Navigation – Plan du site

AccueilDossiersLes sources de la rechercheArticlesUne source inédite : le registre ...

Articles

Une source inédite : le registre des enfants de la Commune de Paris (1871)

Jean-Claude Farcy

Notes de la rédaction

Jean-Claude Farcy a consacré sa vie à l’histoire. Il vient de la rejoindre. Né le 16 décembre 1945 dans le Perche, une région à laquelle il restera fidèle, Jean-Claude Farcy est élève à l’École Normale supérieure de Saint-Cloud (1966-1970). Agrégé d’Histoire en 1969, il exerce comme professeur d’histoire-géographie au lycée Marceau de Chartres de 1970 à 1981, soutient une thèse de doctorat en Histoire (1972) puis une thèse de doctorat d’État sur les paysans beaucerons au XIXe siècle (1985). Recruté en 1982 comme chargé de recherche au CNRS (section 33) il est affecté à Dijon au centre Georges Chevrier auquel il reste attaché jusqu’à sa retraite, en 2011.

Jean-Claude Farcy était un maître reconnu de l’histoire rurale et de l’histoire judiciaire, deux champs qu’il n’a cessé de labourer dans des sillons novateurs. Son œuvre scientifique se distingue par son ampleur, sa rigueur méthodologique, le défrichage de nouveaux terrains et la mise au point de nombreux instruments de recherche mis au service de la communauté scientifique.

Toute l’équipe de Criminocorpus déplore la perte d’un membre fondateur qui n’a cessé, durant dix-huit années, de s’impliquer dans notre plateforme de publication. Chercheur puissant, discret, soucieux de partager la connaissance, attentif à chacun et tout particulièrement aux jeunes chercheurs, Jean-Claude Farcy a tenu une place éminente dans Criminocorpus, assurant pour tous la double force d’un pilier et d’une locomotive. Rédacteur en chef de la revue, de 2011 à 2013, il a contribué au projet dès sa conception en 2003. Il nous lègue une œuvre immense et une éthique de recherche exemplaire. La revue publie ici son dernier article présentant une source inédite – le registre des enfants de la Commune de Paris – qu’il nous avait proposé au mois de juin.

Le comité de rédaction de Criminocorpus

Texte intégral

Jean-Claude Farcy (2013)Afficher l’image
Crédits : Marc Renneville

1La participation des enfants à la Commune de Paris, notamment à la défense des barricades pendant la Semaine sanglante, a suscité nombre de commentaires parmi les protagonistes comme dans les journaux de l’époque. Pour les communards et leurs défenseurs, elle a valeur de symbole quant à leur volonté de construire une société plus juste, plus fraternelle, plus humaine. On sait comment Victor Hugo, à la suite d’un article paru dans le Figaro du 3 juin 1871 relatant l’histoire d’un enfant de quinze ans sur le point d’être fusillé à une barricade de la rue du Temple, et revenant se placer au mur après avoir obtenu la permission d’aller porter sa montre au concierge voisin afin de la faire remettre à sa mère, célèbre l’héroïsme de l’enfant qui préfère

« À la fuite, à la vie, à l'aube, aux jeux permis,

  • 1 Cité par Gaston Da Costa, La Commune vécue (18 mars – 28 mai 1871), Paris, Ancienne Maison Quantin, (...)

Au printemps, le mur sombre où sont morts ses amis1 »

  • 2 Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871, édition contenant in extenso les trois vo (...)

2Du côté versaillais, on n’a pas de mot assez dur pour stigmatiser la perversité de ces jeunes, instrumentalisés par les membres de la Commune. Pour le capitaine Garcin, interrogé lors de l’enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars, « ce qu'il y avait de plus mauvais c'étaient les enfants ; ils étaient impitoyables, ils tiraient au moment où on venait les prendre, ils avaient des armes cachées. Il y a de ces petits misérables qui ont tiré à bout portant sur les officiers2… » À cette même enquête, le commissaire Macé, qui dit avoir fait l’instruction des enfants au dépôt des Chantiers, affirme « qu’ils ont fait beaucoup de mal » en passant trois jours de suite à charger les fusils des combattants.

  • 3 Un corps franc de la Commune regroupant les enfants volontaires.
  • 4 Le Gaulois, 25 septembre 1871.

3Ces enfants, on les retrouve, au fil des articles de presse, dans les convois de prisonniers conduits à Versailles, au camp de Satory mêlés aux adultes – ce qui suscite une polémique entre le Times et le Journal officiel –, puis au dépôt des Chantiers, réunis avec les femmes, comme sur les pontons de l’Ouest. Presque tous les journaux rendent compte du procès des Pupilles de la Commune3, quand le capitaine Jouanne, soutenant l’accusation devant le 4e conseil de guerre, regrette que leur tenue au procès ne rende pas compte de « cet aspect hideux des gavroches sanguinaires postés derrière les barricades du Château-d’Eau4 ».

  • 5 Parfois confondu, à tort, avec le colonel Gaillard. Le rapport du capitaine Guichard se trouve en p (...)
  • 6 Jacques Rougerie, Procès des Communards, Paris, Julliard, collection « Archives », 1964, p. 120-121
  • 7 Thomas André, « Les enfants perdus de la Commune », Cultures & Conflits [En ligne], 18 | été 1995, (...)
  • 8 Quentin Deluermoz. Les gamins de Paris au combat ? Les enfants-soldats sous la Commune de Paris (18 (...)
  • 9 Jean-Claude Vimont, « Les jeunes communards incarcérés dans le quartier correctionnel de la prison (...)
  • 10 Appert (général), Rapport d’ensemble sur les opérations de la justice militaire relatives à l’insur (...)
  • 11 Une synthèse, brève mais bien informée, des travaux des historiens est proposée par Éric Le Bouteil (...)

