Navigazione – Piano del sito
Présentation de la journée d'études

Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (xxe-xixe siècles, Amérique du Nord, Europe) : présentation

Anne-Emmanuelle Demartini 

Testo integrale

Bob Schutz, Prison d’Attica, 10 septembre 1971Visualizza l'immagine
Crediti : Bob Schutz/AP/SIPA

1Ce dossier sur les révoltes dans les prisons à l’époque contemporaine est issu d’une journée d’études, qui s’est tenue le 26 mai 2018 à la BILIPo-Bibliothèque des littératures policières et dont le projet est né de la concomitance entre un livre et un événement.

  • 1 Philippes Artières (dir.), Attica, USA 1971, Cherbourg, Le Point du Jour, 2017.

2À l’automne précédent avait paru Attica USA 1971, dirigé par Philippe Artières et consacré à la révolte de la prison d’Attica dans l’État de New York, en septembre19711. J’ai trouvé le livre à la fois magnifique pour sa conception, notamment la restitution polyphonique de la mutinerie et la manière dont est pensée la superbe iconographie, et sidérant, pour ce qu’il retrace : c’est-à-dire, sur fond d’Amérique des années Nixon et de lutte pour les droits civiques des minorités, la dynamique d’une révolte conduite par des détenus, noirs pour la plupart, qui s’emparent d’une partie de la prison et prennent les surveillants en otage, son déclenchement puis son déroulement, la manière dont les mutins s’organisent, formulent des revendications et pensent l’enjeu médiatique de leur action, le processus de négociation qui s’est engagé, les attentes entourant l’attitude des autorités de l’État de New York et le cheminement implacable d’une logique de répression avec, au bout de quatre jours l’assaut final. Fascinante aussi cette histoire longue d’Attica, parce qu’il faudra plus de quarante ans, après enquêtes et procédures judiciaires, pour que le voile soit levé sur les responsabilités et l’étendue d’un massacre d’État, et parce que l’événement, qui a fait converger prisonniers, artistes et militants, travaille la mémoire collective.

  • 2 Depuis 1975 la population carcérale croît huit fois plus que la population totale du pays. Georges (...)
  • 3 Statistique mensuelle des personnes écrouées et détenues en France, situation au 1er avril 2019. (...)

3J’étais plongée dans la lecture du livre quand a débuté en France, au mois de janvier 2018, un vaste mouvement de contestation, déclenché par les surveillants de prisons. Grève et blocages ont entravé le fonctionnement de 45 prisons et affecté quelque 120 établissements dans tout le pays. Ce mouvement, qui représente le conflit social le plus important dans le milieu des personnels pénitentiaires depuis un quart de siècle, a remis à l’ordre du jour la question des prisons, marquées par la vétusté et le surpeuplement : depuis 1975, la population détenue n’a cessé de croître2, sous l’effet de la double augmentation du nombre de condamnations et de la durée des peines, et s’élève actuellement à 71 828 personnes incarcérées pour 61 010 places effectivement disponibles3. Alors que la prison est – et demeure en dépit de tous les constats sceptiques ou alarmistes – le centre de la pénalité, on en parle peu, ou pas. C’est le « grand silence », pour reprendre l’expression du magistrat Denis Salas. Or, ce silence a été rompu cette année-là, non pas par les prisonniers, mais par les surveillants de prison. Et l’hiver suivant, les personnels pénitentiaires ont lancé un nouveau mouvement de protestation.

4Le projet de la journée d’étude est donc né d’une double actualité éditoriale et sociale, ou plutôt du croisement d’une lecture et d’une information, dans un jeu d’écho mettant en relation deux mobilisations relatives à la prison, deux types d’acteurs, les prisonniers à Attica, les surveillants à Vendin-le-Vieil, deux pays, les États-Unis et la France, deux époques, à près de cinquante ans d’intervalle. Tandis que naguère les prisonniers se soulevaient et dénonçaient leurs conditions d’incarcération, aujourd’hui les surveillants bloquent les prisons pour dénoncer leurs conditions de travail : que penser de ce changement ? Les surveillants ont-ils pris le relai des détenus pour poser la question des prisons ? Traduit-il un glissement des figures de la protestation, ou du moins de ses acteurs audibles, car en janvier 2018, il y a eu aussi de multiples mouvements dans les prisons, avec des refus collectifs de regagner les cellules après la promenade qui ont conduit souvent à l’intervention des forces de sécurité, à Sequedin, Maubeuge ou Valence ? Et que dit-il des évolutions de l’institution pénitentiaire ? Autant de questions qui conduisent à rouvrir le dossier des figures de la révolte dans les prisons.

