Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Espaces de détention : territoir...CommunicationsÉcologie d’un lieu dans la prison...

Communications

Écologie d’un lieu dans la prison : le « pôle socio » du centre pénitentiaire de Sarn

Laurent Solini et Jennifer Yeghicheyan

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Notre propos est, pour partie, extrait d’un article récemment publié, voir Solini, Scheer, Yeghiche (...)
  • 2 Rendu anonyme, ce centre pénitentiaire, fait partie des établissements construits durant le program (...)
  • 3 Cette appellation semble particulièrement employée par le service de direction de l’établissement q (...)

1Positionné au centre de la prison de Sarn2 et présenté par l’un des architectes comme « des mètres carrés gagnés sur la détention », le pôle socio-éducatif est dédié aux activités scolaires ainsi qu’à plusieurs pratiques connexes telles que les jeux de société, les échecs, la peinture, les groupes de parole, l’expression corporelle, le dessin, la lecture, la tenue d’un journal, le modelage, le culte, etc. Qualifié la majeure partie du temps de « socio », il est également identifié comme étant le « sanctuaire3 », le  « centre scolaire », la « zone socioculturelle » ou le « pôle socio ». Il accueille les détenus de 8h30 à 11h15 puis de 13h30 à 16h15. De nombreux professionnels se rencontrent au sein de cet espace jugé atypique : le responsable local d’enseignement et son adjoint, les quatre enseignants, plusieurs intervenants extérieurs et l’unique surveillant.

  • 4 Les prénoms des personnes enquêtées ont été modifiés.

2Son caractère, semble-t-il singulier, est dû à sa réfection récente. Entièrement rénové il y a trois ans, l’endroit a fait l’objet d’un « chantier-école » demandé par Lionel4, l’un des surveillants qui s’y trouve affecté : « Oui donc, avant le sol était très usé, c’était du béton peint directement, ça s’écaillait. Et quand je suis arrivé, il y a trois ans, j’ai demandé à ce que ce soit refait. Mais c’était pas prévu dans le marché. Normalement, le privé doit repeindre tous les trois ans, donc j’ai demandé. On a vu avec la direction, ils m’ont appuyé. Ils ont décidé d’un chantier-école ». Bien que le pôle socio-éducatif fût pensé pour être un endroit à part, « une fenêtre ouverte sur l’extérieur », pour reprendre les propos tenus par l’un des architectes, où les détenus seraient susceptibles de s’extraire pour un temps de l’emprise carcérale, il s’inscrivait, avant sa transformation, dans le prolongement de la détention. Tel que l’indique Yoan, l’adjoint du responsable local d’enseignement : « les carrelages et les peintures ont moins de deux ans. Avant, c’était un ciment brut, c’était horrible d’ailleurs ! Les peintures n’avaient pas été refaites depuis plus de dix ans. Le sol n’avait jamais été refait. C’était d’époque ! Depuis le carrelage, on a moins d’échos. On pensait le contraire, mais en fait… Et puis, ça fait plus propre. Avant, ça faisait sale ce ciment ». Léa, psychologue du travail employée par le partenaire privé, note également le changement apporté par la réfection : « Avant, c’était glauque […]. Le sol était défoncé. Les murs étaient… Depuis que ça a été refait, même nous, le personnel, on a du plaisir à venir travailler ici ».
Son accès s’effectue par un escalier en colimaçon, bétonné. Les murs sont gris foncé, salis par les traces de chaussures et de mains. Aucune lumière ne pénètre dans cet espace de jonction, si ce n’est celle d’un néon positionné au plafond. En haut de l’escalier, une grille empêche l’entrée dans le hall principal du pôle socio-éducatif. Bleu ciel, elle détone par rapport au reste de la détention. Le hall a la forme d’un L renversé. Le couloir central se prolonge à droite par un bras plus étroit, le tout est peint en bleu pastel. Tel que l’indique Lionel, le choix de la couleur a fait l’objet d’une négociation : « Le privé m’a proposé blanc. Mais j’ai dit que c’était pas possible. Moi, je travaille pas dans un hôpital. […] J’ai demandé combien de couleurs vous avez passées, parce qu’ils me disaient qu’il y avait que le blanc de possible. Cette année, c’était le blanc. Mais j’ai demandé, il y a bien dû avoir d’autres couleurs, donc quelles autres couleurs vous avez passées ? Je me disais qu’il devait y avoir un code couleur. En fait, ça avait jamais été repeint depuis l’ouverture ! Donc finalement, j’ai réussi à obtenir qu’il y ait de la couleur. Mais on m’a donné le choix des couleurs le matin et il fallait que je donne ma réponse à midi. […] Je voulais pas du rose, surtout pas ! Et puis, je voulais des pastels, justement pour adoucir ». Au sol, le carrelage est blanc. Il recouvre pour partie les murs, jusqu’au tiers de leur hauteur. Des mosaïques colorées sont présentes au sol et sur les murs du couloir. Elles symbolisent l’univers balnéaire. Lionel explique qu’« au départ, il y avait de prévu que le carrelage du sol et celui à mi-hauteur sur les murs. On a continué pour faire les fresques. On a récupéré aussi des chutes pour faire un effet de vague ». On peut ainsi y voir figurer des palmiers vert éclatant, des coquillages blanc nacré, une mer bleu intense et un soleil orange.

