Navigation – Plan du site
Révolte, débats et stratégies

« No Lady Prison didn’t improve me none »1. Luttes anti-carcérales et luttes féministes après Attica

Jean Bérard

Résumés

Aux États-Unis comme en France, les mouvements de contestation des années 1960 et 1970 ont connu des relations contrastées, entre autonomisation des espaces de luttes, accords sur le refus de la répression de l’État et controverses sur les relations avec les réformes de l’État. L’article vise à esquisser une histoire de ces relations en prenant les révoltes des prisons comme point de départ et en analysant la manière dont des dissensions se sont produites entre des militant.es partageant initialement la dénonciation de l’incarcération comme outil répressif. La politisation des violences sexuelles subies par les femmes forme le cadre principal d’expression de ses désaccords. La France et les États-Unis connaissent de ce point de vue des trajectoires comparables – les mobilisations contre les violences sexuelles agissant comme un facteur de conflictualité militantes, mais aussi différentes, en raison du poids de l’héritage du racisme et la violence du tournant punitif états-uniens dans les années 1970.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Texte anonyme, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 16.
  • 2 Caroline Rolland-Diamond, « l’Amérique de Nixon au bord de l’implosion », in Philippe Artières (dir (...)

1Dans le livre collectif dirigé par Philippe Artières sur la révolte de la prison d’Attica, l’article de Caroline Rolland-Diamond présente le contexte plus large de celle-ci, celui d’une « Amérique de Nixon au bord de l’implosion ». Elle montre que cette implosion redoutée par les autorités vient de l’extension de formes de contestations inscrites dans de longues luttes, qu’il s’agisse de celles des Noir.es américain.e.s pour les droits civiques et/ou des opposant.es à la guerre du Vietnam, mais aussi de l’ouverture ou réouverture de la contestation à de nouveaux groupes sociaux, parmi lesquels les féministes et les gays. Caroline Rolland-Diamond montre que cette diversification ouvre la voie à des coalitions, qui les rend d’autant plus inquiétantes pour le gouvernement, précipitant l’accroissement de la violence de la répression. C’est ainsi que, après la création de la Unification Rainbow Coalition en 1969, « l’union des forces contestataires, la popularité des programmes du BPP [Black Panther Party] et de son leader charismatique Fred Hampton constituèrent une menace trop forte pour que les autorités la tolèrent ». En conséquence, « à l’aube du 4 décembre 1969, Fred Hampton et Mark Clark, autre membre du BPP, furent tués dans un raid de la police de l’État de l’Illinois assistée de la red squad de Chicago, contre l’appartement de Hampton »2. Les quelques mots choisis comme titre illustrent cet entrecroisement des luttes : publiés dans un volume collectif féministe, ils sont écrits par une jeune femme, anonyme, noire et pauvre, pour proclamer que non, décidément, rien de bon n’est sorti de son incarcération.

2La diversité des organisations militantes est aussi l’occasion de conflits politiques, autour des questions toujours prégnantes de hiérarchie des causes et d’articulation des luttes. Par exemple, concernant les relations entre luttes des Noir.es et luttes féministes, Caroline Rolland-Diamond note que « le féminisme radical se divisa entre les tenantes d’une remise en cause politique globale de la société américaine, en collaboration avec d’autres groupes non-féministes, et les partisanes d’une action exclusivement centrée sur la question de l’oppression des femmes ». Les questions pénales en général, et carcérales en particulier, sont de bons points d’observation de ces rapports de coalition et division entre mouvements militants.

3D’un côté, la répression des militantes et militants est l’occasion de former des coalitions larges et de toucher un public plus étendu. Ce n’est pas une nouveauté des années 1960 : c’était déjà le cas du Secours rouge, organisation de soutiens aux communistes réprimés dans les années 1920, qui rassemblait au-delà des militants du parti. De l’autre, les questions pénales sont de puissants révélateurs des différences de positionnements politiques entre les mouvements. En effet, des mouvements se concentrent sur la dénonciation de l’action des institutions pénales, police, justice et prison, en les lisant, d’une manière globale, comme des acteurs parmi d’autres de dominations de classe, de genre, ou de race, et en les plaçant ainsi du côté des adversaires politiques. D’autres, ou les mêmes dans d’autres conjonctures historiques, en revanche, font un usage stratégique des institutions pénales, en formant des revendications de changements qui impliquent leur action : par exemple demander à la police de protéger des quartiers fréquentés par des personnes homosexuelles ; demander à la justice de condamner des auteurs d’actes de discrimination raciste ou demander à la prison d’enfermer des auteurs de violences sexuelles.

  • 3 Je me permets de renvoyer à Jean Bérard, La prison en procès, les mouvements de contestation et la (...)

4Dans des travaux antérieurs portant sur la France des « années 68 », mon idée a été de lire l’histoire des mouvements de contestation au prisme de leurs accords et désaccords sur les questions pénales3. Parmi elles, une tient une place particulière dans la France de la seconde partie des années 1970 : c’est celle des luttes féministes contre le viol, qui conduisent à une réforme législative votée en 1980, et à de nombreuses discussions et conflits sur le sens politique de la lutte, au sein des mouvements féministes mais aussi entre les mouvements féministes et des mouvements homosexuels et de défense des prisonniers. Est-il possible de suivre la même ligne d’analyse concernant les États-Unis, à partir de la révolte d’Attica ? C’est la question que cette contribution voudrait esquisser. Il ne s’agit pas ici d’une enquête exhaustive et neuve, mais de quelques remarques pour suggérer, après d’autres, des pistes de comparaison, fondées sur les travaux menés de première main concernant la France et principalement sur les travaux déjà publiés concernant les États-Unis.

Prisons, miroirs des oppressions

  • 4 Tom C. Holt, « Crime et châtiment en Amérique, violence raciale d’État aux États-Unis », in Philipp (...)
  • 5 Boris Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte, 2008, p. 83.
  • 6 Ibid., p. 26.
  • 7 Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 207-250.
  • 8 Boris Gobille, op. cit., p. 26.