4Les historiens ont repris et analysé le rapport du capitaine Guichard5, un des magistrats militaires chargés de l’instruction des enfants, sur cette catégorie particulière de communards6, complétant leur information par les listes nominatives des bataillons de la garde nationale7, quelques dossiers des conseils de guerre jugeant ces jeunes8, ou les écrous des condamnés communards détenus au quartier correctionnel de la prison de Rouen9. Cette dernière approche est d’ailleurs la seule à proposer une liste nominative, quelque peu étoffée, bien que réduite à 41 noms. Car, au-delà de l’abondance des commentaires de presse, des chiffres donnés dans les rapports Guichard et Appert10, force est de constater que nous ne connaissons guère l’identité de ces jeunes11.

  • 12 Un registre similaire a été constitué par la justice militaire pour les étrangers, si l’on en juge (...)

5La source que nous présentons comble en partie cette lacune, en proposant quelques éléments biographiques sur les jeunes poursuivis par la justice militaire. Jean-Luc Guinamant, collectionneur breton, ayant connaissance de l’élaboration de notre base de données sur la répression de la Commune, nous a signalé posséder un registre des enfants de la Commune. Il nous a aimablement fourni la photocopie des pages de ce registre dont nous donnons l’essentiel des informations qu’il contient sous forme de tableau12. Pour un peu plus de 600 individus dont nous avons un aperçu de l’état civil et du parcours judiciaire, ce registre apporte des éléments de réflexion sur la notion d’enfance à l’époque comme sur l’engagement et la répression de ces jeunes communards.

Le document

6Sous un format A4, la couverture du registre porte en étiquette la mention « …seil de guerre. Registre de renseignements concernant les enfants arrêtés pendant l’insurrection parisienne de 1871 ». La partie supérieure déchirée de l’étiquette se référait très probablement au 4e conseil de guerre, celui-ci ayant eu à juger la majeure partie des jeunes communards. L’information est donnée par cases disposées sur une ligne occupant les deux pages du registre ouvert.

  • 13 Les deux, Diéner, Henry et Henry Alexandre ont la même adresse et surtout sont l’objet de la même d (...)

7Comme souvent pour ces registres et répertoires des conseils de guerre, les pages ne sont pas numérotées, le numéro d’ordre inscrit dans la première colonne de la page de gauche servant d’instrument de recherche. À noter que cette première rubrique comporte une entorse à l’incrémentation régulière, le numéro 330 étant répété deux fois (pour Louis Bart et Henri Eugène Geers), erreur dont le greffier s’est aperçu, à la relecture de l’ensemble, au numéro 349 suivant, en indiquant, au crayon, le numéro attendu (350), procédé utilisé ensuite jusqu’au numéro 560 pour tous les numéros de bas de page. Le dernier numéro rempli du registre, 658, doit donc être corrigé d’une unité supplémentaire, mais, pour avoir l’effectif exact des enfants recensés dans le document, il faut déduire un certain nombre de doublons. Plusieurs sont reconnus et signalés par les auteurs du registre à l’exemple de l’entrée 253 pour Louis Gaudron pour lequel est mentionné ensuite : « fait double emploi avec le n° 79 ». Sont également reconnus comme doublons les cases consacrées à Papin, Lagarde, Louis Aimable Dubois, Grimard, Georges Hamet et Merlin, soit sept cas auxquels il faut ajouter celui d’Henry Alexandre Diéner (numéros 64 et 652) non identifié par les rédacteurs du registre13, pour lesquels le chiffre total d’enfants est donc de 651 (658 plus 1, moins 8 doublons), soit le même chiffre donné dans le rapport du capitaine Guichard.

8Après ce numéro d’ordre, la colonne suivante est consacrée au numéro et à la date de l’ordre d’informer, les premières datant de la fin de juillet 1871. Puis, une case plus large est occupée par le relevé du nom (en gros caractères) et des prénoms. L’âge est ensuite indiqué en chiffre avec souvent une précision du genre « 15 ans ½ » (voire un nombre de mois) et quelquefois une hésitation traduite par le relevé de deux chiffres (« 14 ans, 15 ans », « 16 ans, 15 ans ») trahissant une incertitude qui ne peut être éliminée par la mention éventuelle, en colonne suivante du « Lieu et date de naissance ». Le relevé d’une date complète de naissance est loin d’être la règle : souvent il faut se contenter d’une année, quand l’information ne fait pas complètement défaut. Le lieu de naissance est mieux renseigné. La colonne suivante est destinée aux noms des parents : là encore, l’information est souvent lacunaire – du genre de « fils de… et de Clarisse… » pour le n° 17, Nutzel-Berger – même si elle laisse apparaître un nombre important d’orphelins (mention de « feu » ou « feue » pour tel parent). La « profession de l’enfant » fait l’objet de la colonne suivante, avec parfois mention d’une seconde profession, différente de la première indiquée, comme si un renseignement nouveau permettait une correction, mais sans que la première indiquée soit rayée. On retrouve cette incertitude et hésitation dans le relevé du « domicile » : souvent précis pour les adresses à l’intérieur de Paris, il comporte parfois deux demeures différentes, sans que l’on puisse déterminer réellement laquelle se réfère au domicile des parents, de l’atelier de travail, voire du lieu d’arrestation et du domicile réel. La « date de l’arrestation » termine la page de gauche : très souvent précise, elle reste cependant indiquée vaguement pour quelques cas (« courant mai », « en mai », « en juin », etc.).

