Skip to navigation – Site map

HomeWorkshop and Conference ProceedingsEspaces de détention : territoir...CommunicationsL’architecture carcérale en Belgi...

Communications

L’architecture carcérale en Belgique : l’emplâtre sur une jambe de bois ?

David Scheer

Full text

1La prison n’est que rarement remise en question. Présentée comme une solution ou un mal nécessaire, elle s’impose régulièrement comme une évidence. Les analyses scientifiques sur la prison expliquent cette passivité et cette reproduction, en proposant des interprétations macro-socio-économiques (Rusche, Kischeimer, 1939), historiques (Foucault, 1975), micro-sociologiques (Goffman, 1968) ou psychologiques (Cohen, Taylor, 1974). Or, une analyse du concret, des choses simples, du banal et de l’habituel permet d’amener un autre regard sur cet état de fait en évoquant l’espace carcéral ; et au travers de l’espace carcéral, l’institution pénitentiaire. Porter l’attention sur cette institution dont l’échec a été maintes fois démontré mais qui ne cesse d’être reproduite éclaire la question de sa duplication et de sa force tautologique.

  • 1 Scheer D. (2016), Conceptions architecturales et pratiques spatiales en prison. De l’investissement (...)

2L’analyse de l’architecture pénitentiaire, ou plus largement de l’espace carcéral, et en mettant le sujet (détenu ou professionnel) au centre de l’analyse – puisque c’est là l’objet et la démarche de notre thèse de doctorat en criminologie1 –, il est possible d’éclairer les figurations des concepteurs de l’espace pénitentiaire bâti ainsi que les manières de l’habiter, professionnellement ou le temps de l’incarcération. Le fait de se pencher sur des objets particuliers – le « déjà là » – de l’architecture carcérale permet de tisser une série de fils interprétatifs concernant les rationalités pénitentiaires qui produisent (et que produisent) les établissements destinés à la détention pénitentiaire. En d’autres termes, le bâti carcéral renseigne sur l’affaiblissement, le morcellement ou l’avènement de dialectiques de rationalités ou de registres de légitimation(s) de l’institution pénitentiaire contemporaine.

Les espaces banaux au travers de quatre espaces banals

3Il s’agit, d’un un premier temps, de dépasser la tautologie « carcéralocentriste » (Chantraine, 2009) pour étudier la matérialité – les objets de l’architecture – à la fois en tant que résultat et pour ce qu’elle fait faire aux acteurs.

« Le carcéralocentrisme est donc une idéologie qui, comme toute idéologie, repose sur une tautologie fondamentale. Une fois délestée de son habillage rhétorique, cette tautologie peut se résumer très simplement à deux propositions : 1) "la prison existe parce qu’elle est inévitable" ; 2) "les contraintes sécuritaires sont ce qu’elles sont parce qu’elles sont nécessaires" » (Chantraine, 2009 : 105).

  • 2 Le terme rationalité renvoie, dans cette recherche doctorale à ce que l’on peut déceler (la « raiso (...)

4Partant, trois objets de l’architecture carcérale (mur, escalier, fenêtre) et un objet du quotidien (tasse) sont ici proposés à l’analyse – tels des prismes qui rassemblent un ensemble de rationalités2 et en dispersent d’autres – et servent une étude de l’ordinaire carcéral dans un espace pénitentiaire à la fois habité (subi, approprié, usé, détourné) et figuré (pensé, configuré, agencé, reconfiguré).

« Aller droit dans le mur » : la perte de pensée pénitentiaire

  • 3 1844, prison de Tongres (soit 14 ans après l’indépendance de la Belgique).

5Le mur d’enceinte est sans aucun doute l’objet spatial à la fois le plus symptomatique de la prison et le plus immuable, en apparence du moins. Il est l’objet symbolique par excellence : le mur infranchissable, support de la visibilité exemplaire de l’institution pénitentiaire. Les contraintes architecturales qui pèsent sur le mur d’enceinte sont restées, à peu de choses près, relativement identiques de la première prison belge3 à nos jours. Le mur doit être robuste, plein et assez haut – la hauteur de six mètres traversant les âges. Questions évolutions mineures peuvent être relevées : les concertinas et autres barbelés sont désormais remplacés par un bulbe anti-évasion, les zones « mortes » (chemins de rondes, no man’s land) qui bordent le mur (des côtés externe et interne) ont été spécifiées assez tard dans l’histoire des cahiers des charges, les prisons les plus modernes voient leur mur d’enceinte triplé d’un grillage en deçà et au-delà de son tracé.

