Navigation – Plan du site
Ordre et désordre carcéral : la révolte, récits, formes, conditions

La mutinerie d’Attica en septembre 1971. Récit d’une action collective

Philippe Artières

Résumés

Le soulèvement de plus d’un millier de détenus du pénitencier d’Attica dans l’Etat de New York en septembre 1971 constitue un événement important dans l’histoire de la visibilité de la résistance des prisonniers au système carcéral. Les mutins occupèrent durant trois jours une des cours de l’établissement sous l’œil de journalistes et de caméras, rédigeant des revendications et s’entretenant avec une commission d’observateurs. Le récit de cette mutinerie permet de saisir en détail l’organisation collective de cet événement qui fut réprimé dans un bain de sang.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

États-Unis
Haut de page

Notes de l’auteur

À la mémoire de Liz Fink (1945-2015)

Texte intégral

Nos remerciements aux éditions du Point du Jour pour nous avoir facilité la publication des images relatives à la mutinerie d’Attica.

  • 1 Pour une histoire détaillée de l’affaire d’Attica (1971-2016), voir Philippe Artières (dir.), Attic (...)
  • 2 À la suite de la mutinerie et de sa répression, une commission d’enquête indépendante fut constitué (...)

1La répression du soulèvement des prisonniers d’Attica dans l’État de New York est considérée, avec le massacre des Amérindiens à la fin du xixe siècle, comme l’événement le plus sanglant entre Américains depuis la guerre civile. La violence de cette répression a occupé l’ensemble de l’espace mémoriel, plongeant dans l’ombre le moment absolument singulier qui l’a précédé, le soulèvement de plus d’un millier de détenus. Attica constitue en effet un événement très important dans l’histoire mondiale de la résistance au système carcéral1. L’exceptionnel ne réside pas dans la prise d’une partie de l’établissement par des détenus mais d’abord dans la manière dont ceux-ci s’organisèrent pour tenir un long siège alors qu’au dehors se rassemblaient de nombreuses troupes armées. L’organisation de la vie quotidienne et la production d’un discours revendicatif commun constituent la première des singularités de la révolte d’Attica. Il en est une seconde qui a souvent été négligée : l’usage que firent les mutins de la société civile. En effet, à Attica, d’une part, au sein du camp retranché des mutins, entrèrent des avocats, des politiques, des activistes et des éditorialistes qui menèrent les négociations entre l’administration et les révoltés, et d’autre part, plusieurs journalistes télévisés avec leurs équipes furent invités dès le premier jour à documenter la lutte des insurgés. Attica fut ainsi un événement d’insurrection, observé du dedans par une pluralité de regards et pour une bonne partie partagé en direct par l’ensemble des citoyens américains2.

2L’origine même de la prison d’Attica remonte à une vague de révoltes de détenus. La décision de construire une nouvelle prison dans la petite ville d’Attica, très éloignée de Manhattan et de ses suburbs, résulte en effet d’un rapport sur les mutineries dans plusieurs établissements de l’État de New York à la fin des années 1920. En juillet 1929 notamment, près de 1600 prisonniers de la prison de Clinton s’étaient mutinés pour protester contre la surpopulation. Trois prisonniers avaient été tués à la fin de la révolte. La même année, à Auburn, une autre mutinerie avait éclaté, des détenus s’étaient évadés et un gardien avait été tué. Ces événements étaient alors considérés comme la conséquence du grave problème de la surpopulation carcérale ; comme le New York Times du 22 janvier 1930 l’énonçait : « Quel qu’a pu être le résultat de ces incidents, la réponse immédiate et pratique aux révoltes des détenus a été [la décision de construire] une nouvelle prison à Attica ». Il a fallu pas moins de vingt ans pour que l’Attica State Prison voit le jour. Inaugurée en 1949, elle compte alors 2000 cellules individuelles.

2 juillet-8 septembre

3Outre plusieurs mutineries en 1969 et 1970 dans des établissements pénitentiaires de l’État de New York, trois événements eurent lieu dans les semaines et les jours qui précédèrent la mutinerie. Ils n’en furent pas la cause, mais en composent le contexte immédiat.

Une série de demandes écrites des détenus

  • 3 Voir les mémoires d’Oswald : Russell Oswald, Attica. My Story, New York, Doubleday, 1972.


4Le 2 juillet 1971, cinq détenus se désignant comme le « Attica Liberation faction » envoient au State Commissioner of the Department of Corrections, Russel G. Oswald3, – avec en copie le gouverneur Rockefeller – une lettre accompagnée d’un premier manifeste de demandes concernant les conditions quotidiennes de détention et dénonçant en particulier l’attitude très autoritaire du directeur de l’établissement, Vincent R. Mancusi.

« Cher Monsieur, Vous trouverez ici un exemplaire de notre manifeste de demandes. Nous estimons nécessaire de vous le transmettre afin que vous soyez averti de nos besoins et du besoin d’une réforme de la prison. Nous espérons que vos services ne nous feront pas de difficultés à l’avenir parce nous vous informons des conditions de vie en prison. Nous agis- sons ainsi d’une manière démocratique et nous espérons vraiment que vous nous apporterez votre aide. Bien sincèrement [non signé]. »

5S’opposant à la demande du directeur de la prison Mancusi, rompant avec des pratiques usuelles dans l’administration pénitentiaire, Oswald ne fit pas transférer les cinq détenus ; ce refus contribua à donner de l’assurance aux détenus et à tendre la situation avec Mancusi. Le 19 juillet, les mêmes prisonniers écrivirent de nouveau à Oswald pour se plaindre de l’attitude du directeur d’Attica, sourd à leurs demandes :

  • 4 Lettre reproduite dans McKay, op. cit., p. 136.

« Aujourd’hui, les directeurs des établissements correctionnels ne veulent rien entendre. Il n’y a aucune communication entre les détenus et les gardes [...] Nous vous suggérons fortement de consulter les détenus car l’administration vous dit uniquement ce qu’elle veut que vous sachiez et pensiez4. »

6Réaffirmant leur souci d’agir de manière démocratique et avant même de recevoir une réponse d’Oswald, le 16 août, ils réécrivirent, plus déterminer encore dans leur volonté de changer la situation, d’autant que l’administration se montrait plus dure que jamais :

  • 5 Ibid.

« Les agents commencent maintenant à harceler systématiquement ceux qui désirent une réforme de la prison et se mettent à fouiller les cellules quand les hommes sont dehors, en saisissant les pétitions, le manifeste de demandes et en bouclant les gens pour les interroger5. »

7En réponse et pour la première fois, Oswald reconnût ouvertement que la situation à Attica était problématique et que des changements devaient être apportés :

« Je suis sûr que vous comprenez qu’un changement global ne peut être réalisé en si peu de temps et qu’aucun changement ne peut être accompli sans une attitude constructive et attentive de l’administration, des équipes, des personnels et, bien sûr, des détenus. »

8Oswald avouait implicitement dans sa lettre que l’administration n’était pas prête à bouger ; les cinq détenus avaient de leur côté bien du mal à unir les différents groupes qui composaient la population pénitentiaire. À la mi-août, des négociations secrètes furent tentées entre les Black Panthers et les Muslims, les deux organisations les plus puissantes à Attica ; malgré les efforts des Young Lords, aucun accord n’en sortit mais un constat commun : les violences sur les détenus et l’arbitraire qui régissait la vie des prisonniers ne pouvaient plus durer, notamment l’usage très fréquent de l’isolement au quartier disciplinaire ; il fallait qu’Attica change. 

