Navigation – Plan du site
Ordre et désordre carcéral : la révolte, récits, formes, conditions

Ordres et désordres de l’évasion carcérale

Gilles Chantraine et Tomas Martin

Résumés

L’ordre négocié, la révolte et l’évasion sont intimement liés : les évasions, comme les révoltes, justifient pour l’institution la nécessité de rétablir l’image de l’institution totale comme lieu de soumission et d’ordre. Loin de constituer des incidents isolés venant semer le chaos dans un milieu habituellement ordonné, l’évasion et la révolte constituent le prolongement de l’ordre négocié du quotidien carcéral, et comme événement révélateur du noyau dur de l’institution. La réflexion s’effectuera en cinq points succincts et distincts : d’abord nous explorerons le pouvoir séducteur, culturel et intime, de l’évasion. Ensuite nous poserons ce qui relève à la fois d’une évidence sociologique et d’une réalité trop peu explorée en tant que telle par les sociologues : la prison est et restera, avant une institution disciplinaire, un dispositif anti-évasion. Dans un troisième temps, nous opérerons une critique des savoirs institutionnels et académiques dominants des modes d’observation et de classification de l’évasion. Nous reviendrons ensuite plus concrètement sur le continuum analytique qui associe évasion, révoltes et transformations de l’institution. Enfin, nous tenterons d’objectiver les enjeux spécifiques de l’évasion de masse par rapport à la stricte évasion individuelle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Cayenne - Île du Diable (Papillon, Franklin J. Schaffner, 1973)

Louis (Dustin Hoffman) : In fact, there's no place on the entire island where you can launch a boat.

Papillon (Steve McQueen) : Bags of coconuts tied together, just throw 'em over... float out on a wave.

Louis : Then what happens?

Papillon : The mainland's only 45 miles. You just drift with the current… Only two days…

Louis : You're certain?

Papillon : Yeah.

Louis : it seems so… so desperate.

Papillon : Yeah…

Louis : You think it will work?

Papillon : Does it matter?

  • 1 Tomas Martin, Gilles Chantraine (dir.), Prison Breaks. Toward a Sociology of Prison Escape, Hampshi (...)
  • 2 Gilles Chantraine, Tomas Martin, « Toward a Sociology of Prison Escape », Ibid., p. 1-30.

1Sur la base d’une réflexion initiée dans l’ouvrage collectif Prison Breaks, Toward a Sociology of Prison Escape1, nous voudrions ici revisiter l’introduction à cet ouvrage2 à l’aune de la problématique de ce dossier de Criminocorpus, partant du postulat selon lequel l’évasion est intimement associée aux résistances quotidiennes, aux émeutes et aux révoltes… et, en retour, à la production et la reproduction de l’ordre en prison. En effet, appareil sécuritaire, la prison reste structurellement d’abord et avant tout un dispositif anti-évasion. Son ordre interne repose sur un certain nombre de techniques de prévention de l’évasion – surveillance constante, rondes, patrouilles périmétriques – mais aussi sur un ordre négocié entre gardiens et prisonniers, qui peut autant reposer sur des échanges semi-pacifiques (exemple : douche supplémentaire contre absence de désordre) que sur différents types de résistances voire l’émeute et la révolte. Ainsi, ordre négocié, révolte et évasion sont intimement liés : les évasions, comme les révoltes, justifient pour l’institution la nécessité de rétablir l’image de l’institution totale comme lieu de soumission et d’ordre. Dès lors, loin de constituer des incidents isolés venant semer le chaos dans un milieu habituellement ordonné, l’évasion et la révolte se posent comme le prolongement de l’ordre négocié du quotidien carcéral et comme événement révélateur du noyau dur de l’institution.

2La réflexion s’effectuera en cinq points succincts et distincts : d’abord nous explorerons le pouvoir séducteur, culturel et intime, de l’évasion. Ensuite nous poserons ce qui relève à la fois d’une évidence sociologique et d’une réalité trop peu explorée en tant que telle par les sociologues : la prison est et restera, avant une institution disciplinaire, un dispositif anti-évasion, ce qui n’empêche pas une criminalisation différenciée des tentatives d’évasion selon différents codes pénaux de par de monde. Dans un troisième temps, nous opérerons une critique des savoirs institutionnels et académiques dominants des modes d’observation et de classification de l’évasion. Nous reviendrons ensuite plus concrètement sur le continuum analytique qui associe évasion, révoltes et transformations de l’institution. Enfin, nous tenterons d’objectiver les enjeux spécifiques de l’évasion de masse par rapport à la stricte évasion individuelle.

Le pouvoir de séduction de l’évasion

3Avant sa spectaculaire évasion par hélicoptère le premier juillet 2018, le braqueur Redoine Faïd, qui doit alors son statut d’ennemi numéro 1 sans doute autant à sa dangerosité qu’au fait d’avoir ridiculisé l’État et l’administration pénitentiaire, s’était déjà fait la belle le 13 avril 2013 de la prison de Sedequin, près de Lille, où il était détenu pour une affaire de braquage. Après avoir pris quatre membres du personnel en otage, il avait fait sauter les portes de la prison. Si le procès de l’évasion et les commentaires médiatiques afférents sont en tout point fascinants, c’est parce qu’au moins trois récits distincts s’y enchevêtrent. Tout d’abord le doute. Comment est-il possible, de nos jours, de s’évader d’une des prisons les plus modernes et les plus sécurisées de France, précisément conçue (par ses architectes) et décrite (par les observateurs, sociologues et activistes) comme un dispositif ultra-sécuritaire et anti-évasion ? D’un strict point de vue pratique, comment a-t-il pu faire entrer les explosifs et le pistolet dont il s’est servi ? A-t-il bénéficié de complicités parmi les gardiens ? Ensuite, le traumatisme. Les victimes ont l’occasion de présenter au procès un récit cathartique, leur version des faits : le travailleur social qui a perdu une partie de son audition en raison de l’explosion, le gardien toujours dans l’incapacité de retourner au travail après plus de quatre années de thérapie, etc. Troisièmement, le fantasme. Malgré sa violence (qu’il tente de relativiser : « Je ne suis pas un tueur, pas un assassin, pas un fou… Pas un ange. ») et ses conséquences, Redoine Faïd réifie l’image du beau mec charismatique perpétuant la tradition des cavales spectaculaires, dans le sillage des figures du grand banditisme français que sont Antonio Ferrara, Jacques Mesrine ou Michel Vaujour. Durant le procès, l’avocat de Redoine provoque des réactions indignées dans le prétoire en affirmant que « l’évasion est consubstantielle à la prison ». De manière plus surprenante, l’avocat n’hésite pas à s’appuyer sur l’exemple hautement symbolique du comte de Monte-Cristo, le fameux personnage d’Alexandre Dumas, « héros dont nous partageons tous l’espérance de liberté », affirme-t-il.

