Navigation – Plan du site
Ordre et désordre carcéral : la révolte, récits, formes, conditions

La “belle” ou la Veuve : résistances, rébellions et tentatives d'évasion des condamnés à mort en France au XXe siècle

Nicolas Picard

Résumés

Soumis à un régime carcéral spécifique qui renforce grandement la surveillance et les garanties contre l’évasion et le suicide, isolés du reste de l’espace pénitentiaire, les condamnés à mort disposent de faibles marges de manœuvre pour agir. La plupart d’entre eux attendent la décision de grâce ou d’exécution en subissant un sort qui leur paraît sans échappatoire. Cependant, quelques-uns (et quelques-unes) refusent de se résigner et développent des gestes et des paroles de rejet de leur situation, parfois dans le but de revendiquer une amélioration de conditions de détention jugées intolérables. L’évasion, ou à défaut le suicide, restent un horizon d’espoir et malgré les contraintes, quelques rares individus parviennent à s’échapper de cet univers carcéral, même si leurs cavales ne connaissent pas de fin heureuse.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

xxe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Armand Gatti, « Marcel Delrue, quelques instants avant son exécution s’est encore défendu d’avoir t (...)

Par un petit matin d’avril 1952, un cortège se presse dans les couloirs de la prison de la Santé afin de mener à son trépas le nommé Marcel Delrue, condamné à mort pour avoir tué un gendarme dans l’exercice de ses fonctions. Comme il est d’usage en de telles circonstances, le prisonnier a abandonné ses chaînes et revêtu ses habits civils avant d’être conduit à un autel portatif, où il pourra entendre la messe. « À ce moment-là un énorme remue-ménage se fit derrière chaque alcôve de la haute surveillance. Des coups de sifflet d’abord, puis des cris : “Amener Delrue à la mort, c’est un assassinat !”, “Il est innocent !”. Cris et sifflets allèrent s’amplifiant1. » Ce chahut ne donne cependant pas lieu à une perturbation majeure, et le journaliste reprend le fil du récit à travers les des étapes obligées qui, de la messe, mènent à la « toilette », au dernier verre de rhum, aux dernières paroles et à la chute du couperet. 

  • 2 On en retrouve une représentation dans le film d’André Cayatte, Nous sommes tous des assassins, sor (...)
  • 3 Anne Guérin et Maxime Boucher soulignent à juste titre la difficulté à repérer les mouvements de ré (...)
  • 4 Groupe d’information sur les prisons, Intolérable, présenté par Philippe Artières, Paris, Verticale (...)
  • 5 Notamment à la suite de l’affaire Buffet/Bontems, que l’on peut elle-même inscrire dans ce mouvemen (...)

Les protestations des prisonniers, solidaires des condamnés à mort, constituent un topos de la littérature d’échafaud et des autres formes d’expression qui s’emparent de la question de la peine capitale2 et il faut croire, au vu des précautions prises pour assurer le silence et la discrétion du cortège (comme le fait de dérouler des tapis dans les couloirs pour étouffer le bruit des pas), qu’elles sont, sinon redoutées, du moins prises en compte. À aucun moment cependant, cette agitation, par ailleurs difficile à quantifier3, n’ouvre la brèche d’un mouvement plus massif, ou n’empêche le bon fonctionnement du rituel exécutionnaire. Et lorsque les prisons s’embrasent dans le sillage de l’année 1968, ce sont d’abord les conditions de vie « intolérables » des prisonniers qui sont dénoncées, en particulier dans les quartiers disciplinaires et autres QHS4, même si la question de la peine de mort et de son abolition, par ailleurs, revient sur le devant de la scène5.

  • 6 Ce régime de chaînes s’allège à partir des années 1950, sans disparaître complètement. Voir Nicolas (...)
  • 7 Nicolas Picard, « Corps enchaînés, surveillés et découpés. Les contraintes matérielles des condamné (...)

Les gestes de rébellion suscitées en prison par la peine de mort ressortent ainsi moins du fracas des grandes luttes, que des gestes de dépit, de résistance, de violence exercés par des hommes qui voulaient éviter de se faire couper en deux. Difficile en effet, voire impossible pour les condamnés à mort de s’insérer dans une dynamique collective, tant leurs conditions d’incarcération les placent dans une situation d’isolement assez radicale, bien que pas toujours systématique. Le temps que son pourvoi soit examiné en cassation puis que son recours en grâce soit examiné par le ministère de la Justice, avant d’être transmis au président de la République, à qui revient, in fine, la décision de vie ou de mort, le condamné à mort attend environ trois mois sous la IIIe République, mais bien plus longtemps, parfois plusieurs années, sous la IVe. Il a, en moyenne, suivant les époques, deux chances sur trois d’être gracié, et reste dans l’ignorance de son sort jusqu’à ce qu’on le réveille pour l’amener, le cas échéant, à la guillotine. Leur régime carcéral évolue peu au cours du XXe siècle. Très sévère, il s’explique par la volonté d’empêcher le détenu de se servir d’un instrument quelconque pour se suicider ou attaquer ses gardiens. Si la camisole se raréfie, le condamné reste enchaîné et menotté, et soumis à une surveillance perpétuelle6. Bien qu’il soit apparemment difficile à un condamné de s’approvisionner et de pouvoir cacher quoi que ce soit dans sa cellule, celle-ci fait parfois l’objet d’une fouille quotidienne7. Dans une pièce contiguë à la cellule est stocké tout ce dont le prisonnier pourrait avoir besoin et qu’il ne peut conserver avec lui : savon, sucre, papier, etc.

  • 8 Par exemple, Marcel Rouchès en dispose encore en 1912. « Rouchès sera-t-il exécuté ? », Le Petit Pa (...)
  • 9 Jacques Lerouge, Le condamné à mort, Paris, Stock, 1996, p. 17 : « Les détenus ont tous été enfermé (...)
  • 10 Ibid., p. 21. 
  • 11 Par exemple Henri Danjou, « Nous ne sommes pas tous des assassins », France Soir, 2 août 1952, p. 5 (...)
  • 12 Philippe Maurice, De la haine à la vie, Paris, Le Cherche Midi, 2001, p. 152. Yves Maupetit en fait (...)

Il n’y a pas vraiment de « couloir de la mort » en France mais les cellules où sont gardés les condamnés à mort sont fréquemment comprises dans les « quartiers de haute surveillance », et donc placées à l’écart dans l’espace pénitentiaire. Les petites maisons d’arrêt, quant à elles, ne comportent qu’une seule cellule de condamné à mort, ce qui oblige parfois à des regroupements quand il y a plusieurs condamnés de ce type. Aucune circulaire ministérielle ne l’officialise, mais les autres détenus sont fréquemment tenus éloignés des « CAM », tels qu’ils sont dénommés. Certes, la pratique des « moutons » (c’est-à-dire de détenus placés dans la cellule des condamnés à mort pour leur tenir compagnie) perdure au moins jusqu’aux années 1910 (et plus tard dans le cas des femmes)8. Des auxiliaires peuvent vraisemblablement approcher leurs cellules jusque dans les années 1920. Mais la tendance est bien à un isolement croissant. Ainsi, en 1971, lorsque Jacques Lerouge, tout juste transféré d’Évreux avec un verdict capital, arrive à la prison Bonne-Nouvelle de Rouen, les couloirs de la prison ont été évacués (ce qui n’empêche d’ailleurs pas que les autres détenus manifestent bruyamment leur solidarité)9. Il en sera de même pour toutes les extractions de sa cellule : « Même les détenus affectés à l’entretien doivent regagner leur cellule. Personne n’est censé se trouver sur [son] chemin10 ». Reste donc la solidarité entre condamnés à mort : le phénomène n’est pas négligeable, comme on le verra en ce qui concerne les tentatives d’évasion. Même lorsqu’ils sont placés dans des cellules différentes, il reste cependant une possibilité aux condamnés à mort de discuter entre eux à travers le couloir comme c’est le cas par exemple aux Baumettes dans les années 1940 et 195011. Néanmoins, là aussi, la tendance est à la séparation et à l’isolement, comme le raconte Philippe Maurice pour la prison de Fresnes en 1981, lorsqu’on fait en sorte qu’il ne puisse plus échanger avec Yves Maupetit, lui aussi condamné à mort12

  • 13 On en retrouve ainsi à Rouen, à Aix-en-Provence ou à Carpentras. Néanmoins nombre d’entre eux n’ont (...)
  • 14 On en a un exemple à Marseille, avec le condamné Cajamori. Lettres du directeur de la circonscripti (...)

Que tenter dans ce cadre ? Nombre d’esprits sont gagnés par l’abattement et la résignation, et les marges de manœuvre semblent bien faibles. Ce temps et cet espace très contraints génèrent un appareil de surveillance assez étroit, susceptible de nous renseigner sur d’éventuels signes de révolte ou d’insoumission : des cahiers d’observation des condamnés à mort sont ainsi consciencieusement remplis par les surveillants pénitentiaires13, des comptes-rendus envoyés régulièrement à la préfecture14. Ces enregistrements, cependant, ont sans doute tendance à lisser certains aspects des relations entre détenus et surveillants. Ces derniers, soumis à la pression de leur hiérarchie, n’ont en effet pas intérêt à attirer son attention sur ce qui pourrait apparaître comme des dysfonctionnements. Tout incident a en effet tendance à apparaître comme une défaite du pouvoir. Les témoignages laissés par les condamnés à mort peuvent également apporter des informations. Enfin, la presse permet de mettre au jour les cas les plus graves de révolte et de suivre le récit des évasions.  

  • 15 Cela est vrai pour les condamnés de la Résistance comme pour ceux de l’épuration, et des condamnés (...)
  • 16 Gilles Chantraine et Tomas Max Martin, « Introduction : Toward a Sociology of Prison Escape », dans (...)