Le meurtre de G. Jackson 

  • 6 George Jackson, Les Frères de Soledad. Lettres de prison de George Jackson (1970), traduit de l’amé (...)

9L’assassinat à San Quentin dans la prison californienne du militant George Jackson le 21 août contribua, par la forte indignation qu’il suscita à Attica, à faire croître la tension. Jackson était connu de beaucoup de détenus ; il incarnait parmi les Black Panthers, la figure du militant incarcéré ayant fait de la prison son terrain de lutte, publiant des textes remarqués6. Le 22 août est décrété par les détenus d’Attica comme le « Jackson Day ». Au moment du petit-déjeuner, les détenus sortirent de leurs cellules en silence un brassard noir au bras. Ils allèrent au réfectoire mais ne mangèrent pas.

Un incident apparemment anodin

10Le 8 septembre, un incident intervint l’après-midi dans l’une des quatre cours qui témoigne de l’extrême tension qui règne alors entre gardiens et prisonniers. Leroy Dewer, appartenant au secteur des indisciplinés (comprenant principalement des détenus ayant des antécédents disciplinaires), agresse verbalement le lieutenant R. Maroney puis s’éloigne. L’incident dégénère et Dewer frappe à deux reprises ce même surveillant. Plus tard cet après-midi-là, Dewer fut emmené, non sans difficultés, en cellule disciplinaire (hbz). Le prisonnier Lamorie est également transféré dans ce même quartier. Les autres détenus se mirent à protester verbalement et à jeter des objets sur les surveillants escortant Lamorie dans le couloir. Une boîte de soupe, qui aurait été lancée par le détenu William Ortiz, frappa et coupa à la tête l'un des gardiens.

9 septembre, le matin

11Le 9 septembre commença comme une journée ordinaire à Attica. Le premier service du petit-déjeuner se déroula sans incident. La 5e compagnie était la deuxième à prendre le petit-déjeuner. Le détenu William Ortiz fut maintenu enfermé dans sa cellule (sur ordres du directeur Mancusi) tandis que le reste de la compagnie, sous le regard d’un jeune gardien, se mit en marche vers le réfectoire. C’est alors qu’un détenu brisa la serrure de la cellule d’Ortiz, qui se joignit au groupe. Débute alors une prise progressive d’un ensemble de couloirs et de points stratégiques de l’établissement. Le mouvement s’amplifie. À 11h du matin, l’inimaginable a lieu : la cour D est une zone libre occupée par plus de 1300 prisonniers qui ont pris en otage 50 membres du personnel pénitentiaire.

12Les premières heures, beaucoup étaient incrédules, dirent les mutins après coup. Par petits groupes, debout, ils parlaient ; les prisonniers blancs restèrent un temps entre eux, inquiets d’être au centre d’une « race riot » (révolte noire). Ailleurs, les mutins qui avaient attaqué la cantine, ouvraient les cartons et se servaient de cigarettes et de nourriture. Les médicaments récupérés au service médical faisaient aussi l’objet d’un partage « anarchique » ; autrement dit régnait alors sur Attica une atmosphère de « party ». Ce moment fut éphémère ; la peur gagna les esprits. Pour les mutins, l’administration n’allant pas tarder à réagir, une nécessité s’imposa : organiser la vie de 1300 mutins, très majoritairement noirs, qui étaient les plus jeunes détenus et les moins instruits de la population d’Attica et qui pour plus des deux tiers n’avaient pas participé activement à la prise de l’établissement. Il fallait organiser la vie quotidienne, sécuriser la cour, élire des représentants pour ouvrir des négociations.

13Parmi les prisonniers, certains étaient connus des autres ; en particulier les « inmate lawyers ». Certains détenus avaient en effet des compétences juridiques dont ils usaient pour aider un autre détenu ou lors de demandes collectives. Roger Champen dit « Champ » était de ceux-là. Champ, comme il l’écrivit ensuite, comprit rapidement que cet étrange climat ne pouvait durer. Il fallait que quelqu’un commande rapidement, sinon la situation allait dégénérer en une immense bagarre. Il prit un porte-voix de surveillants :

« Tandis que je commençais à parler, chacun arrêta ce qu’il était en train de faire et s’approcha de l’endroit où je me trouvais. Quelqu’un apporta une table et je montai dessus. Je parlais pendant dix minutes et demandais que les otages soient amenés au centre de la cour puis que les gens s’asseyent autour d’eux. »

14Après Champen, un autre mutin déclara qu’il ne s’agissait pas d’une « race riot », qu’ils étaient tous ensemble : « Il n’y a, dit-il, ni détenus blancs, ni détenus noirs, ni détenus portoricains. Il y a seulement des détenus. »

15Des premières règles furent décidées de haute lutte. Chacune des forces en présence (les Panthers, les Young Lords, les Five Percenters et les Muslims) chercha à capter la plus grande attention de l’assemblée. Ils s’accordèrent sur une série de points : les otages ne seraient pas maltraités, l’usage de drogues tout comme les relations homosexuelles, même avec consentement, étaient interdites. Les bagarres entre détenus étaient prohibées. Enfin, il n’était pas possible de quitter la cour et l’accès aux autres bâtiments nécessitait une raison particulière.

  • 7 Voir ses écrits posthumes : Samuel Melville, Letters from Attica, New York, William Morrow, 1972.

16Une milice unitaire, « the security guard », fut constituée ; elle comprenait une cinquantaine de volontaires. Les motivations étaient diverses, certaines intéressées (accès au tabac et autres), d’autres moins. La très grande majorité des gardes étant noirs, Sam Melville, qui faisait partie des militants les plus politisés7, fut encouragé à recruter des blancs et des portoricains. Le rôle de la sécurité s’accrut au fur et à mesure des jours ; elle fut de plus en plus sophistiquée ; elle compta plusieurs compagnies, portant un signe de distinction (un brassard de couleur différente) et responsables de tâches précises ; par exemple, l’une de ces brigades avait pour fonction de protéger les « observers » (observateurs) qui menèrent les négociations, une autre de collecter les cigarettes pour un partage équitable ; mais le rôle principal de la milice fut d’empêcher les mutins de quitter la cour, de préparer celle-ci à un assaut (en creusant une tranchée) et de construire sur le chemin de ronde des barricades.