  • 3 Roy Baumeister, Escaping the Self: Alcoholism, Spirituality, Masochism, and Other Flights from the (...)

4Les effets de manche de l’avocat de Redouane Faïd cachent probablement une vérité profonde sur l’évasion : le lien étroit qui unit les dimensions manifeste et matérielle de l’évasion, et la fascination intrinsèque, voire l’identification ressentie par le spectateur d’une évasion. L’évasion fascine, non seulement parce qu’elle met à l’épreuve la prison et le pouvoir étatique, mais sans doute aussi parce qu’elle fait écho à nos désirs de liberté au quotidien. Notre fascination pour les évasions – à travers les médias, les musées, les séries – est profondément enracinée dans nos fantasmes quotidiens d’échappée belle. La figure de l’évadé vient nous susurrer à l’oreille et à l’âme combien nous voudrions être libres si nous en avions le courage ; ces récits nous titillent, entrent en résonance avec des pratiques visant à « échapper à nous-même »3. La mise en scène de l’évasion carcérale (que ce soit au journal télévisé, dans une série ou sur Youtube) peut souvent s’interpréter comme métaphore du processus par lequel tout un chacun cherche à se libérer – du sexe qui nous est attribué, de la caste qui nous a vu naître, de la misère, d’une situation professionnelle dégradée, d’une société autoritaire, d’un mariage calamiteux, d’une impasse psychologique et ainsi de suite. Tout le charme des films d’évasion et de leur icône absolue, Steeve MacQeen (pour avoir joué à la fois dans La Grande évasion et Papillon, dont est tiré l’exergue de cet article), se trouve précisément dans cette étroite proximité, explicite ou non mais systématique, de l’évasion littérale et de son pendant métaphorique.

Évasion, anti-évasion et désir de liberté

  • 4 Antoinette Chauvenet, « Guerre et paix en prison », Cahiers de la sécurité intérieure, 1998, n° 31, (...)
  • 5 Richard Culp, « Frequency and Characteristics of Prison Escapes in the United States: An Analysis o (...)

5Le fait pour une organisation de faire passer sa préservation avant tout autre objectif est généralement considéré comme un « effet pervers » du système bureaucratique. Or, curieusement, ce qui sera admis comme « effet pervers » à peu près partout en sociologie des organisations se retrouve au cœur même du système carcéral. Dispositif guerrier défensif, la prison, loin d’être « [construit] aux frontières et destiné à se défendre d’un ennemi de l’extérieur », se retrouve « [enclavé] dans le tissu sociopolitique aussi bien que spatial et vise l’ennemi de l’intérieur, enfermé entre des murs dont il ne doit pas sortir tant que la justice n’en a pas décidé autrement »4. La plupart des organisations considèrent le contrôle exercé sur les individus comme un moyen justifiant une fin — l’école se doit par exemple de contrôler ses élèves dans un but éducatif. En prison, le contrôle des membres et la préservation du système lui-même deviennent des fins en soi : le contrôle pour le contrôle, l’enfermement pour l’enfermement. Comme le note Culp : « Bien que le but premier de l’emprisonnement – punition, dissuasion, réinsertion ou simplement neutralisation – ne fasse pas consensus, le contrôle spatial des détenus fait partie des moyens justifiés par la fin5. [notre traduction] »

6Pour autant, l’évasion sera généralement considérée comme anormale – fugace relâchement d’un contrôle institutionnel totalisant. Cette représentation de l’évasion nous semble passer à côté de sa profondeur structurelle. Pour le dire simplement, au-delà du désir de rectification des comportements déviants, la sociologie de l’évasion doit permettre de nous rappeler que la volonté d’enfermer a pour corollaire la nécessité d’empêcher de sortir. Comme le formule élégamment Lorna Rhodes dans sa postface à Prison Breaks : « La prison, dans sa forme la plus fondamentale, a bel et bien pour double l’évasion. » Plus prosaïquement, la prévention de l’évasion est un pan essentiel de ce qui constitue la raison d’être de la prison, or cet aspect s’avère sous-exploré d’un point de vue académique. L’évasion constitue ainsi un enjeu qui permet d’imaginer l’institution, de la construire, de l’organiser, de la justifier, de la reproduire, de lui résister et de la transformer : l’évasion fait la prison autant qu’elle la défait. Ce constat princeps suggère une perspective théorique et un regard académique renouvelé sur l’évasion.

  • 6 Stanley Cohen, Laurie Taylor, Escape Attempts: The Theory and Practice of Resistance to Everyday Li (...)
  • 7 Gilles Chantraine, Par-delà les murs, expériences et trajectoires en maison d’arrêt, Paris, PUF, 20 (...)
  • 8 Fanny Salane, Être étudiant en prison : l’évasion par le haut, Paris, La Documentation française, (...)
  • 9 Georgia Pike, « Prisoner’s Escape », Scientific American Mind, 2014, n° 25, p. 16.