  • 14 À partir du n° 520, l’absence du nom du rapporteur correspond à des jeunes qui ont bénéficié d’une (...)

9La page de droite concerne toute entière le parcours judiciaire du jeune. Le « Nom du rapporteur qui est chargé de l’instruction » figure en premier lieu. Ces militaires qui font office de juges d’instruction sont au nombre de trois : le capitaine Guichard rédigeant le rapport à plus de 200 reprises, Lavoignet et Bourand étant mobilisés chacun moins de 150 fois pour ce travail d’instruction14. La colonne suivante désigne le nom du conseil (de guerre) et la date des jugements. En majorité, il s’agit du 5e conseil pour les décisions de non-lieux et du 4e conseil pour les jugements, quelques autres conseils condamnant également des jeunes. Une centaine de non-lieux ayant été prononcés dans les ports, ils sont relevés en fin de registre avec l’abréviation « P » (pour ports) dans cette colonne. Deux rubriques donnent ensuite une information plus étendue et plus riche sur la condamnation, les faits qui ont pu conduire à la prononcer et ses suites. « Observations et renseignements » et « Mutations » sont parfois confondues par les rédacteurs et nous avons pris la liberté de les rendre homogènes. La première donne la décision du conseil : en abrégé pour les non-lieux (N.L.), « Acquitté » avec la précision de remise aux parents ou d’envoi en correction jusqu’à la 20e année (ou l’âge de 21 ans), et le nombre d’années pour les condamnations à la prison. C’est dans cette colonne que se trouve le plus souvent l’indication sur la participation à l’insurrection, à la construction de barricades ou à l’enrôlement dans la garde nationale (avec indication du bataillon) et l’usage ou non des armes. Parfois les jugements moraux tirés des renseignements de police sont donnés dans l’esprit d’un « amendement » possible ou, au contraire, d’une punition méritée. On y trouve également des éléments d’information sur les parents et leur capacité ou non à reprendre l’enfant et à le « surveiller » : très fréquemment on sait ainsi qui « réclame » l’enfant à sa libération. La colonne des « Mutations » indique en principe la destination à l’issue de la décision du conseil : remis à ses parents (ou à un autre membre de la famille), à l’assistance publique, ou l’envoi en maison de correction. Deux colonnes concernent ensuite les dates d’envoi du dossier d’instruction, avec la distinction entre une décision de non-lieu et celle d’une mise en jugement. La dernière de la page donne les « Dates de mise en liberté ou de transfert après jugement ».

  • 15 Selon le général Appert un fichier contenant « l’état-civil, le conseil de guerre auquel l’individu (...)
  • 16 SHD, Ly 127.

10Manifestement, le document émane du cabinet du principal rapporteur chargé de l’instruction des enfants arrêtés pendant la répression de la Commune, le capitaine Guichard. Le registre a servi de document de travail pour la rédaction de son rapport. On retrouve le même effectif recensé et analysé (651), et les signes divers au crayon pointant les passages en conseil de guerre, les acquittements suivis on non de mise en correction, de même que les vérifications opérées sur les numéros d’ordre, confortent cette hypothèse. Les rapports d’instruction sont tout à fait aptes à fournir l’information recherchée. Le capitaine Guichard a complété cette documentation avec la recension des non-lieux délivrés dans les ports avant que le ministère de la guerre ait décidé, courant septembre 1871, de faire revenir à Versailles tous les enfants ou supposés tels encore détenus dans les forts et pontons de l’Ouest ou les prisons de l’intérieur, notamment celle de Rouen. Des vérifications ont été faites en sollicitant le fichier général des personnes arrêtées, consignant le parcours de chacun depuis l’arrestation15. On trouve ainsi quelques mentions de « n’a pas de fiche ». Les autorités maritimes, les directeurs de forts ou de prisons ont établi des listes de mineurs16 à envoyer à Versailles à la suite de la directive ministérielle. En confrontant ces listes au fichier général, on a pu ainsi constater l’absence d’envoi à Versailles, motivé par l’appréciation sur l’âge de la personne : « Non transféré pour cause d’âge ». Les fiches portant cette mention, situées à la fin du registre, indiquent bien l’une des difficultés rencontrées quant à l’adoption d’un critère rigoureux délimitant le corpus des enfants traduits devant la justice militaire. L’incertitude à cet égard rend délicate la question du comptage des enfants recensés dans ce document.

Effectifs et âges : quels enfants ?

11Écartons d’emblée la question de la confusion entre enfance et adolescence courante encore au XIXe siècle, la notion d’adolescence ne se rapportant qu’à une minorité de rejetons de familles aisées et susceptibles de poursuivre des études secondaires. Alors qu’à la sortie de l’école, dès 11-12 ans, les enfants des familles populaires sont mis au travail, comme apprentis le plus souvent, il est évident que la participation de l’enfance à la Commune, détectée par la source présentée, va porter sur des catégories d’âge que nous considérerions aujourd’hui comme relevant plus de l’adolescence que de l’enfance.

