Navigation – Plan du site
Révolte, débats et stratégies

Mobilisations de prisonniers et stratégie syndicale en France et aux États-Unis. Perspective sociohistorique

Joël Charbit

Résumés

Entre le début des années 1970 et la fin des années 1980, de nombreuses organisations de prisonniers adoptant une forme syndicale ont émergé, en France comme aux États-Unis. Des révoltes d’Attica à celles de Fleury-Mérogis, le recours à une stratégie syndicale met en lumière tant la dynamique des luttes de prisonniers et les tentatives de les fédérer que les tensions stratégiques que rencontrent ces mouvements. L’histoire des syndicats de prisonniers met également en perspective l’influence du droit et de la réponse institutionnelle sur le devenir de ces organisations qui, après une éclipse d’une quinzaine d’années, semblent aujourd’hui retrouver une actualité internationale.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

prison, syndicats, révoltes

Géographique :

France, États-Unis
Haut de page

Texte intégral

1Objet peu travaillé des sociologies qui s’intéressent à la prison et à la pénalité, la syndicalisation des prisonniers est pourtant un élément majeur des mobilisations carcérales, dont l’histoire, des deux côtés de l’Atlantique, est dense et complexe.

  • 1 Clarence R. Huff, « Unionization behind the walls », Criminology, vol. 12, n°2, 1974, p. 175-194.
  • 2 Thomas Mathiesen, The politics of abolition revisited, Londres, Routledge, 2015.
  • 3 Michael Fitzgerald, Prisoners in revolt, Londres, Penguin, 1977.
  • 4 Joël Charbit et Gwenola Ricordeau, « Syndiquer les prisonniers, abolir la prison », Champ pénal/Pen (...)

2En dépit de la rareté des travaux consacrés à cette dimension des luttes de prisonniers, plusieurs enquêtes et témoignages viennent donner un aperçu de l’importance historique de la stratégie syndicale. Clarence Ronald Huff1, criminologue étatsunien, a par exemple consacré une recherche historique dense à l’histoire des syndicats fondés par des prisonniers. Il en repère plusieurs dizaines à partir de 1970. En Europe du Nord, Thomas Mathiesen2 a détaillé les parcours de l’Organisation Centrale des Prisonniers Unis (FFCO) en Suède ainsi que d’organisations similaires en Norvège et au Danemark. Michael Fitzgerald3 analyse, dans le cas du Royaume-Uni, le parcours du syndicat Preservation of the Rights of Prisoners (PROP) dans le cadre d’une vague de mobilisations ayant touché de nombreux établissements au cours de l’année 1972. En France, plus tardivement, l’Association Syndicale des Prisonniers de France4 (ASPF) parvient, pendant deux ans, à concrétiser la revendication du droit à l’auto-organisation en prison.

  • 5 Kara Goad, « Columbia University and Incarcerated Worker Labor Unions under the National Labor Rela (...)
  • 6 En Anglais, le site internet de l’IWOC (https://incarceratedworkers.org/) regroupe de nombreuses in (...)

3Comme ces exemples le suggèrent, les syndicats de prisonniers sont particulièrement liés à une certaine période de l’histoire carcérale, les années 1970 et 1980, marquées par la force des mouvements issus des mobilisations carcérales dans ces différents pays. Entre révolte et syndicalisation, le lien semble exister dans de nombreux pays. Il ne s’agit pourtant pas uniquement d’un objet du passé. Une série d’exemples semble indiquer un renouveau de la stratégie syndicale dans les mouvements de prisonniers depuis le début de la décennie actuelle. En Argentine, on peut par exemple souligner en 2012 la création à Buenos Aires du Sindicato Único de Trabajadores Privados de la Libertad Ambulatoria (SÚTPLA) qui regroupe environ 800 membres. Ce syndicat a par ailleurs la spécificité d’être l’un des rares exemples d’organisation de prisonniers à bénéficier d’une reconnaissance institutionnelle, à la fois par les autorités pénitentiaires et par les syndicats extérieurs5. En Europe, la Gefangenengewerkschaft/Bundesweite Organisation en Allemagne (GG/BO), ainsi que la Bulgarian Prisoners’ Association (BPRA) sont fondées à deux ans d’écart, respectivement en 2014 et en 2016. En France, depuis décembre 2018, un Syndicat Pour la Protection et le Respect des Prisonniers (SPRP) a été créé depuis l’extérieur des prisons. Enfin, les deux grèves à forte tonalité syndicale ayant traversé le système carcéral étatsunien entre 2016 et 2018, qui comptent parmi les plus importantes mobilisations de l’histoire carcérale de ce pays, ont vu des organisations de prisonniers s’allier avec l’Incarcerated Workers Organizing Committee (IWOC), branche ad hoc du syndicat internationaliste Industrial Workers of the World (IWW)6.

Les dix revendications de la grève des prisonniers étatsuniens d’août-septembre 2018

Les dix revendications de la grève des prisonniers étatsuniens d’août-septembre 2018

4Ces nombreuses organisations sont nées, le plus souvent, dans des périodes marquées par le nombre et l’intensité des conflits en prison. Tenter de faire l’histoire de la stratégie syndicale, c’est donc s’interroger sur les mouvements de prisonniers et les formes qu’ont pu prendre leurs luttes au cours des années 1970 et 1980, mais également poser la question du moindre recours à cette forme de mobilisation après la fin de ces décennies jusqu’à son retour contemporain. De ce fait, il s’agit aussi de mettre en perspective le contexte politique et institutionnel dans lequel ces organisations ont émergé et évolué. En effet, outre les dynamiques propres des mobilisations de prisonniers (cf. infra), la réaction institutionnelle et l’état du droit dans chacun des pays ont un effet direct sur le devenir de ces organisations. L’angle qui sera privilégié ici est celui d’une socio-histoire de cette stratégie syndicale dans le cadre des mouvements de prisonniers, visant à comprendre tant le contexte dans lequel naît cette revendication puis cette pratique, les différents registres dans lesquels elle s’exprime ainsi que les controverses qu’elle a suscité tout au long de son histoire.