17Dans cette microsociété qui se constitua le 9 septembre, la nécessité de soins médicaux se fit rapidement jour ; mutins et otages avaient été blessés lors de la prise de la prison et exigeaient une assistance médicale. Le jeudi, les mutins décidèrent de relâcher les otages les plus mal en point. Mais ce fut l’un des prisonniers, Walter C. « Tiny » Swift, un condamné à vie de 47 ans, qui prit en charge ce pôle médical. Il administra l’insuline aux diabétiques, soigna avec d’autres mutins volontaires les otages, distribua les traitements. Il sortit même au dehors de l’établissement chercher les médicaments nécessaires à la population dont cette infirmerie improvisée avait besoin.

18Les 50 otages furent d’abord rassemblés dans un coin, puis furent selon la proposition de Champ placés au milieu de la D-yard ; ils étaient pour leur grande majorité nus ou en sous-vêtements. Beaucoup avait été l’objet de violences de certains prisonniers (molestés, tapés ou pour certains passés à tabac). Choqués, persuadés d’être bientôt exécutés, ils étaient terrifiés. Un groupe de Black Muslims décida de les prendre charge ; tout au long de la mutinerie, ils en assurèrent non seulement la garde et la protection, mais leur apportèrent draps et couvertures. Ils décidèrent que les otages devaient porter les mêmes vêtements que les prisonniers afin qu’ils soient absolument indistincts des mutins pour les possibles assaillants. Ils leur organisèrent un campement sécurisés mais presque invisible au milieu des prisonniers.

  • 8 Voir les témoignages et écrits collectifs des mutins : Benny Andrews et Rudolf Baranik (éd.), Attic (...)

19Dans l’organisation de la communauté des mutins, la désignation de porte-paroles fut essentielle8. Elle détermina beaucoup la suite du mouvement. Le jeudi, tard dans l’après-midi, chaque partie de la cour désigna un représentant « qualified and articulate ». Sept mutins furent ainsi désignés : cinq noirs et deux blancs furent élus par les 1281 détenus. Ce sont eux qui se chargèrent de rédiger et de taper la liste initiale des demandes des prisonniers pour Russell Oswald (ensuite désignée comme les « Immediate Demands »).

9 septembre, l’après midi

20Le 9 septembre, peu après midi, le responsable de l’administration pénitentiaire de l’État de New York, Oswald, prévenu par téléphone par le directeur de l’établissement Mancusi, arriva à Attica. Il était accompagné de son adjoint, Walter Dunbar, et du Chef de la police d’État, John C. Miller. Pour Oswald, il ne s’agissait pas d’ouvrir immédiatement des négociations mais deux personnalités allaient modifier cette situation : il s’agissait de Herman Schwartz, professeur de droit blanc de l’Université de Buffalo, spécialisé dans les droits des prisonniers qu’il avait défendus plusieurs fois avec succès. Oswald le connaissait bien pour avoir souvent parlé avec lui de réformes pénitentiaires, ils étaient d’amicaux adversaires. Les détenus avaient entendu à la radio que Schwartz était sur le parking de la prison et avaient fait savoir qu’il voulait le rencontrer. Oswald demanda à l’avocat de l’aider. Alors que l’avocat parlementait à la porte du Bloc A avec quelques détenus (dans cette zone de no-man’s-land appelé « dmz ») une seconde figure fit son entrée, le révérend noir de Buffalo, Arthur O. Eve. Familier des prisons, connaissant de nombreux détenus d’Attica, il avait rejoint la prison lorsqu’il avait appris la mutinerie. Les deux hommes, Schartz et Eve, persuadèrent Oswald, inquiet pour leur sécurité, de les autoriser à entrer dans la cour des insurgés.

Première rencontre

21Escortés de deux mutins, ils rejoignirent une table dressée dans la cour où leur fut offert un verre de jus d’orange et présentée la liste de leurs revendications :

1. Nous voulons une amnistie complète, à savoir la liberté pour tous et l’absence de toute représailles physique, mentale et juridique.

2. Nous voulons immédiatement un transfert rapide et sécurisé vers un pays non-impérialiste.

3. Nous demandons l’intervention de l’administration fédérale, et par conséquent d’être directement placés sous une juridiction fédérale.

4. Nous demandons que la reconstruction de la prison d’Attica soit faite par les détenus et/ou supervisée par les détenus.

5. Nous demandons d’urgence des négociations immédiates par l’intermédiaire de : M. Kunstler, avocat, 588 Ninth Ave. New York City ; Arthur O. Eve, élu à l’Assemblée de l’État de New York, Buffalo ; le Comité solidarité ; le Ministre Farrakhan de Muhammad Speaks, Palante ; le journal du Young Lords Party ; le Black Panther Party ; Clarence Jones du Amsterdam News ; Tom Wicker du New York Times ; Richard Roth du Courier Express ; la Fortune Society ; Dave Anderson de l’Urban Leage of Rochester, New York ; Blond Eva-Bond Nicap., et Jim Ingram du Democratic Chronicle of Detroit, Mic.

6. Nous demandons instamment que toute communication soit de « notre » ressort, « en garantissant des échanges sécurises dans les deux sens.

22Après avoir écouté ces revendications, Schwartz fit remarquer que la demande d’accueil dans un pays étranger était totalement irréaliste de même que la négociation avec les seules autorités fédérales. Il suggéra que les mutins rédigent des demandes concrètes, mais cette proposition suscita une vive irritation des prisonniers qui se mirent à le huer. Eve prit alors la parole pour inviter les mutins à ajouter d’autres noms sur leur liste des personnalités d’observateurs. Ils quittèrent la cour au bout de 20-25 minutes et, au moment de franchir la grille, un des mutins leur demanda de revenir rapidement avec Oswald.

Nouvelles rencontres

23Oswald, Schwartz et Eve entrèrent dans la cour à 16h25. Ils s’étaient donnés 20 minutes. Très vite, ils comprirent que les négociations prendraient plus de temps. Aussi, les échanges se limitèrent à quelques points dont le plus important était, outre de fournir aux mutins de l’eau et des vivres, de revenir accompagnés d’une équipe de journalistes notamment de radio et de télévision.

24À peine sorti, Oswald trouva des volontaires ; l’enjeu de la médiatisation était primordial. Oswald comme les mutins savaient que la prison était un lieu que l’on tenait loin des yeux du public. Rarement les caméras de télévision étaient entrées en détention. Schwartz s’inquiéta de la façon dont cette présence pouvait influer sur les discours en faisant la part belle à la rhétorique. Mais pour la première fois, une caméra entra dans une prison en révolte.

25Oswald retourna en effet une heure plus tard dans la cour ; il était accompagné à nouveau du Prof. Schwartz et d’Eve mais aussi du Républicain James Emery (député du 136e distrct de l’État de New York) et de 5 journalistes du New York Times, du Buffalo Evening News, de la radio wofd-Radio Buffalo et d’une équipe de télévision de la wgr-tv Buffalo. C’est devant les caméras qu’à 18h, L. D. Barclay, un jeune mutin âgé de 21 ans, prit la parole et répéta les revendications qu’un autre détenu avait lues lors de la première rencontre mais elles avaient été réécrites sous une forme différente qui reprenait la rhétorique radicale contemporaine :

« Nous avons élaboré cette déclaration au peuple américain pour faire savoir précisément ce que nous ressentons et ce qui doit être fait, ce que nous voulons en premier lieu et maintenant... ce que d’autres veulent pour nous. Nous parlons de ce que nous voulons.