5Reprendre la question des révoltes carcérales revêt d’autant plus de sens dans le contexte de l’année 2018, au cours de laquelle s’est tenue la journée d’études, marquée par la mémoire des luttes de 1968. Or si mai 68 a largement ignoré la prison, les manifestants se bornant à défiler devant les murs de la maison d’arrêt de la Santé, la dénonciation de la prison est pourtant un des effets du mouvement de critique généralisé inauguré par 68. Les prisons sont bel et bien entrées en politique dans les « années 68 ». Dans le contexte commémoratif du cinquantenaire, il n’était pas inutile de rappeler la part que 68 a eu dans l’émergence de la question des prisons.

6Mais le contexte actuel n’est pas seulement commémoratif, il est aussi politique, avec la lutte contre le terrorisme. Il a d’ailleurs joué un rôle dans le mouvement des surveillants de prisons, qui s’est déclenché après l’agression de trois gardiens de la prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, par un détenu islamiste, qui était impliqué dans l’attentat de Djerba en 2002 ; en mars 2019, ce sont encore des agressions de surveillants par de détenus islamistes, au centre de détention de Château-Thierry ou au centre ultra-sécurisé de Condé-sur-Sarthe, qui relancent la protestation. Les personnels pénitentiaires qui dénoncent l’insécurité régnant en prison et des conditions de travail indignes n’évoquent d’ailleurs pas les révoltes des détenus en tant que telles, mais posent principalement le problème de la gestion des « détenus radicalisés ». Il y a là assurément l’émergence, dans l’imaginaire de la prison, d’une nouvelle figure du prisonnier dangereux : nouveau défi au maintien de l’ordre, le radicalisé qui agresse au couteau un surveillant au cri d’« Allah Akbar ! », dans une prison de haute sécurité, pourrait-il incarner, à côté du mutin ou de l’évadé, une nouvelle figure de la révolte ? Il pose en tout cas à nouveau frais quelques questions cruciales, quant à la prévention de la révolte (la manière d’empêcher la constitution d’un collectif potentiellement dangereux), son déroulement (le passage de l’action individuelle à la violence collective) ou son interprétation, à travers la reconnaissance ou le déni de la dimension politique des actes, le détenu radicalisé réactualisant la question du rapport entre la prison et le politique.

  • 4 Jean-Claude Vimont, La prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique xvii (...)
  • 5 Sophie Dreyfus Généalogie du délit politique, Clermont-Ferrand, Fondation Varenne, 2009.

7Penser les révoltes dans les prisons, en effet, implique d’interroger la prison comme lieu politique. Ce qui pose la question de la manière de penser et de qualifier les actes. À partir de quand un geste d’indiscipline est-il pensé, par celui qui le commet ou par ceux qui l’observent, comme un acte politique ? Comment les violences sont-elles légitimées ou déligitimées ? Dans quelle mesure, autrement dit, le politique constitue-t-il le registre d’expression et également de réception des contestations ? Penser les révoltes amène à revenir sur la distinction entre détenus politiques et détenus de droit commun. L’historien Jean-Claude Vimont a produit sur ce sujet un livre essentiel, qui retrace l’histoire de la définition d’un régime spécial de détention4. Plus récemment, Sophie Dreyfus, sur le terrain de la philosophie, a étudié la construction progressive au xixe siècle de la catégorie des crimes et délits politiques, qui dessine le champ des atteintes à l’ordre social tolérables et évacue de celui-ci le recours à la violence 5. Dès les années 1820 et 1830, essentielles dans le processus de construction du partage entre ce qui relève du politique et ce qui relève du droit commun, les écrivains et penseurs libéraux, condamnés pour délits de presse, qui réclament un mode d’incarcération spécifique, assoient leur revendication sur la dénonciation de l’immoralité viscérale des prisonniers ordinaires, considérés comme vils et lâches. Cette position se prolonge plus tard à travers l’analyse marxiste, qui refuse de reconnaître une capacité politique et un rôle révolutionnaire aux délinquants, associés au lumpenprolétariat.