12La nature judiciaire du registre oriente vers le seuil précis des 16 ans, explicitement formulé dans l’article 66 du Code pénal sollicité pour déterminer la peine à subir en cas de culpabilité reconnue :

« Lorsque l’accusé aura moins de seize ans, s’il est décidé qu’il a agi sans discernement, il sera acquitté ; mais il sera, selon les circonstances, remis à ses parents, ou conduit dans une maison de correction, pour y être élevé et détenu pendant tel nombre d'années que le jugement déterminera, et qui toutefois ne pourra excéder l’époque où il aura accompli sa vingtième année. »

  • 17 Calculé effectué sur la seule rubrique « Âge » en relevant tous ceux dont la mention commence par « (...)
  • 18 Amédée Louis Rigault (n° 572) a bien 26 ans dans le registre d’écrou du Château d’Oléron où il est (...)

13Or en consultant la colonne « Age », on trouve 196 individus âgés de 16 ans17, 46 de 17 ans, 18 de 18 ans et même un cas exceptionnel donné pour avoir 26 ans18.…, soit 40 % d’âges ayant 16 ans et plus, un dixième considérés comme ayant 17 ans et plus. C’est dire que le seuil de 16 ans, au sens de l’article 66 du Code pénal, n’est pas celui adopté dans le registre. On ne peut d’ailleurs lui en tenir rigueur dans la mesure où il s’agit, comme on vient de le noter, d’un document de travail de l’instruction.

  • 19 Général Appert, Rapport d’ensemble, op. cit., p. 260.

14Peut-on alors cerner plus précisément l’âge de ces enfants de la Commune passés par la justice militaire ? À suivre le rapport Appert, chef du bureau de la justice militaire il y aurait parmi sur les 36 309 personnes arrêtées sur lesquelles on dispose de renseignements, 538 enfants âgés de moins de 16 ans19, ceux entrant dans leur seizième année étant, en théorie, rangés dans la classe des 16 à 20 ans. À l’évidence, le classement des individus au niveau de ce seuil n’a pas été effectué rigoureusement : tantôt on a considéré l’âge à l’anniversaire des 16 ans, tantôt on a recensé ceux qui étaient dans leur seizième année, ayant donc moins de… 17 ans.

  • 20 Le registre des enfants nous a permis d’accroître d’une centaine le nombre des enfants déjà recensé (...)
  • 21 Nous avons d’abord fait le calcul de l’âge au 31 mai 1871 pour tous ceux dont la date de naissance (...)

15On peut saisir l’effet de ces distorsions en comparant les résultats donnés dans le rapport Guichard, le registre des enfants présenté et notre base de données sur la répression des communards, laquelle inclut naturellement les enfants présents dans le registre20. Excepté pour le rapport, nous pouvons tenter de voir la différence selon que l’on raisonne en terme de seuil (soit moins de 16 ans) ou d’année (16e année, soit moins de 17 ans). Sans doute reste-t-il un part d’incertitude dans la mesure où nous ne possédons pas toutes les dates de naissance21.

Âge des enfants et effet de seuil (16 ans) selon les sources disponibles

Âge

Rapport Guichard

Registre des enfants

Base de données

A

B

A

B

Plus de 18 ans

7

3

18 ans

25

7

564

815

17 ans

102

33

501

655

16 ans

237

231

143

333

467

15 ans

226

162

240

167

320

14 ans

103

57

126

71

146

13 ans

47

32

49

37

61

12 ans

21

20

29

23

36

11 ans

11

10

13

9

16

10 ans

4

2

5

4

4

9 ans

8 ans

1

1

1

1

1

7 ans

1

1

1

1

1

16 ans et moins

651

516

607

646

1052

Moins 14 ans

13,06

12,79

16,14

11,61

11,31

De 14 à 16 ans

86,94

87,21

83,86

88,39

88,69

(A = à l’anniversaire ; B : année d’anniversaire incluse ; % calculés sur les 16 ans et moins)

  • 22 Ajoutons que notre base de données n’a pas la prétention d’être exhaustive et qu’elle contient un g (...)

16Cette comparaison appelle plusieurs remarques. En premier lieu, la synthèse donnée par le capitaine Guichard se donne l’apparence du respect du seuil de minorité pénale (16 ans) en ne mentionnant aucun chiffre au-delà, alors que le registre sur lequel il a travaillé compte une centaine de jeunes ayant 17 ans, 25 ayant 18 ans et l’on sait que figure dans ses dossiers celui d’un prévenu du Château d’Oléron âgé de 26 ans. Il est probable que les effectifs dépassant le seuil de minorité ont été répartis sur les classes d’âge inférieures, contribuant ainsi à renforcer artificiellement le poids de l’enfance au sein des insurgés. Le registre montre qu’il faut abaisser l’effectif d’un cinquième (à 516) si l’on raisonne en terme d’anniversaire, et même en considérant les années révolues, on reste encore légèrement en-dessous de l’effectif annoncé dans le rapport. En second lieu, comme on pouvait s’y attendre, la prise en compte de ces dernières renforce la part des tranches d’âge les plus représentées, celles entre 14 et 16 ans, ce qui est sans doute accru par le fait que nous devons nous fier très souvent à la rubrique Âge et non à celle indiquant la date de naissance, celle-ci étant inconnue dans le registre dans plus de 200 cas. Notre base de données, réduisant cette ignorance à guère plus d’une centaine de cas, donne un effectif très proche (646) de celui du rapport Guichard, mais étant donné la critique qui vient d’en être faite, l’effectif réel des jeunes poursuivis par la justice militaire est sans doute supérieur, dépassant le millier si l’on fait le calcul en années en cours22.

