Navigazione – Piano del sito

HomeAtti dei convegniEspaces de détention : territoir...CommunicationsLes actions socioculturelles en p...

Communications

Les actions socioculturelles en prison : « ça t’apprendra… » quoi ?

Marie Deaucourt

Testo integrale

Centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (77)

Centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (77)

Source : Min. Justice/DICOM - C. Montagné.

1Je suis étudiante en Master recherche, et n’étant pas professionnelle de l’Administration Pénitentiaire, je vais essayer de faire entendre la voix des Sciences de l’Éducation, dont la place en prison pourrait sembler au premier abord saugrenue.

2Le master dans lequel je suis inscrite forme les futurs chercheurs à l’étude et à l’analyse des « situations éducatives » au sens très large, c’est-à-dire, à ce qui constitue un espace :

  • autant symbolique (une situation d’apprentissage, les rôles attribués aux uns et aux autres) ;

  • que matériel (avec des outils, des lieux, des personnes, une durée, des horaires, etc.) où a lieu une suite plus ou moins déterminée d’expériences formatrices. 

3Or, au départ de cette recherche, il y a une intuition : celle de penser que les actions socioculturelles en prison peuvent être analysées comme des « situations éducatives », qui agissent autant avec les détenus qu’avec les professionnels. Pour savoir comment fonctionnent les processus d’apprentissage en prison, j’ai pu mener dans le cadre de cette année de Master 2 en Sciences de l’Éducation, une enquête de terrain dans un Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) en Centre Pénitentiaire (une prison de Seine-et-Marne). Je ne pouvais pas étudier toutes les situations de la vie carcérale pour savoir « ce qu’on y apprend » et « comment on l’apprend », et je me suis penchée sur l’un des outils mobilisés en prison dans le travail avec les détenus, à savoir les actions socioculturelles : activités pérennes (cours hebdomadaires de tai-chi, musique, théâtre, etc.), évènements (« Fête de la musique », etc.) et « grands projets » (autour du Douanier Rousseau avec le musée d’Orsay, autour du théâtre avec le Musée de la Grande Guerre de Meaux, etc.). Donc, j’ai étudié le cadre des dispositifs organisant la rencontre entre « culture » et « prison » pour voir s’ils constituaient un « espace » où des apprentissages avaient lieu d’une part, et puisque je supposais bien que ce fut le cas, s’ils étaient « organisés », c’est-à-dire s’ils faisaient partie du « programme » de l’institution au sein de laquelle ils existent et du coup, « comment ils étaient structurés » pour avoir un effet.

4Il ne s’agit pas ici de chercher à « dénicher » un « projet éducatif et social », ni de porter un jugement, mais de se donner les moyens de saisir et de comprendre les fonctionnements. Pour ça, j’ai puisé un peu partout, c’est ce que nous apprennent à savoir faire les Sciences de l’Éducation aussi, à nous adapter et à nous approprier les théories et les outils pertinents pour décortiquer les situations d’éducation, et j’ai convoqué la philosophie de l’art, la sociohistoire et la sociologie de la prison et de la culture, la didactique et les théories d’analyse de l’activité.

5Dans le cadre des actions socioculturelles qui sont menées dans le Centre Pénitentiaire où s’est déroulé ma recherche, je cherche à comprendre « ce qu’on apprend » et surtout « comment on l’apprend ».

6En l’occurrence, les « on » appartiennent à trois catégories, qui ont des places et donc des rôles différents dans l’espace des situations éducatives que j’ai étudiées :

  • Le monde de la culture : un médiateur du musée, la personne chargée d’action culturelle, les intervenants et artistes qui travaillent en prison ;

  • Le monde de l’Aménagement de peine des personnes placées sous main de justice (PPSMJ) : les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP) ;

  • Le monde de la détention : personnels du centre pénitentiaire.

7Aux personnes évoluant dans ces trois univers de sens, je demande « ce qu’ils apprennent » et « ce qu’ils font apprendre », mais surtout je vais essayer de comprendre comment ces deux phénomènes se déroulent.

8Pour comprendre, il faut commencer par une question ! (les Sciences de l’Éducation passent leur temps à insister là-dessus !) La voici :

9Question de départ :

Le contexte :

- dans un contexte de travail structuré par son rapport dedans/dehors ;
- et donc aux multiples référentiels (ceux des professionnels de l’institution judiciaire, de l’univers pénitentiaire, de la culture) ;
- et s’inscrivant dans une logique politique et sociale institutionnalisée (la possibilité d’un ordre social) ;
- (voilà la question) : comment comprendre l’existence de projets socioculturels à destination des PPSMJ dont les enjeux semblent avoir trait à une certaine conception de l’expérience de construction identitaire ?

10En d’autres termes, je cherche à comprendre, à décrypter la particularité des situations transformatrices qui sont proposées aux détenus avec « la culture » comme outil dans le cadre du travail des CPIP. Je n’évalue ni les effets, ni les objectifs, ni les moyens, mais cherche à comprendre les ressorts et à mettre cela en lien avec l’espace contraint des mesures judiciaires.

