Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Espaces de détention : territoir...CommunicationsMaison d’arrêt de la Réunion et p...

Communications

Maison d’arrêt de la Réunion et programmes récents

Alain Bretagnolle

Texte intégral

Vue d’un des quartiers d’hébergement des détenus du centre pénitentiaire de Saint-Denis de la Réunion

Source : Agence pour l’immobilier de la justice.

Préambule

1Je m’appelle Alain Bretagnolle et je suis l’un des 12 associés d’ARCHITECTURE-STUDIO, un collectif né dans les années 1970 qui est devenu l’une des grandes agences françaises. À son actif, l’Institut du Monde Arabe à Paris (avec Jean Nouvel, Pierre Soria et Gilbert Lézenes), le Parlement européen de Strasbourg, et plus récemment à Paris le Grand auditorium de Radio France et la réhabilitation du Campus Est de Jussieu. Je citerai également, à l’étranger, le Centre culturel de Jinan en Chine, le Théâtre national du Bahrein et la récente tour Rotana à Aman, en Jordanie. Le 24 novembre dernier ARCHITECTURE-STUDIO recevait le Prix Chaptal 2016 dans la catégorie « Constructions et Beaux-Arts ».

2Le titre de mon intervention est : La Maison d’arrêt de la Réunion et programmes récents. Il pourrait aussi bien s’intituler « Retour d’expériences » car cela fera bientôt deux décennies que nous nous intéressons à la question pénitentiaire. Je vais donc témoigner de ces expériences et vous faire part de nos réflexions sur le sujet. Je ne traiterai ici ni des peines alternatives, ni des personnes radicalisées.

3Vous allez voir défiler derrière moi, sans aucun commentaire de ma part, des photographies des 3 établissements du programme 4000B que nous avons réalisés : Liancourt, Toulon-La Farlède, Meaux-Chauconin, mais également de la Maison d’arrêt de la Réunion. Vous verrez aussi des images de deux concours auxquels nous avons participé à Haren, dans la banlieue de Bruxelles en 2012, et à Genève en 2016, ainsi que quelques images du Centre pénitentiaire de la Polynésie française, que nous livrerons début 2017. Le mois dernier, nous avons rendu une offre en conception-réalisation, avec l’entreprise INSO, pour le Centre pénitentiaire de Lutterbach en Alsace. Ce programme précurseur et innovant nous a permis de dessiner ce que j’ai appelé un « Campus pénitentiaire ». Je ne pourrai malheureusement pas vous le montrer mais il en sera indirectement question dans ma présentation. Pourquoi évoquer un « Campus pénitentiaire » me direz-vous ?

4Parce que le passage par la prison peut être – et devrait être – une opportunité pour des personnes qui, pour la plupart d’entre elles, ont connu l’échec scolaire, la misère, la drogue, la petite puis la vraie délinquance, … des personnes qui sont déstructurées socialement, révoltées sans doute, mais qui ont aussi le sentiment d’être reléguées hors de la société. Avant que leur situation ne devienne irrémédiable, il faut leur donner tous les moyens de se former, la possibilité de reconsidérer leur situation et d’envisager un autre avenir dans notre société.

Présentation

5J’aimerais commencer mon propos en vous remerciant pour votre invitation. Il est important que les architectes se saisissent du sujet pénitentiaire car il en va de leur responsabilité sociale. L’architecture est d’intérêt général, c’est dans la loi et c’est pourquoi, d’ailleurs, nous avons une déontologie. C’est bien aussi, de mon point de vue, d’avoir une éthique ! L’intitulé de ces journées d’études est : « Espaces de détention, territoires, patrimoines et lieux vécus ». J’aimerais m’attarder sur ces « espaces et lieux vécus » car la première question qui se pose à l’architecte, quand il aborde la prison est : qu’est-ce que le vécu de l’incarcération ? Sauf à avoir été en prison, ce qui est somme toute assez rare, c’est une question qui peut rester sans réponse, ou plutôt n’avoir comme seule réponse que celle, assez abstraite et assez vague, de la « privation de liberté ».