Une mosaïque murale. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

Une mosaïque murale. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

3Sur l’un des murs, qui sépare le hall du patio, une peinture affiche un mur de briques détruit en son centre. Les briques volent de part et d’autre pour laisser suggérer un ciel bleu, esquissé par quelques nuages blancs.

La peinture du mur de briques. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

La peinture du mur de briques. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

4Le hall est par ailleurs percé de plusieurs puits de lumière. Deux sont situés au plafond : l’un en début de couloir, l’autre positionné au niveau de l’angle droit que forme la réunion du couloir principal et du bras plus étroit. Il s’agit de carrés d’un mètre sur un mètre perçant la toiture du bâtiment. Ils sont comblés par une plaque de plexiglas transparente et un barreaudage blanc qui tend à se confondre avec la couleur du plafond. D’autres ouvertures permettent de faire entrer la lumière dans ce lieu singulier. C’est ainsi que le mur situé à la droite du hall est percé par cinq fentes vitrées, autant de colonnes qui laissent entrer la lumière extérieure. Une photocopieuse entourée de dessins est également présente. Elle est circonscrite par des paravents grillagés, recouverts d’affiches indiquant quelques-unes des activités proposées : les cours de yoga se tenant dans l’espace sportif, les rencontres père-enfant aux parloirs, mais aussi les ateliers ponctuels relatifs à la gastronomie. Une sonnette surplombe le couloir principal. Petite, ronde et en métal clair, équipée par un bras extérieur qui vient frapper le cylindre afin de produire un son, elle contribue à faire du pôle socio-éducatif une extrapolation de l’univers scolaire. S’ajoute à cela, six casiers positionnés contre l’un des murs du couloir. Les enseignants et autres intervenants y rangent leur matériel. En métal et de couleur bleue, ils sont semblables aux rangements que l’on trouve dans certains établissements scolaires. Les surfaces et les objets, leurs textures qui absorbent, réfléchissent et propagent une lumière claire sont pour beaucoup dans la construction et le maintien d’un climat proche de celui rencontré dans certaines bibliothèques ou centres d’information et de documentation scolaire. Les détenus restent parfois dans le hall et discutent assis sur les chaises ou adossés aux poteaux centraux. Les échanges ont tendance à se faire à mi-voix. Il y a très peu de bruit et un climat de relative quiétude s’installe dans ce lieu où le temps frénétique observé dans les espaces travaillés et dans les couloirs de circulation semble ici se déliter au profit d’un temps plus « engourdi ». Alors qu’Issam mentionne qu’« y’a moins de tensions ici », Gregory, un autre détenu, revient sur la symbolique du lieu : «  tu rentres, tu te crois dans une école ! Par rapport à la prison. Parce que des fois y a des petites pièces dans les étages, je veux dire, c’est crado. Ici, c’est net. C’est une école en fait ou la bibliothèque muni… là ».

