Navigation – Plan du site

Gwénael Murphy, « Mauvais ménages ». Histoire des désordres conjugaux en France XVIIe-XVIIIe siècles

Paris, L’Harmattan, 2019, 252 p.
Scarlett Beauvalet
Référence(s) :

Gwénael Murphy, « Mauvais ménages ». Histoire des désordres conjugaux en France XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, L’Harmattan, 2019, 252 p.

Texte intégral

1Les violences conjugales ont récemment donné lieu à une mobilisation gouvernementale et à l’organisation d’une journée nationale réunissant différents acteurs (police, justice, associations de terrain, journalistes…) afin de sensibiliser l’ensemble de la société contre les féminicides. Diverses enquêtes ont montré que le nombre des violences physiques et/ou sexuelles n’avait pas diminué depuis près de deux décennies et qu’un pourcentage très élevé de femmes victimes d’agressions ne portait pas plainte. Gwénael Murphy, grâce à une approche historique, se propose de mettre en perspective ce phénomène. En effet, même si l’on note des évolutions depuis le XVIIIe siècle comme par exemple la criminalisation progressive du viol et la prise en compte des séquelles physiologiques sur les victimes directes ou collatérales, on constate que l’évolution est lente. Afin de comprendre cette lenteur, voire le retard qui est le nôtre en matière de prise en compte des violences, une plongée dans les archives judiciaires et partant, les mentalités des hommes et des femmes des XVIIe et XVIIIe siècles, prend tout son sens.

2Gwénael Murphy propose dans ce livre une synthèse de travaux qu’il a menés depuis une quinzaine d’années sur la question des désordres conjugaux en France. Les archives de justice constituent le cœur de ce travail qui repose sur de larges dépouillements effectués dans la région du Poitou (actuels départements de la Vienne, des Deux-Sèvres et de la Vendée) et ce, dans tous les types de juridictions : justices seigneuriales, ecclésiastiques, royales et du Parlement de Paris ; ce corpus porte sur les XVIIe et XVIIIe siècles. L’auteur a procédé par sondages pour recueillir 825 procédures de séparations et 88 divorces pour l’époque révolutionnaire. On observe, tout au long de la période, une croissance régulière des demandes et des évolutions qui témoignent d’une criminalisation de certains comportements tandis que d’autres font l’objet d’une dépénalisation. En plus des statistiques que l’ampleur des dépouillements permet de construire, l’auteur a privilégié des parcours singuliers qui sont tantôt représentatifs, tantôt totalement décalés. Il analyse également son corpus sous l’angle de l’histoire du genre. Les résultats de cette enquête sont présentés en neuf grands chapitres dans lesquels Gwénael Murphy s’intéresse à la justice conjugale, à l’imagerie des « mauvais ménages » avant de considérer des types de désordres conjugaux : époux séparés, virilités incertaines, divorces. Chaque chapitre est l’occasion de proposer un état de la question et une mise au point bibliographique. Même si les archives judiciaires représentent l’essentiel des sources mobilisées, l’étude des représentations iconographiques n’est pas absente, en particulier avec l’imagerie des « mauvais ménages » ou le spectacle des désordres conjugaux à l’occasion de la promenade. Une belle et riche iconographie, constituée par une vingtaine de lithographies provenant du cabinet des estampes de la Bibliothèque Nationale de France et relatives aux déboires du mariage entre 1630 et 1720, permet d’envisager l’imaginaire social (chapitres II et VI). À partir de ces images, l’auteur entend non pas seulement faire une histoire des représentations mais mesurer l’écart qui existe entre ces dernières et les réalités qui ressortent des pratiques judiciaires. À partir des années 1630, l’usurpation du pouvoir par les femmes constitue un thème dominant et les images de maris trompés, ridiculisés, battus abondent. Ces images, successivement commentées, permettent de montrer que le mariage sert de voie d’entrée à une large critique sociale. Le chapitre VI, particulièrement neuf, s’appuie sur le renouvellement des travaux sur les loisirs et la promenade. L’auteur montre qu’un certain nombre de gravures, qui ont trait aux désordres conjugaux, s’inscrivent dans un cadre qui évoque la promenade, celle-ci étant considérée comme un moment propice aux rencontres adultérines. Iconographie et littérature se rejoignent dans la représentation de la promenade comme un lieu dangereux pour la vertu des couples.

3On peut retenir de cette étude un certain nombre de conclusions et en premier lieu le contraste qui existe entre des lois qui deviennent plus strictes et des pratiques qui, au contraire, se libéralisent. L’auteur avance avec prudence dans ses analyses, soucieux de ne pas oublier le prisme normatif imposé par les documents et leurs rédacteurs, les mêmes mots se retrouvant d’une justice seigneuriale à une autre, d’un greffier à l’autre dans l’ensemble de la province du Poitou. Si les femmes issues des catégories sociales les plus aisées (noblesse et bourgeoisie marchande) représentent près de la moitié des demandeuses, celles qui sont issues des milieux modestes ne sont pas absentes. Divers types de désordres conjugaux sont analysés, mais ce sont les demandes en séparation de biens qui constituent l’écrasante majorité des procédures étudiées. À partir d’exemples précis, Gwénael Murphy fait alterner traitement statistique des données et analyse qualitative. De larges extraits de trois affaires sont utilement proposés dans les annexes. Si les violences physiques et les humiliations publiques se retrouvent dans la plupart des affaires, on observe une évolution dans la seconde moitié du XVIIIe siècle avec une meilleure prise en compte des violences verbales et physiques par les juridictions. Seul un petit nombre d’affaires, des tentatives d’assassinat ou des meurtres, est déféré devant la justice criminelle. Cinq procès en impuissance, jugés dans le cadre d’un appel, sont l’occasion de proposer une réflexion sur l’identité masculine et la virilité. Les tactiques discursives élaborées par les hommes et les femmes témoignent de stratégies différentes, le déni et le silence constituant souvent des choix masculins. Les dépositions des plaignants et des témoins sont l’occasion de saisir l’expression des émotions, qui sont analysées en termes de genre, mais aussi en mettant en regard espace privé et espace public. Le dernier chapitre porte sur les divorces, la procédure étant instaurée par la loi de septembre 1792. Les études historiques sur cette question étant peu nombreuses et surtout axées sur les villes, le travail réalisé vient combler une lacune et attester que le divorce atteint également les zones rurales et un nombre non négligeable de journaliers.

4Avec cette synthèse, Gwénael Murphy fournit au lecteur de nombreux exemples précis et des extraits de sources fort utiles. Si l’on ne se retrouve pas toujours aisément dans le plan, la lecture reste plaisante et ouvre sur de nombreuses pistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Scarlett Beauvalet, « Gwénael Murphy, « Mauvais ménages ». Histoire des désordres conjugaux en France XVIIe-XVIIIe siècles », Criminocorpus [En ligne], 2020, mis en ligne le 27 janvier 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/6944

Haut de page

Auteur

Scarlett Beauvalet

Scarlett Beauvalet est professeure en histoire moderne à l’université de Picardie. Ses recherches portent sur l'histoire de la famille, des femmes et de la santé en France.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page