  • 6 Des présentations synthétiques de cette histoire dans Grégory Salle, La part d'ombre de l’État de d (...)
  • 7 Voir Le Groupe d'Information sur les Prisons : archives d'une lutte, 1970-72, documents réunis et p (...)
  • 8 L’article de Lacenaire « Sur les prisons et le système pénitentiaire en France », signé « un ex-pri (...)

8L’histoire de la politisation des prisons montre le rôle joué par les détenus politiques, c’est-à-dire les militants qui se sont mobilisés pour obtenir un régime spécial de détention, mais aussi l’érosion du partage politique/droit commun, quand le délinquant accède au rang de sujet politique à la fois dans les débats de l’extrême gauche (des Black Panthers aux États-Unis à la Gauche prolétarienne en France en passant par Lotta continua en Italie) et sur le terrain des luttes dans les prisons, dans les années 1971-19746. Concernant les droits communs, ce moment de politisation est aussi celui d’une prise de parole, dont est significative la création du Groupe d’information sur les prisons (GIP) par Michel Foucault en 1971 dont l’objectif est de rendre politique toutes les questions liées à la détention et de faire entendre les détenus7. Cette prise de parole rompt avec un long mutisme qui contrastait avec la tradition d’écriture des prisonniers politiques et traversait toute l’histoire de la prison pénale, hormis quelques exceptions notoires, ainsi l’assassin Lacenaire, exécuté en 1836, qui a composé des poésies et rédigé ses Mémoires à la Conciergerie, même s’il est vrai que ses origines bourgeoises et son instruction le rapprochaient des détenus politiques de son temps. Cet exemple montre en outre que la revendication d’une posture de révolte contre la société (Lacenaire avait, selon ses propres termes, « déclaré la guerre » à une société injuste) n’implique pas forcément une révolte effective sur le terrain de la prison : tenir la posture jusqu’au bout exigeait au contraire pour Lacenaire d’accepter son sort et loin de songer à soulever ses codétenus, il poursuivait plutôt derrière les barreaux et pour ainsi dire au pied de la guillotine un objectif de reconnaissance ; d’ailleurs, fort de sa qualité d’ancien détenu, il avait écrit en 1834 des articles pour dénoncer ces « gouffres de démoralisation8 » qu’étaient les prisons, impuissantes à améliorer les détenus, occupant ainsi la position moins du mutin que de l’observateur social ou du réformateur, à l’instar de tant de bourgeois de son temps.

  • 9 Voir par exemple Philippe Artières, La Révolte de la prison de Nancy. 15 janvier 1972, Cherbourg, L (...)

9Avant le tournant de 1970, le monde carcéral était traversé de révoltes et il arrivait que le bruit et la fureur des révolutions franchisse les murs des prisons, ainsi en 1848 comme l’a montré Michelle Perrot, à qui l’historiographie des prisons doit tant. Mais la politisation de la mobilisation dans les prisons date des années 1970 qui ont légué des images emblématiques : ce sont les prisonniers de la cour d’Attica, poing levé, scène qu’a immortalisé la fameuse photographie de Bob Schutz, de l’agence Associated Press, choisie pour l’affiche de la journée d’étude et qui fait écho au poing ganté que, trois ans plus tôt, les athlètes afro-américains ont brandi en soutien aux Black Panthers sur le podium des jeux Olympiques de Mexico. Ce sont aussi, à Toul, Nancy (1971), Turin ou Milan (1969), ces prisonniers, aux allures d’étudiants, debout, sur les toits des prisons9.

Gérard Fromanger, En révolte à la prison de Nancy, huile sur toile, 1974

Gérard Fromanger, En révolte à la prison de Nancy, huile sur toile, 1974

Droits réservés

10Cette vague de révoltes, marquées par des affrontements souvent sanglants, qui touche surtout les maisons centrales, culmine pendant l’été 1974, où l’Administration pénitentiaire dénombre près de 90 protestations collectives. Plus tard, en 1985, une vague de mutineries, partie des maisons d’arrêt, secoue à nouveau le monde carcéral.