5La lutte contre la répression policière et judiciaire forme un puissant trait d’union entre les différents mouvements des années 1960 et 1970. Comme le rappelle Tom C. Holt dans l’ouvrage consacré à Attica, « certaines des premières mobilisations du Mouvement pour les droits civiques et aussi des organisations nationalistes noires furent des réactions à la violence de la police. Sa brutalité et ses bavures pendant les années 1940 et 1950, notamment plusieurs viols de jeunes ouvrières noires, provoquèrent la rage des communautés noires de tout le Sud4 ». En France, en mai 68, la violence répressive « tant dans sa réalité que dans les fantasmes qu’elle nourrit [...], joue un rôle déterminant dans la dynamique même de la crise et le franchissement de seuil de radicalisation5 ». La répression solidarise « l’opinion publique » et les syndicats ouvriers avec les étudiants6, favorisant, selon l’expression de Bourdieu, le franchissement de seuils et la cristallisation du « moment critique »7 qui « brise l’isolement des champs d’actions, précipite des crises sectorielles latentes dues à des facteurs structurels, et les synchronise en les liant ensemble dans les faits et dans les représentations8 ».

  • 9 « Organizing the Prisons in the 1960s and 1970s », Roundtable discussion with Dan Berger, Alan Elad (...)

6Les révoltes carcérales des années 1970, aux États-Unis comme en France, s’inscrivent dans cette rupture de l’isolement des champs d’action. La composition de la population carcérale peut se lire comme le reflet de rapports de pouvoir plus larges : pour les militant.es, la domination de classe ou raciale est particulièrement claire lorsqu’on la lit au prisme de la sur-représentation des pauvres et des Noirs derrière les barreaux. Les luttes des prisonniers se raccordent ainsi à des revendications sociales plus générales. Ainsi, explique Heather Ann Thompson, les mouvements de prisonniers qui se structurent dans les années 1960 et 1970 portent des revendications proches de celles des activistes en liberté : contre le racisme, contre la violence des forces de l’ordre, pour de meilleurs salaires et de meilleurs accès à l’éducation et aux soins médicaux9.

  • 10 Le document est publié par une exposition en ligne d’archives du Barnard Center for Research on Wom (...)
  • 11 Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 4

7Les révoltes forment en ce sens des occasions de circulation de thèmes contestataires au-delà des mouvements de prisonniers et, par exemple, parmi les mouvements féministes. A défaut d’un regard exhaustif, on trouve des illustrations de ces circulations de luttes carcérales et de la place de la révolte d’Attica dans un document de 1975 Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change10. Ce livre est une compilation d’informations sur des actrices et des organisations actives dans les luttes carcérales, qui contient également des poèmes, images et entretiens. Il montre la floraison d’organisations qui lient féminisme et soutien aux prisonnières et prisonniers, sous différentes formes, mais en les liant à une idée fondamentale énoncée à la première phrase de l’introduction : « le système carcéral tel qu’il existe dans ce pays doit être aboli »11. Des dessins illustrent la souffrance des femmes enfermées.

Couverture du livre Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975

Couverture du livre Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975

Dessin non signé, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 7

Dessin non signé, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 7

8Le texte anonyme déjà cité, reproduit de The Chicago Seed, expose l’histoire d’une jeune femme noire arrêtée « for sellin shit » qui tire le bilan de ces mois d’incarcération : « prison didn’t improve me none ». Le texte montre les ressorts de la sévérité de la justice pour ces jeunes femmes noires et pauvres : contrairement aux jeunes femmes blanches, les pleurs de leurs mères n’émeuvent pas les juges, un avocat les rencontre quelques minutes avant le procès, l’argent leur manque pour sortir sous caution, et la peine tombe après un procès qui n’a pas l’air d’un vrai procès : de 6 mois à un an de prison.

Texte anonyme, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 16

Texte anonyme, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 16

9La révolte d’Attica figure à plusieurs reprises dans ce document. C’est d’abord le cas dans la présentation des militantes incarcérées. On lit ainsi le portrait de Lolita Lebron : militante pour l’indépendance de Porto Rico, elle a participé, en 1954, à une attaque contre le Congrès américain, investi par un groupe armé venu y déployer le drapeau portoricain. Elle est condamnée à une peine comprise entre 16 et 50 ans de prison. Incarcérée au pénitencier d’Alderson, en Virginie Occidentale, elle y a mené, explique le document, une lutte de solidarité avec les prisonniers d’Attica, qui s’inscrit au sein d’autres luttes carcérales et judiciaires : une grève de la faim pour avoir le droit de recevoir des lettres écrites en espagnol, ou le refus d’une grâce en échange d’excuses publiques.

10Le livre mentionne une organisation de soutien à deux membres de la Black Liberation Army, détenus pour la mort d’un policier dans une fusillade, Assata Shakur et Sundiata Acoli. Le groupe se définit comme « anti-impérialiste, féministe, principalement blanc ». Il organise des démonstrations contre le traitement carcéral d’Assata Shakur, et organise des conférences publiques en s’appuyant sur des films relatifs à la révolte d’Attica.

Friends of Assata Shakur and Sundiata Acoli, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 27

Friends of Assata Shakur and Sundiata Acoli, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 27

11L’activisme féministe rejoint ainsi les luttes en soutien aux prisonniers politiques. Il s’inscrit aussi dans les activités de soutien plus large aux personnes détenues et, là aussi, des liens avec la révolte d’Attica sont visibles. Un groupe nommé « Community Release Organization » vise à aider des personnes détenues à obtenir leur libération en menant un travail local. Cette initiative de Quaker a été prise après la révolte d’Attica, présentée en ce sens comme un point de départ. De même, l’organisation Women Out Now fournit du soutien aux femmes détenues au Purdy Treatment Center, qui est le plus important centre de détention pour les femmes de l’État de Washington, ouvert en 1971. Le groupe conduit en prison pour des conférences des militant.es divers : depuis des défenseurs des prisonniers d’Attica à des membres du centre de ressource lesbien de Seattle.