6Le mur d’enceinte est également le support de délégation premier de l’institution pénitentiaire. En effet, il est la justification ultime (peut-être la seule qui fonctionne un tant soit peu), à savoir la clôture des établissements pénitentiaires, et donc leur circonscription stricte. À l’intérieur du mur d’enceinte, le même espace carcéral est censé répondre aux fonctions diverses et variées – parfois paradoxales, voire aporétiques – de l’institution (Milhaud, 2015) : punir, séparer, contrôler, neutraliser, amender, corriger, protéger, réinsérer, et aujourd’hui déradicaliser. Peu importe la structuration de l’espace interne – censé répondre à cet assortiment de missions –, le mur d’enceinte constitue une garantie. Il justifie la prison et masque « un écart entre la justification de la prison et sa fonction réelle » (Milhaud, 2015 : 148). Ce mur – délimitant, cachant et justifiant ainsi ce qu’il circonscrit – fait pourtant l’objet de mutations temporelles, si matériellement à la marge, néanmoins importantes en termes de projet. Le mur est le fruit d’une manière de penser l’architecture des édifices carcéraux, mais également de l’importance accordée à l’institution pénitentiaire en tant que « service public ».

7Les premières prisons édifiées sur le territoire belge – Ducpétiaux étant alors inspecteur général des prisons et des maisons de bienfaisance – sont construites en ville (ou à ses abords directs) et intègrent le paysage urbain. Vues de l’extérieur, les prisons sont à dimension humaine. Les hauts murs d’enceinte reçoivent une attention particulière et sont découpés horizontalement ; les premiers 120 centimètres sont en béton, le reste en briques rouges à l’instar des habitations avoisinantes. Quelques portes d’accès, verrouillées en permanence pour la plupart, sont percées et donnent une impression de bâtiment vécu, presque habité. Fidèle à la conception humaniste de Ducpétiaux, la prison d’Obristan (1876) est un édifice qui fait partie intégrante de la vie urbaine et qui vise l’amendement des personnes incarcérées en vue de leur réintégration dans la société.

8Un siècle et demi plus tard, les prisons belges offrent une inscription dans le paysage totalement différente. Prison symptomatique du virage sécuritaire et de la délocalisation des établissements pénitentiaires vers les campagnes, la prison d’Arstotzka (2002) arbore un mur d’enceinte dans son plus simple appareil : le béton nu. Volontairement, toute fantaisie est exclue. Le grillage qui institue un no man’s land au pied de cette circonscription périmétrique ainsi que le bulbe anti-évasion renforcent l’aspect fonctionnel – uniquement fonctionnel – du mur d’enceinte. Ce dernier est réduit à sa raison d’être première : circonscrire et empêcher le passage dans un sens comme dans l’autre.

  • 4 En effet, les bâtiments publics belges doivent désormais consacrer 1% de leur budget de conception/ (...)

9Les prisons les plus récentes reprennent l’image d’un mur d’enceinte très fonctionnel : doublage du dispositif avec un grillage, bulbe anti-évasion, béton brut, mur nu ; tout en adoptant certaines singularités. Ainsi, les abords de la prison de Kolechia (2014) sont relevés afin de diminuer la visibilité du mur d’enceinte depuis les voiries proches. La prison se veut ainsi, si pas invisible, du moins discrète (presque cachée). De plus, le mur d’enceinte reçoit quelques apparats : à deux endroits (toujours visibles depuis la voie publique) des poly-miroirs reflètent les champs ou le ciel et créent ainsi une « cassure » visuelle dans le mur longiligne. Cependant, cette intervention architecturale est complétement extrinsèque à l’institution carcérale elle-même et n’est que le fruit d’une obligation légale4.

10S’attarder un instant sur le mur d’enceinte – sans même pénétrer à l’intérieur des prisons – permet déjà de questionner la dissolution du projet de l’institution pénitentiaire et, plus largement, de la pensée carcérale. L’investissement dans la brique dans une visée de réforme est passé par le rétrécissement de l’attention des concepteurs sur la seule sécurisation ; la conception pénitentiaire réside désormais dans la reproduction stérile d’une architecture blindée.

« Avoir l’esprit de l’escalier »5 : la quête de légitimation

  • 5 L’expression, « avoir l’esprit de l’escalier », signifie le « fait de ne pouvoir répliquer sur le c (...)