5Les éléments d’histoire et d’analyse de la stratégie syndicale présentés ici sont le fruit de travaux menés en commun avec Gwenola Ricordeau depuis 2015. Ils se centrent sur la comparaison entre dynamiques françaises et étatsuniennes, mais entendent mettre en avant des éléments de compréhension qui pourraient utilement être prolongées dans d’autres situations nationales, particulièrement dans une période marquée par le regain du recours à cette stratégie dans les mouvements de prisonniers contemporains.

Naissance et développement de la stratégie syndicale dans les mouvements de prisonniers en France et aux États-Unis

  • 7 Eric Cummins, The rise and fall of California Radical Prison Movement, Stanford, Standford Universi (...)
  • 8 The Prisoners Union, n.d., « Prisoners’ Unions ; Convicts, ex-convicts, and concerned individuals f (...)
  • 9 Les mises en parallèle du système carcéral étatsunien et du système plantationnaire se cristallise, (...)

6En France comme aux États-Unis, l’émergence du syndicalisme des prisonniers ne peut se comprendre qu’en replaçant cette pratique dans un contexte marqué par l’ampleur des révoltes carcérales. La première organisation syndicale retenue par l’historiographie carcérale étatsunienne émerge au mois de novembre 1971 : il s’agit de l’United Prisoners’ Union (UPU), dont la naissance coïncide avec la fin d’une grève de 19 jours des prisonniers de Folsom, en Californie7. L’organisation prolonge ainsi la dynamique de la mobilisation. Dans les termes du manifeste du syndicat, celui-ci a été créé afin de défendre les revendications des grévistes sur une base « plus organisée, plus cohérente et à long terme »8. « Les frapper au portefeuille » – l’un des mots d’ordre des prisonniers de Folsom – suppose de reconnaître le caractère industriel du travail carcéral, mis en parallèle avec les formes d’exploitation liées au système plantationnaire9. Il s’agit également de l’affirmation d’une identité collective distincte du stigmate de prisonnier – qu’il s’agisse de « convict class » (« classe des condamnés ») ou d’appartenance au mouvement ouvrier de manière plus générale.

  • 10 Philippe Artières, Attica, USA 1971, Cherbourg, Point du Jour, 2017.

7Si le syndicat centre donc son action sur les questions liées au travail pénal, il n’ignore pas d’autres domaines. Les revendications de l’UPU portent par exemple sur le maintien des liens familiaux et visent plus largement les droits des détenus en matière légale et judiciaire, mais également la circulation d’une information syndicale via la diffusion d’une publication ad hoc. Le contexte politique est alors marqué, géographiquement et historiquement, par la force et la répression des mouvements de libération noire, notamment le Black Panther Party. Ce contexte va de fait avoir une influence décisive sur la structuration du mouvement syndical des prisonniers. Le manifeste de l’UPU circule en effet dans une période marquée par l’arrestation et l’incarcération d’Angela Davis le 13 octobre 1971 et l’assassinat de George Jackson, le 21 août 1971, trois jours avant son procès. Cette série d’évènements, et plus largement l’imbrication entre luttes anticarcérales et mouvement de libération noire allaient précipiter la révolte d’Attica, le 13 septembre 197110 et marquer durablement les mouvements de prisonniers aux États-Unis. Au-delà de cette configuration idéologique, la nature, l’encadrement juridique et l’histoire politique du travail en prison aux États-Unis peuvent permettre de comprendre la convergence relative qui a animé les années 1970 entre syndicalisation des prisonniers et mouvements de libération noire. L’un des terrains de ce rapprochement se trouve dans la dénonciation du 13e amendement de la constitution étatsunienne. Adopté en 1865, celui-ci proscrit la pratique de l’esclavage sur tout le territoire placé sous la juridiction des États-Unis « sauf condamnation dûment prononcée ». La proximité entre mise au travail forcée des prisonniers et système plantationnaire est ainsi un trait caractéristique du discours des luttes des prisonniers étatsuniens.

  • 11 Donald F. Tibbs, From black power to prison power. The making of Jones V. North Carolina Prisoners’ (...)

8L’épisode inaugural que constitue la naissance de l’UPU est rapidement suivi par la diffusion, à l’échelle du pays entier, de la stratégie syndicale en prison. Donald Tibbs11 souligne à ce sujet que The Outlaw, la publication de l’UPU, est rapidement devenue le premier vecteur par lequel l'organisation a œuvré à la dissémination dans tout le pays de la stratégie syndicale, son lectorat dépassant largement les frontières de la Californie.

  • 12 La déclaration est reproduite dans Philippe Artières, Laurent Quéro et Michelle Zancarini-Fournel, (...)
  • 13 Voir, pour une étude historique du CAP et des tendances politiques qui le traversent, Christophe So (...)

9En France, le recours à la stratégie syndicale dans les mobilisations de prisonniers apparaît dans la même temporalité. Les prémices de ce type de mobilisation peuvent se lire dans la « déclaration à la presse et aux pouvoirs publics » des prisonniers de la maison centrale de Melun, en 197212. Dans ce texte, les rédacteurs affirment leur volonté d’accompagner un processus réformateur qu’ils jugent indispensable, mais mettent en avant un principe fondamental qui est présenté comme un préalable à toute négociation entre les détenus mobilisés et les autorités carcérales : « la réinsertion des prisonniers ne saurait être l’œuvre que des prisonniers eux-mêmes ». En vertu de quoi, les rédacteurs de la déclaration affirment « la nécessité impérieuse d’instituer dans les prisons […] un comité de prisonniers responsables, élus démocratiquement par l’ensemble de la population pénale de chaque établissement », dont les « délégués auront droit de dialogue avec la Direction ainsi que la possibilité de parler et de revendiquer des points précis au nom de l’ensemble des détenus sans se trouver pour autant considérés comme des meneurs ». On retrouve plusieurs des prisonniers de Melun lors de la création, toujours en 1972, du Comité d’Action des Prisonniers (CAP). Celui-ci infléchit néanmoins la revendication originelle d’une participation des personnes détenues en mettant en avant la nécessité de conquérir le droit de créer ou de rejoindre une association en prison. Le constat que formule le CAP se comprend à partir de l’échec des premières tentatives pacifiques d’accompagner, par la formation de comités de prisonniers, la réforme du régime carcéral13. Ce n’est qu’en 1985 que naîtra l’éphémère Association Syndicale des Prisonniers de France (ASPF), organisée à Fleury-Mérogis et présidée par Jacques Gambier, avec le soutien de la fédération anarchiste. Si elle regroupe à son apogée plus de 300 adhérents, elle cesse d’opérer deux ans plus tard, paralysée par la censure administrative et la controverse qu’elle a suscitée parmi les mouvements de prisonniers et les militants abolitionnistes.

  • 14 Clarence R. Huff, op. cit., p. 104. Les références suivantes à l’OPLU sont tirées de ce chapitre de (...)
  • 15 Donald F. Tibbs, op. cit., p. 122

10Dans les années qui suivent, le recours à la stratégie syndicale connaît une forte progression aux États-Unis tandis qu’en France, la revendication du CAP ne parvient pas à s’imposer. Aux États-Unis, plusieurs dizaines de syndicats s’organisent dans plus d’une quinzaine d’États, selon Clarence R. Huff14. L’activisme de l'UPU, devenu le Prisoners Union (PU), se traduit par le soutien qu’il apporte aux initiatives, locales ou éloignées, de développement de l’action syndicale en prison. Par exemple, il mène une levée de fonds à hauteur de 3000$15 pour envoyer deux représentants, J. D. Richardson et Connor Nixon, pendant 70 jours, d’un État à l’autre afin de soutenir les efforts locaux d’organisation des prisonniers. Dans ce contexte, le mouvement syndical des prisonniers poursuit son extension. Dans l’Ohio, par exemple, les premières tentatives de négociation avec le gouverneur de l’État à la suite d’une grève d’ampleur historique, en 1972, donnent lieu à la création de l’Ohio Prisoners Labor Union (OPLU), au mois de juillet de la même année. En avril 1973, l’OPLU, encore en phase organisationnelle, rencontre les envoyés du premier syndicat californien qui auront une large influence sur son développement. Dès le jour de l’ouverture de ses bureaux à Colombus, le syndicat fait parvenir au gouverneur de l’Ohio une pétition par laquelle 1,500 prisonniers l’informent du fait que le syndicat doit être considéré comme leur représentant exclusif. L’OPLU initie plusieurs grèves de grande ampleur et cherche alliance avec des syndicats extérieurs pour l’obtention d’un salaire minimum, le développement de la formation professionnelle, la formation du personnel ou encore la sécurisation des lieux de travail. Néanmoins, face à la répression administrative, l’organisation sera rapidement paralysée et ses forces déclineront de manière continue à partir de la seconde moitié de l’année 1973, au point que Huff souligne, en 1974, que les surveillants en parlent déjà au passé.

  • 16 Les citations suivantes, dans ce paragraphe, sont extraites des numéros 3 et 7 et du Journal des Pr (...)

11Dans la France des années 1970, le CAP reste l’acteur majeur de la diffusion de la stratégie syndicale dans les mouvements de prisonniers. L’organisation se fait régulièrement l’écho des tentatives d’auto-organisation des prisonniers à travers le pays. Dans ses premières années, l’organisation affirme son ouvriérisme. Dans le troisième numéro du journal du CAP16, Claude Vaudez, l’un de ses fondateurs, affirme l’orientation syndicaliste de l’organisation et appelle au rapprochement avec les organisations de travailleurs à l’extérieur, tout en prenant ses distances face aux bureaucraties syndicales. Toujours à Melun, le rapprochement avec un modèle de lutte syndical se fait sentir. Le journal du CAP se fait l’écho d’une nouvelle grève, organisée en 1973, en précisant que celle-ci, « à l’exemple des ouvriers de l’extérieur », observe « le délai de préavis fixé par certaines entreprises ». Cette grève, explique-t-il, porte sur la revendication du SMIC. Mais au-delà d’une revendication sur le travail pénal, le CAP souligne qu’il s’agit avant tout de restaurer « la dignité du prisonnier comme travailleur et, par-delà le travail, comme personne humaine », tout en défendant les principes que l’organisation veut reprendre à son compte : « Unité dans l'action, discipline, courage calme, non-violence ». Néanmoins, une distinction s’établit progressivement dès les premiers numéros du journal. D’une part, le CAP développe une argumentation le situant clairement dans une perspective syndicale ouvriériste, défendant les « ouvriers détenus » sur la base d’une appartenance de classe et revendiquant, à ce sujet, le droit de se syndiquer au même titre que celui de faire grève ou de bénéficier des règlementations extérieures concernant les accidents de travail. Mais d’autre part, la revendication du droit de s’associer s’autonomise par rapport aux aspects les plus directement liés au travail pénal. En d’autres termes, lorsque l’organisation décline le 11e point de sa plateforme de revendication, le « droit d’association sur les prisons », elle ne fait que marginalement référence au travail en prison.

12L’organisation met en avant l’aspect stratégique de cette revendication, qu’elle qualifie de « gros morceau » de sa lutte. L’association et le syndicat sont, pour le CAP, la condition nécessaire d’une transformation des mouvements de prisonniers à trois niveaux. D’une part, ces outils sont nécessaires à la sécurisation des conquêtes des luttes précédentes, en permettant d’échapper au cycle des mutineries et des répressions. D’autre part, ils permettent la résistance à l’individualisation du traitement pénal et à l’atomisation des prisonniers dans leurs relations quotidiennes avec l’administration pénitentiaire. Enfin, ils portent en eux la possibilité de répondre à la stigmatisation dont les prisonniers sont l’objet par l’affirmation de leur dignité collective et de leur « droit à la responsabilité ».

La stratégie syndicale en prison face au droit

13Les organisations qui émergent à cette époque partagent plusieurs caractéristiques. Elles naissent, dans les deux pays, dans des contextes juridiques flous. Ni en France ni aux États-Unis, le droit syndical des prisonniers n’a été tranché positivement. Elles font face, de ce fait, à diverses mesures de répression, formelles, sous la forme de censure du courrier ou informelles (représailles individuelles, transferts). Dans les deux cas, les organisations vont anticiper cette répression ou y répondre une fois qu’elle s’est manifestée, en adoptant une structure bicéphale, avec un « bureau extérieur », implanté hors des prisons, venant suppléer le bureau « intérieur » en cas d’empêchement. Néanmoins, en fonction de leurs buts, de leurs stratégies, elles vont adopter des positionnements idéologiques et stratégiques variés, parfois controversés au sein même des mouvements de prisonniers, et vont investir la sphère juridique de différentes manières. En d’autres termes, les syndicats de prisonniers en France et aux États-Unis ont en commun de devoir répondre à trois interrogations stratégiques qui se posent dans le cadre des luttes de prisonniers dans ces deux pays, celle de l’alternative entre réformisme et abolitionnisme, de la stratégie de lutte et des modalités de l’organisation collective. Cependant, ils le font dans des configurations juridiques et politiques différentes qui pèsent sur la trajectoire de la stratégie syndicale.

14Aux États-Unis, la multiplicité de ces organisations permet des distinctions plus précises, avec des syndicats déployant des objectifs et des moyens d’action variés, certaines étant centrées sur le travail carcéral et d’autres promouvant une remise en cause plus large de la prison et/ou de la pénalité, qu’elle soit réformiste ou abolitionniste. En France, l’Association Syndicale des Prisonniers de France (ASPF) développe des revendications sur le travail, mais elle se veut avant tout un syndicat abolitionniste et un outil de conquête du droit d’association. Dans les statuts de l’ASPF déposés à la préfecture de police de Paris le 15 avril 1985, l’objet social de l’association est exprimé dans les termes suivants :

  • 17 « Statuts de l’Association Syndicale des Prisonniers de France », archives personnelles de l’auteur

« L’Association Syndicale des Prisonniers de France (ASPF) regroupe en priorité des détenus dans les prisons françaises quelles que soient leurs nationalités, mais recherche aussi la participation de tous ceux qui désirent faire progresser le libre exercice du droit fondamental d’association à l’intérieur des prisons et sont sensibilités au problème de la représentativité des détenus par eux-mêmes17. »

15Une des premières questions stratégiques auxquelles ces organisations sont confrontées, en plus de l’hostilité pénitentiaire, est celle du droit. Une partie des syndicats étatsuniens et l’ASPF en France vont ainsi s’investir dans la défense de la légalité de leur action, mais de différentes manières.

  • 18 Anonyme (« Commission Étienne Bloch »), « Étude sur droit associatif en milieu carcéral », n.d. Fon (...)

16En France, cet investissement du terrain du droit se fait principalement à travers la mise en place d’une commission ad hoc en soutien de l’ASFPF. Celle-ci prend le nom de Commission d’Étude sur le Droit Fondamental d’Association, dite « Commission Bloch », du nom de son président, Étienne Bloch, ancien juge de l’application des peines et membre fondateur du Syndicat de la Magistrature. Dans ses travaux, la commission souligne la non-application des propositions réformatrices qui, depuis la naissance de la prison, ont entendu affirmer la nécessité du respect des divers droits politiques et sociaux des prisonniers. L’« Étude sur le droit associatif en milieu carcéral »18, résultant des travaux de cette commission, se base ainsi sur le droit existant pour réclamer l’application des différentes orientations réformatrices exprimées à la suite des révoltes des années 1970 ainsi que la mise en place de « concertations positives » entre association socioculturelle, syndicat et direction d’établissement. L’étude souligne également, à partir de l’analyse des dispositions encadrant l’exercice du droit d’association, que celui-ci ne peut légitimement être retiré à un prisonnier du seul fait de son incarcération. De la même manière, l’ASPF choisit Élisabeth Auerbacher comme avocate principale et lance un appel aux différentes professions judiciaires visant à s’assurer de disposer de soutiens en la matière, tentant même d’interpeller « Maître François Mitterrand », en 1985, afin que celui-ci accepte de « défendre les intérêts » de l’ASPF « face aux mesures arbitraires que ne cesse de prendre l’Administration Pénitentiaire » contre le syndicat.

  • 19 Martine Herzog-Evans, « Le droit en prison », Projet, n° 269, 2002/1, p. 87-95.

17Néanmoins, c’est principalement sur le terrain politique et syndical que l’ASPF cherche à établir sa légitimité. De fait, l’attitude de la justice administrative française quant à la prison ne laisse que peu de place aux éventuelles revendications de l’organisation. En effet, ce n’est que dix ans après la naissance du syndicat que l’on situe classiquement l’ouverture des recours aux personnes détenues sur les décisions administratives les affectant, notamment sur les procédures disciplinaires, avec les arrêts Hardouin et Marie rendus par le Conseil d’État le 17 février 199519.

18À l’inverse, aux États-Unis, le développement de la stratégie syndicale coïncide avec une plus grande ouverture des tribunaux aux actions en justice visant les mesures prises par les établissements. La décision Procurier v. Martinez, en 1974 constitue à ce titre une confirmation par la Cour Suprême d’un revirement de jurisprudence par rapport à la doctrine précédente de non-ingérence (« hands off doctrine »). Dans cette décision, la Cour Suprême déclare inconstitutionnel un règlement adopté par les services pénitentiaires californiens. Ce dernier entendait restreindre les modalités de rencontre entre les avocats et leurs clients. Par ailleurs, la Cour souligne dans sa décision que la correspondance entre les prisonniers et l’extérieur ne peut être retenue par les établissements sur le seul motif qu’elle exprime des critiques sur la gestion d’une prison ou le système carcéral dans son ensemble.

19À partir de l’ouverture de cette brèche, de nombreux syndicats vont ainsi combattre en justice les mesures prises à leur encontre par les autorités pénitentiaires locales, notamment la retenue ou la censure du courrier. Cet investissement du terrain du droit, dans un premier temps, donne lieu à plusieurs victoires de syndicats des prisonniers. Néanmoins, cette stratégie va connaître un revers majeur à l’occasion d’une nouvelle décision, en 1977, dans un litige opposant la North Carolina Prisoners Labor Union (NCPLU), fondée quatre ans plus tôt, et le directeur du département des services correctionnels de cet État, David L. Jones. Dans cette décision, la Cour Suprême refuse d’intervenir en faveur du syndicat lorsque celui-ci, au nom de la protection de son activité syndicale par le premier amendement de la constitution étatsunienne, attaque un règlement limitant le recours à l’envoi de courriers multiples (« bulk mailing »). Par sa décision, la Cour Suprême choisit de rétablir, sur ces aspects, la doctrine traditionnelle visant à laisser ces questions à l’appréciation des services pénitentiaires.

20Cette décision de la Cour Suprême est loin d’être anecdotique. Elle signe l’échec de la stratégie de défense juridique des syndicats de prisonniers. Devant l’absence de protection spécifique liée au premier amendement de la constitution étatsunienne, l’action et le nombre de ces syndicats, dont certains avaient investi une large partie de leurs ressources humaines et financières dans l’arène juridique, décroissent rapidement.

Controverses politiques autour des organisations syndicales de prisonniers

21Outre le contexte juridique dans lequel il se développe, le syndicalisme des prisonniers met également en lumière une série de controverses stratégiques et de dilemmes tactiques au sein des mouvements de prisonniers.

  • 20 Eric Cummins, op. cit., p. 203. Les citations suivantes d’Eric Cummins sont extraites de ce même ch (...)
  • 21 John Irving, Prisons in turmoil, Boston, Little Brown & Co, 1980.

22Aux États-Unis, l’orientation réformatrice et le constitutionnalisme de l’UPU font débat au sein des mouvements de prisonniers et des organisations militantes proches du syndicat. Dès les prémices du vaste mouvement de création de ce type d’organisation dans les prisons du pays, des controverses émergent ainsi autour des questions de la stratégie légale et juridique du syndicat, mais également de son rapport aux forces révolutionnaires particulièrement vives à cette époque en Californie. Comme le rappelle Eric Cummins, le discours de l’UPU des origines était clairement « influencé par une analyse de classe »20, le syndicat multipliant les références à l’esclavage des prisonniers et insistant sur leur droit à l’auto-organisation pour mener un combat de classe. Néanmoins, le syndicat évite consciencieusement toute rhétorique marxiste, qu’il pense alors stratégiquement contreproductive, s’opposant aux « idéologues ». Or, comme le souligne l’auteur, « cette résistance à adopter un discours révolutionnaire allait rapidement pousser le syndicat à entrer en collision avec d’autres groupes radicaux, marxistes et maoïstes, de la baie de San Francisco ». John Irwin, sociologue et ancien prisonnier, membre de l’UPU, a livré un important témoignage de cette époque et de ces controverses dans son ouvrage Prisons in turmoil21. La dissension interne sur ce point entraîne la naissance de nouvelles organisations syndicales adoptant un discours et des stratégies tranchant avec le moment inaugural de la stratégie syndicale aux États-Unis. Ainsi, l’UPU des origines connaît une scission en 1973. Résumant l’enjeu de la controverse, Eric Cummins souligne qu’il s’agissait en fait de « savoir ce que veut exactement dire un syndicat », à travers deux débats. Le premier porte sur le caractère nécessaire ou contreproductif d’une stratégie basée sur la multiplication des arrêts de travail et des campagnes de protestation à grande échelle. Le deuxième débat avait comme enjeu de savoir si l’organisation devait chercher alliance avec les autres groupes radicaux visant à l’abolition de l‘État.

  • 22 Voir Joël Charbit et Gwenola Ricordeau, « Syndiquer les prisonniers, abolir la prison », op. cit.

23L’exemple de l’ASPF est également émaillé par des dynamiques de conflits et de controverses qui vont largement peser sur sa trajectoire. Dès l’annonce de la création de ce syndicat, plusieurs groupes abolitionnistes (notamment autour de l’émission Parloir Libre, du journal Otages ou du groupe Oc Cangaceiros22) font preuve d’une sorte de méfiance à son égard, concernant notamment le risque de collusion du syndicat et de l’institution.

  • 23 Le débat est reproduit dans son intégralité dans le n° 576 du Monde Libertaire, en date du 23 mai 1 (...)

24Le 30 avril 1985, sur les ondes de Radio Libertaire, la radio de la Fédération Anarchiste (FA), ses membres organisent une discussion entre Jean Lapeyrie, secrétaire de l’ASPF et ancien du CAP, Jacques Lesage de La Haye, psychothérapeute et ancien prisonnier proche du Groupe d’Information sur les Prisons (GIP) puis du CAP, et Maurice Joyeux, l’une des principales figures de la FA. Les intervenants affirment le « caractère révolutionnaire » de la mise en place de cette forme d’auto-organisation des prisonniers. Maurice Joyeux salue la prise de conscience des prisonniers qui « se rassemblent, comprennent qu’il faut lutter, que les efforts de chacun, les uns après les autres, aboutissent à quelque chose ». Jean Lapeyrie, de son côté, entend lever les réserves évoquées au sein des mouvements de prisonniers, et notamment l’inquiétude qu’une syndicalisation des prisonniers n’aboutisse « à la répression autogérée au profit de la gauche ». Les invités apportent de multiples réponses à cette ambiguïté fondamentale. Maurice Joyeux insiste par exemple sur la non-ingérence de la fédération anarchiste dans les luttes de prisonniers, tandis que Jacques Lesage de La Haye, tout en reconnaissant qu’« un syndicat n’est pas révolutionnaire, sauf dans la tradition anarcho-syndicaliste », déclare : « ce qui est révolutionnaire, pour moi, c’est de créer un syndicat ». Jean Lapeyrie, enfin, insiste sur le fait que la politique de l’ASPF sera déterminée par les détenus eux-mêmes, à qui il revient de « préciser la dynamique du mouvement »23.

25L’ASPF est un syndicat abolitionniste, mais sa lecture de la situation des prisons françaises, dans une période marquée par de nombreuses révoltes à travers le pays et une forte répression, l’incite à clarifier sa stratégie. Comme le soulignent Jacques Lesage de la Haye et Jacques Gambier, à l’occasion de deux entretiens menés en 2013 et 2014 dans le cadre de ma thèse, l’organisation sous la forme syndicale impliquait un tout autre mode de lutte que celui des mutineries. Pour l’administration pénitentiaire, un syndicat de prisonniers :

« C'était très très dangereux, c'était de la subversion à l'état pur et sur le long terme, et ils n’étaient pas trop inquiets pour ces mutineries, même si ça les affolait un peu quand même, parce qu’ils avaient l'expérience de 1974, et ils savaient qu'en envoyant la troupe, c'était maté rapidement. Ensuite, les gars étaient transférés ou mis à l'isolement ou mis au mitard, et après, on désignait les meneurs, qui devenaient les otages et qui donc étaient condamnés avec des peines non confusionnables, comme les évasions. »

26Et, pour le président-détenu, cela impliquait de se distinguer d’approches plus radicales de la lutte contre la prison :

« Écoutez, moi j’ai rien contre le fait de monter sur les toits. Je l’ai fait à une époque. En 1974, j’ai participé aussi, mais à chaque fois ça n’a débouché sur rien. On a eu de la répression, c’est tout. Il n’y a rien d’autre à dire. À part avoir pété les plombs parce qu’on en avait ras-le-bol, on pétait tout, et après, qu’est-ce qui se passait ? Rien du tout. Que de la répression : des transferts, des mitards, etc. Alors on a décidé de se poser en légalistes de façon à pouvoir dialoguer avec les personnes concernées. »

  • 24 Le CAP-J est présenté par Christophe Soulié, dans son ouvrage Liberté sur Paroles déjà cité, comme (...)
  • 25 Parloir Libre est une émission anticarcérale hebdomadaire diffusée sur différentes radios libres à (...)

27Le débat se structure alors autour d’une question résumée par Jean Lapeyrie dans la revue du CAP-J, groupe fondé à la suite de l’autodissolution du CAP en 198024 : « Pour les prisonniers, organisations clandestines ou associations déclarées ? » Assez rapidement, le légalisme de l’ASPF et sa quête de légitimité dans et hors du champ carcéral l’ont amenée à prendre explicitement ses distances avec une partie des mouvements de prisonniers. Plus particulièrement, le 13 mai 1985, l’ASPF dénonce un appel à la grève de la faim concernant Fleury-Mérogis. L’association argue que celui-ci émane d’acteurs extérieurs à la prison et lui oppose sa légitimité à représenter les prisonniers. L’ASPF fait alors l’objet d’un rejet grandissant de la part des principaux groupes abolitionnistes, parmi lesquels ceux réunis autour de l’émission Parloir Libre25. Démarre alors une intense controverse qui va, non seulement précipiter la disparition de l’ASPF, mais plus largement entraîner un recul durable de l’idée syndicale dans les luttes de prisonniers.

L’ASPF et ses critiques : Communiqué de l’association du 13 mai 1985

L’ASPF et ses critiques : Communiqué de l’association du 13 mai 1985

L’ASPF et ses critiques : Réponse parue dans le premier numéro du journal anticarcéral Venceremos [non daté, 1985]

L’ASPF et ses critiques : Réponse parue dans le premier numéro du journal anticarcéral Venceremos [non daté, 1985]

28La même situation se retrouve aux États-Unis et en Europe du Nord, où les syndicats échappent difficilement à la mise en question de leur positionnement dans le dilemme entre respectabilité et soutien aux luttes de prisonniers. Dans certaines situations, détaillées par Mathiesen, ces syndicats ont pu faire l’objet d’une internalisation les conduisant à fonctionner sur le modèle des comités de détenus, troquant l’affirmation d’un conflit d’intérêt entre prisonniers et autorités carcérales pour celle d’un intérêt commun.

Conclusion

29La constitution d’organisations de prisonniers, sous la forme associative ou syndicale, représente un registre d’action et d’expression politique qui se cristallise au tournant des années 1970, en France comme aux États-Unis.

30Si la revendication se retrouve chez les mutins d’Attica, elle fait écho plus généralement aux enjeux stratégiques que soulèvent la généralisation et la collectivisation des résistances en prison en Europe comme aux États-Unis. Dans les deux pays évoqués, le mouvement syndical des prisonniers a pris des formes différentes, mais les débats et controverses auxquels la stratégie syndicale a pu donner lieu soulignent la fragilité de ce type d’organisations et la complexité de son positionnement. Celui-ci tient à la fois aux buts du syndicat, abolitionniste ou réformiste, à la relation qu’il entretient au droit et à la légalité ainsi qu’à la nature des alliances politiques et stratégiques que les syndicats sont en mesure de nouer avec des organisations extérieures.

  • 26 Mary S. Bosworth, Encyclopedia of Prisons and Correctional Facilities, SAGE, 2005, p. 763.
  • 27 L’extrait d’une des déclarations de ce groupe est reproduite dans le n°19 du journal du CAP, extrai (...)
  • 28 Voir Donald F. Tibbs, op. cit., p. 137.
  • 29 Voir à ce sujet Gérard Delteil, Prisons : dossiers brûlants, Paris, Le Carroussel, 1986, p. 299.

31Il reste encore beaucoup à écrire sur cette stratégie syndicale, à la fois pour prendre en compte d’autres situations nationales, mais également pour examiner de manière critique la manière dont cette mémoire est retenue et transmise. Ainsi, les exemples cités dans cet article concernent des syndicats d’hommes détenus. Dans les travaux peu nombreux examinant les syndicats de prisonniers, seule une petite minorité prend en compte le recours à cette stratégie par les femmes détenues, et le rôle des femmes dans la construction plus générale de ces organisations est souvent invisibilisé. Dans le premier cas, Mary Bosworth souligne que « si la plupart des syndicats ont été fondés dans des prisons d’hommes » au cours des années 1970, les prisonnières de Bedford Hills, dans l’État de New York, et du centre de détention pour femmes de Wahsington ont eu recours à la stratégie syndicale et ont fondé leurs propres organisations26. En France, le CAP fait rapidement mention de l’existence et des revendications du Front d’Action Révolutionnaire des Femmes de Fleury27, sur lequel peu d’informations existent. Concernant le second point, Donald Tibbs souligne, concernant la NCPLU, qu’après une première tentative d’organisation qui s’est soldée par un échec retentissant au bout de quelques mois, le syndicat ne prend forme que grâce à l’intervention de Robbie Pruner. Activiste et étudiante, cette dernière a organisé de l’extérieur une levée de fonds particulièrement importante, à hauteur de 14.000$, dont elle a reversé l’intégralité au syndicat alors que sa renaissance semblait impossible. Elle restera le principal soutien et la cheville ouvrière de la seconde NCPLU tout au long de son histoire28. De la même manière, parmi les figures principales de l’ASPF et outre ses deux présidents, Annie Guilleau, d’abord fondatrice du comité de soutien à Jacques Gambier, sera trésorière de l’association dès ses premiers moments29.

32L’histoire des syndicats de prisonniers est donc loin d’être close, que le regard se porte vers le passé ou vers la vitalité présente de cette stratégie. Elle incite en outre à penser la complexité historique des mouvements de prisonniers tout en suggérant, en creux, un regard de biais sur le constat récurrent d’une perte de vitesse de l’idée syndicale.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Artières Philippe, Attica, USA 1971, Cherbourg, Point du Jour, 2017.

Artières Philippe, Quéro Laurent et Zancarini-Fournel Michelle, Le Groupe d’Information sur les Prisons : archives d’une lutte (1970-1972), Paris, IMEC, 2003.

Bosworth Mary S., Encyclopedia of Prisons and Correctional Facilities, SAGE, 2005, p. 763.

Charbit Joël et Ricordeau Gwenola, « Syndiquer les prisonniers, abolir la prison », Champ pénal/Penal Field, n° 12, 2015 [En ligne]. URL : https://champpenal.revues.org/9124

Charbit Joël et Ricordeau Gwenola, « La grève des prisonniers aux États-Unis », La vie des idées, 2018, [En ligne]. URL : https://laviedesidees.fr/La-greve-des-prisonniers-aux-Etats-Unis.html

Cummins Eric, The rise and fall of California Radical Prison Movement, Stanford, Standford University Press, 1994, p. 202.

Delteil Gérard, Prisons : dossiers brûlants, Paris, Le Carroussel, 1986, p. 299.

Fitzgerald Michael, Prisoners in revolt, 1977, Londres, Penguin.

Goad Kara, « Columbia University and Incarcerated Worker Labor Unions under the National Labor Relations Act », Cornell Law Review, vol. 103, n° 1, 2017, p.177-204.

Herzog-Evans Martine, « Le droit en prison », Projet, n° 269, 2002/1, p. 87-95.

Huff Clarence R., « Unionization behind the walls », Criminology, vol. 12, n° 2, 1974, p. 175-194.

Irving John, Prisons in turmoil, Boston, Little Brown & Co, 1980.

Mathiesen Thomas, The politics of abolition revisited, Londres, Routledge, 2015.

Soulié Christophe, Liberté sur paroles. Contribution à l’histoire du Comité d’Action des Prisonniers, Bordeaux, Éditions Analis, 1995.

The Prisoners Union, « Prisoners’ Unions ; Convicts, ex-convicts, and concerned individuals fighting to promote and uphold the rights and welfare of California Prisoners », The Freedom Archives [En ligne].

Tibbs Donald F., From black power to prison power. The making of Jones V. North Carolina Prisoners’ Labor Union, New York, Palgrave Macmillan, 2012.

Haut de page

Notes

1 Clarence R. Huff, « Unionization behind the walls », Criminology, vol. 12, n°2, 1974, p. 175-194.

2 Thomas Mathiesen, The politics of abolition revisited, Londres, Routledge, 2015.

3 Michael Fitzgerald, Prisoners in revolt, Londres, Penguin, 1977.

4 Joël Charbit et Gwenola Ricordeau, « Syndiquer les prisonniers, abolir la prison », Champ pénal/Penal Field, n°12, 2015, [En ligne]. URL : https://champpenal.revues.org/9124

5 Kara Goad, « Columbia University and Incarcerated Worker Labor Unions under the National Labor Relations Act », Cornell Law Review, vol. 103, n° 1, 2017, p. 177-204.

6 En Anglais, le site internet de l’IWOC (https://incarceratedworkers.org/) regroupe de nombreuses informations sur ces deux grèves. En français : Joël Charbit et Gwenola Ricordeau, « La grève des prisonniers aux États-Unis », La vie des idées, 2018 [En ligne]. URL : https://laviedesidees.fr/La-greve-des-prisonniers-aux-Etats-Unis.html

7 Eric Cummins, The rise and fall of California Radical Prison Movement, Stanford, Standford University Press, 1994, p. 202.

8 The Prisoners Union, n.d., « Prisoners’ Unions ; Convicts, ex-convicts, and concerned individuals fighting to promote and uphold the rights and welfare of California Prisoners », The Freedom Archives [En ligne].
URL : https://freedomarchives.org/

9 Les mises en parallèle du système carcéral étatsunien et du système plantationnaire se cristallise, aujourd’hui encore, autour du 13e amendement de la constitution étatsunienne, qui dispose : « Ni esclavage ni servitude involontaire, si ce n'est en punition d'un crime dont le coupable aura été dûment condamné, n'existeront aux États-Unis ni dans aucun des lieux soumis à leur juridiction ».

10 Philippe Artières, Attica, USA 1971, Cherbourg, Point du Jour, 2017.

11 Donald F. Tibbs, From black power to prison power. The making of Jones V. North Carolina Prisoners’ Labor Union, New York, Palgrave Macmillan, 2012.

12 La déclaration est reproduite dans Philippe Artières, Laurent Quéro et Michelle Zancarini-Fournel, Le Groupe d’Information sur les Prisons : archives d’une lutte (1970-1972), Paris, IMEC, 2003.

13 Voir, pour une étude historique du CAP et des tendances politiques qui le traversent, Christophe Soulié, Liberté sur paroles. Contribution à l’histoire du Comité d’Action des Prisonniers, Bordeaux, Éditions Analis, 1995.

14 Clarence R. Huff, op. cit., p. 104. Les références suivantes à l’OPLU sont tirées de ce chapitre de l’étude.

15 Donald F. Tibbs, op. cit., p. 122

16 Les citations suivantes, dans ce paragraphe, sont extraites des numéros 3 et 7 et du Journal des Prisonniers, le journal du CAP. Les archives du CAP sont déposées à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine. Voir en particulier le fonds « Comité d’Action des Prisonniers », France, Nanterre, BDIC, F Delta 702.

17 « Statuts de l’Association Syndicale des Prisonniers de France », archives personnelles de l’auteur.

18 Anonyme (« Commission Étienne Bloch »), « Étude sur droit associatif en milieu carcéral », n.d. Fonds Étienne Bloch, France, Paris, Institut d’Histoire du Temps Présent, ARC 3017.

19 Martine Herzog-Evans, « Le droit en prison », Projet, n° 269, 2002/1, p. 87-95.

20 Eric Cummins, op. cit., p. 203. Les citations suivantes d’Eric Cummins sont extraites de ce même chapitre.

21 John Irving, Prisons in turmoil, Boston, Little Brown & Co, 1980.

22 Voir Joël Charbit et Gwenola Ricordeau, « Syndiquer les prisonniers, abolir la prison », op. cit.

23 Le débat est reproduit dans son intégralité dans le n° 576 du Monde Libertaire, en date du 23 mai 1985, sous le titre « Entretien à propos de l’ASFP ».

24 Le CAP-J est présenté par Christophe Soulié, dans son ouvrage Liberté sur Paroles déjà cité, comme une « cellule de réflexion et d’action, centrée sur tous les problèmes que rencontre un individu ou un groupe face à l’institution judiciaire » (p. 248). Il est notamment animé par Jean Lapeyrie, ancien du CAP, et regroupe également plusieurs avocats et magistrats, et tout particulièrement Étienne Bloch, ancien juge de l’application des peines, et Elizabeth Auerbacher, qui deviendra le principal conseil de l’ASPF.

25 Parloir Libre est une émission anticarcérale hebdomadaire diffusée sur différentes radios libres à partir de 1985. En complément de l’émission, un journal nommé Venceremos paraît entre 1985 et 1986.

26 Mary S. Bosworth, Encyclopedia of Prisons and Correctional Facilities, SAGE, 2005, p. 763.

27 L’extrait d’une des déclarations de ce groupe est reproduite dans le n°19 du journal du CAP, extrait des archives mentionnées supra.

28 Voir Donald F. Tibbs, op. cit., p. 137.

29 Voir à ce sujet Gérard Delteil, Prisons : dossiers brûlants, Paris, Le Carroussel, 1986, p. 299.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les dix revendications de la grève des prisonniers étatsuniens d’août-septembre 2018
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre L’ASPF et ses critiques : Communiqué de l’association du 13 mai 1985
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6830/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre L’ASPF et ses critiques : Réponse parue dans le premier numéro du journal anticarcéral Venceremos [non daté, 1985]
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/6830/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Charbit, « Mobilisations de prisonniers et stratégie syndicale en France et aux États-Unis. Perspective sociohistorique », Criminocorpus [En ligne], Attica ! Attica ? Dynamiques des révoltes dans les prisons (XXe-XIXe siècles, Amérique du Nord, Europe), Révolte, débats et stratégies, mis en ligne le 03 décembre 2019, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6830

Haut de page

Auteur

Joël Charbit

Joël Charbit est docteur en sociologie de l’université Lille 1 et chercheur associé au CLERSE (UMR 8019). Après une thèse sur la participation des personnes détenues au gouvernement des prisons en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ses travaux actuels portent sur l’européanisation des politiques pénitentiaires et l’histoire comparée des systèmes carcéraux français et étatsuniens. Dernières publications : «Des organisations improbables : une analyse comparée des syndicats de prisonniers en France et aux États-Unis » (avec Gwenola Ricordeau), Participations, n° 2018/3, (sous presse) ; « La participation des personnes détenues à la gestion de la prison ; aspects historiques et empiriques d’une institutionnalisation introuvable », Déviance et Société, vol. 42, n°1, 2018, p. 207-236 ; « Le droit d’expression collective des prisonnier.e.s. : Entre auto-organisation et projets réformateurs », Mouvements, n° 88, 2016, p. 109-116.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page