6C’est pourquoi après avoir gagné notre premier concours, au tout début des années 2000, nous avons demandé à l’Administration pénitentiaire de nous organiser un stage en détention que nous avons réalisé, une semaine durant, à la prison d’Osny dans le Val d’Oise. L’objectif du programme 4000 – puisque c’est de lui qu’il s’agit – était d’humaniser les prisons. Autrement dit, on assignait aux architectes de traiter la question du respect la dignité des personnes incarcérées. Il était donc indispensable pour nous d’en comprendre, physiquement et symboliquement, les enjeux. Nous avons ainsi rencontré tous les usagers de la Maison d’arrêt : personnels administratifs, médicaux, formateurs, avocats, détenus et familles bien sûr, aux parloirs. Nous avons également accompagné les surveillants dans toutes leurs tâches, le jour et la nuit. Nous logions dans le même hôtel Formule 1 que les familles en visite. Nous en avons tiré énormément de leçons, mais la conclusion centrale était celle-ci : le corps, dans le contexte de la privation de liberté, est le support principal de l’équilibre des détenus.

Les scholastiques disaient déjà : « Rien ne vient à l’intelligence si ce n’est par les sens » et, dans une précédente intervention, on a déjà évoqué la « perte de la saveur du monde ». En détention, dans ces lieux confinés, il faut élargir les limites, « pousser les murs » en quelque sorte en créant des expériences sensorielles stimulantes : lumières, couleurs, matières, acoustiques, senteurs… Les témoignages des détenus d’Osny portaient aussi bien sur l’ergonomie de leurs cellules, les signes ostentatoires de la garde : barreaudages, grillages, concertinas,… la laideur parfois insigne de leur environnement, le labyrinthe des circulations, le manque de relation avec la nature et l’animation de la ville voisine, les nuisances sonores, olfactives ou lumineuses dans leurs espaces quotidiens. Il nous est ainsi apparu que l’organisation spatiale d’une prison, son architecture, ses détails constructifs sont définitifs et, d’une certaine manière, irrémédiables : ils font partie de la peine et ils lui donnent sens, dans un registre ou dans un autre.

7Le travail commençait sur ces fondements, entr’aperçus lors du concours mais fortement hiérarchisés par cette immersion dans le milieu carcéral. Cette expérience nous a également amenés à comprendre que la prison est l’espace commun de vie et de travail de deux populations dont les enjeux sont contradictoires : les détenus d’une part et les surveillants d’autre part. En tant qu’architectes, il nous a paru essentiel de nous intéresser aussi bien aux conditions de vie des uns qu’aux espaces de travail des autres. Nous avons été les premiers, par exemple, à traiter la question de l’ergonomie des postes protégés, avant même qu’un ergonome ne soit attaché aux services de l’administration pénitentiaire. Depuis - accompagnés par l’évolution des programmes il faut le souligner - nous structurons nos projets architecturaux autour des mêmes thèmes, qui sont liés à la symbolique institutionnelle et à la dédramatisation du cadre de la détention :

- D’abord la lisibilité et la qualité spatiale du plan masse : cela permet une orientation et une surveillance aisée, mais surtout, symboliquement, une « transparence » du cadre de vie et de travail proposé ;
- Ensuite la fin du panoptique, la symbolique du « surveiller et punir» chère à Foucault : dans nos derniers projets : Haren et Lutterbach en particulier, nous avons placé le Pôle d’Insertion et de Prévention de la Récidive (ou l’équivalent belge du Centre socio-culturel….) au cœur du dispositif spatial.

Ce n’est donc plus le poste de surveillant et cela rompt symboliquement avec la vision panoptique ancienne. Par sa position centrale et par une architecture distinctive, ce bâtiment exprime la vision d’une nouvelle politique pénale qui fait de la réinsertion l’objectif principal et le sens premier de la peine de privation de liberté.

- Enfin, la qualité urbaine des espaces : c’est un dispositif essentiel de cette « normalisation » - si je puis dire - du cadre de la détention. Les seuils d’entrée en détention sont clairement marqués, les circulations hiérarchisées avec des espaces publics, semi-publics et privés, qui font explicitement référence à un environnement culturel urbain et qui doivent pouvoir se prolonger dans les quartiers avec des placettes d’entrée, des cours, des jardins, des nefs ou des rues intérieures. On est ici dans une trame urbaine et plus du tout dans un schéma fonctionnel dicté par la surveillance.

8Bien sûr, d’autres éléments rentrent en ligne de compte : j’en citerai quelques-uns :

- D’abord, la présence de lumière naturelle dans les circulations et au sein des hébergements. C’est est un sujet très important. L’administration pénitentiaire a retrouvé, dans ses derniers programmes, les vertus des nefs qui associent verticalement plusieurs unités d’hébergement. Il est facile de les éclairer zénithalement depuis les toitures et on a ainsi des volumes double ou triple hauteur qui donnent de la diversité et de la richesse spatiale aux parcours. Cette typologie est également plus sûre pour les surveillants. Tout le monde y gagne ;
- La présence de végétation permet également de dédramatise les espaces de la détention : Nous avons beaucoup travaillé sur ce sujet pour le Centre de Détention de la Polynésie française et pour Lutterbach - en adaptant évidemment les plantations à ces climats très différents - mais c’est à la Réunion que nous avions réalisé la première terrasse végétalisée de l’histoire pénitentiaire.