Tout l’incident a débuté... Il semble qu’il y ait un petit malentendu au sujet de l’incident intervenu ici à Attica, et cette déclaration va en préciser les raisons.

Tout l’incident qui a éclaté ici à Attica n’est pas le résultat d’une attaque lâche et sauvage de deux prisonniers le 8 septembre 1971 mais d’une oppression évidente exercée par le système raciste de l’administration de cette prison tout au long de l’année. Nous sommes des hommes ! Nous ne sommes pas des bêtes et nous nous ne sommes pas destinés à être frappés ou dirigés comme tels.

Toute la population de la prison – à savoir chacun d’entre nous et tous ici – est déterminée à changer définitivement la brutalité impitoyable et le mépris pour la vie des prisonniers ici et partout à travers les États-Unis. Ce qui s’est passé ici est seulement le bruit avant la fureur de ceux qui sont opprimés. Nous n’accepterons d’accord à aucunes autres conditions que celles agréées par nous. Nous demandons à tous les citoyens américains conscients de nous aider à mettre fin à une situation qui menace non seulement nos vies mais celles de chacun d’entre vous et de tous également. »

26Puis Barclay renouvela les demandes principales : amnistie générale, transfert dans un pays non impérialiste, négociation avec les autorités fédérales. Les mutins avaient ajouté à la liste des personnalités pour les négociations un ensemble de noms dont ceux proposés par Eve. Mais on y trouvait aussi notamment celui de Huey P. Newton des Black Panthers Party (bpp). Suivant les conseils de Schwartz, les détenus avaient rédigé un second texte intitulé « Practical Proposals ». Ils y faisaient des demandes très précises concernant la détention :

1. Appliquer la loi sur le salaire minimum de l’État de New York à toutes les institutions de l’État. stop au travail forcé.

2. Autoriser tous les prisonniers de l’État de New York à être politiquement actifs, sans exercer d’intimidations ou de représailles.

3. Donnez-nous la liberté religieuse.

4. Mettre fin à toute censure des journaux, des magazines, des lettres et autres publications reçues de l’extérieur.

5. Autoriser l’ensemble des détenus à communiquer, à leurs frais, avec toute personne de leur choix.

6. Lorsque la date de liberté conditionnelle est atteinte, donner au détenu une liberté complète sans conditions de probation.

7. Arrêter les nouvelles condamnations administratives de détenus arrêtés pour violation des conditions de probation.

8. Instituer des programmes de réhabilitation réalistes pour tous les détenus en fonction de leur infraction et de leurs besoins personnels

9. Former les personnels correctionnels aux besoins des détenus, c’est-à-dire compréhension plutôt que punition.

10. Donnez-nous une alimentation saine, arrêtez de nous nourrir avec autant de porc et donnez-nous quelques fruits frais tous les jours.

11. Moderniser le système éducatif des détenus.

12. Donnez-vous un médecin qui examine tous les détenus et leur procure les traitements nécessaires.

13. Instituer une délégation, comprenant un détenu de chaque compagnie, autorisée à s’adresser à l’administration concernant tout grief (chaque trimestre).

14. Donnez-nous plus de temps hors cellule avec de meilleurs équipements et installations.

15. Supprimer les murs intérieurs, constituer une seule cour ouverte, et plus de discrimination ni de punition.

27Le même après-midi, moins d’une heure après en être sortis, Schwartz et Eve retournèrent rencontrer les mutins, accompagnés cette fois d’Emery et Dunbar. C’est ce dernier qui mena d’abord la discussion avec les détenus à propos des demandes pratiques et en particulier de « l’autorisation d’être politiquement actif ». Les mutins expliquèrent qu’ils voulaient être libres de pouvoir se réunir en groupe. L’incompréhension était totale. Ils en vinrent ensuite à l’un des points centraux des revendications, à savoir de dépendre d’une juridiction fédérale. Un détenu juriste avait rédigé une plainte des prisonniers d’Attica contre Rockefeller, Oswald et Mancusi. Schwartz était embarrassé ; il répondit que les juges fédéraux étaient en congrès dans le Vermont. Les mutins insistaient pour que cette plainte soit examinée par le Juge Constance Baker Motley, un juge fédéral noir qui était en poste dans le Southern District de New York et qui avait rendu en 1970 une décision importante en matière de droit des prisonniers. Schwartz, en accord avec Oswald, répondit favorablement à cette demande et pour la première fois une issue possible se dessina. Le juriste s’empressa de quitter la prison et de prendre un avion pour obtenir cet acte juridique. Il savait que le temps était compté. Le Gouverneur de l’État, Nelson Rockefeller, pouvait espérer régler par la force la mutinerie dans ce laps de temps. Il avait d’ailleurs demandé que des renforts de soldats de l’État rejoignent Attica. Ce premier jour s’acheva sur une note d’espoir.

10 septembre

28Le lendemain allait être plus difficile. D’abord, le prof. Schwartz ne put rejoindre directement le Vermont, l’aéroport de Manchester étant fermé ; ensuite la procédure juridique était complexe et le Juge Motley ne pouvait la signer, Attica ne relevant pas de sa juridiction. Schwartz parvint néanmoins à débloquer la situation. Le document fut rédigé, il était signé par le Juge de tutelle, le Juge Curtin, mais sans son sceau ; Schwartz revint à Attica optimiste. Ses interlocuteurs n’étant pas présents, il se rendit à la porte du Bloc A pour montrer aux mutins le document. En l’absence de sceau, ceux-ci crurent à un piège. Ils attendaient le document pour 7 h, il était à présent 8h30. La tension était largement montée mais une rencontre entre Oswald et les mutins fut organisée pour 11h30.

29Après avoir essuyé le refus de tenir cette rencontre dans une salle fermée, en petit comité – les mutins considéraient que l’ensemble des détenus présents dans la cour avait son mot à dire –, Oswald entra pour la quatrième fois dans la D-Yard. Il était accompagné de cinq observateurs et d’une douzaine de journalistes. L’accueil fut glacé. L’absence de sceau sur le document avait créé un climat de grande suspicion. Schwartz renonça, et la rencontre se focalisa sur Oswald qui fit l’objet d’un véritable procès. Les observateurs présents n’étaient pas inscrits sur la liste des mutins ; Oswald parlait depuis des mois de réformes mais rien n’avait changé dans le quotidien des détenus d’Attica. Un mutin proposa de garder Oswald en otage ; il fut vite mis en minorité car promesse avait été faite de le laisser aller et venir. Lorsque fut mis fin à la rencontre, les mutins indiquèrent qu’il n’y aurait pas de nouvelles négociations en l’absence des observateurs demandés.

  • 9 Voir la biographie qui lui a été consacrée : David J. Langum, William M. Kunstler: The Most Hated L (...)