7Les évasions métaphoriques, échappatoires et formes d'adaptation (de l'automutilation à la broderie) qui peuvent donner l'impression d'échapper, d'une manière ou d'une autre, aux souffrances de l'incarcération ont d’ores et déjà donné lieu à quelques analyses célèbres6. Il nous faut pourtant dissocier ces formes d’échappatoires et de résistances plus ou moins cachées des formes « d’évasion ». Certains chercheurs ont utilisé l’évasion comme une métaphore qui chapeauterait les nombreuses tentatives faites par les prisonniers pour s’adapter au quotidien de l’institution totale, l’améliorer, voire l’oublier : lire le courrier venu de l’extérieur pour s’offrir une « petite évasion »7, « s’évader par le haut » grâce aux études menées en cellule8, pratiquer le yoga comme « évasion par l’esprit »9, tomber amoureux de l’infirmière de la prison, se masturber, se droguer, dormir en permanence, produire des écrits politiques, lire de la poésie, se suicider, devenir fou. Toutefois, dès lors qu’on pense comme « évasion » toute activité constructive, toute infraction, subtile ou radicale, bref, tout ce qui permet de prendre mentalement ses distances avec l’ordre carcéral, l’évasion perd sa prégnance analytique et sa signification en tant que manifestation empirique distincte. En ce sens, il nous faut souscrire aux définitions formelles et juridiques de l’évasion, soit l’obtention illégale de sa liberté par un détenu en franchissant le périmètre sécurisé d’une prison fermée, en passant outre le contrôle du personnel pénitentiaire lors d’une escorte ou en s’éclipsant.

  • 10 Bert Useem, Peter Kimball, States of Siege: U.S. Prison Riots, 1971–1986, New York, Oxford Universi (...)
  • 11 Lorna Rhodes, Total Confinement: Madness and Reason in the Maximum Security Prison, Berkeley, Unive (...)

8Il est intéressant de noter que dans les pays riches, où le parc immobilier est moderne et solide, le nombre d’évasions semble sur le déclin. En Angleterre et au pays de Galles, par exemple, les évasions sont passées de 15 pour 10 000 détenus en 1999 à 1,5 pour 10 000 en 2013. Au Danemark, on observe une tendance similaire, de 210 à 29,3 détenus pour 10 000 sur la même période. On est donc en droit d’imaginer que l’incarcération croissante, les technologies de sécurité et la gouvernance néolibérale de l’immobilier pénitentiaire vont finir par venir à bout de l’évasion telle que nous la connaissons. Un coup d’œil aux travaux de recherche sur les émeutes en prison nous apprend10 qu’aux États-Unis., la vague d’incarcérations massives et le fameux « prison buildup » n’ont finalement pas abouti au chaos prévu par les critiques. Useem et Piehl montrent que les émeutes, meurtres et évasions ont considérablement diminué alors même que la population carcérale explosait. Or, dans le même temps, l’effectivité du management pénitentiaire « explosait » lui aussi, faisant davantage régner l’ordre dans les établissements pénitentiaires. Bien que les auteurs n’insistent guère sur ce point, le phénomène est aussi imputable à la prolifération des prisons supermax11 (i.e. de très haute sécurité). Pour autant, il ne s’ensuit pas qu’il faille marginaliser l’évasion en tant qu’objet d’étude, bien au contraire : moins d’évasions signifient précisément que l’objectif d’absence d’évasion structure et modèle plus fondamentalement encore qu’hier l’institution.

  • 12 Antoinette Chauvenet, « Guerre et paix en prison », Cahiers de la sécurité intérieure, 1998, n° 31, (...)

9Si la prison cherche à éviter l’évasion, celle-ci n’est pas pour autant punie uniformément selon les codes pénaux. Le droit français, explique Chauvenet, prévoit qu’en cas de flagrant délit d’évasion, les gardiens postés dans les miradors sont censés tirer sur les fugitifs, après les sommations d’usage. Cette injonction établit la primauté de la défense sociale sur les autres objectifs avoués de la privation de liberté : rétribution, réinsertion et punition. Elle démontre également que le concept de danger social comme légitimation du mode d’intervention pénal est un piège en ce sens qu’il ne comporte pour ainsi dire aucune limite. Comme en cas de guerre, la notion de danger social tendra vers les extrêmes. Dans ce cas particulier du flagrant délit d’évasion, le prisonnier se voit de fait traité en ennemi déclaré de la société : on peut lui tirer dessus sans jugement, sans la moindre garantie légale, sans aucun respect pour le principe de proportionnalité des délits et des peines. Dans le contexte de l’évasion, le recours aux armes à feu par les gardiens ne fait pas la moindre distinction entre le voleur de poules et le détenu considéré comme particulièrement dangereux. Et Chauvenet de conclure : « dans l’instant où il s’évade, le détenu change de monde, il n’est plus dans une société de droit12. »

10Un rapide survol de quelques codes pénaux nous enseigne que certains pays – Albanie, Canada, France, Moldavie, Kazakhstan, Finlande – criminalisent l’évasion des détenus, ce qui n’est pas le cas d’autres juridictions telles que l’Allemagne, l’Autriche, l’Islande, la Belgique ou la Suisse. Pourquoi une telle réticence à criminaliser l’évasion ? Parce que ces juridictions considèrent l’aspiration à la liberté comme une réaction instinctive de l’être humain. Reste que tous ces pays n’en criminalisent pas moins la complicité d’évasion – notamment si le complice est un fonctionnaire.