Community Release Organization : Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 30

Community Release Organization : Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 30
  • 12 Je traduis : « The status of prisoners offered a rare, if brief, meeting point for civil rights, Bl (...)

12Ce ne sont que de brèves illustrations, mais elles me semblent significatives : la répression rassemble parce qu’elle forme le point d’aboutissement d’une pluralité de luttes, qui trouvent dans la solidarité avec les personnes enfermées des occasions d’échanges. En retour, les luttes menées en prison sont rendues possible par les expériences militantes des activistes incarcérés. Pour reprendre les termes de Dan Berger, historien des mouvements radicaux américains des années 1970 : « le statut de prisonnier fournir un point de rencontre bref mais rare, pour les mouvements en faveur des droits civiques, les mouvements révolutionnaires en défense du Black power, les mouvements féministes et LGBTQ, libertaires, socialistes. Des mouvements qui ont peu de points d’accords trouve un point commun dans la dénonciation de la condition des prisonniers12 ».

  • 13 Dominique Memmi, « Mai 68 ou la crise de la domination rapprochée », in Dominique Damamme, Boris Go (...)
  • 14 « Organizing the Prisons in the 1960s and 1970s », Roundtable discussion with Dan Berger, Alan Elad (...)
  • 15 Philippe Artières, Laurent Quéro, Michelle Zancarini-Fournel, Groupe d’information sur les prisons, (...)

13Concernant le fonctionnement même des institutions pénales, la critique de la prison en rencontre d’autres : espaces sans droit pour les enfermé.es, régis par le pouvoir discrétionnaire des gardiens de l’ordre, les prisons forment autant une institution à dénoncer qu’une métaphore ou un modèle pour désigner d’autres lieux d’exercice de la « domination rapprochée »13 : famille, école, lycées, casernes, foyers ou hôpitaux psychiatriques. Les revendications des mouvements de prisonniers forment en ce sens un exemple parmi d’autres de l’exigence d’être traité comme des citoyens dans des lieux de réclusion. Toussaint Losier explicite ce que recouvre cette idée, pour les mouvements de prisonniers états-uniens, en mentionnant la liberté d’exercice religieux, la liberté d’organisation collective et de débats politiques, la protection contre la violence, l’édiction de normes communes, l’accès au public, aux tribunaux et à la presse14. On lit des revendications très proches dans les textes des prisonniers français issus des révoltes du début des années 197015.

  • 16 Nadia, « Toutes ces femmes… une caricature : la prison », in Libération des femmes année zéro, Part (...)

14Cette dimension transversale n’empêche pas la prise en compte des dimensions spécifiques des oppressions au sein des institutions pénales. C’est notamment le cas des femmes, qui forment en prison une minorité qui subit à la fois les rigueurs de l’enfermement et les particularités d’une gestion genrée de la détention. En France, des groupes féministes se préoccupent rapidement de l’étude et de la critique de la condition des femmes incarcérées. Le numéro Libération des femmes, année zéro de 1970 contient le témoignage d’une femme qui a été détenue, qui montre que l’enfermement des femmes est une « caricature de la répression que subit une femme dans son foyer et à son travail »16. Les femmes « tombent » le plus souvent pour des infractions commises dans le cadre des conduites délictueuses de leur compagnon. En prison, l’infantilisation des prisonnières est dénoncée de même que les techniques répressives de l’institution. Les Pétroleuses journal lancé en 1974 par des féministes proches de la Ligue communiste révolutionnaire, fait écho aux luttes des prisonnières, au travers d’une rencontre avec une femme sortie de prison. L’article évoque la proximité avec le mouvement des prisonniers, hommes ou femmes :

  • 17 Les Pétroleusesn° 2, 1974. Voir l’annexe n° 1 « Sélection de textes », n°7.

« À Fleury-Mérogis, Catherine et ses copines s’étaient regroupées dans un “front révolutionnaire des prisonnières”. Elles ont refusé de regagner leurs cellules, les CRS ont dû intervenir. Malgré cette répression, le contact avec le CAPest de plus en plus recherché. Il faut que les femmes en prison luttent aussi contre le règlement autoritaire et répressif qui est durement appliqué justement parce que ce sont des femmes17 ».

  • 18 Linda R. Singer, « Women and the Correctional », American Criminal Law Review, Process 11 295 (1972 (...)
  • 19 Freedman, E. B. (1974), Their Sisters’ Keepers: An Historical Perspective on Female Correctional In (...)
  • 20 P. 4

15Aux États-Unis, les militantes féministes Gloria Steinem et Kate Millet interviennent en 1972 au Congrès de l’American Correctionnal Association pour dénoncer des institutions d’hommes dirigées par des hommes18. En 1974, un article de la revue Feminist studies porte sur l’histoire des relations entre militantes féministes et questions carcérales au xixe siècle, autour de l’enjeu de la création de prisons spécifiques pour les femmes, par contraste, explique-t-elle, avec les revendications du moment des féministes et des réformateurs des prisons contre ces institutions ségréguées19. Des organisations philanthropiques documentent au fil des années 1970 la condition des femmes incarcérées : un rapport intitulé « A study in neglect » est écrit par The Women’s Prison Association, de New York en 1972, après une enquête financée par la Fondation Ford dans la New York City Correction Institution for Women et au niveau national. Il estime que les connaissances sont encore rares sur les prisons pour femmes et que les responsables des prisons considèrent la question des prisons pour femmes comme « insignifiante »20.

  • 21 Le Torchon brûle, n°1, mai 1971.

16Les analyses qui dénoncent le fonctionnement des institutions pénales, à la fois comme révélatrices d’oppressions sociales plus larges et comme espaces disciplinaires, relient de nombreux groupes investis sur des causes différentes. Le refus de la répression forme ainsi, dans les premières années 1970, un trait d’union. Dans le premier numéro du Torchon brûle figure un article sur la journée d’une femme qui dit de son départ pour le travail : « je vais en prison21 ». Il semble alors difficile de faire de la demande de répression un élément des répertoires revendicatifs des activistes.