11Les liens entre « dedans » et « dehors » sont ici questionnés à différentes échelles :

  • celle de la subjectivité (le « soi » et sa construction/reconstruction) ;

  • de la société (l’ordre social et la fonction sociale assignée à la prison) ;

  • l’échelle collective (la « gestion » des injonctions sociales et politiques par l’institution) ;

  • écologique (la coexistence d’éléments appartenant à des univers de sens différents, mais partageant tous une même propriété, celle de se situer eux-mêmes et de situer chacun des autres selon leur distance/proximité avec l’institution pénitentiaire) ;

  • et enfin l’échelle professionnelle (les « compositions » des professionnels avec les paradoxes nés de la rencontre entre les différentes échelles d’action).

12C’est dans le cadre de cette articulation dedans/dehors que se pose la question des modalités de mobilisation des médiations éducatives culturelles comme instruments de resocialisation : en effet, ce travail s’effectue « dans » le parcours de peine, en vue du passage « vers l’extérieur ».

13Ce qui est envisagé pour comprendre les modalités de fonctionnement de cette utilisation de la culture, c’est « l’expérience vécue » par trois catégories de population présentes sur le terrain (les professionnels travaillant pour l’Administration Pénitentiaire, les coordinateurs et intervenants culturels extérieurs, et les publics avec lesquels ils travaillent).

14Je tente ainsi de mettre cette expérience vécue en lien avec la « situation ». La notion de « situation » questionne le sens et les enjeux de la relation dedans/dehors en posant d’emblée qu’il existerait une frontière, l’évaluation d’une « position » par rapport à cette frontière et l’évaluation d’une distance par rapport à un ensemble jugé suffisamment cohérent en patrimoine pour constituer un lieu, un espace en lien avec d’autres lieux, d’autres espaces, d’autres territoires vécus. C’est un espace multi-référentiel.

Terrain de recherche

15Dans l’optique de cette enquête, le terrain dont il sera question d’écrire le « rhizome » est celui des partenariats avec « l’extérieur » portés par le SPIP d’un centre pénitentiaire de Seine-et-Marne, avec notamment le service éducatif d’un musée et d’autres intervenants culturels tout aussi « exotiques » (comédiens, photographes, enseignants de tai-chi, etc.). Je ne ferai pas perdre de temps avec la présentation de l’univers pénitentiaire, ni celle du cadre de travail des SPIP qui seront évoqués ensuite (cf. intervention de monsieur Le Meur). Dans l’environnement de la prison, l’espace de recherche est celui de la programmation culturelle d’un Centre Pénitentiaire de Seine-et-Marne. L’ensemble de ces activités trouvent leur fondement dans les missions du SPIP : valorisation de soi, dynamique de groupe, maintiens des liens familiaux et prévention de la récidive.

16Chaque établissement pénitentiaire de Seine et Marne propose un ensemble d’activités pérennes spécifiques à l’établissement : ces actions prennent en compte les spécificités de la structure, de l’organisation interne, du profil et de l’âge moyen de la population pénale de l’établissement (sexe, âge moyen, durée de la peine, etc.) La prévention de la récidive par le biais de la valorisation du travail artistique et de l’implication dans une action culturelle, constitue le socle de la programmation événementielle qui s’appuie sur la programmation culturelle nationale (« La semaine de la langue française », « Le printemps des poètes », la « Fête de la musique », les « Journées du patrimoine » et le « Mois du film documentaire »). Le développement du partenariat avec les lieux de production culturelle du bassin parisien et le renforcement de la médiatisation des grands projets sont les axes prioritaires du SPIP quant à cette programmation. Son premier objectif est de renforcer la dynamique dedans/dehors. Les productions artistiques internes trouvent place dans les lieux culturels externes (ainsi en va-t-il des partenariats avec des établissements tels que le Musée du Louvre, le Musée d’Orsay, le Musée du Quai Branly et le Château de Versailles), dans l’objectif de faire de la prison un lieu de production culturelle de haut niveau. Ainsi, en 2015, à partir de lettres de poilus, une pièce de théâtre a été écrite et interprétée par un groupe de personnes détenues du QNC, à l’auditorium du Musée de la Grande Guerre, à la présence des familles et des représentants de l’AP.

17 Donc, pour répondre à ma question de départ sur ce qui se passe dans l’expérience de construction de l’identité (en d’autres termes en situation d’apprentissage) avec les médiations socioculturelles en prison dans ce cadre, le cadre carcéral et le cadre du travail de l’aménagement de peine, j’ai mis en place une méthodologie qualitative. Le dispositif de recherche mêle observations, entretiens semi-directifs, entretiens approfondis avec une population d’enquêtés dont je vais présenter quelques traits, puisque j’ai pu recueillir des données sur leurs discours et leurs pratiques. J’ai commencé par les personnels du musée : le directeur, chargé dès l’origine du montage du projet du musée et qui en impulsait l’orientation de la politique d’action culturelle et le médiateur dédié aux projets avec le SPIP. Les projets socioculturels que j’ai pu observer de manière la plus complète concernent ceux impliquant un musée local et le centre pénitentiaire le plus proche. Le musée dont il est question mène une politique d’action culturelle volontariste et la recherche a montré d’ores et déjà que cela, la « personnalité » de la structure, a son importance dans le fonctionnement de l’action culturelle sur le terrain. Mais il est toutefois avéré que nombre de structures culturelles disposent d’un service consacré à l’action culturelle en direction « des publics empêchés ». Chaque année, le musée mène un des « grands projets » du centre pénitentiaire (qui en porte actuellement trois par an).