30Eve avait passé la nuit et les longues heures suivantes à contacter les différents observateurs ; il avait finalement réussi à joindre le Lord Young Party, the Fortune Society, and the Black Panthers, les avocats et journalistes avaient donné également leur accord. Tous, à l’exception des Black Panthers qui devaient réunir leur comité central pour prendre une décision, répondirent favorablement. Et en milieu d’après-midi, le vendredi, Paris des Young Lords, David Rothenberg de la Fortune Society, l’éditorialiste du New York Times Tom Wicker ou encore l’avocat militant William Kunstler9 étaient en route vers la prison. Le Gouverneur Rockefeller et son équipe pensèrent d’abord que le rôle de ces observateurs serait celui de troisième homme mais quand ils découvrirent la renommée de la majorité d’entre eux et leur caractère souvent critique à l’égard des autorités, ils commencèrent à s’inquiéter. Leur crainte grandit quand des personnalités new-yorkaises se portèrent volontaires pour rejoindre le groupe. Des élus (députés, sénateurs, membres du Congrès), des juristes membres de la National Lawyers Guild et du Center for Constitutional Right mais aussi des figures du mouvement noir vinrent grossir les troupes.

  • 10 Voir Tom Wicker, A Time to Die. The Attica Prison Revolt, New York, Quadrangle/The New York Times, (...)

31Si Oswald accueillit ces personnalités avec intérêt, Mancusi se montra très irrité de voir que l’attention portait plus sur la situation des détenus dans l’institution pénitentiaire que sur le sort des otages. Le rôle des observateurs n’était en définitive pas défini et chacun en avait sa propre vision, ce qui entraîna par la suite de fortes tensions au sein du groupe ; au départ, simples témoins, ils devinrent pour les uns un pont entre les mutins et les autorités, pour les autres des médiateurs représentatifs des positions de l’administration ou à l’inverse les défenseurs des détenus insurgés, leur porte-voix. Comme l’observa Tom Wicker, en réalité, ils devinrent au fil des heures les principaux négociateurs de la crise10.

32C’est en effet avec le groupe des observateurs que les véritables négociations débutèrent ; soit entre le vendredi 10 à 19h et le dimanche 12 à 1h du matin. Le vendredi soir, ils entrèrent pour la majorité d’entre eux pour la première fois dans la cour D. Assis autour de la table des négociations, ils durent se présenter et dire pourquoi ils étaient là. Tous furent chaleureusement accueillis et lorsqu’ils demandèrent à rencontrer les otages, cela ne présenta pas de difficultés. Ces derniers semblaient bien traités, bien que certains paraissaient complètement effrayés par l’incertitude de la situation.

33De retour de la cour, les observateurs firent part à Oswald et Mancusi de l’atmosphère qu’on y trouvait ; le nombre de gardes du côté des mutins avait certes augmenté mais il régnait un certain calme. L’arrivée de William Kunstler en milieu de soirée produisit un effet certain sur tous les acteurs en présence ; ils le savaient en effet proches des mutins et aux yeux de l’avocat l’amnistie des insurgés était la solution. Aussi, à 23h, le groupe avec Kunstler entra à nouveau dans la cour, toujours accompagné d’équipes de télévision illuminant la table des négociations. L’avocat prit les débats en main, distribuant la parole, notant chacune des demandes. Attitude qui ne manqua pas d’irriter Tom Wicker, qui avait une position plus modérée. Lors de ce moment, qui prit la forme d’un forum, de nombreux mutins prirent la parole, dont l’un d’eux qui tint ce propos devenu célèbre : « Nous sommes arrivés à la conclusion, après une étude attentive, après beaucoup de souffrances, après mûre réflexion, que si nous ne pouvons pas vivre comme tous les hommes, nous allons au moins essayer de mourir comme des hommes. »

11 septembre

34À 5h du matin ce samedi, les trente observateurs quittèrent la cour après avoir rassuré les mutins qu’aucun assaut n’était en cours de préparation.

35Le constat de ne pouvoir à trente jouer un rôle constructif dans les négociations amena les observateurs à désigner un comité exécutif composer de six d’entre eux : Eve, Kunstler, Jones, Kenyatta, Dunne et Badillo. Wicker et un sous-comité se chargea de rencontrer le District Attorney Louis James pour avoir un avis sur la possibilité d’amnistie. Le samedi, après un bref repos, à 13h, Wicker fit part de l’information aux autres observateurs. Leurs réactions furent très diverses et contribuèrent à créer des tensions dans le groupe, voire de profonds désaccords dans l’attitude à avoir face à Oswald lors des négociations qui s’ouvrirent avec lui et le comité et qui se poursuivirent jusqu’à 17h. Au total 33 demandes furent retenues par les observateurs et chacune fut discutée avec le directeur de l’administration pénitentiaire de l’Etat de New York, qui n’en retint que 27.

Le manifeste d’Attica

« Nous, les hommes de la prison d'Attica, avons été incarcérés par la société dans le département des services pénitentiaires de l'État de New York afin de corriger ce qui a été qualifié d'erreurs de comportement dans la société. Ces erreurs nous sont reprochées comme socialement inacceptables jusqu'à ce qu'elles soient requalifiées avec de nouvelles valeurs et une compréhension plus approfondie de nos propres valeurs et de nos responsabilités en tant que membres de la communauté exclue. Le programme de la prison d'Attica, dans sa structure et dans ses conditions, a été condensé dans les pages de ce Manifeste de revendications avec le sang, la sueur et les larmes des détenus de cette prison.

Le programme auquel nous sommes soumis au prétexte de la réadaptation relève de cette antique méthode qui consiste à verser de l’eau sur un homme qui se noie, dans la mesure où nos interlocuteurs traitent notre hostilité avec comme seul remède leur hostilité.

Par nos efforts sensibles pour adopter une existence contraire à la violence, nos ravisseurs sont confrontés à ce qui est juste et équitable, nous sommes victimes de l’exploitation et du déni de justice.

Dans nos efforts pacifiques pour unir la dissidence conformément à la constitution américaine de notre pays, nous sommes assassinés, brutalisés et accusés de diverses accusations de crime parce que nous recherchons à jouir des même droits et privilèges que tout le peuple américain.

Dans nos efforts pour nous émanciper intellectuellement, à travers toutes les catégories de médias, nous sommes systématiquement limités et condamnés à l'isolement lorsque nous insistons sur le fait que nos droits fondamentaux sont la sagesse de la conscience.

Demandes

1. Nous réclamons les droits constitutionnels de représentation légale lors de toutes les audiences de la commission de libération conditionnelle et le respect des procédures de libération conditionnelle par les autorités qui n'autorisent aucune garantie procédurale, telle que la présence d'un avocat pour la confrontation des témoins et des libérés conditionnels lors des audiences de révocation de la libération conditionnelle.

