Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Espaces de détention : territoir...Présentations des actesEspaces de détention, espaces de vie

Présentations des actes

Espaces de détention, espaces de vie

Annie Kensey

Texte intégral

1Parler d’espace de détention semble relever de l’oxymore, tant les prisons sont associées à l’étroitesse des cellules. Nous en avons ici adopté une acception large, recouvrant aussi bien la géographie, que l’architecture ou encore les relations sociales en détention. La notion d’espace a été donc été retenue pour sa complexité.

2La thématique de ces Journées d’études1 a été inspirée par une recherche récente, intitulée Fabriquer la prison. Pour une étude des "spatialités" au sein de cinq prisons belges et françaises, et dirigée par Sylvain Ferez, Laurent Solini et Jennifer Yeghicheyan2. Cette recherche souligne justement – en s’appuyant notamment sur une riche iconographie dont les pages suivantes donnent un aperçu – le caractère pluriel des lieux de détention, qui accumulent des fonctions qui, parfois, semblent antithétiques : privation de liberté, soins, accès aux droits et à la culture…

3La notion d’espace nous invite à nous interroger : Comment s’organise la spatialité carcérale ? Et que nous apprend l’organisation spatiale de la prison ?

4Trois axes transversaux ont été privilégiés pour répondre à ces questions : Territoires ; Patrimoines et représentations ; et lieux vécus. Ainsi, nous avons cherché à associer des analyses sur les topographies spécifiques de la prison, la matérialité du bâti et les expériences subjectives de l’univers carcéral.

5Commençons par les territoires. La question que nous nous sommes posée est celle de savoir comment l’espace carcéral s’inscrit dans son environnement. Pour y répondre, nous avons sollicité des interventions relatives aux pratiques culturelles en établissement pénitentiaire et aux impacts réciproques entre les prisons et leur environnement, d’un point de vue socio-économique notamment.

6Nous avons ensuite privilégié la question du patrimoine et des représentations. Les prisons relèvent-elles du patrimoine ? La réponse à cette question fait débat. Sur ce point nous avons convié aussi bien des historiens que des photographes, qui donnent à voir l’extraordinaire diversité du bâti carcéral.

7Enfin, nous avons interrogé la perception de l’espace par les personnels et les personnes détenues de leur vécu en établissements pénitentiaires. Ce qui nous a conduits à interroger les nouvelles normes et réalisations immobilières de l’institution.

8Le thème de ces journées d’étude était particulièrement bien venu en raison de l’actualité de l’administration pénitentiaire. Cette actualité est encore la nôtre, puisque se pose toujours avec acuité des questions relatives à :

  • La construction de nouveaux établissements de détention ;

  • La création des quartiers de préparation à la sortie en centres villes ;

  • Le développement des projets visant à réagencer les espaces pour améliorer les relations en détention.

9Les journées ont pour mérite de rappeler que, loin de la temporalité de l’urgence médiatique, les professionnels et les chercheurs travaillent depuis longtemps sur ces questions. Ils ont accumulé des savoirs et des savoir-faire qui méritent d’être partagés. Au fil de leurs interventions, il devient possible d’arracher la question de l’espace de détention à la polémique ou aux controverses, pour la resituer au croisement de différents points de vue, dans des débats informés et argumentés. Manière de rappeler l’importance du dialogue permanent entre les décideurs, les acteurs de terrain et les scientifiques.

10Autre mérite : ouvrir des perspectives internationales. Les JDI, comme l’indique leur nom, font intervenir des chercheurs et universitaires étrangers qui viennent élargir notre champ de vison, qui sans eux resterait par trop hexagonal. Mettre les problématiques françaises en perspective n’est assurément pas un luxe et cet exercice de comparaison reste encore trop rare. À travers les exemples Suisse, Belge, Norvégien… les JDI rappellent que le bâti carcéral reflète des visions différentes de la société et de la peine. On voit par exemple très bien comment dans chaque espace national, les impératifs de sécurité et de réinsertion sont pris en compte de manières différentes.

11Mais la mise en perspective n’est pas que géographique. Elle est également historique. L’image retenue pour illustrer les journées était celle d’un plan de la prison de la Santé, à Paris. Un plan datant de 1871, issu de la monographie de Joseph Auguste Vaudremer consacrée à cet établissement. Cette illustration a été retenue car le cas de la prison de la Santé croise toutes les problématiques abordées pendant ces journées : celle du patrimoine ; celle de la conservation et de la mise en archive ; celle des idéologies architecturales.

  • 3 « Questions à Michel Foucault sur la géographie », Hérodote, n° 1, janvier-mars 1976, p. 71-85.

12Cette double mise en perspective permet enfin de saisir la dimension profondément politique de la question de l’espace. Michel Foucault, déclarait dans un entretien, en 1976 : « La géographie doit bien être au cœur de ce dont je m'occupe »3. On le sait, l’espace reflète et organise les rapports humains (d’où l’intérêt de transposer un modèle à un autre, par exemple le modèle de la ville à celui de la prison). Cette dimension profondément politique a traversé les journées d’études de part en part. Elle anime également les actes que nous vous proposons aujourd’hui.

13Parlons enfin de la nécessité des images. La prison est un monde de plus en plus caché ; les établissements récents ont été construits hors de la ville, hors de la vue des résidents. La photographie donne à voir et peut être un excellent vecteur de ce que la prison représente pour les gens qui y vivent au quotidien. Des photographes nous présentent leur conception de l’image mais aussi le travail accompli avec des détenus qui mettent en scène leurs préoccupations.

14Car la prison est avant tout un lieu de vie. Les images que les photographes et les détenus nous en présentent ne sont pas statiques et ne sont pas dépourvues d'empreintes de leur vie à l'intérieur et à l'extérieur. C'est par la photographie que peuvent être restitués aux détenus ces moments d'humanité.

15La direction de l’administration pénitentiaire, par ses journées d’études internationales en est le passeur dans ces actes.

Haut de page

Notes

1 Pour les « JDI » 2016, les 7e du genre, dont les actes vous sont ici proposés, le bureau des statistiques et des études rattaché à la sous-direction des métiers et de l’organisation des services de la DAP (SDMe5) a retenu un thème dont le titre indique l’ambition : les espaces de détention.

2 http://www.gip-recherche-justice.fr/publication/fabriquer-la-prison-pour-une-etude-des-spatialites-au-sein-de-cinq-prisons-belges-et-francaises/

3 « Questions à Michel Foucault sur la géographie », Hérodote, n° 1, janvier-mars 1976, p. 71-85.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Kensey, « Espaces de détention, espaces de vie », Criminocorpus [En ligne], Espaces de détention : territoires, patrimoines et lieux vécus, Présentations des actes, mis en ligne le 14 septembre 2020, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7438

Haut de page

Auteur

Annie Kensey

Cheffe du bureau des statistiques et des études de la Direction de l’administration pénitentiaire (SDMe5)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search