18J’ai aussi pu interroger les personnels du SPIP départemental : la personne chargée d’action culturelle, deux CIP intervenant en milieu fermé ; un directeur du SPIP en charge spécifiquement de l’encadrement de ces projets ; l’assistante sociale du SPIP en milieu fermé qui a travaillé sur la question de la réinsertion durant sa formation. Le personnel du Centre Pénitentiaire est représenté par le responsable des Activités, du Travail et de la Formation qui coordonne la logistique de ces projets du côté de la détention. Enfin, j’ai pu interroger en entretien deux détenus ayant participé à ces projets. J’ai également beaucoup échangé avec les intervenants culturels présents sur les différentes actions culturelles : musiciens, comédiens, professeur de tai-chi. J’ai pu observer « deux grands projets » avec le Musée de la Grande Guerre (deux sessions de stage : le premier était un projet théâtre, le second un projet photo), différentes étapes de stages pour les auteurs de violences conjugales en milieu ouvert, plusieurs valorisations, des cours de théâtre et deux cours de tai-chi. Un élément paraît fondamental au fonctionnement de l’objet étudié : l’espace que génèrent les actions socioculturelles et dont elles participent. Le sens attribué à leur existence évolue aujourd’hui dans un sens plus libéral (responsabilisation et autonomisation) et la situation (sociale et éducative) qui se recompose autour d’eux, pour eux et par eux participe des conditions de l’efficacité qui leur est reconnue et demandée.

19L’espace dont il est question est celui :

- de l’environnement « symbolique » que constitue la situation éducative, constituée d’une suite plus ou moins déterminée d’expériences formatrices ;
- c’est un espace contraint lui-même (par son histoire, ses procédures, sa structuration),
- et un espace contraignant pour les PPSMJ et les professionnels dans le cadre de la « réparation pénale ».

  1. L’épistémè du chercheur

20Je vais présenter quatre dimensions de sens qui dessinent l’espace dont je parlais plus tôt dans lequel se déroule l’enquête.

  • 1 C’est d’abord pour son caractère pratique, souple et moins traumatisant, que la prison remplaça rap (...)

211) J’ai d’abord adopté une démarche sociohistorique qui révèle comment la prison s’est imposée comme l’instrument privilégié de régulation et de traitement des troubles sociaux1. Sur le terrain, je remarque que les points de vue sont nuancés, mais que la question de l’existence de la prison, si elle peut être discourue, n’apparaît pas être au cœur des préoccupations professionnelles des acteurs travaillant en prison.

« Voilà… … euh… Mais ce n’est pas la prison qui est en soi mauvaise… Le problème, c’est l’infraction ! C’est l’infraction qui est le problème quoi ! Quelqu’un qui a contrevenu à une règle, qui a trafiqué alors qu’il n’a pas le droit de le faire, c’est là qu’il est le problème… C’est ça le problème de base ! Ce n’est pas la détention… Ce n’est pas ça… ».

222) J’interroge également le travail « d’accompagnement » des CPIP dans le cadre de l’Aménagement de Peine :

  • 2 Claude Faugeron et Jean-Pierre Le Boulaire distinguent trois logiques de l’enfermement : l’enfermem (...)
  • 3 Les quatre sortes de justifications :

23Si l’on articule les logiques sociales de l’enfermement2 avec les justifications théoriques des sanctions3, on constate que l’enfermement de différenciation sociale (qui concerne la majorité des détenus que l’on cherche à alphabétiser et à former en vue d’une intégration ultérieure) rejoint la logique de « réadaptation » des condamnés. C’est en cela que l’enfermement peut être reconnu comme légitime dans une démocratie c’est-à-dire que la privation de liberté ne peut s’y justifier que si l’on rend les condamnés « meilleurs » pour la société. L’écueil peut naître alors de ce que la prison peut ne pas être un cadre pédagogique ou ne l’être que pour les individus coopérants (les détenus interrogés qui participent à ces projets en témoignent car ils participent souvent à la plupart des actions socioculturelles, ils sont « motivés » personnellement).

