Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus2020Marc Renneville, Vacher l’éventre...

Marc Renneville, Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série

Grenoble, éd. Jérôme Million, 2019, 678 p.
Nicolas Derasse
Référence(s) :

Marc Renneville, Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série, Grenoble, éd. Jérôme Million, 2019, 678 p.

Texte intégral

1À l’époque où le serial killer est encore loin d’avoir été identifié comme un « type spécifique de criminels », il est possible d’en distinguer pourtant les traits dans quelques-unes des grandes figures du crime des époques qui nous précèdent. Le XIXe siècle reste particulièrement marqué par la série de meurtres abominables que l’Angleterre attribue, sans être jusqu’à ce jour parvenue à l’identifier, à l’éventreur de Whitechapel. L’inconnu qui a terrorisé durant plusieurs mois l’East End londonien laisse avec Joseph Vacher – le Jack l’éventreur du Sud-Est – une signature criminelle et un nom analogues en France. L’histoire de ce « routard du crime » qui tue au gré de son itinérance, comme le fera beaucoup plus tard Francis Heaulme, est certainement l’une de celle que le grand public connaît le mieux. Il est vrai que le périple et la personnalité du « tueur de bergers », dont les victimes sont pour la plupart mineures, ont fait l’objet de nombreuses publications et d’un film célèbre, celui de Bertrand Tavernier, intitulé Le juge et l’assassin, sorti en 1976.

2Le cinéma et la littérature ont-ils pour autant exploré l’affaire Vacher dans ses moindres recoins ? La figure même de celui qui, avant l’heure, représente le portrait-type du tueur en série, poursuivi pour onze assassinats, a-t-elle livré tous ses secrets et avec eux tous les enjeux situé autour de l’état mental de l’accusé ? L’ouvrage de Marc Renneville n’est pas un livre de plus sur le parcours de celui qui incarne, avec d’autres, la « figure du monstre criminel contemporain », lui qui a tué davantage, entre le 20 mai 1894 et le 18 juin 1897, que la plupart des tueurs en série français. Au contraire, l’auteur nous invite à une nouvelle lecture de ce dossier en plongeant le lecteur dans les méandres d’une enquête et d’une procédure bien plus complexes qu’on ne pouvait le penser.

3La grande richesse de ce volume de 678 pages tient dans l’analyse des nombreuses sources recueillies. Le périple scientifique de Marc Renneville l’a conduit d’un coin à l’autre de l’est de la France pour rassembler un corpus dispersé dans de nombreux dépôts d’archives. Quoique difficile, le travail de recherche a été immense et minutieux. Pour compléter une documentation variée, l’auteur s’est intéressé aux écrits des protagonistes de cette affaire, à commencer par ceux de l’accusé – qui prend souvent la plume – et de son juge, Émile Fourquet, malmené par sa hiérarchie et qui a « vécu l’affaire Vacher comme un traumatisme ». Le lecteur trouvera aussi dans le volume de très nombreuses illustrations sur tout ce qui se rapporte à ce volumineux dossier criminel (dessins, clichés, cartes postales, portraits, croquis, unes de journaux, couvertures de romans…).

4L’ambition de Marc Renneville n’a pas été de rédiger une biographie sur l’une des très grandes figures du crime en France, « prototype » selon lui « du pervers sexuel et du tueur d’enfants » qui le situe « au panthéon de l’abominable ». L’objectif était surtout de constituer un dossier documentaire permettant au lecteur d’avoir tous les éléments nécessaires « pour établir le déroulement exact de l’enquête ». Comme le rappelle le sous-titre de l’ouvrage, le principal tenait dans la restitution des archives d’un tueur en série. Le parti pris de l’auteur est « de traiter le cas de Joseph Vacher comme une « affaire », au sens où son histoire cristallise des enjeux liés à l’administration de la justice, à la médiatisation des crimes et à l’expertise médicale du justiciable ».

5Aux sources réunies (archives, presse d’information, procédure judiciaire, rapports médico-légaux, croquis des scènes de crimes…), pour la plupart méconnues, Marc Renneville joint en outre dix-huit complaintes criminelles qui donnent à elles seules une idée des réactions que le seul nom de Vacher a fait naître au sein de la population avant son arrestation comme au lendemain de son exécution. Les experts sont également conviés dans ce livre, à commencer par Alexandre Lacassagne dont les conclusions sur la santé mentale de l’accusé ont scellé « le sort judiciaire » de l’accusé. Le médecin lyonnais, dont l’ouvrage publié en 1899 (Vacher l’éventreur et les crimes sadiques) constitue « la pièce centrale du dossier documentaire », sonde l’état d’âme de l’accusé là où d’autres, comme le docteur Jean Boyer, apportent leurs conclusions à la suite de l’autopsie réalisée sur Joseph Vacher. Dans ce dossier documentaire apparaît enfin une interview de Bertrand Tavernier qui, mieux que certains auteurs, a su restituer par l’image l’affaire et ses acteurs tout en mettant en exergue les avancées procédurales auxquelles l’instruction et le procès de Vacher ont pu mener.