  • 10 Me Henri Leclerc, avocat de nombreux militants des années 68, s’étonne, à la fin des années 2000, d (...)
  • 11 Voir Antoinette Chauvenet, « Les barbares de l’intérieur. Du lacet de chaussures cassé à l’émeute » (...)

11Mais qu’en est-il depuis ? Quelle actualité des révoltes aujourd’hui ? Malgré la surpopulation carcérale, – étonnamment, jugent certains10 – la prison ne bouge pas ou peu ; la violence y est ordinaire, tant l’institution pénitentiaire, où le simple incident peut aisément dégénérer (ce que montre d’ailleurs le cas d’Attica), est régie par l’imprévisible11 ; mais les actes de résistance dont elle est le cadre parviennent rarement au rang d’événements, mises à part de rares évasions médiatisées, comme celle de Redouane Faïd récemment.

« L’évasion en une leçon », Police-magazine, 31 octobre 1937

« L’évasion en une leçon », Police-magazine, 31 octobre 1937

Défiant la prison, entrant en résonance avec notre désir de liberté, l’évasion fascine, comme le montre cette première de couverture d’un hebdomadaire spécialisé dans les faits divers criminel qui souligne le caractère sensationnel des évasions, réputées « mystérieuses » et propices à de « surprenantes révélations ».

Criminocorpus/Bilipo

  • 12 Georges Benguigui et alii, op. cit., p. 10.

12Si des tensions multiples la travaillent, la prison est une « cocotte-minute12 » qui n’explose pas. De quelles manières les dispositifs spatiaux et architecturaux, les redéfinitions du maintien de l’ordre et de la relation carcérale influent-ils sur les possibilités et les modalités de la contestation ? Les réformes successives, venant à bout des abus les plus criants et des archaïsmes les plus choquants, ont-elles désarmé les mobilisations d’ampleur ? Quid des autres formes d’expression et de mobilisation qui ont pu prendre le relai des révoltes ? Dans l’imaginaire social, le spectre des représentations entre le détenu révolutionnaire et le truand s’est-il resserré pour ne plus laisser subsister que des délinquants répulsifs ou des « barbares », puisque c’est ainsi que sont perçus les terroristes islamistes ?

13Pour approcher la complexité des révoltes dans les prisons, il faut envisager une pluralité d’acteurs : du côté des prisonniers, on parlera ici de militants politisés incarcérés, mais aussi de droits communs, de « détenus particulièrement signalés » (DPS), de condamnés à mort ; on verra d’ailleurs, avec l’exemple de la mutinerie de Saint-Maur en 1987, comment les cloisonnements catégoriels, qui sont aussi matériels, sont dépassés dans l’émeute, « marginaux », « perpètes », « mecs qui sortaient plus », « politiques » se retrouvant « dans le bain » du soulèvement (le récit de Daniel Koehl dans le texte publié par Léonore Le Caisne). On prêtera attention également aux échanges qui s’effectuent entre l’intérieur et l’extérieur de la prison, puisque les membres de la société civile peuvent soutenir et relayer la contestation – qu’on songe à la figure de Michel Foucault, qui domine l’histoire de la jonction des luttes entre intellectuels et détenus – et qu’ils peuvent aussi participer à la négociation qui s’engage : on le verra pour Attica, où d’ailleurs, pour la première fois une caméra est entrée dans une prison en révolte, ce qui a conféré une existence visuelle immédiate et inégalée aux événements dont les Américains ont pu suivre au jour le jour le déroulement.