Violences sexuelles et répression

17La lutte contre la répression en général et l’incarcération en particulier comme point de jonction militant devient problématique lorsque des mouvements s’emparent de l’arme du droit pour dénoncer des formes d’impunité et demander, pour certains comportements, une plus forte répression de la part des institutions pénales. Au fil des années 1970, ce sont les luttes féministes contre les violences sexuelles qui ont formé le lieu des plus vifs débats, entre les groupes féministes et entre les groupes féministes et d’autres militants. Sur ce point, le cas états-unien est à la fois comparable et différent du cas français.

  • 22 Pauline Delage, Violences conjugales : du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de S (...)
  • 23 Caroline Rolland-Diamond, Black America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIX(...)
  • 24 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (195 (...)

18Le trait commun est l’idée que la politisation des violences sexuelles a formé un point de divergence et de conflit. Deux points conflictuels peuvent être soulevés. Le premier renvoie à des formes de réaffirmation d’une hiérarchie des luttes et des causes, la condition des femmes devant s’effacer pour partie devant la luttes des classes ou l’émancipation des Noirs. En France, une militante révolutionnaire d’origine vietnamienne, publie un texte dans lequel elle déclare avoir été violée par un autre militant immigré. Les militants d’extrême-gauche dénoncent aussitôt l’attitude des féministes qui se font complices de la stigmatisation des immigrés22. Aux États-Unis, Caroline Rolland-Diamond note que le rôle assigné aux femmes au sein des Black Panthers, à une époque de mobilisation féministe croissante est un facteur de dissension23. Dans les deux cas, la politisation des violences sexuelles, comme d’autres causes féministes comme l’avortement24, a nécessité l’autonomisation par rapport à des groupes politiques dans lesquels ces questions étaient considérées comme secondaires.

  • 25 Pauline Delage, Violences conjugales  : du combat féministe à la cause publique, op. cit.
  • 26 Kristin Bumiller, In an Abusive State. How Neoliberalism Appropriated the Feminist Movement against (...)

19À mesure que les luttes féministes contre le viol prennent de l’ampleur, elles font face à un second front de division, qui concerne plus directement l’usage des institutions répressives. Ces conflits sont parfois renvoyés, comme les précédents, du côté de l’antiféminisme, et c’est pour partie vrai : c’est un lieu commun de la caricature antiféministe du féminisme que de dire qu’il souhaite judiciariser toute la vie sentimentale et sexuelle. Mais ce conflit ne peut se réduire à ces caricatures. En effet, en France, comme aux États-Unis, l’usage de la répression fait d’abord débat parmi les militantes elles-mêmes. Aux États-Unis, Kristin Bumilller montre comment s’est structurée la division entre des mouvements radicaux, centrés sur les actions locales et l’aide aux victimes, et des mouvements mainstream qui ont transformé les critiques en projets de réforme pénales. Aux États-Unis, ces réformes passent souvent par une action répressive plus forte des procureurs ou la création d’unités de police spécialisées. La politisation des violences conjugales s’inscrit dans un processus comparable, par exemple sous la forme de l’extension du dispositif de restraining order, l’ordre d’éloignement des conjoints violents25. Ainsi, estime Kristin Bumilller, le mouvement féministe est devenu un partenaire de l’extension inédite de la criminalisation de la société26. Initialement pensés comme des espaces de politisation, les lieux d’aide, en s’institutionnalisant, ont fini par prendre place dans un appareil plus large de régulation par l’État, à côté des services sociaux et des organisations religieuses. Une telle transformation a donné lieu à des débats militants mais que celles qui s’y opposaient sont devenues très minoritaires.

20On retrouve en France une ligne de fracture du même type : les mobilisations pour la reconnaissance du viol comme crime, à partir de 1975, donnent lieu à de vifs débats pour savoir s’il est possible de dissocier cette demande de reconnaissance d’une demande d’aggravation de la répression pénale contre les violeurs. Ainsi, la demande de répression des violences sexuelles rencontre l’opposition des mouvements de prisonniers qui ont soutenu les révoltes de 1974 : 

  • 27 CAP, journal du Comité d’action des prisonniers, n°38 juillet 1976.

« Non ce n’est pas la justice qui fera disparaître les viols, les coups, les lâchetés des hommes, pas plus d’ailleurs qu’elle ne supprimera le vol et l’assassinat. Plutôt que de demander la répression, cherchons à connaître les causes de ces comportements et faisons-les disparaître. C’est justement parce que je suis féministe que je ne comprends pas que des femmes puissent faire appel à la justice pour les défendre. C’est parce que je revendique le plein pouvoir sur moi-même, mon corps, mes sentiments, l’organisation de ma vie, que je ne peux pas comprendre qu’on fasse appel à une institution qui l’a toujours nié. Plutôt que de combattre les hommes en faisant appel à l’institution, ne vaudrait-il pas mieux combattre la phallocratie et les institutions qui l’ont tant aidée à se développer et à se maintenir27 ? ».

21À la fin des années 1970, au moment où les luttes se traduisent en réformes légales, l’idée qu’il faut politiser les violences sexuelles sans chercher à obtenir leur répression devient également minoritaire.

  • 28 Susan Brownmiller, Against our will. Men, women and rape, Simon & Schuster, 1975.
  • 29 Angela Davis, Femmes, race et classe, Paris, Des femmes, 1983, p. 225.
  • 30 Ibid., p. 218.

22La différence centrale entre les deux pays porte sur le poids des questions raciales dans le contexte américain. Aux États-Unis, la question du viol renvoie à la répression violente des hommes noirs accusés de viol sur des femmes blanches. C’est l’un des motifs fondamentaux d’exercice de la violence raciste, par la justice ou dans les lynchages. La figure du noir violeur est bien antérieure aux luttes des années 1970 et fait figure, de longue date, de motif de dissension, entre militantes blanches et noires. Cette histoire forme la toile de fonds de la célèbre critique adressée par Angela Davis au livre également célèbre de Susan Brownmiller28. Angela Davis estime que l’ouvrage de référence des féministes blanches contre le viol reproduit des stéréotypes racistes, sur les Noirs que la misère conduirait à affirmer leur masculinité par le viol ou à s’emparer des femmes blanches comme une forme de revanche sociale29. Ainsi, explique Angela Davis, « l’absence remarquée des femmes noires dans les rangs du mouvement contre le viol peut s’expliquer par son indifférence à l’accusation de viol comme alibi raciste30 ».