  • 23 Les pertes de l’état-civil parisien (détruit par les incendies de mai 1871) ont favorisé ces straté (...)

17Reste un point commun aux trois approches : la part des jeunes enfants est très faible dans les effectifs proposés. À plus de 80 % les jeunes insurgés poursuivis ont 14 ans et plus. Les plus nombreux des participants sont ceux que nous rangerions à notre époque parmi les adolescents, entre 15 et 18 ans. Il est d’ailleurs possible que les autorités militaires, au-delà même d’une conception de l’enfance alors largement étendue jusqu’à l’âge adulte, aient été conduites à exagérer, en partie, la part des plus jeunes par les insurgés eux-mêmes. On trouve ainsi dans les appréciations des commandants de pontons sur les listes de jeunes transférés à Versailles, à plusieurs reprises, la remarque qu’à leur arrivée les jeunes ont minoré leur âge – pensant sans doute qu’en l’absence de vérification possible cela serait un facteur de libération précoce – et qu’au moment du transfert pour l’examen de leur dossier et le passage éventuel devant un conseil de guerre, reviennent sur leurs premiers dires et affirment avoir plus de 16 ans. La prise de conscience des risques impliqués par l’article 66 du Code pénal (la maison de correction jusqu’à 21 ans, en cas d’acquittement) n’est sans doute pas étrangère à un tel revirement23. Le fait va, en tout état de cause, dans le sens d’une faible participation des plus jeunes et d’une nette prédominance des adolescents parmi ces mineurs poursuivis par la justice militaire. Mais l’intérêt du registre va au-delà de ce constat et comporte nombre d’autres informations qui ouvrent plusieurs perspectives de recherche.

Les perspectives de recherche

  • 24 Les noms des parents sont relevés dans notre base de données.
  • 25 Outre le cas de Diéner déjà signalé, il faut noter la confusion des données pour les deux Limbourg (...)
  • 26 Nous avons opéré un nombre très limité de corrections, quand les erreurs étaient manifestes (d’anné (...)

18Outre les deux rubriques utiles pour la connaissance de l’âge, nous avons retenu dans le tableau les informations de la plupart des colonnes sauf celles qui portent sur l’aspect procédural comme la date d’informer et celles concernant le mouvement des dossiers, dernières colonnes de la page de droite. L’information sur les parents24 a également été laissée de côté : le seul traitement qu’elle aurait pu susciter sur l’importance des orphelins étant rendu très incertain étant donné les lacunes et l’absence probable de mention systématique de cette donnée. Les autres rubriques informent sur la sociologie de ces jeunes communards, sur leur participation à la Commune et particulièrement à la guerre des rues et, information la plus complète en lien avec l’objet même du registre, sur les modalités de leur répression par les conseils de guerre. Pour ces dernières l’information est sûre à quelques exceptions près25. Les autres informations doivent, comme pour toute source, faire l’objet, autant qu’il est possible, de vérifications, ce qui peut se faire partiellement pour l’état civil, étant donné la part importante des natifs de la capitale26.

  • 27 La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880). Cartographi (...)
  • 28 La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880). Cartographi (...)

19C’est évidemment sans surprise que l’on constate que ces jeunes sont en majorité nés à Paris (à 53 % pour ceux recensés dans le registre présenté), alors que la part des natifs de la capitale dans notre base de données est beaucoup plus réduite (21,5 %). Pour la petite moitié née hors de la Seine, il sera possible de comparer avec la carte d’origine provinciale de l’ensemble des communards figurant dans notre base de données27, et de préciser, si l’on veut aller plus loin, la part d’une origine purement rurale de celle des natifs de villes importantes. On pourra faire la même opération pour ce qui est des domiciles, dans la capitale, plus rarement dans la proche banlieue : on comparera utilement les quartiers de résidence des jeunes et de l’ensemble des personnes poursuivies par la justice militaire28. Un rapide calcul sur les adresses parisiennes rassemblées par arrondissements montre une certaine surreprésentation des jeunes des classes populaires : les arrondissements populaires (10e, 11e, 12e, 13e, 19e et 20e) comptent pour 42,8 % des domiciles déclarés par les jeunes du registre des enfants contre 36,9 % pour l’ensemble des communards présents dans notre base. Le constat est corroboré par la part importante des ouvriers au niveau des métiers exercés : les jeunes insurgés déclarent à plus de 70 % un métier relevant d’une activité industrielle pour une proportion des deux tiers pour l’ensemble des individus présents dans notre base. En lien évident avec l’âge, on relèvera le grand nombre d’apprentis : 208 mentions pour 596 enfants dont on a la profession. Il faut ajouter une soixantaine de « garçons » travaillant dans le bâtiment ou l’alimentation.