L’accès au patio. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

L’accès au patio. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

5L’enquête à l’origine de ce texte est subventionnée par la Mission de Recherche Droit et Justice (Solini, Yeghicheyan, Ferez et al., 2016). Entre le mois d’avril 2014 et le mois de mai 2016, une équipe de chercheurs se centre sur les usages relatifs à plusieurs espaces carcéraux. Les appropriations multiformes ainsi soulevées relèvent de l’analyse de trois types de données que sont les archives, les récits et les conduites ; recueillies au sein de cinq prisons situées en Belgique et en France. Le propos qui s’ensuit ne se rapporte qu’à une partie de l’enquête précitée. Les éléments empiriques servant de support à la démonstration sont recueillis entre le mois d’octobre 2014 et le mois de janvier 2015. Ils comprennent plusieurs observations menées durant le culte catholique, les enseignements d’histoire-géographie, de français, de langues étrangères, réalisées au moment des ateliers modelage, échec et journal, ou encore lors de rendez-vous de suivi professionnel, dans la bibliothèque, le hall et le bureau du surveillant. 34 entretiens viennent compléter les observations. Ils se déroulent avec l’ensemble des acteurs de la prison : personnels de l’Administration pénitentiaire, du prestataire privé, de l’unité sanitaire, de l’Éducation nationale, plusieurs détenus et intervenants extérieurs. S’ajoute à cela, la collecte de documents d’archives, type cahiers des charges, notes de service et programmes nationaux de construction.

Des usages et usagers : culte, enseignements et bibliothèque

6Cet « atomisme physique » (Joseph, 1995) semble rejaillir jusque dans les salles d’activités. Plusieurs salles sont ainsi distribuées à gauche du hall. La salle polyvalente accueille plusieurs pratiques telles que le théâtre, la danse ou encore les cultes religieux. Elle fait par ailleurs office de lieu de rencontre entre des personnalités extérieures et les détenus. Rectangulaire et de bonne taille, cet espace ne dispose d’aucune fenêtre et est éclairé par quatre néons. Les murs sont recouverts par une immense fresque pittoresque représentant certains quartiers et coins de rue traditionnels ainsi qu’un port exigu où deux barques sont appontées. Les couleurs pastel donnent corps à des personnages qui interagissent dans ce décor.

7Nous sommes dimanche. La salle est ouverte. Les personnels religieux installent les chaises, l’autel, recouvert d’un drap blanc et une grande croix en bois. Deux sœurs font répéter les chants avec les détenus déjà présents. Seule environ la moitié de la salle est utilisée. Une quarantaine de chaises sont installées face à l’autel. Elles sont reparties de part et d’autre afin de libérer le passage au centre. La disposition rappelle ainsi celle reproduite dans les églises. Une table, proche de la porte d’entrée, présente un hebdomadaire chrétien, des calendriers et des feuillets qui serviront à suivre la messe. Les détenus peuvent ainsi s’en saisir avant que l’aumônier ne débute son office. Ils arrivent progressivement. Bien qu’ils soient plus d’une vingtaine, ils s’installent sans bruit en échangeant quelques regards de salutation. La messe commence lorsque les deux prêtres en soutane s’avancent. La célébration suit son cours en silence. Paul, l’un des prêtres, confiera être régulièrement saisi par l’ambiance qui règne ici : « selon les chants et les moments, tout le monde se lève ou s’assoit sans bruit, sans parler. Les choses se font dans le calme. On se croirait dans une vraie église (sourire) ». Lors de la communion, les détenus se lèvent et passent chacun leur tour devant le prêtre en empruntant le passage central. Ils prennent l’hostie. Certains la mettent sur leur langue, d’autres partent en sa possession. Plusieurs détenus s’arrêtent devant la croix et signent, d’autres ferment simplement les yeux ou se mettent à genoux, les mains croisées. La célébration s’achève par des poignées de mains, chacun évoquant : « la paix du Christ ». Les détenus se donnent ainsi la main ou se tapent sur l’épaule.