14Comprendre le trajet qui va de la prison à la révolte, pour paraphraser Serge Livrozet, implique d’envisager toute la gamme des figures de la contestation, brutalement violentes, massives et collectives, ou moins spectaculaires : prises de contrôle et destructions de bâtiments, prises d’otages, évasions, grèves du travail, grèves de la faim, refus de regagner les cellules après la promenade, tentatives de suicide, etc. Et de saisir la dynamique par laquelle on passe d’actes de refus de l’autorité dispersés à la mobilisation d’ampleur, organisée, de la manifestation individuelle à la cristallisation collective. La notion de révolte est double, et désigne autant le soulèvement collectif contre une autorité que la réaction individuelle face à l’insupportable. L’imaginaire de la révolte carcérale met surtout l’accent sur quelques figures héroïques individuelles incarnant une forme de révolte contre la prison, telles Mesrine pour la dénonciation des QHS ou Michel Vaujour pour l’évasion, mais c’est la dimension collective de la protestation qui est essentielle pour penser la révolte en termes véritablement politiques.

15Il faut également parcourir le spectre des revendications des révoltés et l’enchaînement complexe qui fait passer des unes aux autres : manger correctement, se doucher régulièrement ?

« La prison d’Attica sera le palace du crime », Police-Magazine, 7 mai 1933, p. 11.

« La prison d’Attica sera le palace du crime », Police-Magazine, 7 mai 1933, p. 11.

Le thème de la prison « 4 étoiles » traverse toute l’histoire de l’institution pénitentiaire. La prison d’Attica, encore en construction en 1933, n’échappe pas à cette représentation. Dans « ce confortable hôtel », une quarantaine d’année plus tard, les détenus se sont révoltés, réclamant de pouvoir se réunir librement, la fin de la censure des journaux et des lettres et de meilleures conditions de détention ; ils disposaient alors chacun d’une douche par semaine et d’un rouleau de papier toilette par mois.

Criminocorpus/Bilipo

16Lire la presse ? Être traité humainement ? Obtenir des mesures facilitant la réinsertion ? Qu’est-ce qui l’emporte, des questions matérielles, de la dénonciation de l’arbitraire carcéral, de la réclamation de droits et en particulier des droits politiques ? La seconde des quinze demandes concrètes rédigées par les mutins d’Attica était « le droit d’être politiquement actifs ». Et qu’est-ce qui se joue dans la révolte : logique révolutionnaire ou revendication de dignité ? S’évader ou s’exprimer ? C’est en fonction de ces enjeux qu’il faut interroger l’efficacité des révoltes, objet de débats dans les mouvements de prisonniers : possibles retombées réformistes (des mobilisations spectaculaires ont pu ouvrir un cycle de réformes, telles la réforme Pleven de 1972 après la vague de mobilisations de 1971 ou celle de 1975, mise en œuvre par Jean Lecanuet, après le mouvement de 1974) ? Échec, en ouvrant le cycle de la répression ? « On pétait tout, et après, qu’est-ce qui se passait ? Rien du tout », constate Jacques Gambier, président de l’éphémère Association Syndicale des Prisonniers de France, cité par Joël Charbit. Ou gain symbolique (restauration de l’estime de soi, prise de parole, visibilité) ? Quant à l’évasion, d’une manière ou d’une autre, elle renforce la prison.

  • 13 C’est la perspective de Joël Charbit et Gwenola Ricordeau dans « Syndiquer les prisonniers, abolir (...)

17La journée fait la part belle à l’événement paroxystique et aux luttes emblématiques des années 70, au temps d’Attica, du Comité d’action des prisonniers (CAP) créé en 1972. Mais elle invite aussi à dépasser le temps court des mobilisations éruptives ainsi que la chronologie des périodes fastes de la révolte carcérale qui a projeté la prison dans le débat public, pour réfléchir à la manière dont se prolongent les mobilisations collectives. Faire l’histoire des révoltes oblige à les replacer dans l’histoire des mouvements de prisonniers, en prenant en compte la pluralité de leurs composantes, les tensions et les logiques conflictuelles qui les traversent13. Quels sont les objectifs de lutte, et au service de ces objectifs, quelles stratégies ? Abolir la prison ou la transformer pour l’améliorer ? Les luttes de prisonniers sont traversées par le débat sur le recours à la violence : seul moyen d’action efficace ou au contraire stratégie contre-productive ? Faut-il se révolter ou bien réclamer des droits en restant dans la légalité ? Action insurrectionnelle ou syndicale ?