11Lorsque le mur d’enceinte est franchi, les bâtiments pénitentiaires s’ouvrent au regard. L’agencement spatial – censé poursuivre l’ensemble des objectifs attribués à l’incarcération – est composé de dispositifs typiques du contrôle (des sas, des grilles, des tourniquets) et d’objets architecturaux communs (des couloirs, des locaux, des escaliers). La structuration de lieux et la mise en relation des espaces (et donc des individus) révèlent, aux travers des pratiques de circulations, des modalités de détention contrastées. Le cas des escaliers est ici symptomatique.

12Dans la prison d’Obristan, les escaliers semblent avoir été placés par les architectes de manière naturelle. En effet, ils sont nombreux et situés à chaque début et fin de couloir afin d’atteindre les deux étages supérieurs (coursives). Cette situation sert tout à fait le projet de réforme carcérale de Ducpétiaux, à savoir un espace pénitentiaire simple, facilement lisible afin d’engendrer l’ordre de manière naturelle, et diminuant les fatigues physiques du personnel afin qu’il se concentre sur sa mission première : inculquer des valeurs morales saines aux personnes incarcérées.

  • 6 Gestionnaire immobilier de l’État fédéral belge.

13Les prisons modernes, décrites dans des cahiers des charges extrêmement technicistes et bâties pas des architectes de la Régie des bâtiments6, révèlent une toute autre structuration de l’espace interne. Encore une fois, le positionnement et la description même des escaliers témoignent de l’orientation « politique » de l’établissement. La prison d’Arstotzka comprend ainsi deux seuls escaliers composés d’une gaine grillagée et de grilles verrouillées à chaque étage. Ces escaliers ne sont plus situés dans les ailes de détention – qui sont par ailleurs segmentées en étages – mais autour d’un imposant centre de commandes garant de toutes les circulations internes. Afin d’éviter les croisements, un escalier accueille les personnes qui montent les étages, l’autre est destiné aux mouvements descendants. Cette réalité physique est imposée dans un cahier des charges qui définit les critères de sécurité de l’établissement (sans faire mention d’autres éventuelles missions pénitentiaires).

14Les prisons les plus contemporaines, telle que celle de Kolechia, semblent issues d’un savant mélange – ou, du moins, d’un mélange – des établissements qui précédent. Justifié par le fait que le modèle précédent ne fonctionne pas et qu’il faut retourner au modèle antérieur (qui semble plus opérationnel malgré la vétusté), et sans oublier les avancées technologiques contemporaines, ces nouvelles constructions reprennent l’utilisation des coursives, l’ouverture visuelle des espaces et les escaliers sous forme de cages percées à chaque étage. Ceux-ci retournent sur les ailes de détention.

15Dans le premier cas, les escaliers – dans la manière dont ils mettent en relation les lieux – servent le projet de réforme carcérale. Dans le second, la sécurité comme seul objectif remplace progressivement les objectifs de la prison. Enfin, la modernisation des dispositifs techniques associée au retour à un agencement antérieur se trouve difficilement justifié autrement que la présence d’un programme (le cahier des charges, la « bible » selon plusieurs architectes).

« Passer par la fenêtre » : l’hybridation progressive

16En pénétrant encore un peu plus loin dans les murs, on trouve les fenêtres. Disposées spécifiquement à l’intérieur, elles servent alors la surveillance et le contrôle – dans des logiques similaires à celles démontrées par l’escalier – ; placées dans les cellules, elles répondent à une fonction éminemment classique : permettre le passage de l’air et de la lumière. Si la porte et la grille n’ont que peu évolué au cours de l’histoire de la prison, la fenêtre est cependant l’objet de nombreuses modifications architecturales.

17La prison d’Obristan, son centre de contrôle à taille humaine et ses étroites fenêtres de cellules placées en hauteur ne laissant qu’un bout de ciel au regard, ou plus largement son agencement général voué à la séparation stricte et à l’amendement, conditionne les acteurs à se tourner vers l’intérieur de l’établissement. Les portes de cellules et les grilles étant aujourd’hui régulièrement ouvertes (pour des raisons techniques ou par flexibilité des usagers), les logiques de collusion et d’adaptation à une matérialité surannée remplacent le projet initial.