Notre propos porte sur l’ensemble des manifestations de révolte ou d’insoumission des condamnés à mort vis-à-vis de l’administration pénitentiaire – que ces condamnés aient été suppliciés, graciés, ou qu’ils aient vu leur procès cassé, mais en excluant cependant les condamnés politiques et militaires, dont les mouvements de rébellion ou de résistance s’inscrivent d’emblée dans des récits idéologiques et sont lus comme des continuations d’une lutte préexistante15. Certains gestes et paroles d’une opposition aux contraintes et aux agents du pouvoir s’inscrivent dans le cadre d’un quotidien pénitentiaire (partie I) tandis que d’autres sont plus spécifiques à l’imminence de la mort par guillotine et à cette séquence délicate qui mène à l’exécution (partie II). Un sort particulier doit être consacré aux évasions et tentatives d’évasion (partie III) : comme le notent Gilles Chantraine et Tomas M. Martin, à la suite d’Antoinette Chauvenet, éviter l’évasion est une des raisons d’être principales des prisons16 et l’évasion peut être considérée comme la forme ultime de rébellion dans l’univers pénitentiaire. Les suicides et tentatives de suicide, qui peuvent aussi être lus comme une volonté de faire échec à l’engrenage implacable de la peine capitale, seront traités dans chacune de ses parties plutôt que séparément, suivant le contexte dans lequel ils s’insèrent. Notre propos brosse un portrait des résistances sur près de 75 ans : dans cet intervalle, sans doute y a-t-il eu quelques inflexions dans l’état d’esprit des condamnés vis-à-vis du pouvoir. Ces inflexions sont cependant trop peu marquées pour que nous ayons pu en repérer qui soient vraiment significatives. 

Les manifestations du mécontentement quotidien

Pendant les quelques mois qui les séparent de l’annonce de la grâce ou du réveil pour la guillotine, les condamnés à mort ont de multiples occasions de montrer leur opposition tant à la peine qui les frappe qu’au régime carcéral particulier qu’ils subissent, et de se heurter plus ou moins frontalement aux surveillants ou à d’autres membres du personnel pénitentiaire. La condamnation à mort produit, aux dires de nombreux observateurs, un puissant effet sur les détenus, abattus ou simplement adoucis par la perspective de la mort. Marcel Gauchet, par exemple, condamné à mort en 1931, est réputé avoir perdu « sa superbe, on peut dire son arrogance. Cependant, il est doux, pacifique, avec naturel, presque avec bonne grâce17. » Assurément, d’autres ne sont pas dans cet état d’esprit et conservent leur esprit combatif, afin de refuser toute collaboration à l’œuvre de mort18. Plus prosaïquement, beaucoup se laissent gagner par le découragement, qui entraîne des gestes de mauvaise humeur, comme celui de refuser la promenade, ou plus grave, de jeter son repas dans la tinette19. Difficile en effet de voir ce qui relève d’une volonté réfléchie de lutte ou de simples manifestations dépressives passagères dans certains de ces gestes de refus. Toujours est-il qu’ils posent problème pour l’institution pénitentiaire, à qui injonction est faite de ménager le condamné, avec l’impératif de l’amener vivant et bien portant à la guillotine. Des mouvements de sautes d’humeur à la grève de la faim, les directeurs et les surveillants doivent affronter, sans grands moyens, toute une gamme d’actions. 

Sautes d’humeur et insolence

  • 20 Nicolas Picard, Le Châtiment suprême, op. cit., p. 440. 
  • 21 Par exemple voir le cahier de surveillance des condamnés à mort d’Aix-en-Provence, p. 45, p. 57, p. (...)

Soulignons que les rapports d’hostilité entre condamnés et surveillants sont minoritaires, et que très souvent des rapports cordiaux s’établissent20. Néanmoins, les cahiers de surveillance des condamnés à mort et les rapports quotidiens relèvent une multitude de petits gestes, comme, à maintes reprises, le refus de la nourriture21, le refus de la promenade, des marques d’« énervement ». Le mécontentement prend ainsi la forme de récriminations, comme celles du condamné Cajamori, détenu à la prison Chave de Marseille en 1909 : 

  • 22 Lettre n° 246, 21 janvier 1909. AD BDR, Marseille, 1 Y 54. On trouve les deux orthographes «  Cajam (...)

« Il a fait montre d’une certaine nervosité, il a récriminé à mi-voix disant, entre autres choses, que s’il s’était appelé Tasso, au lieu de Camajori, il y a longtemps qu’il serait grâcié, que s’il était méchant il trouverait bien le moyen de jouer un mauvais tour à ses gardiens. Mais cet état d’énervement n’a été que passager et n’a duré que quelques minutes. Camajori a aussitôt repris son calme. Il a mangé de bon appétit et a dormi tranquillement22. »

  • 23 Cahier de surveillance de la condamnée à mort, 11 juin 1943 (« très insolente »), 7 juillet 1943 (« (...)

Cette mauvaise humeur n’est ici que passagère et Cajamori semble plutôt un prisonnier modèle, si l’on en croit les lettres suivantes. Quelques décennies plus tard, à Carpentras, Marie-Rose Detflesen fait preuve de davantage d’insolence, avec plus de constance23. Jean-Guy Le Dano, condamné à mort en 1946, met en scène cette insolence dans son récit. Refusant la nourriture, il s’adresse ainsi au gardien : 

  • 24 Jean-Guy Le Dano, La Mouscaille, Paris, Flammarion, 1973, p. 295. 

« – Garde ton bouillon pour te laver l’oignon, il doit en avoir besoin. Le gardien, que Claude surnomme le “Poisson Étonné” en raison d’un four exagérément entrouvert, pâlit sous l’injure inattendue. – Si vos chaînes de vous suffisent pas, on peut vous en ajouter. – Cela ne m’empêchera pas de te répéter que tu as besoin de te laver les fesses. – Nous verrons si vous ferez tant le malin le jour où l’on vous traînera pour la dernière toilette ! – Ce jour-là, faute de bouillon, je te cracherai à la gueule24. » 

  • 25 Le directeur de la maison d’arrêt de Rouen affirme ainsi à Jacques Lerouge : « Vous pouvez faire to (...)

Le corps étant entravé, seule la parole demeure un tant soit peu libre, sans qu’il soit vraiment possible ou utile de punir le ou la condamnée : outre que quelques directeurs affirment d’emblée renoncer à toute prérogative en la matière25, Marie-Rose Detflesen n’écope ainsi à la suite de son attitude que d’un « rapport » qui ne modifie probablement en rien ses conditions de détention. Jean-Guy Le Dano est en butte à l’hostilité du gardien injurié, mais ne subit pas d’autres représailles. 

Les revendications des condamnés

Ces gestes et ces paroles de refus peuvent-ils s’inscrire dans une stratégie plus élaborée faisant la place à certaines revendications ? Si elle alourdit les contraintes carcérales, la condamnation à mort justifie quelques compensations que les condamnés connaissent et qu’ils attendent de voir respectées, comme le fait de bénéficier d’un régime alimentaire amélioré. Certains d’entre eux déplorent que l’on ne montre pas plus d’égards vis-à-vis de personnes entrées en agonie. L’enchaînement et la surveillance perpétuels sont mal vécus et dès le début du siècle, certains d’entre eux se positionnent par rapport à des situations qu’ils jugent intolérables. Ainsi, les condamnés de la fameuse « bande à Bonnot » protestent contre le port de la camisole de force : 

  • 26 « On met la camisole de force aux condamnés à mort », Le Petit Parisien, 6 avril 1913, p. 2.

 « Tous sont entrés dans une véritable fureur. Dieudonné, principalement, a résisté : 
La mort, tout de suite ; la mort par la faim, criait-il, plutôt que ce vêtement infamant !...
Il a fallu lutter longtemps avec lui pour lui passer la camisole règlementaire26. »

  • 27 « On enlève la camisole de force aux quatre condamnés à mort », Le Petit Parisien, 7 avril 1913, p. (...)

La camisole leur est d’ailleurs retirée quelques jours après, bien que l’administration pénitentiaire donne pour raison officielle un changement du mode de surveillance plus étroit, à la suite du suicide d’un autre détenu27

Quelques décennies plus tard, Joseph Damiani mène une guérilla quotidienne afin d’améliorer ses conditions de détention et faire respecter ce qu’il considère être ses droits : 

  • 28 X. [Joseph Damiani, alias José Giovanni], « Huit mois face à la tombe. Journal d’un condamné à mort (...)

« J’ai engagé le combat afin qu’on me donne mes lettres régulièrement. Quel est le vampire qui les bloque dans un tiroir pendant trois jours ? […] Le brigadier de service au parloir en a entendu des vertes : aussi je n’ai pas eu une minute de faveur. Je m’en moque éperdument, préférant mille fois dire ce que je pense. Ma décision est prise : en cas d’acharnement injustifiable sur mon courrier, je commence la grève de la faim et le reste28 ». 

  • 29 Bien qu’il soit obligé de recommencer quelques temps après : « Recommence violente campagne pour l’ (...)
  • 30 Ibid., p. 91. 
  • 31 Ibid., p. 96.

Une fois la question du courrier réglée en sa faveur29, Damiani s’attelle à celle de la qualité de la nourriture30, plus tard encore, à la censure des lettres de sa mère31. Surtout, il entend se faire respecter par ses surveillants, et n’hésite pas à faire jouer les différents niveaux hiérarchiques de la prison les uns contre les autres : 

  • 32 Ibid., p. 94. 

« Ayant expliqué au premier surveillant venu de garde nuit qu’il ne devait pas nous parler comme à des chiens, il me fit une méchante allusion à la guillotine (un jeune paysan, hargneux). Il en a entendu de sévères. Je l’ai mené jusqu’aux excuses. Il s’est humilié de crainte que je me plaigne au brigadier32. »

Les marges de manœuvre du condamné viennent ainsi se loger dans une compréhension des différents rapports de force à l’œuvre dans l’administration pénitentiaire, qui n’apparaît dès lors plus monolithique. 

En 1981, à Fresnes, Yves Maupetit cherche à obtenir le droit de se doucher sans être enchaîné : « Puisqu’on me traitait en bête, j’allais me comporter en bête. Je refusai les douches, avertissant les gardes que, désormais, je ne me laverais plus et ferais mes besoins dans la position où je me trouverais. » La réaction à cette rébellion est alors un mélange de sanction et de concession :

  • 33 Yves Maupetit et Pierre Devey, op. cit., p. 181. 