2. Nous réclamons un changement du personnel médical ainsi que de la politique et des procédure médicales. L’hôpital de la prison d’Attica est totalement inadéquat, en sous-effectif et préjudiciable au traitement des détenus. Il y a eu de nombreuses « erreur s» commises à plusieurs reprises. Des médicaments inappropriés et erronés sont prescrits par du personnel non qualifié. Nous exigeons également la pratique régulière de bilan de santé pour tous les prisonniers et suffisamment de praticiens assermentés 24 heures sur 24 en lieu et place des détenus réquisitionnés à ce jour.

3. Nous exigeons des conditions de visite et des installations adéquates pour le détenu et les familles des prisonniers d’Attica. Les installations de visite à la prison sont telles qu’elles empêchent à ce jour des visites adéquates pour les détenus et leurs familles.

4. Nous réclamons la fin de la ségrégation des prisonniers en raison de leurs convictions politiques. Des hommes sont confinées dans des quartiers d’isolement uniquement pour des raisons politiques et sans que les autres détenus ne sachent pourquoi.

5. Nous exigeons la fin de la persécution et du châtiment des prisonniers qui pratiquent leur droit constitutionnel à la dissidence pacifique. Les prisonniers d’Attica et des autres prisons de New York ne peuvent pas être obligés de travailler dans la mesure où ces prisons ont été construites dans le seul but de loger des prisonniers sans aucune mention d’une obligation de travailler afin de favoriser leur libération. Beaucoup de prisonniers croient que leur force de travail est exploitée pour que l’État puisse accroître son pouvoir économique et continuer à développer ses industries correctionnelles (qui sont des complexes d'un million de dollars) ; ces travaux ne développant pas de compétences acceptables pour un emploi ne peuvent être réalisés à l’extérieur pour un salaire de plus de quarante cents en moyenne par jour. La plupart des prisonniers ne gagnent jamais plus de cinquante cents quotidiennement. Les prisonniers qui refusent de travailler pour ce salaire scandaleux ou qui font grève, sont punis, isolés et privés des privilèges de ceux qui travaillent ; cette législation de classe, cette division de classe génère des hostilités au sein des détenus.

6. Nous exigeons la fin de la persécution politique, de la persécution raciale et du déni des droits des prisonniers de s’abonner à des publications politiques, des livres ou tout autre chroniques médiatiques éducatives et contemporaines qui sont transmises à travers le US Mail.

7. Nous exigeons que les industries autorisées à entrer dans les institutions et à employer les détenus les fassent travailler huit heures par jour et respectent la grille des salaires selon la catégorie des travailleurs. Les conditions de travail dans les prisons ne doivent pas relever d’un régime spécial par rapport à celui des emplois à l’extérieure ; un prisonnier en libération conditionnelle ne doit pas subir cette contradiction qui s’ajoute à sa difficile réinsertion, en le singularisant par rapport aux travailleurs. Les industries extérieures qui souhaitent mener leur activité dans les prisons devraient y être autorisées sous la condition d’y mener une politique de recrutement.

8. Nous exigeons que les détenus aient le droit de s'affilier à un syndicat ou de former un syndicat.

9. Nous exigeons que les détenus aient le droit de subvenir aux besoins de leur propre famille. A l'heure actuelle, des milliers de bénéficiaires de l'aide sociale doivent diviser leurs chèques pour soutenir leurs parents emprisonnés, qui sans aide extérieure, ne peuvent pas même acheter des articles de toilette ou de la nourriture. Les détenus salariés pourraient soutenir eux-mêmes et leurs familles en prison.

10. Nous exigeons que les agents de correction soient poursuivis en justice pour tout acte de punition cruelle et inhabituelle même quand il ne s’agit pas d’une question de vie et de mort.

11. Nous exigeons que toutes les institutions employant des détenus soient mises en conformité avec les lois fédérales sur le salaire minimum.

12. Nous exigeons la fin de la croissance des brutalités physiques perpétrées sur les détenus dans les prisons de l'État de New York.

13. Nous exigeons la nomination de trois avocats du barreau de l'État de New York à des postes à temps plein pour la fourniture d’une assistance juridique aux détenus cherchant à obtenir réparation après leur condamnation et visant à assurer la liaison entre l'administration et les détenus qui ont porté plaintes contre l'administration.

14. Nous exigeons la mise aux normes des conditions de travail de l'industrie prévues par la loi de l’État de New York.

15. Nous réclamons la mise en place d’un régime d’assurance des détenus pour fournir réparation des accidents du travail.

16. Nous réclamons la mise en place de programmes de formation professionnelle syndiqués comparable à celle du système pénitentiaire fédéral qui prévoit les instructions, les barèmes de rémunération des syndicats et l’affiliation au syndicat à la fin du cours de formation professionnelle.

17. Nous réclamons les comptes annuels des fonds dédiés aux loisirs des détenus et la création d'un comité de détenus pour leur permettre de se faire entendre sur l’usage des fonds.

18. Nous exigeons que l'actuelle commission des libérations conditionnelles nommée par le Gouverneur soit remplacée par une commission des libérations conditionnelles élue par le vote populaire direct. Dans un monde où de nombreux crimes sont punis de peines d'une durée indéterminée et où l'autorité agit dans le secret, dans une grande discrétion et s’appuyant sur les accusations des membres du personnel pénitentiaire de la prison, les détenus se sentent piégés à moins qu'ils ne veuillent abandonner leur désir d’être des hommes indépendants.

19. Nous demandons à la législature nationale de créer un comité de surveillance des prisons de l’État salarié à temps plein. Ce conseil serait responsable de l'évaluation des allégations formulées par les détenus, leurs familles, leurs amis et leurs avocats contre les employeurs accusés d’avoir agi de manière inhumaine, illégale ou déraisonnable. Ce comité devrait compter des personnes nommées par un psychologue ou psychiatre, par le barreau des avocats ou le « Civil Liberties Union » et les groupes de laïcs concernés.

20. Nous exigeons que l'administration pénitentiaire de cet État mette fin immédiatement aux tensions raciales.

21. Nous exigeons que le service correctionnel fournisse à tous les prisonniers les services de conseillers ethniques pour les populations « brown » et noire de cette prison.

22. Nous réclamons la fin de la discrimination dans le jugement et le quota de libération conditionnelle pour les noirs et les « browns ».

23. Nous exigeons que tous les prisonniers soient présents au moment où leurs cellules et leurs biens sont en cours de fouille par les agents correctionnels des prisons d’État.

24. Nous demandons qu'il soit mis fin à la discrimination à l'égard des prisonniers lorsqu'ils comparaissent devant la Commission des libérations conditionnelles. La plupart des prisonniers se voient refuser la libération conditionnelle uniquement en raison de leurs antécédents. Les peines de prison à vie ne devraient pas enfermer un homme plus de 7 à 10 ans ; si un homme ne peut pas être réhabilité après un maximum de dix ans des programmes constructifs, etc., alors il doit rejoindre un centre d'hygiène mentale, pas une prison.

25. Nous demandons qu'une meilleure nourriture soit servie aux détenus. La nourriture est un désastre gastronomique. 

Nous demandons également que de l'eau potable soit mise sur chaque table et que chaque détenu ait le droit de prendre autant de nourriture qu'il le souhaite et autant de pain qu'il le souhaite, au lieu des portions strictement limitées aujourd’hui. 