24Ma recherche explore justement les conditions de fonctionnement et les enjeux de celles-ci pour les individus en lien avec l’espace carcéral :

« [Et avec ces personnes, quel est votre rôle ?] … Hum… « l’insertion »… (…) les aider en leur disant la liste des documents à fournir… de bien préparer en amont leur aménagement de peine… Leur donner les directives pour bien réussir leur réinsertion à la sortie… Je pense que c’est ça ce que l’on appelle « l’insertion »… « Probation », c’est prévenir… [Prévenir quoi ?] La récidive. [Et comment vous faîtes ça ?] …« la prévention de la récidive passe par la réinsertion sociale et professionnelle », ça veut dire je crois, que si la personne est bien insérée dans la vie, socialement, je pense qu’il y a moins de risque que cette personne réitère les faits… Tandis que si la personne entre avec des difficultés et sort avec des difficultés, il y a plus de chances de le revoir ici… »

25 3) Ce faisant c’est l’enjeu de la « réinsertion » qui est questionné.

  • 4 Cf. travaux de Claude Faugeron sur les réformes pénitentiaires en matière de normalisation et d’hum (...)
  • 5 Décret 83.48 du 26 janvier 1983. Cela implique : simplification des formalités de délivrance des pe (...)
  • 6 Leontiev A. A. (1975), Psycholinguistische Einheiten und die Erzeugung Sprachlicher Aeusserungen, H (...)
  • 7 Clot Y. (2008), Travail et pouvoir d’agir, Paris, PUF.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.

26La fonction de réinsertion de l’enfermement émerge timidement durant la seconde moitié du XXe siècle4. Au début des années 1980, la tendance à la libéralisation des régimes de détention vise à « alléger les contraintes de la vie carcérale 5». C’est à cette période que les prisons françaises se dotent d’un service socio-éducatif. Aujourd’hui les CPIP travaillant dans les SPIP ont un rôle de conseil, d’évaluation et d’orientation visant à individualiser le traitement pénal. Cela les place au cœur des changements de politique pénale et pénitentiaire, que l’on peut analyser comme ne plaçant plus en leur centre de gravité la moralisation du détenu, mais son accès au « droit commun », considéré dans la philosophie libérale se diffusant dans les institutions de travail social comme devant favoriser la responsabilisation et l’autonomisation. La question de « la vie du métier » de CPIP est posée : quelle est la dynamique de ses composantes explicites et implicites, autrement dit de ses « caractéristiques agissantes »6 et donc quel semble être l’espace du développement professionnel pour ce métier sur le terrain ? Sur le terrain, les CPIP semblent participer eux-mêmes à cette dynamique de transformation en s’efforçant de s’affranchir du « genre professionnel »7 (= obligations implicites partagées + historiquement et collectivement construites) ce que leur permet justement leur « situation » dans l’espace symbolique et professionnel de la peine : une position « entre », « entre judiciaire et social » disent-ils ; ils le font en s’efforçant de forger leur « style professionnel »8 = qui est « la recréation du genre en situation, un usage singulier renouvelé des instruments techniques et psychologiques »9. Quelle est alors la « dynamique » de la transformation ? La didactique professionnelle nous dit que le style affranchit le sujet en renouvelant le genre et que ce phénomène suppose un maniement maîtrisé de ce dernier + induit un développement conjoint du genre et du sujet : les professionnels rencontrés sur le terrain participent donc également de cette dynamique éducative à l’œuvre en prison (= ils « apprennent »), comme posé en hypothèse.

  • 10 SIAO : Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation.

« CPIP, c’est… un mixte entre social et probation… Mais la probation c’est le principal. On est dans un cadre judiciaire ! Le monde social, il n’y a pas ce cadre judiciaire ! Ici, c’est ça qui prime. La probation, c’est qu’il y a des règles à respecter, il y a une mesure judiciaire. C’est le judiciaire qui est le cadre. Du social… c’est sûr qu’on en fait, mais on fait surtout du judiciaire ! On fait le deux, mais on n’est pas assistante sociale !
- Mais, moi non plus, je ne vois pas ça comme un métier d’assistante sociale !
- Oui, nan mais, c’est sûr par contre, qu’il y a un côté socioéducatif en quelque sorte…
- Voilà ! c’est ça que je dis… Il y a les deux volets. En détention surtout… Mais il y en a qui refusent qu’on dise qu’ils font du social…
- Peut-être, mais ils le font quand-même du social ! Parce que quand tu fais une orientation SIAO10… ou quand tu fais des démarches administratives avec eux…
- Je suis d’accord avec toi ! Quand tu fais tout ça, quand tu fais du maintien des liens familiaux…
- Ah ! Ba oui ! Ça c’est du social ! »

274) Enfin, j’achève en évoquant la question de la place assignée à la culture dans cet espace. En effet, la mobilisation de la culture dans l’optique de réaliser avec les PPSMJ un travail de changement de comportement en vue de faciliter l’intégration future (tel qu’énoncé dans les protocoles d’accord entre le ministère de la Justice et celui de la Culture) et d’agir sur la construction de leur identité culturelle (considérée comme étant problématique pour la société et pour l’intégration de l’individu à celle-ci, que ce soit en terme d’indigence ou de lacune, « sous-culture », soit en terme de non-conformité, « contre-culture ») questionne :

  • 11 Cf. : travaux de Becker (sur carrière déviante ») et de Goffman sur la stigmatisation ».