18Les fenêtres de la prison d’Arstotzka témoignent presque du phénomène inverse : des fenêtres « classiques » flanquées de barreaux a priori destinées à un usage classique : ouverture, aération, vue sur l’extérieur. La normalisation de l’usage entre en tension avec un quotidien de détention marqué par l’artificialité de la prise en charge et l’importance de la sécurisation. Des caillebottis sont d’ailleurs placés sur les fenêtres, en doublant les barreaux et annihilant les possibilités d’échanges. La conception originelle reçoit ainsi une rustine performative, destinée, en l’occurrence, à la contention et au contrôle

19Dans l’un des derniers établissements pénitentiaires construits en Belgique, la prison de Kolechia, la fenêtre montre toute l’hybridation de rationalités qui réside dans un tel dispositif. Définis dans le cahier des charges comme un outil d’évitement de contact ou de transmission (contention) et selon des exigences précises d’isolation acoustique (normalisation), le châssis de fenêtre est construit par une firme privée (enjeu économique) qui s’est basé sur un modèle existant (importation) afin de passer les tests de résistances de l’administration pénitentiaire (sécurité). Ici encore, cette fenêtre dont les barreaux sont intégrés entre deux épaisses vitres de plexiglass fixes qui coincent un store dont la remontée n’est pas possible, est au centre de l’expérience du lieu.

« Ce n’est pas ma tasse de thé, mais… » : l’expérience comme seul sens

20L’expérience spatiale pénitentiaire – l’« habitation » – passe par l’adaptation d’objets spécifiques (les barreaux qui deviennent étendoirs à linge, par exemple) et l’utilisation d’objets familiers (le lit ou la tasse à café, notamment). Ce dernier objet – la tasse – est utilisé par tous : le détenu en cellule, l’agent pénitentiaire sur sa section, le personnel de direction, le thésard en observation… Elle cristallise un quotidien à la fois personnel et collectif. Elle révèle (et crée) des espaces particuliers.

21Les lieux où l’on prend le café à la prison d’Obristan sont nombreux. Le café soluble fourni par l’administration pénitentiaire et préparé par les détenus avec les moyens du bord (chaussette en guise de filtre, cannelle comme rehausseur de goût) ou le café des agents pénitentiaires filtré dans un vieux percolateur voyage dans la zone de détention, de section en section, de cellule en cellule…

22Au sein de la prison d’Arstotzka, des tasses personnelles sont fournies par l’administration pénitentiaire. Néanmoins, la plupart des détenus possèdent leur propre tasse (souvent issue d’un échange ou apportée d’un transfèrement). Les agents, qui ont pourtant accès à une machine à café, apportent régulièrement leur bouteille thermos personnelle, voire installent une machine dans les bureaux. Le café se boit en cellule pour les uns, dans les bureaux pour les autres.

23Les agents pénitentiaires de la prison de Kolechia jouissent d’un lieu dédié pour faire le café. Les détenus, quant à eux, n’ont pas l’autorisation de posséder de tasses personnelles mais uniquement de bouteilles thermos imposées par l’administration pénitentiaire et de tasses standardisées en plastique distribuées à leur arrivée. Le café est distribué chaque matin, et aucun moyen n’existe pour en préparer en cellule. Le régime de détention particulier (un régime dégressif et des portes de cellules régulièrement ouvertes) engendre des pratiques singulières qui utilisent à la fois cette homogénéité et cette pénurie. Aller faire le café en cuisinette devient une activité ; les thermos identiques permettent leur échange (avec leur contenu, caféiné ou pas). Les acteurs de l’institution s’adaptent ainsi, s’approprient l’espace, le configurent et le reconfigurent, s’y installent ou le contestent quotidiennement.

De la douleur fantôme à l’emplâtre sur une jambe de bois

24L’analyse première de ces quatre objets architecturaux permet de déceler quelques fils interprétatifs qui, une fois tissés, amènent à un raisonnement plus global. En changeant donc de niveau d’analyse, il semble possible de dire quelque chose sur la prison en tant qu’institution.

L’amputation et la douleur fantôme

  • 7 Sans revenir sur les différences, substantielles, entre les interprétations, les auteurs cités ici (...)
  • 8 En caricaturant, si la pensée carcérale assumait la tendance à la sécurisation comme un véritable p (...)