  • 13 Grégory Salle, « “Escaping from Hell Is a Right!”: The Case of France’s “Q.H.S.” (1975–1982) », in (...)

11C’est aux États-Unis que le débat juridique autour de l’aspiration à la liberté a pris un tour particulier, d’ailleurs controversé, avec l’arrêt People v. Lovercamp rendu en 1974 par la Cour d’appel de Californie. La cour avait considéré qu’une détenue, menacée d’agression sexuelle en prison, n’avait pas eu d’autre choix que de s’évader. S’en était suivi un vif débat sur le « droit à l’évasion » et son corollaire, le « devoir de non-ingérence de l’État » dans ladite évasion, débat toutefois confiné pour l’essentiel à des volées d’arguties techniques entre juristes spécialisés. Au terme d’une analyse particulièrement intense des débâcles juridiques autour d’un certain nombre d’évasions des quartiers de haute sécurité des années 1970 – particulièrement durs et inhumains –, Grégory Salle, dans sa contribution à Prison Breaks13 montre combien ce débat s’est structuré très différemment en France. Suite à un tollé provoqué par des militants de gauche au motif que « s’évader de l’enfer est un droit », la légitimité des QHS sera finalement remise en question et discréditée. Sur le plan moral comme sur celui du droit, les évasions ont joué un rôle crucial qui a permis d’éclairer ce recoin particulièrement sombre de l’administration pénitentiaire française, mais comme le conclut succinctement G. Salle, les choses ont bien changé depuis les années 1970 et « compte tenu d’une tendance néoconservatrice qui dépasse largement le champ pénal, les tentatives d’assigner un sens politique à l’évasion de prison ont sans doute perdu toute condition de possibilité. »

Observer les évasions… pour mieux les gouverner ?

12Malgré son importance pour l’analyse du fonctionnement des prisons, la pratique sociale de l’évasion et des efforts pour les éviter restent largement sous-documentées. Certes, les statistiques pénitentiaires ne manquent pas de faire état des évasions, il peut même s’agir d’un indicateur clé de performance. Il est courant d’évaluer le risque d’évasion en fonction de l’âge du prisonnier, de la longueur de la peine et du caractère violent ou non des délits commis, voire, le cas échéant, sur la base d’un examen des antécédents sociaux – délinquance juvénile éventuelle, parcours professionnel, toxicomanie, situation matrimoniale, etc. Les méthodologies employées pour ces analyses sont avant tout quantitatives : il s’agit d’établir statistiquement des « prédicteurs » de l’évasion qui permettront d’isoler des facteurs déterminants, puis de classifier – et contrôler – les prisonniers en fonction de ces facteurs14. Ce type d’analyse non-réflexive ne fait que redoubler les savoirs que l’institution tient sur elle-même, et la production académique dominante sur l’évasion de prison se voit subsumée sous la « technologie bavarde de la prison »15. Comme l’un de nous l’a montré dans d’autres travaux, ces études « carcéralo-centrées »16 restent confinées entre quatre murs, ne se préoccupent guère d’explorer le lien organique unissant la prison au reste de l’appareil répressif, voire, plus largement, le rôle de la prison au sein des relations sociales dans leur ensemble. L’objectif sous-jacent du carcéralo-centrisme est de rendre naturels l’existence de la prison et de son ordre interne. Par exemple, les sociologues qui se contentent d’une analyse exclusivement articulée autour de la « réinsertion », c’est-à-dire dont les travaux reviennent à énumérer les obstacles qui s’y opposent, risquent implicitement de faire le jeu du correctionnalisme et ne produisent en fin de compte qu’une critique affaiblie, étrangement compatible avec les points de vue des pouvoirs disciplinaires qu’une déconstruction plus v/rigoureuse aurait dû objectiver.

  • 17 Elling Peterson et al., « Escapes from Correctional Custody », The Prison Journal, 2016, n° 96/4, p (...)

13Autre exemple, l’analyse récente de B. Peterson et E. Fera17, louable tentative de synthèse des variables de différents niveaux – détenu, incident, établissement – permettant d’analyser le phénomène de l’évasion dans les prisons étasuniennes grâce aux données de la Correctional Incidents Database. L’objectif des auteurs est de combler un vide dans l’analyse des évasions. Ils sont par ailleurs assez convaincants lorsqu’ils montrent que le phénomène est moins violent qu’on a bien voulu le croire jusqu’ici, ce qui devrait mettre fin au mythe du grave danger physique attaché à l’évasion (et par suite à la nécessité des mesures de rétorsion et de préemption). Toutefois, leur questionnement ne dépasse jamais les limites du « qui s’échappe – d’où s’échappe-t-on – dans quelles circonstances ? », et ce dans la seule optique de faire apparaître des typologies de l’évasion. La recherche carcéralo-centrée se donne beaucoup de mal pour définir ces types d’évasions et en évaluer la prévalence.

  • 18 Richard Wortley, Situational Prison Control: Crime Prevention in Correctional Institutions, Cambrid (...)

