Navigation – Plan du site

Mathieu Vivas (éd.), (Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

Bordeaux, Ausonius Éditions, 2019, 377 p.
Stéphanie Pirez-Huart
Référence(s) :

Mathieu Vivas (éd.), (Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne, Bordeaux, Ausonius Éditions, 2019, 377 p.

Texte intégral

1Si l’essor de l’archéologie depuis les années 1980 a permis une révision de bien des champs historiques, à l’exemple du bâti urbain ou des pratiques funéraires, le thème de la justice était resté jusque-là en friche. Partant de ce constat, deux rencontres scientifiques, en 2016 et 2017, ont réuni des chercheurs et chercheuses spécialisé·es dans les questions d’exercice de la justice, tant à l’époque médiévale que moderne, avec quelques incursions à l’époque contemporaine, et ce sur toute l’Europe. De ces journées découle l’ouvrage édité par Mathieu Vivas, qui livre ici 21 textes assortis d’une introduction qui met en exergue une historiographie inégale selon les pays, pauvre en France, davantage fournie en Allemagne ou en Angleterre. L’optique retenue est résolument interdisciplinaire et cette démarche se lit dès la couverture de l’ouvrage, qui met en miroir une fresque et une photo de fouilles archéologiques. Le croisement des sources se retrouve dans la plupart des contributions, qui mêlent archéologie, sources textuelles, iconographiques voire orales (Georges-Zimmermann). Outre les notes de bas de page, chaque article est doté d’une bibliographie étoffée. De très nombreuses illustrations ponctuent l’ouvrage, en couleur et en noir et blanc : traces matérielles issues de fouilles, plans, fresques, enluminures, architecture, restitution numérique de bâtiments disparus… Nous soulignons la grande richesse iconographique de l’ouvrage, un soin tout particulier a été apporté à la mise à disposition d’illustrations de qualité, lisibles et nettes.

2Les contributions se répartissent en trois axes d’importance inégale. Aucune des parties ne comporte d’introduction : l’ouvrage est davantage à envisager comme un recueil d’études de cas plutôt qu’une synthèse des thèmes abordés. De nombreuses contributions font d’ailleurs état de recherches en cours, à des stades plus ou moins avancés. De même, l’ouvrage ne comporte pas de conclusion, qui n’aurait pu que souligner la diversité des situations exposées et les nombreuses possibilités d’approfondissement pour chacun des espaces considérés. Pour ces raisons, il n’est pas possible de présenter chaque article individuellement dans ce compte-rendu, nous avons préféré mettre l’accent sur certains aspects particulièrement remarquables.

3La première partie de l’ouvrage se présente sous la forme d’un exemplier des lieux de justice. Les neuf articles démontrent tour à tour comment l’archéologie de la justice atteste du développement des sociétés par exemple anglaises (Reynolds), et en particulier de la façon dont la justice est déterminante dans l’organisation spatiale de ces populations en République Tchèque et en Pologne à l’époque moderne (Maskova & Wotjucki). Cette répartition géographique des lieux de justice traduit les enjeux de pouvoirs (Bochaton, Crola, Vivas) parfois en se démarquant volontairement du paysage environnant au travers des matériaux de construction choisis (Béghin & Jacques) ou en participant à la toponymie, à l’image de Draguignan (Vivas). La symbolique associée aux lieux est importante et les axes de communication sont favorisés (Bochaton, Crola). La nature de l’exécution est également déterminante dans le choix du lieu retenu : en République Tchèque et en Pologne, les pendaisons sont davantage menées extra muros, de façon à laisser les corps en exposition (Maskova & Wotjucki). La spatialisation concerne d’ailleurs également le domicile du bourreau et de ses assistants, souvent mal perçus socialement en raison de leurs activités et pour cette raison rejetés en périphérie de ville. La justice et son exercice induisent donc une différenciation géographique des hommes qui l’incarnent ou du moins la mettent en œuvre. Se pose également la question du changement d’affectation des lieux d’exécution, à travers l’exemple de la tour de l’horloge du Parlement de Toulouse, qui conserve ses symboles du pouvoir judiciaire (Catalo).