La salle polyvalente et ses fresques murales. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

La salle polyvalente et ses fresques murales. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

8En plus de la salle polyvalente, huit salles de classe sont réparties au sein du pôle socio-éducatif. L’une d’entre elles est dédiée à la confection du journal de la prison alors que les autres accueillent enseignements, jeux de société et modelage. Toutes configurées de manière identique, elles sont rectangulaires, relativement étroites et disposent de deux fenêtres permettant l’entrée de la lumière naturelle. Peints en blanc, bleu ou vert, les barreaux sont rendus à la couleur des murs. Chacune des salles est décorée par des illustrations qui représentent, semblablement aux fresques précédemment décrites, la mer méditerranée, le soleil ou le sable et font apparaître certains crustacés en relief. Au sein de ces espaces, les détenus, régulièrement qualifiés d’« élèves », semblent quitter pour un temps leur condition et s’inscrire dans des pratiques identifiées par les enseignants comme « studieuses ». À l’écoute, cherchant à participer et à prendre la parole dans le cadre proposé par l’enseignement, ils expriment un investissement scolastique relayé par la bonne tenue de leurs cahiers d’exercices. Il n’est pas rare d’observer les détenus requérir les conseils de l’enseignant tout en lui montrant la manière dont ils progressent dans les exercices et la qualité de leurs prises de notes : bien écrites, les changements de couleur signifient les parties importantes, les titres sont soulignés à la règle. Cet engagement dans le registre de l’activité proposée est à prendre en considération également durant la pratique des échecs. Avec Léon, l’intervenant extérieur, les détenus discutent du règlement et particulièrement du positionnement des pièces sur le plateau et des mouvements qu’elles sont autorisées à réaliser. Les plus aguerris évoquent certaines stratégies d’ouverture de la partie. De longs moments de silence viennent ponctuer les sessions de jeu.

La salle de l’atelier de modelage. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

La salle de l’atelier de modelage. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

9Réaménagée il y a plusieurs années par les personnels de la médiathèque municipale, la bibliothèque est fondue dans une ambiance similaire. Les quatre fenêtres de belle taille, conquises sur le béton et qui autorisent l’entrée de la lumière ainsi que la présence de fauteuils orange, bleu et vert, installés au centre de la pièce, travaillent à la construction d’une atmosphère chaleureuse. Sur les murs, peints en bleu pastel, figurent des illustrations fortement colorées. S’observent alors des aras, ces perroquets qui arborent un plumage rouge, jaune et bleu, nichés sur des branches d’arbres aux feuilles d’un vert éclatant. Des abeilles, des fleurs et la persistance d’un ciel bleu et de quelques nuages blancs viennent apporter la touche finale à cette fresque, située à gauche de l’entrée sur le mur qui se trouve derrière le comptoir.

La décoration de la bibliothèque. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

La décoration de la bibliothèque. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
  • 5 L’analyse qui suit prend sa source dans le travail mené par Isaac Joseph sur l’écologie d’un bureau (...)

10Imposante, elle est immédiatement remarquée. Les détenus qui arrivent et repartent de la bibliothèque se rendent systématiquement au comptoir afin qu’un détenu auxiliaire enregistre les mouvements des ouvrages, magazines et bandes dessinées empruntés. Le comptoir trouve ici la fonction de guichet et agit en tant qu’endroit ostensiblement coloré et affiché au sein duquel un rapport plus étroit se noue via un interlocuteur direct5. L’auxiliaire est ainsi positionné à l’entremise : parfois flottant, dès lors qu’il s’agit de se mettre sur la réserve et d’être ostensiblement ailleurs, à d’autres moments tributaire d’un « je suis à vous » : « ce registre de la communication non verbale de proximité qui va du clin d’œil et du froncement de sourcils jusqu’au sourire furtif et au mouvement de menton » (Joseph, 2007, p. 404). Le face-à-face singulier exige donc de prêter l’oreille, se désengager de l’action en cours tout en restant poli comme amusé ou encore intrigué, mais jamais impassible. Ce travail de figuration ajustée s’inscrit dans un régime de disponibilité destiné à renforcer la présence et les actions de l’auxiliaire de bibliothèque, cet agent d’accueil qui dispose de son temps à destination des détenus devenant alors des usagers.

