ensuite les pouvoirs publics à faire marche arrière. Afin de retrouver sa tranquillité, car ne nous voilons pas la face, tout n'a pas été rose pendant les cinq sessions au cours desquelles, on a enregistré quelques fuites ou évasions, des trafics de stupéfiants, des mauvais comportements, la municipalité de Neuville-sur-Ain a racheté le camp en conservant l'appellation du domaine de Thol.

Dans ce lieu aujourd’hui, nous trouvons des ateliers artisanaux, des locaux pour diverses associations (de tir à l'arc, de boules, de tennis), une aire de skateboard, une partie résidentielle et même un centre de traitement du courrier de la Poste.

Tous les grillages ont été détruits. En revanche, certains bâtiments qui ont servi pour l'accueil des stagiaires n'ont pas encore été détruits mais toutes les vitres ont été cassées et les pièces des locaux taguées. Après une vie militaire et judiciaire d'une cinquantaine d'années, ce petit hameau de l'Ain a enfin retrouvé sa quiétude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri-Pierre Zito, « Le domaine de Thol. Un camp de réinsertion et une prison sans murs », Criminocorpus [En ligne], L’administration pénitentiaire, 1945, 1975, 2015. Naissance des réformes, problématiques, actualité, Partie 2 - La réforme de 1975 : L’amorce de dynamiques nouvelles, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6314

Haut de page

Auteur

Henri-Pierre Zito

Surveillant réserviste

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page