  • 31 Caroline Rolland-Diamond, Black America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (xix(...)

23La mobilisation d’organisations militantes différentes autour d’une cause commune peut s’accompagner de priorités politiques différentes. En 1975, lors du procès de Joan Little, venue d’une petite ville de Caroline du Nord, qui a tué un gardien de prison qui l’avait violée, une campagne pour son acquittement est menée par des féministes banches et des organisations noires. Mais, comme l’explique Caroline Roland-Diamond, « tandis que les premières dénonçaient la violence sexuelle et proclamaient le droit d’une femme à l’auto-défense, les seconds présentèrent l’affaire Little comme le dernier exemple de brutalité policière et d’injustice dans un Sud encore attaché à l’ordre Jim Crow31 ». Dans une autre affaire judiciaire, Angela Davis dénonce l’absence de solidarité des militantes blanches pour défendre Delbert Tibbs, prisonnier noir faussement accusé du viol d’une femme blanche, d’abord condamné à mort avant d’être libéré en 1977 et innocenté. Dans le contexte français, le motif de la fausse accusation de viol est absent des discussions au sein des mouvements de prisonniers, qui dénoncent plutôt, on l’a vu, l’incapacité de la justice pénale à renverser le patriarcat qui rend les violences sexuelles possibles.

24Mais, dans les deux pays, avec une chronologie légèrement décalée, ce motif de désaccord est renforcé par le tournant conservateur des politiques pénales. Aux États-Unis, le lancement de la guerre à la drogue par Nixon donne le ton d’une tendance structurelle au renforcement de l’incarcération des hommes noirs jeunes et pauvres. En France, la politisation des questions d’insécurité à partir du milieu des années 1970 s’accompagne de la reprise de l’inflation carcérale, également vouée à durer, bien que dans des proportions moindres. Les conséquences sociales et pénales ne sont pas comparables des deux côtés de l’Atlantique, mais elles ont des effets comparables.

  • 32 Caroline Rolland-Diamond, Black America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIX(...)

25D’un côté, les mouvements militants de lutte contre la répression passent de l’offensive à la défensive, pour dénoncer les atteintes aux droits des personnes concernées par ces politiques répressives. De l’autre, les mouvements qui demandent un accroissement ciblé de la répression peuvent trouver des appuis auprès de partis politiques qui soutiennent, d’une manière plus large, des politiques pénales conservatrices. Cette reconfiguration des alliances est plus brutale dans l’Amérique de Reagan que dans la France de l’alternance de 1981. Elle entraîne une scission plus nette entre des mouvements noirs qui se concentrent sur l’action sociale dans les quartiers pauvres et les mouvements féministes blancs qui travaillent à l’obtention de réformes comportant des dimensions pénales. Entre les deux, le féminisme noir, en lutte à la fois contre le capitalisme, le patriarcat et la répression, peine à se construire sous forme de structures militantes pérennes et trouve refuge dans les universités. Il se trouve à la fois à la marge des mobilisations centrées sur la défense des hommes noirs attaquée par la domination raciale et du féminisme blanc qui coopère avec les institutions pénales dont l’action est en train de bouleverser la vie des quartiers populaires noirs. Comme l’explique Caroline Rolland-Diamond, le mouvement « proposait une remise en cause radicale du système économique et politique en place, à une heure où un tel discours n’était plus audible par l’opinion publique ni tolérable par les autorités32 ».

  • 33 Marie Gottschalk, The prison and the gallows, the politics of mass incarceration in America, Cambri (...)
  • 34 Elizabeth Bernstein, « Militarized Humanitarianism Meets Carceral Feminism: The Politics of Sex, Ri (...)

26Depuis les années 1970, aux États-Unis, des travaux multiples se sont penchés sur l’explosion du nombre de prisonniers pour montrer les effets racistes de la guerre à la drogue, la substitution de l’État pénal à l’État social, la théâtralisation du gouvernement du crime. Au fil des dernières années, des travaux ont repris l’histoire des conflits militants concernant le recours au système pénal pour interroger, d’une manière critique, le rôle d’un « unusual suspect » dans l’inflation carcérale : le mouvement féministe33. En étendant le spectre d’analyse des violences sexuelles vers la question de la traite, Elizabeth Bernstein a ainsi forgé la notion polémique de « féminisme carcéral »34.

  • 35 Abdellali Hajjat, La marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Amsterdam, 2013.

27La situation pénale moins dramatique de la France a rendu ces conflits moins visibles. Mais, ce faisant, d’une certaine façon, elle a retardé l’explicitation des désaccords. Le croisement des formes de domination n’a pas été absente des conflits liés à la politisation des violences sexuelles. Un moment fondateur des luttes féministes, on l’a vu, est celui dans lequel des militantes tentent, en vain, de porter la question d’un viol subi par une femme agressée par une personne immigrée au sein d’un espace de lutte tenu par des militants d’extrême-gauche en soutien à des travailleurs étrangers. Mais la dissociation semble ensuite presque complète entre les mobilisations féministes portant sur les violences sexuelles et les violences conjugales et celles portant sur la lutte contre le racisme. Au début des années 1980, organisations féministes et militant.es de la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 opèrent ainsi dans des espaces politiques qui ne se croisent pas35.

  • 36 Nacira Guenif-Souilamas, Eric Macé, Les féministes et le garçon arabe, La Tour-d'Aigues
  • 37 Laurent Mucchielli, Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques, contre-enquête sociologiqu (...)