Lorsque la semblance se dissipe : surveillance, sectorisation et privilèges

  • 6 Voir notamment sur ce point Benguigui, Chauvenet, Orlic, 1994 ; Rostaing, 1997 ; Chantraine, 2004.

11Les premiers jours d’enquête menés au sein du pôle socio-éducatif livrent le sentiment d’une déprise carcérale. Il semble agir en tant que lieu-passerelle vers l’extérieur. Sa fonction, les objectifs présentés par les acteurs lors des premiers échanges, sans oublier le décor se combinent pour afficher un quotidien comme tenu à distance du reste de la détention. Le subterfuge est alors régulièrement alimenté par la présence de personnels non pénitentiaires comme les enseignants et les intervenants associatifs, particulièrement en mobilisant intra-muros des valeurs, voire des droits provenant de l’extérieur et qui s’accommodent mal de l’ordre pénitentiaire (Marchetti, Combessie, 1996). Le lieu peut être également présenté comme a-carcéral en raison des interactions qui s’y jouent et qui paraissent s’écarter d’un ordre carcéral négocié6 pour s’inscrire dans des registres discursifs plus proches des activités proposées. Durant les heures passées au pôle socio-éducatif, les détenus échangent peu si ce n’est en rapport avec l’activité. Tout ce qui relève du fonctionnement carcéral semble pour un temps être laissé de côté. Les conditions liées à la détention, l’évolution des « affaires », les altercations, les sanctions disciplinaires, les rapports entre surveillants et détenus ainsi qu’entre détenus ne constituent qu’une part minime des sujets abordés. Les discours s’ancrent dans le répertoire des pratiques qui se tiennent au sein de cet espace où l’on cherche à faire autre chose que de reproduire le quotidien carcéral.

12Il est intéressant de constater que le chercheur lui-même peut, si ces investigations sont de courte durée, se laisser prendre au piège de cet « espace témoin » (Bossé, 2015 ; Bossé et Roy, 2012), espace que le directeur de l’établissement mentionne dès notre premier échange comme une étape incontournable de la visite de son établissement. Apprêté, prêt à se faire voir, cet espace présenté et présentable, vitrine, prestataire d’une possible vie sociale détentrice des attributs de la vie normale en détention, accroche d’autant plus le regard qu’il rompt avec une détention quasi surannée, rendue morne par la vétusté et la salissure apparentes sur les sols, les plafonds, les murs et les portes. C’est seulement après plusieurs jours passés au sein du pôle socio-éducatif que tend à se dissiper l’image prédominante jusqu’alors d’un espace insulaire. Sa porosité au fonctionnement carcéral apparaît alors grandissante au fur et à mesure des observations menées, faisant de ce lieu un ersatz de l’école, de la bibliothèque ou encore des salles communales. D’abord, il répond aux impératifs sécuritaires de la prison et particulièrement à la circonscription des espaces par des portes fermées, des barreaux, des grilles ou des grillages. Les circulations ne sont donc pas laissées à l’initiative des détenus, mais contrôlées par les personnels. Les portes des salles d’activités disposent par exemple d’un dispositif de poignée amovible. Les tenants des activités, les auxiliaires, les enseignants, les intervenants associatifs ainsi que le surveillant disposent d’une poignée qu’ils prennent soin de ne pas laisser sur les portes. Après chaque fermeture de porte, ils enlèvent la poignée et donc verrouillent l’espace qu’ils viennent de quitter. Les détenus, dès lors qu’ils cherchent à sortir ou à entrer dans une pièce, doivent demander aux personnels d’ouvrir et de fermer la porte.

