Navigation – Plan du site

Frédéric Angleviel, Poulo Condore. Un bagne français en Indochine, Paris, Vendémiaire, 2020, 195 p.

Jean-Lucien Sanchez
Référence(s) :

Frédéric Angleviel, Poulo Condore. Un bagne français en Indochine, Paris, Vendémiaire, 2020, 195 p.

Texte intégral

  • 1 À l’exception toutefois de l’ouvrage de Paul Miniconi et Franck Sénateur, Poulo-Condore, le bagne d (...)
  • 2 Peter Zinoman, The Colonial Bastille. A History of Imprisonment in Vietnam 1862-1940, Berkeley, Los (...)

1Le bagne de Poulo Condore au Vietnam, en activité de 1861 à 1993, constitue l’objet de l’ouvrage de Frédéric Angleviel qui en retrace la riche histoire. Cette étude monographique est particulièrement bienvenue concernant un établissement qui a fait l’objet de peu d’intérêt de la part de l’historiographie française1, à l’inverse de l’historiographie anglo-saxonne qui lui a consacré une étude de référence, The Colonial Bastille de Peter Zinoman2.

2L’archipel de Poulo Condore est occupé par la France à partir de 1861, à la suite de la conquête de la Cochinchine amorcée en 1858 (« Avant le bagne », p. 13-24). Isolé et peu peuplé, il comprend 16 îles qui sont érigées en pénitencier à partir de 1862 (« Une Bastille coloniale », p. 25-60). « L’établissement pénitentiaire annamite » de Poulo Condore accueille différentes catégories de détenus : des détenus politiques et de droit commun ainsi que des prisonniers de guerre. Il constitue ainsi un pénitencier au service de la colonisation française destiné tout à la fois à sévèrement punir des condamnés de droit commun récidivistes issus des prisons vietnamiennes et à neutraliser les vaincus de luttes politiques. Néanmoins, tandis que les premiers sont soumis à des travaux forcés, les seconds ne le sont pas et disposent de concessions agricoles. Plusieurs bâtiments aux fonctions distinctes vont voir le jour : le bagne n°1, bâti en 1875, est réservé aux condamnés de droit commun ; le bagne n°2, bâti en 1917, est réservé aux prisonniers politiques qui sont exemptés de travail (c’est cet établissement qui recevra à partir des années 1930 l’essentiel des détenus politiques nationalistes et communistes) ; et le bagne n°3, bâti en 1928, est réservé aux « mauvaises têtes » (p. 45) du bagne. Le directeur de cet ensemble dispose de pouvoirs très étendus et dirige une administration composée d’employés et de militaires ainsi que de gardiens européens et indigènes.

  • 3 Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internement, assignations à ré (...)

3À l’inverse des bagnes coloniaux de Guyane et de Nouvelle-Calédonie qui ont surtout concerné des condamnés de droit commun, Poulo Condore a constitué un féroce outil de répression mis au service d’une politique coloniale s’appuyant sur un code de l’indigénat destiné à assurer le primat de la métropole sur sa colonie (« Des prisonniers oubliés », p. 61-94). Instauré à partir de 1881, le régime de l’indigénat autorise le gouverneur de la Cochinchine à user de mesures d’internement et de mise sous séquestre de biens d’insurgés indigènes, à l’image de ce qui se pratique également massivement en Algérie à la même période3 (p. 64). Ce pouvoir exorbitant confié à la discrétion du gouverneur local est teinté d’arbitraire et s’applique dans un grand flou juridique. Du côté des condamnés de droit commun, ceux-ci sont soumis à compter d’un décret du 17 mai 1916 à un régime qui les subdivise en trois classes : la première comprend les mieux notés qui sont autorisés à disposer d’une concession ou à être employés chez des particuliers ; la seconde est employée aux travaux d’utilité publique ; et la troisième est exclusivement employée aux travaux les plus pénibles de la colonie. Cette structure s’apparente plus ou moins à celle organisant le travail forcé des transportés dans les bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie. Autre similitude notable, à l’instar des portes clés guyanais et néo-calédoniens, forçats auxiliaires employés par l’administration pénitentiaire coloniale, le bagne de Poulo Condore dispose de « caplans » qui remplissent le même rôle.