6La première partie de l’ouvrage apporte au lecteur tous les repères pour mieux cerner le personnage de Vacher, ceux qui l’ont côtoyé mais aussi jugé. Ces développements permettent de ne manquer aucune des étapes du parcours du tueur depuis l’enfance. Marc Renneville fournit ici toutes les clés pour comprendre d’abord « qui était Vacher », pour connaître aussi les raisons qui l’avaient conduit « à commettre ces atrocités » et pour savoir enfin ce qu’il fallait faire de ce criminel une fois qu’il avait été arrêté. Le travail d’investigation auquel se livre l’auteur met à jour la personnalité complexe d’un tueur en série « dont les raisons de passage à l’acte restent, aujourd’hui encore, pour une large part, un mystère », autant d’ailleurs que le nombre de ses victimes qui, selon toute vraisemblance, serait bien supérieur aux onze recensées dans le nécrologe qui apparaît au début de l’ouvrage. Au terme de son enquête, le juge Fourquet évaluait sur ce point à « 15 ou 20 le nombre de crimes non avoués et imputables au tueur de bergers ».

7Le lecteur reste saisi par l’ampleur du périple de cet « enfant des Terres froides » dont le « chemin rouge » est minutieusement reconstitué. Un jour vannier, l’autre jour ouvrier agricole, vagabond ou mendiant, il traverse les départements, parfois sans même s’arrêter, parcourant s’il le faut de « 60 à 80 kms pour échapper aux forces de l’ordre ». Ceux qui le connaissent ou le croisent décrivent son attitude étrange, un caractère « bizarre » et une personnalité qui, aux dires de ses proches, n’est « pas toujours bien équilibrée » et qui, vraisemblablement, explique en partie son renvoi de la congrégation des Frères maristes en 1887. Physiquement atteint, moralement affaibli, en particulier à la suite de son passage dans l’armée, Vacher va garder de profondes séquelles de l’acte qu’il commet en 1893 à l’encontre de Louise Barrand. L’auteur explique bien que l’échec de la tentative de suicide qui a suivi a laissé le jeune amoureux éconduit « à demi-mort, au propre comme au figuré ». L’homme psychiquement fragile fait bientôt place au « redoutable prédateur ». Marc Renneville prend soin ici d’exposer « les ratés de la gendarmerie et des forces de l’ordre qui arrêtent Vacher à plusieurs reprises avant de le relâcher car ils ne le croient pas coupable ».

8Les archives d’un tueur en série livrent de précieux enseignements sur l’époque qui fait suite à l’arrestation d’un homme qui, avant même son premier crime, correspond déjà « au stéréotype du vagabond dangereux ». Au-delà d’une enquête complexe à mener, le lecteur découvre une relation elle aussi toute particulière entre le juge et l’assassin. L’étude des sources révèle une « opposition tactique » entre ces deux protagonistes, des pièges tendus mais également des moments de coopération. L’enquête dans laquelle Marc Renneville se plonge rétablit certaines vérités, en particulier le rôle joué par les témoins et les magistrats avant même que l’instruction ne soit confiée à Émile Fourquet. Ces éléments permettent d’établir une sorte « de profilage » de Vacher, et atténuent le mérite que la presse attribue à ce juge de Belley qui perçoit la confrontation comme un face-à-face entre un juge habile et intelligent et un accusé que son interlocuteur a longtemps cru fou. Dans la réalité, le livre dévoile une figure du crime qui s’engage régulièrement dans un rapport de force qui décontenance parfois le magistrat instructeur et qui lui fait surtout prendre conscience que « le tueur de bergers » n’est « peut-être pas si fou que ça ».