20La participation à la défense de la Commune face à l’armée versaillaise ne peut sans doute faire l’objet de ce genre de comptages, mais les quelques notations présentes dans la colonne « Observations et renseignements » seront précieuses pour dresser la liste des bataillons où sont enrôlés les jeunes – autour de 70 bataillons différents mentionnés –, en dehors même du corps des Pupilles de la Commune qui est formé tardivement pour eux, et l’on sait s’ils ont participé au combat, ce qui semble nettement le fait d’une petite minorité. Ces relevés particuliers ont servi à construire la grille de lecture des juges militaires en même temps que cette dernière a orienté la quête de renseignements à cet égard. On trouvera donc dans cette colonne nombre de renseignements illustrant la typologie établie par le capitaine Guichard distinguant les enfants ayant pris une part active aux combats et ayant de « mauvais » antécédents, les vagabonds sans famille, abandonnés par leurs parents – il semble d’ailleurs que l’armée ait ratissé large dans les arrestations puisant dans le gibier traditionnel de la correctionnelle –, devant être distingués de ceux ayant pris une part minime au mouvement, entrés dans la garde nationale pour la solde permettant de nourrir la famille comme de ceux qui n’ont pris aucune part à l’insurrection, mais arrêtés avec leurs parents, lors des perquisitions. Au hasard du registre, on citera le numéro 519 où est porté Jacques Ambroise Desmurs, âgé de 15 ans et demi, né à Cluny et y résidant, pris dans la tourmente des événements alors qu’il faisait probablement son apprentissage de chapelier dans la capitale ou s’y était rendu pour affaires, et gratifié de cette appréciation : « N’a pas fait de sortie, mais a défendu les barricades dans Paris, réclamé par ses parents, bons renseignements ». Avoir été enfermé à la Roquette, faire l’objet de mauvais renseignements de la part de la police, n’être réclamé par aucun parent renvoie l’intéressé en police correctionnelle, puisqu’on ne peut rien lui reprocher en matière d’insurrection : c’est le cas d’Achille Cloux (ou Clottu). Avérée, la participation au combat, en particulier dans des unités estimées avoir fortement soutenu l’insurrection, conduit devant le 4e conseil de guerre avec une condamnation à la clé : c’est ce qui arrive à l’apprenti chapelier Charles Tournier, âgé de 16 ans et demi, demeurant au 54, rue de Cambronne et sanctionné de 3 ans de prison, car il « a fait partie des chasseurs de la Commune, a combattu à Issy et à la porte de la Muette ».

21Le détail de la participation à l’insurrection peut aussi être saisi à travers les mentions aux combats hors de Paris, puis, pendant la Semaine sanglante, aux barricades (participation à leur construction et à leur défense), aux combats de rues, lesquelles sont parfois citées : rue de l’Entrepôt, rue Magnan, près du Château d’Eau notamment où se trouvent les Pupilles de la Commune (dont 19 sont identifiés dans le registre).

22On pourra tester la validité des hypothèses quant aux motivations ayant conduit ces jeunes à participer à la défense de la Commune. L’argument économique, la misère faisant rechercher les 30 sous journaliers du garde national vaut aussi bien pour les adultes que pour les jeunes, notamment quand ces derniers vivent avec des parents démunis. Les liens familiaux peuvent être testés par les mentions relatives aux parents également arrêtés ou tués au combat. Les liens de voisinage ont pu entraîner des vocations : on portera alors attention, dans les adresses données, aux rues les plus citées (mais, au plus, seulement 7 fois pour la rue de Meaux) et à une cartographie précise des adresses parisiennes, seule susceptible d’apporter quelque valeur au test de ce facteur de mobilisation. Les relations professionnelles, importantes avec le poids de l’apprentissage, peuvent également être mesurées, dans la même perspective. L’aspect rite de passage et valorisation de l’assimilation aux rôles adulte, via le port et l’usage des armes, n’apparaît guère dans cette source : il faut se reporter aux commentaires des magistrats instructeurs sur les fanfaronnades des enfants dans les premiers temps de leur détention sur les pontons ou dans les prisons, source d’information précieuse, via les gardiens, pour l’instruction.

23La répression est documentée de manière bien plus certaine, encore que le document reste évidemment muet – ce n’est pas son objet – sur les exécutions sommaires et passage en cours martiales qui n’ont pas épargné les enfants, à l’exemple du cas évoqué au début de cet article. On a d’abord une idée assez précise du moment de l’arrestation : dans leur immense majorité, à 85 %, ces jeunes sont été arrêtés pendant la Semaine sanglante, particulièrement au début (156 arrestations le 22 mai) et à la fin (127 arrestations le 28 mai). Peu nombreux sont ceux à avoir été pris en avril (12), en mai avant l’entrée des troupes dans Paris (33), ou aux lendemains de l’occupation versaillaise, en juin (31 arrestations), la dernière arrestation ayant lieu en août. La chasse aux enfants ne dure donc qu’un temps mais elle entraîne, pour plus six cents jeunes un long séjour en prévention, d’abord dans les dépôts de Versailles (Satory, puis les Chantiers) et pour une bonne partie dans les forts et pontons des ports de l’Ouest. Le registre y fait allusion en notant la provenance de ceux qui doivent être transférés à Versailles : Brest, Cherbourg, surtout, mais aussi Lorient et la maison de correction de Rouen sont cités à maintes reprises. Cette prévention est de longue durée, puisque la libération (selon la date indiquée en dernière colonne du registre) pour les bénéficiaires d’un non-lieu – pour lesquels aucune charge n’est retenue… pour passer en conseil de guerre – n’arrive pas avant trois mois de détention pour 85 % d’entre eux, la grande majorité subissant entre 5 et 8 mois d’emprisonnement à titre préventif, à comparer la date de libération à celle de l’arrestation.