4La deuxième partie est consacrée aux objets de la justice. Cet axe ne rassemble que quatre études, une situation qui s’explique par le nombre de fouilles non achevées et qui n’ont donc pas encore livré tous les éléments utiles. On passe ici de la mise en scène de la justice à travers l’étude des édifices à l’exercice de la justice dans ses aspects les plus matériels. Les objets retrouvés dans l’Allier et en Silésie sont composites : certains ont trait à la vie quotidienne (Horry, Dumas), tandis que l’étude de Jennifer Kerner met en évidence le devenir des cadavres à travers les reliures de livres en peaux humaines au début de l’époque contemporaine. Outre les lieux de mise à mort, le quotidien de la vie en prison est ici mis en lumière, et repose sur des exemples d’objets relatifs à l’alimentation, l’hygiène corporelle ou encore la consommation de tabac au xixe siècle. Ce n’est donc plus la mise à mort qui attire le regard, mais ce qui gravite autour : que penser des objets retrouvés aux abords des sites d’exécution, à l’exemple des tessons de vaisselle en Silésie ? Si la figure du bourreau, de ses responsabilités et ses pratiques sont soulevées, le public qui assiste aux exécutions est davantage souligné.

  • 1 Il s’agit d’une « pendaison dans des chaînes » (p. 315).

5La troisième partie s’attache enfin à analyser le devenir des corps des suppliciés. La question de l’exposition des corps revient à plusieurs reprises (Lafran, Battell Lowman & Tarlow). La mise en scène de la justice est aussi un élément de la peine : entre le xiie et le xive siècle, les représentations de la pendaison de Judas visent à mettre en valeur l’exécution de la justice divine et à rendre son suicide acceptable. En Angleterre, la pratique du « gibbeting1 », bien que davantage attestée à partir du milieu du xviiie siècle, reste rare car coûteuse : si elle est une marque d’infamie, elle est surtout utilisée pour marquer l’autorité de l’État dans le temps long, les cages accueillant les corps restent en place de nombreuses années. Les mutilations infligées aux corps, quoique rares dans ce corpus, mettent en évidence une volonté délibérée d’accentuer l’aspect punitif de la justice ainsi rendue (Abadie). L’organisation des espaces d’inhumation des restes humains est également abordée : l’inhumation au gibet ajoute encore à la criminalisation des suppliciés (Vanhove). À Bègles, près de Bordeaux, les sépultures en-dehors des zones consacrées interpellent et conduisent à de nombreuses hypothèses, allant de la religion des personnes découvertes à la possibilité de corps abandonnés après un crime (Réveillas). L’oubli de corps s’étend à l’époque contemporaine et la découverte très récente d’ossements offre un exemple inédit de constitution de dossier documentaire conduisant à des recherches archéologiques (Georges-Zimmermann). Clôturant cet opus, l’étude relative à la prison Saint-Michel de Toulouse témoigne, s’il en était encore besoin au terme de la lecture de cet ouvrage, de la nécessité impérieuse de l’interdisciplinarité et d’un dialogue constant entre les sources écrites et sources matérielles.

6Par son caractère novateur et sa richesse documentaire, cet ouvrage est appelé à devenir un incontournable pour qui entreprend des recherches dans le domaine de la justice.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une « pendaison dans des chaînes » (p. 315).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Pirez-Huart, « Mathieu Vivas (éd.), (Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne », Criminocorpus [En ligne], 2020, mis en ligne le 29 mai 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7298

Haut de page

Auteur

Stéphanie Pirez-Huart

Doctorante en histoire médiévale, ses travaux portent sur les dynamiques spatiales entre les zones rurales et urbaines à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page