9Chaque pièce de procédure est ici rigoureusement analysée, autant que les attitudes des acteurs. La stratégie de défense de l’accusé est très précisément décrite et l’auteur nous montre bien qu’elle ne varie pas dans le temps. À ce niveau, Vacher prétend « qu’il est innocent parce qu’il est malade et envoyé de Dieu, et non parce qu’il est fou ». Personne ne veut entendre cette position, pas même la presse, pourtant bien informée. En effet, alors que la loi Constans de 1897 s’apprête à laisser l’avocat pénétrer dans le cabinet du juge d’instruction, le secret apparaît déjà fragilisé par l’attitude d’Émile Fourquet qui n’hésite pas à ouvrir la porte du Palais à chaque journaliste. La coopération entre la justice et la presse est réelle et c’est bien ce relais médiatique qui permet de donner au dossier de l’éventreur la dimension qu’on lui connaît. Les journaux s’emparent rapidement de la question majeure qui est derrière toute l’odyssée sanglante de Vacher : au fond, la folie de l’accusé « est-elle réelle ou simulée » ?

10Le livre de Marc Renneville nous livre les éléments de réponse attendus, en particulier grâce à l’ensemble des pièces du très riche dossier documentaire qui constitue la deuxième partie de l’ouvrage. Tous les éléments sont réunis pour comprendre d’abord qu’à la lecture « des écrits » et au vu des « prises de parole de Vacher », « celui-ci n’a tout simplement jamais demandé à être reconnu – ou se faire passer – pour un fou ». En revanche, il est bien établi que le tueur s’estime « pénalement irresponsable ». La presse n’a semble-t-il pas « saisi » cette « disjonction opérée par Vacher entre irresponsabilité pénale et folie ». Ce point n’a cependant pas échappé aux médecins, en particulier aux trois experts qui, Alexandre Lacassagne en tête, estiment qu’un « constat d’anormalité psychique » n’est pas inconciliable « avec un avis de responsabilité pénale ». Selon ces personnels de santé, Vacher est bien « un assassin sadique » mais aussi un « simulateur » qui, d’après Lacassagne, a « spontanément mis en pratique la théorie de Sade ». Plus tard, le médecin lyonnais présentera même son patient comme un « hypocrite » et un « sinistre farceur » !

11En livrant de telles conclusions, les trois experts apportent « sur un plateau la tête » de l’accusé « au jury de la cour d’assises » de l’Ain. Le lecteur n’ignore rien des conséquences que doivent affronter Lacassagne et ses deux confrères dont le rapport, au lendemain de l’exécution du criminel, est fortement mis à mal, en particulier à la suite des résultats de l’autopsie et de l’examen du crâne et du cerveau de Vacher. On comprend mieux ici la remarque formulée par le même Lacassagne à la fin de l’année 1898 : « Nous quittons la plume et sortons de ce long travail comme d’un cauchemar, c’est-à-dire écoeuré et fatigué ». Il est vrai que la procédure a été longue et éprouvante. Elle porte également « la marque de la fébrilité des institutions et des hommes qui ont eu à connaître et à juger Vacher ». De plus, et à contre-courant de ce qui a longtemps été perçu comme une évidence, « la véritable affaire Vacher illustre la difficulté de juger, de judiciariser les tueurs en série ». Enfin, où se situe la vérité pour ces criminels dont le discours et les actes oscillent entre le libre-arbitre et l’irresponsabilité pénale ? À ce niveau, des détails alimentent toujours les interrogations, en particulier le récit que le docteur Boyer fait de l’exécution du condamné. Commentant la perte de connaissance de Vacher au moment d’être guillotiné, le médecin fait cette confession : « Il n’est pas mort comme un fou, avec la superbe d’un mystique ou la dignité d’un individu qui se croit un martyr. Il est resté un révolté puis la terreur l’ayant envahi, il est mort lâchement, donnant ainsi une dernière preuve que le glaive de la loi n’avait pas frappé un aliéné ».

12Le livre de Marc Renneville ouvre de nouveaux horizons, pleins de découvertes et de pistes sur ce cas Vacher qui « conserve encore des zones d’ombre ». Si l’on a bien arrêté et jugé ce tueur en série avant l’heure, à la différence du véritable Jack l’éventreur qui n’a toujours pas de visage et d’identité, les mystères subsistent. En effet, le nombre de crimes imputables au « routard du crime » demeure encore une énigme. Par ailleurs, il faut aussi s’incliner contre les limites de la science. À ce niveau, Vacher reste et restera, comme d’autres avant et après lui, « un cas pour les sciences humaines, illustrant comme toutes les grandes figures de déviance – individuelles ou collectives – les limites de notre compréhension des comportements humains et des liens entre le collectif et l’individuel ». Il y a là un véritable « défi pour la criminologie » qui, face à la personnalité et à la nature des crimes de l’éventreur du Sud-Est, paraît difficile à relever.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Derasse, « Marc Renneville, Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série », Criminocorpus [En ligne], 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7411

Haut de page

Auteur

Nicolas Derasse

Maître de conférences en histoire du Droit à l’Université de Lille, membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search