13Ensuite, les détenus ne peuvent se rendre au sein du « socio » sans autorisation. À leur arrivée, Lionel, assis sur la table située à l’entrée du pôle socio-éducatif, la liste des activités de la demi-journée en mains, vérifie la permission dont dispose chaque détenu avant de lui indiquer la salle vers laquelle il doit se diriger. Si les entrées sont contrôlées, les sorties demandent également à être vérifiées comme en atteste la scène qui suit. Mickaël se rend dans le bureau du surveillant car il souhaite sortir. Il mentionne un rendez-vous au parloir. Lionel regarde l’heure et lui répond qu’« il n’y a pas de parloir à cette heure-ci ! Le prochain est dans une heure ». Mickaël précise alors sa demande en indiquant qu’il s’agit d’un « parloir avocat ». Le surveillant vérifie sur son ordinateur sans trouver trace dudit rendez-vous. Il prend néanmoins l’initiative d’appeler un autre surveillant afin d’en avoir la certitude : « tu me confirmes Mickaël, parloir avocat cette après-midi ? Non ? Très bien, je te remercie ». Lionel imprime alors la feuille listant l’ensemble des rendez-vous et la tend à Mickaël afin de lui signifier qu’il n’y est pas inscrit. Mickaël perd alors patience et insiste. Il hausse la voix et s’énerve, prend la feuille et la jette sur le bureau du surveillant : « J’comprends pas là ! ». Le surveillant se lève de sa chaise : « Maintenant, je rigole plus. Tu n’as pas rendez-vous et tu ne pars pas comme ça de cours ». Mickaël sort alors du bureau. Une fois dans le hall, il se tourne vers Lionel : « Ça va faire quoi franch’ment ? J’vais plus venir à l’école ? J’vais pas en mourir ! ». Lionel finit alors par clore l’échange : « Ça, c’est toi qui vois ».

14Existe enfin, la condamnation de certains endroits du pôle socio-éducatif. C’est notamment le cas du patio, cette cour intérieure donnant sur le hall et les bureaux des enseignants. Inutilisée, la porte permettant de s’y rendre est verrouillée. Des chaises sont positionnées devant comme pour en faire oublier l’accès. Les détenus s’assoient et discutent dos à cette porte. Aucun regard ne s’y arrête. Aucune demande n’est formulée afin de tirer parti de cet espace à ciel ouvert. La condamnation du patio fonctionne ainsi comme le « codage » d’un lieu (Foucault, 1975, p.168). À l’origine rendu disponible par l’architecture dans le but d’accueillir des groupes importants, il est mis en quarantaine du fait de sa configuration. L’endroit semble en effet présenter les caractéristiques d’un espace confiné au sein duquel l’intervention des personnels pénitentiaires est rendue difficile. La porte, large d’environ un mètre, constitue le seul accès à la cour intérieure. Il reste la possibilité de s’y rendre par les toits, mais les barreaux qui coiffent le patio, s’ils empêchent toutes sorties, entravent également les entrées. Aussi l’encombrement ou le blocage éventuel de la porte par les détenus constitue un risque trop important, dans la mesure où les dispositions du lieu limitent l’intervention des personnels, pour en autoriser l’accès.

Le patio. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

Le patio. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

15Il faut ajouter à ces effets de clôture, les procédures de surveillance qui restent de mise. Bien qu’il n’y ait pas de caméras au pôle socio-éducatif, des miroirs convexes sont installés et servent à prolonger le regard du surveillant dans les zones auxquelles l’œil ne peut avoir directement accès. Une fois installé à son bureau, le surveillant ne dispose que d’une vision parcellaire de l’endroit. N’étant pas en mesure d’observer l’ensemble des conduites se déroulant dans le hall, son œil est relayé par ces deux miroirs convexes. Ils sont positionnés sur la partie haute d’un poteau qui prend place au centre de l’espace où se réunissent le hall central et le bras de couloir. Le premier de ces miroirs permet de prolonger le regard du surveillant vers la grille d’entrée du pôle socio-éducatif, la première partie du couloir central ainsi qu’en direction de la sortie de la salle polyvalente. Le second miroir est orienté vers le bras de couloir et facilite l’observation des entrées et des sorties des détenus présents dans les salles de cours et la bibliothèque.