« Manifestement cela ne leur plut pas. Chaque matin et chaque soir, ils fouillèrent la cellule à fond et me firent mettre nu pour pratiquer la fouille à corps. […] Après avoir pris l’avis de l’ex-directeur de l’administration pénitentiaire, ils m’ôtèrent chaînes et menottes pour le temps de mes ablutions. Je vivais dans une jungle telle, qu’il fallait se battre pour obtenir le strict minimum, comme le droit de se laver convenablement33. »

  • 34 X. [Joseph Damiani], art. cit., p. 98. 

Ces petites victoires sur l’adversité, bien que très coûteuses, sont aussi, probablement, ce qui permet à certains de condamnés de tenir debout et de ne pas se laisser aller à la dépression, à l’angoisse, voire à la folie. Joseph Damiani s’estime ainsi être trop « matérialiste » dans ses réflexions quotidiennes, qu’il juge insuffisamment portées sur les problèmes existentiels et métaphysiques34 – mais c’est peut-être ce qui sauve sa raison. 

Le corps, support privilégié de la protestation ?  

  • 35 Ibid., p. 96.
  • 36 Ibid., p. 91.

De nombreux condamnés à mort, devenus procéduriers à force de suivre leur dossier judiciaire et de rédiger lettres et mémoires à destination de leurs avocats, des juges ou de l’administration des grâces, protestent contre le sort qui leur est fait par le biais de réclamations dûment transmises à la direction de la maison d’arrêt dans laquelle ils se trouvent. Joseph Damiani en offre encore un bon exemple : s’il parle, de manière parfois peu amène, à ses surveillants, nombre de ses revendications passent par des lettres (dont certaines assez « brutales35 »), ou encore par le biais de discussions directes avec le directeur de la prison36.  

  • 37 Voir Maxime Boucher, op. cit., chap. 7 « Le corps prisonnier, l’appel à l’aide contre les souffranc (...)
  • 38 Sans parler des projets non menés à leur terme : ainsi le condamné Pozzi, le matin de son exécution (...)

Cependant, alors que le corps est fortement contraint et enchaîné, ce dernier reste l’ultime support de la révolte. Il s'agit d'un vecteur privilégié traditionnel pour exprimer la souffrance en prison37mais les condamnés ont aussi bien conscience des ennuis qui pourraient advenir aux agents de l’administration pénitentiaire si jamais ils ne parvenaient pas à assurer leur intégrité physique jusqu’au moment de l’exécution. La protestation consciente ou inconsciente passe ainsi par l’abandon de toute hygiène ou par des tentatives d’automutilation, voire de suicide. Si ces dernières sont rares, ou difficiles à repérer38, leur menace peut suffire à faire réagir les surveillants, comme lorsque Philippe Maurice, en 1981, pour faire cesser des réveils intempestifs, s’emporte : 

  • 39 Philippe Maurice, op. cit., p. 153. 

« Cela suffit, j’ai compris ce que vous voulez, alors c’est simple, si vous continuez, je ne vais pas vous sauter dessus comme vous le souhaitez, non, je vais me jeter la tête dans le mur, m’exploser la tête, et demain vous devrez expliquer à mes avocats et à vos chefs ce qui s’est passé39. »

  • 40 Ibid., p. 153.

La menace porte, mais en partie seulement : « Je ne fus plus jamais réveillé de la sorte. Ils s’y prirent autrement, ils tapèrent dans la vitre servant à me surveiller ou frappèrent à grands coups de pied dans la porte40. »  

Nombre de résistances passent aussi, on l’a dit, par des refus de s’alimenter, pouvant déboucher sur de véritables grèves de la faim, telle celle, semi-volontaire au début, de Philippe Maurice : 

  • 41 Ibid., p. 141. 

« Début mars, je cessai de manger. Pourquoi ? Je n'en sais rien. […] J'étais fatigué, je n'avais pas envie de me suicider, au contraire, mais je n'avais plus envie de manger, je ne souhaitais plus alimenter ce corps que les juges allaient faire couper en deux. Je pensais que mourir de faim serait mieux que d'être étêté41. »

  • 42 Johanna Siméant, La Grève de la faim, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 15. 

Cette « grève de la faim » prend fin avec la menace explicite d’une alimentation forcée. Ce type d’action s’inscrit-il dans une histoire longue des modes de protestation non-violents ? Si l’on peut relever par le passé des jeûnes protestataires, la grève de la faim apparaît en effet comme un mode d’action politique propre au XXe siècle, qui s’épanouit d’abord en milieu carcéral, sous l’impulsion des suffragettes britanniques et des nationalistes irlandais42. On rapporte plus volontiers dans la presse les grèves de la faim des détenus politiques (ou réclamant un régime carcéral « politique ») que des détenus de droit commun, mais l’utilisation du syntagme dans les années 1950 par Joseph Damiani montre une intégration consciente de la démarche. 

Les modes de protestation ayant le corps pour support sont difficiles à retrouver, que ce soit dans les archives ou dans la presse, et ce sont encore les témoignages qui sont les plus diserts sur le sujet. Le faible nombre de condamnés concernés ne permet pas d’en tirer des généralités. Surmonter l'angoissante attente de la mort tout en étant en butte aux contraintes, voire à l'hostilité de l'administration pénitentiaire, conduit ainsi certains condamnés à mener de multiples actions défiant plus ou moins consciemment le pouvoir, ou du moins lui posant problème et nécessitant une réaction de sa part.  

Rébellions exécutionnaires

  • 43 Claude Charmes, Le Maximum, Paris, Stock, 1974, p. 131. 

Nombre de condamnés gardent cependant leurs réserves de force et d’indignation pour mener le combat ultime, celui contre le dispositif exécutionnaire incarné par le bourreau et ses aides. Claude Charmes, condamné en 1960, se prépare ainsi à étrangler et égorger le premier aide de l'exécuteur43. Ce projet tombe à l’eau du fait de la grâce. À défaut du bourreau, on peut chercher à s’en prendre aux autres membres du cortège. Philippe Maurice dresse ainsi « [ses] derniers plans face à [son] exécution] » : 

  • 44 Philippe Maurice, op. cit., p. 154. 

« Je refusais d’être un mouton mené à l’abattoir. Je décidai donc que le jour de mon exécution je tenterais d’être calme, sage, de faire celui qui est résigné, de les suivre sans révolte jusqu’au moment où je serais face aux magistrats. Alors, là, je bondirais sur l’un d’eux et je tenterais de lui arracher le nez ou une oreille. J’étais un animal, une bête à tuer, un monstre, eh bien soit, l’un d’eux emporterait et porterait ce souvenir de moi pour le reste de sa vie. Je refusais d’être sage et résigné, je voulais me battre jusqu’au bout, ne pas renoncer quitte à faire une chose qui, physiquement, me dégoûtait44. » 

Difficile de dire quelle est la part de ces projets combatifs qui sont effectivement mis en œuvre le matin de l’exécution, mais en tous les cas, les accès de rage, préparés ou spontanés n’ont jamais empêché celle-ci.

Rébellions viscérales et ultimes combats

  • 45 Anne Carol, Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution, Paris, Belin, 2017, notamm (...)

Ils ont pu cependant en perturber le bon fonctionnement. Comme l’a bien montré Anne Carol pour le XIXe siècle, l’exécution suscite à la fois l’adoption de modèles de conduite, mais aussi l’irruption de réactions émotionnelles et viscérales qui peuvent conduire à des luttes physiques entre condamnés d’une part, surveillants et aide-exécuteurs d’autre part45. Une écrasante majorité des exécutions se déroule sans incident, avec des condamnés résignés. Mais dans d’autres cas, la bagarre est parfois vigoureuse, comme pour Firmin Cipierre : 

  • 46 « Une exécution capitale des plus mouvementées », L’Ouest-Éclair, 30 juillet 1930, p. 2. 

« Quand on l’a réveillé ce matin, le criminel n’a pas semblé se rendre compte de ce qu’on lui voulait, mais lorsqu’il comprit que sa dernière heure était venue, il entra dans une fureur épouvantable, mordant les gardiens qui aidaient à le ligoter, et il fallut le porter, hurlant et proférant des injures, sur la planche de la guillotine46. » 

  • 47 « Migliarini est monté à l’échafaud en chantant “O Sole Mio” », L’Est Républicain, 23 juillet 1952, (...)
  • 48 « L’exécution de Bergeron », Le Grand écho du Nord de la France, 26 juillet 1930, p. 2.
  • 49 « La suprême invective de Caturegli », Le Petit Parisien, 11 octobre 1911, p. 1. 
  • 50 Henri Danjou, « Nous ne sommes pas tous des assassins », art. cit.

C’est aussi le cas plus tard pour Eugenio Cocchi, en 1952, qui se met à « proférer des injures à l’assistance » et qui doit être « maîtrisé par les cinq gardiens, spécialistes du judo, qui ne le quittaient pas d’une semelle47 ». La violence peut aussi se retourner contre le condamné lui-même : Félix Bergeron, au matin de son exécution semble au premier abord assez calme mais tente pendant sa confession de s'enfoncer dans la tempe une épingle de sûreté. La blessure, superficielle, ne remet pas en cause le reste de la cérémonie, qui se déroule paisiblement48. Même si le condamné est maîtrisé, le dépit n’est pas loin : en 1911, Caturegli, exécuté à Toulon, invective une dernière fois l’assistance en provençal : « Sias countens, voouriens, bandits49 ! ». Ce dépit perdure dans les exécutions pénitentiaires : en 1952, d’après un journaliste, Y… « jusqu’à la fin manifesta une volonté de violence bestiale. À l’aube de son dernier matin, il cracha au visage de l’aumônier avec qui il avait toujours refusé de s’entretenir. – Je vais crever, mais cela vous arrivera aussi ! s’écria-t-il50. » L’attitude des condamnés peut se lire comme un défi mais se débattre est souvent considéré comme une marque de lâcheté. L’aide-exécuteur Georges Martin manifeste ainsi son dégoût dans ses souvenirs : 

  • 51 Georges Martin, dans Qui ? Détective, n°112, 17 août 1948, p. 15. 