28- d’une part la place de « la culture » dans l’espace de l’intégration sociale (ce qui se passe « avant » « l’étiquetage »11 de déviance, lors de la socialisation) ;

29- et d’autre part la place de la culture dans l’espace de la réinsertion sociale.

« Et… Si on leur faisait des actions sur une longue durée, il y aurait plus d’impact, ça leur permettrait de réfléchir parce que si tous les jours ils se lèvent pour aller faire quelque chose de culturel, ou pour une activité qui a du sens, ça pourrait les aider ! […]
Il faut des activités, quelque chose qui les aide à faire des choses pour apprendre le vivre ensemble. »

30Je parlais de l’accord entre ministères de la Culture et de la Justice : ledit Protocole Culture/Justice de 1990 explicite clairement les objectifs du partenariat :

  • Pour le ministère de la justice, il s’agit, « par la diffusion et le déploiement de pratiques culturelles et artistiques, de prévenir les difficultés d’insertion ou de réinsertion que peuvent rencontrer des personnes confiées à ses services à la suite d’une décision de justice » ;

  • Quant au ministère de la culture, il compte dans ses missions premières celles de « promouvoir la création et de favoriser l’accès de tous à l’art et à la culture, notamment de ceux qui se sentent exclus en raison d’une situation sociale, géographique ou personnelle défavorable, par une plus large diffusion des œuvres et une pratique plus soutenue des différentes disciplines. La confrontation du public le plus diversifié avec la création est essentielle : celle-ci ne vit en effet que de cette rencontre ».

  • 12 Justice, culture, l’insertion singulière (1989), Paris, Ministère de la culture, de la communicatio (...)

31= Les préoccupations des deux ministères se rejoignent-t-elles dans « une volonté commune de lutter contre les exclusions en assurant, sous les formes les plus diverses et les plus exigeantes, la rencontre entre un public en difficulté, les créateurs, et le champ culturel dans son ensemble. » 12

32Quant à la place de la culture dans l’espace de la réinsertion sociale, elle semble s’inscrire dans le cadre de « l’individualisation de la peine », qui signifie que l’exécution de la peine doit tenir compte à la fois de la personnalité, du comportement et des possibilités de réinsertion du condamné afin d’aider chaque personne détenue à entreprendre une réflexion sur ses actes et le sens de la peine.

« La culture… Ils ne sont pas habitués… Mais, vu que ce à quoi ils s’inscrivent, ce sont des nouvelles choses pour eux. (…) Il faudrait susciter l’intérêt mais comment ?! À moins de faire un sondage auprès des détenus pour voir ce que la plupart seraient intéressés de voir et de faire, (…) [Et ça serait bien de partir de ça ?] Oui ! Parce qu’ils ne sont pas tous des… tout n’est pas mauvais… il y a des chansons qu’ils écoutent qui parfois peuvent leur poser une bonne réflexion… ça peut les faire réfléchir… et aussi, il y a parfois des chanteurs de rap qui ont eu un passé difficile et ça peut leur donner un exemple… Il y aussi des personnes en détention qui sont intéressées par le dessin, là, ça pourrait vraiment les aider de leur en faire faire… si en plus l’intervenant a eu un parcours difficile, ça pourrait vraiment les aider… »

33L’enquête interroge enfin le sens de la définition de ladite « culture » (dans le but d’analyser l’influence de cette définition sur la forme et sur le fond des actions culturelles menées en prison) :

    • 13 UNESCO, Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles. Conférence mondiale sur les politique (...)

    La culture est-elle envisagée au sens large comme « l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social »13) ;

  • et/ou dans sa dimension « patrimoniale », une définition en tant que « ce qui est de la connaissance », ce qui ne s’apprend pas par soi-même mais par les autres (par réception passive en provenance d’un « sachant ») et qui se définit en termes de transmission-capitalisation et parallèlement en termes de « manque » et de gain ?

  • Les aspects sociologiques individuels de la question de l’appartenance culturelle (distinction de soi, distinction entre les cultures) et du rapport de domination culturelle (domination de soi, domination entre les cultures) seront donc mobilisés dans l’analyse des données du terrain (car se rattachent à la posture des acteurs vis-à-vis de la hiérarchie culturelle et de la « qualification » des activités).

  • De même, il découlera de la définition du sens/des sens assigné(s) à la « culture » par le terrain, la question du sens de sa mobilisation dans le cadre d’un travail de réinsertion qui mobilise la personne dans son rapport à son identité. L’identité et sa construction sont considérées comme mobiles, plastiques, complexes et dynamiques. Le va et vient entre stratégies et réalités individuelles et collectives est analysé comme l’origine de cet aspect mouvant, « accidentel » (au sens de non nécessaire) et « opportuniste » (au sens d’aptitude à s’adapter aux circonstances en vue de son intérêt) de l’identité. La question du rapport à l’autre dans l’affirmation sociale de soi est bien au cœur de ce qui se joue dès lors qu’il est question de politique pénale et de projets de réinsertion.

    • 14 Bourdieu P., Passeron J.-C. (1964), Les héritiers, les étudiants et la culture, Paris, Minuit.