18Le titre du dossier, un peu énigmatique, s’inspire du film de Sydney Lumet Un après-midi de chien (1976), où Sonny, un des braqueurs interprété par Al Pacino, sorti de la banque avec une otage, fait reculer les policiers en hurlant « Attica ! Attica ! », et la foule reprend ce nom, devenu symbole de la révolte. La citation est réutilisée ici, pour conférer à la révolte de la prison américaine d’Attica le statut de référence : c’est ainsi que dans son sillage, à Toul, trois mois plus tard, les détenus prendront à leur tour le contrôle de leur établissement pour quelques jours, que Foucault fera le voyage à Attica ou que les mouvements de contestation des années 1970 se référeront à cette révolte quand ils prendront position sur les questions carcérales et pénales (Jean Bérard). Mais elle est détournée, en plaçant un point d’interrogation final pour signifier que la révolte d’Attica, à la fois exemplaire et exceptionnelle, est pris comme un point de départ de la réflexion et un modèle à questionner.

19Dans la logique pluridisciplinaire du laboratoire Pléiade, le dossier croise histoire, sociologie, anthropologie et science politique. Il apporte des éclairages sur la manière dont les chercheurs en sciences sociales abordent la question des révoltes dans les prisons en proposant une diversité d’approches, à partir d’une pluralité de sources et avec des modes de narration variés. L’étude de cas de Philippe Artières montre ainsi l’efficacité du récit factuel et chronologique pour saisir la dynamique de la révolte d’Attica et restituer, pas à pas, tant le processus d’organisation collective que l’évolution de la négociation, avec des acteurs et des positions qui évoluent, avec ses tournants, ses incertitudes et ses malentendus. À l’inverse, Gilles Chantraine et Tomas Martin proposent un point de vue surplombant pour penser sociologiquement l’évasion, véritable double de la prison conçue justement comme un dispositif anti-évasion, avant d’être une institution disciplinaire.

20La mise en perspective d’Attica passe aussi par l’approche comparée : ainsi, Joël Charbit analyse l’émergence aux États-Unis et en France, dans le contexte des amples mobilisations carcérales du début des années 70, du syndicalisme des prisonniers, qui propose une stratégie alternative à la mutinerie. Jean Bérard, quant à lui, prend les questions carcérales et pénales comme un point d’observation pour étudier les différences de positionnement politique entre les mouvements de contestation des années 1960-1970 dans ces deux pays, notamment sur la question des luttes féministes contre le viol, en soulignant, malgré la similarité des débats, le poids de la question raciale dans le contexte américain. Quant à Valérie Icard, elle propose une étude en creux des révoltes en s’interrogeant sur les moyens mis en œuvre par l’institution carcérale pour éviter les dynamiques collectives de contestation. La transformation de la relation entre surveillants et détenus est une clé de la prévention des révoltes. C’est sur cette base que fonctionne les « modules de respect », inventés en Espagne et expérimentés en France depuis 2015, dispositif particulièrement subtil de maintien de l’ordre, qui engendre une sophistication des rapports de pouvoir : l’allègement de la sécurité se paie, par le biais d’un système infradisciplinaire, d’un contrôle accru des comportements qui débouche, entre autres, sur un affaiblissement de la cohésion des détenus, sans laquelle les révoltes sont difficiles à envisager.

  • 14 Groupe d’information sur les prisons.
  • 15 Comité d’action des prisonniers.
  • 16 Détenu particulièrement signalé.

21Le dossier présenté prolonge l’inspiration de travaux précédents qui ont mis l’accent sur l’apport des témoignages pour l’étude d’un phénomène sous-documenté, qui est aussi en soi un moment de prise de parole. Mais les témoignages ici publiés ont un autre statut. Présenté par Léonore Le Caisne, le récit fait de la mutinerie de Saint-Maur par Daniel Koehl diffère des témoignages volontaires ordinaires suscités par le GIP14 ou le CAP15, ou produits par d’anciens détenus et destinés à être publiés (Serge Livrozet, Roger Knobelspiess ou Charlie Bauer) ; exceptionnel, il l’est par sa finesse et son humour, mais surtout par ses conditions singulières de production, puisqu’il est extrait d’un long entretien, faisant témoignage après-coup et fruit d’une double connivence, entre deux prisonniers, condamnés à la détention à perpétuité et DPS16, qui partagent donc la même expérience, et entre un détenu qui sollicite et encourage la parole de son camarade et une anthropologue, destinataire de l’enregistrement. De son côté, Gwenola Ricordeau signe ici un témoignage-manifeste d’une chercheuse engagée, qui à la lumière de sa double expérience personnelle et militante, mène une réflexion critique sur la place des proches de détenu.e.s dans les mouvements abolitionnistes et sur les réticences de ces derniers à les considérer comme des sujets politiques.