28La question resurgit à la fin des années 1980, lorsque sont menées, au nom de la défense des femmes, des politiques dénoncées comme islamophobes. La question du port du voile à l’école forme, en France, le théâtre de ces affrontements. Plus largement, la figure du « garçon arabe » a été constituée comme une figure de la menace contre l’ordre social, par le biais de la délinquance et de la violence, mais aussi contre les femmes36. La médiatisation de la question des « tournantes » renoue en ce sens avec la constitution de la sexualité des jeunes hommes racisés comme problème spécifique37.

  • 38 Silyane Larcher, « the End of silence, the revival of Afrofeminism in Contemporary France », in Fél (...)

29Le Black feminism américain a alors formé une ressource précieuse38 pour penser les questions posées de longue date par Angela Davis : comment peut-on défendre les luttes féministes, anti-racistes et anti-capitalistes, tout en défendant l’abolition des prisons ? Angela Davis le fait dans une perspective révolutionnaire générale. Mais celle-ci laisse ouverte la question des violences d’ici et de maintenant, dont les victimes n’ont pas beaucoup d’autres options que le recours à la justice pénale. D’autres manières de punir sont-elles pensables, pour résoudre autrement que par l’enfermement les actes violents inscrits dans des formes structurelles de domination ?

Dessin non signé : Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, 49

Dessin non signé : Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, 49

Conclusion

  • 39 Tyler Stovall, « A black Women’s Life in the struggle. Jean McNair in France », in Félix Germain et (...)

30À défaut de réponse, on pourrait rapprocher pour finir deux histoires. La première est celle de Jean et Melvin McNair qui a été récemment racontée, après la mort de Jean, à la fois sur un mode historique par Tyler Stovall et sous une forme littéraire par Sylvain Pattieu39.

31Jean McNair nait en 1946 à Winston-Salem en Caroline du Nord et grandit dans le Sud ségrégationniste. Elle a tôt fait l’expérience des discriminations et de la menace des violences sexuelles. Elle est également rapidement sensibilisée à la violence et à l’injustice de la justice, avec le meurtre d’Emmett Till en 1955, suivi de l’acquittement de ses meurtriers, et elle se rend avec son père à des rassemblements en faveur des droits civiques. Avec son conjoint Melvin, elle participe ensuite aux protestations qui suivent l’assassinat de Martin Luther King. Melvin est menacé d’être envoyé au Vietnam. Il déserte et le couple opte pour une voie politique révolutionnaire, aux côtés des Black Panthers. Ils vivent à Detroit dans la terreur de la violence policière et décident de fuir en entreprenant une action politique : le détournement d’un avion, réalisé en 1972. L’avion détourné se pose à Alger, puis est restitué, moyennant une rançon. Comme d’autres militants, ils sont déçus du régime algérien et partent pour la France. Ils sont arrêtés en 1976, mais leur avocat Jean-Jacques de Felice parvient à obtenir de la justice française le refus de leur extradition. Ils sont néanmoins condamnés en France et exécutent une peine de prison. Libérés, ils finissent par partir pour Caen, où ils s’investissent dans la vie du quartier populaire dans lequel ils résident.

  • 40 Voir le numéro « Jean-Jacques de Félice, un avocat militant des droits de l’homme », Matériaux pour (...)
  • 41 Loïc Wacquant, « Symbiose fatale. Quand ghetto et prison se ressemblent et s'assemblent », Actes de (...)
  • 42 Tyler Stovall, « A black Women’s Life in the struggle. Jean McNair in France », in Félix Germain et (...)

32Leur histoire est instructive parce que c’est pour partie celle d’un rendez-vous manqué : leur avocat est certes une figure connue de l’histoire du militantisme judiciaire40, mais leur cas n’a pas, sauf erreur, fait l’objet de fortes mobilisations du côté du féminisme français. On peut également en retenir une dimension tragique, qui éclaire le devenir des jeunes hommes noirs aux États-Unis aux temps où prison et ghetto se ressemblent et s’assemblent41 : un de leur fils retourne vivre de l’autre côté de l’Atlantique où l’attendent l’incarcération et finalement la mort par balle à 28 ans. Mais on peut aussi en retenir un geste de réconciliation : Jean et Melvin McNair arrangent une rencontre à Caen avec le pilote de l’avion détourné, pour clore autrement que par leur peine judiciaire l’épisode de violence qu’ils ont commis42.

  • 43 Angela Davis, La prison est-elle obsolète ?, La Laune, Au Diable Vauvert, 2014, p. 144.

33Cette rencontre fait écho à une histoire, racontée par Angela Davis en soutien de sa position abolitionniste. C’est celle d’Amy Bielh, étudiante californienne, séjournant en Afrique du Sud en 1993 dans un programme d’échange, assassiné par de jeunes hommes noirs. En 1997, ses parents soutiennent la demande d’amnistie des assassins devant la commission Vérité et réconciliation. Relâchés, deux des auteurs rencontrent les parents et leur demandent pardon. Les parents les embauchent dans l’antenne sud-africaine de la fondation qu’ils ont créés à la mémoire de leur fille. À la mort du père, la mère leur donne chacun un terrain. Après le 11 septembre, le père avait eu ces mots : « Nous nous efforçons d’expliquer que parfois, il est plus payant de se taire, d’écouter ce que les autres ont à dire et de se demander “pourquoi ces choses horribles nous arrivent-elles ?”, plutôt que d’être simplement dans la réaction43 ».

34Ce sont les derniers mots du livre, tendu vers la démonstration que les prisons sont obsolètes. Pourraient-ce être les derniers mots des conflits militants sur l’usage de la répression pénale ? Sans doute pas. La réconciliation volontaire, longtemps après les faits, est un modèle difficile à transposer à l’immédiateté des violences de sociétés traversées d’inégalités multiples. Dans celles-ci, la force de la justice, avec tous ses défauts, est mobilisée par des personnes victimes laissées sans cela sans défense et des organisations cherchent à faire cheminer des revendications de réforme judiciaire dans des temps où la perspective d’une plus grande transformation sociale semble difficilement accessible par d’autres moyens.

  • 44 Sylvain Pattieu, Nous avons arpenté un chemin caillouteux, Paris, Plein jour, 2017, p. 13.
  • 45 Renée Felz, « Former Black Panther serving life sentence for murder denied release », The Guardian, (...)