Les dispositifs optiques. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

Les dispositifs optiques. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice

Conclusion

  • 7 Gregory Salle réserve quelques lignes à ce mouvement dans son dernier ouvrage. Voir Salle, 2016.
  • 8 Concernant la mutation de la profession d’architecte en France et en particulier ses relations avec (...)

16Descriptif bien plus qu’idéationnel, notre propos cherche à revenir sur une réfection, celle du pôle socio-éducatif de Sarn et sur ses effets en matière d’expérience de détention. Usages, récits et dispositions spatiales se conjuguent alors, livrant, par la seule observation d’un morceau de prison, les ressorts d’un mouvement élargi ; celui de la mise en publicité de l’enfermement carcéral7. La modification du savoir-faire en matière de construction des prisons, qui sévit durant les années 1990, n’y est sans doute pas pour rien8 ! Toujours est-il que s’opère actuellement en parallèle de l’augmentation quasi frénétique des places de prison, la présentation d’établissements qui cherchent à se montrer toujours plus soignées esthétiquement. La maîtrise d’ouvrage, actuellement l’Agence pour l’Immobilier de la Justice, et le maître d’œuvre, le cabinet d’architecte sélectionné à l’issue d’un concours d’« idées », de « projets », en « conception-construction », travaillent de concert afin d’anticiper la médiatisation des établissements. Ils soignent particulièrement les images et les discours avec par exemple la publication de plaquettes à destination des professionnels et des milieux associatifs, la modification de plusieurs appellations (lorsque la coursive devient une rue, la cellule une chambre, un secteur un pavillon ou une unité de vie, une cour un patio), la mise en avant de lieux étalons ou témoins, visuellement propres et modernes, fonctionnant en tant que mimiques de lieux dans la ville (avec par exemple une cour qui devient city-stade à l’entrée d’un bâtiment).

  • 9 Michel Foucault aurait sans doute discuté cette dernière affirmation, mentionnant qu’à eux seuls, l (...)

17Tout porte à croire qu’il s’agit de construire des prisons qui supposent un enfermement de qualité, capable de concilier, contrôle, discipline, dissuasion, privation, instruction, thérapeutique et réhabilitation. Pourtant la présentation du pôle socio-éducatif de Sarn, aussi sanctuarisé soit-il, montre que l’Administration pénitentiaire ne parvient pas (et ne parviendra sans doute jamais) à délier ce nœud gordien qui l’enserre et qui consiste pour l’essentiel à reproduire en prison, autant qu’à en faire la publicité, les espaces de la vie normale, souhaitant y voir émerger, pour ensuite l’afficher en tant que résultat probant, une économie citoyenne propice à la réhabilitation des personnes incarcérées. Elle poursuit néanmoins ce chemin ! À la visibilité assumée de la sanction pénale, particulièrement affichée via la combinaison plus ou moins réussie d’éléments austères tels que la vétusté des locaux, l’économie de pénurie, l’empreinte sécuritaire et l’enceinte fortifiée, l’Administration pénitentiaire semble lui préférer depuis quelques années, le revers postiche et dit « humanisé » de la peine. Or, c’est en faisant cela que les prisons dites « modernes », celles rénovées ou construites depuis les années 1990, depuis ce mouvement de privatisation qui s’étend de la conception à la gestion des établissements, camouflent une carcéralité de plus en plus insoutenable derrière un décorum de l’intégration. Autrement dit, la prison n’en serait donc plus entièrement une et pourtant ce sont bien les préceptes premiers de l’« institution totale » (Goffman, 1968) qui reviennent progressivement contrebalancer les ressorts de l’incarcération, renouvelant du même coup l’enveloppe dont l’institution pénitentiaire cherche justement à se départir. Soyons donc honnêtes, « rues », « magasins », « chambres », « unités de vies », « pavillons », « chapelles », « terrains de sport », « gymnase », « bibliothèque », « espaces socio-éducatifs » ou « socio-ludiques » ne sont et ne resteront que la soupape d’une détention cocotte-minute, supportée par une discipline et un contrôle négociés. Sans le concours de ces obturateurs dynamiques, la pression produite par le dispositif ne manquerait pas d’avoir raison des murs, de l’enceinte, des miradors, des grilles, des grillages et des concertinas9.