À Papeari, nous avons mis en œuvre des pare-vues entre les cours de promenade et les terrains de sport, avec des palmiers multipliants et des bosquets d’Ibiscus. Il y a aussi des frangipaniers dans les cours de promenade, des terrains de pétanque et des massifs de fleurs. Il y a aussi un FAA’PU c’est-à-dire un potager pour que les détenus se forment à l’agriculture. Je suis convaincu que les détenus comprennent ces marques de respect et en tiennent compte dans leurs comportements. En 8 ans d’exploitation, l’établissement de la Réunion n’a subi aucune dégradation volontaire majeure de la part des détenus. Cela vaut aussi bien pour les panneaux acoustiques en tissu tendu dans les salles de formation que pour les aménagements mobiliers des cellules. Je pense qu’il en ira de même avec ces plantations qui amènent de la vie dans des espaces à forte dominante minérale. Il faut dire que les projets dans les DOM-TOM offrent généralement plus de possibilités d’innovation, d’abord parce que la population pénale y est moins dangereuse, mais aussi parce que le collage tel quel du modèle métropolitain est rarement pertinent, ne serait-ce qu’au regard de la topographie et de la configuration des terrains mais pas seulement. À Papeari, j’ai pris deux initiatives qui, en allant au-delà du programme, montrent la prise en compte de la culture locale : une signalétique doublée en polynésien et des tatouages sur les façades.

Pour revenir à la topographie, je me souviens encore de la réaction du représentant de l’administration au jury de la Maison d’Arrêt de la Réunion : « Vous vous rendez compte, Monsieur l’Architecte, vous avez créé 13 plateformes dans la pente du terrain, on n’a jamais fait ça ! ». Non seulement notre réponse était pertinente en matière d’insertion paysagère, et de coût de terrassements, mais ces plateformes étagées dans la pente ouvraient des vues sur le grand paysage. Cela a été une découverte : on pouvait voir par–dessus le mur et rester en relation avec l’océan, les reliefs de l’intérieur de l’île, la vie à l’extérieur du mur… La perception de la nature et du grand paysage depuis les espaces en détention est ainsi devenue un élément important des nouveaux programmes.

Si je peux me permettre une réflexion, à un moment où tous les Préfets de France cherchent des terrains pour construire de nouveaux établissements, c’est que ces terrains n’ont pas besoin d’être plats et carrés, je dirai même au contraire : plus ils seront atypiques et plus nous aurons de chance d’avoir des projets singuliers et innovants, donc probablement plus humains.

J’aimerais aussi vous parler de la construction de la lumière en détention. C’est un point fondamental sur lequel nous avons travaillé dès le Programme 4000B et les nombreuses simulations en images de synthèse que vous avez vues derrière moi en témoignent. Y compris cette expérience de lumière bleue qui a été mise en œuvre à La Farlède en éclairage de veille… Il s’agissait d’abord de limiter les nuisances aux détenus : je pense surtout au rythme circadien (alternance jour-nuit), qui peut être perturbé par des flux lumineux externes venant dans les cellules.

Mais construire les éclairages c’est aussi :

- Qualifier les espaces communs : parvis, cour d’honneur, jardins intérieurs ;
- Adapter les niveaux d’éclairement aux tâches des surveillants : les rondes de nuit en particulier, l’éclairage de veille… et d’urgence en cas d’incident ;
- Établir une gradation des températures de couleur avec des sources lumineuses de qualité (pas ces lampes sodium jaunes qui affectent l’indice de rendu des couleurs), du plus blanc à l’extérieur, au plus chaud dans les hébergements ;
- Proposer plusieurs scénarios d’éclairage dans les cellules, avec des qualités différentes (direct / indirect) ;
- Garantir le respect de l’autre dans les cellules doubles ou doublables avec des liseuses en tête de lit – ce que j’avais appelé à l’époque du programme 4000B « le confort SNCF ».