35Plus modestement, on peut lire ces récits de réconciliation comme la nécessité, par contraste, de se souvenir que des activistes noirs américains des années 1970 sont toujours derrière les barreaux. Comme le dit Sylvain Pattieu : « en France aussi il y en a eu des vies fracassées de révolutionnaires, ex-chefs de services d’ordre suicidés, lutteurs armés auto-proclamés clandestins, établis coincés dans leurs usines, étudiants sans diplôme et syndicalistes virés. Mais pas autant de répression implacable qu’envers les radicaux afro-américains44 ». En 2016 encore, la demande de libération conditionnelle de Sundiata Acoli, 80 ans, enfermé depuis 1973 et pour lequel se mobilisait à l’époque, on l’a vu, un groupe féministe, a encore été refusée, conduisant son avocat à estimer que les autorités voulaient l’enterrer vivant45.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Artières Philippe, (dir.), Attica, USA 1971, Paris, Le Point du Jour, 2017.

Artières Philippe, Laurent Quéro, Zancarini-Fournel Michelle, Groupe d’information sur les prisons, archives d’une lutte, 1970-1972, Paris, Éditions de l’IMEC, 2003

Bérard Jean, La prison en procès, les mouvements de contestation et la justice, (1968-1983), Paris, Presses de Sciences-po, 2013.

Bernstein Elizabeth, « Militarized Humanitarianism Meets Carceral Feminism: The Politics of Sex, Rights, and Freedom in Contemporary Antitrafficking Campaigns », Signs: Journal of Women in Culture and Society, 36, n° 1 (Autumn 2010), p. 45-71.

Brownmiller Susan, Against our will. Men, women and rape, Simon & Schuster, 1975.

Bumiller Kristin, In an Abusive State. How Neoliberalism Appropriated the Feminist Movement against Sexual Violence, Durham, NC: Duke University Press, 2008.

Collectif, « Organizing the Prisons in the 1960s and 1970s », Roundtable discussion with Dan Berger, Alan Eladio Gómez, Garrett Felber, Toussaint Losier, Lydia Pelot-Hobbs, Tony Platt, and Heather Ann Thompson, Process: a blog for american history, septembre 2016, http://www.processhistory.org/prisoners-rights-1/.

Collectif, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975.

Damamme Dominique, Gobille Boris, Matonti Frédérique, Pudal Bernard (dir.), Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’atelier, 2008.

Davis Angela, Femmes, race et classe, Paris, Des femmes, 1983.

Davis Angela, La prison est-elle obsolète ?, La Laune, Au Diable Vauvert, 2014.

Delage Pauline, Violences conjugales : du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Domaine Genre », 2017.

Dorlin Elsa, dir., Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, 2008.

Freedman Estelle. B., « Their Sisters’ Keepers: An Historical Perspective on Female Correctional Institutions in the United States: 1870-1900 », Feminist Studies, 2(1), 77, 1974.

Guenif-Souilamas Nacira, Macé Eric, Les féministes et le garçon arabe, La Tour-d'Aigues, Éditions de l’Aube, 2004.

Germain Félix, Larcher Silyane (dir.), Black French Women and the Struggle for Equality, 1848-2016, University of Nebraska Press, 2018

Gobille Boris, Mai 68, Paris, La Découverte, 2008.

Gottschalk Marie, The prison and the gallows, the politics of mass incarceration in America, Cambridge University Press, 2006.

Hajjat Abdellali, La marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Amsterdam, 2013.

Mucchielli Laurent, Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques, contre-enquête sociologique, Paris, La Découverte, 2005.

Pattieu Sylvain, Nous avons arpenté un chemin caillouteux, Paris, Plein jour, 2017.

Rolland-Diamond Caroline, Black America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIXe-XXIe siècle), Paris, La Découverte, 2016.

Singer Linda R., « Women and the Correctional », American Criminal Law Review, Process 11 295 (1972-1973).

Wacquant Loïc, « Symbiose fatale. Quand ghetto et prison se ressemblent et s'assemblent », Actes de la recherche en sciences sociales, 2001/4, n° 139, p. 31-52.

Haut de page

Notes

1 Texte anonyme, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 16.

2 Caroline Rolland-Diamond, « l’Amérique de Nixon au bord de l’implosion », in Philippe Artières (dir.), Attica, USA 1971, Paris, Le Point du Jour, 2017, p. 25.

3 Je me permets de renvoyer à Jean Bérard, La prison en procès, les mouvements de contestation et la justice ‘1968-1983), Paris, Presses de Sciences-po, 2013.

4 Tom C. Holt, « Crime et châtiment en Amérique, violence raciale d’État aux États-Unis », in Philippe Artières (dir.), Attica, USA 1971, Paris, Le Point du Jour, 2017, p. 317.

5 Boris Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte, 2008, p. 83.

6 Ibid., p. 26.

7 Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 207-250.

8 Boris Gobille, op. cit., p. 26.

9 « Organizing the Prisons in the 1960s and 1970s », Roundtable discussion with Dan Berger, Alan Eladio Gómez, Garrett Felber, Toussaint Losier, Lydia Pelot-Hobbs, Tony Platt, and Heather Ann Thompson, Process: a blog for american history, septembre 2016, http://www.processhistory.org/prisoners-rights-1/.

10 Le document est publié par une exposition en ligne d’archives du Barnard Center for Research on Women : http://bcrw.barnard.edu/.

11 Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 4

12 Je traduis : « The status of prisoners offered a rare, if brief, meeting point for civil rights, Black Power and other revolutionary nationalist movements, feminists, LGBTQ activists, civil libertarians, socialists, and others. Organizations and movements who agreed on little else found common cause in the plight of prisoners ». « Organizing the Prisons in the 1960s and 1970s », Roundtable discussion with Dan Berger, Alan Eladio Gómez, Garrett Felber, Toussaint Losier, Lydia Pelot-Hobbs, Tony Platt, and Heather Ann Thompson, Process: a blog for american history, septembre 2016, http://www.processhistory.org/prisoners-rights-1/.