« Au premier mot du procureur, les hurlements commencent. Ils ne devaient pas cesser jusqu’à la dernière seconde. Pendant la toilette, il a fallu que nous le maintenions sans arrêt. Il voulait se traîner par terre ; il se mettait à genoux. […] Dans le fourgon, ce fut une véritable bagarre pour le maintenir tranquille. […] Tous les assassins d’enfants meurent comme des lâches51. »

Rire de la Veuve

  • 52 Anne Carol, op. cit., p. 182-190.
  • 53 « Comment Mécislas Charrier “l’ennemi de l’ordre social” a payé sa dette à la Société », Le Petit J (...)

S’il est difficile de lutter contre le dispositif exécutionnaire par la force, on peut encore tenter de le subvertir en paroles, par écrit ou par oral. Braver la guillotine, la tourner en dérision, faire preuve de « cynisme » et de « forfanterie » sont des moyens de s’affirmer et d’annuler l’effet escompté de la peine de mort52. En 1922 a lieu l’une des entreprises les plus abouties de subversion du rituel. « Mû jusqu’au bout par son instinct d’ostentation narquoise, par l’insatiable besoin de stupéfier son entourage, Charrier, à plein poumons commença d’entonner l’Internationale, la Carmagnole, et l’Hymne au 17e53 », qui retentissent « jusqu’au plus profond des cellules ». Il laisse le soin à son défenseur de publier un Testament humoristique d’un condamné à mort ainsi libellé :  

« Je soussigné, Jacques-Méceslas Charrier, étudiant en médecine, militant libertaire, et condamné à mort par la grâce de douze enfants terribles, déclare léguer :

1° Ma chevelure au très honorable rescapé de la revue du 14 juillet, M. le préfet de police, à la condition expresse qu’il l’emploie à la confection de porte-bonheurs, gris-gris, amulettes, etc, destinés à être publiquement vendus par les soins de messieurs les membres de la sûreté parisienne, au profit de la caisse de secours des rosières de Bécon-les-Bruyères et de celle de l’amicale des cambrioleurs victimes du chômage ; 2° mon estomac à l’avocat-général qui m’a paru totalement en manquer ; 3° ma plante des pieds au Jardin… des Plantes ; 4° mes pectoraux à la pharmacie C… ; 5° mes seins à l’église romaine ; 6° ma peau lisse au chef de la Sûreté.

  • 54 « L’exécution de Méceslas Charrier », Le Petit Parisien, 3 août 1922, p. 1. Le Matin reproduit en f (...)

Charrier avait conclu sa fantaisie macabre par ces mots : “Non terminé pour cause de décès involontaire”54. »

  • 55 « Comment Mécislas Charrier… », art. cit.

Le Petit Journal déplore que « Charrier a réussi à annihiler l’habituelle émotion d’un pareil moment55 », ce qui était bien l’effet recherché.  Sans être aussi méthodique, Montagnon en 1928 crâne devant le public de Montbrison :

  • 56 « Les deux assassins de l’armurier Masson ont été exécutés hier », Le Petit Parisien, 22 juin 1928, (...)

« Montagnon refusa de se laisser couper les cheveux et ne voulut pas davantage qu’on échancrât le col de sa chemise : “Ah ! non ! dit-il ; c’est tout ce que j’ai ; je peux bien, je pense, la garder entière. » On accéda à son désir et on se contenta de rentrer le col. […] En sortant, Montagnon, qui esquissait un pas de danse et sautait, dit à son complice : “Je passe devant ; je ferai préparer le dîner.” […] Et, fixant les gardes qui assuraient le service d’ordre, il leur dit : “Il n’y a pas besoin de fusil, ici !” À peine la phrase terminée, il était poussé sur la planche et le couteau tombait56. »

  • 57 Maurice Cieutat, op. cit., p. 99. 

La fin des exécutions publiques, l’entrée de la guillotine en prison, et l’impossibilité légale de donner aux lecteurs de la presse d’autres détails que ceux portés sur le procès-verbal affiché à la porte de la prison empêchent bien souvent de savoir dans quelle mesure ce petit jeu subversif se poursuit par la suite, étant donné le faible nombre de spectateurs. Maurice Cieutat note cependant qu’à son exécution, Raymond Schleich est particulièrement « narquois » et « goguenard » vis-à-vis de l’avocat général, et qu’il se permet même de pardonner à son juge d’instruction57.

Des « émotions d’échafaud » au XXe siècle ? 

  • 58 Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris (...)
  • 59 Rapport du procureur général, dossier de grâce n° 9911 S 08, France, Pierrefitte-sur-Seine, Archive (...)

L’exécution est aussi l’un des moments où est rompu l’isolement du condamné, lorsqu’elle est encore publique. Le condamné du XXe siècle ne peut cependant plus compter, a priori, sur les « émotions d’échafaud », certes très rares, qui amenaient cependant dans quelques cas à voir la foule prendre le parti du supplicié sous l’Ancien Régime, et qui mettaient en péril, symboliquement mais parfois aussi physiquement, l’exercice de souveraineté rendu par le bourreau58. La réprobation sociale contre le criminel et la rapidité des exécutions par guillotine n’empêchent pourtant pas certaines fractions du public de manifester, sinon leur solidarité avec le condamné, du moins le rejet de l’exécution capitale. Ainsi, au début du siècle, le procureur de la République d’Albi mentionne qu'une cinquantaine d'ouvriers-verriers manifestent contre l’exécution de Simorre et Besse59. Plus encore, l’exécution de Liabeuf, en 1910, conduit une partie de l’assistance à affronter les forces de l’ordre : 

  • 60 « L’exécution de Liabeuf », Le Petit Journal, 2 juillet 1910, p. 2. 

« Pendant que s’étaient poursuivis les travaux préparatoires de l’exécution, pendant même qu’elle avait lieu, de graves bagarres s’étaient produites aux alentours, au-delà des barrages. [...] Soudain deux coups de revolver retentirent, tirés du milieu de la foule. Ce fut le signal d’une bagarre terrible entre le public et la police. Reçus à coups de pierre par ceux qu’ils chargeaient, les gardiens de la paix et les gardes municipaux à pied et à cheval ripostèrent à coups de crosses de fusil, ou de plat de sabre60. »

Ce type d'émeute semble cependant disparaître complètement après la Première Guerre mondiale, avec l’affaiblissement des doctrines anarchistes illégalistes. 

L’exécution continue par contre de provoquer l’émotion collective des co-détenus, phénomène qui persiste après la fin des exécutions publiques. Cette émotion peut être lancée par le condamné à mort lui-même. On peut reprendre ici l’exemple de Marcel Delrue : 

  • 61 Maurice Cieutat, op. cit., p. 157. Le Parisien Libéré, s’il mentionne les dénégations constantes de (...)

« Entouré de trois gardiens, Delrue traverse la 7e division. Il a une hésitation. Et puis, il se met à hurler. – Les gars, c’est Delrue. Je m’en vais. Ces ordures vont m’assassiner. Réveillez-vous. Gueulez. Faites du pétard. Montrez à ces fumiers que nous sommes des hommes. La mort nous fait pas peur. Au revoir mes copains. Au revoir mes frères. Je vous embrasse […] Delrue continue à invectiver la Société. Il est enragé et ce bruit décuple sa colère et l’aide aussi sûrement à surmonter son angoisse61. »

Les exécutions des condamnés de droit commun sont souvent lues comme moins chargées de luttes que celles des condamnés « politiques », jugés par des juridictions extraordinaires. À quelques occasions, elles se font pourtant le support d’une affirmation collective et d’une solidarité des détenus qui ne parvient jamais, cependant, à déborder et à mettre en péril le déroulé de la mise à mort.

Évasions et tentatives d’évasion

  • 62 Juliette Glikman, « Briser ses fers. L’évasion, revanche des vaincus en France au XIXe siècle », da (...)

Échapper à la mort ! Ou du moins à ce type de mort, infamante. Si une majorité des condamnés s’en remettent pour cela en une croyance parfois naïve dans la bonté présidentielle (croyance il est vrai appuyée par les statistiques, puisqu’en moyenne les deux tiers d’entre eux finissent graciés), quelques-uns ne comptent que sur eux-mêmes et sur leurs complices pour éviter le couperet. L’évasion, la « belle », n’est d’ailleurs pas qu’un rêve de condamné à mort, mais le rêve de tout détenu, la mise en échec complète d’un système pénitentiaire construit pour l’éviter, la « revanche des vaincus62 ». Mais elle est particulièrement vive dans le quartier des fers. Dans les années 1920, Maurice Aubenas, ancien gardien de prison, note : 

  • 63 Henri Danjou, « Nous ne sommes pas tous des assassins », France Soir, 6 août 1952. Henri Danjou cit (...)

« J’ai le sentiment de garder des fauves. Il n’est pas rare qu’un des condamnés, d’un coup d’épaule et de genou, tente d’ébranler la grille et la porte de son sépulcre. Sauter sur le surveillant, le tuer, s’emparer de son uniforme, utiliser sa clef et s’enfuir : il n’existe pas un seul condamné à mort qui n’ait caressé ce rêve63 ! »

Philippe Maurice le confirme à sa manière, en adoptant forcément un point de vue différent : 

  • 64 Philippe Maurice, op. cit., p. 133. Il fait d’ailleurs partie des rares condamnés à mort à avoir mi (...)

  « Il est vrai que, chez certains détenus, pas forcément la majorité, la cavale devient une hantise, un moyen de survivre psychologiquement. Dans mon cas, c'était une simple question de survie physique. J'allais être exécuté et je devais partir, quitte à me faire tuer en tentant de partir pour au moins mourir en me battant. Ma vie ne présentait plus vraiment d'intérêt, je savais même que je me ferais tuer dehors, mais au moins voulais-je mourir les armes à la main, pas comme un mouton qu'on saigne un matin64. »

  • 65 Georges Martin, « Deibler mon patron VI. Vedettes sous la lame », Qui ? Détective, n° 112, 17 août (...)