  • 29 Peine subie en Nouvelle-Calédonie pour les quatre, deux d’entre eux, Jules Rémy et Paul Auguste Sab (...)

24Pour la grande majorité des arrêtés, il faut attendre sur les pontons ou en prison l’ordonnance de non-lieu délivrée dans les ports ou par le 5e conseil de guerre à partir de septembre 1871 jusqu’aux deux premiers mois de 1872. C’est le sort de plus de huit jeunes sur dix. Avec les acquittements prononcés en conseil de guerre, il y a presque 9 jeunes sur dix qui échappent à toute condamnation. On peut interpréter ce résultat comme un signe de la clémence de la justice miliaire à l’égard de cette catégorie particulière de poursuivis, ce que ne manque de faire le rapport du capitaine Guichard. On peut aussi y voir la minceur des charges retenues comme la démesure des arrestations opérées au fil des journées de la dernière semaine de mai. Il faut toutefois nuancer les acquittements prononcés en application de l’article 66 du Code pénal et dont 18 sur 42 débouchent sur le séjour en maison de correction jusqu’à 21ans, et subissent le même sort – et parfois plus longuement – que les 20 condamnés à plusieurs années dans ces mêmes établissements pour mineurs. En ajoutant 4 condamnations à la déportation simple29 et moins d’une dizaine de peines d’emprisonnement – 1 à 3 ans généralement, une exception à 20 ans – on aura le bilan de la répression des « enfants » par la justice militaire.

  • 30 Ou écrits, comme la lettre d’Alfred Leberg à son père pour obtenir d’être recommandé par lui. Docum (...)

25Le registre des enfants est naturellement muet sur le déroulement des quelques procès tenus devant le 4e conseil de guerre siégeant à Versailles. La presse nationale relate en particulier celui des Pupilles de la Commune du 23 septembre 1871, rare occasion où l’on peut entendre quelques mots prononcés par ces jeunes30. Le registre mis en ligne, document de travail du capitaine Guichard, magistrat ayant la charge spéciale de l’instruction des enfants arrêtés pendant les combats de la dernière semaine de mai, fait la recension de cette répression visant les mineurs de justice. Bien que témoignant d’une hésitation certaine sur la notion d’enfance et de sa mesure, il a l’avantage de nous révéler l’identité et quelques éléments biographiques de ces jeunes ayant passé plusieurs mois sur les pontons et dans les dépôts versaillais avant de bénéficier, dans leur immense majorité, d’un non-lieu. Grâce soit rendue à Jean-Luc Guinamant, découvreur de cette archive précieuse, de nous avoir permis de donner l’essentiel de l’information contenue dans ce registre qui rendra de grands services, n’en doutons pas, aux historiens de l’enfance, de la prison politique comme à ceux de la Commune.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Cité par Gaston Da Costa, La Commune vécue (18 mars – 28 mai 1871), Paris, Ancienne Maison Quantin, 1905, tome 3, p. 139.

2 Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871, édition contenant in extenso les trois volumes distribués à l’Assemblée nationale, Paris, Librairie législative, Librairie Germer-Baillière, 1872, déposition du 8 juillet 1871, p. 242.

3 Un corps franc de la Commune regroupant les enfants volontaires.

4 Le Gaulois, 25 septembre 1871.

5 Parfois confondu, à tort, avec le colonel Gaillard. Le rapport du capitaine Guichard se trouve en pièces justificatives dans l’Enquête parlementaire sur l’insurrection, op. cit., p. 549-542. Des versions manuscrites de ce rapport sont consultables aux Archives de la préfecture de police (DB/420) et au Service historique de la Défense à Vincennes (Ly 7).

6 Jacques Rougerie, Procès des Communards, Paris, Julliard, collection « Archives », 1964, p. 120-121.

7 Thomas André, « Les enfants perdus de la Commune », Cultures & Conflits [En ligne], 18 | été 1995, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 21 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/conflits/449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.449

8 Quentin Deluermoz. Les gamins de Paris au combat ? Les enfants-soldats sous la Commune de Paris (1871). L’enfant-combattant, nov. 2010, France. ffhalshs-00573760f

9 Jean-Claude Vimont, « Les jeunes communards incarcérés dans le quartier correctionnel de la prison de Rouen », in C. Latta (éd.), La Commune de 1871, L’événement, les hommes et la mémoire, Actes du colloque de Montbrison les 15 et 16 mars 2003, Saint-Étienne, 2004, p. 249-263.

10 Appert (général), Rapport d’ensemble sur les opérations de la justice militaire relatives à l’insurrection de 1871, Annales de l’Assemblée nationale, 1875, tome 43, rapport du 20 juillet 1875, annexe n° 3212, p. 215-218.

11 Une synthèse, brève mais bien informée, des travaux des historiens est proposée par Éric Le Bouteiller sur le site des Amis et Amies de la Commune : Les enfants combattants de la Commune, https://commune1871.org/la-commune-de-paris/histoire-de-la-commune/chronologie-au-jour-le-jour/481-les-enfants-combattants-de-la-commune

12 Un registre similaire a été constitué par la justice militaire pour les étrangers, si l’on en juge par la réponse du général Appert à la suite de l’intervention d’ambassades pour la protection de leurs ressortissants (Le Temps, 2 août 1871). Il est possible également qu’un autre registre ait été consacré au relevé des femmes. Avis aux collectionneurs susceptibles de détenir ces précieux documents !