Une construction sensible des éclairages permet de créer des ambiances apaisées, notamment au début de la nuit quand les détenus sont ramenés dans leur cellule, car - cela m’avait beaucoup marqué à Osny – c’est le moment où l’angoisse de l’incarcération est la plus forte. J’ai déjà beaucoup parlé mais pas encore de qualité architecturale. Les images qui défilent derrière moi me permettront d’être bref en évoquant quelques orientations.

On peut imaginer en effet :

- Donner une expression architecturale différente aux bâtiments situés à l’entrée du site ;
- Décaler la perception de la prison par des références architecturales et esthétiques « externes » : c’est ce que nous avons commencé à faire à la Réunion, notamment avec ces puits de jour colorés que vous avez vus dans la nef d’entrée en détention ;
- Adapter le traitement architectural des différents quartiers aux spécificités de la population ;
- Proposer des esthétiques hétérogènes entre les quartiers d’hébergement, les lieux intermédiaires comme les locaux de formation, l’unité médicale, le PIPR, les ateliers, et les « espaces de porosité sociale » comme la salle multi-cultuelle, la salle de spectacle, les parloirs et les unités de vie familiale où les détenus sont en contact direct avec le monde extérieur et leurs proches ;
- Effacer au maximum les signes de la détention : grillages, clôtures, barreaudages, caillebotis, etc. Le mur d’enceinte, désormais mis à distance au-delà du glacis, est le seul symbole acceptable de la privation de liberté car, tout simplement, c’est lui qui la signifie ;
- Aménager des cellules fonctionnelles et appropriables dont l’esthétique renvoie plus à des chambres d’étudiants qu’à celle d’une cellule pénitentiaire classique ;
- Soigner l’ergonomie des postes de surveillants : c’est un sujet sensible, car non seulement il qualifie les conditions de travail des personnels pénitentiaires, mais il conditionne également leur vigilance et l’efficacité de leurs actions en termes de sécurité ;
- Offrir aux personnels pénitentiaires des espaces de détente aux ambiances nettement différenciées où ils puissent se ressourcer ;
- Enfin, donner à tous les usagers de la prison, un sentiment de sécurité : on parle en la circonstance de sécurité subjective. C’est le sentiment d’être en sécurité tout autant que le fait de l’être objectivement.

Pour communiquer ce sentiment, la « normalisation » esthétique et sémantique du cadre de la détention est essentielle. La privation de liberté ne doit pas être réduite à un enfermement, que ce soit au sens de la réduction de l’espace vital, de la monotonie ou d’un système de signifiants univoque. Finalement je pourrais résumer mon propos en disant qu’il faut « urbaniser la prison ». Réaliser un « campus pénitentiaire » comme je l’évoquais tout à l’heure :

- C’est créer une structure spatiale hiérarchisée sur le modèle urbain en vue d’une structuration sociale des relations entre détenus et avec les personnels ;
- C’est proposer des espaces et des expériences variés, des espaces d’échanges et accorder des aménités supplémentaires aux détenus les plus collaboratifs ;
- C’est créer du « lien » ;
- C’est mettre en œuvre des projets.

9Je crois que les images que vous voyez derrière moi témoignent du souci que nous avons toujours eu des qualités spatiales de l’espace carcéral, de ses matériaux et ambiances. Mais cela ne suffit pas. Au-delà de ces enjeux spatiaux et sensoriels, il y a beaucoup d’autres aspects du vécu en détention qui échappent à l’architecte et qui sont directement liés à la l’organisation temporelle et, d’une manière générale, à celle du parcours carcéral. Architectes, nous ne faisons que mettre à disposition un cadre, un outil au service de modes d’organisation de la détention qui dépendent autant de la politique pénale de l’État que des initiatives des directeurs d’établissement. J’en ai rencontré beaucoup qui sont de véritables humanistes, impliquant les détenus dans de vrais projets de parcours en détention et de réinsertion : Monsieur Mayol à Toulon, Monsieur Moreau à La Réunion, Monsieur Marceau à Papeari. Je voulais leur rendre ici hommage. Nous touchons là, pour moi, à l’essentiel : l’amendement, la réhabilitation et la réinsertion des détenus. L’amendement ne peut avoir lieu que si la dignité de la personne incarcérée est respectée : c’est à cette condition – nécessaire mais pas suffisante – que la peine de privation de liberté peut avoir du sens. L’architecture y contribue nécessairement. La réhabilitation suppose l’implication du détenu et sa responsabilisation dans son propre parcours de détention, toujours unique, toujours singulier. Dans beaucoup de pays d’Europe du Nord, le détenu signe avec le directeur de l’établissement un « contrat de détention » dans les jours qui suivent son arrivée dans l’établissement. Il porte aussi bien sur un engagement comportemental du détenu que sur son accompagnement par un référent dans un projet de formation professionnelle. La réinsertion engage une préparation, le maintien des liens familiaux et sociaux. Dans le projet de Haren, il était question de « porosité sociale » de l’établissement avec la ville alentour, c’est-à-dire d’activités partagées avec des associations ou des tiers au sein de la prison. Le programme de l’établissement de Lutterbach se rapproche de cette philosophie et, à titre personnel, je m’en réjouis. Il y est notamment question :