Qu’ils soient heureux ou malheureux, les rêves d’évasion sont probablement fort nombreux pour les condamnés mais la véritable planification d’une « belle » est sans doute rare. Certains la prévoient pour le jour même de l’exécution, quand celle-ci est encore publique. C’est le cas d’un fameux gangster surnommé « La Griffe », espérant une action de dernière minute de ses complices, si on en croit Georges Martin, qui raconte : « La Griffe, du réveil à la toilette, affiche un sourire goguenard. Il nous dévisage tour à tour, une leur cruelle dans les yeux. Nous sentons qu’il attend quelque chose. » C’est cependant un échec : « La belle confiance du début fiche le camp. Sa bouche a un pli amer. Il doute, à la dernière seconde, de ses copains. Il a raison. Sa tête tinte dans la bassine65. » Il est en effet plus sûr de ne pas attendre le moment fatidique et de chercher à se procurer à l’avance armes et complicités. Par rapport à une évasion « classique », la tâche est compliquée par l’isolement dans lequel se trouve le condamné, par la surveillance perpétuelle. Cela explique l’importance des « occasions saisies » et le peu de succès de la plupart des tentatives.

Tentatives et échecs

Celles-ci sont en effet très rares et se terminent généralement assez mal, que ce soit pour le condamné ou pour le personnel pénitentiaire. En 1911, à la prison de Riom, Charles Philippo tente de tuer son gardien lors de la promenade : 

  • 66 « Philippo, l’assassin des boulangères tente d’assassiner son gardien », Le Petit Parisien, 18 mai (...)

« Tandis qu’il se trouvait avec ce dernier dans la cour de la prison, profitant d’un moment d’inattention du gardien, il le saisit par derrière et le frappa à la tête de plusieurs coups avec une pierre qu’il tenait à la main, et comme Alessandri, renversé à terre, criait au secours, Philippo essaya de l’étouffer en lui introduisant dans la bouche une poignée d’herbes ; mais en se débattant, le gardien réussi à gagner une sonnette installée dans la cour. Le gardien-chef et deux autres gardiens accoururent alors à son aide et le délivrèrent66 ». 

Une tentative similaire échoue en 1923 à la prison de Laon, lorsque Raoul Marchand assomme lui aussi un surveillant, qui cette fois-ci ne survit pas : 

  • 67 « Condamné à mort il tue son gardien pour s’évader », Le Petit Journal, 27 octobre 1923, p. 1. 

« Condamné à mort au cours de la session d’août pour viol et assassinat commis à Soissons, Raoul Marchand déclarait à son gardien qu’il ne pouvait dormir parce qu’il souffrait des dents. Il se leva donc pour marcher dans la cellule. Le condamné à mort jouait cette comédie depuis plusieurs jours pour tenter vraisemblablement de s’évader. Pendant que le gardien, Emile Germain, cinquante ans, lisait assis devant une petite table, il s’empara d’une chaise et la lui brisa sur la tête. Bien que très grièvement blessé à la base du crâne, Germain parvient à maîtriser son agresseur tout en appelant au secours. Le gardien a été transporté, en hâte, à l’Hôtel-Dieu. Malgré tous les soins qui lui furent prodigués, il ne devait pas tarder à succomber67. »

Le 16 mars 1936, la tentative d’évasion d’Henri Rosa à la maison d’arrêt de Dijon présente des traits communs avec les deux cas que nous venons d’exposer : encore une fois, le condamné se saisit du premier objet dont il dispose pour pouvoir assommer, encore une fois, un gardien est la cible, afin de lui arracher ses clefs, passeport pour la liberté. L’issue diffère cependant, puisqu’elle conduit au suicide du condamné :  

  • 68 « L’Italien Rosa, condamné à mort se suicide à la prison de Dijon », Le Petit Parisien, 17 mars 193 (...)

« Mais M. Cordier ayant pu appeler au secours, M. Padovani accourut aux cris de son collègue. Le bandit se rendit probablement compte que l’alerte générale allait être donnée et qu’il allait être pris. Tant bien que mal, il monta alors précipitamment au deuxième étage, sur la galerie qui dessert les cellules et domine le hall central, pour parvenir à la balustrade, par-dessus laquelle il se laissa tomber dans le vide, d’une hauteur de dix mètres environ, la tête la première. Le crâne fracturé sur les dalles, l’assassin expira sur-le-champ, échappant ainsi au couperet de la guillotine de M. Deibler68. »

  • 69 « Douze détenus dont sept condamnés à mort tentent de s’évader », Le Provençal, 17 décembre 1947, p (...)
  • 70 Le Méridional, 18 décembre 1947, p. 1 et 19 décembre 1947, p. 2 ; Le Provençal, 20-21 décembre 1947 (...)

Une période semble favoriser les occasions : celle de l’après-Seconde Guerre mondiale, époque marquée par de multiples évasions, notamment de détenus politiques. Le regroupement de condamnés à mort facilite en effet l’élaboration et la mise en œuvre de projets communs. Une tentative d’évasion collective a lieu aux Baumettes, à Marseille, mêlant condamnés à mort politiques et de droit commun. Dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 décembre 1947, « douze détenus ayant quitté leurs cellules purent être repris sur le chemin de ronde, au moment où ils allaient passer le grand mur d’enceinte à l’aide de cordes69 ». L’enquête révèle des dysfonctionnements, ainsi que le possible trouble jeu de certains surveillants70.

  • 71 Philippe Maurice, op. cit., p. 134-135.

Signalons enfin la tentative d’évasion de Philippe Maurice en 1981, d’autant plus remarquable, si l’on peut dire, que les conditions de surveillance et d’isolement semblent alors scrupuleusement respectées. Philippe Maurice parvient en effet à se procurer une arme par l’intermédiaire de son avocate et à la dissimuler. Au moment de maîtriser son surveillant, cependant, rien ne se passe comme prévu : dans la bagarre qui s’ensuit, le gardien est grièvement blessé, et Philippe Maurice est maîtrisé avant d’être copieusement passé à tabac71. Dans le contexte de débat assez vif sur la peine de mort, cette brutale agression est assez largement commentée et reprise par les partisans de la guillotine.

Réussir la « belle »

Sur des trames similaires (agression de surveillants), quelques entreprises fonctionnent. En 1947, Stanislas Walezewski réussit à s’évader à Montauban : 

  • 72 « Walezewsky s’est évadé », La Démocratie, n° 479, 5 mai 1947, p. 1. 

« Walezewsky, pour réaliser cette évasion, a assommé son gardien avec un barreau de sa cellule qu’il avait descellé. Il est ensuite descendu au Greffe, d’où le gardien-chef était absent, a pris les clés et s’est enfui. À sa sortie de la prison, Walezewsky a volé une voiture qu’il a abandonnée ensuite à Villebrumier. On annonce que le gardien Lacoste, 45 ans, qui a été frappé à la tête par le bandit est dans un état désespéré72. »

Toujours cette même année, pas moins de quatre condamnés à mort s’échappent de l'imposante prison d’Alençon, ancien château des Ducs. Tout d’abord, dans la nuit du mardi au mercredi 26 mars, Henri Pelletier participe à une première évasion avec d’autres détenus : 

  • 73 « Audacieuse évasion à Alençon », L’Écho républicain de la Beauce et du Perche, 28 mars 1947, p. 4. (...)

« La bande comprend deux condamnés à mort, quatre condamnés aux travaux forcés, et un déserteur. Les cinq derniers, après avoir descellé les pierres de leur cellule, ont maîtrisé leurs gardiens et sont allés délivrer les deux condamnés à mort enchainés dans leur cellule73. » 

Quelques mois après, dans la nuit du 30 septembre au 1er août, Moizo (déjà membre de la première équipée), Lequet et Vichard s’enfuient. Ils ont profité du fait que leurs deux gardiens étaient en train de changer une ampoule pour les maîtriser et se libérer : 

  • 74 Anonyme, « Prisons sans barreaux. Alençon », Qui ?, n° 64, 11 septembre 1947, p. 12. On précise ail (...)

« C’est alors que les trois bandits attaquèrent leurs gardiens, qu’ils finirent par bâillonner et par attacher sur leur lit, après leur avoir passé leurs propres menottes. Prendre le trousseau de clés, ouvrir les portes, les refermer avec soin derrière eux pour arrêter toute poursuite possible, gagner le jardin potager du gardien-chef, escalader le mur à l’aide d’un gros chambranle de portail trouvé là bien à propos, descendre dans la propriété voisine est pour eux jeu d’enfants74 ».

  • 75 Même le quotidien d’un département voisin comme le Calvados (en l’occurrence, Liberté de Normandie) (...)

Étonnamment, les évasions ornaises, ainsi que les cavales subséquentes, peinent à faire les gros titres en dehors de leur département et sont absentes de la plupart des quotidiens nationaux75.

  • 76 Maurice Josco, « Les assassins Meurant et Courtin s’enfuient de la prison d’Amiens », France Soir, (...)

En revanche, en 1952, l’« évasion du Jour de l’An » suscite plus d’intérêt, au point que France Soir la présente exagérément comme étant « sans précédent dans les annales pénitentiaires76 ». Dans cette affaire, le condamné à mort Léon Meurant a recours à la ruse et à la manipulation d’un des gardiens, vraisemblablement fragile psychologiquement, pour se procurer une arme et maîtriser sous la menace les autres surveillants, à l’aide de son co-détenu Courtin :

« Cette nuit le gardien des condamnés à mort se trouvait en compagnie de Léon Meurant. Il jouait aux cartes […]. Tout à coup, à trois heures du matin, Léon Meurant sortit un revolver qu’il tenait caché sous sa tunique et qu’il s’était procuré on ne pas encore comment.

– Laisse les cartes et haut les mains vite, cria-t-il à son gardien. 

Celui-ci dut s’exécuter. 

– Et maintenant ouvre la grille.

Léon Meurant, la porte de la grille ouverte, rejoignit Michel Courtin. Puis il enferma son gardien dans la cellule, ouvrit la porte et s’enfuit avec son codétenu dans les couloirs du rez-de-chaussée de la prison. Chemin faisant, les deux assassins tombèrent nez-à-nez avec un autre gardien. Sous la menace du revolver, ils se firent précéder de celui-ci jusqu’au poste de garde.

  • 77 Ibid., p. 1 et p. 3. 