    Or, la prise de conscience sociale attendue et recherchée par/pour le s’éduquant ne va pas de soi, surtout pour certains individus « stigmatisés » en fonction de ce qui est énoncé comme un « manque » en « bon » « capital culturel »14.

34= On mesure l’importance qui peut être investie dans les médiations culturelles en dispositif de réinsertion à destination d’un public sous contrainte judiciaire et symbolique, les PPSMJ, en tant que considérés comme en fragilité dans la construction de leur identité sociale et culturelle. J’ai pu évoquer une hypothèse tout à l’heure : celle de l’importance de l’espace comme « situation », comme ensemble cohérent et expériencé par les acteurs, je vais à présent décortiquer les hypothèses qui découle de ce prisme et qui permettront d’analyser les actions socioculturelles pour en comprendre les processus d’apprentissages à l’œuvre.

La discussion des hypothèses de travail15

  • 15 Les hypothèses de travail ont pu émerger de la rencontre entre les cadres théoriques et épistémolog (...)

35Je les propose sous forme de questions car je suis encore dans le moment du « suspense » quant à la façon dont seront formalisés les résultats.

361) Le paradigme de « l’espace contraint » (et clos) de la prison constitue en lui-même un élément décisif. Il est significatif de plusieurs points de vue :

- concrètement (contraintes physiques, temporelles, spatiales, matérielles) ;
- formellement (normes juridiques) ;
- informellement (valeurs et attitudes attendues) ;
- et symboliquement (processus de stigmatisation, d’étiquetage et d’entreprenariat de la norme).

37Les propriétés de cet espace spécifique, semblent « agirent » sur ce qui s’y déroule, sur les interactions, les objets échangés (matériels ou culturels), sur les représentations validées temporairement de chaque côté du mur.

  • Cette donnée porte le questionnement à supposer qu’il semble se créer « quelque chose de particulier » en prison en matière de fonction sociale et éducative de la culture ; quelque chose qui semble agir sur l’objectif de réinsertion dans lequel elle doit s’inscrire selon les orientations politiques qui lui sont données, affiché et conscientisé par les acteurs concernés (CPIP, coordinateur culturel, Administration Pénitentiaire, artistes) >> une sorte de « carcéralisation » de la culture qui aurait d’autres enjeux que celui de « l’humanisation » de la prison et de son ouverture (cf. les propos des détenus sur ce qu’ils en ont fait eux : permis par le « jeu », l’« écart » entre les différents monde intervenant en prison : celui du cadre (la détention), celui du décor (l’aménagement de peine), celui des acteurs (les intervenants extérieurs)).

38Cette interrogation donne lieu à une intuition questionnant le contexte d’existence de l’action socioculturelle en prison. La question de la « carcéralisation » de la construction de l’identité est ici en jeu, de même que ses modalités de mise en œuvre ; nous posons l’hypothèse que celle-ci doive beaucoup au levier que représente « l’espace vécu » émergeant de la rencontre entre « dedans » et « dehors », en ce qu’il constitue un espace devant être « éducatif » et moteur de « changement ».

392) Je pose donc l’hypothèse que la place et le rôle de la culture sont pensés selon le paradigme identitaire en milieu pénitentiaire.

40Les conditions de cette modalité d’existence et les enjeux que cela implique pour l’action culturelle paraissent s’inscrire aujourd’hui dans le rôle qui lui est assigné dans le travail de réinsertion plus que dans l’objectif d’humanisation de la prison. Nous sommes ici focalisés sur la question du « pour quoi ? », je vais décortiquer :

- Ces deux objectifs (humanisation de la prison et réinsertion des PPSMJ) sont présents sur le terrain, mais dans deux catégories de discours chez des sujets appartenant à deux mondes professionnels différents : les CPIP s’approprient plutôt l’objectif de réinsertion / rééducation, les personnels de la détention plutôt celui d’humanisation de la prison. De fait il existerait, entre les objectifs des professionnels pénitentiaires quant au sens de l’action socio-culturelle en prison et ceux que lui assignent les professionnels des SPIP, un écart informel et implicite qui serait le lieu de génération d’un objet hybride proposé aux PPSMJ sous la forme des projets socio-culturels. Un objet « pédagogique » et « didactique », dont je propose d’étudier la forme, le contenu et le sens en mobilisant les ressources des Sciences de l’Éducation et de la didactique.
- Dans cette optique, l’hypothèse postule que l’espace des projets socio-culturels participerait d’un dispositif de gestion de la peine qui accomplirait « autre chose » que de favoriser l’accès des PPSMJ au droit commun, de réduire la distance entre dans et hors peine et d’alléger les contraintes de la vie carcérale. Il s’agira de pouvoir s’approcher le plus près possible de cette « autre chose » qui se réalise en prison pendant l’analyse et l’interprétation des résultats : ouvrir l’horizon culturelle des PPSMJ ? Travailler sur l’acte, les faits commis ? « Apprendre » ? (les règles de vie en détention, les règles sociales…) Participer à la « gestion des flux » en distinguant les détenus entre eux ? Contribuer au bon fonctionnement de la vie carcérale ?