14Les auteurs concluent avec une assertion théorico-tautologique, estimant que leur étude apporte de l’eau au moulin de la théorie de la prévention situationnelle : planifiée ou non, l’évasion se produit lorsque l’opportunité se présente… Leurs conclusions vont au-delà de certaines approches environnementales, comme celle de Wortley18 qui préconise un renforcement des enceintes périmétriques pour rendre les évasions plus difficiles, puisqu’elles suggèrent que « l’intervention du judiciaire est un signe précurseur majeur de l’évasion. Dès lors, peut-être serait-il prudent de la part du législateur de prévoir une surveillance et un soutien psychologique accrus lorsqu’un détenu est informé de sa sentence, d’un transfert, etc., de manière à atténuer l’impact de cette information sur les comportements liés à l’évasion » (p. 528). Plus largement, B. Peterson et E. Fera développent « une structure hiérarchique de l’évasion » qui permet au chercheur de travailler des variables autour des locaux où elle s’est déroulée (lieu public/privé, type de sécurité), de l’incident lui-même (heure de la journée, méthode) et de l’évadé.e (âge, sexe, race). Il devient ainsi pertinent de parler d’évasion de prison privée, d’évasion de mineurs, ou même d’évasion matinale, etc. Une telle classification s’inscrit d’ailleurs dans le cadre du reporting interne des services correctionnels. En Ouganda, par exemple, l’officier responsable d’une prison dans laquelle se produit une évasion doit bien veiller à préciser dans ses statistiques si le prisonnier s’est échappé de l’infirmerie, du tribunal, des champs ou de sa cellule. Dans leurs rapports officiels, les services pénitentiaires utilisent généralement des catégories plus élémentaires : prison ouverte ou fermée, par-dessus un mur ou non, etc.

Fig. 1 Clôture périmétrique d’une prison en Ouganda

Fig. 1 Clôture périmétrique d’une prison en Ouganda

Tomas Martin (2011)

Fig. 2 Clôture périmétrique d’une prison en Ouganda

Fig. 2 Clôture périmétrique d’une prison en Ouganda

Tomas Martin (2011)

15Analyse institutionnelle et académique reposent ici sur une même rationalité, visant, explicitement pour les uns et implicitement ou explicitement pour les autres, à prévenir, diminuer, empêcher, réprimer, bref à mieux gouverner les évasions. Il nous faut opérer un pas de côté par rapport à la rationalité institutionnelle et instrumentale de la classification des évasions, pour poser les bases d’une analyse compréhensive et structurelle de l’association évasion-ordre-résistances.

Résistance, vie quotidienne et reproduction de l’institution

16L’ordre carcéral repose évidemment sur un certain nombre de techniques de prévention de l’évasion – surveillance constante, rondes, patrouilles périmétriques – mais aussi sur un ordre négocié entre gardiens et prisonniers. Ces deux ensembles de pratiques sont intimement liés. Si l’évasion trouve souvent sa motivation dans un rejet pur et simple de la sentence et du processus pénal censé justifier celle-ci, elle transgresse toujours les frontières physiques de l’institution totale, déstabilisant les notions fondatrices que sont la punition comme privation de liberté et la prison comme mise à l’écart de la société. Ici, et davantage encore que dans une situation de révolte, c’est la logique existentielle de la prison elle-même qui se trouve discréditée. Pour autant, la diversité des formes d’évasion et de tentatives d’évasion conduit l’observateur à observer comment celles-ci s’entrelacent aux autres formes de résistances et de révolte.

  • 19 Mahuya Bandyopadhyay, « Prison Escapes, Everyday Life and the State: Narratives
    of Contiguity and Di
    (...)

17Dans sa contribution à Prison Breaks, l’anthropologue indienne Mahuya Bandyopadhyay19 insiste, par le biais de trois cas bien distincts – une tentative désespérée menée par une détenue docile en apparence, l’audacieuse échappée belle de trois prévenus en attente de jugement et l’évasion massive, furieuse et meurtrière d’activistes islamistes – sur la nécessité pour l’ethnographie de remettre en cause les métarécits convenus faisant de l’évasion tantôt un symptôme de l’incurie étatique, tantôt un symbole de la liberté individuelle. À rebours de cette dichotomie, elle montre et démontre le sens de l’évasion – avec ses implications en termes de management et d’adaptation pénitentiaires – qui est ancré dans la sphère ordinaire et complexe de la production négociée de l’ordre au quotidien. Pour Bandyopadhyay, l’aspect chaotique que revêt la mise en œuvre de l’évasion dans le quotidien carcéral est lourd d’enseignements nouveaux sur les limites institutionnelles du pouvoir total de l’institution : la prison émerge non seulement comme lieu punitif, violent et menaçant, mais aussi comme site de subversion — d’où une oreille attentive percevra la clameur de voix dissidentes.

  • 20 Simone Santorso, « Resistant Adaptation: Reflections on Escape from Italian Prisons », in Tomas Mar (...)
  • 21 James Scott, Domination and the Arts of Resistance: Hidden Transcripts, New Haven/London, Yale Univ (...)

18Les voix de la résistance se font entendre aussi chez Simone Santorso20, dont la contribution dans ce même ouvrage montre comment les hommes détenus des prisons italiennes s’adaptent au pouvoir pénitentiaire et, simultanément, le mettent à l’épreuve. Santorso fusionne de manière convaincante la notion de « texte caché » (“hidden transcript”) de Scott21 (1990) et certains concepts d’adaptation empruntés à la sociologie de la prison pour analyser l’irréductible agentivité des évadés. Plus largement peut-être, fantasmer l’évasion toute la journée est aussi en soi un moyen de faire son temps en prison, surtout dans le cas de quelqu’un qui s’est déjà échappé une fois par le passé. Santorso montre le rôle de l’évasion dans la production d’une confiance en soi, d’une combativité, d’un allant stratégique face aux pressions psychologiques, à la violence structurelle et à l’exacerbation des vulnérabilités du prisonnier. « L’évasion peut être vue comme un continuum de pratiques de résistances au sein duquel l’évasion sert à engendrer la survie de l’intégrité personnelle, fût-elle hypothétique », conclut-il.

  • 22 Bert Useem, Peter Kimball, States of Siege: U.S. Prison Riots, 1971–1986, New York, Oxford Universi (...)
  • 23 Alison Liebling, « High Security Prisons in England and Wales: Principles and Practice », in Yvonne (...)