- De la responsabilisation des détenus et de la progressivité des régimes de détention ;
- D’un quartier de confiance, ouvert aux prévenus comme aux condamnés ;
- De formations et de préparation à la sortie.

10Dans le projet de Haren, il s’agissait également de donner une totale liberté de circulation aux détenus qui étaient munis de bracelets RFID. Ils pouvaient aussi gérer eux-mêmes leurs RV chez le médecin ou aux parloirs, leur budget et leurs commandes à la cantine avec des bornes informatiques situées dans les quartiers. Ces technologies sont aussi à considérer car elles permettent d’optimiser le travail des surveillants et de placer leurs efforts sur un accompagnement personnalisé des détenus. J’aimerais, avant de conclure, dire 2 mots des procédures d’attribution des marchés, car tout est lié quand il s’agit d’avancer ou d’innover sur ce sujet délicat. On comprend aisément que pour des programmes de cette taille et de cette complexité, le Ministère ne fasse pas toujours appel à la procédure classique du concours d’architecture, qui pourrait pourtant permettre d’ouvrir un débat plus large au sein de la profession. Cette procédure est aussi plus légère à tous points de vue. Je crois en effet qu’il est essentiel d’apporter des réponses architecturales différentes et ouvertes à la problématique pénitentiaire. Je ne crois pas en la valeur de modèles répétitifs, mais en la singularité de réponses appropriées à leur contexte.

11La procédure de conception-réalisation semble souvent plus adaptée car elle garantit un prix et un délai. Les rendus qu’on nous demande aujourd’hui, avec des maquettes numériques, sont toutefois extrêmement lourds et coûteux, et - si je peux me permettre - trop peu indemnisés. Les architectes sont ceux, au sein des groupements, qui portent le risque le plus important car ce sont eux qui engagent le plus d’études tout en offrant la plus forte valeur ajoutée.

12Quant aux contrats de partenariat, très répandus dans les années 2010, ils ont bloqué toute réflexion et ont même provoqué, de mon point de vue, une régression dans le traitement du cadre de la détention, en focalisant sur le prix après un dialogue compétitif qui a pour conséquence de niveler les projets sur le plan fonctionnel. Les CREM (procédure en Conception Réalisation avec Exploitation et Maintenance) permettent d’aborder le long terme mais déplacent encore une fois les enjeux sur des questions financières. Or si l’on doit parler d’argent dans le domaine pénitentiaire, il est essentiel de prendre en compte le coût de la récidive et le coût social global de la prison. L’État et l’Administration pénitentiaire ont tout à fait conscience de ces enjeux puisque, ces dernières années, ils ont engagé une réflexion de fond sur le traitement architectural des établissements pénitentiaires et, surtout, sur une vision renouvelée des parcours en détention. Ils ont ainsi fait évoluer les programmes – celui de Lutterbach en témoigne – et généralisé la procédure de conception-réalisation. Je n’ai qu’une chose à dire : bravo. Pour conclure, j’aimerais vous faire part de cette anecdote. Dominique Perben, Garde des Sceaux, inaugurant en avril 2004 l’établissement de Toulon-La Farlède me demande à voix basse : « mais pourquoi avoir fait une prison aussi belle ? ». Même si cette question ne se pose plus aujourd’hui en ces termes, il y aura toujours ce débat du sort réservé aux détenus par rapport à celui des plus démunis dans la société libre, particulière en cette période de crise. Débat difficile bien sûr, mais dans lequel il faut rester ferme.
C’est ma conviction.
Merci de votre attention.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Agence pour l’immobilier de la justice.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7487/img-2.png
Fichier image/png, 365k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Bretagnolle, « Maison d’arrêt de la Réunion et programmes récents », Criminocorpus [En ligne], Espaces de détention : territoires, patrimoines et lieux vécus, Communications, mis en ligne le 14 septembre 2020, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7487

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search