41Nous posons aussi la question du « comment » et posons l’hypothèse selon laquelle la multiplicité et le cloisonnement des univers coexistant en détention (celui de la sécurité, celui des CIP, celui des activités culturelles, celui des détenus), forme une articulation particulière « dedans/dehors », un espace « entre » (au sens où l’entend la philosophie chinoise) qui contribuerait à construire cet écart-lieu de réalisation de cette « autre chose ».

  • Et cet écart + l’articulation entre les éléments qu’il met en présence constitueraient en cela une condition de possibilité d’existence des actions socioculturelles en prison. C’est cet « espace » singulier, cet espace « entre », qui fournit les conditions de possibilités et d’efficacité (au sens de ce qui a un effet) de l’acte effectué.

423) Une autre hypothèse postule qu’il est possible que la « forme d’action » mise en œuvre passe par la mobilisation « en situation » d’une certaine ingénierie éducative du développement de la personne qui tendrait alors à faire du contexte de la gestion de la peine un espace pédagogique et didactique. Nous fouillons donc ici la question du « quoi ? ».

43Je mobilise pour l’analyser les schèmes et concepts de la didactique professionnelle :

- son analyse de l’activité de travail en tant qu’activité contrainte ;
- son concept de « situation » comme « environnement expériencé » (Dewey) ;
- et son cœur théorique, à savoir le couple « situation-activité », pour comprendre la construction des « modèles opératifs et épistémiques d’action » qui pèsent sur le « site » (= ensemble de normes culturelles en usage en situation).

44Ces projets portent des aspects techniques et cognitifs, qui relèvent de plusieurs dimensions de l’apprentissage :

- l’apprentissage  formel : le « curriculum » prescrit (les programmes scolaires ou les objectifs formalisés par le SPIP par exemple) ;
- l’apprentissage informel : les aspects psychosociaux, qui relèvent d’attendus en termes de comportement, et les aspects identitaires, qui relèvent du « curriculum réel » (Perrenoud). C’est celui distillé formellement dans le programme de formation (= au sens large d’action visant l’évolution de la structuration de la pensée vis-à-vis du monde) et informellement dans l’aménagement d’une succession d’expériences formatrices, intentionnel ou non et qui relève de la construction identitaire propre aux sujets qui en sont partie prenante ;
- enfin, j’étudie l’hypothèse d’un « curriculum caché », défini non comme un projet machiavélique, mais comme un « programme » relevant de ce qui n’est pas explicitement situé dans le formel et le réel, et dont relèveraient les aspects combinant le « prescrit » et le « réel », ce qui formerait un troisième objet (1+1 ne font donc pas 2 ici). Cet aspect de l’action culturelle, d’être un agent/acteur de la structuration d’une telle succession d’expériences formatrices en fait un objet légitime d’étude pour les Sciences de l’Éducation, ce qui pose le bien-fondé de la démarche de cette recherche.

45À ce stade de la recherche, les hypothèses sont validées avec ma directrice de recherche et travaillées en lien avec les entretiens approfondis et le retour sur le terrain ; le temps d’analyse et d’interprétation est venu et le plan se dessine pour la rédaction de ce que j’espère être un regard porteur de potentiel de développement pour la connaissance en Éducation et en formation.

Inizio pagina

Note

1 C’est d’abord pour son caractère pratique, souple et moins traumatisant, que la prison remplaça rapidement les autres formes de châtiments. En termes concrets, concernant le risque de « contagion » de la société, la réponse de l’encellulement individuel devait suffire. Quant aux critiques centrées sur l’insalubrité et l’inconfort des prisons, elles ont conduit à des efforts pour améliorer les conditions de vie en détention (modernisation des prisons) et l’institution d’instances de contrôle. Elles ont également conduit à intégrer la pénibilité de l’enfermement et l’inconfort de la détention dans un objectif thérapeutique, s’inscrivant dans le droit fil d’une logique inspirée de la pénitence et de la rédemption, véhiculant l’idée du bien-fondé de la sanction.

2 Claude Faugeron et Jean-Pierre Le Boulaire distinguent trois logiques de l’enfermement : l’enfermement de « neutralisation », de « différenciation sociale » et « d’autorité ».

  • Le premier vise à tenir à l’écart de la société des individus considérés comme susceptibles de lui nuire, il concerne les crimes considérés comme les plus atroces ;

  • le deuxième, cherche à procurer aux reclus une formation ou une compétence propre à leur assurer une meilleure place dans la société (ce qui a pour effet en réalité de maintenir les détenus issus des couches les moins favorisées de la société dans une position de dominés) ;

  • enfin, le troisième se situe dans une relation de pouvoir et ne cherche qu’à affirmer la relation d’autorité, en l’occurrence celle du magistrat sur le justiciable.