19À l’instar des résultats des analyses en sociologie des émeutes22 la survenue, l’absence et les variations d’événements spécifiques telles que les évasions reflètent, du moins dans certains contextes, la déliquescence administrative du système carcéral dans un contexte idéologique en mutation. Par ailleurs, tout comme les émeutes, les évasions sont de puissants catalyseurs de changement pénal. Un exemple de ce phénomène peut être issu de l’histoire britannique. Un certain nombre d’évasions médiatisées ont entraîné la création d’une litanie de commissions et d’enquêtes dans la Grande-Bretagne d’après-guerre, avec à la clé des changements de politique notables. Le cas le plus célèbre reste sans doute l’évasion retentissante de l’espion et agent double George Blake en 1966, à l’origine du Rapport Mountbatten, document fondamental qui a notamment introduit, en autres changements, un tout nouveau régime de catégorisation sécuritaire des prisonniers23.

  • 24 Keramet Reiter, 23/7: Pelican Bay Prison and the Rise of Long-Term Solitary, New Haven, Yale Univer (...)
  • 25 Claude Faugeron, « Une théorie de la prison est-elle possible ? », in Claude Faugeron, Antoinette C (...)

20L’évasion, qu’elle soit considérée comme vecteur d’une attention progressiste accrue au sort des prisonniers ou comme un argument pour renforcer le contrôle répressif, semble toujours avoir sur les politiques pénales un effet compris entre davantage de correction et davantage de punition, ce qui en pratique renforce la prison. Mais qui dit reproduction du modèle carcéral ne dit pas nécessairement inertie historique et technologique. Au contraire, on voit sans cesse apparaître de nouvelles politiques, de nouvelles architectures, de nouvelles techniques. De nouvelles prisons voient le jour en grand nombre à travers toute l’Europe, remplaçant les structures panoptiques d’origine, mises au rebut après quelque 150 années de service pénitentiaire. La conception de ces nouvelles structures d’incarcération ultramodernes est le fruit de compromis malhabiles entre théorie architecturale du comportement humain/humanitaire, normes internationales de conception des prisons, incurables arrière-pensées sécuritaires, soif inextinguible de technologie et pingrerie administrative. On discerne actuellement les contours d’une ère très comparable de mise à jour architecturale et technologique des prisons post-coloniales en des lieux aussi variés que le Myanmar ou le Groenland. Aux E. U., les tristement célèbres prisons supermax ont fait leur trou, par exemple à Pelican Bay, en Californie, établissement presque entièrement automatisé et conçu pour limiter les contacts des détenus entre eux et avec l’extérieur, sans activités ou distractions – un pur instrument de neutralisation24. Ce processus sécuritaire provoque une distorsion du discours sur l’évasion, fait l’impasse sur une réflexion approfondie sur la politique carcérale et conduit à priver de financement des équipements dont les prisons ont pourtant un besoin urgent25. Une sociologie de l’évasion est en mesure de prolonger cette analyse des politiques et transition pénitentiaires.

Évasion de masse

21L’évasion projette sur le discours politique carcéral une lumière d’autant plus crue que le nombre de détenus concernés augmente. Rien de tel qu’une évasion de masse – que ce soit au Danemark, en Haïti, au Brésil, ou encore en Inde et en Tunisie – pour embraser les unes de la presse mondiale, montrant à grand renfort d’images de vidéosurveillance pixelisées à souhait des hommes courant en tous sens avant d’escalader les murs d’enceinte. La médiatisation planétaire des évasions de masse découle de leur caractère intrinsèquement théâtral et de la sensation de panique morale en quelque sorte aguichante qu’elles engendrent. Pourquoi ? À l’évidence, la seule mention du nombre d’évadés – jusqu’à plusieurs centaines – suffit en soi à frapper l’imagination, mais c’est moins l’aspect quantitatif de l’évasion de masse qui capte l’attention que son effet perturbateur.

22En nous inspirant librement de Walter Benjamin, nous avançons l’idée que l’approche politique de l’évasion de masse est quelque peu différente de l’évasion individuelle puisque celle-ci échappe – provisoirement du moins, et à sa manière, haute en couleur, viscérale, carnavalesque – non seulement à la prison, mais à l’ordre étatique en général.

23L’évasion de masse offre le spectacle d’une action collective en un lieu où ce mode d’agir est d’ordinaire activement combattu et considéré comme excessivement problématique. C’est une fuite au sens où un flot d’hommes et/ou de femmes s’écoule d’une manière indistincte qui nous renvoie au statut du prisonnier-comme-groupe. Cette action collective signale une mobilité et un potentiel qui contrastent fortement avec un environnement carcéral au sein duquel stase et docilité sont la norme. Quiconque a fréquenté une prison sait que nul n’y court jamais, sauf événement funeste. On est loin de l’image d’Épinal de l’étroit tunnel patiemment creusé par un ou deux prisonniers débrouillards au terme de plusieurs mois de labeur solitaire. Au contraire : les murs s’écroulent, les portes s’ouvrent, béantes. En ce sens, sur le plan politique, l’évasion de masse est révolutionnaire. Loin de réaffirmer la violence conservatrice de droit, elle la rend impotente, provisoirement vaincue et désarmée. À travers l’évasion de masse, l’État est contesté, voire ridiculisé, par une attaque impétueuse sur un des piliers de l’ordonnancement sociétal contemporain : le pouvoir de mettre des hommes et des femmes derrière les barreaux contre leur gré.

  • 26 Yasmine Bouagga, « Prison Escape and Its Political Imaginary in Times of Political Crisis: Tunisia, (...)
  • 27 Atreyee Seen, « Mocking the State: Heroism, Humanity and Humiliation in the Context of Naxal Jailbr (...)