4L’auteur poursuit son enquête en développant un long chapitre consacré au quotidien des forçats (« La vie en détention », p. 95-154). Les conditions de vie (ou plutôt de survie) y sont effroyables. Le surpeuplement carcéral, la violence, la sous-alimentation et les maladies font des ravages dans les rangs des forçats et causent des taux de mortalité oscillant entre 30 et 70 pour mille jusqu’en 1939 (p. 104). L’auteur avance le chiffre de 20 000 morts survenus durant la période d’occupation française, soit de 1862 à 1954 (p. 106), pour un total estimé à 40 000 forçats (auxquels il faut ajouter 30 000 condamnés supplémentaires incarcérés jusqu’à la fermeture effective du pénitencier en 1993). L’existence quotidienne au bagne de Poulo Condore est rythmée par le travail qui organise toute la journée des condamnés de droit commun du bagne n°1 selon un emploi du temps immuable (ceux des bagnes n°2 et n°3 ne sortant pratiquement pas de leur cellule, p. 111) : lever 6 heures ; travail de 6 heures à 10 heures ; déjeuner et sieste ; travail de 14 heures à 17 heures ; dîner à 17 heures et coucher une heure plus tard. Si le recours à la religion et au jeu demeure un maigre viatique pour échapper à la redoutable détention, beaucoup de forçats tentent également de s’évader. Mais rares sont ceux qui parviennent, à l’issue d’une période de « marronnage » en forêt plus ou moins longue, à quitter l’archipel par la mer et à arriver sains et saufs à bon port. Si les perspectives offertes par l’évasion demeurent très aléatoires, reste enfin le recours à la révolte, ultime ressource dont disposent les forçats pour s’opposer (le plus souvent en vain) à leur sort. L’auteur présente ainsi certaines rébellions, comme celles survenues en 1890 et en 1918, qui ont entraîné respectivement les morts de neuf et trois gardiens ainsi que celles de dizaines de mutins. À partir des années 1930, du fait de l’arrivée de nombreux condamnés politiques, Poulo Condore devient un « creuset national » (p. 137) où s’organise et se structure clandestinement une lutte conduite essentiellement par des condamnés communistes, transformant le bagne n°2 en « université rouge » (p. 138) où sont formés de nombreux militants, parmi lesquels de futurs dirigeants du Vietnam comme Pham Van Dong (premier président du Vietnam réunifié, p. 144). En parallèle, la main-d’œuvre des forçats constitue également une manne employée au développement de l’empire colonial français et des contingents de forçats sont envoyés au Tonkin, à la Réunion, en Martinique, en Guadeloupe, en Nouvelle-Calédonie et en Guyane.

  • 4 Les « cages à tigre » sont des cellules étroites dont les toits sont constitués d’une grille depuis (...)
  • 5 Les « cages à tigre à l’américaine » ne possèdent pas de lit et sont trop étroites pour permettre a (...)

5Mais si une première page de l’histoire de Poulo Condore se tourne avec la proclamation de l’indépendance et le transfert en 1954 du pénitencier au gouvernement du Sud-Vietnam, (« Après l’indépendance », p. 155-167), l’établissement n’en continue pas moins de fonctionner. Il devient ainsi le 11 avril 1955 le « centre de rééducation de Con Son » destiné à l’enfermement d’opposants issus du Front de libération du Sud-Vietnam (p. 156). Avec l’aide des autorités américaines, il s’agrandit d’un nouveau bagne (appelé également camp Phu Phong) destiné à la détention collective de détenus politiques. Les conditions y sont toujours aussi épouvantables et certains prisonniers y subissent de véritables tortures, comme l’incarcération dans des « cages à tigre4 » qui donnent lieu à un reportage retentissant publié dans le magazine Life. Les autorités américaines contraignent alors les autorités sud-vietnamiennes à fermer ces « cages à tigre » construites par les Français en 1941. Mais c’est pour les remplacer par d’autres tout aussi redoutables surnommées « cages à tigre à l’américaine5 » du camp Phu Binh ou bagne n°7 construit en 1971 (p. 162). Puis de 1975 à 1993, le site semble avoir poursuivi sa fonction de lieu répressif puisque l’auteur indique laconiquement qu’on y a « rééduqu[é] d’anciens soldats et cadres du Sud-Vietnam » (p. 164). Depuis 1993, Poulo Condore est devenu un musée où se presse près de 50 000 visiteurs annuels.

  • 6 Jean-Claude Demariaux, Les secrets des îles Poulo Condore. Le grand bagne indochinois, Paris, J. Pe (...)