– Vite, donne nous deux capotes et ouvre-nous la porte principale, ordonna Meurant. Quelques instants plus tard, Meurant et Courtin se trouvaient libres77. » 

 Des centaines de gendarmes sont mobilisés pour la traque. La cavale de Meurant et Courtin ne dure que 35 heures. Ils sont rattrapés à proximité d'une gare : 

  • 78 Maurice Josco, « Tragique arrestation des évadés de la prison d’Amiens », France Soir, 2 janvier 19 (...)

« Les premiers, Meurant et Courtin, tirèrent. Leurs chemises blanches apparaissaient derrière la barricade mais les gendarmes, plus calmes, resserraient peu à peu leur étreinte. Perdus, les bandits tirèrent encore à l’aveuglette. N’en pouvant plus, se sachant déjà prisonniers, Meurant et Courtin ensemble levèrent leurs bras vers le ciel en lançant devant eux les trois armes désormais inutiles78. » 

En effet, toutes ces évasions sont suivies de cavales plus ou moins longues, à l’issue incertaine et auxquelles participe également la population, qui prend une part active dans les arrestations/neutralisations : il s’agit bien de chasses à l’homme.

Les cavales : la mort ou la reprise

  • 79 « Mirza fameuse chienne de police n’a pu retrouver la piste de Walezewski », La Démocratie, n° 481, (...)

La cavale de Walezewski dure ainsi près d’une semaine, et elle est rapportée quotidiennement par la presse locale et nationale. Enquêtes et perquisitions se multiplient dans les milieux qui pourraient aider le fugitif : anciens receleurs, ouvriers polonais… L’inquiétude plane sur toute une région : « Les paysans travaillent dans leurs champs, le fusil en bandoulière79 ». Le 8 mai 1947, c’est le dénouement :

  • 80 « Walezewski est enfin abattu », La Démocratie, n° 48, 9 mai 1947, p. 1. Le lendemain, un compte-re (...)

« Les inspecteurs de police de Montauban continuant leur opération de la veille, avaient tendu, dès 21 heures, un guet-apens dans le bâtiment de la ferme attenant au château de M. Prébosc. À 23 heures, l’assassin sortir de la porte de la maison par laquelle il était entré la nuit précédente. Il fut interpellé par un paysan, M. Boss, qui, armé de son fusil de chasse, se trouvait avec les inspecteurs. “Halte-là ! lui cria-t-il” “Qui est là ?” répondit Walezewski. Et l’un des inspecteurs s’écria aussitôt : “C’est Stanis !” Walezewski, un fusil de chasse en main, fit feu en direction de ses interlocuteurs. N’ayant touché personne, il s’enfuit sur la gauche du bâtiment et une véritable fusillade éclata aussitôt. L’assassin tomba la face contre terre, criblé de balles80. »

  • 81 Sur les évasions et cavales des condamnés à mort ornais, voir les synthèses présentées par Jean-Fra (...)

Les autres échappées sont temporairement plus heureuses pour les condamnés. Henri Pelletier est repris au bout de quelques jours, arrêté par les habitants d’un village. Il est guillotiné en juillet de la même année. La cavale des évadés du mois de septembre, André Moizo et Léon Vichard, dure plus d’un mois. Ils ne sont repris que le 17 octobre 1947 à Lourdes, après avoir volé une voiture. Ramenés à Alençon, ils sont transférés à la maison d’arrêt de Laval le 1er novembre, cette prison offrant peut-être de meilleures garanties contre une nouvelle évasion. La cavale de Lequet, le dernier membre du trio, dont ils s’étaient séparés, bat tous les records : on ne le voit reparaître à Alençon que le 17 février 1950. Pendant presque trois ans, le dernier évadé n’avait pas fait reparler de lui, ayant trouvé un emploi et une nouvelle vie à Mostaganem, dans le département d’Oran81. Aucun des trois membres de cette équipée n’a cependant à en pâtir : ils sont tous graciés. 

Que conclure de cette collection de cas ? Dans quelle mesure s’inscrivent-ils dans une culture matérielle de l’évasion plus générale, dans un « savoir-faire » du détenu ? Les études historiques sur les évasions (y compris pour les évasions « politiques ») sont à vrai dire encore peu développées pour le XXe siècle, et se contentent souvent, comme nous venons de le faire, d’accumuler des épisodes spectaculaires. Difficile par conséquent de situer ces évasions de condamnés à mort dans un ensemble plus vaste et d’en cerner les spécificités.

Conclusion

Malgré un cadre matériel extrêmement contraint, les condamnés à mort ne baissent pas tous les bras devant la sentence qui les frappe. Certes, les cas que nous avons évoqués apparaissent relativement exceptionnels dans un ensemble marqué par la résignation, voire l’acceptation. Mais ils sont peut-être plus répandus qu’on ne le pense, tant il est vrai que les archives ont laissé peu de traces des luttes menées dans les cachots des condamnés à mort. En paroles et en actes, les condamnés résistent à la peine capitale, non seulement à l’exécution, mais aussi à l’ensemble du régime carcéral qui lui est lié. Ce faisant, ils se conforment en partie aux représentations qu’ils véhiculent : des cyniques moqueurs, incapables de repentir, des bêtes fauves prêtes à tout pour sauver leur peau. Les agressions brutales de surveillant existent bien, et contribuent à justifier chaînes, menottes et isolement. Le péril mortel qui menace explique aussi les extrémités auxquels certains d’entre eux se trouvent poussés. Nombre de réactions, cependant, témoignent moins d’une crainte de la mort que d’une volonté de manifester, peut-être pour la dernière fois, une forme de liberté. Dans toutes ces affaires, c’est finalement la dignité des individus qui est en jeu, autant que leur vie.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bérard Jean, « Libérer des détenus, libéraliser les prisons ? Révoltes des prisonniers et réformes pénitentiaires (1968-1975) », in Margairaz Michel et Tartakowsky Danielle, 1968 entre libération et libéralisation. La grande bifurcation, Rennes, PUR, 2010.

Bérard Jean, La justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal (1968-1983), Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

Boucher Maxime, La nuit carcérale. Souffrir et éviter la souffrance en prison, le cas français, 1944-1981, Lille, The Book Edition, 2011.

Carlier Christian, Spire Juliette et Wasserman François, Fresnes, la prison. Les établissements pénitentiaires de Fresnes : 1895-1990, Fresnes, Écomusée, 1990.

Carol Anne, Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution, Paris, Belin, 2017.

Chantraine Gilles et Martin Tomas Max, « Introduction: Toward a Sociology of Prison Escape », dans Chantraine Gilles et Martin Tomas Max (dir.), Prison Breaks. Toward a Sociology of Escape, Palgrave Macmillan, 2018, p. 1-29.

Derasse Nicolas, « De l'ombre à la lumière : les révoltes pénitentiaires dans la France des années 1970 », Criminocorpus [En ligne], L’administration pénitentiaire, 1945, 1975, 2015. Naissance des réformes, problématiques, actualité, Partie 1- La réforme pénitentiaire de 1945 : l’amendement du condamné », mis en ligne le 09 septembre 2019. URL :  http://journals.openedition.org/criminocorpus/6256

Glikman Juliette, « Briser ses fers. L’évasion, revanche des vaincus en France au XIXe siècle », in Porret Michel, Fontana Vincent et Maugué Ludovic (dir.), Bois, fers et papiers de justice. Histoire matérielle du droit de punir, Chêne-Bourg, Georg, 2012, p. 266-281. 

Groupe d’information sur les Prisons, Intolérable, présenté par Artières Philippe, Paris, Verticales, 2013 [réédition de quatre brochures, 1971-1975].

Guérin Anne, Prisonniers en révolte. Quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980), Marseille, Agone, 2013.

Haroun Ali, La 7e Wilaya. La guerre du FLN en France 1954-1962, Paris, Seuil, 2012 [1986].

Le Naour Jean-Yves, Histoire de l’abolition de la peine de mort. 200 ans de combats, Paris, Perrin, 2011.

Miniac Jean-François, Les grandes affaires criminelles de l’Orne, Paris, Sayat, De Borée, 2008.

Pedron Pierre, La prison sous Vichy, Paris, L’Atelier /Ed. ouvrières, 1993.

Picard Nicolas, « Corps enchaînés, surveillés et découpés. Les contraintes matérielles des condamnés à mort en France au XXe siècle », in Porret Michel, Fontana Vincent et Maugué Ludovic (dir.), Bois, fers et papiers de justice. Histoire matérielle du droit de punir, Chêne-Bourg, Georg, 2012, p. 282-298.

Picard Nicolas, « Des fauves en cage : reportages et témoignages sur les condamnés à mort dans la presse française (années 1920-1950) », Circé. Histoires, cultures & sociétés, n° 5, juin 2014. URL :  http://www.revue-circe.uvsq.fr/des-fauves-en-cage-reportages-et-temoignages-sur-les-condamnes-a-mort-dans-la-presse-francaise-annees-1920-1950

Picard Nicolas, Le Châtiment suprême. L’application de la peine capitale en France (1906-1981), Bayonne, IUV, 2018.

Porret Michel, Fontana Vincent et Maugué Ludovic (dir.), Bois, fers et papiers de justice. Histoire matérielle du droit de punir, Chêne-Bourg, Georg, 2012.

Rabreau Élodie, Les Belles ténébreuses : évasions des prisons et des bagnes en France au XIXe siècle, mémoire de master 2 d’histoire sous la direction de Kalifa Dominique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012.

Sanchez Jean-Lucien, « Les évasions de relégués au bagne de Guyane (XIXe - XXe siècle) », Criminocorpus, dossier « Les rebelles face à la justice », mis en ligne le 13 novembre 2014. URL :  http://journals.openedition.org/criminocorpus/2837

Siméant Johanna, La Grève de la faim, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Vergez-Chaignon Bénédicte, Vichy en prison. Les épurés à Fresnes après la Libération, Paris, Gallimard, 2006.

Vimont Jean-Claude, « Les fers des condamnés à mort. Détention carcérale et instrumentalisation politique durant l’Épuration en France », in Porret Michel, Fontana Vincent et Maugué Ludovic (dir.), Bois, fers et papiers de justice. Histoire matérielle du droit de punir, Chêne-Bourg, Georg, 2012, p. 299-312.