24Dans un récit ethnographique aux multiples facettes, Yasmine Bouagga26 démêle l’écheveau du rôle moteur des évasions de masse dans la récente révolution tunisienne et montre comment ces évasions en sont venues à symboliser autant l’émancipation politique que la menace de l’anarchie. Défi radical à l’autorité de l’État et au fonctionnement ordinaire de son appareil coercitif, ces évasions omniprésentes et répétées sont devenues le symptôme de l’effondrement politique du régime et de la vacance temporaire du pouvoir souverain durant le soulèvement révolutionnaire. Les imaginaires politiques de l’évasion n’en restaient pas moins polyvalents et contingents, évocateurs de liberté certes, mais aussi de désordre et d’incertitude – entraînant d’ailleurs au bout du compte un retour au tout sécuritaire dans les priorités du jeune État démocratique. Atreyee Sen27, quant à elle, propose de son côté une analyse tout aussi riche et poignante des évasions de masse, de leur positionnement, de leur potentiel, de leur dimension politique dans le contexte violent des mouvements antiétatiques en Inde. Son examen minutieux des tristement célèbres cavales des membres du groupe de guérilla maoïste naxalite montre comment les évasions de masse en viennent à représenter l’émasculation continue de l’État dès lors qu’il se trouve confronté à l’incurie de son pouvoir carcéral. Orchestrées par des prisonniers politiques anti-étatiques et légitimées par les citoyens ordinaires qui se les approprient par le dédain, les railleries et la dérision, ces évasions, explique Sen, humilient transitoirement l’État et créent les conditions d’un discours habituellement réprimé sur les décès en détention ou encore la légitimité du recours à la torture, à l’emprisonnement politique et à la peine capitale.

25Pour préserver l’ordre étatique, le système judiciaire dépouille individuellement le sujet juridique de toute prétention à la violence physique. Reste la violence du criminel, menace fondamentale. Souvent quasi négligeable à l’échelle individuelle, cette menace n’en demeure pas moins réelle pour l’État, tant il est vrai, comme le souligne Walter Benjamin, que le grand criminel suscite en secret, et par sa violence même, une admiration teintée de compassion jusque dans la défaite. C’est sans doute dans cet effroi teinté de séduction inspiré par l’évadé que se retrouve le mieux l’ambiguïté du héros criminel. Même lorsque le.a détenu.e n’a aucune chance, la notion mythique d’une irrépressible soif de liberté venant nourrir son intelligence créative nous séduit. Deux pôles opposés nous attirent ou nous interpellent simultanément : cette faculté de défier et de vaincre le système, et la certitude que tout est fait pour préserver celui-ci. Car si l’individu, dont tout l’être n’est tendu que vers l’unique objectif de parvenir à glisser entre les doigts d’un système dont la poigne de fer se referme sur lui, constitue un incident intrinsèquement perturbateur, il est aussi l’agent d’une réaffirmation. Il réaffirme l’individualisation du crime, la dangerosité potentielle du prisonnier, le besoin de réinventer en permanence le contrôle carcéral. Individuellement, l’évasion est un réel défi mais politiquement, l’approche en est tout au plus réformiste. La partie continue, désormais agrémentée d’un légitime droit de réponse carcérale aux accents vengeurs.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Martin Tomas, Chantraine Gilles, (dir.), Prison Breaks. Toward a Sociology of Prison Escape, Hampshire, Palgrave MacMillan, Studies in Prison and Penology, 2018, 351 p.

Culp Richard, « Frequency and Characteristics of Prison Escapes in the United States: An Analysis of National Data », The Prison Journal, 2005, n° 85/3, p. 270-291.

Cohen Stanley, Taylor Laurie, Escape Attempts: The Theory and Practice of Resistance to Everyday Life (2nd ed.), London, Routledge, 1992, 264 p.

Peterson Elling et al., « Escapes from Correctional Custody », The Prison Journal, 2016, n° 96/4, p. 511-533.

Wortley Richard, Situational Prison Control: Crime Prevention in Correctional Institutions, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

Scott James, Domination and the Arts of Resistance: Hidden Transcripts, New Haven/London, Yale University Press, 1990, 269 p.

Useem Bert, Kimball Peter, States of Siege: U.S. Prison Riots, 1971 – 1986. New York: Oxford University Press, 1989, 288 p.

Carrabine Eamonn, « Prison Riots, Social Order and the Problem of Legitimacy », British Journal of Criminology, 2005, n° 45/6, p. 896-913.

Reiter Keramet, 23/7: Pelican Bay Prison and the Rise of Long-Term Solitary, New Haven, Yale University Press, 2016, p. 312.

Haut de page

Notes

1 Tomas Martin, Gilles Chantraine (dir.), Prison Breaks. Toward a Sociology of Prison Escape, Hampshire

Palgrave MacMillan, Studies in Prison and Penology, 2018, 351 p.

2 Gilles Chantraine, Tomas Martin, « Toward a Sociology of Prison Escape », Ibid., p. 1-30.

3 Roy Baumeister, Escaping the Self: Alcoholism, Spirituality, Masochism, and Other Flights from the Burden of Selfhood, New York, Basic Books, 1991, 268 p.

4 Antoinette Chauvenet, « Guerre et paix en prison », Cahiers de la sécurité intérieure, 1998, n° 31, p. 91-109.

5 Richard Culp, « Frequency and Characteristics of Prison Escapes in the United States: An Analysis of National Data », The Prison Journal, 2005, n° 85/3, p. 270.

6 Stanley Cohen, Laurie Taylor, Escape Attempts: The Theory and Practice of Resistance to Everyday Life (2nd ed.). London, Routledge, 1992, 264 p.

7 Gilles Chantraine, Par-delà les murs, expériences et trajectoires en maison d’arrêt, Paris, PUF, 2004, 320 p.

8 Fanny Salane, Être étudiant en prison : l’évasion par le haut, Paris, La Documentation française, 2010, 251 p.

9 Georgia Pike, « Prisoner’s Escape », Scientific American Mind, 2014, n° 25, p. 16.

10 Bert Useem, Peter Kimball, States of Siege: U.S. Prison Riots, 1971–1986, New York, Oxford University Press, 1989, 288 p.