13 Dominique Memmi, « Mai 68 ou la crise de la domination rapprochée », in Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal (dir.), Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’atelier, 2008.

14 « Organizing the Prisons in the 1960s and 1970s », Roundtable discussion with Dan Berger, Alan Eladio Gómez, Garrett Felber, Toussaint Losier, Lydia Pelot-Hobbs, Tony Platt, and Heather Ann Thompson, Process: a blog for american history, septembre 2016, http://www.processhistory.org/prisoners-rights-1/.

15 Philippe Artières, Laurent Quéro, Michelle Zancarini-Fournel, Groupe d’information sur les prisons, archives d’une lutte, 1970-1972, Paris, Éditions de l’IMEC, 2003

16 Nadia, « Toutes ces femmes… une caricature : la prison », in Libération des femmes année zéro, Partisans, n°54-55, juillet-octobre 1970, p. 156.

17 Les Pétroleusesn° 2, 1974. Voir l’annexe n° 1 « Sélection de textes », n°7.

18 Linda R. Singer, « Women and the Correctional », American Criminal Law Review, Process 11 295 (1972-1973).

19 Freedman, E. B. (1974), Their Sisters’ Keepers: An Historical Perspective on Female Correctional Institutions in the United States: 1870-1900. Feminist Studies, 2(1), 77. doi:10.2307/3177698 

20 P. 4

21 Le Torchon brûle, n°1, mai 1971.

22 Pauline Delage, Violences conjugales : du combat féministe à la cause publique, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Domaine Genre », 2017, p. 27.

23 Caroline Rolland-Diamond, Black America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIXe-XXIe siècle), Paris, Éditions La Découverte, 2016, p. 401.

24 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

25 Pauline Delage, Violences conjugales  : du combat féministe à la cause publique, op. cit.

26 Kristin Bumiller, In an Abusive State. How Neoliberalism Appropriated the Feminist Movement against Sexual Violence, Durham, NC, Duke University Press, 2008.

27 CAP, journal du Comité d’action des prisonniers, n°38 juillet 1976.

28 Susan Brownmiller, Against our will. Men, women and rape, Simon & Schuster, 1975.

29 Angela Davis, Femmes, race et classe, Paris, Des femmes, 1983, p. 225.

30 Ibid., p. 218.

31 Caroline Rolland-Diamond, Black America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (xixe-xxie siècle), Paris, Éditions La Découverte, 2016, p. 426.

32 Caroline Rolland-Diamond, Black America : une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (XIXe-XXIe siècle), Paris, Editions La Découverte, 2016, p. 408. Voir également, Elsa Dorlin, « Introduction », in Elsa Dorlin (dir.), Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, 2008.

33 Marie Gottschalk, The prison and the gallows, the politics of mass incarceration in America, Cambridge University Press, 2006.

34 Elizabeth Bernstein, « Militarized Humanitarianism Meets Carceral Feminism: The Politics of Sex, Rights, and Freedom in Contemporary Antitrafficking Campaigns », Signs: Journal of Women in Culture and Society, 36, n° 1 (Autumn 2010), p. 45-71.

35 Abdellali Hajjat, La marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Amsterdam, 2013.

36 Nacira Guenif-Souilamas, Eric Macé, Les féministes et le garçon arabe, La Tour-d'Aigues

Éditions de l’Aube, 2004.

37 Laurent Mucchielli, Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques, contre-enquête sociologique, Paris, La Découverte, « Sur le vif », 2005.

38 Silyane Larcher, « the End of silence, the revival of Afrofeminism in Contemporary France », in Félix Germain et Silyane Larcher (dir.), Black French Women and the Struggle for Equality, 1848-2016, University of Nebraska Press, 2018.

39 Tyler Stovall, « A black Women’s Life in the struggle. Jean McNair in France », in Félix Germain et Silyane Larcher (dir.), op.cit. ; Sylvain Pattieu, Nous avons arpenté un chemin caillouteux, Paris, Plein jour, 2017.

40 Voir le numéro « Jean-Jacques de Félice, un avocat militant des droits de l’homme », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2015/1, n° 115 - 116.

41 Loïc Wacquant, « Symbiose fatale. Quand ghetto et prison se ressemblent et s'assemblent », Actes de la recherche en sciences sociales, 2001/4, n° 139, p. 31-52.

42 Tyler Stovall, « A black Women’s Life in the struggle. Jean McNair in France », in Félix Germain et Silyane Larcher (dir.), Black French Women and the Struggle for Equality, 1848-2016, University of Nebraska Press, 2018.

43 Angela Davis, La prison est-elle obsolète ?, La Laune, Au Diable Vauvert, 2014, p. 144.

44 Sylvain Pattieu, Nous avons arpenté un chemin caillouteux, Paris, Plein jour, 2017, p. 13.

45 Renée Felz, « Former Black Panther serving life sentence for murder denied release », The Guardian, 19 novembre 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture du livre Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6791/img-1.png
Fichier image/png, 244k
Titre Dessin non signé, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 7
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6791/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Titre Texte anonyme, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 16
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6791/img-3.png
Fichier image/png, 140k
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6791/img-4.png
Fichier image/png, 245k
Titre Friends of Assata Shakur and Sundiata Acoli, Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 27
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6791/img-5.png
Fichier image/png, 80k
Titre Community Release Organization : Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, p. 30
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6791/img-6.png
Fichier image/png, 84k
Titre Dessin non signé : Women Behind Bars: An Organizing Tool, Resources for Community Change, 1975, 49
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6791/img-7.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bérard, « « No Lady Prison didn’t improve me none ». Luttes anti-carcérales et luttes féministes après Attica », Criminocorpus [En ligne], Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (XXe-XIXe siècles, Amérique du Nord, Europe), Révolte, débats et stratégies, mis en ligne le 03 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6791

Haut de page

Auteur

Jean Bérard

Jean Bérard est maître de conférences à l’ENS Paris-Saclay, chercheur à l’Institut des sciences sociales du politiques (ISP).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page