  • 17 C’était la position d’Anne Guérin, justifiée par la difficulté d’accès aux sources de l’Administrat (...)

22Les témoignages cependant ne peuvent être tenus pour les seules sources possibles ou valables de l’histoire des révoltes carcérales17. L’étude de Nicolas Picard éclaire les résistances des condamnés à mort en France au xxe siècle à partir d’une pluralité de sources : si les évasions sont bien documentées par la presse, si les témoignages de condamnés à mort (n’oublions pas que les deux tiers d’entre eux sont graciés) sont riches, les archives générées précisément par le cadre extrêmement contraint imposé aux condamnés à mort, tels que les cahiers de surveillance ou les rapports quotidiens envoyés à la préfecture, sont précieuses, quand elles ont été conservées, pour retrouver certains gestes, parfois infimes, comme tenir des propos insolents ou jeter son repas dans la tinette, qui disent le refus de son sort ou le désir de manifester une dernière forme de liberté.

23La prison est certes plus ouverte aujourd’hui qu’elle n’a pu l’être il y a cinquante ans, car le régime de la correspondance et des parloirs s’est libéralisé et que le droit à l’information y a progressé, que divers professionnels (travailleurs sociaux, enseignants, psychologues) y sont présents, mais elle reste verrouillée au sens où elle est relativement absente du débat public. Cette publication entend donc rouvrir le dossier des révoltes dans les prisons et l’ouvrir à un public plus large que la sphère académique. C’était le sens de la collaboration entre le laboratoire de recherche Pléiade de l’université Paris 13 et la BILIPo-Bibliothèque des littératures policières qui a présidé à la journée d’études du 26 mai 2018 ; celle-ci s’est tenue à la BILIPo sous les auspices enthousiastes et vigilants de sa directrice Catherine Chauchard que je remercie vivement ici. C’est à présent le sens de cette édition électronique avec la revue Crimonocorpus ; je remercie toute son équipe pour avoir accueilli ce projet et l’avoir servi avec son professionnalisme et son dévouement.

Inizio pagina

Note

1 Philippes Artières (dir.), Attica, USA 1971, Cherbourg, Le Point du Jour, 2017.

2 Depuis 1975 la population carcérale croît huit fois plus que la population totale du pays. Georges Benguigui, Fabrice Guilbaud, Guillaume Malochet, Prisons sous tensions, Nîmes, Champs social, 2011, p. 8.

3 Statistique mensuelle des personnes écrouées et détenues en France, situation au 1er avril 2019. Direction de l'Administration Pénitentiaire, Bureau des statistiques et des études.

4 Jean-Claude Vimont, La prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique xviiie-xxe siècles, Paris, Économica, 1993.

5 Sophie Dreyfus Généalogie du délit politique, Clermont-Ferrand, Fondation Varenne, 2009.

6 Des présentations synthétiques de cette histoire dans Grégory Salle, La part d'ombre de l’État de droit. La question carcérale en France et en République fédérale d'Allemagne depuis 1968, Paris, ed. de l’EHESS, 2009 ; Jean Bérard, La justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal (1968–1983), Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

7 Voir Le Groupe d'Information sur les Prisons : archives d'une lutte, 1970-72, documents réunis et présentés par Philippe Artières, Laurent Quéro et Michelle Zancarini-Fournel, postface de Daniel Defert, Paris, IMEC, 2003 ; Anne Guérin, Prisonniers en révolte. Quotidien carcéral, Mutineries et politique pénitentiaire en France, (1970-1980), Marseille, Agone, 2013.