11 Lorna Rhodes, Total Confinement: Madness and Reason in the Maximum Security Prison, Berkeley, University of California Press, 2004, 315 p. ; Sharon Shalev, Supermax Upcontrolling Risk Through Solitary Confinement, Cullompton, Willan, 2009, 271 p. ; Jeffrey Ross, The Globalization of Supermax Prisons. New Brunswick, Rutgers University Press, 2013, 256 p.

12 Antoinette Chauvenet, « Guerre et paix en prison », Cahiers de la sécurité intérieure, 1998, n° 31, p. 91-109.

13 Grégory Salle, « “Escaping from Hell Is a Right!”: The Case of France’s “Q.H.S.” (1975–1982) », in Tomas Martin, Gilles Chantraine, G. (dir.) Prison Breaks…, op. cit., p. 191-210.

14 Edward Shaffer et al., « Assessment of prison escape risk »Journal of Police and Criminal Psychology, 1985, 1(1), p. 42-48.

15 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

16 Gilles Chantraine, « Prison et regard sociologique : pour un décentrage de l’analyse critique », Champ penal/Penal Field, 2004, Vol. 1. http://champpenal.revues.org/document39.html.

17 Elling Peterson et al., « Escapes from Correctional Custody », The Prison Journal, 2016, n° 96/4, p. 511-533.

18 Richard Wortley, Situational Prison Control: Crime Prevention in Correctional Institutions, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

19 Mahuya Bandyopadhyay, « Prison Escapes, Everyday Life and the State: Narratives
of Contiguity and Disruption
», in Tomas Martin, Gilles Chantraine, G. (dir.) Prison Breaks…, op. cit., p. 33-60.

20 Simone Santorso, « Resistant Adaptation: Reflections on Escape from Italian Prisons », in Tomas Martin, Gilles Chantraine, G. (dir.) Prison Breaks…, op. cit., p. 87-112.

21 James Scott, Domination and the Arts of Resistance: Hidden Transcripts, New Haven/London, Yale University Press, 1990, 269 p.

22 Bert Useem, Peter Kimball, States of Siege: U.S. Prison Riots, 1971–1986, New York, Oxford University Press, 1989, 288 p. ; Eamonn Carrabine, « Prison Riots, Social Order and the Problem of Legitimacy », British Journal of Criminology, 2005, n° 45/6, p. 896-913.

23 Alison Liebling, « High Security Prisons in England and Wales: Principles and Practice », in Yvonne Jewkes, Jamie Bennett, Ben Crewe (dir.), Handbook on Prisons, London, Routledge, 2016, p. 477-496.

24 Keramet Reiter, 23/7: Pelican Bay Prison and the Rise of Long-Term Solitary, New Haven, Yale University Press, 2016, p. 312 ; Zygmunt Bauman, « Social Uses of Law and Order », in David Garland & Richard Sparks (dir.), Criminology and Social Theory, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 23-46.

25 Claude Faugeron, « Une théorie de la prison est-elle possible ? », in Claude Faugeron, Antoinette Chauvenet, Philippe Combessie (dir.), Approches de la prison, Paris, De Boeck et Larcier, 1996, p. 28-56.

26 Yasmine Bouagga, « Prison Escape and Its Political Imaginary in Times of Political Crisis: Tunisia, 2011–2016 », in Tomas Martin, Gilles Chantraine, G. (dir.) Prison Breaks…, op. cit., p. 143-168.

27 Atreyee Seen, « Mocking the State: Heroism, Humanity and Humiliation in the Context of Naxal Jailbreaks in India », in Tomas Martin, Gilles Chantraine, G. (dir.) Prison Breaks…, op. cit., p. 115-142.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Clôture périmétrique d’une prison en Ouganda
Légende Tomas Martin (2011)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 2 Clôture périmétrique d’une prison en Ouganda
Légende Tomas Martin (2011)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Chantraine et Tomas Martin, « Ordres et désordres de l’évasion carcérale », Criminocorpus [En ligne], Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (XXe-XIXe siècles, Amérique du Nord, Europe), Ordre et désordre carcéral : la révolte, récits, formes, conditions, mis en ligne le 03 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6707

Haut de page

Auteurs

Gilles Chantraine

Gilles Chantraine est sociologue, chargé de recherche au Clerse (Centre lillois de recherches sociologiques et économiques) – Cnrs / Université de Lille. À la croisée d’une sociologie des institutions, des professions et des expériences carcérales individuelles, ses travaux se consacrent à l’analyse des transformations contemporaines des prisons. Il est notamment l’auteur de Par-delà les murs (PUF, 2004), et, avec Jean Bérard, de 80 000 détenus en 2017 ? (2008, Amsterdam), et Bastille Nation, French Penal Politics and the Punitive Turn (2013, Red Quill Books). Ses recherches actuelles portent sur la gestion pénitentiaire de l’ « extrémisme violent ».

Articles du même auteur

Tomas Martin

Tomas Martin est chercheur au centre Dignity (Danish Institute Against Torture) à Copenhague. En sociologie de la prison, ses travaux se focalisent tout particulièrement sur la question des droits de l'homme, de la technologie, l'architecture et la bureaucratie, notamment dans les prisons africaines et asiatiques. Membre fondateur du Global Prison Research Network, il a également travaillé sur les questions d’accès au terrain et d’éthique de l’ethnographe. Avec Gilles Chantraine, il a récemment Prison Breaks, Toward a Sociology of Escape (2018, Palgrave). Ses recherches actuelles portent sur les héritages et transformations des prisons en Birmanie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page