Haut de page

Notes

1 Armand Gatti, « Marcel Delrue, quelques instants avant son exécution s’est encore défendu d’avoir tué le gendarme Mechin », Le Parisien Libéré, 9 avril 1952, p. 7. Maurice Cieutat, ex-gardien de prison, en donne un autre aperçu dans ses mémoires : « De mémoire de gardien et de prisonnier, ce fut le plus beau chahut qui ait accompagné la marche d’un condamné à mort. Les gars frappent sur les portes et les murs, tapent des pieds, cognent sur leurs gamelles avec leurs cuillères et ils gueulent, nous insultant, appelant Delrue. De cellule en cellule, le vacarme se déclenche, s’étend, gagnant les autres divisions. La Santé n’est plus qu’un gueuloir. », Maurice Cieutat, Un maton pas comme les autres. La vie et les confessions d’un gardien de prison à la Santé, Paris, Presses de la Cité, 1974, p. 157. 

2 On en retrouve une représentation dans le film d’André Cayatte, Nous sommes tous des assassins, sorti en 1952, pour l’exécution du condamné Bauchet. 

3 Anne Guérin et Maxime Boucher soulignent à juste titre la difficulté à repérer les mouvements de rébellion pénitentiaires dans les prisons françaises avant les grandes mutineries des années 1970. Anne Guérin, Prisonniers en révolte. Quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980), Marseille, Agone, 2013, p. 17-18 ; Maxime Boucher, La nuit carcérale. Souffrir et éviter la souffrance en prison, le cas français, 1944-1981, Lille, The Book Edition, 2011, p. 331-348. 

4 Groupe d’information sur les prisons, Intolérable, présenté par Philippe Artières, Paris, Verticales, 2013 [réédition de quatre brochures, 1971-1975] ; Anne Guérin, op. cit. (en particulier p. 239 et suiv. sur les QHS) ; Jean Bérard, « Libérer des détenus, libéraliser les prisons ? Révoltes des prisonniers et réformes pénitentiaires (1968-1975) », dans Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky, 1968 entre libération et libéralisation. La grande bifurcation, Rennes, PUR, 2010 ; Jean Bérard, La justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal (1968-1983), Paris, Presses de Sciences Po, 2013, chap. 2 « Les révoltes des prisonniers et les critiques de l’enfermement », p. 63-97 ; Nicolas Derasse, « De l'ombre à la lumière : les révoltes pénitentiaires dans la France des années 1970 », Criminocorpus [En ligne], L’administration pénitentiaire, 1945, 1975, 2015. Naissance des réformes, problématiques, actualité, Partie 1- La réforme pénitentiaire de 1945 : l’amendement du condamné, mis en ligne le 09 septembre 2019. URL :  http://journals.openedition.org/criminocorpus/6256

5 Notamment à la suite de l’affaire Buffet/Bontems, que l’on peut elle-même inscrire dans ce mouvement plus général de « malaise » des prisons. Jean-Yves Le Naour, Histoire de l’abolition de la peine de mort. 200 ans de combats, Paris, Perrin, 2011, p. 295-300. 

6 Ce régime de chaînes s’allège à partir des années 1950, sans disparaître complètement. Voir Nicolas Picard, Le Châtiment suprême. L’application de la peine capitale en France (1906-1981), Bayonne, IUV, 2018, p. 408-411. 

7 Nicolas Picard, « Corps enchaînés, surveillés et découpés. Les contraintes matérielles des condamnés à mort en France au xxe siècle », dans Michel Porret, Vincent Fontana et Ludovic Maugué (dir.), Bois, fers et papiers de justice. Histoire matérielle du droit de punir, Chêne-Bourg, Georg, 2012, p. 282-298. 

8 Par exemple, Marcel Rouchès en dispose encore en 1912. « Rouchès sera-t-il exécuté ? », Le Petit Parisien, 12 août 1912, p. 1.

9 Jacques Lerouge, Le condamné à mort, Paris, Stock, 1996, p. 17 : « Les détenus ont tous été enfermés dans leur cellule. Je ne dois voir ni entendre personne […] En quelques secondes, un vacarme horrible emplit la division. Les hurlements rebondissent d’une porte à l’autre. ». Avant d’arriver à Rouen, Jacques Lerouge a fait un bref crochet à la maison d’arrêt d’Évreux, ville où siège la cour d’assises qui l’a condamné. Là aussi, c’est un début de révolte. Ibid., p. 9-10. 

10 Ibid., p. 21. 

11 Par exemple Henri Danjou, « Nous ne sommes pas tous des assassins », France Soir, 2 août 1952, p. 5 : « Condamnés tous les trois à peu près à la même époque, ils furent enfermés isolément dans trois cellules voisines. V… suppliait C… son complice, de le décharger par une déclaration in extremis. C… s’y refusait avec d’horribles mots, en le traitant de lâche et de couard. Y… avait pris le parti de V… et il réclamait un revolver aux surveillants pour abattre le faux frère, peu généreux, qui refusait de sauver son triste ami de la mort. »

12 Philippe Maurice, De la haine à la vie, Paris, Le Cherche Midi, 2001, p. 152. Yves Maupetit en fait également le récit dans ses mémoires, Yves Maupetit et Pierre Devey, Dans l’ombre de la guillotine. Yves Maupetit raconte, Paris, Garancière, 1984, p. 179-180 : « Cela gênait qu’on puisse se parler, ou même se voir ».  

13 On en retrouve ainsi à Rouen, à Aix-en-Provence ou à Carpentras. Néanmoins nombre d’entre eux n’ont pas été conservés et semblent désormais perdus.

14 On en a un exemple à Marseille, avec le condamné Cajamori. Lettres du directeur de la circonscription pénitentiaire au préfet, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD BDR), site de Marseille, 1 Y 54. 

15 Cela est vrai pour les condamnés de la Résistance comme pour ceux de l’épuration, et des condamnés du FLN comme de ceux de l’OAS. Voir, entre autres, sur la période de Vichy, Pierre Pedron, La prison sous Vichy, Paris, L’Atelier /Ed. ouvrières, 1993, en particulier p. 174-186 ; sur les épurés, Bénédicte Vergez-Chaignon, Vichy en prison. Les épurés à Fresnes après la Libération, Paris, Gallimard, 2006 ; Jean-Claude Vimont, « Les fers des condamnés à mort. Détention carcérale et instrumentalisation politique durant l’Épuration en France », dans Michel Porret et alii, op. cit., p. 299-312 ; sur Fresnes, prison politique de l’Occupation à la fin de la guerre d’Algérie, voir Christian Carlier, Juliette Spire et François Wasserman, Fresnes, la prison. Les établissements pénitentiaires de Fresnes : 1895-1990, Fresnes, Écomusée, 1990 ; sur les militants FLN, voir Ali Haroun, La 7e Wilaya. La guerre du FLN en France 1954-1962, Paris, Seuil, 2012 [1986], en particulier p.185-202.

16 Gilles Chantraine et Tomas Max Martin, « Introduction : Toward a Sociology of Prison Escape », dans Gilles Chantraine et Tomas Max Martin (dir.), Prison Breaks. Toward a Sociology of Escape, Palgrave Macmillan, 2018, p. 1-2.

17 Théophile Chabert, « Le condamné à mort qui veut être exécuté. Le secret de Gauchet », Police Magazine, n° 48, 25 octobre 1931, p. 13. 

18 Ainsi de Philippe Maurice, en 1981 : « Pourquoi rejeter ainsi cette collaboration, pourquoi renoncer au repas, cela paraîtra futile, voire puéril, mais tant qu'un homme proteste, tant qu'il se révolte, il vit et, surtout, il conserve son identité, sa fierté. […] Évidemment, dans des circonstances particulières, vous êtes contraint de céder sur plein de choses, de vous soumettre à des exigences face auxquelles vous demeurez impuissant, mais vous devez trouver quelques refus à exprimer », Philippe Maurice, op. cit., p. 126-127.

19 Cahier de surveillance des condamnés à mort de la maison d’arrêt d’Aix-en-Provence, p. 45, 29 juin 1948. France, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD BDR), Aix-en-Provence, 1348 W 38.  

20 Nicolas Picard, Le Châtiment suprême, op. cit., p. 440. 

21 Par exemple voir le cahier de surveillance des condamnés à mort d’Aix-en-Provence, p. 45, p. 57, p. 77, AD BDR, 1348 W 38.  

22 Lettre n° 246, 21 janvier 1909. AD BDR, Marseille, 1 Y 54. On trouve les deux orthographes «  Cajamori » et « Camajori ».

23 Cahier de surveillance de la condamnée à mort, 11 juin 1943 (« très insolente »), 7 juillet 1943 (« particulièrement insolente à mon égard »), France, Archives départementales du Vaucluse, Avignon, 1036 W 85. 

24 Jean-Guy Le Dano, La Mouscaille, Paris, Flammarion, 1973, p. 295. 

25 Le directeur de la maison d’arrêt de Rouen affirme ainsi à Jacques Lerouge : « Vous pouvez faire tout ce que vous voulez dans votre cellule et même nous insulter si vous voulez. Vous ne risquez pas de passer au prétoire ni d’aller au mitard… », Jacques Lerouge, op. cit., p. 20.  

26 « On met la camisole de force aux condamnés à mort », Le Petit Parisien, 6 avril 1913, p. 2.

27 « On enlève la camisole de force aux quatre condamnés à mort », Le Petit Parisien, 7 avril 1913, p. 1.

28 X. [Joseph Damiani, alias José Giovanni], « Huit mois face à la tombe. Journal d’un condamné à mort », Le Soleil noir. Positions n° 2, p. 90, disponible en ligne sur Criminocorpus. Voir la présentation de ce texte par Jean-Claude Vimont, publiée le 14 février 2015, sur le carnet Criminocorpus, URL :  https://criminocorpus.hypotheses.org/10379

29 Bien qu’il soit obligé de recommencer quelques temps après : « Recommence violente campagne pour l’amélioration du courrier. J’ai une nouvelle formule qui donnera de bons résultats ». Nous n’en savons pas plus sur cette « nouvelle formule » et sur la stratégie mise en place à cette occasion. X. [Joseph Damiani], art. cit., p. 95. 