3 Les quatre sortes de justifications :

  • La justification la plus ancienne relève de l’expiation et se tourne vers l’acte commis ;

  • la justification par la dissuasion est tournée vers l’avenir, on la dit « utilitariste » ; théorisée par le marquis de Beccaria et analysée par Durkheim, le rôle de la punition « serait essentiellement préventif, et cette action préventive serait due toute entière à l’intimidation qui résulte de la menace du châtiment » ; 

  • au moment où la peine de prison commence à s’imposer, au début du XIXe siècle, deux autres types de justification des châtiments sont élaborées : la neutralisation, qui vise à empêcher le coupable de commettre de nouvelles ;

  • et celle dite de « réadaptation », « rééducation », « amendement », « réinsertion », etc. qui voit dans la peine un « traitement » qui permet au coupable de « réagir », de « s’améliorer » pour ensuite pouvoir être « réinséré » dans la société avec, si possible, moins de risques de commettre une nouvelle infraction.

4 Cf. travaux de Claude Faugeron sur les réformes pénitentiaires en matière de normalisation et d’humanisation des conditions de détention.

5 Décret 83.48 du 26 janvier 1983. Cela implique : simplification des formalités de délivrance des permis de visite, parloirs sans dispositifs de séparation, droit de correspondance à toute personne du choix du détenu, l’amélioration de la vie quotidienne (vêtements personnels, aménagement de la cellule, etc.), décloisonnement des services médicaux pénitentiaires, suppression des Quartiers de Haute Sécurité.

6 Leontiev A. A. (1975), Psycholinguistische Einheiten und die Erzeugung Sprachlicher Aeusserungen, Hueber Verlag.

7 Clot Y. (2008), Travail et pouvoir d’agir, Paris, PUF.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 SIAO : Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation.

11 Cf. : travaux de Becker (sur carrière déviante ») et de Goffman sur la stigmatisation ».

  • La première étape consisterait selon Becker en la transgression, intentionnelle ou non, d’une norme mais ne suffisant pas à qualifier l’acte de déviant ;

  • La deuxième étape correspond à la désignation publique des déviants entraînant l’acquisition d’un nouveau statut social, d’abord de la part de la famille et des groupes de pairs, puis par les instances institutionnalisées du contrôle social. Dans le cas des transgressions intentionnelles, la désignation publique amène l’individu à intérioriser une image de soi qualifiée de déviante qui lui est renvoyée par la société et à limiter ses possibilités de retour à un comportement conforme aux normes ;

  • Enfin, l’étiquetage fait entrer l’individu dans un processus de déviance « secondaire » qui se traduit par l’adhésion à un groupe déviant, organisé et régi par des règles spécifiques. Le déviant entre alors dans une spirale dans laquelle chaque acte appelle à une nouvelle réaction sociale ; ce processus amplificateur entraîne l’individu dans une « carrière déviante ».

L’intérêt particulier de l’approche de Goffman qui sera retenu ici est de ne pas s’en tenir à une analyse de la « déviance classique » (délinquance, crime, etc.) mais de la prendre en compte comme un phénomène omniprésent et permanent de la vie sociale dans lequel tout individu cherche à se dissimuler vis-à-vis d’autrui afin d’éviter la stigmatisation et « exerce ainsi un contrôle stratégique sur les images de lui-même que les autres glanant alentour ». Goffman récuse donc la conception « carriériste » de la déviance de Becker, mais nous refusons de les opposer.

12 Justice, culture, l’insertion singulière (1989), Paris, Ministère de la culture, de la communication, des grands travaux et du Bicentenaire ; Ministère de la Justice. Cette brochure présente 18 actions artistiques et culturelles. Sont évoqués, des équipements de lecture, des installations audiovisuelles, des ateliers d’écriture, de théâtre, de musique, d’arts plastiques, des actions de formation ou de qualification professionnelle. Ces réalisations sont menées en faveur de publics en difficulté, jeunes sous protection judiciaire, détenus ou de populations suivies par les comités de probation et d’assistance aux libérés. On notera, dans ce cadre, une action de formation des personnels ainsi que la mise en œuvre d’un stage de pré-qualification aux métiers de techniciens du spectacle incluant un échange de jeunes entre la France et l’Italie.

13 UNESCO, Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles. Conférence mondiale sur les politiques culturelles, Mexico City, 26 juillet - 6 août 1982.

14 Bourdieu P., Passeron J.-C. (1964), Les héritiers, les étudiants et la culture, Paris, Minuit.

15 Les hypothèses de travail ont pu émerger de la rencontre entre les cadres théoriques et épistémologiques, les observations sur le terrain, les entretiens et les questionnements méthodologiques.

Inizio pagina

Indice illustrazioni

Titolo Centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (77)
Credito Source : Min. Justice/DICOM - C. Montagné.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7493/img-1.jpg
File image/jpeg, 539k
Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Marie Deaucourt, « Les actions socioculturelles en prison : « ça t’apprendra… » quoi ? », Criminocorpus [Online], Espaces de détention : territoires, patrimoines et lieux vécus, Communications, Messo online il 14 septembre 2020, consultato il 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7493

Inizio pagina

Autore

Marie Deaucourt

Doctorante en sciences de l’éducation à l’Université de Lille 3 (École doctorale Sciences de l’homme et de la société, Villeneuve d’Ascq, Nord)

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search