13 Les deux, Diéner, Henry et Henry Alexandre ont la même adresse et surtout sont l’objet de la même décision d’acquittement avec envoi en correction datée du même jour par le 4e conseil de guerre. Or, la consultation du répertoire du 4e conseil de guerre à cette même date ne mentionne qu’un seul et unique Diéner (SHD, 9 J 1078). Il est possible également que le document ait distingué à tort Calmel Jean et Calmel Urbain, le premier étant le seul né à Lauresses (Lot) selon les tables décennales de l’état civil.

14 À partir du n° 520, l’absence du nom du rapporteur correspond à des jeunes qui ont bénéficié d’une ordonnance de non-lieu décidée dans les ports de l’ouest où ils étaient détenus.

15 Selon le général Appert un fichier contenant « l’état-civil, le conseil de guerre auquel l’individu était déféré, l’inculpation, les dates des ordres d’informer et du jugement, la condamnation, le résultat des pourvois et la destination définitive » (Rapport d’ensemble, op. cité, p. 196) a été constitué à Versailles pour toutes les personnes arrêtées. Ce fichier est malheureusement en déficit dans les archives du SHD.

16 SHD, Ly 127.

17 Calculé effectué sur la seule rubrique « Âge » en relevant tous ceux dont la mention commence par « 16 ans », etc.

18 Amédée Louis Rigault (n° 572) a bien 26 ans dans le registre d’écrou du Château d’Oléron où il est détenu préventivement (AD17, 2 Y 14/1). Nous n’avons pu retrouver mention de sa naissance à Orléans dans les tables décennales de l’état civil de cette ville.

19 Général Appert, Rapport d’ensemble, op. cit., p. 260.

20 Le registre des enfants nous a permis d’accroître d’une centaine le nombre des enfants déjà recensés dans cette base.

21 Nous avons d’abord fait le calcul de l’âge au 31 mai 1871 pour tous ceux dont la date de naissance était connue, puis nous avons ajouté, pour les autres, les chiffres de l’âge seul indiqué, qui, malgré leur petit nombre, apportent une source d’imprécision. Pour la base de données, la recherche des dates de naissance a été systématique dans les tables décennales de l’état civil.

22 Ajoutons que notre base de données n’a pas la prétention d’être exhaustive et qu’elle contient un grand nombre d’individus pour lesquels ne figure aucune information relative à l’âge, parmi lesquels il y a probablement des mineurs.

23 Les pertes de l’état-civil parisien (détruit par les incendies de mai 1871) ont favorisé ces stratégies de la part des jeunes. Mais, même pour les natifs de province, l’instruction ne semble pas avoir toujours fait des vérifications. Ainsi Joseph Granger dit avoir 11 ans et être né à Selles-sur-Cher en 1860, alors que l’état civil de cette commune indique qu’il est né le 16 novembre 1858.…

24 Les noms des parents sont relevés dans notre base de données.

25 Outre le cas de Diéner déjà signalé, il faut noter la confusion des données pour les deux Limbourg dont les cases relatives à la date et lieu de naissance sont raturées pour finir par donner une même information pour les deux qui seraient nés à Epernay le 2 février 1856. Or vérifications faites dans l’état-civil et sur le répertoire du 4e conseil de guerre, si Arthur Limbourg est bien né à Epernay le 2 février 1856 et condamné à rester dans une maison de correction jusqu’à ses 18 ans, Jean Baptiste Limbourg est lui né le 24 janvier 1855 à Reiningen (Haut-Rhin) et condamné à 3 ans de prison.

26 Nous avons opéré un nombre très limité de corrections, quand les erreurs étaient manifestes (d’année pour les dates notamment, par exemple pour Léon Bucquoy indiqué né le 27 avril 1846 alors que sa naissance est en 1856). Pour la prise en compte de données plus sûres – à l’exemple des cas de Diéner, Limbourg – on se reportera aux notices individuelles de notre base de données. On pourra y sélectionner, dès début 2021, la liste des enfants présents sur le registre des enfants.

27 La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880). Cartographie :

https://communards-1871.fr/index.php?page=cartes_donnees/cartes_partielles#1

28 La répression judiciaire de la Commune de Paris : des pontons à l’amnistie (1871-1880). Cartographie : https://communards-1871.fr/index.php?page=cartes_donnees/cartes_partielles#5

29 Peine subie en Nouvelle-Calédonie pour les quatre, deux d’entre eux, Jules Rémy et Paul Auguste Sabourin ayant dépassé de quelques mois leur seizième anniversaire à la fin de mai 1871, Léon Condat, dit Béchet ayant dépassé ses 17 ans et Édouard Vannière son 19e anniversaire.

30 Ou écrits, comme la lettre d’Alfred Leberg à son père pour obtenir d’être recommandé par lui. Document publié dans la Gazette des tribunaux du 24 septembre qui donne un aperçu assez complet des interrogatoires à l’audience.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Farcy, « Une source inédite : le registre des enfants de la Commune de Paris (1871) », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 09 septembre 2020, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7417

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Farcy

Jean-Claude Farcy, chercheur associé au Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne (Dijon), travaille sur l’histoire rurale et l’histoire de la justice de la France des XIXe et XXe siècles. Jean-Claude Farcy est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search