26. Nous exigeons la fin des conditions insalubres qui règnent dans le réfectoire : c.-à-d. des plateaux sales, des ustensiles sales, des gobelets tachés ; la nourriture ne doit plus être mise sur les tables plusieurs heures avant les repas sans protection.

27. Nous exigeons qu'il y ait un ensemble de règles régissant toutes les prisons de cet État au lieu du système actuel où chaque directeur établit des règles pour son institution comme il l'entend.

Conclusion

Nous sommes fermes dans notre détermination et demandons, en tant qu’êtres humains, la dignité et la justice qui nous sont dues par notre droit de naissance. Nous ne savons pas comment le système actuel de brutalité, de déshumanisation et d'injustice a pu être perpétré jusqu’à aujourd’hui, mais nous sommes la preuve vivante de son existence et nous ne pouvons pas le laisser continuer.

  • 11 La traduction est de l’auteur. Les autres traductions présentes dans cet article ont été réalisées (...)

 Les contribuables qui sont nos mères, nos pères, nos sœurs, nos frères, nos filles et nos fils doivent être informés de la façon dont leurs impôts sont dépensés pour priver leurs fils, leurs frères, leurs pères et leurs oncles de justice, d'égalité et de dignité11.

Tensions entre observateurs

36Aux yeux du Comité, il s’agissait d’une avancée considérable. Restait à savoir comment les mutins recevraient la nouvelle. L’arrivée de deux personnalités à Attica modifia la situation, bien que les négociations soient closes. D’une part, le gouverneur Rockefeller envoya son secrétaire, Robert Douglass ; celui-ci suggéra de changer certains termes du texte, les jugeant « provocateur au lieu d’être factuel ». D’autre part, les Black Panthers déléguèrent Bobby Seale à Attica. Oswald, bien que l’administration fût très réticente à faire entrer ce militant dans la cour, lui en donna l’autorisation. D’aucun s’inquiétaient des effets du discours de Seale sur les mutins. Kunstler lui donna lecture des 27 points à 20h30. Le leader des Black Panthers lui déclara alors devoir s’en référer au Comité central de son organisation avant de prendre position. Autour de la prison, le nombre de policiers et de gardes de l’État ne cessait de s’accroître. C’est durant cette fin d’après-midi aussi que l’annonce de la mort de l’officier surveillant Quinn commença à circuler dans la prison. Cette nouvelle eut un effet dévastateur sur la suite des événements. Elle durcit la position de l’administration soucieux de ses troupes, et fragilisa les observateurs.

37À 21h, 22 d’entre eux entrèrent dans la cour pour une nouvelle rencontre avec les mutins. L’objet n’en était pas clair pour plusieurs observateurs. S’agissait-il d’introduire Bobby Seale auprès des insurgés ou de lire les 28 demandes acceptées par Oswald ? En réalité, Seale se montra très discret : il n’avait pas l’aval de son comité central pour parler et se contenta d’un « Right on. Power to the people ». C’est Arthur Eve qui présenta les 27 points concédés. Beaucoup d’observateurs quittèrent la cour ensuite, tandis qu’une dizaine dont Eve, Jones, Steel, Kenyatta, Kunstler passèrent de longues heures à expliquer point par point les avancées des négociations aux détenus. Mais ces efforts furent vains. Collectivement, ils refusèrent.

38L’une des raisons de ce refus semble avoir été ce que Kunstler nomma après coup la « démocratie athénienne » qui régnait dans la D-Yard. D’autres, moins optimistes, estimaient que ce refus était dû à la crainte pour ceux qui étaient d’accord avec les propositions de passer pour des traîtres et d’être victimes de représailles. Mais la véritable raison de cet échec tenait au peu de confiance, voire à la grande méfiance que les jeunes noirs détenus à Attica avaient envers l’establishment blanc et le système politique en général.

12 septembre

39Le dimanche 12, l’ultime journée de la mutinerie fut elle aussi très confuse. La fatigue de tous les acteurs des négociations, un certain découragement mais aussi une pluie lourde tombèrent sur Attica. Bobby Seale s‘éclipsa sans retourner dans la D-Yard. Plus les heures passaient plus l’imminence d’un assaut semblait proche. La lassitude joua un rôle indéniable dans cette érosion des forces des mutins.

40La journée commença par un ultimatum d’Oswald aux mutins ; à 7h40, il leur transmit ce message :

« Pendant quatre jours, j’ai usé de toutes les ressources dont je dispose pour régler pacifiquement la situation tragique que nous vivons ici à Attica. Nous vous avons rencontrés. Nous avons accédé à vos demandes de nourriture, de vêtements, de literie, d’eau, d’aide médicale et, juridiquement, nous avons obtenu une ordonnance de la cour interdisant des représailles administratives. Nous avons travaillé avec le « Comité de citoyens » que vous aviez exigé. Nous avons adhéré aux vingt-huit revendications que vous avez formulées, transmises par le Comité. En dépit de ces efforts, vous avez continué à retenir des otages. Je suis maintenant inquiet de ne pouvoir parvenir à la résolution pacifique qui doit pourtant prévaloir. Je vous demande donc instamment de reconsidérer sérieusement les demandes suivantes : 1/ libération immédiate de tous les otages sains et saufs ; 2/ votre concours pour rétablir avec moi l’ordre dans l’établissement. Il me faut avoir votre réponse à cet appel dans l’heure. Je prie pour qu’elle soit positive. »

41Mancusi avait été tenu éloigné des négociations parce que son remplacement constituait l’une des revendications des mutins, mais aussi parce qu’il était pris par ses fonctions et par la gestion d’une partie de la prison : il fallait bien s’occuper des 900 détenus qui ne s’étaient pas joints au mouvement et continuaient à être incarcérés. Lorsque le vendredi, les mutins avaient demandé sa présence, Oswald avait refusé de peur de mettre en danger la vie du directeur. Ce dimanche 12, Mancusi proposa de rencontrer les mutins afin de permettre la libération des otages. Mais ni les observateurs ni Oswald ne prirent cette offre en considération.

42L’homme qui était attendu à Attica était le gouverneur Rockefeller, proche du président Nixon. Tom Wicker, qui connaissait personnellement Rockefeller, l’appela à Pocantico Hills pour le convaincre. Malgré les efforts du journaliste du New York Times, Rockefeller refusa de venir. Il y avait plusieurs raisons à ce refus ; Rockefeller s’était tenu éloigné des négociations, préférant déléguer celles-ci à Oswald, l’homme qu’il avait nommé un an plus tôt pour s’occuper de l’ensemble des prisons de l’État. Il ne voulait pas le décrédibiliser. Mais, les raisons étaient aussi très politiques : il craignait que le seul fait de se montrer à la prison ait des effets désastreux. Tout en adressant sa reconnaissance à tous les négociateurs, il expliqua à Wicker son refus d’intervenir pour préserver « les principes admis de notre société ». À ses yeux en effet, s’il accédait aux demandes des mutins, cela pourrait provoquer « une très sérieuse fêlure dans le structure gouvernementale ».

