Navigation – Plan du site

Laurent Perrillat et Corinne Townley, Dictionnaire des magistrats du Sénat et de la Chambre des comptes de Savoie (1559-1848)

Chambéry, Union des sociétés savantes de Savoie, 2018, 535 p.
Marie Houllemare
Référence(s) :

Laurent Perrillat et Corinne Townley, Dictionnaire des magistrats du Sénat et de la Chambre des comptes de Savoie (1559-1848), Chambéry, Union des sociétés savantes de Savoie, 2018, 535 p.

Texte intégral

  • 1 Le Sénat de Savoie : archives, historiographies, perspectives (XVIe-XIXe siècles), Chambéry, Univer (...)

1Cet ouvrage constitue un utile instrument de travail pour toute étude sur la Savoie à l’époque moderne. S’inscrivant dans la suite d’un ensemble de publications récentes qui éclairent l’histoire judiciaire de cet État alpin, il complète utilement les volumes collectifs de 2013 et 2016, dirigés par Françoise Briegel et Sylvain Milbach, qui constituaient des bilans provisoires et des invitations à la recherche1. Il vise pour sa part à faciliter les recherches sur les institutions délibératives, à la fois la principale institution judiciaire de Savoie, le Sénat, et la principale institution financière, la Chambre des comptes. Cependant, la chronologie de l’étude, depuis le retour de la Savoie aux ducs, jusqu’à la suppression du Sénat en 1848 au profit d’une cour d’appel, montre que la cour judiciaire constitue le cœur du propos (la Chambre des comptes est supprimée dès 1720).

2L’ouvrage s’ouvre par un chapitre de synthèse, rédigé par Laurent Pérrillat, qui inscrit le Sénat dans le panorama institutionnel savoyard, mais en gardant toujours les parlements de France comme point de comparaison : les magistrats savoyards sont moins payés que leurs homologues français et la vénalité des offices, mise en place plus progressivement, à partir des années 1570 et systématisée en 1681, est supprimée en 1713. La référence française est cruciale pour les magistrats, car, comme le rappelle l’auteur, les occupations françaises, nombreuses, marquent la pratique institutionnelle, et ce dès l’éphémère existence du parlement de Savoie (1536-1559). L’organisation interne des deux juridictions est marquée par quelques fortes originalités, avec un Bureau des pauvres, mais aussi, du côté des auxiliaires de justice, une trentaine d’archers sous l’autorité d’un capitaine, ainsi qu’un clavaire, garde des archives ducales, attaché à la Chambre des comptes.

3L’étude prosopographique proprement dite révèle des caractéristiques communes avec d’autres groupes de magistrats français, notamment l’existence de lignées de magistrats, et de nombreux liens de parenté entre collègues. Le tableau des p. 64-65 montre ainsi que, parmi les 52 magistrats recensés en 1677, une minorité (9) n’a aucun lien familial avec d’autres membres des deux institutions. Les carrières témoignent cependant d’une plus grande diversité du cursus honorum des juristes dans le service ducal, au moins jusqu’au début du XVIIIe siècle, alors que le Sénat devient moins attractif (et que la Chambre des comptes disparaît).

4Le cœur de l’ouvrage est composé de 587 notices biographiques de magistrats, qui permettent d’appréhender, dans la longue durée, la composition sociale des principales institutions savoyardes. Il met ainsi en évidence, derrière les évolutions institutionnelles et les pratiques délibératives collectives, l’importance des parcours de vie individuels et des lignages. Très complètes, les notices comportent des indications sur la famille, la formation et la carrière, ainsi que sur les sources possibles pour une étude biographique (testaments par exemple). Les notices s’accompagnent, le cas échéant, de reproduction des signatures et / ou armoiries des magistrats, ainsi que de leurs portraits (reproductions de plus ou moins grande qualité). Les représentations frappent par leur fréquence et leur diversité de support : gravures à l’antique, pour Claude Expilly, tableaux à l’huile, comme le portrait d’Alphonse Delbenne (cathédrale d’Albi), mais aussi tombeau d’Antoine Fabvre, à Chambéry et buste en marbre de Thomas Graneri. Rares semblent, en revanche, les représentations collectives des magistrats : bois d’une église annécienne, et surtout tableau du peintre d’histoire de Savoie, sur la promulgation du code civil.

5À elles seules, ces images offrent déjà des pistes d’études complémentaires sur la représentation et la mise en scène du pouvoir sénatorial. Elles montrent bien combien ce dictionnaire constitue un outil précieux pour entrer dans l’histoire socio-politique des élites savoyardes, à travers les très riches archives du Sénat, aujourd’hui conservées par les archives départementales de Savoie, et qui offrent encore de nombreuses possibilités de recherche. Seule la justice pénale a fait l’objet d’une recherche synthétique, grâce aux travaux d’Hervé Laly2. Mais les archives propres de cette juridiction (fonds 2B) sont encore très riches, comme en témoignent les 4220 cotes dans du répertoire numérique de Corinne Townley3. À cela s’ajoutent, entre autres, les archives familiales saisies par le Sénat (4B)4.

6De manière générale, ces travaux donnent à voir une administration judiciaire extrêmement efficace et à la documentation rigoureuse. La sophistication des pratiques de l’écrit (en cours d’études par l’équipe réunie autour de Françoise Briegel à l’Université de Genève) est en effet une caractéristique majeure des États de Savoie, ce dont témoigne aussi la fameuse mappe sarde de 1730, ce cadastre établi sur la base d’une cartographie généralisée des parcelles de toutes les communes.

Haut de page

Notes

1 Le Sénat de Savoie : archives, historiographies, perspectives (XVIe-XIXe siècles), Chambéry, Université de Savoie, 2013. Voir le compte-rendu dans la revue Criminocorpus, Les Sénats des États de Savoie. Circulations des pratiques judiciaires, des magistrats des normes (XVIe-XIXe siècles), Rome, Carocci Editore, 2016.

2 Hervé Laly, Crime et justice en Savoie (1559-1750) : l’élaboration du pacte social, Rennes, PUR, 2012.

3 http://www.savoie-archives.fr/archives73/ir_pdf/ANC/B/AD073_B_IR202.pdf

4 http://www.savoie-archives.fr/archives73/ir_pdf/ANC/B/AD073_B_IR223.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Houllemare, « Laurent Perrillat et Corinne Townley, Dictionnaire des magistrats du Sénat et de la Chambre des comptes de Savoie (1559-1848) », Criminocorpus [En ligne], 2019, mis en ligne le 12 novembre 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6517

Haut de page

Auteur

Marie Houllemare

Marie Houllemare est professeure d'histoire moderne à l’université de Picardie Jules Verne (Amiens), membre du Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits (Équipe d’accueil 4289, Université de Picardie). Spécialiste d’histoire du crime, de la justice et des archives, elle s'intéresse principalement à la définition de catégories criminelles et à la répression dans les colonies françaises au XVIIIe siècle, après avoir travaillé sur les parlements de Paris et de Savoie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page