25L’évolution de l’investissement dans l’architecture carcérale, réduite progressivement au blindage et à la duplication, témoigne d’un effritement de la pensée pénitentiaire. Cette amputation – le « projet carcéral » étant rayé des débats – révèle, plus que jamais, le paradoxe ontologique de l’institution pénitentiaire : sa reproduction et la reproduction simultanée de son échec. Or, si la prison naît avec son échec (Foucault, 1975), l’architecture carcérale du 19ème siècle visait à rectifier le tir. Or, l’évolution du bâti pénitentiaire montre l’abandon de l’investissement dans cette tentative. Si la réforme cellulaire visait l’amélioration de la prison comme moyen d’amendement – une architecture entièrement tournée vers l’amendement, associée à une réforme pénale plus large : peines courtes, mesures éducatives… –, la prison moderne vise la sécurisation maximale et le contrôle, sans aucune autre forme de projet pénitentiaire – des hauts murs, un espace fractionnant. Plus qu’une paralysie de la prison (Cauchie, Kaminski, 2007), nous assistons à une forme d’embourbement d’une logique pénale appuyée sur la prison. De nombreux auteurs désignent un durcissement de la pénalité, voire un virage punitif (Foucault, 1975 ; Garland, 1985 ; Deleuze, 1990 ; Wacquant, 1999 ; Cartuyvels, Mary, Réa, 2000 ; Mary, 20037). L’architecture pénitentiaire semble suivre une voie similaire. Néanmoins, si l’objectif de sécurisation supplante les missions pénitentiaires, le processus s’arrête ici en butant contre la mission « officielle » de la prison : la réinsertion des personnes incarcérées dans la société. La pensée carcérale, à défaut d’aller jusqu’au bout, ne va nulle part8. Cette aporie de la pénalité révèle directement la difficulté qu’éprouve la justice pénale à s’écarter du modèle de la prison. La critique de M. Foucault (1975) sur le discours participant à la reconduction permanente du système carcéral est toujours d’actualité.

  • 9 « [Prison X], nouvelle prison », plaquette de présentation, Régie des bâtiments, 2011.
  • 10 « [Kolechia], nouvelle prison », plaquette de présentation, Régie des bâtiments, 2011.

26L’architecture carcérale se vidant de son sens jusqu’à être amputée de la pensée pénitentiaire, il s’agit désormais pour le gouvernement et l’administration pénitentiaire de justifier une politique carcérale toujours expansionniste. L’argument de la sûreté est régulièrement mobilisé (mais, nous l’avons vu, il ne va, par un heureux hasard, jamais jusqu’au bout). Le pragmatisme mathématique vise également à justifier la reproduction de la prison comme remède à la surpopulation – perçue comme une sous-capacité plutôt que comme une sur-incarcération –, en présentant l’extension du parc pénitentiaire comme une solution à un problème créé par la politique pénale et la prison elle-même. Des registres de légitimation discussifs foisonnent également, de la récupération de lexiques forts – « la [route] relie deux villes proches fortifiées par Vauban. Les places fortes imaginées par celui-ci sont le point de départ du concept de la prison. [Le complexe] est entouré d’un mur de béton de 6 mètres de haut […]. Ce mur est la sécurisation périmétrique et la fortification de la prison »9, présente la Régie des bâtiments pour l’une des dernières prisons construites en Belgique – à la création d’un répertoire plus innovant, voire lyrique – « le parti adopté est de créer une "prison-paysage". Le mur d’enceinte n’excède pas 6 m de hauteur. Des plantations d’arbres créent l’ombrage […]. Les couleurs restent dans une gamme choisie dans les couleurs des champs. Dans l’enceinte, le projet s’organise sur le schéma d’une fleur : le bouton de la "fleur" pour la zone cellulaire reliée par une "tige" au bâtiment d’entrée »10, est stipulé sur la plaquette de présentation d’un bâtiment issu du même programme de construction.

27Ces légitimations d’une institution amputée de sa légitimité continuent à faire vivre le mythe de la prison comme une « évidence » (le « carcéralocentrisme » évoqué en amont), telle une douleur fantôme.

Prothèse et emplâtre

28En se penchant sur les objets de l’architecture qui évoluent sans cesse, nous pouvons tenter de déceler des formes d’évolution, voire de mutation, de l’institution pénitentiaire. Or, l’évolution du bâti carcéral se caractérise davantage par la multiplication des rationalités qui s’entrecroisent que par une transformation franche. Ainsi, des logiques aussi variées que contradictoires – resocialiser et isoler, normaliser et contenir, responsabiliser et interdire, pacifier et contraindre, réinsérer et exclure –, associées à des considérations étrangères – le coût économique, l’intégration paysagère, la rationalisation du personnel –, font de la prison ce qu’elle est : un trop-plein. La prison déborde abondamment de contre-sens qu’elle finit par se vider de son sens (s’il en est un).

  • 11 Modèle rétributiviste dans lequel la responsabilité individuelle est avancée à la fois dans une log (...)