6Cet ouvrage, relativement court, repose essentiellement sur des sources de seconde main. Les archives du pénitencier ayant effectivement été détruites, comme l’indique l’auteur, dans un incendie survenu au cours d’une révolte en 1945 (p. 61). Néanmoins, celles des amiraux et du gouvernement général de Cochinchine ont été conservées et lorsque l’on se rend aux Archives nationales d’outre-mer, une rapide recherche dans les registres de ces fonds fait apparaître de nombreuses occurrences concernant le « pénitencier de Poulo Condore ». Citons par exemple dans la série « Gouvernement général G8 » : « Régime des prisons en Cochinchine : prison centrale et pénitencier de Poulo Condore, 1890-92 » ; « Organisation du pénitencier de Poulo Condore 1896 » ; « Pénitencier de Poulo Condore 1897-1905 » ; « Inspection de l’établissement pénitentiaire de Poulo Condore 1916 » ; « Mutinerie au pénitencier de Poulo Condore 1918 » ; etc. À la lecture de l’ouvrage, il semble que certaines de ces archives aient été consultées par l’auteur. Mais au regard de l’importance de ces fonds qui semblent les seuls encore disponibles (et de l’utilisation qu’en a fait Peter Zinoman dans son ouvrage The Colonial Bastille), il aurait été opportun que l’auteur les valorise davantage et décline l’usage qu’il en a fait dans son travail. L’ouvrage repose également sur une bibliographie relativement complète (notamment en langue vietnamienne) que l’auteur utilise abondamment tout au long de son propos, en particulier celui du très intéressant témoignage de Jean-Claude Demariaux6, mais il imprime parfois un tour anecdotique au récit, au détriment d’une approche que l’on aurait souhaité plus analytique. De même, on regrette parfois le manque de contextualisation historique (concernant l’histoire du Vietnam, comme la période de l’occupation japonaise par exemple) et de précision, comme ce passage où l’auteur affirme que ne sont envoyés à Poulo Condore que des « condamnés aux cinq peines qui, dans le code pénal métropolitain, régissent l’internement dans un bagne (travaux forcés, détention de longue durée, déportation, relégation, réclusion). » (p. 26). Il aurait été ici intéressant de bien préciser d’emblée la définition juridique de chacune de ces peines (qui ne conduisent pas toutes au « bagne ») ainsi que les différentes catégories de condamnés reçus et le traitement réservé à chacune d’entre elle (à l’instar des internés dont l’auteur consacre un très intéressant développement, p. 62-67). Cela aurait peut-être permis de mieux mettre en perspective la singularité de Poulo Condore par rapport au reste de l’archipel carcéral vietnamien ainsi que par rapport à ses homologues de Guyane et de Nouvelle-Calédonie.

7Cet ouvrage demeure néanmoins une contribution qui comble une importante lacune historiographique concernant un pénitencier qui, à l’inverse de ses homologues guyanais et néo-calédoniens, demeure bien moins connu et qui méritait amplement qu’on lui consacre cette monographie.

Haut de page

Notes

1 À l’exception toutefois de l’ouvrage de Paul Miniconi et Franck Sénateur, Poulo-Condore, le bagne d’Indochine, Paris, Gobelins, l’école de l’image, 2016, 56 p.

2 Peter Zinoman, The Colonial Bastille. A History of Imprisonment in Vietnam 1862-1940, Berkeley, Los Angeles, London, Univrsity of California Press, 2001.

3 Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internement, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012.

4 Les « cages à tigre » sont des cellules étroites dont les toits sont constitués d’une grille depuis laquelle un surveillant peut observer les détenus (p. 160).

5 Les « cages à tigre à l’américaine » ne possèdent pas de lit et sont trop étroites pour permettre aux détenus de s’étendre par terre ou de se tenir debout (p. 162).

6 Jean-Claude Demariaux, Les secrets des îles Poulo Condore. Le grand bagne indochinois, Paris, J. Peyronnet, 1956.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Lucien Sanchez, « Frédéric Angleviel, Poulo Condore. Un bagne français en Indochine, Paris, Vendémiaire, 2020, 195 p. », Criminocorpus [En ligne], 2020, mis en ligne le 08 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7402

Haut de page

Auteur

Jean-Lucien Sanchez

Jean-Lucien Sanchez est docteur en histoire, chargé d’étude et de recherche en histoire au ministère de la Justice (DAP/Me5), membre du Centre pour les humanités numériques et pour l’histoire de la justice (CLAMOR, UMS CNRS 3726) et chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP UMR CNRS 8183).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page