30 Ibid., p. 91. 

31 Ibid., p. 96.

32 Ibid., p. 94. 

33 Yves Maupetit et Pierre Devey, op. cit., p. 181. 

34 X. [Joseph Damiani], art. cit., p. 98. 

35 Ibid., p. 96.

36 Ibid., p. 91.

37 Voir Maxime Boucher, op. cit., chap. 7 « Le corps prisonnier, l’appel à l’aide contre les souffrances ».

38 Sans parler des projets non menés à leur terme : ainsi le condamné Pozzi, le matin de son exécution en 1905, « remet aux gardiens une petite ficelle en disant qu’il aurait pu s’étrangler mais qu’il ne l’a pas fait pour ne causer d’ennui à personne ». « Une exécution capitale », L’Ouest-Eclair, 7 octobre 1905, p. 1. 

39 Philippe Maurice, op. cit., p. 153. 

40 Ibid., p. 153.

41 Ibid., p. 141. 

42 Johanna Siméant, La Grève de la faim, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 15. 

43 Claude Charmes, Le Maximum, Paris, Stock, 1974, p. 131. 

44 Philippe Maurice, op. cit., p. 154. 

45 Anne Carol, Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution, Paris, Belin, 2017, notamment chap. 3 « Modèles et contre-modèles ». 

46 « Une exécution capitale des plus mouvementées », L’Ouest-Éclair, 30 juillet 1930, p. 2. 

47 « Migliarini est monté à l’échafaud en chantant “O Sole Mio” », L’Est Républicain, 23 juillet 1952, p. 4. Cocchi s’était préalablement vanté « de faire passer un mauvais quart d’heure à ceux qui oseraient le conduire à l’échafaud ».

48 « L’exécution de Bergeron », Le Grand écho du Nord de la France, 26 juillet 1930, p. 2.

49 « La suprême invective de Caturegli », Le Petit Parisien, 11 octobre 1911, p. 1. 

50 Henri Danjou, « Nous ne sommes pas tous des assassins », art. cit.

51 Georges Martin, dans Qui ? Détective, n°112, 17 août 1948, p. 15. 

52 Anne Carol, op. cit., p. 182-190.

53 « Comment Mécislas Charrier “l’ennemi de l’ordre social” a payé sa dette à la Société », Le Petit Journal, 3 août 1922, p. 1. 

54 « L’exécution de Méceslas Charrier », Le Petit Parisien, 3 août 1922, p. 1. Le Matin reproduit en fac simile la dernière ligne du testament dans son édition du 3 août 1922. 

55 « Comment Mécislas Charrier… », art. cit.

56 « Les deux assassins de l’armurier Masson ont été exécutés hier », Le Petit Parisien, 22 juin 1928, p. 3. 

57 Maurice Cieutat, op. cit., p. 99. 

58 Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002, p. 379-386. Sur la période considérée, seules 32 « émotions » se produisirent pour l’ensemble du royaume de France. Voir également Pascal Bastien, L’Exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire des rituels judiciaires, Seyssel, Champ Vallon, 2006, p. 230-231 : l’auteur reste très prudent sur l’interprétation des émotions d’échafaud, et souligne que « la contestation existe aussi dans une négociation et qu’elle dépasse rarement les paramètres fixés par le rituel ». 

59 Rapport du procureur général, dossier de grâce n° 9911 S 08, France, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales de France, BB24/2098. 

60 « L’exécution de Liabeuf », Le Petit Journal, 2 juillet 1910, p. 2. 

61 Maurice Cieutat, op. cit., p. 157. Le Parisien Libéré, s’il mentionne les dénégations constantes de Marcel Delrue ainsi que le chahut, n’indique pas qu’il soit causé par le condamné (Le Parisien Libéré, 9 avril 1952). 

62 Juliette Glikman, « Briser ses fers. L’évasion, revanche des vaincus en France au XIXe siècle », dans Michel Porret et alii, op. cit., p. 266-281. Voir également Gilles Chantraine et Tomas Max Martin, op. cit. On peut relever que l’histoire des évasions a jusqu’à présent fait la part belle aux évasions de détenus politiques ou s’est limitée à la collection de quelques cas spectaculaires et qu’il manque une histoire des évasions « ordinaires », à tout le moins pour les prisons au xxe siècle. Pour le xixe siècle, voir le mémoire de master 2 d’Élodie Rabreau, Les Belles ténébreuses : évasions des prisons et des bagnes en France au XIXe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012 ; pour les évadés du bagne, Jean-Lucien Sanchez, « Les évasions de relégués au bagne de Guyane (xixe - xxe siècle) », Criminocorpus, dossier « Les rebelles face à la justice », mis en ligne le 13 novembre 2014. URL :  http://journals.openedition.org/criminocorpus/2837 

63 Henri Danjou, « Nous ne sommes pas tous des assassins », France Soir, 6 août 1952. Henri Danjou cite en effet ici Maurice Aubenas, qui a rédigé, en collaboration avec le romancier Pierre Adam, des « Mémoires d’un gardien de prison » publiées en feuilleton dans Le Petit Journal, entre le 27 juin et le 28 juillet 1926. Sur la circulation de ces récits, voir Nicolas Picard, « Des fauves en cage : reportages et témoignages sur les condamnés à mort dans la presse française (années 1920-1950) », Circé. Histoires, cultures & sociétés, n° 5, juin 2014. URL : http://www.revue-circe.uvsq.fr/des-fauves-en-cage-reportages-et-temoignages-sur-les-condamnes-a-mort-dans-la-presse-francaise-annees-1920-1950/

64 Philippe Maurice, op. cit., p. 133. Il fait d’ailleurs partie des rares condamnés à mort à avoir mis en œuvre une tentative d’évasion, qui se solde par une grave blessure d’un des surveillants. Philippe Maurice indique cependant avoir fait le choix d’un plan qui devait éviter la mort de ses gardiens. Ibid., p. 134 : « il existe en effet une différence entre se servir d’une arme lors d’une fusillade et le faire de sang-froid, après réflexion. Je choisis donc la seconde option, plus incertaine ». Voir également p. 148.   

65 Georges Martin, « Deibler mon patron VI. Vedettes sous la lame », Qui ? Détective, n° 112, 17 août 1948, p. 15. 

66 « Philippo, l’assassin des boulangères tente d’assassiner son gardien », Le Petit Parisien, 18 mai 1911, p. 2. 

67 « Condamné à mort il tue son gardien pour s’évader », Le Petit Journal, 27 octobre 1923, p. 1. 

68 « L’Italien Rosa, condamné à mort se suicide à la prison de Dijon », Le Petit Parisien, 17 mars 1936, p. 1 et p. 5.

69 « Douze détenus dont sept condamnés à mort tentent de s’évader », Le Provençal, 17 décembre 1947, p. 1. 

70 Le Méridional, 18 décembre 1947, p. 1 et 19 décembre 1947, p. 2 ; Le Provençal, 20-21 décembre 1947, p. 1.

71 Philippe Maurice, op. cit., p. 134-135.

72 « Walezewsky s’est évadé », La Démocratie, n° 479, 5 mai 1947, p. 1. 

73 « Audacieuse évasion à Alençon », L’Écho républicain de la Beauce et du Perche, 28 mars 1947, p. 4. En réalité, si Moizo était bien gardé enchaîné dans la cellule des condamnés à mort du fait de sa réputation de « roi de l’évasion », il n’était pas encore condamné à la peine capitale à cette date. 

74 Anonyme, « Prisons sans barreaux. Alençon », Qui ?, n° 64, 11 septembre 1947, p. 12. On précise ailleurs que les « trois condamnés ont réussi à se libérer de leurs fers et de leurs menottes à l’aide d’une clé qu’ils s’étaient procurés clandestinement ». « Trois condamnés à mort s’évadent de la prison d’Alençon », L’Écho républicain de la Beauce et du Perche, 3 septembre 1947, p. 1. 

75 Même le quotidien d’un département voisin comme le Calvados (en l’occurrence, Liberté de Normandie) ne leur accorde que quelques entrefilets. 

76 Maurice Josco, « Les assassins Meurant et Courtin s’enfuient de la prison d’Amiens », France Soir, 1er janvier 1952 (édition D), p. 1.

77 Ibid., p. 1 et p. 3. 

78 Maurice Josco, « Tragique arrestation des évadés de la prison d’Amiens », France Soir, 2 janvier 1952 (édition D), p. 1.

79 « Mirza fameuse chienne de police n’a pu retrouver la piste de Walezewski », La Démocratie, n° 481, 7 mai 1947, p. 1. 

80 « Walezewski est enfin abattu », La Démocratie, n° 48, 9 mai 1947, p. 1. Le lendemain, un compte-rendu encore plus détaillé de la traque paraît dans le journal, illustré par des photos du cadavre du criminel qui donne à la scène une dimension de retour de chasse : H. Dufor, « Comment fut abattu Walezewski », La Démocratie, n°484, 10-11 mai 1947, p. 1 et 2. 

81 Sur les évasions et cavales des condamnés à mort ornais, voir les synthèses présentées par Jean-François Miniac, Les grandes affaires criminelles de l’Orne, Paris, Sayat, De Borée, 2008, p. 224-230 et p. 255-261.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Picard, « La “belle” ou la Veuve : résistances, rébellions et tentatives d'évasion des condamnés à mort en France au XXe siècle », Criminocorpus [En ligne], Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (XXe-XIXe siècles, Amérique du Nord, Europe), Ordre et désordre carcéral : la révolte, récits, formes, conditions, mis en ligne le 03 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6659

Haut de page

Auteur

Nicolas Picard

Nicolas Picard est agrégé et docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’histoire du XIXe siècle. Ses travaux portent sur l’histoire de la peine de mort et des condamnés à mort en France au XXe siècle, et plus récemment sur la répression judiciaire de l’espionnage pendant la Première Guerre mondiale. Il a publié Le Châtiment suprême. L’application de la peine capitale en France (1906-1981), Bayonne, IUV, 2018.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page