29À cette surcharge s’ajoute le développement d’un discours managérial entourant la justice pénale, y compris l’administration pénitentiaire (Kaminski, 2002), la tendance à la responsabilisation ou la référence au « juste dû »11 (Mary, Bartholeyns, Béghin, 2006), ou l’injonction à l’activation des détenus (Mincke, Lemonne, 2014 ; Kozlowski, Scheer, 2015 ; Scheer, 2015). L’analyse de l’institution pénitentiaire, centrée ici sur l’espace carcéral, tend à montrer que ces développements n’impliquent pas de mutation, ni de forme ni de fond, de la pensée pénitentiaire. La prison reste immobile face aux savoirs et aux tendances post-modernes.

Dès lors, ce sont les pratiques et les usages, les manières dont les individus s’emparent de l’espace pénitentiaire dans lequel ils sont pris, qui font que la prison n’implose pas. La prison, aussi inféconde soit-elle, n’est que rarement remise en question au sein des murs ; la banalité quotidienne au sein des murs consistant à ne cesser d’essayer de rendre la prison habitable – le temps de la détention pour les uns ou professionnellement parlant pour les autres – ou à tenter de redonner un sens à la prison – permettre une vie collective, instaurer un régime de détention local, proposer des activités. Mais ces efforts restent des emplâtres qui ne remplaceront jamais le membre amputé (la pensée pénitentiaire), ni même ne feront disparaître la douleur fantôme discrète derrière la prothèse (la reproduction stérile de modèles impensés)… jusqu’à ce que se décolle le sparadrap laissant apparaître, dans une douleur muette, les fissures d’une prothèse elle-même maladroitement fixée sur la plaie béante de l’échec pénitentiaire.

Top of page

Notes

1 Scheer D. (2016), Conceptions architecturales et pratiques spatiales en prison. De l’investissement à l’effritement, de la reproduction à la réappropriation, thèse de doctorat en criminologie (direction : Philippe Mary), Université Libre de Bruxelles. Soutenance publique : 28 avril 2016. Ce texte fait référence aux principaux résultats transversaux de cette recherche doctorale et est directement inspiré d’une chronique de criminologie présentant la thèse : Scheer, 2016.

2 Le terme rationalité renvoie, dans cette recherche doctorale à ce que l’on peut déceler (la « raison » dans son sens premier et non philosophique). O. Razac définit la rationalité au travers d’un « jeu entre des formations de discours possédant une certaine consistance interne » (Razac, 2014 : 228). Le terme « rationalité » renvoie à la notion de logique (si l’on écarte, ici aussi, la dimension cartésienne du terme).

3 1844, prison de Tongres (soit 14 ans après l’indépendance de la Belgique).

4 En effet, les bâtiments publics belges doivent désormais consacrer 1% de leur budget de conception/construction à l’intégration d’œuvres artistiques au sein du bâti. Partant, des artistes sont convoqués par les architectes pour intervenir dans l’édifice pénitentiaire ; l’administration pénitentiaire ou le ministère de la Justice n’intervenant pas (autrement que par le véto potentiel) dans le processus.

5 L’expression, « avoir l’esprit de l’escalier », signifie le « fait de ne pouvoir répliquer sur le champ, opposé à l’esprit d’à-propos » (Rey, 2009 : 1289).

6 Gestionnaire immobilier de l’État fédéral belge.

7 Sans revenir sur les différences, substantielles, entre les interprétations, les auteurs cités ici évoquent respectivement la « société disciplinaire », un « continuum correctionnel », la « société de contrôle », un « État pénal », un « État social-sécuritaire » et une « pénalisation du social ».

8 En caricaturant, si la pensée carcérale assumait la tendance à la sécurisation comme un véritable projet, la prison viserait à enfermer définitivement (voire à rétablir la peine de mort), seule forme d’évitement total du risque.

9 « [Prison X], nouvelle prison », plaquette de présentation, Régie des bâtiments, 2011.

10 « [Kolechia], nouvelle prison », plaquette de présentation, Régie des bâtiments, 2011.

11 Modèle rétributiviste dans lequel la responsabilité individuelle est avancée à la fois dans une logique de sanction dure et sévère et dans une logique de resocialisation volontaire.

Top of page

References

Electronic reference

David Scheer, « L’architecture carcérale en Belgique : l’emplâtre sur une jambe de bois ? », Criminocorpus [Online], Espaces de détention : territoires, patrimoines et lieux vécus, Communications, Online since 14 September 2020, connection on 24 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7503

Top of page

About the author

David Scheer

Ingénieur de recherche à l’Université de Rouen, CUREJ

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search