Haut de page

Notes

1 Notre propos est, pour partie, extrait d’un article récemment publié, voir Solini, Scheer, Yeghicheyan, 2016.

2 Rendu anonyme, ce centre pénitentiaire, fait partie des établissements construits durant le programme coordonné par Albin Chalandon, dit « Programme 13000 ». Il ouvre en 1990 et accueille, durant l’enquête, plus de 800 détenus, prévenus et condamnés.

3 Cette appellation semble particulièrement employée par le service de direction de l’établissement qui souhaite souligner le caractère protégé et fermé du pôle socio-éducatif, considérant le lieu comme une forme de refuge à caractère sacré au sein duquel les errements du quotidien carcéral ne s’insinueraient que modérément.

4 Les prénoms des personnes enquêtées ont été modifiés.

5 L’analyse qui suit prend sa source dans le travail mené par Isaac Joseph sur l’écologie d’un bureau de poste (Joseph, 2007).

6 Voir notamment sur ce point Benguigui, Chauvenet, Orlic, 1994 ; Rostaing, 1997 ; Chantraine, 2004.

7 Gregory Salle réserve quelques lignes à ce mouvement dans son dernier ouvrage. Voir Salle, 2016.

8 Concernant la mutation de la profession d’architecte en France et en particulier ses relations avec la commande publique voir notamment Moulin, 1973 ; Champy, 1999.

9 Michel Foucault aurait sans doute discuté cette dernière affirmation, mentionnant qu’à eux seuls, les espaces indiqués ne permettraient pas de contenir et conserver la paix carcérale. Les processus de gouvernement de la peine devenant progressivement gouvernementalité des corps y sont pour beaucoup dans l’intériorisation des procédures d’examen et d’auto-contrôle dont la population carcérale fait preuve, d’autant plus lorsque l’on connait les conditions désastreuses de son enfermement. Voir sur ce point Foucault M. (2001), Dits et Écrits I. 1954-1975, Paris, Gallimard, « Quarto » ; Foucault M. (2001), Dits et Écrits II. 1976-1988, Paris, Gallimard, « Quarto » ; Foucault M. (1999), Les anormaux, Paris, Seuil/Gallimard, « Hautes Études » ; Foucault M. (1994), Histoire de la sexualité. Le souci de soi, Paris, Gallimard, « Tel » ; Foucault M. (1994), Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, « Tel » ; Foucault M. (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, « Tel ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Une mosaïque murale. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre La peinture du mur de briques. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7442/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre L’accès au patio. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7442/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre La salle polyvalente et ses fresques murales. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7442/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre La salle de l’atelier de modelage. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7442/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre La décoration de la bibliothèque. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7442/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Le patio. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7442/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Les dispositifs optiques. Laurent Solini, Recherche « Fabriquer la prison », 2016, DAP, Ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7442/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Solini et Jennifer Yeghicheyan, « Écologie d’un lieu dans la prison : le « pôle socio » du centre pénitentiaire de Sarn », Criminocorpus [En ligne], Espaces de détention : territoires, patrimoines et lieux vécus, Communications, mis en ligne le 14 septembre 2020, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7442

Haut de page

Auteurs

Laurent Solini

Sociologue, maître de conférences à l’Université de Montpellier, chercheur au Laboratoire Santé, Éducation et Situations de Handicap (Santesih – EA 4614)

Jennifer Yeghicheyan

Ethnologue, ATER à l’Université de Montpellier au Laboratoire Santé, Éducation et Situations de Handicap (Santesih – EA 4614)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search