43Le dimanche après midi, les télévisions avaient interviewé des otages qui s’adressèrent directement à Rockefeller ; celui-ci resta sourd à ces appels. Une ultime réunion des observateurs avec Oswald eut lieu à 21h30 ; elle ne dura pas plus d’une heure. Pour le comité, le temps manquait, des solutions de la dernière chance furent proposées : Wicker suggéra notamment que tous les matins à 9h, en échange de la libération d’un otage, une heure de négociation soit ouverte. Mais tous savaient que l’amnistie était l’unique chance de mettre fin à la mutinerie et de sauver les otages. Il semblait évident que seule l’intervention du gouverneur pouvait sauver la situation et que sa présence à Attica était devenue impérative. Mais Oswald savait que Rockefeller ne viendrait pas ; Douglass, son adjoint, lui avait parlé au téléphone. Il n’y avait désormais plus qu’une issue : la reprise d’Attica par la force.

13 septembre

44Le lundi 13 septembre au matin, l’assaut fut donné, appuyé par deux hélicoptères. 43 personnes (dont 14 membres du personnel pénitentiaires furent tuées par les forces de l’ordre. Si ce soulèvement s’acheva dans un bain de sang, il n’en demeure pas moins que pour la première fois, l’Amérique et le monde entier – grâce aux agences de presse militantes, en particulier l’Agence de Presse Libération (APL) en France – entendirent un discours collectif des prisonniers de droit commun. Il serait hasardeux de considérer que les mutineries qui embrasèrent dès décembre 1971 les prisons françaises (Toul, Nancy, Nîmes, etc.) en sont la conséquence, mais elles s’inscrivirent assurément dans son écho. Avec Attica, les prisonniers entrèrent dans le champ des luttes. Désormais les détenus existaient comme « damnés de la terre ».

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

artières Philippe (dir.), Attica USA 1971, textes de brenez Nicole, gervais Thierry, holt Tom C., parent Emmanuel, rolland-diamond Caroline, sklower Jedediah et zabunyan Elvan, Cherbourg-en-Cotentin, Le Point du Jour, 2017.

clark Richard X., The Brothers of Attica, New York, Links, 1973.

genet Jean, L’Ennemi déclaré, Paris, Gallimard, 1991.

Intolérable, Paris, Verticales, 2013.

jackson George, Les Frères de Soledad. Lettres de prison de George Jackson (1970), traduit de l’américain par roux Catherine, Paris, Gallimard, 1971.

langum David J., William M. Kunstler: The Most Hated Lawyer in America, New York University Press, 1999.

mckay Commission, The Official Report of The New York State Special Commission on Attica, New York, Bantam Book 1972.

melville Samuel, Letters from Attica, New York, William Morrow, 1972.

oswald Russell, Attica. My Story, New York, Doubleday, 1972.

thompson Heather Ann, Blood in the Water : The Attica Prison Uprising of 1971 and Its Legacy, Pantheon, 2016.

wicker Tom, A Time to Die. The Attica Prison Revolt, New York, Quadrangle/The New York Times, 1975.

Filmographie

firestone Cinda, Attica, 80’, USA, 1973.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Pour une histoire détaillée de l’affaire d’Attica (1971-2016), voir Philippe Artières (dir.), Attica USA 1971, Textes de Nicole Brenez, Thierry Gervais, Tom C. Holt, Emmanuel Parent, Caroline Rolland-Diamond, Jedediah Sklower et Elvan Zabunyan, Cherbourg-en-Cotentin, Le Point du Jour, 2017.

2 À la suite de la mutinerie et de sa répression, une commission d’enquête indépendante fut constituée qui rendit un volumineux rapport après une longue enquête mobilisant notamment des étudiants de Columbia University. Des auditions des prisonniers et personnels correctionnels eurent lieu en direct à la télévision. Voir : McKay Commission, The Official Report of The New York State Special Commission on Attica, New York, Bantam Book 1972.


3 Voir les mémoires d’Oswald : Russell Oswald, Attica. My Story, New York, Doubleday, 1972.


4 Lettre reproduite dans McKay, op. cit., p. 136.

5 Ibid.

6 George Jackson, Les Frères de Soledad. Lettres de prison de George Jackson (1970), traduit de l’américain par Catherine Roux, Paris, Gallimard, 1971 ; Jean Genet, « Préface », in GIP, L’Assassinat de George Jackson, Paris, Gallimard, 1971, série « Intolérable », n°3 ; repris dans Jean Genet, L’Ennemi déclaré, Paris, Gallimard, 1991 et Intolérable, Paris, Verticales, 2013.

7 Voir ses écrits posthumes : Samuel Melville, Letters from Attica, New York, William Morrow, 1972.

8 Voir les témoignages et écrits collectifs des mutins : Benny Andrews et Rudolf Baranik (éd.), Attica Book, New York, Black Emergency Cultural Coalition, 1972 ; Attica Defense Committee, Attica, [1972] ; Fighting Back!, Attica Memorial Book, Buffalo, Attica Now, 1974 ; Richard X. Clark, The Brothers of Attica, New York, Links, 1973 ; Attica Committee to Free Dacajeweiah, Attica Then and Now,  New York, The Committee, 1978.

9 Voir la biographie qui lui a été consacrée : David J. Langum, William M. Kunstler: The Most Hated Lawyer in America, New York University Press, 1999.

10 Voir Tom Wicker, A Time to Die. The Attica Prison Revolt, New York, Quadrangle/The New York Times, 1975.

11 La traduction est de l’auteur. Les autres traductions présentes dans cet article ont été réalisées par David Benassayag (Philippe Artières, op. cit.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Artières, « La mutinerie d’Attica en septembre 1971. Récit d’une action collective », Criminocorpus [En ligne], Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (XXe-XIXe siècles, Amérique du Nord, Europe), Ordre et désordre carcéral : la révolte, récits, formes, conditions, mis en ligne le 03 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6557

Haut de page

Auteur

Philippe Artières

Philippe Artières, historien du contemporain, Directeur de recherches au CNRS (EHESS). A publié notamment plusieurs ouvrages sur les mouvements de contestation en détention : Le Groupe d'Information sur les Prisons : archives d'une lutte, 1970-72, documents réunis et présentés par Philippe Artières, Laurent Quéro et Michelle Zancarini-Fournel, postface de Daniel Defert, Paris, IMEC, 2003 ; La Révolte de la prison de Nancy. 15 janvier 1972, Le Point du jour, 2013. Intolérable. Textes réunis par le Groupe d'Information sur les prisons, présentés par Philippe Artières, Paris, Verticales, 2013 ; Attica USA 1971, (sous la dir. de Philippe Artières), textes de Philippe Artières, Nicole Brenez, Thierry Gervais, Tom C. Holt, Emmanuel Parent, Caroline Rolland-Diamond, Jedediah Sklower et Elvan Zabunyan, Cherbourg-en-Cotentin, Le Point du Jour, 2017.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page