8 L’article de Lacenaire « Sur les prisons et le système pénitentiaire en France », signé « un ex-prisonnier », a paru en 1834 dans la Tribune des prolétaires. Voir Anne-Emmanuelle Demartini, L’Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001.

9 Voir par exemple Philippe Artières, La Révolte de la prison de Nancy. 15 janvier 1972, Cherbourg, Le Point du jour, 2013 ; Guillaume Guidon, De la défense révolutionnaire. Une lecture transversale des années 1970 italiennes à travers le prisme du Soccorso Rosso (1969-1980), thèse de doctorat sous la direction de M.-A. Matard-Bonucci, université de Grenoble, 2017.

10 Me Henri Leclerc, avocat de nombreux militants des années 68, s’étonne, à la fin des années 2000, de l’absence de révoltes collectives dans les prisons dont il juge par ailleurs la situation terrible. Entretiens publiés dans Anne Guérin, op. cit., p. 338.

11 Voir Antoinette Chauvenet, « Les barbares de l’intérieur. Du lacet de chaussures cassé à l’émeute », dans Georges Benguigui et alii, op. cit., p. 120-151.

12 Georges Benguigui et alii, op. cit., p. 10.

13 C’est la perspective de Joël Charbit et Gwenola Ricordeau dans « Syndiquer les prisonniers, abolir la prison », Champ pénal/Penal Field, n° 12, 2015 [En ligne]. URL : https://champpenal.revues.org/9124

14 Groupe d’information sur les prisons.

15 Comité d’action des prisonniers.

16 Détenu particulièrement signalé.

17 C’était la position d’Anne Guérin, justifiée par la difficulté d’accès aux sources de l’Administration pénitentiaire et par des positions de principe, op. cit , p. 357-359.

Inizio pagina

Indice illustrazioni

Titolo Gérard Fromanger, En révolte à la prison de Nancy, huile sur toile, 1974
Credito Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6534/img-1.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Titolo « L’évasion en une leçon », Police-magazine, 31 octobre 1937
Leggenda Défiant la prison, entrant en résonance avec notre désir de liberté, l’évasion fascine, comme le montre cette première de couverture d’un hebdomadaire spécialisé dans les faits divers criminel qui souligne le caractère sensationnel des évasions, réputées « mystérieuses » et propices à de « surprenantes révélations ».
Credito Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6534/img-2.jpg
File image/jpeg, 180k
Titolo « La prison d’Attica sera le palace du crime », Police-Magazine, 7 mai 1933, p. 11.
Leggenda Le thème de la prison « 4 étoiles » traverse toute l’histoire de l’institution pénitentiaire. La prison d’Attica, encore en construction en 1933, n’échappe pas à cette représentation. Dans « ce confortable hôtel », une quarantaine d’année plus tard, les détenus se sont révoltés, réclamant de pouvoir se réunir librement, la fin de la censure des journaux et des lettres et de meilleures conditions de détention ; ils disposaient alors chacun d’une douche par semaine et d’un rouleau de papier toilette par mois.
Credito Criminocorpus/Bilipo
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6534/img-3.jpg
File image/jpeg, 197k
Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Anne-Emmanuelle Demartini , « Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (xxe-xixe siècles, Amérique du Nord, Europe) : présentation », Criminocorpus [Online], Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (XXe-XIXe siècles, Amérique du Nord, Europe), Présentation de la journée d'études, Messo online il 03 décembre 2019, consultato il 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6534

Inizio pagina

Autore

Anne-Emmanuelle Demartini 

Anne-Emmanuelle Demartini est professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 13, membre du laboratoire Pléiade. Ses travaux portent sur les sensibilités et les imaginaires sociaux contemporains qu’elle explore à partir d’affaires judiciaires et de figures criminelles. Parmi ses publications : L'Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001 ; « Lacenaire, aux frontières du crime politique (1835-1836) », Raison publique, 21, 2017/1, p. 75-85 ; Monstre et imaginaire social, dir. et introduction avec Anna Caiozzo, Paris, Créaphis, 2008 ; Violette Nozière, la fleur du mal. Une histoire des années trente, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017 (Prix Malesherbes 2017).

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina