Navigation – Sitemap

Camille Lancelevée, David Scheer, La prison. Réalités et paradoxes

Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2019, 63 p.
Jean-Lucien Sanchez
Version(en):

Camille Lancelevée, David Scheer, La prison. Réalités et paradoxes, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2019, 63 p.

Volltext

1L’ouvrage de Camille Lancelevée et David Scheer constitue une synthèse très renseignée des principales recherches et études contemporaines menées sur la prison. Spécialistes de sociologie carcérale, ils ont conjugué leurs talents pour parvenir, malgré la contrainte fixée par le format très réduit de cet ouvrage, à synthétiser une bibliographie riche d’une quarantaine de références et à la restituer de manière claire et concise au fil de quatre chapitres/questions (1. Qu’est-ce que la prison ? ; 2. Qui va en prison ? ; D’où vient la prison ? ; À quoi sert la prison aujourd’hui ?). Ces quatre interrogations répondent méthodiquement à la problématique posée en introduction de l’ouvrage sur les différentes tensions qui traversent la fonction (ou plutôt les fonctions) de la prison. Car celles-ci sont pour le moins antinomiques : « Sert-elle à dissuader le citoyen libre, à punir le contrevenant, à réinsérer le marginal, à neutraliser le dangereux ? » (p. 6).

2Pour parvenir à démêler cet écheveau, l’ouvrage propose un patient travail de déconstruction de la prison qui a trop souvent tendance dans le sens commun à être stéréotypé, et qui demeure d’abord et avant tout comme le soulignent les auteurs le résultat d’un processus historique marqué par des choix politiques. Ainsi, plutôt que d’évoquer « la prison », les auteurs emploient ici aussi le pluriel et évoquent « les prisons », car les établissements pénitentiaires sont constitués d’une multiplicité d’espaces carcéraux, d’agents et de régimes de détention (« 1. Qu’est-ce que la prison ? », p. 9-19). Selon le type d’établissement où est exécutée la peine, les personnels avec lesquels les détenus interagissent et le régime auquel ils sont soumis, l’expérience carcérale peut effectivement grandement varier.

3À la question suivante (« 2. Qui va en prison ? », p. 21-32), les auteurs poursuivent leur analyse en questionnant l’incidence des choix opérés en matière de politique pénale et des tris effectués tout au long de la chaîne pénale quant au profil des détenus. Ces choix ont en premier lieu un impact direct sur la surpopulation carcérale qui est principalement due à une plus grande sévérité pénale, à un recours accru à la détention provisoire et à un allongement de la durée de certaines peines, notamment à l’encontre des condamnés pour violence sexuelle. En outre, la prison se situant au bout de la chaîne pénale, les tris effectués en amont de ce processus par le législateur ainsi que par les policiers et les magistrats déterminent la composition de la délinquance : le profil-type d’un détenu est celui d’un homme jeune, d’origine populaire, peu diplômé et fréquemment sans emploi. Et cette situation de précarité a plutôt tendance à s’aggraver au cours du séjour en prison car la plupart s’y appauvrissent du fait des difficultés qu’ils y rencontrent pour y occuper un emploi, ce qui a tendance à hypothéquer leur réinsertion à leur sortie et donc à favoriser leur récidive.

4La question suivante interroge l’évidence de la prison en s’intéressant à son histoire (« 3. D’où vient la prison ? »). Le modèle de la prison tel que nous le connaissons aujourd’hui est né au début du XIXe siècle (bien que cette institution existât bien antérieurement)1 et repose sur une « rationalité pénale moderne » qui a imposé la privation de liberté comme modalité principale de la sanction pénale. Mais en parallèle, la prison est saisie dès sa naissance d’une frénésie réformatrice qui vise à l’humaniser et en faire un lieu d’amendement. Cette quête de la « bonne prison » (p. 38) se poursuit après la Seconde Guerre mondiale, longue période marquée par un processus de normalisation et par une pénétration du droit en détention. Mais elle ne suffit pourtant pas à juguler la surpopulation carcérale et les dysfonctionnements qu’elle génère et qui suscitent de nombreuses indignations.

5Ce qui conduit les auteurs à se poser une quatrième et dernière question (« 4. À quoi sert la prison ? » p. 43-54) : « comment réinsérer une personne à l’écartant temporairement de la société ? » (p. 43). En partant de la définition de la peine de privation de liberté contenue dans l’article 1 de la loi pénitentiaire du 24 novembre 20092, les auteurs relèvent plusieurs paradoxes entre les différentes fonctions sociales de la prison. Des tensions se font effectivement jour entre les fonctions de sanction et de réinsertion ou celles de neutralisation et de réhabilitation. Mais pour les auteurs, c’est précisément parce qu’elle est en mesure de réunir dans un même lieu toutes ces fonctions antinomiques et qu’elle parvient à concentrer en son sein des objectifs irréalisables que la prison demeure au centre de la pénalité contemporaine. Ainsi, l’échec de la prison manifeste-t-il sa pleine réussite selon eux. Et l’espoir porté dans une réforme de la prison qui permettrait d’obtenir, enfin, une « bonne prison », conduit à sa reconduction depuis près de deux siècles. Pourtant, « la prison est un choix de société inscrit dans une histoire longue, dont le cours est toujours susceptible de changer » (p. 57) et les auteurs prennent le très intéressant exemple du « plan Amsterdam », plan réductionniste imaginé par Jean Bérard pour réduire la population carcérale à presque rien en 2112 grâce à des choix politiques courageux3. Mais si le futur permet d’imaginer le meilleur, le passé a parfois eu le mérite de l’avoir déjà engendré (tout au moins partiellement). Comme le relate Robert Badinter dans La prison républicaine4, la population carcérale a diminué environ de moitié en France entre 1871 et 1914, passant de 41 571 détenus au 1er janvier 1874 à 23 571 au 1er janvier 1914. Cette baisse drastique est à mettre au compte du personnel politique qui, face aux problèmes opposés par la prison, a préféré plutôt que de la réformer de faire le choix d’éviter d’y recourir (tout au moins pour les déviants considérés comme les moins « dangereux ») grâce, entre autres, à l’aménagement de mesures alternatives comme la libération conditionnelle ou le sursis à exécution de la peine. Ainsi, la surpopulation carcérale n’est pas une fatalité et est en mesure d’être jugulée si l’on décide d’en faire le choix.

6L’ouvrage de Camille Lancelevée et David Scheer constitue un travail qui interpelle le lecteur en faisant vaciller beaucoup d’évidences et de lieux communs trop souvent admis à l’endroit de la prison. En questionnant ses différents paradoxes, il offre aussi des pistes de réflexion pour tous ceux qui souhaitent conduire une recherche ou plus simplement réfléchir sur cette institution (sociologue, historien, démographe, citoyen, etc.), en particulier les étudiants qui trouveront dans cette synthèse un cadre d’analyse extrêmement stimulant.

Seitenanfang

Anmerkungen

1 Voir notamment Sophie Abdela, « Par-delà les murs : l’urbanité carcérale dans le Paris du XVIIIe siècle », Histoire pénitentiaire, vol. 11, 2016, URL : https://criminocorpus.hypotheses.org/19309 (consulté le 05/11/2019)

2 Article 1 : Le régime d'exécution de la peine de privation de liberté concilie la protection de la société, la sanction du condamné et les intérêts de la victime avec la nécessité de préparer l'insertion ou la réinsertion de la personne détenue afin de lui permettre de mener une vie responsable et de prévenir la commission de nouvelles infractions.

3 Jean Bérard, « La grande évasion », La vie des idées, 2011, URL : https://laviedesidees.fr/La-grande-evasion.html

4 Robert Badinter, La prison républicaine 1871-1914, Paris, Fayard, 1992, p. 340.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Jean-Lucien Sanchez, « Camille Lancelevée, David Scheer, La prison. Réalités et paradoxes », Criminocorpus [Online], 2020, Online erschienen am: 07 Januar 2020, abgerufen am 26 Februar 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6921

Seitenanfang

Autor

Jean-Lucien Sanchez

Jean-Lucien Sanchez est docteur en histoire, chargé d’étude et de recherche en histoire au ministère de la Justice (DAP/Me5), membre du Centre pour les humanités numériques et pour l’histoire de la justice (CLAMOR, UMS CNRS 3726) et chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP UMR CNRS 8183).

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

Tous droits réservés

Seitenanfang